Version classiqueVersion mobile

Des femmes en action

 | 
Sandra Boehringer
, 
Violaine Sebillotte Cuchet

Vingt ans de réflexion

Mètis et le genre (1992-2012)

Sandra Boehringer et Violaine Sebillotte Cuchet

Résumé

Les rencontres qui sont à l’origine de cet ouvrage font écho aux travaux de l’atelier « Autour d’une anthropologie des sexes » organisé en 1992 par Stella Georgoudi lors du colloque La Grèce ancienne et l’anthropologie de l’Antiquité. Elles se nourrissent également des nombreux développements de la recherche en sciences humaines de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle. La récente redéfinition par Joan Scott du « genre » croisée avec les recherches en histoires de la sexualité (Foucault, Davidson) et en pragmatique des discours antiques (Calame, Dupont) permet aux spécialistes de l’Antiquité de construire un outil d’analyse adapté aux sociétés qu’ils étudient — une façon d’observer le passé en tentant de ne pas imposer de grilles d’analyse rigides, une façon de ne pas présupposer que « les hommes » ou « les femmes » sont des catégories anhistoriques. Le choix d’une enquête portée par une question large — celle de la « fonction » et de son adéquation à l’individu — permet à l’anthropologue de mieux comprendre les éléments qui permettent de catégoriser et de caractériser les groupes ou les personnes, sans postuler a priori que l’identité de sexe est un élément pertinent. En lieu et place d’une anthropologie de la « différence des sexes », il s’agit désormais de pratiquer une anthropologie du genre.

Texte intégral

  • 1 La revue Métis. Revue d’anthropologie du monde grec ancien. Philologie-Histoire-Archéologie est née (...)
  • 2 Le comité de rédaction (Alain Ballabriga, Françoise Frontisi-Ducroux, Stella Georgoudi, Nicole Lora (...)
  • 3 L’atelier « Anthropologie politique » (p. 121-196) rassemblait Nicole Loraux, Augusto Fraschetti, C (...)
  • 4 L’atelier « Iconographie et Anthropologie » (p. 199-281) rassemblait Françoise Frontisi-Ducroux, Al (...)

1En 1992, à Athènes, l’équipe franco-hellénique de la jeune revue Mètis1 organisait un colloque intitulé La Grèce ancienne et l’anthropologie de l’Antiquité. Il s’agissait d’étudier les sociétés antiques en suivant la perspective théorique ouverte par Marcel Mauss et Louis Gernet, celle qui consiste à analyser « tout phénomène culturel comme un fait social total, dont il importe de prendre en compte toutes les dimensions, historiques, certes, mais aussi politiques, religieuses, économiques, techniques, psychologiques, esthétiques »2. C’est ainsi que Nicole Loraux dirigea un premier atelier consacré à l’« Anthropologie politique »3 et Françoise Frontisi-Ducroux un deuxième intitulé « Iconographie et anthropologie »4 — des thématiques alors d’actualité dans le milieu des spécialistes de l’Antiquité.

  • 5 L’atelier « Autour d’une anthropologie des sexes » (p. 285-334) rassemblait Stella Georgoudi, Phili (...)
  • 6 Pauline Schmitt Pantel, « Autour d’une anthropologie des sexes. À propos de la femme sans nom d’Isc (...)

2L’atelier « Autour d’une anthropologie des sexes »5 proposé par Stella Georgoudi, la responsable scientifique de la revue, faisait écho à des réflexions qui traversaient l’ensemble des sciences sociales en France de façon très récente : les rapports sociaux de sexes, la question de la différence des sexes, l’histoire des femmes. Dans un article programmatique intitulé « Autour d’une anthropologie des sexes. À propos de la femme sans nom d’Ischomaque », Pauline Schmitt Pantel dressait un état des lieux des travaux en histoire (toutes périodes confondues), et plaidait pour la pratique d’une « anthropologie historique de la différence des sexes » dans l’étude des sociétés antiques. La perspective ainsi esquissée était celle d’« un vaste chantier, encore très ouvert » qui consiste à « chercher à comprendre en quoi observer et penser la différence des sexes construit historiquement une société, celle des Anciens comme la nôtre »6.

  • 7 Laboratoire ANHIMA (Anthropologie et histoire des mondes antiques, UMR 8210).
  • 8 Ces travaux collectifs ont donné matière, en 2007, à l’ouvrage publié par Nathalie Ernoult, Violain (...)

3C’est dans cette perspective et dans le même environnement scientifique — les centres Louis Gernet et Gustave Glotz ainsi que l’équipe Phéacie ayant, depuis, donné naissance au laboratoire ANHIMA7 — qu’un groupe de chercheurs et de chercheuses antiquisants d’horizons, d’âges et de formations variés, s’est formé il y a presque dix ans, et travaille régulièrement sur les question de genre et d’identité de sexe dans les sociétés grecques et romaines8.

  • 9 Margaret Maruani, Chantal Rogerat, « L’histoire de Michelle Perrot », Travail, genre et sociétés 8, (...)
  • 10 Sur cette histoire, voir, entre autres, Éliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort et al.,(...)
  • 11 Pour une synthèse et une bibliographie sur l’histoire du terme, voir Laure Bereni, Sébastien Chauvi (...)
  • 12 Voir, pour un premier état des lieux de l’institutionnalisation de ce champ en France, Françoise Th (...)

4Le contexte académique et politique a, bien évidemment, considérablement changé depuis le début des années quatre-vingt-dix et le moment où Mètis intégrait cette thématique encore récente au sein de son colloque La Grèce ancienne et l’anthropologie de l’Antiquité : les conditions d’alors ne sont plus les mêmes. Depuis 1992, l’histoire des femmes, qui connut en France, dès 1973, son premier séminaire officiel à l’Université de Paris 7 grâce à l’initiative de Michelle Perrot9 (initiative à laquelle collabora Pauline Schmitt Pantel), est devenue — non sans luttes et persévérance de la part des pionnières et des pionniers de ces domaines10 — un champ de recherche reconnu ; depuis 1992, le terme de genre — cette « catégorie d’analyse utile » qui donna naissance à la gender history aux États-Unis11 — a traversé l’Atlantique pour apparaître désormais officiellement dans les parcours universitaires en sciences sociales, en sciences politiques, en anthropologie et en histoire12.

