Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action

 | 
Patrick Pharo
, 
Louis Quéré

Recherches

Voir et dire l’action

La normalisation des comportements des jeunes autistes

Die Visualisierung und sprachliche Beschreibung der Handlung

To see and to tell the action

Michel Barthélémy

Résumé

La compréhension de l’action d’autrui semble reposer essentiellement sur le caractère public de l’intentionalité de l’acte, d’où résulte la possibilité de voir et de décrire le comportement comme orienté par des exigences morales et normatives. Cet article vise à montrer combien la description de la conduite d’un autiste sous l’angle d’un cours d’action familier requiert de faire apparaître son action comme étant celle d’un agent moral, qui manifeste dans sa conduite qu’il agit en accord avec les formes instituées des activités de la vie de tous les jours propres à une communauté humaine.

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier tout particulièrement Werner Ackermann (CNRS-CSO) pour la lecture minutieuse q (...)

1Sans doute l’une des caractéristiques distinctives majeures de la pensée courante est-elle son « empirisme spontané ». Le sujet de la connaissance non scientifique appréhende la connaissance qu’il a d’un objet comme étant essentiellement déterminée par l’identité même de l’objet (Prieto, 1975, p. 79), sans égard pour la spécificité des pratiques sociales qui le constituent en tant qu’objet de la connaissance ordinaire1.

2Une manière de rompre avec l’évidence de la connaissance de sens commun est de décrire les détails identifiants des pratiques discursives et non discursives par lesquelles les membres de la société s’accordent sur la réalité et l’identité d’un objet du monde social.

3Un tel intérêt scientifique pour les détails des pratiques d’interaction et d’interlocution est motivé par l’idée suivante : c’est la manière dont les membres se rapportent intersubjectivement à l’objet de connaissance qui rend ce même objet visible, descriptible et analysable, sous un certain point de vue, en tant qu’entité définie du monde réel. En d’autres termes, la factualité des objets de la connaissance ordinaire est intrinsèquement liée à une pratique commune.

4Ce point de vue, en tant qu’il est disponible pour tout un chacun dans une relation dialogale avec un autre membre de la communauté de langage, omet son caractère procédural au profit de la disponibilité des traits génériques de l’objet sur lequel il fait fond. Ceci s’explique par le fait que la connaissance de l’objet, en tant que tel, requiert de se situer à l’intérieur du schème conceptuel à partir duquel il est saisissable d’une manière similaire par tout un chacun, sans pouvoir jamais appréhender le schème comme un tout.

5Il ne s’agit là en rien de l’affirmation d’une perspective relativiste en sociologie. Mais il ne s’agit pas non plus d’épouser l’empirisme spontané de la pensée courante pour qui l’identité des objets détermine la connaissance que l’on peut en avoir. Il s’agit plutôt de mettre l’accent sur le fondement expérientiel de la connaissance ordinaire. Le caractère de disponibilité pour tout interlocuteur du point de vue adéquat pour connaître l’objet est une exigence mutuelle des personnes en situation de relation en face-à-face. Dans la situation communicationnelle, elles transcendent leur subjectivité propre pour atteindre au point de vue intersubjectivement pertinent à partir duquel l’objet peut être identifié et reconnu pour ce qu’il est, relativement à une communauté de pratiques et de significations, quels que soient les points de vues et opinions personnels de chacun des interlocuteurs. Ce point de vue intersubjectivement validé ne désigne donc pas l’accord final qui se dégagerait de la confrontation par des individus déterminés de leurs opinions personnelles préalables sur le sujet en débat. Il définit plus exactement le procès de la compréhension mutuelle d’où émerge l’identité de l’objet dans les situations d’interlocution. Cette identité se confond avec le point de vue anonyme et impersonnel sous lequel l’objet est appréhendé.

6L’idée avancée par Luis J. Prieto selon laquelle la réalité de l’objet peut être distincte de la connaissance que l’on en a est une perspective précieuse pour la compréhension du problème qui nous occupe dans ce texte. À condition, naturellement, de ne pas faire de cette différence une réalité substantielle (il y a, d’un côté, une réalité définie et, de l’autre, des interprétations qui sont plus ou moins vraies) mais de considérer que le caractère déterminé de la réalité ressortit à une communauté de pratiques.

