Version classiqueVersion mobile

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

I. Les identités et les champs d'action

Marchands et marchandes dans la société grecque classique

Maria Cecilia D’Ercole

Résumé

Quelle est la place des femmes marchandes dans la société grecque classique, notamment athénienne ? À partir des documents littéraires et épigraphiques, mon enquête souligne tout d’abord la démarcation sociale qui existe dans le monde grec — et romain aussi — entre le commerce local (kapêleia, tenuis mercatura) et les échanges sur la longue distance (emporia, magna mercatura) : si le premier est déprécié, le deuxième est considéré comme une pratique socialement utile. Dans cette échelle de valeurs, les femmes occupent un rang modeste, puisqu’elles gèrent un commerce local dans des domaines circonscrits (alimentation, vestiaire…). La variété des métiers montre par ailleurs l’intégration de ces figures féminines dans le monde du travail urbain spécialisé, connu à partir du Ve siècle. Quant aux espaces du commerce au féminin, l’organisation par secteurs du marché (notamment athénien), fait penser à des regroupements spontanés de femmes selon la nature des marchandises vendues. Pour conclure, les logiques du genre ne semblent pas influencer directement les représentations sociales des femmes marchandes dans la polis classique ; cependant, les contraintes imposées par le genre déterminent leur place à l’intérieur d’une hiérarchie sociale, appliquée aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Texte intégral

  • 1 Johann Hasebroek, Il pensiero imperialistico nell’antichità. Tre ricerche su Stato, società e comme (...)
  • 2 Voir notamment les considérations sur « ordre et statut », dans Moses I. Finley L’économie antique, (...)
  • 3 André Tchernia, Les Romains et le commerce, Centre Jean Bérard, Études VIII, Naples, 2011, notammen (...)
  • 4 Alain Bresson, « Merchants and politics in ancient Greece: social and economic aspects », in Carlo (...)
  • 5 Andrea Giardina, « Le marchand », in Andrea Giardina (éd.), L’homme romain, Paris, 1992, p. 303-334 (...)
  • 6 . Hérodote, I, 1 (pour les Phéniciens) et I, 163 (pour les Phocéens).
  • 7 . Cicéron, De officiis I, 150 ; nous reviendrons plus loin sur cet important passage.

1L’activité marchande offre un terrain d’investigation idéal pour étudier les articulations entre genre et statut social et pour comprendre l’impact du genre sur le classement social des fonctions publiques. En effet, il s’agit de l’une des rares activités qui est exercée, dans l’Antiquité grecque et romaine, par des hommes et par des femmes, même si, comme on le verra, c’est avec différents rôles et prérogatives. En outre, il s’agit d’une occupation pour laquelle les questions de statut et de reconnaissance sociale ont été au cœur du débat historiographique, tout au long du XXe siècle et de nos jours encore. Sans crainte d’exagération, on peut affirmer que la considération sociale du commerce et de ses agents dans les sociétés grecques et romaines constitue un point essentiel de la réflexion moderne et contemporaine sur l’économie antique. Pour résumer ce long débat, on pourrait retracer les évolutions respectives des deux tendances opposées. D’une part, le courant de pensée qui débute avec les écrits de Johann Hasebroek dans les années 1920-19301 et trouve une continuation cinquante ans plus tard, dans les positions défendues par Moses I. Finley2. Ce courant affirme la position marginale et secondaire des marchands dans l’échelle sociale des sociétés grecques et romaines, qui serait, par ailleurs, comparable à la place attribuée à d’autres groupes, par exemple aux étrangers. Le livre récent d’André Tchernia sur les Romains et le commerce3 réaffirme la centralité de ces thèmes, tout en se démarquant des théories de Finley. De l’autre côté, des historiens comme Alain Bresson ont souligné l’intégration des marchands dans la société grecque et l’autonomie de leurs choix économiques, au moins à partir de l’époque classique. Dans cette reconstruction des comportements économiques dans l’Antiquité, les procédures marchandes ne sont guère soumises à des contraintes sociales, mais répondent à des calculs économiques et à des choix délibérés4. Pour Bresson, même les pratiques commerciales les plus risquées, comme les expéditions lointaines et le prêt maritime, sont le résultat d’évaluations précises sur les risques et sur les possibilités de gain, et non la réponse obligée à un état d’indigence. Entre ces deux positions, évoquées ici de manière très concise, des historiens comme Andrea Giardina ont introduit, déjà dans les années 1990, d’autres intéressantes clés de lecture, en insistant sur les clivages internes au monde même du commerce. Par exemple, une ligne de fracture nette se dessine, dans le monde romain, entre le grand et le petit commerce, entre la magna et la tenuis mercatura5. Or, ces réflexions peuvent très bien s’appliquer à la répartition des rôles sociaux en Grèce ancienne, du moins à partir de l’archaïsme récent, époque de l’affirmation généralisée du commerce sur la longue distance, l’emporia. Ces analogies dans les représentations grecque et romaine du commerce me paraissent aller jusqu’à l’emploi d’expressions lexicales proches dans les deux langues. À commencer par les makrai nautiliai qu’Hérodote attribue aux Phéniciens et aux Phocéens6, jusqu’à la magna mercatura évoquée dans un célèbre passage de Cicéron7, les regards sur les métiers du commerce semblent converger malgré les distances indéniables. La place des femmes marchandes doit être considérée au sein de ces enjeux complexes : il en va de même pour les sociétés de la Grèce classique, où le cas athénien est sans doute le mieux représenté, par les sources littéraires et épigraphiques.

Marchand, marchande : enquête sur les mots

  • 8 Excellente analyse dans Mario Lombardo, « Circolazione monetaria e attività commerciali », in Salva (...)
  • 9 Comme l’étude de Michel Casevitz (« Emporion : emplois classiques et histoire mot », in Pierre Roui (...)

2L’enquête lexicale m’a paru, comme souvent d’ailleurs, le meilleur point de départ pour définir les limites du champ de l’investigation et pour orienter les pistes de travail à suivre. Il est notoire que, déjà à la fin du VIe siècle, et assurément à l’époque classique, la langue grecque possède plusieurs mots pour définir la figure du marchand : emporos, kapêlos, nauklêros, metaboleus, agoraios, pôlês, autopôlês. Le commerce luimême répond à différentes appellations qui recoupent en partie les mêmes champs sémantiques : la kapêleia, l’emporia, la nauklêria, la phortêgia etc. L’emploi de ces termes n’est pas systématique, mais découle souvent du contexte de l’action ou de la narration ; c’est dire qu’ils sont, au moins en partie, interchangeables, souvent chez les mêmes auteurs, voire dans les mêmes ouvrages8. Il reste que chacun de ces termes s’affirme et évolue en accord avec les différentes phases de l’histoire du commerce ou sert à exprimer les aspects multiples de cette activité. À titre d’exemple, le mot emporos est construit autour de la racine « por » qui implique la notion de traversée et de passage, notamment maritime9. Cette idée reste constamment liée à un mot qui est loin d’avoir dévoilé toute sa complexité sémantique : par définition, l’emporos est le marchand des longues distances maritimes. Or, malgré la variété du vocabulaire du commerce, seuls deux termes ont eu un correspondant au féminin. L’un est le substantif kapêlos, au féminin kapêlis. L’autre est le mot pôlês, utilisé dans sa forme féminine pôlis dans des mots composés. Il convient ainsi de se pencher plus de près sur la signification et l’usage de ces deux mots.

  • 10 . Par exemple dans Liddell-Scott-Jones, A Greek-English Lexicon with a supplement, Oxford, 1996, s. (...)
  • 11 L’évolution du mot est expliquée de manière extrêmement claire dans les Scholia in Plutum, 1156 : k (...)
  • 12 C’est le fr. 79 West : il y est question d’un personnage qui kapêleuei (vend au détail ?) du vin pr (...)
  • 13 Comme la célèbre expression d’Hérodote, III, 89, qui a fait couler des fleuves d’encre, sur Darius (...)
  • 14 Platon, République II, 12, 371 b-d. Il est toutefois à noter que la différence entre kapêloi et emp (...)
  • 15 M. Lombardo, art. cit. (n. 8), p. 686. Sur le caractère strictement local de l’du kapêlos, voir déj (...)
  • 16 Aristophane, Thesmophoriazousai 347.
  • 17 Ainsi Pollux, Onomasticon VII, 193 : les kapêloi ne sont pas uniquement les commerçants au détail ((...)
  • 18 Émile Benvenist, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 1. Économie parenté, société, Pa (...)