  • 13 Nous parlons ici de façon générale, sans ignorer ni nier les difficultés qui existent encore pour l (...)

5Une telle évolution politique et sociale du paysage universitaire français a permis la création d’un espace de travail à la fois symbolique et matériel, offrant aux chercheuses et aux chercheurs un contexte politique et intellectuel plus serein13 : la publication par Georges Duby et Michelle Perrot, aux éditions Laterza puis chez Plon en 1990-1991, des cinq volumes de l’Histoire des femmes en Occident en marque les premiers temps — et, pour le domaine qui nous intéresse, la publication du premier volume consacré à l’Antiquité et dirigé par Pauline Schmitt Pantel auquel participèrent, précisément, plusieurs membres du Centre Louis Gernet dont certains participaient au comité de rédaction de la revue Mètis. Ce contexte plus favorable, même s’il est très récent, permet aux chercheurs du XXIe siècle d’investir leurs forces dans le champ scientifique – quand leurs prédécesseurs devaient déployer une part non négligeable de leur énergie à défendre un champ de recherche et à le faire reconnaître. En France toujours, le domaine de l’histoire ancienne n’est pas resté en marge : le champ scientifique actuel de l’histoire grecque et, plus récemment, de l’histoire romaine, offre aux chercheurs et aux étudiants des options en parcours de licence, des séminaires et des colloques, et un cadre institutionnel pour les travaux portant sur le genre dans des domaines aussi variés que les pratiques politiques, culturelles, religieuses antiques (l’histoire du corps, de la sexualité, de la famille, des couleurs, des parfums, du pouvoir, pour ne citer que quelques exemples). C’est dans ce contexte académique favorable et grâce à l’accueil et au soutien du laboratoire ANHIMA, du conseil scientifique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et du comité de rédaction de la nouvelle série Mètis. Anthropologie des mondes grecs anciens que les chercheurs de ce numéro se sont rencontrés et ont travaillé, échangé, partagé.

  • 14 Voir Violaine Sebillotte Cuchet, « Régimes de genre et Antiquité grecque classique (Ve -IVe siècles (...)

6Concomitamment, une autre évolution se produisait, qui porte sur les termes mêmes de l’enquête. Alors qu’en 1992, les travaux des participants à l’atelier intitulé « Autour d’une anthropologie des sexes » s’articulaient autour de la différence des sexes et développaient une réflexion sur les constructions de genre masculin/féminin en termes d’oppositions socialement et culturellement construites, les travaux actuels de ce groupe de travail choisissent de ne pas supposer a priori une différence, de ne pas poser comme finalité de l’enquête « les femmes », « les hommes » ou encore « la différence des sexes » et, enfin, de ne pas présupposer le « masculin » ou le « féminin » comme étant forcément des polarités signifiantes. Si les termes de « femmes » ou d’« hommes » apparaissent dans le titre de l’ouvrage ou dans les articles qui le composent, il faut les entendre dans leur sens heuristique, c’est-à-dire comme relevant de catégories formulées en termes contemporains mais destinées à laisser place aux catégories indigènes, celles des cultures grecques et romaines. Cette évolution épistémologique s’inscrit dans la droite ligne des réflexions méthodologiques qui occupaient les débats de l’atelier de 1992 et qui postulaient la nécessité des outils de l’anthropologie historique pour faire une histoire du genre dans l’Antiquité14.

  • 15 Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire », Le genre humain 27, 1993, p. 23-39, ici p. (...)

7C’est tout d’abord l’anachronisme de la question que nous souhaitons souligner et dont nous souhaitons prendre (et faire prendre) conscience. Comme l’écrivait Nicole Loraux dans un article intitulé « Éloge de l’anachronisme en histoire », « il faut user d’anachronisme pour aller vers la Grèce ancienne à condition que l’historien assume le risque de poser précisément à son objet grec des questions qui ne soient pas déjà grecques : qu’il accepte de soumettre son matériau antique à des interrogations que les Anciens ne se sont pas posées ou du moins n’ont pas formulées ou, mieux, n’ont pas découpées comme telles »15, et elle précisait : « Tout n’est pas possible absolument lorsqu’on applique au passé des questions du présent, mais on peut du moins tout expérimenter à condition d’être à tout moment conscient de l’angle d’attaque et de l’objet visé ». Dans cet article, Nicole Loraux illustrait son argument par l’exemple des notions de démocratie et d’opinion publique. Nous souhaitons, dans notre démarche, faire nôtre cette analyse et en élargir la portée : toutes nos questions au passé sont anachroniques et il nous faut toujours être conscients de l’angle d’attaque et de l’objet visé. La question des « femmes » et celle de « la différence sexuelle » — questions qui émergent à la fin du XXe siècle qui prennent en considération des différences qui dépassent et traversent les identités de statut ou d’origine (des critères qui, en d’autres temps, prévalaient sur le sexe) — sont anachroniques, mais utiles.

  • 16 Joan W. Scott, « Le genre : une catégorie utile d’analyse historique (1986) traduit par Claude Serv (...)

