Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modes de publication, standardisation et professionnalisation de la production éditoriale

Métiers de l’édition, responsabilité de l’éditeur

Cédric Michon

Texte intégral

1Le monde du livre est une constellation de professions que les lecteurs croient connaître mais dont, pour la plupart, ils ignorent jusqu’à l’existence. Entre un ouvrage et son lectorat, il y a l’éditeur bien sûr, mais aussi l’imprimeur, le diffuseur et le distributeur. Sans même évoquer ces trois acteurs, une maison d’édition réunit en son sein une série de compétences classiques (celles que l’on trouve dans toute entreprise) et spécifiques. Et jamais, sans doute, dans l’histoire de l’université française n’a-t-on rencontré autant de formations qui préparent à ces savoir-faire propres aux métiers du livre : une quinzaine de masters « métiers du livre et de l’édition », sans compter les licences professionnelles. Si ces formations ne débouchent pas uniquement sur des postes dans des maisons d’édition (ils préparent aussi à la librairie par exemple), dans les plaquettes et dans l’enseignement, l’accent est tout de même mis sur des métiers comme ceux de correctrice, d’éditrice ou de secrétaire d’édition. Jamais, donc, la formation théorique et pratique n’a été aussi poussée dans ce domaine, sans qu’il y ait forcément d’ailleurs une réflexion sur l’adéquation entre le nombre de diplômés et les besoins réels du monde de l’édition française.

2Le point de vue exprimé ici est celui du directeur des Presses universitaires de Rennes dont la carrière a été auparavant pendant vingt ans celle d’un enseignant-chercheur. Ses propos n’engagent que lui, non son établissement, et constituent un retour d’expérience sur ce que signifie être un éditeur universitaire de sciences humaines et sociales aujourd’hui. Créées en 1984 au sein de l’université Rennes-2, les PUR se sont constituées en 2004 en Service d’activités industrielles et commerciales inter-établissements, réunissant onze universités, de Brest à l’université Paris-Est, en passant par Lorient, Le Mans, Angers, La Rochelle, Nantes, Orléans, Poitiers et Rennes-1. Par leur ancienneté et leur taille, elles sont un observatoire intéressant de l’édition en SHS et de sa professionnalisation. Qu’on en juge : 1er éditeur universitaire public français, elles ont publié plus de 60 000 articles ou chapitres, environ 10 000 auteurs, 5 000 ouvrages. Elles reçoivent autour de 400 manuscrits par an, en publient 180 au sein de 40 collections. Le comité éditorial est constitué de 35 enseignants-chercheurs en SHS, lettres et arts. L’équipe est composée de 20 personnes. Quasiment toutes les collègues recrutées ces dernières années sont titulaires d’un master « métiers de l’édition ». Par leur taille, les PUR sont peut-être plus touchées que d’autres maisons d’édition universitaire par les nouveautés de ces dernières années. Rétro-numériser plus de 4 000 titres représente un investissement considérable. Réfléchir à une chaîne de production qui intègre d’entrée de jeu l’open access est un enjeu technique autant que financier et politique lorsque l’on sort près de 180 nouveautés par an. Dans cette perspective, la question qui se pose lorsque l’on s’intéresse à la professionnalisation des métiers éditoriaux et à l’organisation du travail est : « Pour quoi faire ? »

Le rôle politique de l’éditeur

3Jean-Luc Godard affirmait naguère : « J’aime la technique que je ne différencie pas beaucoup de l’esthétique. » Un éditeur universitaire pourrait le pasticher en disant : « J’aime la technique que je ne différencie pas beaucoup de la politique. » Dans un monde complexe, en perte de repères, coincé entre le culte de l’argent et de la consommation et le fondamentalisme religieux ; dans un monde qui lorgne vers le chaos, les réponses simplistes, la violence et le repli sur soi ; dans ce monde qui est le nôtre, consacrer son action, comme éditeur universitaire, à diffuser les apports des chercheurs et des chercheuses en SHS est faire œuvre incommensurablement utile. Car l’édition en sciences humaines doit être un moyen au service d’une mission : donner au monde les moyens d’aller mieux. Elle participe à défendre l’honnêteté, la curiosité, le sens critique, la liberté de pensée, l’amour du vrai, du beau, du bien et du juste, en donnant du sens à ce qui en a de moins en moins. Elle doit aider à comprendre l’autre et à se comprendre soi-même ; à former des esprits libres qui refusent de chasser en meute, dans le confort de l’opinion et de l’idéologie partagée ; à promouvoir l’inconfort de la pensée, contre ce confort intellectuel de l’entre-soi, créateur d’une réalité parallèle, qui en vient parfois, dans l’esprit de certains, à remplacer le monde réel.