3Kapêlos est couramment traduit comme « commerçant au détail »10. Assurément légitime, cette traduction ne saisit toutefois qu’un aspect de cette fonction marchande11 ; il ne sera pas inutile d’en retracer l’évolution. D’origine controversée (sémitique ?), le verbe kapêleueîn est attesté pour la première fois chez Hipponax, dans la seconde moitié du VI e siècle av. J. - C.12. Il apparaît souvent en rapport avec le monde de l’Asie Mineure13 : Hérodote, Grec de Carie, l’utilise douze fois, faisant toujours référence à des situations et contextes orientaux. Le terme ne devient toutefois courant qu’au Ve s. av. J. -C., au moment où une distinction importante se creuse entre emporos et kapêlos. Une telle différence est clairement exprimée dans un célèbre passage de la République de Platon14 qui établit une sorte de typologie des formes de l’échange. Le commerce se fait essentiellement a) par mer, b) par vente et achat, actions qui impliquent la nécessité d’avoir une monnaie et une agora. Or, comme Mario Lombardo l’a bien souligné, c’est justement dans ce cadre interne à la cité, dans cette économie qui interagit désormais régulièrement avec la monnaie, que la figure du kapêlos naît et se développe15. C’est ainsi que le nom de l’activité (kapêleia) et du lieu de son exercice (to kapêleion) apparaissent dans la langue grecque. C’est alors qu’à côté du nom masculin, le correspondant féminin apparaît, kapêlis. Un vers des Thesmophoriazousai d’Aristophane16 présente les deux termes l’un à côté de l’autre, avec une parfaite équivalence symétrique : «  si un commerçant ou une commerçante (kei tis kapêlos ê kapêlis)... ». Il est à noter que, lorsque le mot kapêlos/kapêlis apparaît sans autre spécification, il se confond souvent avec le marchand ou la marchande de vin17 : ceci pourrait expliquer le lien linguistique, remarqué par Émile Benveniste, entre le grec kapêlos et le latin caupo18.

  • 19 August Nauck, Tragicorum Graecorum Fragmenta (éd. revue par B. Snell), Hildesheim, 1964, p. 99, fr. (...)
  • 20 Euripide, Hippolyte 953.
  • 21 Platon, Lois XI, 918 a.
  • 22 Platon, Lois XI, 918 d.
  • 23 Platon, Lois XI, 918 b.
  • 24 Comme le remarque André Tchernia, op. cit. (n. 3), p. 95

4Or, il me semble que dans le cas du kapêlos, le statut et la représentation de l’activité marchande sont prioritairement et durablement négatifs. Cette image apparaît déjà chez les Tragiques, dans un fragment d’Eschyle19 et dans un vers de l’Hippolyte d’Euripide20, où le verbe kapêleueîn désigne la pratique du marchand charlatan qui fait étalage de marchandises qui trompent. Dans un passage des Lois, Platon associe sans détour la pratique de la fraude et le commerce au détail (kapêleia)21, car cette activité va souvent de pair avec un appât immodéré pour le gain22. Selon le philosophe, les faiblesses humaines projettent leur ombre négative sur une activité, le commerce, qui ne serait pas à mépriser en soi même23. Il en va de même dans le monde romain où l’image du modeste revendeur qui opère au contact de la clientèle demeure obstinément négative24.

  • 25 Sur toutes ces questions, Raymond Descat, « La cité grecque et la fraude », Gérard Béaur, Hubert Bo (...)
  • 26 Aristophane, Grenouilles 708-716 ; Cleigenes est décrit comme le pire des tenanciers de bain (ho po (...)
  • 27 Aristophane, Thesmophoriazousai 347. La cotyle équivaut à un quart de litre environ.
  • 28 Aristophane, Grenouilles 1386-1389.
  • 29 Théophraste, Peri osmôn 45, dans l’édition de Giuseppe Squillace, Il profumo nel mondo antico, con (...)

5La fraude est ainsi constamment associée à la figure du kapêlos, au point que l’adverbe dérivé du substantif, kapêlikôs, désigne tout simplement un comportement frauduleux. Les pratiques douteuses peuvent s’exercer sur la qualité aussi bien que sur la quantité des produits vendus25. Dans les Grenouilles, le tenancier des bains, métier à la réputation négative par excellence, fabriquait et vendait du mauvais savon26. Les kapêloi des Thesmophoriazousai trafiquent, quant à eux, sur les mesures, évaluées en conges et cotyles : ces petites quantités font penser à des malversations mineures, toutefois habituelles27. La fraude se pratique aussi sur les poids des tissus, vendus lorsqu’ils étaient encore mouillés et donc plus lourds28. Les ruses des petits commerçants visent, bien entendu, également leurs concurrents directs. Ainsi, les vendeurs de parfums (muropôlai) aspergent les clients hésitants d’un parfum de rose (rhodinon) qui réduit leur sensibilité olfactive et les dissuade d’acheter chez d’autres marchands29.

  • 30 Scholia in Plutum 1155 ; voir aussi Marcel Chantry, Scholies anciennes aux Grenouilles et au Plouto (...)
  • 31 Platon, République VII, 525 c, « ôs emporous ê kapêlous meletôntas » ; Protagoras, 313 d : ceux qui (...)
  • 32 Viktor Ehrenberg, The People of Aristophanes. A Sociology of Old Attic Comedy, Londres-New York, 19 (...)

6Quelles sont les raisons idéologiques de cette méfiance vis-à-vis des kapêloi ? Pour répondre à cette question, il est important de saisir les différences de ce groupe par rapport à d’autres figures marchandes, notamment, comme on le verra, par rapport aux emporoi. Une première explication, qui apparaît par exemple dans les scholies au Ploutos d’Aristophane30, met l’accent sur le rapport à la production des marchandises qui distingue le kapêlos d’autres commerçants, tel l’autopôlês. Alors que ce dernier vend les biens qu’il produit, le kapêlos est surtout un intermédiaire et dépend des autres pour se procurer l’objet de son commerce. Ainsi, la représentation de l’autopôlês rentre bien dans un discours de valorisation de l’autarchie, d’où le kapêlos reste exclu. Toutefois, le rapport à la production ne suffit pas à mon sens à en expliquer la mauvaise réputation. En effet, dans bien des cas, il s’agit d’une distinction surtout idéologique, car le kapêlos ou le pôlês produisent souvent eux-mêmes les biens qu’ils vendent. Il en va ainsi pour les boulangers (artopôlai), les cordonniers (skutotomoi) et pour bien d’autres, sans parler du cas des intellectuels qui vendent leurs savoirs et qui sont eux aussi des autopôlai, voire des kapêloi selon l’interprétation méprisante souvent répétée dans les dialogues de Platon31. Enfin, dans le vocabulaire de la comédie grecque, kapêlos peut également désigner le bibliographos, c’est-à-dire le scribe32. Ainsi, dans plusieurs cas, l’opposition entre production indépendante ou rôle intermédiaire doit être au moins nuancée.

  • 33 M. Lombardo, art. cit. (n. 8), p. 699
  • 34 Voir par exemple, Platon, Lois IV, 705 a ou encore VIII, 849-850 : dans la cité idéale, les gardien (...)
  • 35 Sur la disponibilité de monnaie des emporoi, qui peuvent devenir occasionnellement prêteurs d’argen (...)

7Il faut assurément prendre en compte le rapport avec la monnaie. Comme cela a déjà été observé, la figure du kapêlos est étroitement liée à un univers économique où la monnaie joue désormais un rôle central et quotidien33. Il est évident que les métiers liés à la pratique monétaire ne peuvent qu’être dévalorisés dans la vision moralisante propre à Platon34. En revanche, l’opposition éventuelle entre la richesse et la pauvreté ne semble pas constituer la vraie frontière entre les deux figures de l’activité marchande. Certes, l’emporos est en général plus riche35, car il doit posséder un patrimoine à investir dans le transport et dans l’achat de la marchandise ; mais il peut rapidement perdre sa fortune dans l’une des nombreuses mésaventures (perte du patrimoine, impayés, naufrages) qui menacent souvent la carrière des marchands.

  • 36 Platon, Sophiste 223 d.
  • 37 Aristophane, Paix 447.
  • 38 Contra, J. Hasebroek, op. cit. (n. 1), p. 63, affirme l’équivalence des statuts nauklêros, de l’emp (...)
  • 39 Platon, République II, 12, 371 b-d.
  • 40 Viktor Ehrenberg, op. cit. (n. 32), p. 144
  • 41 La métaphore de la mer comme source de malheurs est presque un topos chez les Tragiques grecs : Esc (...)
  • 42 Il en va de même dans le monde romain : cf. Andrea Giardina, op. cit. (n. 5), p. 318, 323 (sur le c (...)

