Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action

 | 
Patrick Pharo
, 
Louis Quéré

Recherches

L’unité du faire et du dire

L’action et l’organisation sociales comme phénomènes observables et descriptibles

Die Einheit von Handeln und Sprechen

The unity of doing ant talking

Wes Sharrock et Rod Watson

Résumé

Comment concevoir le rapport de l’action et de ses descriptions ? On est spontanément porté à voir le “faire” et le “dire” comme deux phénomènes différents et à les rapporter l’un à l’autre en termes de correspondance. Cet article critique cette manière de faire et propose de traiter le “dire” comme partie intégrante du “faire”. Cette critique est étayée sur une analyse de la façon dont les actions produisent elles-mêmes, comme composante de leur effectuation, la visibilité et la communicabilité de leur identité et de leur structure.

Texte intégral

1Quand la sociologie entreprend d’analyser l’action sociale, elle n’a pas affaire à de simples occurrences provoquées par d’autres occurrences ou à des états de choses, à des gestes causés par des états mentaux par exemple. Elle a à étudier des accomplissements, qui manifestent les propriétés suivantes : ils sont d’emblée reconnaissables pour ce qu’ils sont ; et les agents peuvent en rendre compte et en répondre en des termes intelligibles et acceptables, à travers des justifications, des explications, des narrations, etc. Ceci suppose que leurs actions soient identifiables, dicibles et communicables, et qu’elles le soient en raison des traits identifiants qu’elles manifestent, donc de leur caractère autodescriptif. On peut traiter cette visibilité et cette communicabilité comme données, et les rapporter à une objectivité en soi de l’action. Mais, s’agissant d’accomplissements, cette position n’est pas cohérente : l’objectivité de l’action procède d’une activité d’organisation ou d’ordonnancement, constitutive de l’effectuation et de la reconnaissance de l’action. Si l’on fait procéder l’identifiabilité, la communicabilité et la descriptibilité de l’action du travail de mise en forme et de mise en ordre accompli conjointement par les agents pour configurer leurs actions, on est conduit à concevoir le rapport entre l’action et le discours de (ou sur) l’action autrement qu’en termes de correspondance entre deux phénomènes séparés et indépendants. C’est précisément un déplacement de ce type que l’ethnométhodologie a proposé pour l’analyse sociologique de l’action et de l’organisation sociales. Mais sa suggestion a souvent été mal comprise et réduite à l’idée qu’il convenait de se focaliser sur les seuls « accounts » des acteurs sociaux. Nous voudrions dans les pages qui suivent rappeler en quels termes l’ethnométhodologie a proposé de thématiser l’articulation du « faire » et de son « dire », et esquisser une analyse de la façon dont est intrinsèque à l’accomplissement de l’action la production de son caractère autodescriptif.

L’impossibilité d’une position de surplomb

2Certains ont compris que l’ethnométhodologie recommandait d’analyser la réalité sociale à travers les comptes rendus que les acteurs sociaux en donnent ; d’autres ont accentué le trait et réduit sa proposition à l’idée que la réalité sociale s’identifie aux descriptions que les membres de la société en font. Le terme de description réfère alors aux différentes formes d’expression dans lesquelles les gens assurent les uns aux autres que la réalité est telle ou telle, formulent leurs propres actions ainsi que celles des autres. La conclusion à laquelle on parvient ainsi est une recommandation du genre : il faut prendre pour argent comptant ce que dit l’acteur social. Si telle était la position de l’ethnométhodologie, il y aurait effectivement toute raison de douter de l’intérêt de la réponse qu’elle tente de formuler aux difficultés variées de la sociologie. Mais on voit mal comment elle aurait pu tenir des propos aussi absurdes, et par exemple, considérer qu’il y a identité entre la description que quelqu’un donne de son déjeuner et le fait de déjeuner – essayez donc de manger une description pour voir ! Mais si l’absurdité d’une telle suggestion saute aux yeux, comment se fait-il qu’on continue néanmoins de comprendre de cette façon la perspective proposée par l’ethnométhodologie ?

3Une des raisons est sans doute qu’on a absolument voulu considérer ses propositions comme un recueil de remarques épistémologiques. Les sociologues étant enclins à poser le problème de la réalité sociale comme un problème épistémologique, il était quasiment inévitable qu’ils perçoivent les maximes de l’ethnométhodologie comme une contribution supplémentaire à l’entreprise qui vise à fixer le statut de la connaissance sociologique par rapport aux phénomènes qu’elle cherche à identifier. Mais les arguments avancés par Garfinkel et d’autres n’étaient pas destinés à garantir une position à la sociologie, mais plutôt à explorer les conséquences du fait qu’elle occupe de facto la place de l’origine.

4Déjà dans sa thèse de doctorat, Harold Garfinkel caractérisait l’approche conventionnelle de ces problèmes dans les termes de Kenneth Burke, c’est-à-dire comme la recherche d’une perspective supérieure sur les perspectives. On a reconnu depuis longtemps le caractère perspectif de la vie sociale. Quelques sociologues en ont d’ailleurs fait grand cas. Si bien qu’il n’est pas exagéré de dire que le caractère naturellement perspectif des phénomènes sociaux est généralement admis. Pourtant on a considéré que le type de problème posé par ce caractère perspectif était surtout d’ordre épistémologique et la théorie sociologique n’a pas cessé de lui chercher une réponse adéquate. On a le plus souvent supposé que la solution appropriée devait consister à transcender la perspectivité des phénomènes sociaux, en particulier à concevoir pour la sociologie un point de vue qui ne soit pas limité par une perspective particulière, donc un point de vue qui ne soit ni partiel ni partial. Ceci ne veut pas dire que tout le monde s’accorde pour reconnaître qu’une telle transcendance peut être réalisée ; beaucoup contestent cette possibilité. Ce sur quoi il semble pourtant y avoir accord c’est sur les termes de la discussion, c’est-à-dire sur la possibilité de corriger ou non ce perspectivisme inhérent aux phénomènes sociaux.

5On peut cependant prendre le problème par un autre bout, à savoir examiner les conséquences pratiques de ce « perspectivisme » tant pour l’organisation de l’action sociale que pour cette forme particulière d’action qu’est la réalisation d’enquêtes sociologiques. C’est ce qu’a essayé de faire l’ethnométhodologie. Pour rester brefs et simples, nous nous contenterons de souligner que celle-ci considère comme allant de soi que les recherches qu’elle entreprend se situent, elles aussi, dans le cadre de situations sociales en cours de développement, et qu’elles y sont subordonnées aux exigences de la compréhension de sens commun. En d’autres termes, cela veut dire d’abord que le sociologue est, pour reprendre l’expression de Heidegger, projeté au cœur du phénomène qu’il se propose d’analyser et que par conséquent toute investigation est inévitablement entrelacée, et cela dès le départ, avec le phénomène qu’elle étudie ; ensuite, que le sociologue – et en cela il est logé à la même enseigne que tout autre membre de la société – doit réaliser ses enquêtes effectives sous les auspices des attentes partagées d’arrière-plan et de la compréhension de sens commun, qui sont les siennes en tant que membre de la société. L’idée est donc que pour être en mesure de faire quelque proposition que ce soit sur les faits observés dans des situations sociales, le sociologue doit nécessairement mobiliser une part de la compréhension de sens commun. Cette idée repose sur l’argument du caractère par essence « documentaire » de la relation qui s’établit entre forme et détails dans la connexion d’une action sociale et de son contexte (le mot « documentaire » est utilisé ici au sens que lui a donné Garfinkel, à la suite de Mannheim, dans sa description de la « méthode documentaire d’interprétalion »). Si l’on voit dans ces arguments un appel à traiter le sens commun comme un problème épistémologique, on se fourvoie complètement. Ils ne visent en fait qu’à thématiser le phénomène en termes d’activité organisante : il s’agit de découvrir comment les gens gèrent leurs cours d’action et reproduisent des états de choses socialement requis, dans des circonstances qui, aux yeux de ceux qui y sont engagés, ne relèvent que d’« affaires de sens commun ». L’étude d’un tel sujet ne requiert pas de l’analyste qu’il souscrive à ce qui peut être exigé et soutenu par les acteurs.

