Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action

 | 
Patrick Pharo
, 
Louis Quéré

Critiques

Peut-on observer l’interprétation ?

Daniel Dennett et l’éthologie cognitive

Kann man die Interpretation beobachten ?

Can interpretations be observed ?

Bernard Conein

Résumé

Dans quelle mesure le débat instauré en philosophie de l’esprit sur la nature des états intentionnels peut-il concerner les sciences sociales et contribuer à élucider les problèmes de l’analyse de l’action ? Cet article présente la théorie cognitive de l’intentionalité développée par Dennett. Il se demande s’il n’y a pas là une nouvelle voie pour dépasser l’antinomie classique de l’explication causale et de l’interprétation.

Texte intégral

« Je soutiens que les explications intentionnelles et les explications mécaniques ou scientifiques
peuvent coexister. » (Dennett, 1978)
« Ici sur la Terre, on trouve de nombreuses
formes de vie complexes. Le Sens Commun nous dit que beaucoup d’entre elles possèdent une vie mentale, un esprit…
Mais ce que nous dit le Sens Commun n’est pas suffisant. » (Dennett, 1987).

  • 1 L’assimilation de l’intentionnel au mental remonte au fait à Franz Brentano. Pour Brentano, l’inten (...)

1Dans quelle mesure le débat instauré sur la nature des états intentionnels en philosophie de l’esprit peut-il concerner les sciences sociales, alors que l’aspect proprement psychologique de la discussion est mis au premier plan ? Il semble en effet que la reconnaissance du caractère intentionnel de l’action conduise les philosophes anglo-saxons comme Davidson, Fodor, ou Searle à ne plus s’interroger que sur la nature mentale, psychologique, voire neuro-physiologique (Churchland) des processus intentionnels1.

2Pourtant l’ouvrage de Daniel Dennett, Intentional Stance (1987), montre que le problème est plus complexe. L’analyse des états intentionnels ne se limite pas à l’analyse psychologique de l’action individuelle. Elle concerne, selon lui, la nature des explications qui prévalent lorsque l’on est amené à interpréter des comportements complexes. Se représenter des comportements comme « intentionnels », ce n’est plus les décrire mais proposer une interprétation de ces comportements. Il existe un lien logique entre donner une interprétation et attribuer une intention. En un mot, Dennett nous propose un traitement non réducteur des processus intentionnels qui prend en compte nos attitudes courantes vis-à-vis non seulement des humains mais aussi des animaux et des artefacts complexes comme l’ordinateur joueur d’échec.

3Intentional Stance soulève des problèmes méthodologiques qui nous paraissent avoir des implications décisives pour les sciences sociales. En particulier, les arguments proposés par Dennett invitent à réexaminer la façon dont les sciences sociales ont généralement traité de l’action. Une des conséquences de sa démarche est de mettre en cause les présupposés qui ont conduit une partie de ces sciences à accepter le dualisme épistémologique entre sciences humaines et sciences de la nature. Car toute la problématique de Dennett dans Intentional Stance est de rendre compatible l’exigence naturaliste de la recherche d’un ancrage physique des processus observés et l’exigence interprétative d’une prise en compte de nos attitudes et des points de vue que nous prenons vis-à-vis des conduites d’autrui.

4Nous centrerons notre lecture de Dennett sur les aspects du livre qui portent sur l’analyse des attitudes interprétatives : en quoi l’attitude intentionnelle peut-elle constituer une orientation de recherche compatible avec l’approche physicaliste des phénomènes humains ?

5C’est, de ce point de vue, que nous examinerons quatre thèmes de son analyse des phénomènes intentionnels :

  • l’extension de la question de l’intention à une théorie de l’interprétation des comportements complexes ;

  • la validité empirique de l’attitude intentionnelle ;

  • l’apport de l’éthologie cognitive comme source d’expérimentation sur les « mentalités » ;

  • la nécessité d’assurer une co-existence des points de vue pour l’analyse des comportements humains.

La question de l’intention chez Dennett

  • 2 Dennett distingue deux courants dans l’analyse des états intentionnels : les partisans de l’intenti (...)

6Il existe classiquement deux façons de penser l’intention : d’un point de vue interne comme intention intrinsèque ou originelle, d’un point de vue externe comme intention dérivée ou attribuée2. Dans la seconde perspective, l’accent est mis sur le langage concernant les intentions, sur le recours à des façons de parler (« idiome intentionnel ») plutôt que sur la nature des états mentaux eux-mêmes. Dennett adopte nettement la seconde position mais en donnant une extension plus large aussi bien à la notion d’intention qu’à son domaine d’application :

  1. Le phénomène de l’intention, pour Dennett, concerne non seulement les intentions, les désirs, les croyances, mais inclut aussi les attentes, la compréhension, les idées, les souhaits, la peur, la reconnaissance, en gros toutes les orientations mentales vis-à-vis du monde extérieur : « J’appellerai intentions ici, les souhaits, les craintes, les intentions, les perceptions, les attentes, etc. » (Dennett 1978, p. 271). On considérera alors comme intentionnel tout comportement qui sera décrit comme guidé par de la pensée ou des états mentaux. La définition de l’intentionalité consiste à l’identifier à tout état mental qui se porte sur un contenu, soit à l’attitude qui consiste à se porter vers quelque chose (« aboutness »). Dennett semble se démarquer d’une analyse uniquement sémantique et logique de l’intentionalité, qui partirait d’une description des attitudes propositionnelles. Comme il nous le rappelle (1988), dans la tradition de la philosophie analytique anglo-saxonne, « le problème de l’intentionalité concerne la sémantique des idiomes intentionnels tels que “… croit que p”, “… désire que q”, “… rêve que r”, etc., où “p”, “q”, et “r” sont remplacés par des phrases telles que “les grenouilles sont vertes” ou “Reagan va résigner bientôt” ». Dennett adopte aussi une position différente de celle prise par Elisabeth Anscombe qui, dans son ouvrage pionnier Intention (1957), ne reconnaît comme actions intentionnelles que les actions guidées par une classe restreinte d’attitudes (en quelque sorte Anscombe exclut les sentiments, et en particulier la peur ; cf. la traduction de l’article d’Anscombe dans ce volume).

  2. le langage intentionnel (que Dennett dénomme « idiome intentionnel ») porte non seulement sur l’interprétation des comportements humains mais également sur l’analyse du comportement des artefacts cognitifs et des animaux, le critère principal n’étant pas, selon Dennett, la nature (physique, physiologique, mentale) de l’objet mais le point de vue ou l’attitude adoptés.

7Classiquement les artefacts ne sont pourvus que d’une intentionalité dérivée, due essentiellement au comportement verbal que nous prendrions à leur encontre en tant qu’usager. Mais Dennett refuse ce partage classique qui consiste à n’attribuer une intention originelle qu’aux organismes humains et une intention dérivée aux animaux ou aux artefacts cognitifs comme les ordinateurs : « Ainsi définis, les systèmes intentionnels ne sont pas uniquement des personnes. Nous attribuons des croyances et des désirs aux chiens et aux poissons et de cette façon nous expliquons leur comportement. De même on peut employer la procédure pour prédire le comportement des machines. Par exemple, c’est la seule et la meilleure stratégie à adopter en ce qui concerne l’ordinateur-joueur d’échec. En faisant l’hypothèse que l’ordinateur possède certaines croyances (ou informations) et certains désirs (ou préférences) portant sur le jeu d’échecs, je peux calculer le prochain coup de l’ordinateur de la meilleure façon » (Dennett, 1978, p. 271). Ainsi Dennett suspend-il en quelque sorte cette présupposition ontologique qui conduit à pourvoir les êtres humains d’états internes inobservables.