8Si tous les éléments considérés ont contribué à forger l’image négative du kapêlos, le clivage décisif avec l’emporos se fonde sur les différents circuits d’action et de circulation des deux figures marchandes. Je m’explique. Dans plusieurs textes, le rayonnement de l’emporos, qui s’étend sur de longues distances, est opposé au caractère local de l’activité du kapêlos. Ainsi, dans le Sophiste, une distinction claire est établie entre le commerce intra-urbain, de proximité (kapêlikê) et le négoce qui met en relation plusieurs cités, appelé emporikê36. Encore plus nette, une hiérarche de valeurs est affirmée entre un commerce lointain parfois dangereux mais utile à la communauté civique, et une activité localisée qui évite les risques du commerce tout en essayant d’en tirer le plus grand profit, et ce par tous les moyens. Corollaire de cette cupidité : l’absence de scrupules. Voilà pourquoi les fabricants de lances et les vendeurs de boucliers attendent impatiemment le déclenchement des guerres37. Dès lors, cette répartition des fonctions marchandes fonde une échelle de valeurs, affirme un écart de qualités morales entre emporos et kapêlos38. Ainsi, dans le passage de la République que nous avons évoqué plus haut, les intermédiaires sont considérés comme des personnes faibles et «  incapables de tout autre travail »39. Pour le résumer avec Viktor Ehrenberg, un kapêlos «  would never be called a kaloskagathos »40. À l’inverse, l’emporos doit non seulement affronter les dangers de la mer41 en mettant en jeu sa propre existence, mais il a aussi un rôle civique indéniable, puisqu’il apporte à la cité les biens nécessaires à son fonctionnement42.

  • 43 Selon la lecture désormais classique du livre de Alfonso Mele, Il commercio greco arcaico. Prexis e (...)
  • 44 Témoignages d’Athénée XIII, 596 b (faisant référence à une composition de Sappho elle-même) ; Hérod (...)
  • 45 Après avoir accompli ses réformes, Solon aurait fait voile vers l’Égypte kat’emporian hama kai theô (...)
  • 46 Ciceron, De officiis I, 151, et le commentaire de A. Giardina, art. cit. (n. 5), p. 317 et 321.
  • 47 A. Giardina, art. cit. (n. 5), p. 322-323, qui rappelle un discours de l’empereur Hadrien en faveur (...)

9Ce classement de valeurs est propre au monde grec classique mais il n’en est pas exclusif. On pourrait par exemple y voir la persistance éventuelle d’un héritage archaïque, du commerce-prêxis présent dans les poèmes homériques, qui s’apparentait plus à une expédition guerrière qu’à une transaction économique43. D’ailleurs, quelques témoignages historiques, bien que rares et donc souvent cités, attestent la pratique aristocratique du commerce maritime sur longue distance avant la période classique. Le frère de Sappho, Charaxos, exportait son vin de Mytilène à Naucratis44 ; Solon aurait voyagé par curiosité certes, mais aussi pour affaires45. Si l’on se tourne vers le monde romain, il apparaît que la distinction entre grand négoce et petit commerce a connu une longue fortune jusqu’à l’époque romaine. Le passage du De officiis que nous avons plus haut évoqué affirme clairement le mépris pour le petit négoce (tenuis mercatura), tout en exaltant le commerce sur la longue distance (magna mercatura). Cette dernière activité est d’autant plus digne de considération, lorsqu’elle choisit de reconvertir le gain du commerce dans la propriété agricole46. Les exemples rassemblés par A. Giardina montrent que cette mentalité est encore bien présente à l’époque impériale, perceptible dans les épitaphes des marchands ou dans les dispositions officielles, même dans celles qui émanent directement des empereurs47.

Et les marchandes alors ?

  • 48 C’est le cas de Nikarété de Thespies qui a prêté de l’argent à Orchomènes et à Kopai, dans la secon (...)
  • 49 Aristophane, Ploutos 435.
  • 50 Anthologie Palatine V, 181, épigramme érotique attribuée à Denys le Sophiste.
  • 51 Anthologie Palatine V, 81.

10Dans l’ensemble de valeurs et de représentations que nous venons de retracer, la figure de la marchande occupe d’emblée, on le devine, une place infime. En effet le grand commerce, qui implique une mobilité sur grande échelle et une certaine disponibilité de capitaux, est exclu de l’horizon féminin. Certes, des femmes ont pu parfois jouer un rôle dans quelques transactions financières, notamment dans le prêt d’argent48, en vertu de leur situation patrimoniale privilégiée. Il s’agit toutefois de cas exceptionnels, qui ne semblent pas impliquer l’investissement dans une activité productive. En revanche, comme nous l’avons vu, les activités marchandes des femmes s’inscrivent entièrement dans un registre lexical (les familles de kapêleueîn et de poleueîn) qui désigne la restriction locale de ces commerces. En somme, la kapêlis est par excellence la petite vendeuse du coin, comme cela se trouve bien exprimé dans un vers du Ploutos d’Aristophane : hê kapêlis ek tôn geitonôn49. Par conséquent, la figure de la marchande a été d’emblée exposée à toutes les considérations et représentations négatives qui pèsent aussi sur ses congénères de sexe masculin. Dans le cas des femmes, ce mépris pour la profession peut bien sûr s’enrichir de sous-entendus sexuels. Dans une épigramme érotique de l’Anthologie Palatine, il est question d’une muropôlis au nom significatif, Aischra, «  la laide », associée à un jeu de mot obscène50. Une autre épigramme du même recueil demande à la jeune fille aux roses si elle vend les fleurs, son corps ou les deux à la fois51. De surcroît, les femmes marchandes semblent parfois la cible de maltraitances et de supercheries, même de la part des magistrats préposés à l’ordre public dans les marchés.

  • 52 Aristophane, Lysistrata 561-563 : un magistrat vêtu en Thrace effraye la marchande de figues et goû (...)
  • 53 Platon, Lois XI, 918 e. Le thème de la nécessité est souvent présent dans les textes : voir aussi A (...)

11Dans la Lysistrata, une vieille marchande est insultée par un phularchos ; une marchande de figues (ischadopôlis) est menacée par un autre, qui de plus dévore sa marchandise52. S’agit-il d’exagérations comiques ou de parodies de la vie quotidienne ? Quoiqu’il en soit, le jugement de Platon n’apparaît pas complètement infondé, malgré ses intentions ouvertement moralisantes : si les femmes choisissent de pratiquer le commerce, cela ne tient qu’à un état de nécessité, qui seul peut les pousser à mener ce genre de vie53.

  • 54 Pour reprendre le beau titre de l’essai de Cristina Morini, Per amore o per forza Femmilizzazione d (...)
  • 55 Pieter Herfst, Le travail de la femme dans la Grèce ancienne, Utrecht, 1922 ; j’ai consulté l’éditi (...)
  • 56 Edward M. Harris, « Workshop, marketplace and household. The nature technical specialization in cla (...)

12Quels sont donc les métiers exercés par les femmes, « per amore o per forza »54, par amour ou par force ? Quelques réponses à la question peuvent être avancées à partir des listes des métiers féminins, dressées dans la monographie désormais classique de Pieter Herfst, publiée pour la première fois en 192255. Les enquêtes récentes d’Edward M. Harris (2002)56 y ont apporté des compléments importants. Ces listes sont fondées sur des sources assez variées (littéraires, épigraphiques, papyrologiques) pour renvoyer une image complète de la société grecque, notamment athénienne. Le tableau qui en ressort est ainsi très utile pour comprendre la nature et les champs de l’implication féminine dans le commerce.

  • 57 Estimations fondées sur Pieter Herfst, op. cit. (n. 55), p. 48-52 : je n’ai pas pris en compte le t (...)
  • 58 Sur ces thèmes : P. Herfst, op. cit. (n. 55), p. 41 sq.
  • 59 Aussi, la liste de Herfst est assurément incomplète : par exemple, le métier féminin lekithopôlis n (...)
  • 60 Hérodote, II, 35. Sur la vision hérodotéenne de l’Égypte, pays « en miroir », opposé au monde grec, (...)

13Une première remarque s’impose : un écart quantitatif important subsiste entre les métiers connus pour les hommes et pour les femmes. Dans la liste dressée par Herfst, nous trouvons au moins 93 appellations pour désigner les métiers de commerce au masculin. À deux exceptions près (hippônes, marchand de chevaux, et pandokeus, aubergiste), il s’agit toujours de termes composés du mot – pôlês57. Dans le même catalogue, les métiers féminins sont seulement 17, soit un cinquième environ des métiers connus pour les hommes. Ils sont, eux aussi, des composés de – pôlis, avec une seule exception – pandokeutria58. Tout en tenant compte du fait que ces chiffres sont susceptibles d’être modifiés par l’apport de nouveaux documents59, le déséquilibre quantitatif des deux groupes est éloquent. À noter également qu’il n’y a pas de tâche marchande féminine sans équivalent masculin, alors que la situation inverse se produit bien souvent. L’implication des femmes dans le commerce ne paraît donc pas être un fait très courant, du moins jusqu’au milieu du Ve siècle av. J. -C., lorsque les attestations se multiplient, notamment dans les textes des auteurs comiques. Nous comprenons pourquoi, dans cet univers renversé qu’est l’Égypte d’Hérodote, ce sont les femmes qui vont au marché pour vendre alors que les hommes restent à tisser à la maison60.