6Si ces arguments devaient susciter des réflexions d’ordre épistémologique, elles devraient porter sur la tension qui existe entre les aspirations de la méthodologie sociologique et la réalité des enquêtes pratiques. La visée d’une position de survol implique naturellement de supposer que l’enquête sociologique doit se libérer des conceptions de sens commun liées aux circonstances. C’est ce qui conduit logiquement la réflexion méthodologique à vouloir effacer tout élément de compréhension de sens commun des dispositifs sociologiques. Pourtant, si elle veut rendre compte de quelqu’événement que ce soit dans la structure sociale, ou restituer par une description ce qui s’est effectivement passé dans telle ou telle occasion, l’enquête sociologique – du moins si l’argument de la méthode documentaire tient – doit nécessairement réduire la variété des possibilités logiquement concevables à l’énoncé d’une réalité particulière, en faisant appel à des conceptions données à l’avance de ce qui est pratiquement possible. En d’autres termes, pour être en mesure de proposer des descriptions, acceptables par d’autres enquêteurs, de ce qui s’est réellement passé dans une occasion déterminée, le sociologue doit recourir à des éléments de définition, partagés avec eux, de ce qui pouvait vraisemblablement se passer dans telle situation, parmi telles personnes, etc. Quand ils réalisent leurs recherches concrètes, les sociologues procèdent autrement que dans leur réflexion épistémologique ; ils ne traitent pas la compréhension et l’accord de sens commun comme des éléments qui minent l’adéquation de leurs analyses ; la compréhension de sens commun qui est mutuellement disponible constitue de fait une condition a priori de l’objectivité même de leurs descriptions.

7S’agissant aussi bien de ce qui est habituellement posé comme un problème épistémologique que du caractère observable et descriptible de l’action sociale, c’est un déplacement de l’attention que l’ethnométhodogie propose. Plutôt que de développer des arguments dans le champ de la réflexion épistémologique, elle suggère de considérer le caractère organisationnel des phénomènes, c’est-à-dire de les rapporter à une activité organisante des agents.

La métaphore d’Harvey Sacks

8Pour mettre en évidence ce changement d’attitude vis-à-vis d’un certain nombre de problèmes reçus, qui consiste d’une certaine manière à les contourner, Harvey Sacks a imaginé l’exemple d’une machine originale exhibée dans une exposition. C’est une machine qui commente ce qu’elle fait au fur et à mesure qu’elle le fait. Elle est donc composée de deux parties : l’une agit, l’autre parle. Les gens peuvent s’intéresser à cette machine sous différents aspects. Mais il est probable que beaucoup d’entre eux tenteront d’établir une relation entre les deux parties de la machine. C’est ainsi que certains considèreront que la partie parlante décrit ou raconte ce que la partie agissante effectue. D’autres pourront conclure que la partie agissante montre ce dont parle la partie parlante, ou ce qu’elle doit vouloir dire par ce qu’elle dit. Une autre possibilité est de considérer la machine comme un dispositif d’enseignement, les deux parties s’accordant pour dire et montrer comment il faut procéder pour faire quelque chose. On pourrait imaginer que la machine sert à apprendre à parler : la partie « agissante » ferait comprendre les termes utilisés par la partie parlante. Il y a sans doute trente-six autres façons de mettre en relation les deux parties de la machine, mais quelles qu’elles soient, elles se situeront toutes au même « niveau ». Ce seront des variantes de la résolution d’un même problème : trouver des façons d’assortir les deux parties de la machine (les conclusions auxquelles on aboutit portent alors sur le caractère adéquat de ce qui est dit, en tant que description supposée de ce qui est fait). Elles partagent le même intérêt dans ce que nous pouvons appeler le « problème de la correspondance », qui consiste précisément à faire correspondre ce que la machine fait et ce qu’elle dit

9Cet intérêt est aussi celui des sociologues et des philosophes lorsqu’ils réfléchissent sur le rapport qu’il y a entre le langage et l’activité, et plus généralement entre le langage et la réalité. Il est vrai que parler d’un « problème de correspondance » définit la question beaucoup plus largement que ne le fait l’exemple de la « machine-commentaire », qui n’est pas conçu pour résoudre ce type de problème, mais pour mettre en évidence le questionnement commun aux différentes réponses qui ont pu lui être apportées. Mais plutôt que de chercher à « réconcilier » les deux parties de la machine-commentaire, ou à établir d’autres types de relations entre elles pour satisfaire la curiosité de ceux qui veulent déterminer ce qu’elle fait réellement, on pourrait adopter un point de vue de mécanicien et examiner la machine sous l’aspect de son fonctionnement opératoire : de quels éléments est-elle composée et comment sont-ils agencés ? Comment ses deux parties sont-elles articulées sur le plan mécanique ? Comment les deux fonctions, « faire » et « dire », sont-elles assurées dans l’organisation de la machine ? Comment leur agencement assure-t-il leur coordination, de sorte, par exemple, que le commencement d’un cycle de « faire » initie un cycle de « dire » ou vice-versa ? Et ainsi de suite.

10Nous ne voulons pas suggérer par-là que l’ethnométhodologie adopte vis-à-vis des phénomènes sociaux un point de vue équivalent à celui du mécanicien vis-à-vis de la machine. Mais il est sûr que sa préoccupation est plus proche de celle du mécanicien que de celles des spectateurs qui cherchent à déterminer ce que la machine est en train de faire. Sans doute le point de vue du mécanicien n’est-il pas complètement sans rapport avec celui des spectateurs. Mais il s’en distingue sur le plan du problème qu’il se pose. S’interroger sur la liaison mécanique ou organisationnelle des deux parties de la machine, donc sur son schème opératoire, et s’interroger sur la nature de leur correspondance sont deux choses différentes. Dans ce nouveau cadre de référence, on laisse de côté tout ce qui concerne le caractère adéquat soit de ce que dit la partie parlante en tant que description de ce que fait l’autre partie, soit de ce que fait la partie agissante en tant que représentation de ce que l’autre partie dit. Si l’on interprète la perspective du mécanicien comme recherche d’une solution au problème de la correspondance, il est sûr que ses propositions paraîtront bizarres.

11Les arguments ethnométhodologiques ne peuvent être compris que si l’on tient compte du changement de problématique qu’ils tentent d’introduire dans l’analyse du rapport du langage et de l’action. Sinon, l’intérêt accordé au caractère observable et descriptible de l’action sociale et la décision de centrer la recherche là-dessus ne pourront apparaître que comme un choix en faveur d’un des deux termes de l’alternative précédente, en l’occurrence, et en maintenant l’analogie, comme une décision de traiter la machine comme si elle n’était qu’une machine parlante. Or se contenter de prendre en considération la partie parlante de la machine reviendrait soit à traiter la machine comme si elle se réduisait à cela, soit à suggérer que les propriétés de sa partie agissante ne peuvent être déterminées que par l’examen de sa fonction parlante. Mais dans ce cas surgiront inévitablement des questions sur la fiabilité du commentaire comme description de ce qui est fait.