8Cette extension du domaine intentionnel est centrale dans son argumentation, car elle lui permet d’élargir les implications de la question traitée. Ces implications sont importantes surtout pour toute perspective qui chercherait à intégrer dans les sciences sociales les aspects intentionnels de l’action, sans la réduire à une analyse sémantique ou conceptuelle des attitudes propositionnelles. L’idiome intentionnel ne se présente pas uniquement dans les phrases qui comportent des verbes d’attitudes (penser, croire, désirer) mais dans toute description qui fait appel à des formes de rationalité interne (comme par exemple la possession d’une certaine information). On fait alors ce que Dennett appelle des « emprunts d’intelligence » : « Dans ce cas, on prédit un comportement en attribuant au système la possession d’une certaine information et en le supposant dirigé par certains buts… De là à appeler les informations dont dispose l’ordinateur, ses désirs, ses croyances, et ses buts, principaux ou subordonnés, il n’y a qu’un pas. Ce que je veux dire en affirmant qu’il n’y a qu’un pas, c’est que la notion de possession d’information est tout aussi intentionnelle que celle de croyance. » (Dennett, 1978, 1984).

9Le vocabulaire que nous employons pour décrire des comportements est donc en permanence envahi de notions intentionnelles. Il ne semble plus alors y avoir de véritable choix entre une option naturaliste de type behavioriste (qui souhaiterait réduire ou éliminer le vocabulaire intentionnel) et une option interprétationniste (qui privilégierait la pluralité des prises de point de vue) : le langage intentionnel paraît dominer toutes les descriptions de comportement quelles que soient les théories défendues. D’une certaine façon, la solution behavioriste n’est plus qu’une variante d’une analyse en termes d’« action ». En prétendant retourner au comportement, en fait elle continue à les traiter comme actions, c’est-à-dire à les doter d’intentions et de croyances. En effet, souligne Dennett, lorsque l’analyste prétend réduire ou éliminer de son langage de description toute référence à des états mentaux, il ne fait alors le plus souvent qu’employer alors un idiome intentionnel simplifié. Cette impossibilité d’éliminer l’attitude intentionnelle se manifeste particulièrement dans nos façons de parler et de décrire les comportements courants des interactions entre les animaux.

10Soit une souris, un chat et un fromage (Dennett, 1978, 1984). Nous pouvons prédire, en observant l’interaction entre ces trois objets, que la souris choisira le fromage plutôt que le chat. En faisant cette opération anodine, nous adoptons un certain « point de vue » vis-à-vis du comportement de la souris. Cette attitude suppose deux choses qui vont de pair : une intentionalité et une rationalité guidant le comportement de la souris : « Nous supposons que la souris peut voir le chat et le fromage, qu’elle a donc des croyances (des analogues-de-croyances, ou tout ce qu’on voudra d’intentionnel) selon lesquelles, il y a un chat à gauche et un fromage à droite… et nous lui attribuons le désir de manger le fromage et celui d’éviter le chat. » (Dennett, 1978, p. 10 ; 1984, p. 57).

  • 3 Il est intéressant d’analyser les acrobaties de terminologie que Goffman fait pour éviter un vocabu (...)

11Même un psychologue behavioriste aurait du mal à voir les choses d’une autre façon. Les descriptions éthologiques, par Lorenz (1984), du comportement de peur de la paramécie supposent la notion d’informations reçues et la catégorie de « peur », deux notions qui présupposent l’attribution d’une certaine compétence à l’animal. Dennett n’a pas de mal à montrer alors que la psychologie expérimentale d’orientation behavioriste est tissée de vocabulaire intentionnel, qu’elle ne peut se passer des notions d’information, de signification et de motivation. On retrouve une manière de comprendre l’incohérence qui habite l’interactionnisme naturaliste de Goffman : tout en voulant analyser les actions verbales comme des comportements, Goffman ne peut éliminer la notion d’action, de communication et de contrôle de l’information3.

12Pour marquer cette option d’examiner l’intention essentiellement comme une stratégie de prédiction portant sur des comportements extérieurs, Dennett ne parle plus d’intention mais de « point de vue intentionnel » et de « système intentionnel ». Le point de vue intentionnel s’identifie à l’attitude que l’on adopte lorsque l’on se met à attribuer des désirs, des croyances et des états intentionnels à un système pour comprendre son fonctionnement. Le système, objet de cette attribution devient alors un système intentionnel, quelle que soit sa réalité neuro-physiologique ou physique. Un système intentionnel peut donc avoir des modes d’existence multi-formes soit comme ordinateur, comme primate, comme être humain, comme grenouille etc.

13Quant à la stratégie qui consiste à traiter certains objets comme des systèmes intentionnels, elle n’est pas seulement une procédure commode d’interprétation, elle est aussi notre forme de conceptualisation des comportements complexes.

Sommes-nous des mauvais théoriciens pratiques ?

14L’approche de Dennett se distingue, par le formalisme de sa démarche, des théories attributionnelles de l’intention qui n’insistent que sur un seul aspect de l’attribution : son efficacité pratique. Elle se distingue ainsi des théories interprétatives, qui, elles aussi, mettent l’accent sur l’attribution de l’intention aux dépens de la possession. Pourtant en privilégiant l’attitude heuristique plutôt que les états internes d’un sujet, Dennett semble se rapprocher des théories herméneutiques, ou d’inspiration pragmatique, de l’action.

  • 4 Ce lien entre réfléxivité et indexicalité a été développé par Harold Garfinkel dans Studies in Ethn (...)

15Les théories herméneutiques valorisent la prise d’interprétation et les théories pragmatiques le primat du point de vue pratique de l’agent Ces deux types de théorisation se trouvent souvent associés dans les sciences sociales. Par exemple en sociologie, l’ethnométhodologie conjugue l’accent mis sur la circularité entre l’action et sa description dans l’interprétation (réfléxivité) avec le primat accordé à l’orientation pratique de l’agent (indexicalité)4. Pourtant Dennett se refuse à adopter ce qu’il appelle un point de vue « interprétationniste » sur l’action qui ferait de l’attitude intentionnelle uniquement une perspective prise par un agent : « Je suis une espèce de réaliste. Je décline l’intention de rejoindre le perspectivisme radical de Rorty. » (Dennett, 1987, p. 40).

16Ce qui l’intéresse principalement est l’objectivation et l’objectivité des phénomènes intentionnels du point de vue d’une théorie empirique du comportement de certains systèmes. L’attribution d’intention n’est pas seulement pensée comme une opération pratique, déterminée par des raisons contextuelles. L’aspect théorique, c’est-à-dire conceptuel et heuristique, est mis au premier plan : « Lorsque, confronté à un système – qu’il s’agisse d’un homme, d’une machine, ou d’une créature étrangère –, on explique et prédit son comportement en invoquant ses croyances et ses désirs, on possède ce qu’on pourrait appeler une “théorie du comportement pour ce système” » (Dennett, 1978, 1984).

17Il cherche à examiner sous cet aspect les conséquences de deux constats soulignés par Anscombe (1957) dans Intention : le langage sur l’action semble être généralement un langage intentionnel ; les autres langages (physique, behavioriste) sont souvent beaucoup moins efficaces d’un point de vue heuristique pour expliquer le comportement humain.

