Version classiqueVersion mobile

Territoires du religieux dans les mondes indiens

 | 
Mathieu Claveyrolas
, 
Rémy Delage

Les dispositifs de mise en scène du territoire

Voyageurs immobiles. La géographie idéelle des Kulung Rai du Népal

Grégoire Schlemmer

Résumé

Afin de révéler la manière dont les Kulung – une population de l’Himalaya népalais – découpent et conçoivent leur environnement géographique, organisent l’espace des lieux qu’ils retiennent et valorisent, l’article étudie des pratiques rituelles nommées natabom. Il s’agit de voyages immobiles, de parcours verbaux composés essentiellement de noms d’étapes en grande partie localisables, et dont la finalité est d’aller chercher des bienfaits ou de rejeter des infortunes. On présente les espaces parcourus, ce que les Kulung en disent et ce qu’ils y font, pour ensuite les comparer à d’autres pratiques rituelles (rites territoriaux et pèlerinages). Il en ressort un rapport ambigu et complexe à l’extériorité et à l’altérité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Kulung Rai forment une société fortement territorialisée. Environ la moitié des 30 000 Kulung occupent leur vallée de référence – la vallée de l’Hongu, au pied de l’Everest –, où ils se répartissent en une dizaine de villages vivant d’agriculture en terrasse et d’un peu d’élevage, et ce depuis une vingtaine de générations, soit environ quatre à cinq siècles, si l’on se fonde sur leurs généalogies. À l’image des autres groupes Rai et Kirant (les ensembles ethniques auxquels ils se rattachent), les Kulung se distinguent des autres populations dites « tribales » du centre et de l’ouest du Népal par une histoire singulière. Après leur intégration par conquête dans le royaume du Népal, à la fin du xviiie siècle, ils se sont vus reconnaître une certaine autonomie politico-foncière sur leur ancien territoire de chasse et d’essartage, walikha-dibuka, devenu dans le langage administratif népalais kipat1. Bien que progressivement réduite, jusqu’à sa suppression vers les années 19...

Auteur

Anthropologue à l’Institut de recherche pour le développement (IRD, UMR 207, URMIS) et associé au CEIAS, il travaille sur l’organisation socioreligieuse des Kulung, une population de l’Himalaya népalais, ainsi que sur les formes d’appartenance et d’ethnicité au Laos.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search