Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modes de publication, standardisation et professionnalisation de la production éditoriale

Diffuser la recherche dans une maison d’édition universitaire

Julie Gazier

Texte intégral

1Entrée dans le monde de l’édition au début des années 2000, j’ai longtemps travaillé aux Presses universitaires de France, où j’ai notamment été l’éditrice de la collection « Que sais-je ? » pendant une dizaine d’années. Depuis quatre ans, je dirige les Presses de Sciences Po. Dans une maison d’édition entièrement dédiée aux sciences humaines et sociales, adossée à (et soutenue par) une institution dans laquelle la recherche et l’enseignement sont l’activité principale, le travail sur la transmission de la recherche s’opère selon des registres divers, en se traduisant notamment par des modes de publication qui ont des fonctions différentes et touchent des publics plus ou moins larges. Ainsi, de l’article soumis à une revue académique et entièrement tourné vers les pairs jusqu’à l’essai dit « grand public », en passant par les manuels et ouvrages de référence, qui assurent la formation des étudiants, l’activité de l’éditeur de SHS est plurielle.

2Les Presses de Sciences Po sont l’éditeur d’une douzaine de revues et publient entre trente et quarante ouvrages (nouveautés et rééditions) par an, dans les principales disciplines enseignées au sein de Sciences Po (politique, relations internationales, sociologie, histoire contemporaine, économie et droit). Différents types d’ouvrages figurent dans le catalogue. Les publications « académiques » proprement dites proposent le résultat d’une recherche particulière et représentent l’essentiel des parutions, les ouvrages de référence et les manuels offrent une synthèse des connaissances à l’attention des étudiants, les essais développent une approche originale sur un sujet et visent un public plus divers, quand les atlas allient infographies et textes pour donner à voir et à comprendre les résultats des recherches. Aucune des collections des Presses de Sciences Po n’est réservée aux enseignants-chercheurs de l’institution.

3Les mots qui suivent tentent de décrire ce que ce parcours professionnel et cette expérience particulière m’ont donné à voir et peut-être à comprendre de l’édition de sciences humaines et sociales, de son évolution et du rôle de l’éditeur dans la diffusion des résultats de la recherche. Un rappel préalable : l’édition est une activité artisanale. Chaque livre est comme un prototype, chaque projet a sa logique interne et chaque rencontre avec un auteur diffère. Le métier d’éditeur repose sur l’expérience et une connaissance technique (éditer un texte et fabriquer un objet-livre), mais la connaissance des publics, quant à elle, reste empirique, et c’est heureux. Si nous pouvons faire des suppositions sur le profil du lecteur ou de la lectrice d’un ouvrage, aucun livre n’est interdit a priori à qui que ce soit et rien ne nous permet, pour les publications en papier du moins, de dire qui a effectivement lu telle parution.

4Cette dimension artisanale ne signifie pas que les changements n’ont pas été nombreux dans l’édition. Les nouveaux modes de diffusion, notamment l’essor du numérique et des plateformes comme Cairn.info, mais aussi d’impression comme la possibilité de faire de petits tirages, voire de l’impression à la demande, ont considérablement transformé les manières de diffuser les textes, singulièrement en sciences humaines et sociales où les publications académiques se sont rapidement numérisées. En parallèle, le fonctionnement de la recherche a subi de nombreuses mutations (injonctions à l’internationalisation, nouvelles modalités d’évaluation, financement par projet, etc.) qui ont modifié les attentes des chercheurs vis-à-vis de la publication.

Validation scientifique versus choix éditorial ?

5Dans les revues universitaires, le choix des articles répond désormais à une démarche très encadrée. Les articles sont anonymisés, de même que les évaluateurs (le fameux « double aveugle »). Le texte fait plusieurs navettes entre la rédaction et l’auteur au cours desquelles celui-ci reprend, complète ou renforce sa démonstration, en nuance tel ou tel point, ajoute les références manquantes, etc. Cette étape joue un rôle fondamental dans la formation et la carrière des chercheurs, dans la validation scientifique de leurs travaux et dans la transmission, essentiellement auprès des pairs, des résultats primaires de la recherche.