18Il déclare adopter le point de vue de la troisième personne dans une perspective non pas interprétationniste mais bien « matérialiste », « propre aux sciences physiques ».

19Pourtant, en même temps, il prétend assurer la co-existence du point de vue intentionnel et du point de vue scientifique. Ce que Dennett reproche au physicalisme aussi bien qu’à l’interprétationnisme, c’est d’avoir, en privilégiant l’une des options, éliminé de fait l’autre. Ce qui manque à ces deux options, c’est d’avoir saisi le lien entre le langage intentionnel et l’attribution de rationalité. Comme le note l’auteur, « les explications des actions se référant à des croyances et des désirs ne livrent pas seulement une description de la provenance des actions, mais en même temps les présentent comme raisonnables dans le contexte. Elles sont des explications donnant des raisons. » (Dennett, 1987, p. 48).

  • 5 « Les trois premiers (thèmes) sont mutuellement interdépendants, être rationnel c’est être intentio (...)

20En effet, il existe, selon lui, un lien intrinsèque entre l’attribution de rationalité à un organisme et l’explication intentionnelle du comportement5. Dire de la souris qu’elle veut échapper au chat et manger le fromage, ce n’est point produire une description du comportement de la souris mais bien élaborer une certaine théorie de son comportement qui explique la conduite de la souris en une référence à deux désirs.

  • 6 C’est ce que Garfinkel (1967) montre dans ses expériences de pertubation verbale de la dépendance c (...)

21Quelle est la forme de cette théorie ? Quelle est sa valeur scientifique ? Dennett assimile en effet le point de vue intentionnel à une conceptualisation du sens commun. C’est une stratégie que nous adoptons tous les jours pour interpréter les conduites d’autrui. Nous le faisons naturellement et sans vraiment savoir comment nous le faisons. Pourtant une telle attitude suppose une hypothèse de rationalité relativement forte. Dès que l’on décrit l’action d’un proche, on est engagé dans des présuppositions de rationalité. On retrouve ici la teneur des arguments de Schutz et de Garfinkel (1967) sur l’irréductibilité de la rationalité pratique : la mise en cause de l’attitude de sens commun conduirait en effet à protester contre la rationalité du monde quotidien6.

22Mais il serait tout aussi difficile d’affirmer que toutes nos prédictions sur les conduites de nos proches sont valides. La présupposition de rationalité ne fonde pas réellement la rationalité, elle présuppose simplement ce qui est à expliquer : « La psychologie ne peut remplir sa tâche de rendre compte de l’intelligence et de la rationalité des hommes et des animaux si constamment elle présuppose l’intelligence et la rationalité. » (Dennett, 1978, p. 58).

23Cette question de la validité du sens commun traverse l’histoire des sciences sociales de Durkheim à Garfinkel. Elle les divise entre ceux qui rejettent tout recours au sens commun, et ceux qui lui accordent une validité heuristique. Aucun de ces auteurs n’avait donné jusqu’à présent une analyse précise de ce qu’est véritablement une théorie ou une explication de sens commun. L’interrogation sur la validité des connaissances de sens commun devenait alors un débat sans enjeu véritable car la nature de la compétence propre à cette connaissance restait insuffisamment spécifiée.

24C’est sur ce point que l’apport de Dennett nous semble susceptible de clarifier le débat sur la validité du sens commun. Les explications de sens commun propres à la psychologie ordinaire supposent la mise en œuvre des aptitudes conceptuelles issues de l’attitude intentionnelle. L’interrogation sur les théories du sens commun passe par un examen de cette aptitude conceptuelle, de sa capacité prédictive à pouvoir expliquer le comportement d’autrui.

25Mais n’y a-t-il pas un abus ici du terme d’explication ? Le terme d’explication est abusif et trompeur si on n’est pas en mesure d’évaluer ces capacités prédictives. Conscient de l’ambiguïté du terme d’explication, Dennett est conduit à faire une distinction entre deux sortes d’explications (cf. Dennett, 1987, « Making Sense of Ourselves », p. 94-95) :

  • les explications comportant des prédictions fortes fondées sur la consistance logique ou des règles déductives formelles. Elles correspondent à un modèle trop contraignant de la rationalité pour rendre compte de nos théories ordinaires de l’action ;

  • les explications comportant des prédictions faibles, qui permettent de contraindre une classe de problèmes sans pour autant fournir une détermination causale par des processus sous-jacents de type physique ou fonctionnel. Ce deuxième type d’explication est celui dont nous sommes dotés par l’évolution pour nous adapter à l’environnement : « si un organisme est le produit de la sélection naturelle nous pouvons assumer que la plupart de nos croyances seront vraies et que nos stratégies basées sur celles-ci seront rationnelles » (ibid., p. 98). Si ces stratégies ne marchent pas si mal, elles expriment néanmoins une notion atténuée de la rationalité.

  • 7 L’idée que les interprétations concernant les états mentaux sont conceptuelles et normatives plutôt (...)

26Les prédictions intentionnelles sont des prédictions du second type. Elles sont valides à un premier niveau d’appréhension, mais elles restent insuffisamment déterminées ou trop générales. Elles ne portent pas directement sur la réalité mais sur des « abstracta ». Les explications intentionnelles sont de type méta-cognitif, elles ne portent pas directement sur le comportement mais sur des états internes et des représentations liés au comportement. Leur logique est holistique, idéaliste, abstraite et instrumentaliste. La psychologie ordinaire fait ses prédictions le plus souvent sous la forme d’un calcul à l’intérieur d’un système normatif7. Ce système procède par idéalisation en élevant à un niveau supérieur le degré de rationalité du système. On aura tendance alors à accorder plus de rationalité aux êtres humains que ceux-ci n’en possèdent réellement. Selon Dennett, il appartiendra à une psychologie sub-personnelle (qui sera localiste, concrète et micro) de faire une théorie de la réalisation du système intentionnel. Mais une telle théorie, contrairement à celle des « éliminativistes » comme Churchland et Stich, partisans d’une psychologie cognitive fondée neurologiquement, n’éliminera pas le niveau intentionnel. Simplement, elle le spécifiera : « la tâche de réduction ne devrait pas consister à montrer de quelle façon les termes du système intentionnel sont éliminables et remplaçables par des termes physiologiques à travers une psychologie sub-personnelle ; au contraire il s’agit de montrer comment un système décrit au moyen de termes physiologiques pourrait garantir une interprétation réalisable dans un système intentionnel » (Dennett, 1987, p. 68).

27Dennett prétend que cette position permet d’éviter deux écueils : considérer que le sens commun offre des prédictions rationnelles scientifiquement justifiées ; considérer que le sens commun est vide de sens ou dans la fiction et que les véritables causes sont ailleurs.

28C’est en effet l’un des arguments centraux de Fodor : la psychologie de sens commun est valide. Dans la plupart des cas, le sens commun nous permet de comprendre de façon causale les actions humaines. Comprendre est pris ici dans un sens computationnel. Il s’agit de poser des contraintes sur l’analyse d’un problème et de prédire le comportement futur du système. Si les souris, par exemple, préféraient se faire dévorer par les chats plutôt que manger des fromages, il faudrait alors réviser notre théorie sur la conduite de la souris. Les croyances sont pour Dennett un fait objectif, qui n’est discernable que par celui qui adopte une stratégie prédictive de type intentionnel. Les théories de sens commun ont en effet des applications variées ; mais les services heuristiques qu’elles rendent ne sont pas encore connus avec précision : à la fois prédire et expliquer, construire ce que Garfinkel appelle des résumés (glossing practices), faire des évaluations et des jugements éthiques.