7À cet égard, le présent texte traite essentiellement des conditions de possibilité et de validité d’une identification des faits et gestes de jeunes autistes et psychotiques mutiques sous le jour d’actions sensées. Ce thème sera plus précisément abordé à partir du problème suivant : comment des personnes qui partagent leur existence quotidienne avec de jeunes autistes identifient-elles spontanément les comportements de ces derniers ? Comment les saisissent-elles comme des conduites ordinaires de personnes engagées dans la réalisation de leurs activités familières de la vie de tous les jours ?

8Cette reconnaissance de la conduite des autistes en tant qu’actions raisonnablement ordonnées relève de deux niveaux de thématisation différents.

9Le premier est constitué par les descriptions occasionnées que les personnes vivant en présence immédiate des autistes livrent à propos de l’acte accompli par un autiste. Ces descriptions sont réalisées par un familier des lieux, que j’appellerai désormais « permanent », généralement à la demande d’un observateur de passage, moi-même en l’occurrence. Le fait que ces descriptions soient « occasionnées » signifie deux choses. Elles sont occasionnées dans un premier sens, en ce qu’elles décrivent une action qui s’est réalisée dans le contexte du milieu où vivent les autistes et les personnes qui les accueillent. Elles sont occasionnées dans un second sens, qui a trait cette fois à l’intérêt que suscite une action spécifique et qui motive sa description, dans la mesure où celle-ci éclaire une scène problématique. Le premier niveau de thématisation se caractérise par sa forme, qui est celle du récit d’une action particulière. Il intègre un aspect observable du comportement d’un autiste dans un cours d’action familier qui en est le contexte global pertinent. Le caractère d’évidence de la scène décrite est rapporté strictement aux usages et manières de faire partagés par les occupants habituels de ce milieu.

10Le second niveau de thématisation de la conduite des autistes sous l’angle de l’action humaine ordinaire se distingue du premier par sa visée généralisante. Autant le premier niveau impute l’ordre intelligible des actes des autistes à la connaissance de la structure sociale, entendue comme l’ensemble des règles d’usages ayant cours dans le milieu partagé par les permanents et les autistes, autant le second registre vise à substituer à ces énoncés indexicaux – dont le sens est dépendant du contexte, de la relation d’interaction en face à face – une connaissance objective des déterminants du mode d’agir et de penser autiste.

11Le second niveau de thématisation peut être formulé en une proposition majeure : le comportement des autistes présente des propriétés d’ordre attestables dans leurs actes. Ce sont ces propriétés naturelles possédées par les autistes qui rendent leurs actes descriptibles. S’agissant de propriétés génériques présentées par l’ensemble des membres d’une classe, cette proposition est un construit théorique.

12Dans mon analyse, je m’attacherai à montrer en quoi l’existence de ces deux niveaux de thématisation, de même que leur relation d’interdépendance, sont les moyens par lesquels le phénomène est constitué dans sa factualité d’objet de discours et d’objet du monde réel doté de caractères stables reconnaissables par tous. Je souligne que cette double thématisation est une réalisation concertée des participants non autistes de ce milieu et non pas une construction arbitraire de l’analyste.

  • 2 Se reporter à la bibliographie en fin d’article.

13Cette question de l’interdépendance des deux registres discursifs sera traitée dans le cadre d’une étude empirique. Celle-ci porte sur un groupe de personnes qui accueillent de jeunes autistes en milieu rural, en-dehors de toute démarche thérapeutique. Ces personnes ont développé une aptitude particulière à voir et à décrire d’une façon convaincante la conduite des autistes sous l’angle de la normalité – dans le sens de la typicalité, de l’intelligibilité commune de l’action (Schütz, 1962a). Par ailleurs, l’initiateur de cette démarche originale, Fernand Deligny, a consacré plusieurs ouvrages2 à tenter de formuler une approche de l’agir autiste. Outre qu’elle exclut toute référence à la pathologie mentale, cette approche se veut conforme à l’expérience quotidienne des personnes qui partagent leur existence avec de jeunes autistes.