8Cette évolution méthodologique dans laquelle les travaux de cet ouvrage choisissent de s’inscrire est, pour partie, liée à l’évolution des travaux et des théories sur le genre en histoire et en sciences sociales. Au cours des années 1980, la définition de référence était celle de Joan Scott. Selon l’historienne et théoricienne américaine, le genre, comme interprétation des différences entre les hommes et les femmes, permet d’étudier un processus de hiérarchisation sociale : « Le genre est un élément constitutif des relations sociales fondé sur des différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier les rapports de pouvoir »16. Cette hiérarchisation, qui se fonde sur une métaphore des différences corporelles, n’oppose pas nécessairement des individus : les rapports de pouvoir ne sont pas toujours des rapports de sexe (homme/femme) mais ils s’expriment comme des rapports de genre (masculin/féminin), où le genre masculin est le genre dominant.

  • 17 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, op. cit. (n. 11), citation p. 114 dans l’édition d (...)

9Les travaux plus récents de l’histoire des femmes ont favorisé une histoire des rapports entre les sexes : le genre permet de penser la construction des identités hommes/femmes de façon relationnelle, et non antagoniste. Françoise Thébaud, spécialiste française de l’historiographie de l’histoire des femmes et du genre, donne dans son ouvrage Écrire l’histoire des femmes une définition de l’outil tel qu’il est pratiqué et répandu en France, durant les années 1990 : « Le genre est en quelque sorte « le sexe social » ou la différence des sexes construite socialement, ensemble dynamique de pratiques et de représentations, avec des activités et des rôles assignés, des attributs psychologiques, un système de croyances. Le sexe est ainsi perçu comme un invariant, tandis que le genre est variable dans le temps et l’espace, la masculinité ou la féminité — être homme ou femme ou considéré comme tel (le) — n’ayant pas la même signification à toutes les époques et dans toutes les cultures »17. Une évolution est notable : la définition ne présuppose plus une hiérarchisation en termes symboliques avec une prééminence du masculin (même si elle peut être majoritaire dans les contextes étudiés) et propose une « grammaire » — une définition plus large et plus adaptée à des études portant sur des sociétés géographiquement ou chronologiquement éloignées de celle de 1986 qui se formulait dans le contexte des travaux en histoire et sociologie de l’Occident contemporain.

  • 18 Mary Mcintosh, « The Homosexual Role », Social Problems 16, 2, 1968, p. 192, traduction de C. Broqu (...)
  • 19 Le lecteur français peut désormais accéder à un recueil d’articles publiés 1975 et 2002, réunis et (...)
  • 20 Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard [1990], trad. française par M. Cervulle, Paris, 200 (...)
  • 21 Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion [1990] trad. française de (...)
  • 22 David M. Halperin, John J. Winkler, F. I. Zeitlin (ed.), Before Sexuality. The Construction of Erot (...)
  • 23 Michel Foucault, « Sexualité et pouvoir » [1978], in Dits et Écrits, III, Paris, 1994, n° 233, p. 5 (...)
  • 24 Arnold Davidson, L’émergence de la sexualité. Épistémologie historique et émergence des concepts [2 (...)
  • 25 Éric Fassin, « Genre et sexualité : des langages de pouvoir », entretien avec Céline Peyraud, Histo (...)
  • 26 Louis-Georges Tin, « L’invention de la culture hétérosexuelle », Les Temps Modernes 624, 2003, p. 1 (...)
  • 27 Pour reprendre les termes d’Éric Fassin dans la présentation de son ouvrage, L’inversion de la ques (...)

10Des réflexions théoriques et épistémologiques importantes se sont développées à la fin du XXe siècle : elles ont modifié cette définition du genre très générale et ont concouru à en faire un outil de plus en plus souple et donc de plus en plus utile. Il s’agit tout d’abord de l’apport incontournable des travaux sur la sexualité et son histoire, depuis les travaux pionniers dans le champ de la sociologie de Mary McIntosh18 et de Gayle Rubin19 à la fin des années 1960 et au cours des années 1970, jusqu’aux mouvements queer20 et les travaux de Judith Butler21 des années 1990, sans oublier, évidemment, les trois volumes de l’Histoire de la sexualité de Michel Foucault et les travaux sur l’érotisme antique de chercheurs européens ou américains, et en particulier ceux de David Halperin22. Au cours des années 1970 et jusqu’aujourd’hui, ces chercheurs, anthropologues, sociologues, philosophes et historiens dans le champ de la sexualité ont mis en évidence l’historicité de la sexualité et des processus de subjectivation desquels elle participe. « La sexualité, bien plus qu’un élément de l’individu qui serait rejeté hors de lui, est constitutive de ce lien qu’on oblige les gens à nouer avec leur identité sous la forme de la subjectivité »23, analyse Michel Foucault en 1978. Cette injonction, montre-t-il, se fait entendre de façon affirmée et croissante à partir de la fin du XVIIIe siècle, en Occident : le discours scientifique et médical puis celui des sciences humaines construisent peu à peu le champ du sexuel comme un lieu où se joue une forme de la « vérité » de l’individu. Arnold Davidson analyse le résultat de ce processus en termes d’« émergence » de la sexualité : « Nous ne saurions penser à nous-mêmes, à notre identité psychologique la plus fondamentale sans penser à notre sexualité, à cette couche souvent profonde et secrète de nos désirs qui révèle le genre d’individu que nous sommes. Et le “triomphe” des sciences humaines est précisément d’avoir mis en lumière, avec toute la force des concepts scientifiques, le rôle de la sexualité dans la formation de notre personnalité, sa place privilégiée au cœur de notre vie psychique »24. Un exemple très clair de ces intrications historiques et, évidemment, non naturelles, est déployé de façon efficace par Éric Fassin25 : il montre que la conjonction entre les questions de genre et de sexualité apparaît avec force dans les figures contemporaines que sont celles de l’homme efféminé ou de la lesbienne masculine. Ces figures révèlent le lien que nous faisons entre genre et orientation sexuelle et, à travers elles, se dessinent, en creux, une représentation genre de l’hétérosexualité contemporaine — qui reste souvent, comme l’analyse Louis-Georges Tin, un « point aveugle » et de ce fait non étudié26. Le normal est « normé »27, le genre et la sexualité sont intriqués de façon complexe, prégnante et non visible. Ces travaux ont des implications directes sur notre démarche : cela serait une erreur que de sous-estimer la force de ces conceptions contemporaines et de ces points aveugles dans les questions que nous posons au passé.

