Version classiqueVersion mobile

Territoires du religieux dans les mondes indiens

 | 
Mathieu Claveyrolas
, 
Rémy Delage

Du lieu saint au territoire du religieux

Sur les pas de Kāmākhyā. Les śāktā pīṭha en Assam1

Émilie Arrago-Boruah

Résumé

Cet article cherche à définir l’évolution et l’adaptation d’un mythe géographique en Assam, dont une déesse de l’hindouisme tantrique, Kāmākhyā, est emblématique depuis des siècles. Parmi les textes de littérature symbolique, rédigés dans la région à partir du xe siècle, se dégagent des repères spécifiques. Associée à l’avènement des royaumes hindous, la déesse divise aussi l’espace en régions et aménage ses propres territoires sacrés, à commencer par sa colline située à l’entrée de la capitale assamaise, Guwahati. Largement vénérée dans toute la vallée du Brahmapoutre, à proximité du grand temple ou dans des régions moins accessibles, Kāmākhyā possède par ailleurs une nature itinérante. De nos jours, six autres temples lui sont dédiés. Faisant appel à de nombreux documents recueillis sur le terrain (chroniques historiques assamaises et série de procès modernes), nous marchons sur les pas de Kāmākhyā en tirant profit de chaque halte. Le but étant de pénétrer dans les territoires que la déesse génère pour donner un aperçu du lien unissant, en Assam, tous les groupes de population en contact.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il existe en Inde un réseau de temples où sont tombés, d’après le célèbre mythe du suicide de Satī, les membres de la déesse hindoue (Eck 2012 : 257-299). On les appelle les śākta pīṭha car tous les sites associés à l’un des membres tombés sur la terre sont appelés pīṭha, littéralement les « sièges » de la déesse. Si on ne compte plus les paires de pieds ou de seins qui ont donné lieu à la fondation d’un temple, les textes sacrés dénombraient à l’origine quatre membres principaux. Placées aux points cardinaux du territoire indien, ces parties du corps de la déesse en délimitaient les contours : chaque membre correspondant à une région et à une déesse. Cet article est consacré à Kāmarūpa pīṭha, l’un des quatre premiers sites où le sexe de la déesse (yoni) est tombé et qui correspond aujourd’hui au temple assamais de Kāmākhyā, « celle dont le nom est amour » en sanskrit. Ce temple, situé en haut d’une colline à l’entrée de Guwahati, capitale de l’Assam, tient un rôle important dans le...

Auteur

Docteur en anthropologie (EHESS), sa thèse porte sur le culte d’une déesse hindoue et son influence sur les représentations du corps et de la sexualité en Assam. Elle travaille autour de quatre axes : la parenté et la sexualité, les pratiques de magie et d’ensorcellement, les tribunaux et l’économie religieuse, la littérature assamaise écrite et orale. Elle est associée au projet CNRS « Langues, cultures et territoires du Nord-Est indien » (LACITO/UMR 7107) et membre du projet DELI, « Dictionnaire Encyclopédique des Littératures de l’Inde ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search