Version classiqueVersion mobile

Territoires du religieux dans les mondes indiens

 | 
Mathieu Claveyrolas
, 
Rémy Delage

Au-delà du territoire : limites, seuils et franchissements

Migration et soufisme chez les hindous sindhis de l’Inde. D’après l’exemple du darḅār de Sā’īn Rochaldās à Ulhasnagar (Maharashtra)

Michel Boivin

Résumé

Lors de la Partition survenue en 1947, les hindous ont quitté le Sindh pour l’Inde dans de larges proportions. L’accueil de leurs coreligionnaires n’a pas toujours été bienveillant car ces hindous n’étaient pas considérés comme étant de vrais hindous. L’un des arguments à l’origine de cette affirmation était la dévotion qu’ils entretenaient à l’égard des saints soufis. Il est vrai que ces hindous avaient transporté en Inde un certain nombre de cultes soufis qui donnèrent lieu à la création de darḅār qui conservèrent des liens directs avec les « maisons mères » situées dorénavant au Pakistan. Cette contribution part de l’hypothèse que le transfert en Inde de ces cultes soufis a pu jouer un rôle dans les processus d’appropriation de ces nouveaux territoires où ils s’établissaient. L’argumentation repose sur le cas du darḅār de Sā’īn Rochaldās, situé à Ulhasnagar près de Mumbai.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À une époque marquée par la croissance de la radicalisation religieuse et par la rigidification des barrières entre les religions, les constructions qui intègrent des éléments appartenant à l’islam et à l’hindouisme prennent le contre-pied de ces représentations qui accaparent l’attention des médias. Cette contribution propose d’examiner le rôle joué par le soufisme dans l’établissement des lieux de culte opéré par les hindous sindhis après la Partition. Celle-ci fut marquée par de gigantesques migrations, de l’Inde au Pakistan et vice-versa qui affectèrent surtout le Panjab et le Bengale. Dans le Sindh, on estime à environ un million le nombre d’hindous qui décidèrent de quitter leur territoire ancestral. Ils appartenaient aux classes moyennes et supérieures. En émigrant en Inde, les Sindhis hindous n’eurent pas la possibilité d’emporter grand-chose et furent la plupart du temps relogés dans des camps pour de longues années. Lors de leur arrivée, l’une de leurs premières préoccupat...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search