Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modes de publication, standardisation et professionnalisation de la production éditoriale

Transmettre par l’invention de nouvelles formes éditoriales

Charles-Henri Lavielle

Texte intégral

1Frantz Olivié et moi avons fondé Anacharsis il y a maintenant presque vingt ans. Étudiants en histoire et par ailleurs lecteurs de littérature, nous évoquions souvent le plaisir que nous procurait la lecture des documents que nous étions amenés à fréquenter. Il s’agissait bien sûr de la joie liée aux informations collectées mais aussi souvent à la dimension romanesque, épique ou poétique de ces textes. De là est venue l’idée d’éditer ce que l’on appelle communément des sources et qui constituent la base des ouvrages de la collection « Famagouste ». D’une certaine manière, cette démarche était déjà une réaction à la question des standards scientifiques, à laquelle nous nous sommes souvent heurtés par la suite. J’aimerais préciser que, dans mon esprit, parler de production éditoriale signifie parler de l’édition de livres et non de la publication d’articles dans des revues, qui semble être devenue le problème majeur de la communauté scientifique en sciences humaines et sociales.

L’édition de sources

2Le principe de la collection « Famagouste » est le suivant : Il s’agit d’éditer des sources, la plupart du temps inédites, à partir du ou des manuscrits originaux. Beaucoup d’entre elles impliquent un travail paléographique et philologique nécessaire à l’établissement du texte à partir duquel se fera la traduction, qui se veut une référence. Je citerai trois exemples caractéristiques : Le voyage d’Occident de Nicandre de Corcyre, traduit et annoté par Paolo Odorico ; Des Turcs de Georges de Hongrie traduit par Joël Schnapp, texte qu’il a également annoté avec Michel Balivet et La croisade sur le Danube de Jehan de Wavrin, traduite et présentée par Joana Barreto. L’édition est accompagnée d’une introduction, qui permet de situer le texte historiquement, et parfois d’une postface qui éclaire un enjeu particulier. Les notes sont réduites au maximum. L’objectif de la collection est d’offrir à un public très élargi la possibilité d’accéder au document par le biais de sa dimension littéraire. L’énorme travail de préparation et de recherche effectué par le scientifique, qui constitue habituellement l’appareil critique, n’apparaît pas, même si la qualité du rendu l’induit.

  • 1 Sur la relation entre l’édition et la bibliométrie, voir plus particulièrement le chapitre « évalu (...)

3Les difficultés auxquelles notre initiative est confrontée sont à mettre directement en relation avec la question des standards et de la standardisation de l’édition en sciences humaines et sociales, ainsi qu’avec celle de l’évaluation de la recherche. En effet, il nous est arrivé à de nombreuses reprises de ne pas trouver de chercheurs pour traduire les textes que nous avions choisis, non pas parce qu’ils ne s’y intéressaient pas, mais parce qu’ils manquaient de temps à consacrer à une entreprise qui ne serait pas comptabilisée comme une publication scientifique1. Et quand bien même le serait-elle, le temps que prend un tel projet par rapport à la rédaction d’un article pose aussi problème. Ainsi, il apparaît que la question de la standardisation scientifique à des fins de publication, conséquence directe du système d’évaluation des chercheurs, éloigne les sciences humaines du lectorat non spécialiste, une situation qui interroge sur la place de la recherche, en particulier sur sa diffusion comme enjeu démocratique. Alors qu’il est essentiel de maintenir le lien organique entre la connaissance et la démocratie, les modalités d’évaluation ont tendance à réduire l’intérêt que les chercheurs peuvent trouver à publier des ouvrages dans des maisons d’édition tout public. Or prendre le risque de se couper des citoyens, c’est aussi prendre le risque de les voir se désintéresser de la recherche et donc de son financement public.