29Quant à la question de savoir si la souris a véritablement les croyances et les désirs qu’on lui prête, il ne peut y être répondu en maintenant la description au niveau intentionnel. Plus la question sera spécifiée, plus le point de vue intentionnel se révélera insuffisant. Car la stratégie intentionnelle laisse « neutre » la question de sa réalisation matérielle dans un système physique. Donc plus la souris manifeste, par exemple, un comportement perçu comme « irrationnel », plus l’observateur se sent conduit à abandonner le point de vue intentionnel et à adopter un point de vue physiologique.

30En quel sens Dennett peut-il néanmoins maintenir que le point de vue intentionnel reste une stratégie de prédiction valide ?

Observation naturaliste et explication intentionnelle

31Une défense conditionnelle du point de vue intentionnel doit maintenir une partie de la critique naturaliste. Dennett consacre un long commentaire à Skinner dans Brainstorms (1978). Ce commentaire, bien que critique, montre que justice n’a pas été rendue à une partie des arguments du psychologue behavioriste (« Il a mal appliqué une série de principes qui restent parfaitement corrects »). Dans Intentional Stance (1987), Dennett consacre deux chapitres à l’éthologie des primates en soutenant que « l’éthologie fournit une source riche de matériaux pour l’analyse philosophique de la signification et des mentalités » (ibid., p. 237).

32Or l’éthologie est traditionnellement la discipline-modèle des chercheurs qui adoptent une démarche naturaliste. Goffman (1971), l’un des sociologues qui a été le plus loin dans un projet de sociologie d’inspiration naturaliste, a toujours fait de l’éthologie sa référence principale pour l’étude de l’interaction sociale : « Les groupes sociaux formés d’animaux – bandes, troupeaux, hardes ou volées – ont la particularité que les membres de chaque groupe restent dans le champ d’une perception mutuelle. Vie sociale et vie publique sont co-extensives. C’est pourquoi les éthologues finissent nécessairement par étudier l’interaction en face à face. Ils constituent donc une source. Plus important encore, ils ont mis au point un travail sur le terrain qui les conduit à étudier les conduites animales de très près. »

33Les éthologues se proposent de construire une discipline essentiellement observationnelle et descriptive qui suppose une segmentation des microcomportements en séquences (« Ils en ont retiré l’aptitude à découper à ses points d’articulation le flux de l’activité animale apparemment fortuite, et à isoler des schémas naturels » Goffman, ibid.). Or Dennett considère que l’observation des comportements dans l’environnement peut constituer un terrain d’expérimentation privilégié sur la cognition : on peut apprendre plus, selon lui, sur la cognition et les états mentaux en observant des intelligences animales simples plutôt qu’en s’acharnant à construire des automates experts. Il propose une éthologie cognitive qui se distingue du projet de l’éthologie classique. L’éthologie cognitive est devenue une approche qui a été adoptée principalement par des primatologues alors que l’éthologie de Lorenz a construit son langage de description principalement à partir de l’observation des oiseaux ou des poissons.

  • 8 « Ethologiquement la ritualisation peut être définie comme la formalisation ou la canalisation adap (...)

34Pourtant l’éthologie classique de Lorenz (1984) et Huxley (1971) évite tout recours à des concepts intentionnels, dans la mesure où elle privilégie les aspects adaptatifs du comportement, ce que Dennett appelle « le point de vue du plan ». Pourtant, lorsque ces éthologues décrivent des comportements complexes, comme la séduction ou les parades, ils sont contraints de s’éloigner du point de vue fonctionnel. Le concept de ritualisation, qui sert à caractériser les comportements non fonctionnels, est de ce point de vue parfaitement ambigu. Un comportement ritualisé, selon Julian Huxley, est en effet caractérisé par quatre traits : un déplacement d’un comportement adaptatif quant à sa fonction d’origine ; une formalisation du comportement par rigidification ; l’acquisition d’une fonction de « signal » ; le rôle de déclencheur de « schèmes d’action » (Huxley, 1971)8.

35Si ces notions sont parfaitement ambiguës, c’est que les éthologues n’assument pas leurs emprunts à l’idiome intentionnel. Tout en employant un vocabulaire darwinien quand ils décrivent les comportements comme des produits de l’évolution, orientés par l’adaptation à l’environnement, ils utilisent les notions, parfaitement intentionnelles, de signal, de communication, de motivation et d’intention. Par exemple, Huxley définit les parades comme des « mouvements d’intention motivés » et parle de « la fonction de communication des mouvements d’intention ». Les éthologues font alors ce que Dennett appelle des « hypothèses minimales » au niveau de la théorie, alors qu’au niveau empirique, ils font le contraire. Ils élaborent des prédictions de niveau inférieur concernant la compétence et l’intelligence des animaux, ce qui ne les empêche pas, au niveau de la description, de greffer de l’intelligence dans l’observation du comportement.

  • 9 Le précepte de minimisation est aussi appellé « canon de parcimonie ». Attribué à Llyod Morgan, il (...)

36Dennett propose pour l’éthologie une stratégie de recherche inverse de l’éthologie classique : maximiser au niveau théorique la compétence, pour éventuellement la minimiser ensuite au niveau empirique. Cette méthode d’interprétation tourne le dos au précepte de minimisation propre au naturalisme (principe commun aussi bien au béhaviorisme qu’à l’éthologie)9. La base du nouveau précepte devient : une théorie de l’interprétation du comportement doit maximiser plutôt que minimiser la rationalité du comportement décrit. Aussi Dennett propose-t-il en conséquence que les éthologues adoptent de façon explicite un point de vue intentionnel, en particulier pour l’analyse du comportement des primates. Cette méthode serait scientifiquement payante, car elle permettrait de faire des découvertes nouvelles et des prédictions audacieuses, alors que la stratégie inverse reste frileuse : « L’argument selon lequel on peut en principe toujours faire une description de niveau inférieur (une description physiologique ou même une description behavioriste sophistiquée) à propos du comportement des animaux ne revêt aujourd’hui plus d’intérêt. Par contre, il est intéressant de connaître quels gains en acuité, en puissance de prédiction, en généralisation, permettrait une hypothèse de niveau supérieur qui prendrait le risque d’une caractérisation intentionnelle. » (Dennett, 1987, p. 247).

37Pour poursuivre ce projet, il propose à la fois « de se débarrasser des scrupules béhavioristes et de s’engager dans une description mentaliste ». En même temps, il atténue la portée de cet engagement en soulignant que le mentalisme ou l’adaptationnisme darwinien ne sont pas à proprement parler des théories, mais « des points de vue ou des stratégies qui servent à organiser des données, à expliquer des relations, et à construire des questions ». Le point de vue heuristique est ici instrumentalisé, choisi par commodité, en fonction de l’état du savoir, et en confrontation avec d’autres points de vue.

38L’intérêt manifesté par Dennett pour l’éthologie l’a conduit à se rendre au Kenya (Parc National d’Amboseli) pour observer sur le terrain les recherches sur les Vervets de Dorothy Cheney et Robert Seyfarth (1988), pour qui, l’observation de type éthologique peut être l’occasion de faire des découvertes sur certains aspects de la cognition : « il existe dans la nature des capacités mentales que l’on ne peut, sauf exception rare…, retrouver dans les études en laboratoire ».

  • 10 Chez les gorilles, les jeunes primates comportent des classes d’âge comprenant le nourisson, le pet (...)

