Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

L’édition en sciences humaines et sociales, un bien commun

Étienne Anheim et Livia Foraison

Texte intégral

1L’édition, au sens premier du terme latin editio, désigne une « production », « ce qu’on fait sortir », « qu’on tire » (e-) pour le « donner » (dare) à un public de lecteurs ou de spectateurs. Même si ce n’est qu’au moment où la « république des lettres », c’est-à-dire un monde savant relativement clos sur lui-même, s’ouvre à un espace public plus large, entre la fin du xviie et la fin du xviiie siècle, que les mots « éditer », « éditeur » et « édition » ont pris le sens qu’ils ont toujours pour nous, il n’est pas inutile, au seuil de ce livre, de s’en rappeler. En effet, ces racines étymologiques dévoilent deux aspects essentiels de l’édition. D’une part, il s’agit d’un travail, qu’il faut considérer dans son ensemble, sans en occulter la dimension matérielle, économique et sociale, rendue parfois invisible par le prestige et la valeur symbolique qui sont liés à cette pratique. D’autre part, l’édition consiste à produire un mouvement qui extrait un savoir particulier pour le mettre plus largement à disposition, une opération qui n’a donc rien à voir avec l’exposition pure et simple de résultats, mais qui réside au contraire dans leur traduction dans une langue suffisamment commune pour être comprise au-delà du petit cercle des spécialistes. Par son travail, l’éditeur ou l’éditrice « donne à lire ». Son métier ne se résume pas à la mise en page ou en ligne, à la correction ortho-typographique ou à la gestion des contraintes techniques et des logiciels : de la vérification des références au dialogue avec les auteurs et les autrices sur l’écriture des textes, il est au cœur même de la vie intellectuelle, aujourd’hui comme par le passé. L’électronique n’a pas moins besoin d’éditeurs – et d’éditrices, car une autre caractéristique de ce métier est sa féminisation – que le papier et la défense de cette profession, souvent soumise à la précarité, est un enjeu essentiel.

2Si cette vocation de l’édition perdure à travers le temps, il faut cependant remarquer que le monde éditorial a connu en vingt ans la mutation la plus importante depuis que les sciences humaines et sociales se sont instituées du point de vue disciplinaire et universitaire, au xixe siècle. Cette transformation tient d’abord à l’évolution propre aux institutions de recherche, dont le fonctionnement a été bouleversé depuis le début du xxie siècle, au point que les chercheurs et les chercheuses des années 1970 ressemblaient davantage à leurs devanciers de la fin du xixe siècle qu’à leurs collègues contemporains. Elle tient ensuite à une extension démographique, donc quantitative, du milieu scientifique au cours de la même période. Le nombre d’auteurs et d’autrices a considérablement augmenté depuis cinquante ans, à mesure de la massification universitaire, et les injonctions à la publication sont de plus en plus fortes, ce qui accroît grandement l’offre potentielle. Enfin, la mutation est liée de manière indissociable à une transformation des pratiques d’écriture et de lecture des textes savants, dans un contexte où les technologies numériques ont radicalement modifié la donne. Cette évolution globale a produit des tensions politiques et économiques au sein de la communauté des sciences humaines et sociales, donnant le sentiment d’une conflictualité chronique entre les acteurs publics et privés, entre les partisans de l’électronique et du papier, entre les défenseurs de l’open access et du paiement. Certes, l’examen critique de positions divergentes fait partie de la tradition des sciences humaines et sociales et, à ce titre, la vitalité des débats autour de l’édition depuis plus de dix ans est un signe de bonne santé. La confrontation des points de vue est le moteur d’une discussion nécessaire sur le plan scientifique et démocratique. Celle-ci ne doit cependant pas s’affranchir du respect de la diversité des analyses et il ne faut pas perdre de vue le fait que tous les acteurs poursuivent en théorie le même objectif, le rayonnement éditorial de disciplines essentielles à la vie intellectuelle et politique de nos sociétés modernes. Il y a suffisamment d’adversaires des sciences humaines et sociales, au cœur et parfois à la tête de ces sociétés, qui ont tout à gagner lorsque notre collectivité se déchire autour de sujets aussi fondamentaux que l’édition. Au contraire, nos disciplines ne sont jamais aussi fidèles à leur vocation que lorsqu’elles sont capables de produire des savoirs nouveaux, y compris sur elles-mêmes, et de contribuer avec réflexivité à la délibération collective. C’est tout le sens de cet ouvrage issu des « États généraux de l’édition en sciences humaines et sociales » organisés par l’EHESS et ses Éditions en juin 2019. Il cherche non seulement à cartographier la pluralité des points de vue et à identifier les enjeux majeurs, mais aussi à cumuler les connaissances déjà acquises grâce aux travaux de recherche portant sur l’édition.