12Ceux qui perçoivent l’ethnométhodologie comme préconisant d’analyser le « dire » plutôt que le « faire » pourraient certes se justifier en arguant du fait que c’est précisément l’option qu’a prise Harvey Sacks lui-même, dont nous venons, à travers l’exemple de la machine-commentaire, d’évoquer les arguments au sujet de la description sociologique, et qui a fondé ce qui est devenu l’« analyse de conversation ». Mais ce faisant, ils interpréteraient mal les intentions de Sacks et ce qu’il a fait. Car son analyse du discours ne visait pas à conserver le dualisme du « faire » et du « dire » ni à favoriser l’un des termes aux dépens de l’autre. Quand Sacks s’est attelé à l’étude des conversations ordinaires de la vie courante, il n’a pas voulu donner une quelconque priorité au discours par rapport à l’action. Au contraire, son problème était de sortir de ce dualisme du « dire » et du « faire », et il était convaincu qu’il pouvait le faire dans et par l’analyse des conversations ordinaires. L’argument de l’analyse de conversation a en effet essentiellement consisté à montrer que le discours pouvait être traité comme un « faire » et analysé comme une action, et que les relations entre les énoncés pouvaient être étudiées systématiquement et rigoureusement en termes de relations entre des actions sociales.

Le caractère observable et descriptible de l’action sociale

13Quand nous parlons du caractère observable et descriptible des activités sociales, nous n’entendons nullement indiquer une préférence pour l’un des termes de l’opposition entre « dire » et « faire », ni reconduire tel quel le problème de la correspondance. En particulier, nous pensons que si l’on appréhende le caractère observable et descriptible de l’action sociale en ayant en tête une problématique de type « correspondance », et en considérant qu’elle constitue la base commune à l’ensemble des approches sociologiques, on ne pourra que comprendre de travers une perspective qui, précisément, met en cause la pertinence de cette problématique. Maintenant, comment rendre compte de ce caractère observable et descriptible de l’action sociale, si l’on ne dispose plus de ce cadre de référence qu’est la problématique de la correspondance du langage et de l’action ?

14Quand, délibérément, nous parlons d’analyser le caractère observable et descriptible de l’action et de l’organisation sociales, nous ne voulons pas dire qu’il s’agit d’étudier les « accounts ». Privilégier l’étude de ceux-ci serait effectivement favoriser l’analyse du « dire » aux dépens de celle de ce dont il est parlé. Car lorsqu’on parle de compte rendu ou de description, on pense généralement à ce que les gens disent, à ce qu’ils énoncent, par exemple pour formuler ce qui se passe réellement, ou pour justifier leur action, surtout si elle a avorté. On a donc bien là un cas de « dire » plutôt que de « faire ». Se consacrer à l’étude des « accounts » dans cette perspective voudrait dire que l’on privilégie le « dire » par rapport au « faire » et que l’on maintient le dualisme même dont il s’agit de sortir. Mais ce n’est pas du tout cela que nous voulons suggérer en préconisant d’étudier le caractère observable et descriptible de l’action et de l’organisation sociales. Il ne s’agit pas d’analyser les descriptions des actions sociales, plutôt que les actions sociales elles-mêmes. Dans l’exemple de la machine, nous avons évoqué un point de vue possible de « mécanicien » sur la machine, et nous l’avons distingué des perspectives probables des visiteurs de l’exposition qui se préoccupent surtout d’établir une correspondance présumée entre son « faire » et son « dire ». Notre intérêt pour le caractère observable et descriptible de l’action sociale traduit, quant à l’approche sociologique du rapport de l’action et du discours de l’action, un changement de point de vue du même ordre que celui qui se joue dans le passage du type d’intérêt des visiteurs à celui du mécanicien.

15Comment définir la perspective sociologique correspondant à cette notion de caractère observable et descriptible de l’action et de l’organisation sociales ? Si nous continuons à utiliser la métaphore de la machine-commentaire, nous pouvons dire qu’il s’agit de développer une analyse de la machine à partir de l’idée qu’elle constitue une construction unitaire, que c’est un seul et même fonctionnement opératoire qui produit son faire et son dire. Si l’on applique cette perspective à l’organisation sociale, on analysera celle-ci aussi comme une construction unitaire, dans laquelle les relations entre le langage et l’action seront appréhendées sous l’aspect non pas de leur correspondance présumée mais de leur articulation organisationnelle. En d’autres termes, il s’agira d’examiner comment les actions sociales sont organisées de sorte que l’articulation du dire et du faire qui s’y opère nous apparaisse comme nous la voyons, ou encore comment des occurrences de discours s’intègrent dans des occurrences d’action.

16Le grief habituellement adressé à l’ethnométhodologie est qu’elle se consacre à l’analyse du discours aux dépens de celle de l’action. Mais ceux qui formulent un tel grief ne tiennent aucun compte de l’insistance très grande qu’elle met sur le caractère « contextuel » du discours et de la compréhension. Précisément, la raison pour laquelle l’ethnométhodologie s’oppose au dualisme du « faire » et du « dire » est que celui-ci conduit constamment à vouloir examiner le langage indépendamment des circonstances de sa production. C’est pour contrecarrer cette inclination spontanée qu’a été avancée la notion de caractère observable et descriptible de l’action et de l’organisation sociales. L’objectif est précisément de réinsérer le discours (et l’écriture) dans les circonstances organisationnelles qui lui confèrent son sens effectif et de le traiter comme étant « organiquement » en relation mutuelle avec ces circonstances. À la place du dualisme du « dire » et du « faire », nous avons ainsi désormais une unité, celle des activités sociales et des façons d’en rendre compte, celle des façons de faire et des modes de description qui en sont organisationnellement partie intégrante.

17Nous voudrions illustrer quelque peu ce dont nous n’avons parlé jusqu’à présent que de façon abstraite. Tout d’abord, en quoi le fait de s’intéresser au caractère observable et descriptible de l’action sociale diffère-t-il de celui qui consiste à se focaliser sur le seul discours ? En ceci que, loin d’attirer l’attention sur ce que les gens disent plutôt que sur ce qu’ils font, l’approche suggérée tente de thématiser – ce qui est tout à fait différent – la façon dont ce qui est fait est organisé de telle sorte qu’il peut être rapporté et décrit. Cette définition a pour réciproque indispensable qu’il faut considérer les comptes rendus et la description de ce que les gens font comme partie intégrante de l’organisation du « faire » qui est ainsi rapporté et décrit. Notons que ce que nous énonçons là, en mettant l’accent sur un entrelacement complexe, correspond à des choses qui, dans le contexte de la vie courante, sont traitées comme allant de soi.

