Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modes de publication, standardisation et professionnalisation de la production éditoriale

De l’écriture scientifique au grand public cultivé

Pauline Labey

Texte intégral

1Les contraintes pesant sur les maisons d’édition généralistes soucieuses de poursuivre leur investissement dans les sciences humaines et sociales se sont intensifiées ces dix dernières années. Réduction du marché et évolution du lectorat ont conduit ces acteurs à repenser les modalités éditoriales. Dans ce contexte, nous sommes nombreux, éditeurs du privé ou du public, mais aussi chercheurs, à nous interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour faire face à ces difficultés, sans transiger avec l’exigence de fond. Responsable éditoriale chez Fayard, une maison d’édition généraliste qui a à cœur de maintenir une ligne de SHS, cette question m’interroge quotidiennement. Je pense que l’on peut, nous éditeurs, continuer à mettre en place des stratégies nous permettant de porter l’édition scientifique.

Réfléchir aux normes éditoriales

2Face à ce que certains qualifient de crise de l’édition en sciences humaines, quelles sont les dispositions à prendre pour défendre, encore, ce type de publications ? Le report du lectorat sur d’autres propositions éditoriales, notamment en histoire, est une réalité. Comment dès lors garantir le maintien d’une production éditoriale assurée par des chercheurs, sans céder la place ? Il y a sans doute des solutions à mettre en œuvre. Celles-ci relèvent de deux ordres : il faut engager, d’une part, une réflexion sur les normes éditoriales, qui concernent l’ensemble des éléments qui encadrent le texte proprement dit, et s’interroger, d’autre part, sur l’écriture de l’histoire, et plus généralement de la recherche, afin de la rendre la plus accessible possible. Car comment se soucier de rendre disponibles les avancées scientifiques les plus récentes sans se saisir de la question de la diffusion au plus grand nombre ? L’objectif poursuivi par tous est bien celui d’être lu.

3Il faut réfléchir aux normes éditoriales dans un premier temps. Elles concernent tout ce qui est afférent à la dimension scientifique ou universitaire du manuscrit, c’est-à-dire le nombre de signes, les notes de bas de page, la bibliographie, les cartes, les index, l’ensemble des éléments qui sont censés porter le texte dans une démarche scientifique, mais dont l’intérêt doit être interrogé dès lors que l’on passe du travail de recherche proprement dit à l’élaboration d’un livre. C’est ici qu’intervient l’éditeur, non comme une instance supérieure qui imposerait a priori des standards éditoriaux, mais comme un lecteur qui, face à un manuscrit scientifique, s’interroge sur ce dont il a besoin pour suivre la démonstration et identifie les outils qui lui sont nécessaires pour se saisir du propos de l’auteur. Dans cette perspective, la réflexion sur les normes éditoriales est loin d’être superficielle, anecdotique ou étrangère à la transposition de la recherche en livre.

4Il est essentiel de hiérarchiser les outils. Est-il nécessaire de doubler les références en notes d’une bibliographie ? Doit-on conserver, dans le cas de citations étrangères dont la traduction est fournie dans le texte, l’ensemble des versions originales en notes ? En l’absence d’enjeu scientifique de traduction, cela charge d’autant le manuscrit. Cette réflexion autour des notes concerne tout autant les index que les cartes, les tableaux ou les graphiques car, dans la plupart des cas, l’effort d’écriture réalisé lors du passage au livre restitue ce que ces annexes ont permis de penser. Si cette démarche réflexive assure dans un premier temps la réduction du nombre de signes, elle permet aussi de sensibiliser l’auteur à la question du lectorat. Là aussi se trouve l’une des missions de l’éditeur : ne pas perdre de vue ceux à qui l’on s’adresse, en réfléchissant à ce que l’on met à leur disposition pour les amener à se saisir du propos du livre. Cette hiérarchisation des outils est une première étape vers un effort de synthèse, en tout cas d’ouverture de la recherche vers un lectorat plus large.