  • 28 Il s’agit du titre de l’ouvrage : David M. Halperin, John J. Winkler, F. I. Zeitlin (ed.), Before S (...)

11Ces recherches sur la sexualité, et en premier lieu celles de Michel Foucault, ont permis aux historiens de l’Antiquité d’établir un constat important : les sociétés antiques sont des sociétés before sexuality28 et de ce fait les identités de genre antiques s’élaborent hors catégories (contemporaines) de la sexualité. Le genre, qui postule l’historicisation des identités de sexe, implique nécessairement — pour un usage utile aux antiquisants — une historicisation des pratiques érotiques que notre conception contemporaine a tendance à rattacher à la sphère de l’intime et de l’identité personnelle.

12Cette historicisation que permet la réflexion sur la sexualité pourrait sembler annexe ou marginale par rapport aux questions politiques ou sociales liées à la fonction. Il convient cependant de se méfier de cet a priori. Une société pour qui l’identité de sexe est un critère secondaire dans sa perception et dans son évaluation morale des relations érotiques ne construit pas les rapports sociaux de la même manière qu’une société qui la place en premier lieu : les rapports économiques, les relations pédagogiques, les rapports de pouvoir, les relations politiques en sont informés et il importe que l’historien les appréhendent en fonction de ces représentations. De la même manière, ces sociétés où les polarités ne s’appuient pas nécessairement sur « les différences perçues entre les sexes » élaborent des représentations et des systèmes de valeurs très différents des nôtres — c’est aux anthropologues de l’Antiquité que revient la responsabilité de les mettre au jour, et non de les effacer par l’imposition forcée de grilles inadaptées.

  • 29 J. W. Scott, De l’utilité du genre, op. cit. (n. 16), p. 7. Nous remercions ici Laufer pour les pis (...)
  • 30 Ibidem, p. 13
  • 31 Ibidem, p. 14.

13L’évolution de la définition du genre vers une plus grande adaptabilité aux contextes sociaux et historiques et vers une plus grande souplesse dans la signification à accorder aux éléments de la définition a été proposée par sa théoricienne même, Joan Scott, dans plusieurs études publiées récemment en français sous le titre De l’utilité du genre. Dès l’introduction, elle donne le ton : « N’étant jamais tout à fait satisfaite des formulations que j’ai moi-même proposées, et profondément navrée de voir les façons dont le “genre” est si souvent vidé de ses implications les plus radicales, j’ai cherché de meilleures manières d’insister sur sa mutabilité ». Dès l’introduction, elle résume ainsi cette évolution : « L’infléchissement le plus important de ma pensée est venu de la prise en compte, dans mes travaux, de la psychanalyse, non pas en tant qu’étude des comportements humains, avec ses diagnostics explicatifs, mais comme une façon de mettre au jour les ruptures et les contradictions, d’explorer les significations ambiguës qui finissent par se loger dans les problèmes insolubles et les interrogations sans réponses »29. Sa lecture de Freud et de la théorie de l’identification (qui privilégie l’image de la constellation mouvante à celle de l’identité figée) la mène à ce constat : « Le genre est, par voie de conséquence, l’étude des relations entre le normatif et le psychique, des dispositifs historiques spécifiques et tout compte fait incontrôlables »30. Elle ajoute alors, de façon programmatique : « Aussi nous faut-il nous demander dans quelles conditions et par quels fantasmes les identités des « hommes » et des « femmes » — que tant d’historiens considèrent comme relevant de l’évidence — sont articulées et reconnues. Ces catégories ne précèdent pas l’analyse, elles s’en dégagent »31.

  • 32 Séminaire international en résidence, « L’individu et la fonction. Genre et pratiques socio-politiq (...)

14Alors, oui, vingt ans de réflexion sont utiles pour faire avancer les travaux des historiens et des anthropologues de l’Antiquité dans le champ de l’histoire des femmes et du genre. Il y a bien une évolution, et non une rupture, entre les travaux de nos collègues et ami/e/s du colloque Mètis de 1992 et ceux qui composent ce numéro hors série de la nouvelle série Mètis. Il y a une dette scientifique et humaine reconnue par toutes et tous qui permet à chacun de s’inscrire dans une filiation tout en proposant de nouvelles approches. Nous avons précisément choisi le terme d’« individu », pour la rencontre scientifique qui mena à cet ouvrage32, dans le but de ne pas présupposer une polarité ou des antagonismes sexués dans les identités antiques, et nous l’avons mis en relation avec la catégorie vaste de « fonction », de « pratiques » et d’« action ». Il s’agissait dans un premier temps de se distancier de l’usage traditionnel de la notion de « différence des sexes ».

  • 33 Sur l’usage de cette notion, V. Sebillotte Cuchet, « Régimes de genre », art. cit (n. 13), notammen (...)
  • 34 Sur l’historicité de l’« individu », voir les contributions réunies dans Claude (éd.), Identités de (...)

15Ce choix relève de deux positionnements scientifiques importants, fondateurs de ce numéro et qui en font la particularité. Tout d’abord, la volonté claire d’une distanciation avec les termes de « relation sociale de sexe » et de « différence des sexes »33 : il nous a semblé important de ne pas présupposer que les hommes et les femmes étaient en relation comme le seraient deux groupes déjà constitués et distincts. Le choix de la catégorie plus vaste d’« individus », une catégorie qui a bien sûr, elle aussi, une histoire34, nous a permis de développer une réflexion collective autour des critères de distinction et de mettre au jour les catégories signifiantes, dans chaque contexte historique, culturel et discursif. Une première étape a été de se garder des généralisations hâtives : il ne s’agit pas de retrouver une représentation uniforme des hommes et des femmes dans tous les domaines et dans toutes les activités d’une société. Chaque document est particulier et donne accès à un champ particulier ; il importe de ne pas faire d’extrapolations à partir des conclusions obtenues de l’étude d’un corpus spécifique, et il ne faut pas les étendre à l’ensemble d’une période ou d’un domaine.

