Version classiqueVersion mobile

L’édition en sciences humaines et sociales

 | 
Étienne Anheim
, 
Livia Foraison

Avant-propos

Christophe Prochasson

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, l’édition en sciences humaines et sociales se trouve dans une phase critique, prise qu’elle est dans des évolutions majeures. Celles-ci sont d’ordre tout à la fois techniques, économiques, culturelles et scientifiques. Techniques et économiques parce que l’édition en sciences humaines et sociales comme du livre dans son ensemble affrontent les défis du numérique et l’inflation de la production à laquelle ne répond pas un marché en extension infinie. Culturelles parce que le rapport à la lecture d’essais est en butte à la concurrence d’autres vecteurs de la connaissance, à commencer par internet. Scientifiques enfin parce que la production savante peine à relancer des travaux pionniers qui, comme ce fut le cas dans les années 1960 et 1970, rencontreraient l’intérêt d’un large public. La relation avec un lectorat non universitaire est aujourd’hui menacée par les normes qu’impose de plus en plus une professionnalisation de la recherche qui appelle à des formats conventionnels et à une langue dominante, l’anglais. Se trouve ainsi remis en cause l’un des traits les plus remarquables de la production éditoriale française en SHS qui a longtemps pu réunir un double marché : le monde savant et le public amateur. On peut d’ailleurs relever que, depuis quelques années, certains et certaines, auteurs, autrices comme éditeurs ou éditrices, s’efforcent de combattre cette dissociation avec des résultats qu’il serait utile d’évaluer mais qui rendent moins sombre l’avenir des sciences sociales.

2Ces mutations si complexes, qui suscitent autant d’inquiétudes que d’espoirs, autant de discours navrés que d’innovations, autant de confiance dans les promesses du futur que de sentiment de déclin et de déclassement, ont aussi produit bien des conflits entre les acteurs du monde du livre, une polémique nourrie de procès en sorcellerie et d’accusations réciproques : refus de s’adapter aux évolutions de la société contre dénonciation d’un alignement acritique sur ce monde dominé par la technique et l’argent et indifférent à la qualité scientifique. Je n’oublie pas non plus les litiges et les malentendus inutiles qui ont opposé et opposent encore parfois l’édition publique et privée, quand l’une et l’autre sont au service de la même grande cause (mais sans doute avec des missions ou des rôles différents) : la transmission de savoirs certifiés par des institutions scientifiques ou des communautés savantes.

3Pour sortir de ces impasses discursives, la présidence de l’EHESS a demandé aux Éditions de l’EHESS de réunir tous les acteurs de la chaîne du livre, du producteur au consommateur. Tel était le sens de cette première édition des « États généraux » que les Éditions de l’EHESS ont voulu initier, d’abord parce qu’elles ont vocation, aujourd’hui plus qu’hier encore, non seulement à publier des ouvrages marquant les disciplines qui composent les sciences sociales, mais aussi à contribuer aux grands débats publics en mettant autant que faire se peut à la disposition de tout un chacun les travaux qu’elles accueillent. L’organisation de ces rencontres répond ensuite aussi à la volonté d’impliquer plus directement et plus fortement les chercheuses et les chercheurs qui, tout en participant à la chaîne éditoriale en tant qu’auteurs et autrices, ne se sentent pas toujours concernés par les transformations à l’œuvre dans le monde éditorial, alors que celles-ci touchent le cœur de leur activité. Il en va de même pour les étudiants et les étudiantes, en particulier les doctorants et les doctorantes. L’enjeu est d’importance car l’édition n’est pas un domaine annexe de la recherche, ni une activité externe : elle est indissociable de la création intellectuelle et scientifique, de même qu’elle est consubstantielle à la démocratie. Il s’agit d’une mission d’utilité publique, au moment où partout dans le monde nos savoirs sont menacés, ici par des pouvoirs autoritaires, là par l’intolérance militante, ailleurs par l’uniformité technocratique.

4Cette rencontre et le livre qui en découle ne sont évidemment pas destinés à proposer des conclusions définitives, pas plus qu’ils ne visent à épuiser le sujet. Comment clore, avec tant de hâte, des débats aussi importants que ceux qui doivent contribuer à définir des périmètres éditoriaux, des modèles économiques, des types d’ouvrages, des modalités de valorisation ou des organisations ? Cette première édition (le mot convient ici à merveille !) n'est qu’une impulsion, parmi d’autres, en faveur d’un large débat qui doit se prolonger sur le Campus Condorcet, où l’EHESS commencera sa mue aux côtés de partenaires tout aussi désireux qu’elle de voir s’épanouir un grand pôle éditorial de sciences humaines et sociales sur la commune d’Aubervilliers.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search