Version classiqueVersion mobile

Territoires du religieux dans les mondes indiens

 | 
Mathieu Claveyrolas
, 
Rémy Delage

Les dispositifs de mise en scène du territoire

Musiques dévotionnelles hindoues dans l’espace public à l’île Maurice

Catherine Servan-Schreiber

Résumé

Dans le renouveau d’un hindouisme militant à l’île Maurice, l’investissement des espaces publics par une récente floraison de petits autels ou de grandes sculptures, tout comme la construction ou la rénovation des temples, se font dans une atmosphère de surenchère entre dévots bhojpuris et tamouls. Au plan musical, cette conquête de l’espace public se double de l’essor d’une musique religieuse incluant la mise à l’honneur de nouveaux répertoires (cf. les chants tamouls pour la fête de Tirunanasambandan), une recrudescence des concours de chants religieux, et surtout, la commercialisation d’une musique dévotionnelle « made in Mauritius ». Il s’agit de s’affranchir des répertoires de bhajan et de kirtan importés de l’Inde, pour établir des programmes musicaux autonomes, que l’on diffusera surtout dans les longs moments de préparation précédant le culte, à l’extérieur du temple. À Goodlands, fief bhojpuri, s’ouvriront des commerces de musique dévotionnelle en hindi, avadhi et bhojpuri, tandis qu’à Rose-Hill, la musique dévotionnelle tamoule sera accessible dans les boutiques qui entourent le marché. On s’interrogera sur l’influence de pratiques musicales dévotionnelles n’ayant cessé d’évoluer depuis les recommandations de l’Arya Samaj lors de l’arrivée de ses premiers missionnaires en 1910.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Hommes, femmes, enfants déferlent par milliers des coins les plus reculés de l’île en direction de la plage la plus proche. Jusqu’à tout récemment, des gens à flot continu quittaient en groupe villes et villages, qui à pied, qui dans des charrettes tirées par des bœufs, chantant des chants de louange du Gange.
Ramesh Ramdoyal, L’île Maurice à travers ses fêtes.


Ces oratoires ne sacralisent pas les confins, mais dessinent un maillage qui couvre l’ensemble du territoire et définit des unités géographiques vécues.
Philippe Martin, Les chemins du sacré. Paroisses,
processions pèlerinages en Lorraine du xvie au xviie siècle.

À travers la pratique du chant dévotionnel, cet article explore le lien qui existe entre musique, territoire et religion à l’île Maurice, dans l’observance de l’hindouisme. Ces dernières années, plusieurs études majeures ont contribué à définir la nature de l’hindouisme à l’île Maurice. Parmi elles, l’ouvrage de Suzanne Chazan et Pavitranand Ramhota (2009) discute certain...

Auteur

Chercheur au CNRS, membre du CEIAS, chargée de cours à l’Inalco, anthropologue et spécialiste de littérature médiévale indienne, elle s’est d’abord consacrée à l’étude de la tradition orale bhojpurie et à l’histoire du livre et de l’imprimerie populaire en Inde. Elle s’est intéressée à la circulation des textes bhojpuris à travers les répertoires des chanteurs itinérants et à l’impression des livrets de colportage. Puis elle s’est attachée à montrer l’apport anthropologique des musiques de variété, en prenant comme exemple la créolisation de la musique bhojpurie dans la société mauricienne.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search