Le caractère autodescriptif de l’action. Deux exemples

18Prenez l’exemple de gens qui préparent leur départ en vacances. Ils rassemblent l’attirail du parfait voyageur contemporain, incluant les documents de voyage – passeports et visas, chèques de voyage, ainsi que guides touristiques, cartes et recueils de locutions. Nous avons là – dans ce travail préparatoire et son rôle dans l’organisation des vacances à venir – un exemple du type de choses auquel nous sommes invités à faire attention lorsqu’on parle de rendre observable et descriptible l’activité en quoi consiste le fait de partir en vacances. Par exemple, les touristes organisent leur voyage en avance de sorte que quand ils se trouvent dans des pays où l’on ne parle pas couramment leur langue natale ils soient en mesure de décrire leurs besoins à l’aide d’un répertoire de locutions élémentaires – par exemple trouver son chemin pour aller à la gare de chemin de fer, aux toilettes publiques, etc. Ou encore, l’ensemble des documents dont ils se munissent leur servent à manifester qu’ils sont de bonne foi ; ils leur permettent, chaque fois qu’ils en ont besoin, de rendre manifeste qu’ils sont bien des touristes, de faire valoir leurs droits à une place dans l’avion, à une chambre à l’hôtel, à l’assistance de guides professionnels, etc. Enfin le voyageur est souvent intéressé à pouvoir enregistrer ses vacances pendant qu’elles se déroulent ; il utilise pour cela des cartes postales, une caméra vidéo ou un appareil de photos, de façon à pouvoir montrer, par toutes sortes de souvenirs et de documents, où il a été et ce qu’il a fait en vacances. Il trouve aussi le temps – et les endroits – pour écrire des cartes postales et des lettres ; il sélectionne les bons sites pour prendre ses photos et pour acheter ses souvenirs, tout cela en tant que composante entièrement naturelle de l’activité en quoi consiste le fait de visiter des sites historiques, de nouer des contacts amicaux avec les autres vacanciers ou de s’intéresser aux gens du pays, etc. Constituer des traces de ses vacances pendant qu’on les prend, insérer la description de ce qu’on fait pendant ses vacances dans la réalisation même des activités en quoi partir en vacances consiste, faire de ce rassemblement de souvenirs une activité de vacances, tout ceci ne demande aucun effort particulier à quiconque est familier du mode de vie contemporain. Mais il y a là un phénomène qui mérite toute l’attention de l’analyste : à savoir partir en vacances est une activité que les agents organisent de telle façon qu’elle s’engendre comme activité qui se relate, s’enregistre ou s’authentifie elle-même (self-recording activity).

19Nous avons ici une illustration de ce dont nous voulons parler quand nous nous référons à des modes de description organisationnellement insérés dans les façons de faire : acheter, écrire et expédier des cartes postales qui racontent aux amis comment se passent les vacances, quel temps il fait, où on a été, ce qu’on a vu, etc., sont des activités qui sont partie intégrante du fait de partir en vacances.

20Dans un tout autre contexte, que nous considérerons plus longuement ci-dessous, cela veut dire par exemple que l’activité de police consistant à interroger des personnes suspectes d’homicide peut comporter la réalisation d’un enregistrement vidéo de l’interrogatoire, de telle sorte que d’autres puissent plus tard passer en revue la façon de procéder et déterminer si l’interrogatoire a été conduit dans le respect des exigences légitimes auxquelles doit se conformer la pratique de l’enquête. Cela veut dire aussi que la réalisation d’un tel enregistrement au cours de l’interrogatoire est entreprise en étant conscients qu’un visionnage ultérieur de la bande-vidéo pourra être fait sous des conditions qui seront celles du tribunal ; par conséquent, si l’on veut que l’enregistrement serve à montrer que l’on a procédé comme il faut, il faut faire en sorte qu’il honore les exigences que la justification devant un tribunal peut imposer – aussi incertaines soient-elles.

L’approche ethnométhodologique de l’ordre social

21Pour faire mieux apparaître la pertinence et l’importance de cette façon d’appréhender les phénomènes, on peut reposer le problème classique de l’ordre social et évoquer la « décision préthéorique » de l’ethnométhodologie de renoncer à deux des moyens habituellement utilisés par les sociologues pour le résoudre. Le premier « renoncement » consiste à s’intéresser directement, et même exclusivement, à l’ordre social tel que tout un chacun peut le découvrir, plutôt qu’à l’ordre social que seuls peuvent appréhender ceux qui disposent d’une méthodologie sociologique spécialement développée et articulée. En d’autres termes, les régularités qui retiennent l’attention de l’ethnométhodologue sont celles qu’il peut observer du seul fait qu’il est une personne ordinaire, et non pas en raison de sa spécialisation et de sa formation de sociologue. Car, comme tout sociologue en convient, il y a beaucoup d’ordre dans les affaires sociales, et cet ordre est d’un genre plutôt familier à quiconque vit en société. Cependant au lieu de porter l’attention sur cet ordre dont elles ont déjà reconnu la présence et de réfléchir sur des régularités qui sont déjà l’objet d’un savoir de sens commun, la plupart des écoles de sociologie préfèrent dégager des régularités dont personne jusque-là n’avait connaissance. L’ethnométhodologie choisit de faire l’inverse.

22L’autre façon qu’a l’ethnométhodologie de ne pas suivre la voie usuelle en sociologie pour rendre compte de l’ordre social est de chercher systématiquement la source de cet ordre dans les activités qui manifestent ces régularités bien connues. Elle exclut donc toute solution qui fait appel à des principes d’ordre extérieurs aux affaires organisées qui sont soumises à examen. Le plus souvent, les sociologues proposent de traiter les régularités que leurs méthodes identifient pour eux comme résultant de choses telles que la structure de la personnalité des acteurs, les propriétés d’un système culturel régulateur, l’influence de systèmes englobants d’affectation des positions sociales, ou de systèmes de domination. Les ethnométhodologues quant à eux choisissent de regarder comment les activités s’organisent elles-mêmes, comment ceux qui se meuvent dans un cadre social donné peuvent organiser leurs activités de telle façon qu’elles reproduisent les régularités qu’on s’attend à trouver dans de telles situations et qu’elles incarnent des façons de faire qui peuvent être reconnues comme normales par ceux qui occupent ces mêmes lieux – car les régularités que ces activités manifestent sont après tout familières, reconnaissables et bien connues pour quiconque fréquente ces lieux.

23Melvin Pollner a bien montré ce qu’impliquent de telles décisions et comment les exigences qui leur sont liées peuvent être satisfaites. Il a avancé la notion de « contextes qui s’expliquent eux-mêmes » (self-explicating settings) pour caractériser certaines dimensions selon lesquelles une scène locale d’activité s’organise elle-même de façon à manifester l’allure familière du type d’activité routinisée auquel on a coutume d’assister en cet endroit. L’exemple sur lequel il a travaillé est celui d’un tribunal où sont jugées des infractions à la règlementation dans le domaine de la circulation routière. Il a montré comment ce tribunal s’organise lui-même en une succession d’audiences où sont examinées des accusations d’infraction. Bien qu’elles ne soient en aucune façon uniformes, les audiences des accusés successifs témoignent néanmoins d’une grande régularité au niveau de leur structure. Pollner a cherché à montrer comment les accusés peuvent découvrir, à l’intérieur même du tribunal, la façon dont ils vont assurer leur défense, bien qu’en arrivant ils ne sachent rien de la manière dont il faut s’y prendre. Dans la mesure où ils peuvent, en attendant leur tour, entendre ceux qui les précèdent, ils apprennent ce que peut être une forme légitime de défense et quelles réponses leurs actions ont toutes chances de susciter de la part du juge suprême. Les échanges entre le juge, les avocats et les autres accusés, auxquels assiste celui qui attend son tour, ne représentent pas pour lui une simple séquence de cas particuliers, mais une manifestation, se développant de façon cumulative, de l’organisation spécifique des audiences, une manifestation visible de la façon dont les choses s’y font, comme il faut, manifestation dont l’accusé spectateur peut apprendre comment organiser sa propre défense quand son tour arrivera. Les réponses du juge aux remarques des différents accusés constituent pour lui des instructions pour déterminer comment il faut s’exprimer de façon légitime au tribunal, ce qu’il peut dire au juge, comment il peut répondre à ses questions ; mais elles peuvent aussi servir aux spectateurs comme instructions sur la manière dont les accusés en général ont à se conduire. Ce qui peut considérablement les aider quand leur tour sera arrivé à se comporter eux-mêmes de façon standardisée, et à se défendre comme on le fait généralement. C’est ainsi qu’un accusé particulier peut incorporer dans sa propre conduite le « modèle standard » de la défense devant un tribunal.