39Les Vervets sont des primates qui forment une sorte de société, composée de « groupes sociaux stables comprenant un certain nombre de mâles, de femelles adultes, leurs juvéniles et leurs enfants » (ibid., 1988, p. 49)10. Ils possèdent un système complexe de communication par signaux. Ils produisent en particulier des signaux vocaux à l’approche d’un prédateur, qui varient selon l’identité de celui-ci. L’acuité dans la classification des prédateurs se développe avec l’âge, les jeunes ne faisant que des références génériques (mammifères, oiseaux, serpents) et les adultes des références spécifiques (léopards, aigles, pythons). Par ailleurs, les Vervets possèdent d’autres capacités classificatoires, notamment en ce qui concerne les rangs de parenté.

  • 11 Il s’agit de l’exemple classique de « Gavagaï » : un anthropologue entend un indigène prononcer le (...)

40Quelle interprétation peut-on donner à ces talents ? En particulier quelle « compétence » doit-on supposer aux Vervets ? L’éthologue se trouve alors, vis-à-vis des Vervets, dans la position de l’anthropologue dépourvu d’informateur qui se rend dans une tribu dont il ne parle pas la langue (« Il n’existe aucun interprète bilingue pour aider les traducteurs du Vervetlais »). Il y a, selon Dennett, une analogie avec la situation de traduction indéterminée décrite par Quine dans Word and Object (1960) : l’absence d’accès aux communications des natifs rendrait, selon Quine, l’ethnologue dépendant d’observations naturalistes portant uniquement sur l’aspect visible des comportements11. Mais Dennett refuse la conséquence que Quine tire de cette situation, qui suppose d’accepter de fait les préceptes naturalistes du behavioriste : « Ce qu’il y a de plus criticable dans la position de Quine concerne ses scrupules béhavioristes rigides sur la façon de caractériser la tâche de traduction radicale. Que devient la tâche de traduction radicale, si l’on abandonne les contraintes de la perspective behavioriste et sa terminologie ? » (Dennett, 1987, p. 238-239).

41L’adoption d’une stratégie intentionnelle suppose de « changer les niveaux d’explication et de description ». Selon Dennett, des hypothèses minimales et donc restrictives sur l’attribution des niveaux supérieurs d’intentionalité revêtent peu d’intérêt. Il propose une stratégie inverse de celle du béhaviorisme : les comportements doivent être explicables en termes intentionnels. Les singes Vervet sont des systèmes intentionnels, dont on va caractériser, prédire et expliquer les comportements au moyen d’un idiome intentionnel. L’on pourra ainsi formuler des hypothèses qui vont porter sur les croyances, les désirs et le savoir des singes. On adoptera alors une hypothèse maximale concernant l’intelligence du système, en faisant ce que Dennett appelle un « emprunt d’intelligence ».

42Mais si l’approche intentionnelle fonde ses descriptions sur une assomption forte de rationalité, elle laisse néanmoins ouvertes plusieurs options sur la façon dont l’attribution des croyances et des intentions va se faire, en particulier sur le degré d’intentionalité accordé aux primates. Tout en maintenant l’idée que seuls les humains possèdent des niveaux supérieurs d’intentionalité, Dennett ne s’interdit pas de spéculer sur les degrés et les niveaux d’intentionalité qu’on peut accorder aux primates.

43Dennett propose en effet de faire une distinction (inspirée de Grice) entre plusieurs niveaux d’intentionalité, pour décrire, chez les Vervets, le « signal » alertant de la présence d’un léopard :

  • un degré zéro d’intentionalité, où le singe réagit de façon automatique sur le mode de la réponse à un stimulus. Il ne possède alors « aucune mentalité, aucune intelligence, ne communique pas, n’a aucune intention ». S’il pousse un cri, c’est par anxiété devant la présence d’un prédateur ;

  • une intentionalité de premier ordre, où le « système » possède des croyances et des désirs mais est dépourvu de croyances et de désirs à propos des croyances et des désirs. Par exemple, lorsqu’il voit un léopard, notre Vervet pousse un cri pour alerter du danger. Ce qui est différent du degré zéro où le cri est poussé automatiquement en présence du léopard. Pour rendre compte de ce premier ordre, Dennett suppose un Vervet, Tom, émettant le signal d’alerte du léopard à un autre Vervet Sam. Une description intentionnelle de l’action de Tom pourra prendre la forme suivante :

44Tom désire amener (to cause) Sam à se précipiter dans les arbres ;

45– une intentionalité de deuxième ordre, où le Vervet veut alerter ses congénères du danger. Un élément d’option est ici présent. Ce niveau suppose l’existence de croyances et de désirs de second ordre – à la fois le concernant et concernant autrui. Dans ce cas, la description intentionnelle est susceptible de prendre cette forme :

Tom désire que Sam croit que

  • il y a un léopard

  • il doit se précipiter dans les arbres.

46– une intentionalité de troisième ordre, qui concerne l’attribution de croyances aux autres. Elle implique que le destinataire reconnaisse le désir ou la croyance du destinateur. Ici la description intentionnelle prendra une autre forme :

Tom désire que Sam croit que Tom désire que Sam se précipite dans les arbres.

47Ici l’acte de Tom implique une reconnaissance par Sam du rôle de Tom.

48– mais cette forme se distingue encore d’une autre description, (l’intentionalité de quatrième ordre) :

Tom désire que Sam reconnaisse que Tom désire que Sam croit que :

  • il y a un léopard

  • il y a un carnivore

  • il y a un animal à quatre pattes

  • il y a un animal plus grand que…

49Ces quatre descriptions, Dennett les propose comme étant en compétition : des descriptions candidates pour une analyse du comportement des Vervets.

50Il semblerait que les Vervets possèdent les deux premiers niveaux d’intentionalité. En effet les primates peuvent tromper leurs congénères et sont donc des manipulateurs de croyances. Or comme le soulignent Cheney et Seyfarth, « la capacité de tromper l’autre suppose que l’individu comprenne suffisamment les motivations et les attentes d’un autre individu pour pouvoir le manipuler efficacement ». Les Vervets sont capables de dissimuler des informations concernant une menace ou un danger en fonction de leur rang hiérarchique ou du lien de parenté avec le destinataire. Ce genre de faits implique des croyances de second ordre, c’est-à-dire des croyances qui portent sur des croyances.

51Savoir si cette présupposition de rationalité est vraisemblable est une question empirique qui se tranchera par des tests en évaluant les différentes descriptions intentionnelles. Savoir si une hypothèse de haut niveau est plausible pour décrire ces comportements appelle des tests expérimentaux et une interprétation des données. Les primates en effet réussissent certains tests, ce qui conduit à leur accorder une certaine compétence. Par contre lorsqu’ils échouent à d’autres, l’éthologue est amené à rembourser son « emprunt ».

52Les singes ont-ils des intentions ? La réponse n’est donc pas absolue. Elle doit être remplacée par une autre : quel niveau d’intentionalité doit-on supposer aux Vervets pour rendre compte de leurs « communications » au moyen de cris d’alarme ? L’éthologie cognitive ne suppose pas que les animaux possèdent réellement des croyances sous forme d’un langage interne (ayant une syntaxe et une sémantique) dans la mesure où le supposer pour les hommes est aussi problématique. En effet, Dennett, en doutant qu’il existe une claire distinction entre intentionalité intrinsèque et intentionalité dérivée, se sent plus libre pour étudier la cognition des primates.