Mettre l’histoire en récit

5En parallèle d’une réflexion sur les normes éditoriales, l’autre préoccupation centrale des éditeurs doit être l’écriture. Là aussi peuvent être identifiés deux niveaux d’accompagnement des auteurs et des chercheurs. Dans le premier cas, l’exemple des thèses proposées pour publication est éclairant. Pour le dire un peu brutalement, une thèse n’est pas un livre. Il s’agit avant toute chose d’un exercice académique présenté par un chercheur devant ses pairs pour sanctionner sa capacité à produire et à nourrir la recherche. S’y trouve une structure universitaire et scientifique qu’il ne sera pas nécessairement utile de reproduire dans l’ouvrage. Combien de fois avons-nous entendu ces mots : « Cette partie n’est pas innovante mais "on” m’aurait reproché de ne pas l’écrire. » Tout cela renvoie à ce que l’on pourrait appeler l’« échafaudage académique », et qui relève de la méthode, de la dette scientifique ou encore du débat de spécialistes. Ce premier niveau de confrontation au texte est un moyen relativement aisé de jouer sur le nombre de signes en même temps que sur l’accessibilité. Une fois de plus, il ne s’agit pas de couper pour couper, d’affaiblir le propos de la recherche ou de supprimer la dimension problématique du livre. Parfois, d’ailleurs, toute la difficulté du travail de réduction du texte réside dans l’équilibre à trouver entre synthèse et maintien d’une proposition scientifique forte. Sans appauvrir le texte, la réflexion porte à nouveau sur la hiérarchisation des informations. Par exemple, a-t-on réellement besoin de développer l’ensemble des traditions historiographiques dans lesquelles l’auteur s’inscrit ou par rapport auxquelles il se situe ? L’objectif est avant tout de faire passer la dimension novatrice et inédite du livre que l’on a entre les mains. Il faut donc piocher dans ces éléments de méthode ou de débat et mettre en avant ce qui permet de positionner le propos. Plutôt que de noyer le lecteur dans un flot d’informations, de références que le non-spécialiste ne maîtrise pas nécessairement, il s’agit une fois de plus de choisir ce qui doit permettre de se saisir de l'idée générale défendue par le livre. Surtout ne pas trahir la proposition, ne pas tordre la recherche scientifique pour en faire un livre grand public, mais avoir conscience que l’on s’adresse à un lectorat intéressé par telle ou telle thématique bien que non spécialiste, pour sortir du milieu scientifique et du dialogue avec les pairs.

  • 1 Judde de Larivière, 2014.

6Si la question de l’ouverture et de l’accessibilité est importante dans la réflexion menée conjointement par l’éditeur et l’auteur, il existe un dernier point, sans doute le plus important, qui est directement lié et qui concerne l’écriture à proprement parler. C’est aussi sans doute l’un des grands enjeux éditoriaux dans le contexte actuel (mais est-ce si nouveau ?) : une réflexion sur la mise en récit de la recherche. Certes, être chercheur n’implique pas d’être un grand écrivain. Certes, certains sont plus que d’autres doués d’une belle plume. Il est toutefois possible d’identifier des éléments qui permettront de mettre en forme la démonstration, de la dynamiser et de la faire ainsi passer auprès d’autres lecteurs. En s’attardant sur telle ou telle source, telle ou telle figure, tels ou tels scène et événement, le récit ainsi articulé se met au service des idées et de la démonstration. Le magnifique livre de Claire Judde de Larivière est une belle illustration de ce mouvement de recherche d’un équilibre entre le livre à thèse et la narration1. Certes, le sujet, la révolte des habitants de Murano face à l’autorité de Venise, s’y prêtait particulièrement, mais l’auteur a su se défaire des pesanteurs académiques pour fondre la démonstration dans la restitution d’un lieu, transportant le lecteur dans la Venise du xvie siècle. Ce travail de réflexion et d’écriture peut se faire naturellement lorsqu’un auteur propose à un éditeur un projet ou un sujet et que la discussion s’engage très tôt, en amont de la rédaction, autour de l’identification de ce qui viendra incarner la démonstration. C’est parfois plus difficile lorsque le texte est déjà écrit. L’accompagnement doit alors s’opérer pas à pas pour éviter un risque que nous avons évoqué un peu plus tôt, l’appauvrissement de la proposition scientifique au profit du récit.

7Réduction du nombre de signes, élaboration de normes éditoriales, réflexion autour de l’écriture de la recherche, ces pratiques du travail éditorial sont-elles véritablement informées par une crise de l’édition en SHS ? Répondent-elles exclusivement à une exigence comptable qui permettrait de surmonter les difficultés d’un marché du livre qui se réduirait comme peau de chagrin ? Le contexte a nécessité une questionnement intense des éditeurs, notamment privés, pour permettre de continuer à défendre des publications scientifiques. Mais cette réflexion et les pratiques qu’elle induit ne sauraient se faire au détriment du contenu. Là sont les limites de la standardisation. La multiplicité des propositions éditoriales soutenues par les acteurs de l’édition en sciences humaines, qu’ils soient publics ou privés, prouve, s’il en était besoin, que la standardisation ne l’a pas encore emporté. La collaboration entre l’auteur, chercheur soucieux de diffuser ses travaux, et l’éditeur, désireux d’en faire un livre qui puisse être lu, continue de se faire, quoi qu’on en dise, au service du projet. Que ce soit un livre collectif, une monographie ou un essai narratif, les normes ont vocation à s’adapter aux exigences d’un projet éditorial pensé conjointement. Et c’est sans doute au prix de ce pacte entre l’auteur et l’éditeur que l’on pourra, sans transiger, faire face aux défis de l’édition scientifique.

Notes

1 Judde de Larivière, 2014.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search