24Cette analyse de la succession des audiences au tribunal fait ressortir un point d’ordre général au sujet de l’imbrication des façons de découvrir les régularités d’une activité et des manières d’organiser ces mêmes activités. L’expression « auto-expliquante » (self-explicating) indique la façon dont l’organisation propre du cadre d’un tribunal apprend à des participants non informés comment finalement « ce tribunal » se comporte. Compte tenu des arguments avancés dans les pages précédentes, l’idée que l’on peut faire une distinction entre les « accounts » d’un côté, et les phénomènes dont il est rendu compte de l’autre, est absurde, car ces phénomènes sont précisément cela même dont il faut rendre compte en ces termes. Les descriptions données sont celles qu’il faut donner dans ce contexte. Il n’y a donc aucunement lieu de vouloir dégager tout ce qui est de l’ordre du « dire » du cadre des activités organisées où il prend normalement place, comme si le discours ne concernait que le fait de rendre compte et les activités ce dont il est rendu compte. Si nous parlons, comme nous le faisons, du caractère observable et descriptible des contextes sociaux, c’est pour bien souligner que ce n’est qu’en traitant le discours comme partie intégrante de ces contextes et en l’analysant en tant qu’incorporé dans d’autres activités et organisé conjointement avec elles, que nous pouvons comprendre de façon précise comment une situation sociale s’organise de façon à pouvoir être expliquée précisément dans les termes où elle a à être expliquée (commentée, décrite, etc.).

La conversation comme activité qui se décrit elle-même

25Cette idée de traiter le discours comme partie intégrante de l’ordonnancement autodescriptif des scènes sociales a été appliquée aussi dans l’analyse de conversation. Les chercheurs qui travaillent dans ce domaine traitent l’organisation de l’échange de paroles comme auto-explicative ; ils étudient la façon dont l’organisation séquentielle des conversations ordinaires s’explique aussi elle-même, et cela selon de multiples façons qu’ils cherchent à identifier. Pour n’en donner qu’une illustration, nous pouvons évoquer l’exemple assez clair des « paires adjacentes », dans lesquelles des énoncés s’enchaînent en s’appariant, comme dans les séquences de question et de réponse, d’offre et d’acceptation ou de refus, d’invitation et d’acceptation ou de refus, etc. Schegloff et Sacks ont esquissé les principaux traits de cet appariement d’énoncés dans la conversation ordinaire. Ils ont mis en évidence la façon dont de telles paires adjacentes fournissent aux conversants des ressources pour parvenir à une compréhension mutuelle, pour manifester ou contrôler que des remarques dans la conversation ont été comprises de façon correcte. Bien qu’ils n’aient pas eux-mêmes conceptualisé leurs analyses en termes de « propriétés auto-expliquantes de la conversation », on peut facilement voir qu’ils prennent en considération, dans leurs propres termes, de telles propriétés. On peut même dire qu’une grande partie des recherches en analyse de conversation pourrait être comprise en ces termes.

26Quand ils caractérisent les « paires adjacentes », Schegloff et Sacks soulignent que la juxtaposition séquentielle d’énoncés relevant de paires-types permet au second locuteur de manifester au premier qu’il a compris son énoncé initial. Ainsi, si le second locuteur produit quelque chose qui manifestement est visé comme une réponse (attempted answer) à la question du premier, il peut lui faire entendre qu’il a correctement identifié son énoncé initial comme une question, plus précisément qu’il l’a correctement compris comme la question spécifique qu’il était. Le premier locuteur peut par conséquent utiliser l’énoncé du second pour s’assurer que son énoncé a été compris par son destinataire. En ce sens, une unité à deux énoncés contient un potentiel d’auto-explication qui n’existe pas pour un énoncé isolé. On peut caractériser ce potentiel dans les termes de Schütz, qui parle d’« émergence de pertinences » (emergence of relevances). L’expression d’un second énoncé manifeste le sens que le second locuteur donne aux énoncés du premier, et celui-ci peut utiliser les exigences normatives projetées sur le second par sa propre expression pour comprendre et évaluer celle de son destinataire. Caractériser comme « question » un segment d’une telle paire adjacente veut dire que si une question est posée, alors le demandeur attend de son destinataire qu’il y réplique par un énoncé qui soit un candidat possible au statut de réponse. Ainsi le premier locuteur peut-il déterminer, à partir de la réplique du second, si elle est en rapport avec ce que celui-ci devait faire. Si elle l’est, alors il peut conclure que le second a correctement identifié le type de réplique qu’il attendait. La paire adjacente est ainsi auto-explicative en ce sens que le second énoncé rend compte de son prédécesseur immédiat Ceci ne veut pas dire, bien évidemment, que les questions ne peuvent être identifiées qu’au moyen de leurs réponses, car une telle idée serait absurde. Ce que cela veut dire c’est que le sens que les gens donnent à leurs énoncés réciproques est, entre autres, rendu manifeste dans l’ordonnancement sériel des énoncés, géré et contrôlé par lui. Une analyse du processus systématique d’appariement d’énoncés adjacents permet de montrer comment l’auto-explication de la conversation est partie intégrante de l’activité qui sous-tend l’initiation et le développement d’un cours organisé de conversation continue.

Les propriétés auto-explicatives des interrogatoires de police

27Tout ceci s’applique aux conversations naturelles dans n’importe quelle situation. Nous voudrions examiner maintenant un système d’échange de paroles différent, celui des interrogatoires réalisés par la police pour instruire des cas d’homicide. Articulant quelques-uns des arguments avancés plus haut sur le tribunal et la conversation, nous voudrions illustrer de façon plus approfondie la façon dont les propriétés auto-explicatives de ces interrogatoires se manifestent Nous voulons surtout attirer l’attention sur la façon dont les participants rendent leurs activités observables et descriptibles, sur la façon dont ils organisent la conduite de l’interrogatoire de manière à s’adapter au fait qu’il est enregistré, et sur la façon dont ils prêtent attention à l’ensemble des préoccupations que leur impose cet enregistrement, étant entendu que l’interrogatoire doit pouvoir résister à tout examen ultérieur visant à vérifier son caractère correct sur le plan de la procédure et de l’admissibilité légale.

28Considérons, pour commencer, quelques-unes des façons dont les participants à l’interrogatoire constituent celui-ci comme un épisode autodescriptif, s’authentifiant lui-même et assurant sa préservation, et cela de l’intérieur même de la situation, i.e. en tant qu’ils participent à l’interrogatoire lui-même. En d’autres termes, nous cherchons à montrer le « dispositif de mise en visibilité » (Pollner, 1979, p. 231) des interrogatoires (the « visibility arrangements » of the interrogations).

29Dans l’extrait suivant on peut voir comment ce qui se passe est identifié « pour ce qu’il est ». En effet, il y est précisé qu’on va procéder à un interrogatoire, et la position du suspect y est formulée, avec les options dont il dispose. Cela est effectué comme faisant partie de l’interrogatoire lui-même, et le lecteur de la transcription ne devrait pas éprouver de vertige à être confronté à des « textes qui parlent sur eux-mêmes » (quand nous parlons de « textes », nous entendons une catégorie très englobante, incluant des choses que conventionnellement on ne considère pas comme textes).