Interaction et coexistence des euristiques

53Nous abordons maintenant la partie conclusive de l’argumentation de Dennett. La validité de la stratégie intentionnelle est relative, car les points de vue sur le comportement d’un système sont multiples. Le point de vue intentionnel est toujours considéré par Dennett comme une des options possibles pour faire des prédictions sur la conduite d’un système. Il existe en effet, selon lui, deux alternatives au point de vue intentionnel : le point de vue physique et le point de vue du plan (ou de l’architecture). Ce niveau intermédiaire entre l’intentionnel et le physique est crucial car il permet de préciser la position moyenne que prend Dennett à mi-chemin entre les approches comportementales de type naturaliste et les approches interprétationnistes.

54Le débat sur la théorie de l’action est prisonnier de cette opposition entre un point de vue interprétationniste, qui affirme la spécificité des sciences humaines par l’irréductibilité de l’intentionalité, et un point de vue physicaliste, qui veut réduire (ou éliminer) tous les phénomènes représentationnels à des processus physiques. Le point de vue physicaliste tend aujourd’hui à prendre un tour radical avec les propositions éliminativistes de Churchland et Stich : « Si nous approchons l’homo sapiens à partir de la perspective d’histoire naturelle et de la physique, on peut présenter une histoire cohérente de sa constitution, de son développement et de ses capacités qui inclura la physique des particules, la théorie atomique et moléculaire, la physiologie et les neuro-sciences… En aucun cas la psychologie ordinaire ne peut prendre part à cette synthèse en cours. Ces catégories intentionnelles trônent magnifiquement seules. On doit dire de la psychologie ordinaire […] qu’elle a été stagnante depuis au moins vingt-cinq siècles, et que ces catégories apparaissent incommensurables avec les catégories profondes des sciences physiques dont la revendication à rendre compte du comportement humain semble incontestable. » (Churchland, 1981, p. 76).

55Dennett refuse de s’enfermer dans ce dilemme, il avoue accepter une partie des arguments des deux camps et propose d’assurer une sorte de co-existence raisonnée entre ceux-ci. Comme Fodor, mais avec une tout autre démarche, Dennett cherche à tirer les implications, concernant la théorie du comportement humain, de l’existence de modèles et d’architectures computationnels (le fait que les processus mentaux peuvent être spécifiés comme purement computationnel). L’existence d’artefacts computationnels a des conséquences sur notre façon de présenter une théorie du comportement dans les sciences humaines. Le point de vue est contesté. Si Fodor (1981) pense que le fait qu’on puisse réduire les processus mentaux à des opérations formelles sur des représentations autorise à « considérer l’esprit comme une sorte d’ordinateur », Dreyfus (1972) par exemple, refuse cette assimilation et n’accorde aucune implication autre que technologique à l’existence des automates et des robots. Dennett note qu’il peut exister plusieurs versions de cette analogie et que toutes ne sont pas correctes (Dennett, 1987, p. 34).

56Par contre, l’auteur d’Intentional Stance refuse trois des solutions classiques aux problèmes de l’intentionalité :

    • 12 « Ce qui nous est donné tout d’abord est notre langue triviale avec son histoire, une langue truffé (...)

    réduire les phrases intentionnelles à des phrases observationnelles au moyen d’un système de traduction. C’est le modèle d’un langage physicaliste proposé par le Cercle de Vienne12.

  1. éliminer le langage intentionnel et le remplacer par un langage sub-symbolique fondé neuronalement. C’est la solution récente des éliminativistes, qui tout en reconnaissant l’autonomie du « cognitif », conçoivent celui-ci de façon non « mentale ».

  2. autonomiser l’ordre intentionnel comme niveau mental intrinsèquement irréductible et le penser comme propre aux sciences sociales. C’est la

57proposition que fait Searle (1984) dans un des chapitres de son ouvrage Du cerveau au savoir (« Perspectives des sciences sociales ») : « La discontinuité radicale entre les sciences sociales et les sciences naturelles […] vient du caractère intrinsèquement mental des phénomènes sociaux et psychologiques. » (Searle 1984, p. 119). Mais pour Searle « ceci implique qu’il ne peut exister aucun principe-pont entre les caractéristiques sociales et physiques du monde ».

58La solution proposée par Dennett est d’intégrer le niveau intentionnel comme un niveau de connaissance dans une approche physicaliste qui ne soit ni réductionniste, ni éliminativiste. Il s’inspire de l’intelligence artificielle (en particulier des travaux de Marr (1982) sur la vision) pour proposer cette approche pluraliste de la description du comportement humain. Pour expliquer un phénomène, il distingue trois niveaux de représentation et d’interprétation :

    • 13 La distinction que propose Marr concerne trois niveaux d’analyse des phénomènes : le computationnel (...)

    le niveau 1 que Marr appelle computationnel et que Dennett re-baptise « intentionnel » (car il le trouve improprement nommé)13. Il correspond, selon lui, à ce que Newell appelle le niveau de connaissance. Il concerne la spécification de la compétence ou de la connaissance qu’on suppose au phénomène : les fonctions que le système est censé remplir, ce qu’il est capable de faire ;

  • le niveau 2 que Marr appelle algorithmique que Dennett rebaptise niveau du plan (design). Le niveau du plan spécifie le type de processus computationnel en jeu. C’est celui de l’architecture fonctionnelle du système, de sa structure interne, de sa syntaxe, et de la façon dont il opère. Il concerne ce qui se passe « réellement » et ce qui cause le comportement du système ;

  • le niveau de l’implémentation (ou niveau physique) qui concerne la réalisation physique, neuronale ou matérielle des processus. Dennett (1978, 1984) donne des exemples pour distinguer le point de vue du plan et celui de l’implémentation physique :

  • lorsque nous présentons des remarques sur le fonctionnement d’un processus comme « lorsque le chariot de la machine à écrire atteindra la marge, il tintera » ou « frottez l’allumette et elle s’enflammera », nous adoptons le point de vue du plan ;

  • par contre, lorsqu’on dit « si vous tournez le bouton, vous recevrez une décharge » ou « lorsqu’il neigera, cette branche cassera net », nous raisonnons au niveau des lois physiques car nous partons de l’état physique effectif du système.

59Le niveau 1 est essentiel car c’est seulement à ce niveau qu’on peut définir le problème traité. Selon Marr, si on ne parvient pas à une élaboration précise du problème traité à ce niveau, toute tentative pour le résoudre au niveau inférieur est vouée à l’échec. Le passage par le niveau 1 est pour Dennett obligatoire. Cette idée se rapproche de la démarche de Chomsky sur le primat de la compétence sur la performance : il n’est pas possible de traiter scientifiquement du langage en partant du niveau de la réalisation verbale.

60Il y a deux façons de comprendre l’existence de ces trois niveaux :

  • d’une façon séquentielle, comme des étapes à suivre dans la spécification d’un problème. C’est principalement dans cet esprit que Marr envisage la distinction entre les trois niveaux. Le niveau intentionnel est une étape mais qui reste sous-spécifiée d’un point de vue formel : « la théorie d’un système intentionnel spécifie un système sémantique qui doit être réalisé – approximativement – par un système syntaxique », (Dennett, 1987, p. 256) ;

  • d’une façon optionnelle, lorsque, vis à vis d’un problème, on cherche à trouver la voie la plus plausible pour l’analyser. Lorsqu’on joue aux échecs avec un ordinateur, il est probable que la meilleure solution pour comprendre « ses coups » est de le traiter comme un système intentionnel.