  • 35 Claude Calame, « Le rite d’initiation tribale comme catégorie anthropologique (Van Gennep et Platon (...)
  • 36 Nous reprenons l’expression de Florence Dupont lorsqu’elle évoque l’étrangeté du monde antique, pou (...)
  • 37 Claude Calame recourt dans ses études à la terminologie du linguiste Kenneth Pike formulée au cours (...)
  • 38 Claude Calame, « Interprétation et traduction des cultures. Les catégories de la pensée et du disco (...)
  • 39 Florence Dupont, « Introduction », in C. Calame, F. Dupont, B. Lortat-Jacob, M. Manca (dir.), La vo (...)

16La démarche n’est pas aisée : elle va contre le réflexe de vouloir comprendre d’emblée les enjeux et contre la tentation d’une reformulation en termes contemporains. Pourtant, comme nous le rappellent Claude Calame et Florence Dupont, tels des ethnologues sur le terrain35 ou des voyageurs en contrée exotique36, nous entrons en terre étrangère : il s’agit dès lors non de simplifier mais de complexifier au maximum les questions que nous posons et d’en étendre le plus largement possible la portée afin que les grilles contemporaines — les catégories étiques selon la terminologie de Picke chère à Claude Calame37 — ne nous empêchent pas de percevoir les catégories émiques, celles des Grecs et des Romains. À nouveau, l’interdisciplinarité est de mise : il s’agit de procéder à une « traduction transculturelle », celle que Claude Calame promeut dans un article où il analyse l’historicité des catégories semi-empiriques de l’anthropologie38. Il s’agit aussi de suivre les méthodes des ethnopoéticiens telles que Florence Dupont les présente dans l’introduction à l’ouvrage collectif La voix actée : recourir aux « ensembles flous » et rattacher chaque document à une série de performances sans jamais décider de limites fixes qui risqueraient d’imposer une catégorie non indigène. C’est une façon, explique-t-elle, de ne pas « arracher l’événement à sa singularité » et d’éviter de « transformer des régularités en loi » : « Pour passer d’une culture à l’autre sans postuler de similitudes, l’ethnopoéticien doit créer des “catégories solubles” », qui « se dissolvent progressivement dans la culture étudiée au fur et à mesure que le questionnement extérieur utilisé pour une première approche, cède la place à la découverte d’un objet vu de l’intérieur, qui désormais va être défini et étudié à partir des catégories indigènes »39. Cette méthode des « ensembles flous » est précieuse dans le champ des travaux sur le genre, et l’approche pragmatique à laquelle elle est rattachée ajoute une autre donnée à prendre en compte dans nos travaux, celle qui consiste à être attentif à la pratique discursive et à ce qu’elle crée. En intégrant les acquis des travaux des ethnopoéticiens, nous espérons éviter les généralisations sur « les hommes » ou « les femmes » qui découleraient d’une interprétation anachronique ou généralisante d’un document compris hors contexte de performance.

17Dans cet ouvrage, par conséquent, suivant les récentes réflexions de Joan Scott sur le genre, nous avons choisi la catégorie floue de la « fonction » et nous l’avons mise en lien avec les individus (sans présupposer une quelconque pertinence du critère de l’identité de sexe). La raison de cette démarche s’expliquait par un constat : nous connaissons avant tout les hommes et les femmes de l’Antiquité par la fonction qu’ils occupent dans les différentes pratiques sociales, économiques et politiques des sociétés grecque et romaine. Les documents textuels, iconographiques ou archéologiques permettent à l’historien d’appréhender les fonctionnements économiques et institutionnels, les systèmes politiques et les transferts culturels et la nature des sources ne nous permet que rarement d’approcher les individus autrement. Les articles ici réunis s’articulent autour des questions suivantes : quels liens les Anciens établissaient-ils entre une fonction occupée et la personne qui en avait la charge ? Quels critères entraient en considération pour déterminer si un homme ou une femme était digne, ou non, d’assumer une fonction particulière ? À quel moment les caractéristiques considérées comme propres à l’individu (charisme, autorité, qualités morales et esthétiques, savoir et connaissances techniques) étaient-elles perçues comme opposées à une fonction ?

18Le terme de fonction est entendu dans son sens large, et sa signification recouvre non seulement les domaines administratifs, institutionnels et religieux, mais également ceux que les sociétés contemporaines relient plus volontiers au champ du métier et de l’art d’une part, du personnel et/ou du familial d’autre part. Par cette démarche, il s’agit d’historiciser à la fois le sexe, les catégories d’hommes et de femmes, le pouvoir et l’autorité, et de dégager les critères de distinction des individus dans différents contextes. Cette historicisation multiple alourdit certes la tâche mais elle permet, nous l’espérons, de révéler la grande variété des manières antiques de mettre en lien l’individu et sa fonction, avec ou sans la prise en compte d’une identité de sexe (dont les caractéristiques culturelles sont à redéfinir dans chaque contexte discursif).

