Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Modes de publication, standardisation et professionnalisation de la production éditoriale

Modes de publication, standardisation et professionnalisation de la production éditoriale

Texte intégral

1L’édition en sciences humaines et sociales a connu depuis le début du xixe siècle une transformation de ses formes en même temps que de ses métiers. Sophie Barluet avait souligné il y a plusieurs années le rôle essentiel et spécifique des essais dans le domaine des SHS. Cette particularité, qui correspond à l’engagement historique de l’édition privée en France, assez éloignée de ce qui se pratique dans le monde éditorial anglophone ou d’autres espaces nationaux et linguistiques, a tendance à s'effacer, ce qui se manifeste par la baisse du nombre de collections de sciences sociales chez les grands éditeurs généralistes privés, tout comme par celle de leurs chiffres de vente. Les exigences relatives à un élargissement du lectorat vers le grand public cultivé, parfois difficiles à articuler avec celles de projets scientifiques pointus, augmentent. Le processus à l’œuvre semble ainsi être celui d’une fragilisation de la zone centrale de la production, ce « cœur » où se rencontrent les éditeurs publics et privés, les chercheurs en SHS et leur lectorat, sous la pression des contraintes formelles et économiques, des nouveaux formats de communication du milieu scientifique et d’une évolution des métiers de l’édition.

2Ce sentiment correspond-il à une réalité ? Si les essais originaux peuvent avoir l’air d’occuper une place plus limitée que par le passé, la publication de la thèse sous forme monographique (ou sous forme d’articles dans certains domaines comme en économie) reste un passage quasiment obligé des carrières du côté des scientifiques. Dans le même temps cependant, la recherche sur projet, prolongeant le développement des laboratoires en sciences humaines et sociales depuis les années 1980, a produit une multiplication de livres collectifs, déjà dénoncée par Jacques Le Goff en 1993 qui parlait de « colloquite aiguë ». Enfin, l’essor de l’évaluation individuelle de la recherche, lié à la valorisation de la publication dans des revues selon les standards internationaux d’expertise, a également contribué à transformer l’équilibre de la production scientifique.

3Dès lors, le paysage qui apparaît n’est pas facile à décrire. Il manque d’abord des données quantitatives précises et différenciées par discipline sur les choix opérés à la fois dans le monde de la recherche et dans celui de l’édition, qui permettraient de mieux comprendre les stratégies de publication, d’une part, des auteurs (comment, pourquoi et quand privilégie-t-on l’édition publique ou privée, l’essai, la monographie, le livre, l’article de revue) et, d’autre part, des différents acteurs de l’édition (quelles sont les attentes vis-à-vis des auteurs, comment travaille-t-on les textes, comment tenir compte du lectorat potentiel, etc.). Il manque également une réflexion qualitative sur la manière dont ces formes de publication s’articulent les unes aux autres, tant d’un point de vue économique que scientifique. Alors que les mêmes chercheurs et chercheuses interviennent dans les différents champs de la publication, les débats sont fragmentés (sur l’essai de synthèse, sur le rôle des revues, sur la place de la vulgarisation scientifique, etc.).

4De plus, les effets de ces déplacements formels et professionnels sur l’écriture des SHS restent un angle mort de la réflexion collective. La fonction accordée à l’article de revue, en particulier dans le monde anglophone, est corrélée à une standardisation des modes de narration et de présentation des résultats qui laisse peu de place à l’expression d’interventions originales ou innovantes. De même, chez les éditeurs généralistes du secteur privé, les attentes liées aux grandes collections, largement déterminées par le marché, façonnent l’écriture scientifique. On peut se risquer à parler parfois d’effets de mode en SHS, touchant une discipline ou une thématique, avec un jeu de circulation entre les avancées de la recherche (qui ne sont pas épargnées par de tels engouements, y compris dans la mobilisation des financements) et les succès en librairie. La longueur des écrits publiés, la place des notes par rapport au texte, le choix d’un langage plus ou moins codifié sont autant de critères décisifs dans la construction de la production éditoriale. Le numérique constitue également un important moteur de standardisation, notamment des pratiques éditoriales qui se sont adaptées au single source publishing, mais aussi, plus généralement, des modes d’écriture de la recherche, voire du travail sous-jacent de préparation de copie, de réécriture, de structuration du texte ou d’élaboration de l’appareil critique. L’application de normes et de processus professionnels fait ainsi courir le risque d’une uniformisation de la production scientifique.