61Mais pourquoi, dans certain cas, le point de vue intentionnel s’avère-t-il la meilleure heuristique alors qu’il est le moins spécifié ?

62Le point de vue intentionnel est d’abord adopté pour des raisons pragmatiques lorsque nous doutons de l’efficacité des autres points de vue, comme dans le cas de la partie d’échecs avec un ordinateur : « La décision d’adopter la stratégie est pragmatique et ne peut être évaluée de façon intrinsèque comme correcte ou erronée. On peut toujours refuser d’adopter le point de vue intentionnel, […] on peut changer de point de vue à volonté. » (Dennett, 1978, p. 7). On peut donc tout aussi bien passer au point de vue du plan si l’hypothèse de rationalité s’avère erronée. Le choix du point de vue est donc fonction du succès ou de l’échec des interprétations.

63Mais le fait de traiter un système comme intentionnel ou non ne doit pas conduire à traiter de façon équivalente au niveau des connaissances acquises le choix de la forme de l’interprétation. Chaque niveau comporte des prédictions plus ou moins faibles : une prédiction au niveau physique est plus stable qu’une prédiction au niveau du programme ou du plan, le niveau 2 comporte quant à lui des hypothèses plus stables que le niveau 1. Si nos prédictions restent au niveau 1, c’est souvent parce qu’on est incapable de faire des prédictions aux niveaux 2 et 3. Souvent les systèmes traités s’avèrent trop complexes, et les prédictions au niveau 1 sont les plus plausibles.

64Cette virtualité des trois points de vue permet de mieux comprendre les réserves exprimées par Dennett dans sa défense de la stratégie intentionnelle. L’absence de spécification au niveau de l’architecture fonctionnelle et au niveau de l’état physique limite le point de vue intentionnel et fait qu’il reste essentiellement normatif et « notionnel ». Soit, les entités qu’il manipule sont des abstractions qui sont des constructions logiques. Il vise à rationnaliser les comportements, à comprendre les gens et à imposer une interprétation. La position de Dennett semble ici se rapprocher de celle de Davidson qui doute qu’« il existe un strict déterminisme concernant le fait que les événements mentaux peuvent être objets de prédiction ou expliqués » (Davidson, 1980, p. 208).

65Si l’on peut spécifier le comportement d’un organisme au niveau du plan, le gain conceptuel sera appréciable. Le jour où les sciences cognitives pourront rendre compte du point de vue intentionnel au niveau du plan, il y aura incontestablement un progrès. Mais du fait qu’on ne puisse le faire, ou parce que l’hypothèse de rationalité est plus présupposée que justifiée, Dennett se refuse à invalider le point de vue intentionnel.

L’interactionnisme entre le comportement et l’interprétation

66Le débat introduit par Dennett sur le point de vue intentionnel conduit à une interrogation nouvelle sur les formes d’explication dans les sciences sociales. Comme l’a souligné Searle (1984), l’analyse sémantique de l’action a des conséquences pour les sciences sociales : « les sciences sociales en général concernent différents aspects de l’intentionalité. »

  • 14 Le naturalisme dans les sciences humaines concerne les propositions qui visent à s’inspirer des sci (...)

67Le fait que la sociologie considère d’abord les aspects observables de l’action, semble donner une faveur au naturalisme sur le mentalisme, tout au moins au niveau empirique, lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre une procédure de description et d’observation des conduites humaines. Il n’est pas indifférent, dans la sociologie interactionniste, que l’approche micro-sociologique d’Erving Goffman ainsi que l’analyse de conversation d’Harvey Sacks se réclament ouvertement du behaviorisme social de Mead ou d’un naturalisme méthodologique14. Mais le naturalisme épistémologique, entendu comme tentative de concevoir les sciences sociales comme une partie des sciences de la nature, a mauvaise presse en sociologie. En réduisant les manifestations humaines à des comportements, il rejette ce qui constituait pour Max Weber l’unité d’analyse de la sociologie : « l’action ».

68Mais toute perspective naturaliste ne conduit pas, comme le soutient Dennett, à faire des hypothèses minimales sur l’intentionalité de l’action ou les états internes des agents. Si on relit Mead, précurseur de l’interactionisme symbolique, on s’aperçoit que l’observation des comportements et l’ancrage mental de l’action n’ont nullement à être opposés mais bien à être interreliés : « La psychologie sociale est behavioriste en ce sens qu’elle part d’une activité observable (le processus dynamique en cours et les actes sociaux qui en sont les éléments constitutifs) qu’il faut étudier et analyser scientifiquement. Elle n’est cependant pas behavioriste en ce sens qu’elle ignorerait l’expérience interne de l’individu – c’est-à-dire l’aspect intérieur des processus. » (Mead, 1934, p. 7).

  • 15 Erving Goffman et Harvey Sacks développent un interactionnisme naturaliste. Ils conçoivent l’intera (...)

69En fait, la partie de la sociologie interactionniste qui a tenté de suivre la piste meadienne s’est enfermée dans des contradictions. Elle manque de cohérence dans son choix d’adopter une méthodologie naturaliste qui refuse l’emploi d’une sémantique et d’une théorie de la communication15. Elle tombe sur des apories qui la conduisent à ignorer les problèmes sémantiques et cognitifs liés à l’interprétation des attitudes intentionnelles.

70Elle s’enferme dans un paradoxe car voulant rester interactionniste, il lui faut concevoir l’action comme orientée par les raisonnements, les attitudes et les interprétations des participants. Mais plus elle adopte une méthodologie qui suppose que la signification est seulement « publique » ou « montrée » moins elle est conduite à donner un rôle aux attitudes d’interprétation, donc finalement à l’interaction symbolique elle-même. Le refus de spécifier les états informationnels que la sociologie de l’interaction attribue aux « participants » dans leur rôle d’interprétateur reste prédominant dans toutes les variantes de l’interactionnisme. La sociologie interactionniste est à la fois insuffisamment écologique (donc faiblement naturaliste) et insuffisamment interprétationniste, car dépourvue d’une sémantique des attitudes.

71Donc, la sociologie interactionniste qui pourrait apparaître comme un bon candidat pour une analyse de l’action, en proposant de naturaliser l’interprétation, n’est à l’heure actuelle qu’un candidat parmi d’autres. En effet, elle s’avère incapable, pour le moment, de prendre en compte, dans l’analyse de l’action, l’interaction entre les facteurs écologiques et les structures de représentation des agents.

72La lecture de Dennett est très stimulante par l’orientation empirique qu’il introduit dans la discussion sur le rôle de l’intentionalité dans l’explication de l’action. Il semble qu’il ait été sensible aux conséquences à tirer des théories computationnelles pour l’analyse de l’action, tout en restant préoccupé par la spécificité de la fonction des explications intentionnelles dans les sciences humaines. Ce qui lui permet de poser de façon très originale le problème classique du rapport entre explication causale et interprétation, en évitant le dualisme webérien entre sciences de l’esprit et sciences naturelles. Ici réside, selon nous, sa contribution à l’épistémologie des sciences sociales : une démarche scientifique ne condamne pas le point de vue interprétationniste au subjectivisme mais lui donne place dans une théorie complexe du comportement

Bibliographie

Anscombe Gertrude Elizabeth Margaret (1957), Intention, Oxford, Oxford University Press.

Cheney Dorothy & Robert Seyfarth (1988), « L’univers social et non social des primates non-humains », Relations personnelles et développement des savoirs, Fondation Fyssen, DelVal, p. 47-61.