  • 61 Scholia in Plutum 426 a-b, expliquant ainsi l’origine du mot : il dérive du fait de recevoir (deche (...)
  • 62 Aristophane, Ploutos 426-427 : « Pandokeutrian ê lekithopôlin ». Le deuxième mot signifie, à la let (...)
  • 63 Sur la mythologie du savoir-faire féminin lié au tissage : Françoise Frontisi-Ducroux, Ouvrages de (...)
  • 64 Iliade XII, 433-435 : les vers évoquent, à titre de comparaison, l’attitude d’une ouvrière honnête (...)
  • 65 Platon, Lois VIII, 847 c. Sur ce thème et en général sur la vision platonicienne du commerce : H. K (...)

14Quant à la nature des tâches féminines, il apparaît que la présence des marchandes se trouve notamment dans les métiers consacrés à la production et à la vente de trois sortes de biens, concernant a) la nourriture, b) les éléments vestimentaires, c) la cosmétique. Le premier domaine est le plus représenté : la plupart des attestations font référence à des marchandises spécifiques (sésame, farine, miel, légumineuses, figues, herbes etc.). Un autre terme, pandokeutria, aubergiste ou cabaretière, fait une allusion générale à la restauration61. Dans un vers du Ploutos et dans la scholie correspondante, le mot est rapproché d’un autre, lekuthopôlis qui a visiblement la même signification62. Le deuxième domaine, qui concerne le vêtement, n’est autre qu’une professionnalisation de tâches depuis longtemps apanage des femmes, sur le plan réel ou dans la projection symbolique63. Dans l’Iliade déjà, des femmes de condition modeste procurent une maigre rente (aeikea misthon) à leur famille grâce au tissage64. Quant au dernier domaine, la production et la vente d’ornements et de cosmétiques, il n’est pas inutile de rappeler que ces biens superflus n’auraient même pas droit de cité dans la société idéale de Platon65.

  • 66 Sur la question : E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p. 67-99. Le mot « fragmentation » est peut-être (...)
  • 67 Dédicace de Phrygia, vendeuse de pain : IG I3 546 = IG I2 444 (vers 500 av. J. -C.). Je remercie Cl (...)
  • 68 Deux inscriptions funéraires : IG II3 3932 ; IG III2 1456 (Irênê halopolis).
  • 69 Pollux, Onomasticon VII, 198.
  • 70 IG II5 768 c, col. II, v. 15 ; 769, col. II, v. 12
  • 71 Scholia in Plutum 427.
  • 72 Citée par Jean Chrysostome : P. Herfst, op. cit. (n. 55), p. 47.
  • 73 Témoignage de plusieurs sources anciennes (Vie anonyme ; mais aussi Théopompe ap. Aulu-Gelle XV, 20 (...)
  • 74 IG II5 776 B 4.
  • 75 Aristophane, Ekklesiazousai 841 ; Anthologie Palatine V, 180.
  • 76 Pour l’identité entre les deux métiers : Plutarque, Moralia 646 B et 41 F. Pour les attestations du (...)
  • 77 En Prospaltiois legei : « sa mère était une tainiopôlis thrace ». Le vers d’Eupolis, auteur de la C (...)
  • 78 C’est le cas dans Aristophane, Lysistrata 457-458, lorsque Lysistrata appelle à l’aide toutes les s (...)
  • 79 D’après Pollux, Onomasticon VII, 198, le mot se trouvait dans le Dionysalexandros de Cratinos : The (...)

15Une deuxième réflexion concerne la variété des tâches attribuées à ce petit univers d’activités professionnelles multiples. C’est dire que le travail de nos marchandes s’intègre parfaitement dans l’arrière-plan des mille métiers de la Grèce classique, notamment d’Athènes après le milieu du Ve siècle, caractérisé par la très haute fragmentation des tâches66. Ainsi, les métiers de commerce exercés par les femmes ne sont pas dépourvus d’une certaine fantaisie. Dans le registre alimentaire, les vendeuses de pain (artopôlides)67 sont les plus couramment attestées. Des meunières peuvent aussi apparaître. À côté de ce métier plus répandu, on dénombre des vendeuses de sel (halopôlides)68, une vendeuse de miel (melitopôlis)69, de sésame (sesamopôlis)70, de légumineuses (ospreopôlis)71, d’herbes (lachanopôlis)72. À ces dernières catégories aurait pu appartenir la mère d’Euripide73. Dans le chapitre des biens prisés, nous trouvons la mention d’une vendeuse d’encens (libanotopôlis)74, de plusieurs marchandes de parfums (muropôlides)75 et de couronnes (stephanopôlides). Ces dernières coïncident probablement avec les stephanoplokoi, tresseuses de couronnes76. Une catégorie bien documentée est celle des vendeuses de rubans (tainiopôlides) citées aussi, aux dires d’Athénée, dans une comédie d’Eupolis77. Cette fragmentation extrême des tâches est tournée en ridicule dans la comédie, où des personnages féminins sont affublés d’épithètes invraisemblablement longs, néologismes comiques qui parodient la variété des tâches possibles78. À côté de ces figures de marchandes précisément définies, on connaît aussi des vendeuses d’objets et bibelots de toute sorte, les gelgopôlides et les pantopôlides79.

  • 80 Voir supra, n. 77.
  • 81 Pour l’attestation de la profession : E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p. 91. Sur la production des (...)

16Notons enfin qu’une bonne partie des transactions gérées par des femmes concerne des marchandises qu’elles-mêmes fabriquent. L’identité des vendeuses et des tresseuses de couronnes (les stephanopôlides et les stephanoplokoi)80 est particulièrement éloquente à ce sujet. Un tel enchaînement des opérations peut être supposé aussi dans d’autres cas : il est par exemple probable que l’himatiopôlis ait fabriqué elle-même les manteaux qu’elle vend81. Ces femmes marchandes seraient alors dans la position de l’autopôlês, le commerçant qui vend les biens qu’il a lui-même produit : à ceci près que la matière première doit parfois être acquise ailleurs, comme c’est probablement le cas pour les tisseuses ou les vendeuses de sel.

Des lieux séparés ?

  • 82 Théophraste, Caractères II, 9.
  • 83 Pollux, Onomasticon X, 18, qui cite un passage de Ménandre, Hai Sunaristôsai (Kock III, p. 130, fr. (...)
  • 84 Sur la spécialisation fonctionnelle des marchés grecs, à travers le prisme athénien : M. Lombardo, (...)
  • 85 Voir à ce sujet l’intéressante étude de Pavlos Karvonis, « Le vocabulaire des installations commerc (...)
  • 86 Aristophane, Guêpes 493-499.
  • 87 Harpocration, Lexique des dix orateurs, s.v. kukloi, 180, qui cite les vers de Ménandre et explique (...)
  • 88 Pollux, Onomasticon VII, 11, précise que dans la Comédie Nouvelle, les kukloi apparaissaient en tan (...)
  • 89 Hésychius, Lexicon, s. v. kuklos.
  • 90 .C’est d’ailleurs l’explication qui donne un autre passage de l’Onomasticon de Pollux (X, 18) où le (...)
  • 91 Eschine, Contre Timarque 65 ; Pollux, Onomasticon IX, 47.
  • 92 Lysias, Contre Pancléon 6.
  • 93 Pollux Onomasticon IX, 47 ; X, 19.
  • 94 Pollux, Onomasticon X, 19.
  • 95 Aristophane, Lysistrata 448.
  • 96 Ainsi Giuseppe Squillace, op. cit. (n. 29), p. II, observe : « solo un profumiere poteva conoscere (...)

