Version classiqueVersion mobile

Territoires du religieux dans les mondes indiens

 | 
Mathieu Claveyrolas
, 
Rémy Delage

Le religieux et le territoire en mouvement : itinérance et circulations rituelles

Enracinement monastique et itinérance. L’exemple des Nāth Yogīs

Véronique Bouillier

Résumé

L’article a pour objet la relation au territoire des mouvements ascétiques hindous et insiste sur la nécessaire complémentarité entre errance et sédentarité monastique. Esquissant une comparaison avec le christianisme et son idéal de stabilitas loci, puis évoquant l’héritage d’idéaux de la société védique, l’argumentaire se développe à partir des modes d’organisation de la secte shivaïte des Nāth Yogīs. Le pôle monastique se divise entre d’une part les monastères collectifs dans lesquels, par le mode de fonctionnement, la nomination après élection du supérieur, les rituels observés, s’enracine l’identité sectaire (l’exemple du monastère de Kadri-Mangalore est présenté), et d’autre part les monastères personnels centrés sur la transmission de maître à disciple et le culte de la tombe du fondateur. Le pôle de l’itinérance et sa valorisation sont étudiés à travers l’existence d’un groupe structuré d’ascètes itinérants dont l’autorité s’impose à toute autre institution. Une brève évocation d’autres mouvements ascétiques hindous corrobore la thèse que la tension entre le détachement symbolisé par l’errance et la nécessité de l’enracinement local est constitutive du fonctionnement et du maintien dans la durée des institutions religieuses sectaires.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le territoire n’est-il pour les ascètes hindous que celui qu’ils parcourent, un espace sans limites précises que seule leur itinérance définit1 ? Si l’on s’interroge sur la relation au territoire des mouvements ascétiques hindous de retrait du monde, on se heurte à une apparente contradiction. D’un côté, les ascètes sont considérés et se vivent comme des errants, leur mobilité étant le signe manifeste de leur détachement du monde et de ses valeurs (Hausner 2007). De l’autre, ces ascètes fréquentent de nombreuses institutions, ermitages, temples, monastères, qui se réclament des mêmes mouvements ascétiques. Souvent dotés de propriétés foncières considérables, ces établissements sont solidement ancrés dans un territoire qu’ils sont conduits à administrer.

C’est à cette bipolarité que cet article s’intéresse. En effet, bien loin de voir avec Carrithers (1979) et Van der Veer (1987) dans les monastères l’aboutissement d’un « long processus de sédentarisation [lequel] a résulté dans la do...

Auteur

Anthropologue, directrice de recherche émérite au CNRS, membre du CEIAS, ses recherches portent sur l’organisation sociale de groupes d’ascètes shivaïtes au Népal et en Inde. Ses premiers travaux ont été consacrés à plusieurs « castes sectaires », castes issues de traditions renonçantes, puis elle s’est centrée sur l’étude des Nāth Yogis, dont elle a étudié les institutions monastiques, en associant sources historiques, traditions orales et observations de terrain.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search