5La standardisation opère d’un bout à l’autre de la chaîne de publication et modèle, en amont, les attentes des auteurs et des éditeurs, qu’il s’agisse de la discussion éditoriale dès la réception du manuscrit ou de la collecte d’informations complémentaires. La question dépasse donc celle des standards de parution ou de diffusion et concerne la conceptualisation même de l’objet texte et l’exercice des métiers qui s’y attachent. Alors que la plupart des éditeurs étaient auparavant issus de formations initiales dans le domaine des SHS et qu’ils apprenaient « sur le tas » les métiers et les pratiques de l’édition, on a vu se généraliser depuis une vingtaine d’années de nouveaux outils de préparation et de suivi éditoriaux, de gestion des manuscrits, de correction d’épreuves, de veille professionnelle, etc. Ce moment a correspondu en France à un développement important des formations professionnelles universitaires et à un essor de l’offre de formation continue (par exemple sous l’égide du Syndicat national de l’édition avec l’Asfored), en parallèle de la constitution d’un réseau professionnel pour l’édition publique, le réseau Médici. Le métier d’éditeur ou d’éditrice, au centre de la chaîne de production, a connu en particulier un mouvement de professionnalisation très net qui se caractérise par une concentration de tâches autrefois bien distinctes (préparation de copie, maquette, correction) autour d’une même fonction.

6De nos jours, les éditeurs en sciences humaines et sociales, considérés parfois comme des « experts », ne sont plus forcément issus du monde de la recherche : dans certaines maisons, ils sont désignés comme des « éditeurs de réalisation » (contrairement aux « éditeurs d’acquisition ») ou, en contexte d’édition structurée, comme des « ingénieurs éditoriaux ». Or, quand on lit les travaux consacrés aux transformations juridiques, techniques et intellectuelles qui affectent le domaine des SHS, on remarque que ceux-ci s’intéressent essentiellement à leurs effets sur les activités des chercheurs et des auteurs, mais très peu sur celles des autres catégories de travailleurs qui contribuent à l’élaboration matérielle des publications. Dans le domaine de l’édition savante, le travail des éditeurs de livres ou des secrétaires de rédaction des revues académiques relève encore trop souvent d’un ensemble d’activités collectives discrètes, pour ne pas dire invisibles, largement méconnues voire dévalorisées. La professionnalisation des métiers éditoriaux reste inachevée, fragile et inégale, encore marquée par le bricolage, alors même que se développent des pratiques de communication scientifique immédiate, nativement numériques, qui créent un mouvement d’autonomisation des scientifiques quant à la diffusion de leurs recherches. Cette évolution a des effets sur l’organisation du monde éditorial, en relation avec un mouvement de précarisation et de sous-traitance, dans un contexte de fragilisation économique. Elle produit parfois de nouvelles situations de tension intellectuelle et sociale entre les chercheurs et chercheuses, d’un côté, et les éditeurs et éditrices, de l’autre, c’est-à-dire entre un personnel à vocation scientifique qui assume la responsabilité éditoriale, tout en étant de moins en moins capable de comprendre le détail des contraintes techniques pesant sur la production, et un autre formé aux techniques et technologies de l’édition au niveau du master en général.

7En suivant l’expérience d’éditeurs et d’éditrices exerçant différents types de responsabilités dans des structures éditoriales de taille variée, aussi bien publiques (Presses de Sciences Po, Presses universitaires de Rennes, CNRS) que privées (Édition du Seuil, Fayard, Anarchasis), on tentera de comprendre comment toute la chaîne de l’édition est finalement affectée par ces mutations qui touchent à la fois les formes textuelles et matérielles et les métiers qui les produisent, conduisant à une redéfinition des termes de « publication », de « maison d’édition », d’« éditeur scientifique » ou d’« éditeur professionnel ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search