Version classiqueVersion mobile

Territoires du religieux dans les mondes indiens

 | 
Mathieu Claveyrolas
, 
Rémy Delage

Au-delà du territoire : limites, seuils et franchissements

Kālāpānī ou les limites à ne pas franchir. Le voyage en Angleterre du maharaja de Jaipur (1902)

Catherine Clémentin-Ojha

Résumé

On semble avoir oublié aujourd’hui la gravité extrême du problème social suscité par le voyage en mer parmi les membres des castes hindoues supérieures à partir des années 1880. Ce voyage s’impose pourtant aux hindous dont les intérêts de classe sont liés à ceux de la puissance coloniale. Même aux plus orthodoxes d’entre eux. C’est ainsi que le maharaja de Jaipur, Mādhosingh II (r. 1880-1922) se voit sommé de venir assister au couronnement d’Edward VII à Londres en 1902. Les conditions dans lesquelles il réalise son voyage hors frontières sont révélatrices des conceptions et pratiques religieuses auxquelles il convenait qu’un souverain hindou se montre ostensiblement attaché dans une situation où son orthodoxie pouvait être mise en doute. À travers leur examen, l’article propose un éclairage sur la relation que les hindous de hautes castes entretiennent au tournant du xxe siècle avec le territoire de l’Inde à une époque où ils sont confrontés au monde non hindou comme jamais ils ne l’ont été au cours de leur histoire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les dernières décennies du xixe siècle les hindous orthodoxes ne tiennent plus les monts Vindhya pour la frontière sud de leur territoire1. Leurs circulations, pérégrinations et conquêtes ayant depuis longtemps étendu à l’ensemble du sous-continent l’aire de l’accomplissement du dharma – l’ordre idéal et immuable sur terre –, ils n’hésitent plus à sortir de l’ancien āryāvarta2. Mais à la fin du xixe siècle un autre interdit non moins ancien, comme on le découvre dans les textes canoniques sur le dharma (dharmaśāstra), reprend toute sa vigueur. Qui sort de l’Inde en « voyageant sur l’océan » (samudrāyana), en traversant l’« eau noire » (kālāpānī), peut être accusé d’avoir enfreint les us et coutumes de sa caste. Une fois rentré, considéré comme souillé, il est déchu (patita), ostracisé ; on ne partage plus de repas avec lui, on n’accepte plus son hospitalité. Car, et c’est un point majeur qu’il faut garder à l’esprit, les difficultés ne se présentent qu’au retour du voyageur, qu...

Auteur

Directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, EHESS, Paris en anthropologie historique, elle est spécialiste de l’histoire culturelle et sociale des hindous du xixe siècle à aujourd’hui. Ses travaux ont porté sur le monachisme féminin, l’organisation des sectes vishnouites, les relations entre ordres religieux et royaumes rajputs au xixe siècle, le rôle social et politique des ascètes, le droit des institutions religieuses, et l’historiographie de l’hindouisme.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search