Interrogatoire B

44

Officier 1 :

Bien, avant de vous poser d’autres questions,

45

je vous rappelle vos droits constitutionnels :

46

devant… en présence de la caméra, je vais vous

47

faire part de vos droits de nouveau

48

(.5)

49

Officier 1 :

Vous devez vous taire, comprenez-vous ?

50

Suspect :

Oui

51

(.3)

52

Officier 1 :

Tout ce que vous pourrez dire sera utilisé

53

contre vous devant un tribunal. Comprenez-vous ?

54

Suspect :

oui

55

Officier 1 :

Vous avez le droit de parler à un avocat et de

56

bénéficier de sa présence quand on vous interroge

57

Comprenez-vous ?

58

Suspect :

oui

59

(.3)

60

Officier 1 :

si vous n’êtes pas à même d’engager un avocat

61

si vous le souhaitez on en désignera un avant

62

l’interrogatoire. Comprenez-vous ?

63

Suspect :

oui

64

:

(.3)

65

Officier 1 :

Ayant ces droits à l’esprit, souhaitez-vous nous

66

parler maintenant ?

30D’un point de vue de membre de la société, parler de l’activité qui est en cours d’accomplissement, et même parler de cette activité en tant que composante de son effectuation, constitue tout ce qu’il y a de plus routinier et de moins digne d’attention. Rendre manifeste que l’interrogatoire est formellement en train de commencer, orienter le suspect vers les activités à venir, installer en arrière-plan une scène qui peut informer de façon pertinente les faits et gestes à venir, mettre à la disposition des deux parties – le suspect et le policier qui l’interroge – quelque chose qu’ils peuvent invoquer pour conférer un sens spécifique à leurs faits et gestes réciproques, et qu’ils peuvent mobiliser en tant qu’environnement normatif contraignant leurs actions et leurs inférences : tout cela fait partie, de façon essentielle, de l’interrogatoire en cours. On peut trouver des énoncés similaires dans l’extrait suivant :

Interrogatoire A, extrait 1

11

Officier 1 :

il dit… vous avez le droit de ne pas parler.

12

Comprenez-vous ce que cela veut dire ?

13

(1.4)

14

Officier 1 :

Hm ?

15

(2.0)

16

Suspect :

Ah ce que je dirai (pas d’avocat)

17

(.)

18

Officier 1 :

Pardon ?

19

Suspect :

(du tout)

20

(0.6)

21

(Suspect) :

° (En ce cas) °

22

Officier 1 :

Et en second lieu tout ce que vous direz pourra

23

être et sera utilisé contre vous devant un tribunal

24

Comprenez-vous ?

31Il en va de même dans l’interrogatoire suivant où la position du suspect est aussi explicitement formulée par l’officier :

Interrogatoire A, extrait 2

16

Suspect :

seul ou quoi

17

(0.3)

18

Officier 1 :

seul

19

Suspect :

oh

20

(0.3)

21

Officier 1 :

seul

22

(2.2)

23

Officier 1 :

et uh

24

(0.2)

25

Suspect :

est-ce ce soir ou quoi

26

Officier 1 :

oui ce soir

32Ce que nous voyons ici c’est la façon dont le caractère de procédure formelle de l’interrogatoire est accompli et rendu manifeste par les membres eux-mêmes, et cela de l’intérieur : ce caractère est un trait auto-organisé de l’interrogatoire même qui le manifeste. En effet un certain nombre de remarques sont faites qui en appellent à la reconnaissance par le suspect, et par tout auditeur ou spectateur qui visionnerait la bande vidéo, que l’interrogatoire est mené avec tout le respect requis pour les droits légaux du suspect. Les moyens – oraux et autres – utilisés par les interlocuteurs pour rendre visibles ces traits de procédure formelle incluent une partie de l’ensemble des « opérations explicatives » (explicative transactions) (Pollner, 1979) propres à l’interrogatoire. Ils fournissent des façons de retourner la séquence d’activité sur elle-même, pour emprunter une expression d’Aaron Cicourel.

33L’incorporation de cette autodescription dans l’interrogatoire a des conséquences sur au moins deux plans. D’abord, elle constitue une ressource très répandue, qui permet aux participants d’organiser un interrogatoire particulier et d’en agencer le cours, comme dans l’échange suivant :

Interrogatoire A

48

Officier 1 :

bon, ayant ces droits à l’esprit, souhaitez-vous

49

nous parler maintenant ?

50

Suspect :

non

51

(5.1)

52

Suspect :

sauf à monsieur Frederiks

53

(2.2)

54

Officier 1 :

Vous souhaiteriez parler à Mr Frederiks ?

55

Suspect :

oui

34En second lieu, l’absence d’un détail particulier de procédure peut empêcher que l’information tirée de l’interrogatoire puisse être acceptable légalement dans des audiences ultérieures. Les participants en sont conscients, et il y a des échanges entre policiers et suspects qui sont focalisés sur la question de savoir si ce qui se dit peut être placé sous les auspices d’un interrogatoire formel, ce qui aura été dit sous de tels auspices étant évidemment présumé authentique et supposé être répétable au tribunal comme aveu de culpabilité. On peut le voir dans les échanges suivants :

Interrogatoire C, extrait 1

76

Officier 1 :

La dernière fois que je vous ai parlé, mardi der

77

nier vous ne m’avez pas laissé vous lire vos

78

droits. J’ai accepté et ne l’ai pas fait

79

Suspect :

parce que je ne vous aurais pas parlé

80

Officier 1 :

bon

Interrogatoire C, extrait 2

134

Officier 2 :

Bien faites une faveur à Dave et laissez-le

135

vous lire vos droits

136

Suspect :

Si vous me lisez mes droits, je me tairai

35Le fait que les policiers démontrent que l’interrogatoire est correct du point de vue procédural n’est pas seulement un trait nécessaire d’un interrogatoire légalement valide. C’en est un trait constitutif. Si l’interrogatoire ne manifeste pas sa conformité avec la procédure correcte, il cesse d’être acceptable en tant qu’occurrence légalement sérieuse. En considérant la façon dont les interlocuteurs accomplissent un interrogatoire manifestement conforme sur le plan formel aux règles de procédure, nous sommes en mesure de préciser ce qu’implique le fait de « rendre compte », en son sens le plus profond possible, à savoir : qu’est-ce qui rend une série de questions identifiable, en premier lieu, comme un « interrogatoire légal » ? D’une certaine façon, le souci manifesté par les acteurs pour la procédure correcte fournit les conditions de félicité pour que l’interrogatoire constitue un support valide pour un aveu possible.

36Le problème qui consiste à agencer l’interrogatoire de sorte qu’il soit manifestement ou auto-descriptivement en accord avec la procédure s’entrecroise avec un autre, qui concerne la façon dont l’interrogatoire s’organise de façon à s’auto-authentifier. Ainsi procéder à un enregistrement de l’interrogatoire représente-t-il un problème central de la procédure. En effet, les interlocuteurs manifestent l’attention qu’ils accordent à la façon spécifique dont l’interrogatoire est enregistré, par exemple au fait qu’il soit enregistré au magnétophone ou en vidéo, plutôt que simplement noté par écrit, ainsi qu’au fait que ce soit la police qui fasse l’enregistrement.

37Ce type de problème apparait on ne peut plus clairement dans l’extrait suivant où, par exemple, sont écartées un certain nombre d’implications concevables de la présence d’une « caméra de télévision » et de microphones. Le statut précis du récit (en tant que version nouvelle pour l’enregistrement) est aussi spécifié, en relation avec l’enregistrement vidéo.