17Cette spécialisation extrême des tâches, a-t-elle comporté aussi une séparation des lieux où les hommes et les femmes exerçaient le commerce ? La question n’est pas négligeable, si l’on pense que plusieurs paragraphes des Lois de Platon sont justement consacrés à la «  topographie marchande » de la cité idéale, variant en fonction des différents profils des marchands (étrangers, de passage) et des objets de l’échange (nourriture, bois, armes). Dans le cas des femmes marchandes, la réponse à une telle interrogation est au moins en partie liée à la compréhension de la nature et des fonctions d’un espace mentionné par plusieurs auteurs. Théophraste82, Ménandre et un passage de l’Onomasticon de Pollux83 évoquent en effet une agora gunaikeia ou gunaikôn, mot à mot une agora des femmes, où, selon Pollux, on pouvait trouver les articles pour les femmes. Une fois de plus, le sens de cette expression ne saurait se comprendre sans réfléchir à la répartition plus générale des aires dans un marché qui apparaît varié et spécialisé en même temps84. Pour creuser davantage la question, il est donc utile de réfléchir à la disposition interne des espaces dans l’agora athénienne, telle qu’on peut l’entrevoir grâce à quelques documents significatifs, textes et inscriptions à la fois85. Ainsi la description très vivante du marché athénien dans les Guêpes d’Aristophane suggère la proximité matérielle d’une multitude bariolée de petits commerçants : ho pôlôn plêsion, le marchand d’à côté, justement. Dans ce microcosme, le marchand de poissons côtoie la marchande d’herbes (lachanopôlis), tous deux solidaires lorsqu’il s’agit de sanctionner les comportements des bons et des mauvais citoyens86. Qui plus est, quelques gloses de lexicographes et quelques scholies d’Aristophane laissent penser à l’existence de secteurs de l’agora d’Athènes spécialisés dans la vente de certains biens ou marchandises, qu’elles appellent kukloi. Au moins deux lexicographes, Harpocration87 et Pollux88, affirment que ces kukloi étaient les lieux de la vente des esclaves, mais Hésychius leur attribue la vente de marchandises en général, «  ta skeuê »89. Ceci laisse à penser que les kukloi étaient tout simplement les secteurs dont l’agora se composait90, où les différentes marchandises étaient vendues et rapprochées pour être comparées. C’est en somme le même concept qu’on retrouve chez les orateurs attiques, lorsqu’ils font allusion au marché aux poissons (eis t’oupson)91, au fromage frais (eis ton chlôron turon)92, aux vases (eis tas chutras)93, aux vins (eis ton oinon), aux parfums94. La pauvre veuve de la Lysistrata va vendre ses couronnes sur le marché aux myrtes (en tais murrinais)95. Le témoignage de Théophraste sur les astuces des parfumeurs, qui semble faire état d’un secret du métier livré par les protagonistes mêmes96, se comprend par une disposition rapprochée des lieux, dans un contexte où le client sort de la boutique d’un parfumeur pour rentrer immédiatement chez un autre.

  • 97 Qui demeurent, à l’heure actuelle du moins, indémontrables : P. Herfst, op. cit. (n. 55), p. 37.
  • 98 Christophe Feyel, Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à (...)

18Or, si l’on s’en tient aux listes dressées par Herfst, il faut penser que les femmes marchandes se groupaient surtout dans les parties du marché qui rassemblaient les articles alimentaires, les vêtements et les ornements. Ainsi, dans la pratique, une haute concentration de la présence féminine a dû se produire dans quelques secteurs du marché, où le pourcentage des vendeuses et de leurs clientes a été plus élevé. Toutefois, la concentration probable ne semble guère impliquer une exclusion ou réclusion des genres. En effet, elle n’est pas le résultat d’une séparation intentionnelle ou d’une réglementation juridique97, mais plutôt le produit de la spécialisation interne aux espaces, que l’on devine dans l’organisation de l’agora classique et hellénistique, du moins à Athènes. Par ailleurs, des femmes ont pu être aussi présentes dans d’autres espaces urbains habituellement consacrés au commerce : selon les inscriptions du sanctuaire d’Éleusis, une Artemis qui résidait ou travaillait au Pirée (ek Peiraôs) avait livré des claies de roseaux en 329-328 pour 70 drachmes98.

  • 99 Comme le remarque déjà V. Ehrenberg, op. cit. (n. 32), p. 125, et E. M. Harris, art. cit. (n. 56), (...)
  • 100 P. Karvonis, « Le vocabulaire des installations commerciales… », art. cit. (n. 85), p. 41-43.
  • 101 Aristophane, Guêpes 238.
  • 102 Aristophane, Grenouilles 1386-1388.
  • 103 Comme le remarque aussi I. Savalli, op. cit. (n. 56), p. 82-83.
  • 104 Que l’on pense par exemple aux traces de l’activité du tissage, retrouvées dans les habitats de la (...)
  • 105 Voir par exemple IG II2, 2496, qui concerne les réparations à effectuer en même temps dans une habi (...)

19La mention du Pirée nous amène à aborder une deuxième question, concernant l’organisation des espaces de travail et de vente des marchandises, en dehors de l’agora proprement dite. En général, dans les métiers de l’artisanat, les deux espaces ont vocation à se confondre : l’ergastêrion, l’atelier, est à la fois le lieu de la production et de la vente99. Une étude récente de Pavlos Karvonis a bien montré le caractère fluctuant des termes qui font référence aux lieux du travail et de la vente, comme justement ergastêrion, oikêma et les différents composés de – pôlion ou – pôleion100. Souvent, les femmes apparaissent dans la comédie comme des vendeuses ambulantes de pain ; cela n’exclut pas qu’elles aient pu posséder aussi un magasin. Ainsi dans les Guêpes, la vendeuse de pain (artopôlis) est propriétaire d’un mortier (holmos) ; elle est donc marchande et boulangère en même temps101. Un autre cas de contiguïté des lieux de production et de vente est représenté par la chaîne du tissage. Si les tissus étaient parfois vendus encore mouillés102, cette pratique pourrait constituer l’indice de la proximité entre l’endroit de la fabrication et le lieu de la vente. Dans ce cas, la chaîne des connexions peut même intégrer dans un circuit unique l’espace domestique, l’atelier et le lieu de vente, puisque le tissage est l’une des activités domestiques par excellence, comme le montrent à la fois les textes103 et les vestiges archéologiques, notamment dans le territoire des cités grecques d’Occident104, sans vouloir pour autant revenir à une vision simplifiée, « domestique », de l’économie ancienne. Cette contiguïté entre habitation et atelier artisanal est par ailleurs prouvée par des inscriptions, tel un bail de location concernant un atelier (ergastêrion) au Pirée, l’habitation proche (tên oikêsin tên prosousan autôi) et une petite habitation voisine (to oikêmation)105.

  • 106 Même après avoir supprimé les redondances, E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p. dénombre encore envi (...)

20En conclusion de notre enquête, il apparaît évident que le travail des marchandes se conçoit dans le cadre de la production économique à la fois diversifiée et fragmentée qui caractérise le monde grec, et notamment Athènes, à partir du Ve siècle. Assurément cette fragmentation est en partie à nuancer : en effet, le vocabulaire peut être trompeur car plusieurs mots différents sont utilisés pour décrire la même fonction, et les mêmes personnes ont pu pratiquer des activités différentes. Mais la diversification des tâches reste indéniable106 : elle s’accompagne de la spécialisation des lieux du marché et, plus généralement, de l’importance de plus en plus grande que le marché, l’agora, prend dans le développement économique de la cité.

  • 107 Je rejoins pleinement sur ce point l’analyse de Suzanne Saïd, « L’Assemblée des femmes : les femmes (...)
  • 108 Elles gagnent des sommes relativement modestes par rapport à la moyenne des comptes du chantiers : (...)
  • 109 L’interpétation est assez douteuse, au moins en ce qui concerne la recompense variant selon les lec (...)
  • 110 Ch. Feyel, op. cit. (n. 98), p. 311.
  • 111 Ch. Feyel, op. cit. (n. 98) p. 69.
  • 112 Ch. Feyel, op. cit. (n. 98), p. 117.
  • 113 Ch. Feyel, op. cit. (n. 98), p. 78. : la livraison est compensée par 2 drachmes et 3 oboles.

21La nature des tâches des marchandes ne semble guère excéder ou contredire les occupations traditionnellement réservées aux femmes. En ce sens, il serait vain de chercher une opposition entre « le dedans et le dehors » : on remarque au contraire une sorte de projection des métiers de l’oikos vers l’extérieur, une sorte de féminisation des lieux publics, du moins d’une partie de l’agora107. Il est par ailleurs significatif qu’une telle situation soit confirmée par les très rares traces épigraphiques de la présence fémininine sur les chantiers de constructions publiques, à partir des dernières décennies du ve jusqu’au iiie siècle av. J. -C. Sur le chantier de Délos, deux femmes meunières sont citées dans l’inventaire des dépenses de 282 av. J-C.108. Le tissage est l’autre secteur où la présence féminine devient visible sur les chantiers. À Épidaure, une femme, Lykia, pourrait avoir fourni du tissu pour la statue chryséléphantine d’Asklépios109. Aucun doute ne semble subsister sur le rôle d’une ergasamenê qui reçoit 2 drachmes, 4 oboles sur le chantier de Délos en 281 av. J-C., pour avoir filé du coton110. À Éleusis, en 329/328, une dénommée Thettalê façonne les bonnet pour les 17 esclaves publics111. Certes, des champs d’interventions moins attendus sont aussi possibles : il en va ainsi pour une Sycionienne qui vend deux pièces de bois à Delphes pour 350 drachmes, entre 339 et 335 av. J-C.112. Mais d’autres exemples laissent penser que ces femmes étaient impliquées dans un réseau d’affaires de type familial : la mention d’une Sôteris, accompagnée d’un nom masculin, Aprophasistos, probablement son mari, apparaît dans les comptes d’Éleusis à propos de la livraison de cinq statères de pigment rouge en 329-328 av. J-C.113.