4Pour ce faire, l’édition universitaire doit remplir trois conditions. Premièrement, l’éditeur doit solliciter des ouvrages et choisir ceux qu’il publie. Cette autonomie du choix éditorial implique une indépendance aussi bien vis-à-vis de l’institution que des modes intellectuelles. Deuxièmement, l’éditeur doit faire de vrais livres, tant sur le fond que sur la forme. Cette exigence nécessite non seulement un travail éditorial, qui ne doit pas être laissé aux seuls éditeurs privés, mais également une approche graphique qui permette l’affirmation d’une identité et qui ne fasse pas fuir le lecteur. L’ennui et la laideur ne sont pas des prérequis de l’intelligence. Ce n’est pas parce que les tirages en SHS ne sont plus ceux qu’ont connus Georges Duby, Michel Foucault ou Claude Lévi-Strauss que l’orgueil blessé du chercheur doit l’amener à se retirer sur l’Aventin d’une triste, méprisante et malheureuse obscurité. Troisièmement, l’éditeur universitaire doit être visible, par le papier et le numérique, en librairie et dans les médias. Il doit, plus que tout, fuir le confort étouffant de l’entre-soi, auquel la crise de la culture dans les sociétés actuelles peut l’inciter. Le respect de ces règles lui permettra de remplir sa mission qui est de projeter l’université dans la Cité. En effet, au-delà de la communauté scientifique des collègues et des étudiants, le public visé par un éditeur en SHS doit être la société dans son ensemble ; c’est elle qu’il doit servir. L’éditeur universitaire est l’un des meilleurs vecteurs que l’on puisse imaginer pour permettre aux chercheurs de s’adresser aux citoyens. La responsabilité politique de l’édition en SHS ne saurait donc être surestimée. Encourager la curiosité, le sens critique et la liberté de pensée, c’est jouer un rôle politique.

5Cette triple mission est à replacer dans un contexte qui est celui de la crise du livre et de la culture. Depuis 2009 (avec uniquement une courte embellie en 2015), de moins en moins de livres se vendent chaque année (- 5 % en 2017, 2018 et 2019). Selon le Syndicat national de l’édition, le livre souffre de la baisse du temps que le lecteur a à lui consacrer, face à la concurrence de nouveaux modes de consommation des loisirs culturels (notamment les jeux vidéo et les séries) et devant l’émergence des réseaux sociaux. Osons pousser l’analyse : c’est en réalité le rôle de la culture qui a radicalement changé dans nos sociétés. Le livre, parmi d’autres activités, a cédé la place au développement personnel et au running. Cette recherche du mens sana in corpore sano se défend dans le monde de McDonald’s et d’Instagram, à condition toutefois qu'elle ne débouche pas sur des individus athlétiques et autocentrés qui auraient oublié la chose publique et ne sauraient plus faire société, mais simplement poster des selfies avec en arrière-fond les chefs-d’œuvre de l’humanité auxquels ils tourneraient le dos.

6S’il y a une crise du livre, on peut pointer également celle de l’Université. Sans aborder ce problème dans son ensemble, on s’en tiendra à ce qui nous intéresse ici : l’obsession de la publication née du publish or perish (publier ou périr) qui incite tout chercheur à essayer de publier la moindre de ses communications, la plus petite journée d’étude. Or ce n’est pas parce qu’une rencontre est légitime, intéressante, qu’elle a donné lieu à des échanges qui ont pu faire progresser la connaissance du sujet traité, ce n’est pas parce que toutes ces conditions, déjà importantes, ont été remplies, que cette respiration universitaire justifie immédiatement ou systématiquement une publication. Les presses académiques sont en bout de chaîne dans ce processus. Les PUR, en tant que plus gros éditeur universitaire public français, peuvent être comparées aux gros prédateurs en fin de chaîne alimentaire qui ingurgitent tout ce qui, du plancton au phoque, en passant par le poisson, a été – bon ou mauvais – ingéré précédemment par les différents maillons. La réception de plusieurs centaines de manuscrits annuellement met une importante et dangereuse pression. En effet, au syndrome que l’on pourrait appeler « Stefan Zweig », qui correspond au souci d’être publié dès qu’on a écrit quelque chose, il faut ajouter le syndrome « Franz Kafka », dont est atteint l’auteur pour lequel il importe de n’être lu que par quelques initiés. La règle du publish or perish a créé un monstre issu de la mutation des Kafkaïens en Zweigiens, ce qui se traduit par un embouteillage de la production scientifique mondiale. On se retrouve donc dans une situation qui conduit à une explosion des publications sans lecteurs, un fait qu’il faut dénoncer avec force.

Rendre audible la parole essentielle du chercheur

7Dans ce contexte, la professionnalisation de la production éditoriale (choix des manuscrits, accompagnement de la version originale dans sa transformation en ouvrage, projection du livre dans la sphère publique) a un rôle important à jouer. Elle constitue peut-être aujourd’hui l’un des derniers garde-fous qui peut aider le chercheur à résister à l’obsession de la publication injustifiée. À chacun sa part : à l’universitaire de donner le meilleur de lui-même pour servir ses semblables ; à l’éditeur de refuser de publier ce qui n’est pas nécessaire, ce qui a déjà été fait ou ce qui est inabouti. À celui-ci, donc, de justifier la publication professionnelle. Si un beau titre, une belle couverture, une belle mise en page, une bonne diffusion papier ou numérique et un bon référencement dans les bases de données ne remplaceront jamais le fond, ils l’aideront néanmoins à émerger. Pour l’instant, ces conditions ne sont clairement pas réunies. Dans le contexte de cavalerie de l’édition mondiale (un phénomène qui consiste à pallier l’effondrement des ventes en multipliant le nombre de titres), on est ainsi passé en France de 34 900 nouveautés en 2005 à 44 968 en 2018, soit une augmentation de l’ordre de 30 % en quatorze ans, une croissance qu’il est difficile d’expliquer par un simple regain de créativité.