Interrogatoire B

1

Officier 1 :

uh Je voudrais que vous me racontiez de nouveau

2

cette histoire pour l’enregistrer. Voici la caméra

3

de télévision et les micros

4

Suspect :

oui

5

(.2)

6

Officier 1 :

parlez dans le micro. C’est un circuit fermé de

7

télévision. Comprenez-vous ? C’est juste entre

8

nous ici

9

(.7)

10

ça n’est pas diffusé à l’extérieur au public

38Tout ceci fait partie du travail d’agencement de cet interrogatoire spécifique. Bien sûr, le fait de tenir compte, de façon immanente, du statut enregistré de l’interrogatoire n’est nulle part plus transparent que quand il inclut un élément dans l’énoncé qui clôt l’interrogatoire, comme dans :

Interrogatoire B

39L’officier : Cette conversation avec Michael Stephens enregistrée en vidéo se termine à 14h30, le 21 avril 1968

40(L’officier se lève et s’en va).

41L’attention accordée à la façon dont l’interrogatoire est soumis à la procédure est visible dans les extraits suivants :

(1) Interrogatoire C

42(L’interrogatoire était enregistré au magnétophone)

345

Le suspect : pour commencer vous pouvez prendre votre magné

346

to et faire ce que vous voulez… mais vous ne

347

pouvez pas vous en servir au tribunal »

(2) Interrogatoire A, extrait 3

43Quand son contrôleur judiciaire, Mr. Frederiks, arrive, le suspect insiste finalement pour que l’appareil d’enregistrement soit arrêté, et l’officier se préoccupe de montrer qu’il l’est effectivement.

17

le suspect : qu’est-ce que c’est ce micro ?

18

(0,7)

19

l’officier 1 : Je l’ai arrêté. Mr Frederiks, si vous voulez

20

bien vérifier

21

(0,3)

22

l’officier 2 : Pardon ?

23

(.)

24

l’officier 2 : il n’est pas en marche

25

(1.0)

26

le suspect : Ah quand même j’aime pas ça

44(par la suite le contrôleur judiciaire accompagnateur met sa main sur l’objectif de la caméra).

45Ainsi, non seulement les interlocuteurs manifestent-ils qu’ils se préoccupent du fait que l’interrogatoire est enregistré, mais aussi tiennent-ils compte visiblement de la façon dont c’est enregistré. La participation à l’interrogatoire comporte ainsi, comme élément à part entière, la réalisation d’une « analyse d’éligibilité » (Schegloff, 1972, p. 88-96) sur les activités d’enregistrement, par exemple sur le fait que ce soit la police qui fasse l’enregistrement. C’est évidemment une occasion de formulation et de réception de plaintes parmi les interlocuteurs (Interrogatoire A, ligne 26 ci-dessus), et de résistances (Interrogatoire C, lignes 345-7 cité ci-dessus). Tout ce qui a trait à l’enregistrement dans l’interrogatoire devient, pour les participants, une affaire « localisable » à l’intérieur même de cet interrogatoire (ainsi d’ailleurs que pour les spectateurs ultérieurs) et peut servir, à travers une analyse d’éligibilité, comme un lieu pour imputer des intérêts. C’est pourquoi les interlocuteurs (en particulier peut-être les suspects) peuvent chercher à exercer un contrôle dans l’interrogatoire sur la façon dont les moyens d’enregistrement sont utilisés, et sur ce à quoi ils servent, ainsi que sur l’usage ou non d’un moyen d’enregistrement.

46De nouveau, ces questions nous montrent la façon dont l’enregistrement de l’interrogatoire est, pour les membres, une composante intégrale de l’interrogatoire lui-même et de son organisation en conformité avec des règles de procédure. C’est en référence à ce qui se passe dans l’interrogatoire que la pertinence et les implications de l’usage d’un appareil d’enregistrement sont déterminées.

47On peut aussi souligner que ces caractéristiques de l’interrogatoire, relatives à son enregistrement sur le vif, valent tout autant quand il est noté par écrit. Ces différents modes d’enregistrement sont disponibles pour des contrôles croisés ultérieurs. Par exemple, la bande-vidéo pourra être consultée par les parties intéressées pour vérifier si un enregistrement écrit de l’aveu ou des circonstances de l’interrogatoire restitue bien la séance telle qu’elle apparaît sur la bande-vidéo, ou si, quelque chose qui a été enregistré du suspect ou signé par lui l’a été dans le cadre de la procédure appropriée.

48En outre, les données montrent avec quel soin et quelle précision les participants à l’interrogatoire spécifient le statut et les implications d’un enregistrement donné. En l’occurrence, que l’enregistrement n’est pas un aveu de culpabilité mais seulement la reconnaissance que le suspect a complètement lu le document sur lequel sont définis les avertissements et les droits, comme dans l’extrait suivant :

Interrogatoire A, extrait 1

58

Officier 2 :

Pouvez-vous signer cette fiche

59
60

Suspect :

(0.6)
Qu’est-ce que j’ai à signer ?

61

Officier 2 :

Ceci

62

Suspect :

Seulement si vous la lisez

63

Officier 2 :

Seulement si vous la lisez

64

(.)

65

Officier 2 :

Elle… elle n’a rien

66

Suspect :

oh

67

Officier 1 :

Il n’y a rien là-dedans qui

68

Officier 2 :

relatif à la culpabilité

69

Officier 1 :

cela ne peut pas vous faire du tort

70

Officier 2 :

ce n’est pas un aveu de

71

Suspect :

je signe n’importe où ?

72

Officier 1 :

oui

73

Suspect :

est-ce que ?

74

Officier 1 :

votre nom en entier, et la date qui est

75

le 16 juillet

76

((grincement de chaises))

77

(0.7)

78

Suspect :

(Ici ?)

79

(0.2)

80

Officier 1 :

Oui signez juste ici

81

Suspect :

Oui

82

Officier 2 :

Oui

49L’attention portée au détail et à la précision inclut la prise en considération de la date précise et du moment où cet item est signé. De nouveau, nous voyons que le « placement » particulier de l’enregistrement à l’intérieur de l’interrogatoire est crucial : les avertissements et droits ont élé lus avant que ne commence l’interrogation du suspect ; cette lecture ne peut pas intervenir à n’importe quel endroit La question du choix du moment est cruciale pour l’articulation de l’enregistrement à l’interrogatoire. Ainsi, tout ce qui touche à la place, au statut, au mode et aux implications de l’enregistrement constitue, pour les membres, des éléments à part entière de l’interrogatoire.

50Cependant ces préoccupations n’épuisent pas l’attention manifestement portée au mode d’enregistrement. Par exemple, dans l’un des interrogatoires, la caméra est positionnée de façon telle qu’une horloge murale est filmée tandis que se déroule l’interrogatoire. Ceci manifeste une prise en considération d’un usage ultérieur possible de l’enregistrement au tribunal ; dans la mesure où son admissibilité comme preuve peut dépendre du fait qu’il a été coupé ou pas, monté ou permuté d’une façon ou d’une autre ; en montrant l’horloge, on assure que la continuité est sans faille. Nous avons ici un exemple de la façon dont l’organisation de l’interrogatoire en fonction de procédures formelles – sa « procéduralisation » – s’adapte à la façon dont il est enregistré, et cette adaptation est rendue manifeste comme telle par les interlocuteurs.