Évaluation et écriture : l’exemple de la new western history

4La question de l’évaluation et de ses effets sur la standardisation d’une édition scientifique qui ne s’adresserait plus qu’à un public de spécialistes explique en partie le peu d’attention porté par les chercheurs à la langue et à la mise en récit. Là encore, c’est à travers l’histoire éditoriale d’Anacharsis que la prise de conscience de cette question s’est faite. Certes, de nombreux chercheurs français s’expriment dans une très belle langue, sont attentifs à la qualité de l’écriture et du récit, non seulement parce que cela est plus agréable au lecteur ou plus joli, mais également parce que la nature et la structuration d’un récit sont à même de rendre compte de questions épistémologiques et heuristiques en lien avec la dimension scientifique du sujet. Il est aussi clair qu’Anacharsis ne fait pas partie des premiers choix des chercheurs parmi les maisons d’édition qui publient des ouvrages scientifiques, surtout en histoire où la production éditoriale est très importante et très inégale. Néanmoins, cette constatation et notre désir de publier malgré tout des essais dans cette discipline et plus généralement en sciences humaines et sociales nous ont amenés à regarder ce qui se produisait à l’international. C’est ainsi que nous avons découvert un courant historiographique majeur aux États-Unis, aujourd’hui connu en France sous le nom de new western history. Initié par Patricia Limerick, Richard White, James Brooks, ce mouvement a été poursuivi par une génération d’historiens audacieux : Karl Jacoby, Pekka Hämäläinen, Martha Hodes, Samuel Truett ou Jill Lepore. Ces auteurs tranchent avec la production éditoriale française par leur audace aussi bien narrative que méthodologique, les deux étant souvent intimement liées. Encore une fois, s’il existe des historiens qui ont épousé ou épousent aujourd’hui une telle démarche en France, il est important d’interroger la manière dont l’évaluation et son étroitesse modifient la production éditoriale de livres.

Les sciences sociales au cœur de la Cité

5C’est dans ce contexte qu’est née la collection « Ethnographiques » d’Anacharsis, créée à l’initiative d’Alban Bensa et aujourd’hui dirigée par Éric Chauvier, a vu le jour. Les ouvrages de la collection entendent réinscrire l’anthropologie au cœur des débats de la Cité par la restitution d’enquêtes de terrain. Il s’agit de décrire, avant d’élaborer un savoir théorique qui amène souvent à des montées en généralité qui sont parfois le cache-sexe de l’absence d’enquête. La particularité de la démarche consiste à suivre à la fois l’enquête et les questionnements de l’anthropologue sur son travail, d’un point de vue méthodologique et réflexif. En s’attachant à décrire et à interroger en même temps le lien qui s’élabore entre l’enquêteur et l’enquêté, le chercheur quitte sa position de surplomb sans abandonner sa rigueur. Ce faisant, il permet au lecteur d’accéder aux résultats de la recherche tout en étant associé à la démarche méthodologique. Cette collection, fruit d’une réflexion scientifique et éditoriale, tend, et ce n’est pas le moindre des enjeux, à reconstruire le lien de confiance entre le chercheur et les citoyens, là encore par le biais du livre. Loin d’être un objet obsolète de transmission, sous le prétexte que son contenu serait rapidement dépassé, celui-ci est un marqueur de l’état de nos connaissances à un moment précis, dans une temporalité donnée ; c’est un support à l’élaboration, nécessairement lente, d’une pensée propre.

  • 2 Bensa et Pouillon (dir.), 2012, p. 32.

6Il ne s’agit pas de dire que l’ensemble de la recherche doit se penser uniquement à l’aune de l’édition, mais de garder à l’esprit que la standardisation porte une dimension normative qui permet, certes, le croisement et la comparaison des connaissances, mais limite également l’imagination, tout comme le font les modes d’évaluation imposés aux chercheurs. La pression de l’évaluation détourne le chercheur de la nécessité de la transmission et de l’utilisation d’un de ces outils : le livre. Ce constat n’est pas sans rapport avec le recours souvent exclusif à l’article, où la dimension narrative et stylistique, en un mot littéraire, passe au second plan alors que – même si c’est moins évident pour les sciences dites dures – elle participe de la rigueur de la démonstration. Dans leur introduction à Terrains d’écrivains, Alban Bensa et Francois Pouillon écrivaient : « Comme si Conrad disait moins des tropiques que Malinowski, ou Chateaubriand de l’homme en société que Lévi-Strauss2 ? »

7Enfin, si l’on veut lutter contre la standardisation et ses conséquences, notamment contre la réduction des périmètres de réception qu’elle génère souvent, il est indispensable de penser à réinvestir des lieux et à inventer des formes. À Toulouse, depuis trois ans, Anacharsis, la librairie Ombres Blanches, le théâtre Garonne et les universités proposent un festival tous les mois de mai : « L’histoire à venir ». L’objectif est de présenter le travail d’historiens, de philosophes, de chercheurs en sciences sociales, d’écrivains et d’artistes afin qu’ils partagent leurs recherches à travers différents types d’échanges comme des conférences, des ateliers et des mises en récit originales et inventives ; peut-être une manière d’élargir ainsi les standards scientifiques et de repenser l’évaluation des chercheurs.

Notes

1 Sur la relation entre l’édition et la bibliométrie, voir plus particulièrement le chapitre « évaluation scientifique » dans le présent ouvrage.

2 Bensa et Pouillon (dir.), 2012, p. 32.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search