19Dans cette enquête, l’étape primordiale consiste, pour l’historien et anthropologue de l’Antiquité, à identifier les domaines où des personnes, des paroles, des gestes sont nommés, rassemblés et reliés à un champ apparaissant comme cohérent pour les Anciens et qui se trouve, parfois, lié à une fonction reconnue et éventuellement normée. Claude Calame, Annalisa Paradiso, Maria Cecilia D’Ércole et Anna Chiaiese, par une étude serrée des discours, des mots et des formes de narrations par lesquels ces pratiques sont évoquées, décrivent les domaines que constituent les pratiques anthropopoiétiques du melos, les multiples façons de pratiquer le commerce de détail, de faire une guerre défensive ou d’avoir une autorité reconnue dans une cité. Si les termes signifiant « masculin » ou « féminin » apparaissent occasionnellement, les identités que les actions conduisent à créer ne se formulent cependant pas en terme d’opposition entre hommes et femmes, ni entre fonction masculine et fonction féminine (« Les identités et les champs d’action », 1ère partie). Louise Bruit, Claire Jacqmin, Sandra Péré-Noguès et Stefano Caneva explorent le domaine considéré comme plus connu de l’autorité politique m es identités et les champs d’action  ais pour en proposer une lecture renouvelée. Par l’analyse de contextes de stasis, de conflit entre cités ou d’affirmation d’autorité dans la cité, ils mettent en évidence le fait que des actions de femmes sont non seulement efficaces mais également reconnues de façon collective — qu’il s’agisse d’une charge officielle ou d’une mission conjoncturelle. Il apparaît que la « bonne concordance » entre un individu et sa fonction se trouve élaborée, en Grèce, par la prise en considération d’actions réelles et efficaces qui ne remettent pas en question les représentations traditionnelles des rôles de chacun : dans les documents et les contextes étudiés en effet, rien ne vient caractériser l’action ou les agents de ces actions comme extraordinaires, hors normes ou contre nature (« Femmes et actions en politique », 2e partie). Il convient donc de réinterroger notre représentation du genre antique qui empêche trop souvent de percevoir les représentations grecques, et de se démarquer d’anciennes grilles de lectures qui, longtemps, ont brouillé notre perception des catégories grecques. Pour mettre au jour les représentations antiques, les contributions de Gabriella Pironti, Violaine Sebillotte Cuchet, Pauline Schmitt Pantel et Adeline Grand-Clément développent des études de contextes complexes où le genre croise les questions de religion, de mythe ou d’apparence physique (« Corps des humains, corps des dieux : l’imaginaire du genre », 3e partie).

20Par l’énonciation d’une question en termes « flous », les enquêtes de cet ouvrage se déploient dans des champs chronologiquement, géographiquement, énonciativement et thématiquement variés : elles permettent de sortir des lieux anachroniquement fixés par certaines traditions de la recherche en histoire et mettent au jour l’ampleur du chemin qu’il reste à parcourir, l’immensité du territoire qu’il reste à découvrir. Les choix de chacun des collaborateurs et collaboratrices conduisent à faire voir, grâce aux outils de l’histoire et de l’anthropologie, des « femmes en action », non comme constituant une catégorie grecque uniforme et homogène mais comme des figures représentatives des domaines où les femmes et les hommes des sociétés antiques interviennent en tant qu’individus efficaces et reconnus.

  • 40 J. W. Scott, « Le lourd passé du féminisme (2004) », in De l’utilité du genre, op. cit. (n. 16), p. (...)

21Cet ouvrage est une étape d’un voyage qui ne fait que commencer : l’explorateur emporte avec lui les outils du genre, de l’histoire, de l’anthropologie et de l’analyse des discours. Pour Joan Scott, nous le rappelions précédemment, « l’interdisciplinarité a été l’un des moyens que nous avons appris à utiliser pour bâtir de nouvelles constructions narratives. C’est la raison pour laquelle elle a été l’une des marques de fabrique de la recherche féministe »40. Ainsi, c’est sous le signe de l’interdisciplinarité qui fonde l’origine scientifique de Métis que nous voulons nous placer : en proposant, en lieu et place d’une anthropologie de la différence des sexes, une anthropologie du genre, nous souhaitons faire résonner, vingt ans plus tard, un écho politique et amical aux chercheuses et aux chercheurs qui ont contribué à construire nos identités scientifiques.

Notes

1 La revue Métis. Revue d’anthropologie du monde grec ancien. Philologie-Histoire-Archéologie est née en 1986 d’une collaboration entre hellénistes grecs et français, et ce partenariat se concrétise depuis 2006 par une coédition partagée entre l’EHESS (Paris) et Daedalus (Athènes). Elle se donne comme but d’étudier l’Antiquité grecque en se plaçant dans la perspective d’une anthropologie historique du monde antique, tout en gardant le lien avec les disciplines érudites (philologie, histoire, archéologie, etc.), en prenant en compte les apports de diverses sciences humaines (ethnologie, sociologie, linguistique, psychologie, psychanalyse).

2 Le comité de rédaction (Alain Ballabriga, Françoise Frontisi-Ducroux, Stella Georgoudi, Nicole Loraux, Nicos Nicolaou, Jean-Pierre Vernant), « Avertissement », Métis. Revue d’anthropologie du monde grec ancien. Philologie-Histoire-Archéologie 9-10, 1994-1995 (le volume a été publié en 1998). Depuis 2003, la revue est devenue Mètis. Anthropologie des mondes grecs anciens.

3 L’atelier « Anthropologie politique » (p. 121-196) rassemblait Nicole Loraux, Augusto Fraschetti, Claude Mossé, Annalisa Paradiso, Catherine Darbo-Peschanski et Katerina Synodinou.

4 L’atelier « Iconographie et Anthropologie » (p. 199-281) rassemblait Françoise Frontisi-Ducroux, Alain Schnapp, Gloria Ferrari, Christiane Sourvinou-Inwood, François Lissarrague, John Scheid et Simone Couvret.

5 L’atelier « Autour d’une anthropologie des sexes » (p. 285-334) rassemblait Stella Georgoudi, Philippe Borgeaud, Pauline Schmitt Pantel, Marie-Madeleine Mactoux, Ana Iriarte et Françoise Héritier-Augé.