14La thèse que je souhaite développer à travers cette étude est que les objets de connaissance de la thématisation seconde demeurent intégralement dépendants, quant à leur détermination de faits objectifs du monde réel, des pratiques irrémédiablement situées de leur production et de leur reconnaissance sociale.

15Or, en pratique, cette dépendance de la connaissance par rapport à une communauté d’interprétation et à un procès social est occultée. En effet, la mise en évidence des propriétés constitutives d’une structure cognitive propre à une classe d’individus implique que ces propriétés soient attestables chez les personnes définies par ces caractères stables qu’elles possèdent en commun. Ces traits pertinents sont ceux qui déterminent leur comportement, en tant que membres de la classe, indépendamment de leurs idiosyncrasies individuelles et des circonstances singulières où elles se trouvent agir. La procédure d’étiquetage (Becker, 1963 ; Pollner, 1974a), qui conditionne la subsomption d’actes et de personnes sous une même catégorie reconnue pour sa pertinence à l’égard du fait réel, implique de suspendre tout intérêt envers les pratiques interprétatives dont résulte la catégorisation.

16Cette invisibilisation se réalise à travers la formulation de propositions objectives prétendant atteindre directement les propriétés intrinsèques qui déterminent la relation de l’objet avec son environnement, indépendamment des pratiques d’observation et de description mises en œuvre pour le connaître. Si bien que, envisagé du point de vue de l’analyste, le problème ne tient pas au fait que des personnes ordinaires puissent voir et décrire spontanément la conduite d’un autiste comme une action normale. Il est plutôt celui des modalités de l’occultation socialement organisée des pratiques interprétatives, qui sont constitutives à la fois des descriptions occasionnées et des descriptions théoriques énoncées sous la forme de propositions objectives. L’occultation de ces pratiques s’opère au profit exclusif de l’assomption du caractère naturellement organisé de l’action.

L’observabilité naturelle de l’ordre dans la conduite des autistes

  • 3 Concernant les études sociologiques sur le rôle des « dispositifs de représentation » dans la const (...)

17En préalable à l’examen de la manière dont deux interlocuteurs (un membre de ce milieu et un observateur extérieur) s’accordent sur la réalité de ce qu’ils ont vu, je me propose de décrire les dispositifs d’organisation de la perception3 grâce auxquels la conduite des autistes fait sens pour le permanent Et ce, conformément aux fins pratiques qui sont celles de la réalisation des tâches collectives et celles de la transcription des trajets des autistes.

  • 4 Tous ces termes entre guillemets sont ceux appartenant au vocabulaire autochtone.

18Pour réaliser ce travail, j’ai partagé la vie quotidienne d’un couple de « permanents », membres du « réseau Deligny » et responsables de l’une des « unités »4 qui accueillent plusieurs jeunes autistes (enfants et adultes) tout au long de l’année. Cette unité a la forme d’un campement situé dans une clairière à flanc de colline, sur une surface d’un hectare. La plupart des activités journalières se déroulent en plein air, dans les limites du lieu d’implantation.

L’observabilité des conduites dans l’espace d’activités

19La vie quotidienne qui se déroule dans ce milieu est organisée autour de la réalisation des tâches ordinaires d’une communauté humaine : entretien des lieux, repas, lessive, vaisselle, etc. La singularité de ce mode de vie n’est pas liée à la nature des tâches qui y sont accomplies. Elle réside dans la manière de les accomplir selon une procédure standardisée, ainsi que dans la participation quasi-systématique des jeunes autistes aux plus courantes d’entre elles.

20Ces activités se caractérisent par une division des tâches entre au moins un permanent et un ou plusieurs autistes. La procédure suivie par les habitués du lieu sous la coordination d’un permanent est apparemment complexe. Sa forme d’organisation est, de prime abord, relativement obscure pour quiconque n’en est pas familier. En particulier, un aspect insolite de cette organisation des activités conjointes est lié au grand étalement dans l’espace des ustensiles qui concourent à la réalisation de ces tâches. Ceux-ci sont rangés par catégorie à des places bien précises du campement, quasiment invariables et relativement éloignées les unes des autres. Ainsi, les verres et les assiettes sont rangés dans le même meuble, près d’un bâtiment. Les couverts se trouvent dans un autre meuble situé à l’intérieur d’un second bâtiment. En outre, on ne réalise qu’une activité à la fois. Le lieu et le moment où l’on fait la vaisselle ne sont pas ceux où ni durant lesquels on prépare le repas.

