Version classiqueVersion mobile

Territoires du religieux dans les mondes indiens

 | 
Mathieu Claveyrolas
, 
Rémy Delage

Les dispositifs de mise en scène du territoire

Le front du Gange à Bénarès La matérialisation d’une berge sacrée

Savitri Jalais

Résumé

Le front fluvial de Bénarès construit sur plusieurs siècles et composé d’une multitude de ghāṭ forme aujourd’hui le long du Gange une unité architecturale et urbaine, imposante et continue, sur plus de six kilomètres. Dans cet article, l’idée de ce front est présentée comme un vaste projet, fondé sur un site exceptionnel et sur des textes religieux qui le décrivent comme un paysage sacré, illustré par l’iconographie dès le xviiie siècle, construit par les nombreux pèlerinages et développé de manière collective par les projets municipaux de construction de ghāṭ. Les limites du front d’eau, définies avant même et malgré la construction des ghāṭ, se confondent avec celles d’une juridiction divine, et sont, comme je tente de l’expliquer, à l’origine de ce front du Gange composé de ghāṭ, pensé et construit comme une unité.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’imagerie collective de la ville de Bénarès (Kāśī, Varanasi) se cristallise dans ses ghāṭ qui forment un ensemble architectural unitaire construit sur la rive concave d’un méandre du Gange. Lieux emblématiques de la ville, ces ghāṭ correspondent en tout point à ces « lieux attribut » définis par Debarbieux (1995 : 99) quant à l’usage massif qui en est fait pour représenter Bénarès dans sa globalité. Ceci posé, chaque ghāṭ se distingue non seulement par sa période de construction et par l’identité de ses bâtisseurs, mais aussi par sa forme, sa fonction, son usage ou son nom. Cette variété s’exprime notamment dans la multiplicité des sens attachés au terme ghāṭ, dérivé du sanskrit ghāṭta : quai, gué, embarcadère et tous types de berges, construites ou non, avec ou sans emmarchement. À Bénarès, le mot ghāṭ désigne aussi bien l’ensemble de la berge que chaque unité particulière, ou encore le simple escalier descendant au fleuve. Les ghāṭ se sont accommodés de la topographie du site et ...

Auteur

Architecte, rattachée au laboratoire IPRAUS – Institut parisien de recherche : architecture, urbanistique, sociétés, elle enseigne les théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine à l’école d’architecture de Toulouse.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search