  • 1 Buffon, 2007, p. 30.

8La mission d’un éditeur universitaire en sciences humaines est de rendre audible, au-delà des amphithéâtres et des salles de l’université, la parole du chercheur. Celle-ci est infiniment précieuse pour peu que l’on rappelle que lorsque l’on parle, il faut avoir quelque chose à dire. Mais bien sûr, en s’exprimant, on s’expose à se tromper. Or ce qui peut arriver de pire à la pensée, c’est précisément de ne pas se tromper, non pas parce qu’elle aura dit quelque chose de juste, mais parce qu’elle n’aura rien dit. L’éditeur en SHS doit aider ses auteurs à naviguer entre l’idée générale fausse, ou sans intérêt, et le risque de l’érudition étouffante qui plonge l’ensemble du texte dans le noir, même si elle éclaire individuellement une infinité de petits éléments. Il doit mettre en avant l’idée générale qui aide à comprendre le monde, à appréhender les processus à l’œuvre, tout en ne se perdant pas dans la masse des détails qu’il faut pourtant connaître et synthétiser pour éviter les raccourcis faux. Dans son rôle de passeur, l’éditeur en sciences humaines et sociales doit, selon le programme de Buffon, associer « deux qualités qui paraissent opposées, les grandes vues d’un génie ardent qui embrasse tout d’un coup d’œil, et les petites attentions d’un instinct laborieux qui ne s’attache qu’à un seul point1 ».

9La question de la méthode et des objectifs des chercheurs en SHS peut sans doute être résumée de la manière suivante : il s’agit de chercher la vérité, de réfléchir aux méthodes pour l’atteindre et d’identifier tout ce qui n’est pas la vérité, mais y ressemble. Selon une tradition discursive remontant à Aristote et Quintilien, reprise à la Renaissance par Lorenzo Valla, il s’agit d’avancer des preuves pour distinguer le vrai du faux. Le chercheur en sciences humaines est un enquêteur qui doit apporter des preuves pour justifier ce qu’il avance. Les interrogations qu’il pose sont en fait très simples : qui, quoi, où, quand, comment ? Cette question de la preuve est aujourd’hui particulièrement importante, encore plus depuis quelques années avec la promotion par certains politiques et idéologues ici et là de la notion de fake news : l’expertise du chercheur en SHS, comme « professionnel de la preuve » est très précieuse pour nos sociétés qui se complaisent dans la désinformation de masse, qu’elle soit due à la malveillance ou à la manipulation, et qui sont dans l’incapacité à la fois de hiérarchiser l’information, de l’interpréter et d’en confier le traitement à des gens capables de la décrypter. Cette incompétence amène à donner la parole aux mêmes personnes sur tous les sujets, à n’importe qui sur n’importe quoi, ou, ce qui est pire encore, à mélanger le vrai et le faux, ce qui, comme le disait Paul Valéry, est infiniment plus toxique que le faux seul. L’éditeur universitaire garantit que ce qui est publié ne vient pas de nulle part, n’est pas issu d’un jeu qui entretient avec la vérité des liens plus ou moins forts, mais il doit se garder d’étouffer les hypothèses et les prises de risque intellectuelles.

  • 2 Jablonka, 2014.

10L’écriture du chercheur en SHS « est une littérature contemporaine2 », pour reprendre l’expression d’Ivan Jablonka, et elle doit donc se caractériser par une maîtrise de la rhétorique qui donne à voir son raisonnement, ce qui permet à celui qui l’écoute ou le lit de valider ou non son propos (il faut donc faire preuve de rigueur, mais aussi refuser tout jargon qui est la solution confortable pour ne pas être entendu et donc ne pas être contesté et que l’internationale des chercheurs maîtrise malheureusement assez bien). La mission de l’éditeur en sciences humaines est d’aider le chercheur à sortir de son biotope étroit pour l’introduire dans un écosystème élargi auquel il appartient comme citoyen et qui le rémunère sur ses deniers propres pour qu’il l’aide à se comprendre. Si les éditeurs de SHS suivent cette feuille de route dont la première consigne est de projeter l’Université dans la Cité et non pas de renforcer un entre-soi extrêmement dangereux qui coupe les élites intellectuelles du reste de la nation, s’ils évitent cette coupure qui correspondrait non seulement à une trahison de leur mission, mais serait de surcroît extrêmement dangereuse pour l’avenir de nos démocraties, s’ils donnent à lire à la société, alors leur travail n’aura pas été inutile.

Notes

1 Buffon, 2007, p. 30.

2 Jablonka, 2014.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search