Churchland Paul M. (1981), Matter and Consciousness, Cambridge, Mass., MIT Press.

Davidson Donald (1980), Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press.

Dreyfus Hubert (1972), What Computers Can’t Do : A Critical of Artificial Reason, New York, Harper and Row.

Dennett Daniel (1978), « Intentional Systems », Brainstorms : Philosophical Essays on Mind and Psychology, Cambridge, Mass., MIT Press, p. 3-22. (trad. fr., (1984) « Systèmes intentionnels », Philosophie, 1, p. 55-80).

Dennett Daniel (1987), The Intentional Stance, Cambridge, Mass., MIT Press.

Dennett Daniel (1988a), « Intentionality », Communication au Colloque Cognition et Connaissance : Où va la science cognitive ?, Toulouse, p. 9-11.

Dennett Daniel (1988b), « Precis on Intentional Stance », Behavioral and Brain Sciences, 11, p. 495-546.

Engel Pascal (1988), « Questions vives en philosophie de l’esprit », Préfaces, n° 10.

Engel Pascal (1989), « La psychologie cognitive peut-elle se réclamer de la psychologie ordinaire ? », Hermès, n° 3, p. 10-22.

Engel Pascal (1989), « Si les brutes pensent », Critique, p. 864-883.

Fodor Jerry A. (1981), Representations : Philosophical Essays on the Foundations of Cognitive Science, Cambridge, Mass., MIT Press.

Fodor Jerry A. (1983), The Modularity of Mind, Cambridge, Mass., MIT Press, (trad. fr., (1986), La modularité de l’esprit, Paris, Minuit).

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, N.J., Prentice-Hall.

Goffman Erving (1971), Relations in Public : Microstudies of the Public Order, New York, Basic Book (trad. fr., (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Éditions de Minuit, t. 2).

Huxley Julian (1971), Le comportement rituel chez l’homme et l’animal, Paris, Gallimard.

Lorenz Konrad (1984), Les fondements de l’éthologie, Paris, Flammarion.

Marr David (1982), Vision, Cambridge, Mass., MIT Press.

Mead George Herbert (1934), Mind, Self and Society, Chicago, The University of Chicago Press, (trad. fr. 1962, Presses universitaires de France).

Quine Willard Van Orman (1960), Word and Object, Cambridge, Mass., MIT Press.

Schutz Alfred (1962), Collected Papers, The Hague, Martinus Nijhoff.

Searle John (1984), Mind, Brains, and Science, Cambridge, Cambridge University Press (trad. fr. (1985), Du cerveau au savoir, Paris, Hermann).

Stich Stephen (1983), From Folk Psychology to Cognitive Science, Cambridge, Mass., MIT Press.

Notes

1 L’assimilation de l’intentionnel au mental remonte au fait à Franz Brentano. Pour Brentano, l’intentionalité sert de critère distinctif pour séparer le mental et le physique (Dennett 1988a).

2 Dennett distingue deux courants dans l’analyse des états intentionnels : les partisans de l’intention originaire (Fodor, Searle, Drestke, Kripke, Chisholm, Popper et Eccles) et les partisans du doute parmi lesquels il se range avec Davidson, Haugeland, Rorty, Quine, Sellars et les Churchlands (Dennett, 1988).

3 Il est intéressant d’analyser les acrobaties de terminologie que Goffman fait pour éviter un vocabulaire communicationnel ou interprétationniste : parler de mouvement (move) et non d’énoncé, de rituel et non d’action.

4 Ce lien entre réfléxivité et indexicalité a été développé par Harold Garfinkel dans Studies in Ethnomethodology, (1967).

5 « Les trois premiers (thèmes) sont mutuellement interdépendants, être rationnel c’est être intentionnel et être l’objet d’un certain point de vue. » (Dennett, 1987, p. 271).

6 C’est ce que Garfinkel (1967) montre dans ses expériences de pertubation verbale de la dépendance contextuelle des énoncés conversationnels.

7 L’idée que les interprétations concernant les états mentaux sont conceptuelles et normatives plutôt que causales rapproche Dennett de Wittgenstein et Ryle (Engel, 1988).

8 « Ethologiquement la ritualisation peut être définie comme la formalisation ou la canalisation adaptative d’un comportement à motivation émotionnelle, sous la pression téléonomique de la sélection naturelle, destinée à :
a) assurer une plus grande efficacité de la fonction d’avertissement et à diminuer l’ambiguïté.
b) fournir des stimulants ou des déclencheurs de schème d’action plus efficaces aux autres individus.
c) réduire les pertes à l’intérieur de l’espèce.
d) servir de mécanismes de liaison sexuelle ou sociale. » (Huxley, 1971, p. 9).

9 Le précepte de minimisation est aussi appellé « canon de parcimonie ». Attribué à Llyod Morgan, il conduit à « n’interpréter en aucun cas une action comme le produit de l’exercice d’une faculté mentale supérieure si cette action peut être interprétée comme le produit d’une faculté qui se situe à un degré inférieur dans l’échelle psychologique » (Engel, 1989).

10 Chez les gorilles, les jeunes primates comportent des classes d’âge comprenant le nourisson, le petit enfant, le juvénile (3 à 6 ans) et le subadulte (6 à 8 ans). Cf. « Gorilles des montagnes : entretien avec Jörg Hess », Terre Sauvage, 38, 1990, p. 30-45.

11 Il s’agit de l’exemple classique de « Gavagaï » : un anthropologue entend un indigène prononcer le mot « Gavagaï » à l’approche d’un lapin. Quine se demande alors si ce mot désigne bien un lapin, une partie de lapin, la lapinité ou un lapin le jour.

12 « Ce qui nous est donné tout d’abord est notre langue triviale avec son histoire, une langue truffée d’imprécisions, de termes non analysés. Nous commençons par purifier cette langue triviale de ses ingrédients métaphysiques et parvenons à une langue triviale physicaliste ». Cf. Otto Neurath « Les énoncés protocolaires », in Soulez, 1985, Manifeste du Cercle de Vienne et autres écrits, Paris, Presses universitaires de France, p. 219-231.

13 La distinction que propose Marr concerne trois niveaux d’analyse des phénomènes : le computationnel, l’algorithmique et le niveau de l’implémentation. Elle est devenue classique en Intelligence Artificielle.

14 Le naturalisme dans les sciences humaines concerne les propositions qui visent à s’inspirer des sciences naturelles au niveau de la méthode d’observation ou de la théorie du comportement humain. Selon Fodor, cette tradition « inclut les Naturalistes américains (notamment Peirce et Dewey), tous les théoriciens de l’apprentissage, et des représentants comme Quine en philosophie et Gibson en psychologie » (Fodor, 1981, p. 229).

15 Erving Goffman et Harvey Sacks développent un interactionnisme naturaliste. Ils conçoivent l’interaction verbale comme des schémas séquentiels de comportements observables tout en les traitant aussi comme des actions : des salutations, des excuses ou des invitations. L’utilisation par Goffman de la théorie éthologique du rituel de Lorenz et d’Huxley est de ce point de vue symptômatique ; il l’éloigne de l’interactionnisme symbolique de Blumer. On peut d’ailleurs faire le reproche à Blumer et à l’interactionnisme symbolique d’avoir dénaturaliser Mead, en particulier en évacuant la composante écologique de l’analyse de l’interaction (interaction organisme / environnement). Tout le mérite de Goffman est justement d’avoir réintroduit cette composante écologique dans l’analyse de l’interaction.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search