  • 114 Pour un regard d’ensemble : Jean-Paul Morel, « L’artisan », in Andrea Giardina (éd.), L’homme romai (...)

22Il est intéressant de noter que, malgré la distance chronologique et les changements profonds de l’économie, une situation analogue se constate dans la société romaine. Là aussi la présence féminine dans les métiers du commerce est rarement documentée : l’intervention des femmes se registre notamment dans le domaine alimentaire et dans la confection d’ornements, mais aussi dans la production de céramiques ou de tuiles114.

  • 115 Nicolas Tran, « La mention épigraphique des métiers artisanaux et en Italie centro-méridionale », i (...)

23Quelques rares attestations épigraphiques de noms féminins, retrouvées en Italie centro-méridionale, concernent la production alimentaire (une furnaria, boulangère) et cosmétique (une unguentaria, parfumeuse)115.

24Si l’on revient maintenant à la question par où notre étude a commencé, à savoir les interactions entre genre, statut et fonction, on constate que ces relations ne sont pas simples ni à sens unique. La mauvaise réputation sociale des femmes marchandes ne relève pas du genre, mais s’inscrit plutôt dans la représentation négative d’une activité, celle du kapêlos, globalement soumise à des jugements défavorables. En même temps, les contraintes liées au genre ont confiné les femmes au niveau le plus modeste de l’échelle hiérarchique des métiers du commerce. La place sociale et la représentation des femmes marchandes sont donc le résultat d’interactions entre choix individuels, logiques du genre et prérogatives d’une fonction.

Notes

1 Johann Hasebroek, Il pensiero imperialistico nell’antichità. Tre ricerche su Stato, società e commercio nel mondo greco, Varese, 1984, traduction italienne de trois essais publiés entre 1926 et 1931. Pour la question du statut du marchand, l’essai le plus important est Staat und Handel im alten Griechenland. Untersuchungen zur antiken Wirtschaftsgeschichte, Tübingen, 1928 (= Il pensiero imperialistico, op. cit., p. 55-304 ; pour le statut du marchand, p. 55-111).

2 Voir notamment les considérations sur « ordre et statut », dans Moses I. Finley L’économie antique, trad. fr., Paris 1992, p. 41-76 [19731].

3 André Tchernia, Les Romains et le commerce, Centre Jean Bérard, Études VIII, Naples, 2011, notamment p. 57-99.

4 Alain Bresson, « Merchants and politics in ancient Greece: social and economic aspects », in Carlo Zaccagnini (ed.), Mercanti e politica nel mondo antico, Rome, 2003, p. 139-163, notamment p. 146 sq.

5 Andrea Giardina, « Le marchand », in Andrea Giardina (éd.), L’homme romain, Paris, 1992, p. 303-334, p. 315 sq. Cette séparation entre petit et grand commerce est également soulignée par André Tchernia, op. cit. (n. 3), p. 95.

6 . Hérodote, I, 1 (pour les Phéniciens) et I, 163 (pour les Phocéens).

7 . Cicéron, De officiis I, 150 ; nous reviendrons plus loin sur cet important passage.

8 Excellente analyse dans Mario Lombardo, « Circolazione monetaria e attività commerciali », in Salvatore Settis (ed.), I Greci. Storia, Cultura, Arte, Società. 2. Una storia greca. II. Definizione, Turin, 1997, p. 687-688, et passim. Voir aussi Heiman Knorringa, Emporos. Data on Trade and Trader in Greek Literature from Homer to Aristotle, Chicago, 1987, p. 96-97, sur la confusion possible entre emporos et nauklêros. Pour Aristote, Politique I, 11, 3 (1258 b) emporia, nauklêria et phortêgia sont trois parties de l’art du commerce (hê metablêtikê) qui est à son tour la partie la plus importante de la chrêmatistikê, l’art de l’acquisition des biens et des richesses.

9 Comme l’étude de Michel Casevitz (« Emporion : emplois classiques et histoire mot », in Pierre Rouillard, Alain Bresson [éd.], L’emporion, Bordeaux, 1993, p. 11-15) l’a bien montré.

10 . Par exemple dans Liddell-Scott-Jones, A Greek-English Lexicon with a supplement, Oxford, 1996, s. v. κάπηλος.

11 L’évolution du mot est expliquée de manière extrêmement claire dans les Scholia in Plutum, 1156 : kapêlos est le vendeur qui vend dans le pays où il a acheté, mais il se confond plus tard avec le metaboleus, qui est celui qui vend par petites quantités (kata tên kotylên).

12 C’est le fr. 79 West : il y est question d’un personnage qui kapêleuei (vend au détail ?) du vin probablement importé (erpis) : Mario Lombardo, art. cit. (n. 8), p. 699-670.

13 Comme la célèbre expression d’Hérodote, III, 89, qui a fait couler des fleuves d’encre, sur Darius le Grand Roi achéménide, considéré lui-même comme un kapêlos ; cf. M. Lombardo, art. cit. (n. 8), p. 700-701

14 Platon, République II, 12, 371 b-d. Il est toutefois à noter que la différence entre kapêloi et emporoi s’estompe dans d’autres passages, comme par exemple dans Lois XI, 918 b.

15 M. Lombardo, art. cit. (n. 8), p. 686. Sur le caractère strictement local de l’du kapêlos, voir déjà Johann Hasebroek, op. cit. (n. 1), p. 55.

16 Aristophane, Thesmophoriazousai 347.

17 Ainsi Pollux, Onomasticon VII, 193 : les kapêloi ne sont pas uniquement les commerçants au détail (metaboleîs), mais aussi ceux qui servent le vin (oi ton oinon kerannuntes).

18 Émile Benvenist, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. 1. Économie parenté, société, Paris, 1969, p. 141 : le latin caupo a pu donner à son tour origine à l’allemand kaufen/verkaufen.

19 August Nauck, Tragicorum Graecorum Fragmenta (éd. revue par B. Snell), Hildesheim, 1964, p. 99, fr. 322 : Kapêla prospherôn technêmata « qui excelle dans les mauvais arts des marchands ».

20 Euripide, Hippolyte 953.

21 Platon, Lois XI, 918 a.

22 Platon, Lois XI, 918 d.

23 Platon, Lois XI, 918 b.

24 Comme le remarque André Tchernia, op. cit. (n. 3), p. 95

25 Sur toutes ces questions, Raymond Descat, « La cité grecque et la fraude », Gérard Béaur, Hubert Bonin, Claire Lemercier (éd.), Fraude, contrefaçon et contrebande, de l’Antiquité à nos jours, Genève, 2006, p. 611-620.

26 Aristophane, Grenouilles 708-716 ; Cleigenes est décrit comme le pire des tenanciers de bain (ho ponêrotatos balaneus).

27 Aristophane, Thesmophoriazousai 347. La cotyle équivaut à un quart de litre environ.

28 Aristophane, Grenouilles 1386-1389.

29 Théophraste, Peri osmôn 45, dans l’édition de Giuseppe Squillace, Il profumo nel mondo antico, con la prima traduzione italiana del « Sugli odori » di Teofrasto, Florence, 2010, p. 46-47.

30 Scholia in Plutum 1155 ; voir aussi Marcel Chantry, Scholies anciennes aux Grenouilles et au Ploutos d’Aristophane, Paris, 2009, p. 352-353.

31 Platon, République VII, 525 c, « ôs emporous ê kapêlous meletôntas » ; Protagoras, 313 d : ceux qui achètent les enseignements aux sophistes, comme aux marchands (ceux qui « pôlountes kai kapêleuontes ») n’ont aucune garantie que la marchandise soit saine. L’équivalence entre le sophiste et le vendeur est notamment expliquée dans le Sophiste 223c-226a.

32 Viktor Ehrenberg, The People of Aristophanes. A Sociology of Old Attic Comedy, Londres-New York, 1974, p. 134, qui cite Cratinos, fr. 249.