6 Pauline Schmitt Pantel, « Autour d’une anthropologie des sexes. À propos de la femme sans nom d’Ischomaque », Mètis 9-10, 1994-1995, p. 299-305, citation p. 305.

7 Laboratoire ANHIMA (Anthropologie et histoire des mondes antiques, UMR 8210).

8 Ces travaux collectifs ont donné matière, en 2007, à l’ouvrage publié par Nathalie Ernoult, Violaine Sebillotte Cuchet, Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris (trad. en grec moderne, Thessalonique, 2009) puis, en 2011, à l’ouvrage dirigé par Sandra Boehringer, Violaine Sebillotte Cuchet, Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine. Le genre, méthode et document, auquel ont participé des chercheurs d’universités françaises, canadienne, états-unienne, ukrainienne et grecque : Adeline Adam, Philippe Akar, Serge Bardet, Catherine Baroin, Lydie Bodiou, Romain Brethes, Louise Bruit, Claude Calame, Marine Chabrol, Sébastien Dalmon, Aurélie Damet, Madalina Dana, Julie Delamard, Gaëlle Deschodt, Valeria Gavrylenko, Sophie Lalanne, Annie Larivée, Rostom Mesli, Philippe Moreau, Pauline Schmitt Pantel, Maxime Pierre, Nicolas Richer, Anastasia Serghidou, Anne-Emmanuelle Veïsse.

9 Margaret Maruani, Chantal Rogerat, « L’histoire de Michelle Perrot », Travail, genre et sociétés 8, 2002, p. 5-20 ; Françoise Basch, Louise Bruit, Monique Dental, Françoise Picq, Pauline Schmitt Pantel, Claude Zaidman (dir.), Vingt-cinq ans d’études féministes. L’expérience Jussieu, Paris, 2001.

10 Sur cette histoire, voir, entre autres, Éliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort et al., Le siècle des féminismes, Paris, 2004, avec la préface de Michelle Perrot.

11 Pour une synthèse et une bibliographie sur l’histoire du terme, voir Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alaxandre Jaunait, Anne Revillard, Introduction aux études sur le genre, Bruxelles [2008], 2012.

12 Voir, pour un premier état des lieux de l’institutionnalisation de ce champ en France, Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes [1998], Lyon-Paris, 2001, p. 111-161 ; voir également sa réédition actualisée, en Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, 2007. Voir la récente base de données des enseignements et équipes de recherches travaillant sur le genre.URL:https://recherche.genre.cnrs.fr/

13 Nous parlons ici de façon générale, sans ignorer ni nier les difficultés qui existent encore pour les jeunes chercheurs en études féministes et genre. Il est certain qu’il y a des sujets qu’il est parfois stratégiquement plus judicieux d’aborder quand on est déjà à l’intérieur de l’université et que ces choix peuvent parfois être lourds de conséquence (voir, par exemple, le cas de la réception de : Sandra Boehringer, L’homosexualité féminine en Grèce et à Rome, Paris, 2007, commenté par Jean Birnbaum « Bon sens et mauvais genre », Le Monde, 7 décembre 2007, et par Andrew Lear, Meryl Altman, « The Unspeakable Vice of the Americans », Iris, the Newsletter of the Lambda Classical Caucus, Fall 2010). Nous savons aussi que les choses évoluent et nous voulons croire que la vitalité des travaux dans le domaine du genre, illustrée entre autres par les revues scientifiques Genre, sexualité & société fondée par d’anciens membres de l’association EFiGiES et Genre & Histoire fondée par des jeunes membres de l’association Mnémosyne, aura raison des dernières réticences.

14 Voir Violaine Sebillotte Cuchet, « Régimes de genre et Antiquité grecque classique (Ve -IVe siècles av. J. -C.) », Annales HSS 67, 2012/3, p. 573-603 (trad. anglaise : « Gender Regimes and Classical Greek Antiquity », Annales HSS 67, 2012/3, p. 401-430) ; ead., « Touchée par le féminisme. L’Antiquité avec les sciences humaines », in Pascal Payen, Evelyne Scheid-tissinier, Anthropologie de l’Antiquité. Anciens objets, nouvelles approches, Turnhout, 2013, p. 143-172 et Sandra Boehringer, « Le genre et la sexualité. États des et perspectives dans le champ des études anciennes », Lalies 32, 2012, p. 145-167.

15 Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire », Le genre humain 27, 1993, p. 23-39, ici p. 28.

16 Joan W. Scott, « Le genre : une catégorie utile d’analyse historique (1986) traduit par Claude Servan-Schreiber, in Joan W. Scott, De l’utilité du genre, Paris, 2012, p. 17-54, ici p. 41. La seule traduction française disponible jusqu’en 2012 était celle d’Eleni Varikas : « Le genre, une catégorie utile d’analyse historique », Le Genre de Cahiers du GRIF 37-38, 1988, p. 125-153, citation p.141.

17 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes, op. cit. (n. 11), citation p. 114 dans l’édition de 1998.

18 Mary Mcintosh, « The Homosexual Role », Social Problems 16, 2, 1968, p. 192, traduction de C. Broqua (avec la collaboration de N. Paulme) sous le titre : « Le homosexuel », Genre, sexualité & société [en ligne], Hors-série n ° 1 | 2011. Sur l’apport parfois sous-évalué des travaux de Mary McIntosh, voir Jeffrey Weeks, « The “Homosexual Role” after 30 Years : an Appreciation of the Work of Mary McIntosh », Sexualities 1, 2, 1998, p. 131-152, traduction de C. Broqua (avec la collaboration de N. Paulme) sous le titre : « Le “rôle homosexuel” trente ans plus tard : retour sur le travail de Mary McIntosh », Genre, sexualité & société [en ligne], Hors-série n ° 1 | 2011.