6Si elle ne prend pas une forme aussi systématique, cette évaluation de la qualité scientifique des textes est réalisée sur l’ensemble des publications académiques des Presses de Sciences Po. Des directrices et directeurs de domaine répartis en territoire disciplinaire évaluent ainsi les projets qu’ils reçoivent directement ou que nous avons reçus et soumettons à leur expertise. Cette validation scientifique est un prérequis, mais le choix de publier un livre ne s’arrête pas à ce critère. Comment le pourrait-il si l’on met en regard le nombre de titres publiés (en général trois titres par an et par domaine) avec le volume des propositions reçues à la scientificité indiscutable ? Publier un livre, dans une maison d’édition de sciences humaines et sociales comme dans toutes les maisons d’édition, est un choix éditorial, celui de faire entrer un ouvrage dans un catalogue, avec le souhait qu’il rencontre un lectorat.

7Du côté des chercheurs, compte tenu de l’évolution de leur mode d’évaluation, si l’article est incontournable dans la carrière professionnelle, le fait de publier un livre n’est sans doute plus aussi prestigieux qu’auparavant. Lorsque le terrain en amont de l’écriture est particulièrement lourd, il peut leur sembler préférable de le « valoriser » dans une série d’articles publiés dans des revues académiques avec un facteur d’impact important, plutôt que de prendre le temps de rédiger un unique ouvrage et d’être contraint de se lancer aussitôt dans une nouvelle enquête. Cette situation clarifie les enjeux : toutes les thèses, toutes les habilitations à diriger les recherches, tous les projets de recherche financés par l’Agence nationale de la recherche n’ont pas comme débouché obligatoire un livre. Il faut que l’auteur ait envie de monter en généralité et de s’adresser à un lectorat qui n’est pas nécessairement spécialiste de l’objet d’étude, le premier lecteur étant souvent l’éditeur lui-même. Ce choix trouve ses prolongements dans le fait d’écrire un ouvrage en français plutôt que de participer à un collectif en anglais. Ce type de publications assure une diffusion internationale, mais à qui s’adresse-t-elle réellement ? Elle ne touche en général que les pairs, à l’échelle du monde cette fois. Ne pas répondre directement à cette logique d’une évaluation du chercheur est ce qui a permis de préserver jusqu’à présent un lectorat francophone de sciences humaines. S’y soumettre conduit au modèle anglo-américain qui, à côté des articles, produit de plus en plus de livres académiques collectifs imprimés et numérisés uniquement à destination des bibliothèques (du monde entier, certes). La réticence des éditeurs français à publier des collectifs, plus difficiles à faire vivre en librairie, s’explique par cette quête d’un lectorat plus large, sur lequel leur modèle économique est fondé.

Un retour des sciences humaines et sociales en librairie

8Pour l’éditrice que je suis, l’ambition, en transmettant les résultats de la recherche sous différents formats éditoriaux, est de multiplier les points de contact entre le travail des chercheurs et la société, autrement dit d’accompagner les idées et les auteurs jusqu’aux lecteurs. L’exploration de registres divers dans des maisons spécialisées est facilitée depuis quelques années pour plusieurs raisons. J’en retiens deux principales. D’abord, le relatif désengagement des éditeurs généralistes sur les SHS offre l’opportunité aux éditeurs plus spécialisés d’accompagner leurs auteurs d’un type de publication à l’autre, quand l’essai a longtemps été l’apanage des grandes maisons. Un même éditeur peut aujourd’hui publier un article pionnier dans une revue académique, éditer l’ouvrage collectif issu d’un projet soutenu par l’ANR, en donnant ainsi accès à une recherche originale, proposer à certains contributeurs de cette parution de rédiger un essai sur la même thématique (et les accompagner dans ce changement de style d’écriture) pour tenter de toucher un public plus large, les retrouver comme auteurs de notices dans un dictionnaire ou auteurs d’un manuel pour étudiants, etc.