33 M. Lombardo, art. cit. (n. 8), p. 699

34 Voir par exemple, Platon, Lois IV, 705 a ou encore VIII, 849-850 : dans la cité idéale, les gardiens des lois (nomophulakes) veillent à ce qu’il n’y ait pas d’écart entre le prix fixé par la loi et le prix de vente sur le marché. Sur la question, toujours utile, Heiman Knorringa, op. cit. (n. 8), p. 111-112.

35 Sur la disponibilité de monnaie des emporoi, qui peuvent devenir occasionnellement prêteurs d’argent : H. Knorringa, op. cit. (n. 8), p. 91, qui se fonde sur un passage de Démosthène XXXVII, 5-6 (contre Panténètos) : après avoir prêté son argent à Panténètos, Nicoboulos fait voile vers le Pont, assurément pour affaires.

36 Platon, Sophiste 223 d.

37 Aristophane, Paix 447.

38 Contra, J. Hasebroek, op. cit. (n. 1), p. 63, affirme l’équivalence des statuts nauklêros, de l’emporos et du kapêlos.

39 Platon, République II, 12, 371 b-d.

40 Viktor Ehrenberg, op. cit. (n. 32), p. 144

41 La métaphore de la mer comme source de malheurs est presque un topos chez les Tragiques grecs : Eschyle, Sept contre Thèbes 208 et 795 ; Les Perses 599 ; Euripide, Hippolyte 304, 822. Sur cette question : H. Knorringa, op. cit. (n. 8), p. 32-33.

42 Il en va de même dans le monde romain : cf. Andrea Giardina, op. cit. (n. 5), p. 318, 323 (sur le courage nécessaire à aborder le voyage en mer) et 320-321 (sur le rôle civique du commerce).

43 Selon la lecture désormais classique du livre de Alfonso Mele, Il commercio greco arcaico. Prexis ed emporie, Naples, 1979. Dans le binome prêxis-emporiê, cette dernière apparaît comme une forme spécialisée de commerce qui se précise à l’époque d’Hésiode, qui exprime toutefois un jugement négatif à son égard.

44 Témoignages d’Athénée XIII, 596 b (faisant référence à une composition de Sappho elle-même) ; Hérodote, II, 135 ; Strabon, XVII, 1, 33. Sur la question, David Tandy, « Trade and Commerce in Archilochos, Sappho and Alchaios », in Commerce Monetary Systems in the Ancient World : Means of Transmission and Cultural Interaction, Oriens et Occidens 6, Vienne, 2004, p. 188-189.

45 Après avoir accompli ses réformes, Solon aurait fait voile vers l’Égypte kat’emporian hama kai theôrian, selon la célèbre expression d’Aristote, Athênaiôn Politeia XI, 1.

46 Ciceron, De officiis I, 151, et le commentaire de A. Giardina, art. cit. (n. 5), p. 317 et 321.

47 A. Giardina, art. cit. (n. 5), p. 322-323, qui rappelle un discours de l’empereur Hadrien en faveur de l’intégration de deux nauklêroi dans le Conseil d’Éphèse, donc au plus haut rang de la société locale. Sur la complexité de la figure de l’emporos, voir aussi A. Tchernia, op. cit. (n. 3), p. 95

48 C’est le cas de Nikarété de Thespies qui a prêté de l’argent à Orchomènes et à Kopai, dans la seconde moitié du IIIe siècle av. J. -C. : Léopold Migeotte, « Affairisme féminin la haute période hellénistique ? », in Économie et finances publiques des cités grecques. I. Choix d’articles publiés de 1976 à 2001, Lyon, 2010, p. 248-257.

49 Aristophane, Ploutos 435.

50 Anthologie Palatine V, 181, épigramme érotique attribuée à Denys le Sophiste.

51 Anthologie Palatine V, 81.

52 Aristophane, Lysistrata 561-563 : un magistrat vêtu en Thrace effraye la marchande de figues et goûte en même temps ses olives noires.

53 Platon, Lois XI, 918 e. Le thème de la nécessité est souvent présent dans les textes : voir aussi Aristophane, Lysistrata 446-449, qui met en scène une veuve obligée de nourrir tant bien que mal (hêmikakôs) ses cinq enfants en tressant des couronnes sur le marché aux myrtes.

54 Pour reprendre le beau titre de l’essai de Cristina Morini, Per amore o per forza Femmilizzazione del lavoro e biopolitiche del corpo, Vérone, 2010.

55 Pieter Herfst, Le travail de la femme dans la Grèce ancienne, Utrecht, 1922 ; j’ai consulté l’édition republiée en 1979 chez Arno Press, dans la collection « Ancient Economic History » dirigée par Moses I. Finley. Pour les métiers du commerce, voir notamment les p. 40 sq., et la liste aux pages 48-52, qui présente un recueil de sources allant de l’époque classique jusqu’à l’Antiquité tardive.

56 Edward M. Harris, « Workshop, marketplace and household. The nature technical specialization in classical Athens and its influence on economy and society », in Paul Cartledge, Edward E. Cohen, Line Foxhall (ed.), Money, Labour and Land. Approaches to the Economies of Ancient Greece, Londres-New York, 2002, p. 88-99. Pour d’autres importantes informations sur le sujet, voir Ivana Savalli, La donna nella società della Grecia antica, Bologne, 1983, p. 81-89.

57 Estimations fondées sur Pieter Herfst, op. cit. (n. 55), p. 48-52 : je n’ai pas pris en compte le trop générique kapêlos/kapêlis. Pour l’interprétation de ce dernier mot comme marchande de vin, au moins dans les comédies d’Aristophane : H. Knorringa, op. cit. (n. 8), p. 46

58 Sur ces thèmes : P. Herfst, op. cit. (n. 55), p. 41 sq.

59 Aussi, la liste de Herfst est assurément incomplète : par exemple, le métier féminin lekithopôlis n’y figure pas, alors qu’il est attesté chez Aristophane (Ploutos 426-427).

60 Hérodote, II, 35. Sur la vision hérodotéenne de l’Égypte, pays « en miroir », opposé au monde grec, François Hartog, « Les Grecs égyptologues », Annales ESC, septembre-octobre, 5, 1986, p. 953-967, notamment les p. 954-956.

61 Scholia in Plutum 426 a-b, expliquant ainsi l’origine du mot : il dérive du fait de recevoir (dechesthai) tout le monde (pantas) : Marcel Chantry, op. cit. (n. 30), p. 396.

62 Aristophane, Ploutos 426-427 : « Pandokeutrian ê lekithopôlin ». Le deuxième mot signifie, à la lettre, « vendeuse de jaune d’œufs » et par association de mots « vendeuse de légumes » (Scholia in Plutum 427).

63 Sur la mythologie du savoir-faire féminin lié au tissage : Françoise Frontisi-Ducroux, Ouvrages de dames. Ariane, Hélène, Pénélope…, Paris, 2009.

64 Iliade XII, 433-435 : les vers évoquent, à titre de comparaison, l’attitude d’une ouvrière honnête (chernêtis alêthês) qui pèse la laine pour nourrir ses enfants.

65 Platon, Lois VIII, 847 c. Sur ce thème et en général sur la vision platonicienne du commerce : H. Knorringa, op. cit. (n. 8), p. 102-119.

66 Sur la question : E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p. 67-99. Le mot « fragmentation » est peut-être préférable à celui de « spécialisation », car les différentes tâches auraient pu être cumulées par la même personne : voir infra.

67 Dédicace de Phrygia, vendeuse de pain : IG I3 546 = IG I2 444 (vers 500 av. J. -C.). Je remercie Claire Jacqmin pour avoir attiré mon attention sur ces documents.

68 Deux inscriptions funéraires : IG II3 3932 ; IG III2 1456 (Irênê halopolis).

69 Pollux, Onomasticon VII, 198.

70 IG II5 768 c, col. II, v. 15 ; 769, col. II, v. 12

71 Scholia in Plutum 427.

72 Citée par Jean Chrysostome : P. Herfst, op. cit. (n. 55), p. 47.

73 Témoignage de plusieurs sources anciennes (Vie anonyme ; mais aussi Théopompe ap. Aulu-Gelle XV, 20 ; Souda, s. v. Euripides) ; sur cette tradition controversée et sur le débat historiographique, voir la synthèse de Louis Méridier, Euripide. Tome I. Le Cyclope, Alceste, Médée, Les Héraclides, Paris 1976, p. I-III.

74 IG II5 776 B 4.

75 Aristophane, Ekklesiazousai 841 ; Anthologie Palatine V, 180.

76 Pour l’identité entre les deux métiers : Plutarque, Moralia 646 B et 41 F. Pour les attestations du mot stephanoplokos, dans les deux genres : Aristophane, Thesmophoriazousai 448 (« stephanoplokousa… en tais murrinais », « en tressant des couronnes sur le marché aux myrtes ») ; Théophraste, Histoire des Plantes VI, 81, Athénée XIII, 608 a : parmi les biens de Darius il y a 46 hommes stephanoplokoi ; Pollux, Onomasticon VIII, 199.