19 Le lecteur français peut désormais accéder à un recueil d’articles publiés 1975 et 2002, réunis et traduits dans : Gayle S. Rubin, Surveiller et jouir : anthropologie politique du sexe, réunis par R. Mesli, Paris, 2010.

20 Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard [1990], trad. française par M. Cervulle, Paris, 2008.

21 Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion [1990] trad. française de C. Kraus, Paris, 2005.

22 David M. Halperin, John J. Winkler, F. I. Zeitlin (ed.), Before Sexuality. The Construction of Erotic Experience in the Ancient World, Princeton, 1990 ; David M. Halperin, Cent ans d’homosexualité et autres essais sur l’amour grec [1990], trad. française par I. Châtelet, Paris, 2000 ; John J. Winkler, Désir et contraintes en Grèce ancienne [1990], trad. française de S. Boehringer, N. Picard, Paris, 2005 ; Claude Calame, L’Éros dans la Grèce antique, Paris, 1996 ; Maud W. Gleason, Mascarades masculine. Genre, corps voix dans l’Antiquité gréco-romaine [1995], trad. française de S. Boehringer, N. Picard, Paris, 2013 ; Craig A. Williams, Roman Homosexuality, Ideologies of Masculinity in Classical Antiquity, New York-Oxford, 1999 ; David H. Larmour, Paul Allen Miller, Charles Platter (ed.), Rethinking Sexuality : Foucault and Classical Antiquity, Princeton, 1998. Il ne s’agit là que de quelques exemples, la liste n’est bien évidemment pas exhaustive (pour une bibliographie thématique des questions de genre, d’identité et de sexualité en Grèce et à Rome, voir S. Boehringer, « Le genre et la sexualité », art. cit., p. 164 sq.) Florence Dupont, Thierry Éloi se défendent, dans l’introduction de leur ouvrage, de suivre les travaux constructionnistes mais c’est bien à une historicisation des catégories sexuelles et des identités de sexes qu’ils se livrent, pour notre plus grand intérêt, dans L’érotisme masculin dans la Rome antique, Paris, 2001.

23 Michel Foucault, « Sexualité et pouvoir » [1978], in Dits et Écrits, III, Paris, 1994, n° 233, p. 570.

24 Arnold Davidson, L’émergence de la sexualité. Épistémologie historique et émergence des concepts [2004], Paris, 2005, p. 9.

25 Éric Fassin, « Genre et sexualité : des langages de pouvoir », entretien avec Céline Peyraud, Histoire & Sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, dossier « L’homosexualité à l’épreuve des représentations », 3, 2002, p. 60-64

26 Louis-Georges Tin, « L’invention de la culture hétérosexuelle », Les Temps Modernes 624, 2003, p. 119-126, et L’invention de la culture hétérosexuelle, Paris, 2008.

27 Pour reprendre les termes d’Éric Fassin dans la présentation de son ouvrage, L’inversion de la question homosexuelle, Paris, 2005.

28 Il s’agit du titre de l’ouvrage : David M. Halperin, John J. Winkler, F. I. Zeitlin (ed.), Before Sexuality. op. cit. (n. 21). Le livre réunit les contributions issues de trois colloques qui se sont déroulés aux États-Unis au cours des années 1980 et qui ont fait se rencontrer des chercheurs nord-américains et des chercheurs français du Centre Louis Gernet (appelé, outre-Atlantique, « École de Paris ») : Nicole Loraux, Jean-Pierre Vernant, François Lissarrague, Marcel Detienne et Maurice Olender.

29 J. W. Scott, De l’utilité du genre, op. cit. (n. 16), p. 7. Nous remercions ici Laufer pour les pistes qu’elle nous a données et les éclairages dont elle nous a fait bénéficier sur la psychanalyse et son apport aux questions de genre.

30 Ibidem, p. 13

31 Ibidem, p. 14.

32 Séminaire international en résidence, « L’individu et la fonction. Genre et pratiques socio-politiques en Grèce et Rome », 15-17 septembre 2011, Épineuil (Yonne), dir. S. Boehringer et V. Sebillotte Cuchet, avec le soutien d’ANHIMA (UMR 8210) et de l’équipe d’accueil « Analyse Comparée des Pouvoirs » (EA 3350).

33 Sur l’usage de cette notion, V. Sebillotte Cuchet, « Régimes de genre », art. cit (n. 13), notamment p. 576-577.

34 Sur l’historicité de l’« individu », voir les contributions réunies dans Claude (éd.), Identités de l’individu contemporain, Paris, 2008.

35 Claude Calame, « Le rite d’initiation tribale comme catégorie anthropologique (Van Gennep et Platon) », Revue de l’histoire des religions 220/1, 2003, p. 5-62.

36 Nous reprenons l’expression de Florence Dupont lorsqu’elle évoque l’étrangeté du monde antique, pour lequel ses ouvrages proposent ce qu’elle nomme « une invitation au voyage » dans L’invention de la littérature. De l’ivresse grecque au texte latin, Paris, 1994, p. 7.

37 Claude Calame recourt dans ses études à la terminologie du linguiste Kenneth Pike formulée au cours des années quarante puis adoptée par les anthropologues. K. Picke distingue le point de vue et les catégories de pensées propres à l’ethnologue (etic, « étique ») de celles qui font l’objet de l’enquête, à savoir les catégories indigènes, propres aux sociétés étudiées (emic, « émique »).

38 Claude Calame, « Interprétation et traduction des cultures. Les catégories de la pensée et du discours anthropologiques », L’Homme 163, 2002, p. 51-78.

39 Florence Dupont, « Introduction », in C. Calame, F. Dupont, B. Lortat-Jacob, M. Manca (dir.), La voix actée. Pour une nouvelle ethnopoétique, Paris, 2010, p. 12-13.

40 J. W. Scott, « Le lourd passé du féminisme (2004) », in De l’utilité du genre, op. cit. (n. 16), p. 215.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search