51Le soin que mettent les participants à faire apparaître l’interrogatoire comme étant cet interrogatoire particulier-ci montre aussi qu’ils tiennent compte de sa réception future possible par des usagers spécifiques de l’enregistrement, usagers qui peuvent comporter des « parties intéressées connues » ou des choses similaires. Ce qui se passe dans l’interrogatoire doit par conséquent être rendu transparent pour tous ceux qui, en dehors de celui-ci, peuvent être impliqués. Par exemple, la localisation spatiale et temporelle de l’interrogatoire est méticuleusement spécifiée, à la fois au début et à la fin, comme dans cet interrogatoire :

Interrogatoire B

15

Officier 1 :

aujourd’hui on est le 21 avril 1968, c’est mardi

16

à deux heures et dix minutes de l’après-midi.

52Les références au temps garantissent aussi que la continuité n’a pas été interrompue. Des indications spécifiques sur l’identité sont données – pas seulement le nom, mais aussi l’âge, l’adresse, la situation de famille, etc. :

Interrogatoire B

85

Suspect :

j’ai quitté mon amie et me suis mis à descendre

86

Hill Street vers Peebles,

87

(.6)

88

Officier 1 :

quel est le nom de votre amie ?

89

Suspect :

Lucy Bleasdale

90

(.7)

91

Officier 1 :

Et où habite Lucy ?

92

Suspect :

19 Route de Larue

93

(.7)

94

Officier 1 :

Bon continuez

53Il s’agit là de traits de description en ce sens qu’ils manifestent, pour les participants eux-mêmes comme pour « l’enregistrement », ou pour de futurs spectateurs et des parties intéressées, la fixation des échanges comme étant cet interrogatoire-là traitant de ces détails-là. Le fait qu’en changeant les détails, les auteurs du présent papier aient été en mesure de « déguiser » l’interrogatoire, pour garantir son caractère confidentiel, témoigne de la capacité des techniques de particularisation de fixer l’interrogatoire comme un événement dont la spécificité est identifiable.

54Nous avons beaucoup insisté sur la façon dont chaque interrogatoire est rendu visible et descriptible en tant que « cet interrogatoire particulier-là ». Cependant, nous avons vu aussi que les interlocuteurs prennent en considération une autre dimension de la descriptibilité, à savoir la présentation de l’interrogatoire comme étant (par bien des aspects) un « interrogatoire typique de police », un interrogatoire qui est, de façon décisive, interchangeable avec d’autres. C’est principalement par sa « procéduralisation » qu’un interrogatoire spécifique est rendu descriptible en tant qu’exemplaire typique des interrogatoires de police en général.

55On peut observer ici que les dimensions de « particularisation » et de « typicalisation » de l’observabilité et de la descriptibilité des interrogatoires ne sont en aucune façon nécessairement ou invariablement incompatibles l’une avec l’autre. Ce problème de la compatibilité et de l’incompatibilité est, évidemment, essentiellement une affaire locale, liée à des occasions ; mais dans nos données, nous avons plusieurs exemples de la façon dont des considérations générales de procédure sont mobilisées pour particulariser des aspects différents de l’interrogatoire. Un autre type de relation entre ces deux dimensions réside dans la façon dont des particularisations ultérieures confèrent aux avertissements et garanties formels initiaux le sens situé qu’ils ont pour tel interrogatoire et à tel moment critique particulier dans l’interrogatoire (voir Pollner, 1979, p. 251, note 5). Cela ne revient pas à dire, cependant, que les précautions formelles seraient en quelque sorte des traits « inertes » de l’interrogatoire, qu’elles ne conféreraient donc pas de sens à ce qui se passe ; de ce point de vue, notre analyse diffère de celle de Pollner. Même si « rien ne se produit » à la suite de la formulation de ces avertissements et garanties dans un format-standard, ce n’est là, comme Pollner lui-même le note dans une autre perspective, qu’une conséquence du point de vue analytique. Pour emprunter à la description du turn-taking dans la conversation, proposée par Sacks, Schegloff et Jefferson, disons que les interrogatoires montrent (aux participants comme aux analystes) des propriétés étendues et variées d’« abstraction générale » et de « potentiel local de particularisation ».

Conclusion

56Il faut bien comprendre que nous n’avons utilisé des transcriptions que pour servir d’illustration et que les quelques observations que nous avons faites à leur sujet ne constituent pas une analyse systématique ni exhaustive. Mais si l’on analysait de plus près ces fragments d’activité, en s’intéressant à leur caractère observable et descriptible, on pourrait multiplier les observations sur la façon dont ces activités sont organisées de façon à être observables et descriptibles pour les autres, qu’ils soient présents ou non, qu’il s’agisse de personnes réelles, identifiables, ou de personnes inconnues mais imaginables, qui pourraient éventuellement dans le futur passer en revue ces activités – dans le cas des interrogatoires, des avocats ou des jurés par exemple. Nous ne visions pas à présenter une analyse extensive des exemples et des transcriptions présentées, mais surtout à faire ressortir les deux arguments suivants :

  • quand l’attention est attirée sur le caractère observable et descriptible de l’action et de l’organisation sociales il ne s’agit pas de confondre cette recommandation avec celle qui préconiserait de focaliser exclusivement la recherche sociologique sur l’étude des « accounts » ;

  • on réduit considérablement la portée de la perspective si on en fait une affaire compliquée d’épistémologie ou de métaphysique, car elle ne vise qu’à élucider les traits les plus communs et les moins remarquables des activités sociales, qui correspondent à des choses qui sont faites massivement, sauf dans le cadre de la théorisation sociologique, sur le mode non réflexif de ce qui va de soi.

Bibliographie

Bruce Steve & Roy Wallis (1983), « Rescuing Motives », British Journal of Sociology, 34/1, p. 61-71.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, NJ, Prentice Hall Inc.

Garfinkel Harold & Harvey Sacks (1970), « On Formal Structures of Practical Actions », in E. A. Tiryakian & J. C. McKinney (eds), Theoretical Sociology : Perspectives and Developments, New York, Appleton-Century-Crofts, p. 337-366.

Hepworth Mike & Bryan S. Turner (1982), Confession : Studies in Deviance and Religion, Londres, Routledge and Kegan Paul

Pollner Melvin (1979), « Explicative Transactions : Making and Managing Meaning in a Traffic Court », in G. Psathas (ed.), Everyday Language : Studies in Ethnomethodology, New York, Irvington Publishing Associates, p. 227-255.

Sacks Harvey (1963), « Sociological Description », Berkeley Journal of Sociology, 8, p. 1-11.

Sacks Harvey, Schegloff Emanuel A. & Gail Jefferson (1978), « A Simplest Systematics for the Organization of Turn-Taking for Conversation », in J. Schenkein (ed.), Studies in the Organization of Conversational Interaction, New York, Academic Press, p. 7-55.

Schegloff Emanuel A. (1972), « Notes on a Conversational Practice : Formulating Place », in D. Sudnow (ed.), Studies in Social Interaction, New York, The Free Press, p. 75-119.

Scott Marvin B. & Stanford M. Lyman (1970), « Accounts, Deviance and Social Order », in J. D. Douglas (ed.), Deviance and Respectability : The Social Construction of Moral Meanings, New York, Basic Books, pp. 89-119

Scott Marvin B. & Stanford M. Lyman (1986), « Accounts », American Sociological Review, 33 (1), p. 46-62.

Sharrock Wes W. & D. Rod Watson (1984), « What’s the Point of Rescuing Motives ? », British Journal of Sociology, 35 (3), p. 435-451

Wallis Roy & Steve Bruce (1983), « Accounting for Action : Defending the Common-Sense Heresy », Sociology, 17/1, p. 97-111.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search