77 En Prospaltiois legei : « sa mère était une tainiopôlis thrace ». Le vers d’Eupolis, auteur de la Comédie ancienne (mort vers 415 av. J-C.) est cité par Athénée VII, 326 a (= Theodor Kock (ed.), Comicorum Atticorum Fragmenta, Leipzig, 1880, I, p. 323, fr. 243

78 C’est le cas dans Aristophane, Lysistrata 457-458, lorsque Lysistrata appelle à l’aide toutes les spermagoraiolêkitholachanopôlides et les skorodopandokeutriartopôlides du marché. Voir aussi à ce sujet I. Savalli, op. cit. (n. 56), p. 86.

79 D’après Pollux, Onomasticon VII, 198, le mot se trouvait dans le Dionysalexandros de Cratinos : Theodor Kock, op. cit. (n. 77), p. 26, fr. 48. Le mot gelgopôlês (au masculin) est traduit par E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p. 90, comme « marchand d’ail ».

80 Voir supra, n. 77.

81 Pour l’attestation de la profession : E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p. 91. Sur la production des tissus : V. Ehrenberg, op. cit. (n. 32), p. 135 ; sur le tissage féminin et la possible commercialisation de ses produits, I. Savalli, op. cit. (n. 56), p. 83-85.

82 Théophraste, Caractères II, 9.

83 Pollux, Onomasticon X, 18, qui cite un passage de Ménandre, Hai Sunaristôsai (Kock III, p. 130, fr. 456), où il est question d’une « agora gunaikeia ».

84 Sur la spécialisation fonctionnelle des marchés grecs, à travers le prisme athénien : M. Lombardo, art. cit. (n. 8), p. 702-703, qui met toutefois en garde contre la avec le commerce au détail contemporain, où les transactions sont réellement quotidiennes, alors que la pratique ancienne comportait des rythmes bien plus espacés. Sur la répartition du marché athénien en différentes sections, voir aussi E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p.

85 Voir à ce sujet l’intéressante étude de Pavlos Karvonis, « Le vocabulaire des installations commerciales en Grèce aux époques classique et hellénistique », in Jean Andreau, Véronique Chankowski, Vocabulaire et expression de l’économie dans le monde antique, Bordeaux, 2007, p. 35-49, notamment les p. 38-41.

86 Aristophane, Guêpes 493-499.

87 Harpocration, Lexique des dix orateurs, s.v. kukloi, 180, qui cite les vers de Ménandre et explique l’étymologie du nom par la disposition en cercle de ceux qui étaient destinés à la vente.

88 Pollux, Onomasticon VII, 11, précise que dans la Comédie Nouvelle, les kukloi apparaissaient en tant que lieux de vente des esclaves (ta andrapoda).

89 Hésychius, Lexicon, s. v. kuklos.

90 .C’est d’ailleurs l’explication qui donne un autre passage de l’Onomasticon de Pollux (X, 18) où les kukloi sont considérés comme les répartitions internes de l’agora (tês agoras to meros touto ônomazonto kukloi). Une suggestion récente propose d’interpréter les kukloi de Délos comme les lieux de la mise aux enchères de différents biens : Jean-Charles Moretti, Véronique Chankowski, « Les cercles de Sôkratès : un édifice commercial l’Agora de Théophrastos à Délos », in Véronique Chankowski, Pavlos Karvonis Tout vendre, tout acheter, Actes du colloque Athènes 2009, Bordeaux-Athènes, 2012, p. 225-246, notamment les p. 238-245.

91 Eschine, Contre Timarque 65 ; Pollux, Onomasticon IX, 47.

92 Lysias, Contre Pancléon 6.

93 Pollux Onomasticon IX, 47 ; X, 19.

94 Pollux, Onomasticon X, 19.

95 Aristophane, Lysistrata 448.

96 Ainsi Giuseppe Squillace, op. cit. (n. 29), p. II, observe : « solo un profumiere poteva conoscere tale trucco e avrebbe potuto rivelarlo con una certa tranquillità a Teofrasto ; nella sua veste di scienziato, il filosofo non rappresentava certo un rivale nel settore ».

97 Qui demeurent, à l’heure actuelle du moins, indémontrables : P. Herfst, op. cit. (n. 55), p. 37.

98 Christophe Feyel, Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à travers la documentation financière en Grèce, BEFAR 318, Athènes, 2006, p. 62.

99 Comme le remarque déjà V. Ehrenberg, op. cit. (n. 32), p. 125, et E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p. 82-83. Sur la topographie et la typologie des ergastêria céramiques à Athènes, voir l’étude de Maria Chiara Monaco, Ergasteria : impianti artigianali ceramici ad Atene ed in Attica dal protogeometrico alle soglie dell’ellenismo, Rome, 2000, notamment les p. 140-154 pour la période classique.

100 P. Karvonis, « Le vocabulaire des installations commerciales… », art. cit. (n. 85), p. 41-43.

101 Aristophane, Guêpes 238.

102 Aristophane, Grenouilles 1386-1388.

103 Comme le remarque aussi I. Savalli, op. cit. (n. 56), p. 82-83.

104 Que l’on pense par exemple aux traces de l’activité du tissage, retrouvées dans les habitats de la chôra de Sybaris, à Locres (Massimo Osanna, Chôrai coloniali da Taranto a Locri. Documentazione archeologica e ricostruzione storica, Rome, 1992), à Serra di Vaglio (Giovanna Greco, Serra di Vaglio : la casa dei Pithoi, Modène, 1991) et plusieurs autres sites d’Italie méridionale.

105 Voir par exemple IG II2, 2496, qui concerne les réparations à effectuer en même temps dans une habitation.

106 Même après avoir supprimé les redondances, E. M. Harris, art. cit. (n. 56), p. dénombre encore environ 170 noms différents de métiers connus pour l’Athènes classique !

107 Je rejoins pleinement sur ce point l’analyse de Suzanne Saïd, « L’Assemblée des femmes : les femmes, l’économie et la politique », in Aristophane, les femmes et la cité, Les cahiers de Fontenay 17, 1979, p. 33-69, notamment les p. 46-47, menée sur les aspects politiques et économiques de l’Assemblée des femmes.

108 Elles gagnent des sommes relativement modestes par rapport à la moyenne des comptes du chantiers : Abittis reçoit une recompense de 6 drachmes et 3 oboles : Ch. Feyel op. cit. (n. 98), p. 189, et Artémisia perçoit des salaires variables entre 3 drachmes et 6 drachmes environ, Ch. Feyel, op. cit. (n. 98), p. 203. Je préfère ne pas inclure les artokopoi qui apparaissent dans les comptes de Délos entre 179 et 170 et désignent selon Christophe Feyel des femmes : l’argument avancé par Ch. Feyel, op. cit. (n. 98), p. 308, note selon lequel « le travail de la farine dans l’Antiquité est une affaire de femme et de femme esclave même » me paraît en effet comporter le risque d’un raisonnement circulaire.

109 L’interpétation est assez douteuse, au moins en ce qui concerne la recompense variant selon les lectures entre 3 oboles et demie et 4 drachmes et 2 oboles et demie : Ch Feyel, op. cit. (n. 98), p. 155.

110 Ch. Feyel, op. cit. (n. 98), p. 311.

111 Ch. Feyel, op. cit. (n. 98) p. 69.

112 Ch. Feyel, op. cit. (n. 98), p. 117.

113 Ch. Feyel, op. cit. (n. 98), p. 78. : la livraison est compensée par 2 drachmes et 3 oboles.

114 Pour un regard d’ensemble : Jean-Paul Morel, « L’artisan », in Andrea Giardina (éd.), L’homme romain, Paris, 1992, p. 267-302 : sur la question du travail féminin dans le monde romain, voir notamment les p. 278-280.

115 Nicolas Tran, « La mention épigraphique des métiers artisanaux et en Italie centro-méridionale », in Jean Andreau, Véronique Chankowski (éd.), op. cit. (n. 85), p. 119-141 ; voir notamment les p. 124-125, avec les références épigraphiques à une furnaria de Reate (CIL IX, 4721/2) et une unguentaria de Pouzzoles (CIL X, 1965). Dans le premier cas, il s’agit d’une affranchie. Selon l’auteur, les deux femmes, qui apparemment gèrent en personne leur négoce, pourraient être des veuves. À Rome même, une affranchie dénommée Abudia Megiste est définie sur son épitaphe (CIL VI, 9683) comme negotiatrix frumentaria et leguminaria ab scala mediana. Je remercie Jean Andreau pour m’avoir signalé cette inscription.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search