9Ensuite, l’attention du lectorat pour les ouvrages savants paraît se renouveler. Le sentiment d’un monde en transition, si difficile à appréhender, a généré un regain d’intérêt pour les sciences humaines dans ses formes assez traditionnelles (celle de l’essai en particulier) mais selon des modalités nouvelles. Après des années à vanter l’interdisciplinarité sans la faire, les lecteurs la font désormais vivre. Sur certains sujets tels le genre et l’intersectionnalité, les questions environnementales, l’urbanisme ou le numérique, le besoin de comprendre les pousse à aller voir et comparer les regards des sociologues, des philosophe, des politistes ou des économistes. Ainsi, ce goût pour les approches multiples d’un même sujet se trouve moins du côté des auteurs que de celui des lecteurs. Les libraires commencent à le percevoir et à organiser leurs tables selon cette logique thématique plus que disciplinaire.

10Pour autant, si le travail éditorial permet d’accompagner l’auteur pour qu’il rencontre le public le plus large possible en travaillant le texte, sa longueur, la maquette, etc., les formes éditoriales proposées changent peu, au risque de ne pas pouvoir transmettre une partie de la recherche. Du côté des jeunes chercheurs, la transdisciplinarité ne correspond pas encore à la pratique la plus courante, mais le souhait d’écrire de manière plus collective s’exprime fréquemment. La recherche se pratique souvent à plusieurs et les universitaires interrogent volontiers l’individualisation excessive de résultats pourtant produits en commun, alors qu’eux-mêmes utilisent quotidiennement des outils collaboratifs, notamment pour l’écriture. Ce désir est difficile à concrétiser pour les éditeurs qui peinent à trouver des formes éditoriales pertinentes et des relais médiatiques, quand ceux-ci préfèrent penser qu’à une idée correspond un auteur unique. La réticence des éditeurs envers les ouvrages collectifs, qui n’est pas neuve, mêle plusieurs craintes : l’une, intellectuelle, celle de la compilation de textes ayant certes un lien thématique mais sans structure, qui rapproche l’ouvrage d’un numéro de revue et qui donne l’impression d’un « faux livre » ; l’autre, commerciale, celle d’un silence médiatique en raison de l’absence d’incarnation du propos par un auteur ; le tout conduisant à une mévente. Les collectifs, malgré quelques contre-exemples flamboyants, font donc peur aux éditeurs, aux libraires, aux journalistes et aux lecteurs.

  • 1 Sur la présence des sciences humaines et sociales en librairie, voir, à travers le cas de la libra (...)

11J’ai commencé à travailler dans l’édition de sciences humaines et sociales il y a près de vingt ans et j’ai presque toujours entendu parler de la crise de ce secteur. Régulièrement aussi, l’idée était émise d’hybrider l’écriture de la non-fiction et celle de la fiction (toujours pour revivifier la première) ou d’ajouter du suspense au récit pour permettre à un grand lectorat de se familiariser avec les résultats de la recherche la plus récente. Bien sûr, de rares auteurs ont su et sauront demain faire une grande œuvre littéraire d’un travail savant, mais constatons d’abord la permanence de formes devenues classiques dans le monde académique comme l’essai ou la monographie. Observons aussi que les rayons de SHS n’ont pas totalement disparu des librairies et auraient même renoué avec la croissance1. Je crois peu à l’envie des chercheuses et des chercheurs d’investir des formes littéraires où le récit se rapproche de la fiction. Il me semble en revanche essentiel que les éditeurs s’intéressent à la façon dont ils construisent aujourd’hui leurs démonstrations et imaginent avec eux la meilleure façon de donner à lire à chacun ce qu’ils ont compris du monde.

Notes

1 Sur la présence des sciences humaines et sociales en librairie, voir, à travers le cas de la librairie Ombres Blanches à Toulouse, Péricaud, dans le présent ouvrage.

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search