Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action

 | 
Patrick Pharo
, 
Louis Quéré

Résumés

Texte intégral

1Cet article retourne à la source de la réflexion sur la raison pratique, à savoir l’Ethique à Nicomaque. Il rappelle la distinction qu’Aristote a introduite entre la sagesse pratique et la sagesse théorique. La sagesse pratique ou phronèsis est le mode d’intervention de la raison dans l’agir. L’auteur souligne l’enjeu actuel du maintien de cette distinction.

2Recherchant un cadre qui permette de traiter les actions individuelles et les actions sociales sans rupture conceptuelle, l’auteur examine la façon dont l’identification de l’action est soumise à une interrogation sur son succès. Les éléments identifiés doivent permettre de savoir si l’action convient ou pas.

3Au problème de Wittgenstein – nos actions intentionnelles échappent-elles au domaine du dicible ? – la sémantique davidsonienne répond par une théorie des événements et de leur explication causale qui évite d’introduire l’intentionalité. La thèse de l’article est que l’intervention de Davidson dans la théorie de l’action est précisément un combat contre l’intentionalité ; le rejet de l’intentionnel est la caractéristique en même temps que la limite de la sémantique de l’action de Davidson, ainsi que de toute sémantique appliquée à l’action et aux sciences de l’homme.

4L’analyse sociologique des conduites et des pratiques sociales peut-elle se contenter d’utiliser la sémantique naturelle de l’action comme source de questionnement et comme langage de description ? La réponse est fonction du statut qu’on accorde au discours ordinaire de l’action. Prenant le problème des intentions comme fil conducteur, l’auteur essaie de montrer comment les descriptions, explications, ou justifications d’actions font partie du processus même de contruction de l’objectivité du champ pratique.

5Cet article s’intéresse à la façon dont les personnes représentent leurs actions, dans le cadre de dispositifs qui créent à la fois des moyens et des contraintes d’expression. Après avoir défini la posture "herméneutique” qui guide son travail, l’auteur indique les grandes lignes d’une méthode qui allie l’observation, in situ, de segments d’action et l’analyse des opérations successives par lesquelles les agents rendent compte de ce qu’ils font. En analysant deux cas tirés d’univers administratifs (inspecteurs et médecins du travail), l’article met en évidence les moments de "résistance à la représentation" des actes selon les exigences réglementaires, et les coûts que les agents doivent alors consentir pour traduire leurs actes selon les formules imposées ; il décrit a contrario les figures de compte-rendu dont les agents considèrent qu’elles sont plus fidèles à leurs actions véritables : jugements de proche en proche, référence à une casuistique, référence à une éthique, jugements synthétiques incorporés par la personne.

6Agir en situation consiste-t-il simplement à mettre en oeuvre un plan d’action ? La plupart des chercheurs en Intelligence Artificielle n’hésitent pas à répondre positivement à cette question lorsqu’ils tentent de formaliser les pratiques et les conduites humaines. Cet article critique cette présupposition et suggère de considérer que les actions ne sont pas déterminées par des plans préalables mais par un processus d’adaptation à la situation au fur et à mesure qu’elle se découvre de l’intérieur d’un cours d’action.

7Si toute action sociale suppose une distance de l’acteur à lui-même, une capacité autoréflexive, il importe de savoir dans quelle mesure un débat rationnel sur l’action peut être construit entre des chercheurs et des acteurs et dans quelle mesure ce débat est producteur de connaissances. L’organisation de ce débat implique que certaines règles méthodologiques soient réalisées et que le sociologue accepte de se soumettre à certaines contraintes interprétatives. Cet article s’appuie sur une expérience de recherche relative aux mouvements sociaux et à la construction de certaines expériences sociales.

8La compréhension de l’action d’autrui semble reposer essentiellement sur le caractère public de l’intentionalité de l’acte, d’où résulte la possibilité de voir et de décrire le comportement comme orienté par des exigences morales et normatives. Cet article vise à montrer combien la description de la conduite d’un autiste sous l’angle d’un cours d’action familier requiert de faire apparaître son action comme étant celle d’un agent moral, qui manifeste dans sa conduite qu’il agit en accord avec les formes instituées des activités de la vie de tous les jours propres à une communauté humaine.

9Comment concevoir le rapport de l’action et de ses descriptions ? On est spontanément porté à voir le "faire" et le "dire" comme deux phénomènes différents et à les rapporter l’un à l’autre en termes de correspondance. Cet article critique cette manière de faire et propose de traiter le "dire" comme partie intégrante du "faire". Cette critique est étayée sur une analyse de la façon dont les actions produisent elles-mêmes, comme composante de leur effectuation, la visibilité et la communicabilité de leur identité et de leur structure.

10Ce texte a été publié pour la première fois dans les Proceedings of the Aristotelician Society, Londres, 1957. Il est issu d’une conférence présentée par E. Anscombe dans le cadre de cette Société le 3 Juin 1957. Il recherche un critère permettant de distinguer les actions intentionnelles et pour cela, analyse le sens particulier que prend la question "pourquoi ? " lorsqu’on l’applique aux actions intentionnelles.

11Cet article propose une démarche d’analyse des motifs de l’action à partir des contraintes sémantiques de son expression et de sa réalisation. L’existence de ces contraintes sémantiques offre un terrain stable à partir duquel on peut poser des hypothèses réalistes sur les intentions de l’action et au-delà, sur ses motifs et son sens. Le point d’ancrage de cette démarche est trouvé dans l’oeuvre d’Elisabeth Anscombe et en particulier l’analyse de son ouvrage Intention, qui marque la reprise en philosophie analytique de la théorie aristotélicienne de l’action.

12Dans quelle mesure le débat instauré en philosophie de l’esprit sur la nature des états intentionnels peut-il concerner les sciences sociales et contribuer à élucider les problèmes de l’analyse de l’action ? Cet article présente la théorie cognitive de l’intentionalité développée par Dennett. Il se demande s’il n’y a pas là une nouvelle voie pour dépasser l’antinomie classique de l’explication causale et de l’interprétation.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search