3On le sait, les transformations du marché du livre, l’essor de la publication et de la lecture en ligne et l’évolution de l’évaluation scientifique ont profondément modifié la production et la diffusion du savoir en sciences humaines et sociales, tout comme les modèles économiques et l’organisation du travail qui les sous-tendaient. Faut-il pour autant céder trop facilement à la rhétorique de la crise ? Ce n’est pas sûr. On n’a jamais publié autant de sciences humaines et sociales que dans les dernières années et, en volume global, jamais il ne s’en est autant lu, sur du papier ou sur des écrans. Certes, les ventes par ouvrage ne sont plus ce qu’elles étaient il y a quelques décennies. Une partie du grand public cultivé qui achetait les livres de Jacques Le Goff ou Emmanuel Le Roy Ladurie a disparu, mais la production totale en sciences humaines n’a cessé d’augmenter et l’édition numérique a élargi les horizons des auteurs comme des lecteurs. Alors que certaines collections traditionnelles souffrent de la baisse des ventes, de nouvelles maisons d’édition spécialisées, souvent militantes, tournées vers un public non professionnel, sont apparues, porteuses d’innovations intellectuelles et esthétiques grâce à un important travail éditorial. S’il est donc difficile de parler de crise générale, le profond bouleversement est en revanche indéniable. Dans le domaine de la lecture des revues scientifiques, les supports électroniques ont supplanté le papier en moins de quinze ans, d’une manière sans doute irréversible, alors que les livres sont encore très majoritairement lus en papier. Du point de vue économique, les revenus liés aux revues, qui constituaient par le passé des ressources significatives pour de nombreux éditeurs, se sont effondrés, la rentabilité de l’édition électronique diffusée par bouquet étant moindre que celle des abonnements papier. L’ensemble du secteur est bousculé et se voit contraint de se réorganiser, dans une situation où la tendance générale est celle de l’accentuation d’une tension interne au monde éditorial. Le fil continu qui court entre la production scientifique et la diffusion vers le grand public, entre les revues spécialisées et les essais synthétiques, entre l’open access en ligne et l’économie du livre et de la librairie, est en train de se distendre, comme le note Christophe Prochasson dans l’avant-propos de ce volume. Alors qu’en France, l’édition de sciences humaines et sociales a une ancienne tradition de mixité, animée à la fois par des éditeurs publics et privés généralistes qui restent des acteurs importants du secteur et caractérisée par une large diffusion en librairie de livres écrits par des chercheurs, dans le monde anglophone, la différenciation est beaucoup plus forte entre les grandes presses universitaires, qui sont dominantes sur le marché des revues et de la monographie savante, et des éditeurs commerciaux dont l’activité en sciences humaines reste beaucoup plus superficielle. Or cette spécificité française pourrait aujourd’hui être remise en question par l’évolution générale du secteur. La scission entre l’édition scientifique et commerciale, déjà bien entamée dans des disciplines comme l’économie ou la psychologie expérimentale qui juxtaposent des revues en anglais et des livres grand public, peut produire à terme une modification très profonde de la place de la recherche en sciences humaines dans notre société.

  • 1 Ces chapitres reprennent pour partie les tables rondes et les ateliers des journées de juin 2019, (...)

4Si la question est moins de nommer la crise que de mesurer le bouleversement, l’incertitude domine. Dans ce contexte, il nous a semblé qu’il y avait urgence à réunir, voire à produire des données et des analyses et à les partager le plus largement possible, de manière à contribuer à la clarification des débats. Dans cette perspective, trois grandes thématiques structurent ce livre organisé en chapitres introduits par des chapeaux qui ont été écrits par l’équipe des Éditions de l’EHESS1. Un premier ensemble de questions porte sur la dimension scientifique de l’édition en sciences humaines, qui la particularise par rapport à d’autres domaines comme la fiction ou la jeunesse. Nous avons voulu réfléchir aux rapports entre le mode de publication et la standardisation de la production des chercheurs et chercheuses (chapitre 1), aux nouvelles formes de communication savante (chapitre 2) et aux liens complexes qu’entretient l’édition avec l’évaluation scientifique (chapitre 3). Une deuxième interrogation porte sur la recomposition des modèles économiques de l’édition en sciences humaines et sociales, abordée de l’échelle générale à celle plus spécifique des revues (chapitres 4 et 5). Enfin, un troisième volet de la réflexion a porté sur des domaines où les déplacements récents de l’édition produisent des effets rapides, comme celui des pratiques de lecture (chapitre 6), des normes éthiques et de l’intégrité scientifique (chapitre 7) ou de la traduction (chapitre 8). Cette architecture est complétée par une annexe présentant la situation actualisée du cadre légal de l’édition scientifique, qui est destinée à constituer un outil de travail et un point de repère.

5Ce bilan n’est bien sûr pas exhaustif. Il se place dans les limites du cas français et donne peu de place à la comparaison internationale. Certains métiers essentiels de l’édition n’y sont pas représentés, comme la distribution et la diffusion. De plus, son centre de gravité penche du côté de l’édition publique et de disciplines comme l’histoire, la sociologie ou l’anthropologie, plutôt que la psychologie ou la gestion, par exemple. Néanmoins, nous espérons qu’il permettra un premier tour d’horizon pertinent, qui se veut plus prospectif que prescriptif. La pluralité des points de vue se retrouve dans la diversité des institutions représentées et des approches. Ce pluralisme montre bien qu’au-delà des différences d’analyse, une convergence est possible, autour de l’idée que l’édition en sciences humaines et sociales est un bien commun. Elle n’est pas un secteur comme un autre au sein de l’économie de l’édition, non seulement parce qu’elle relève de l’activité créatrice et du partage des savoirs, mais aussi parce que son indépendance matérielle est la garantie de son autonomie intellectuelle. En ce sens, ce livre montre que l’édition de sciences humaines et sociales n’est pas seulement un marché, mais une communauté qu’il faut préserver car elle est essentielle tant au progrès des savoirs humains qu’à la vie des démocraties.

Notes

1 Ces chapitres reprennent pour partie les tables rondes et les ateliers des journées de juin 2019, même si des réaménagements éditoriaux ont été parfois effectués. Les chapeaux introductifs ont été rédigés par les modérateurs des différents débats, Jean-Baptiste Boyer, Marie Laborit, Anne Lecomte, Chloe Morgan, Emmanuel Vincent et nous-mêmes. La captation intégrale des débats est accessible en ligne sur le site de l’événement, sous l’onglet « Programme et rediffusion » : https://editionshs2019.sciencesconf.org/ (consulté en juin 2020).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search