  • 5 Ce qu’il est convenu d’appeler le « réseau Deligny », composé de plusieurs unités indépendantes exi (...)

21Un point mérite ici d’être souligné. Ni les « protocoles » d’accomplissement des tâches coutumières, ni l’organisation de l’espace d’activités ne répondent à un plan d’ensemble qui aurait été élaboré au préalable en fonction d’une fin précise. Bien au contraire, tout ceci, de l’avis même des intéressés, a une « histoire » – si l’on entend par là qu’il s’agit d’une somme d’arrangements contingents et de trouvailles fortuites réalisés sur plus de vingt années d’existence5. Néanmoins, l’homogénéité de la population accueillie tout au long de l’existence du réseau plaide dans le sens d’une similitude des problèmes rencontrés et pour la solution desquels toute l’organisation de l’espace et des activités collectives est mobilisée. Ces problèmes ont essentiellement trait à la détermination de ce qu’est réellement en train de faire un autiste dans l’instant précis où un permanent s’en soucie et le regarde. À ce propos, eu égard aux caractéristiques de ce mode de vie, ajoutons qu’il n’est pas envisageable, pour les permanents, de se conduire en « gardiens » des jeunes autistes ni de passer leur temps à se préoccuper de ce qu’ils font.

22En effet, partager une existence quotidienne ordinaire avec de jeunes autistes implique de déproblématiser la différence plus ou moins conciliable qui peut exister dans la manière de se rapporter au monde entre une personne ordinaire et une personne atteinte de trouble mental. Je souligne que le problème ne se pose pas directement dans les termes de la manière d’être au monde de la personne handicapée dans la mesure où, en tant que chercheur, je n’ai pas pu m’en faire une idée claire en-dehors des actions et des expressions des personnes vivant auprès des jeunes autistes. Je n’ai pas cherché à décrire le monde quotidien du point de vue des personnes handicapées mentales, mais simplement la manière de connaître le mode de rapport au monde des handicapés qui est celle des permanents. Et, à ce niveau, je n’ai pas cherché à aborder la question à partir des représentations collectives qu’ils ont pu se forger de la maladie mentale en tant que telle (Jodelet, 1989). J’ai traité la question de la coexistence sous l’angle d’une connaissance pratique, motivée par la gestion des tâches collectives de la vie quotidienne et appuyée sur une organisation particulière de l’espace d’activité d’une unité. Précisément, l’organisation de l’espace et des tâches est un moyen permettant de faire converger les manières d’être et de faire différentes de sorte que le permanent puisse accomplir des tâches usuelles en commun avec une efficacité acceptable, sans avoir à faire la part de travail qui est confiée aux autistes ni à être contraint de corriger à tout bout de champ leurs manières de faire qui s’avéreraient inopportunes.

  • 6 À propos de la manière dont les membres, dans la conduite de leurs activités ordinaires, rendent ac (...)

23Ce problème, d’ordre éminemment pratique, se résout entièrement dans un type de rapport méthodiquement réglé à l’espace d’activités. C’est au dispositif d’agencement de l’espace de l’unité, et par rapport à sa « lecture » compétente par le permanent, qu’est déléguée la tâche de rendre observable et prévisible le comportement des autistes lors des activités coordonnées. En effet, de par la configuration des lieux, de par la disposition des ustensiles dans des endroits précis, séparés les uns des autres et correspondant à des trajets distincts, les autistes donnent à voir au permanent ce qu’ils font. Et ce, sans qu’ils aient à assurer par eux-mêmes, délibérément, l’observabilité et l’interprétabilité non équivoque de leurs actes pour autrui6. La direction où s’engage un autiste, la position qu’il occupe dans l’espace au moment où le permanent l’observe, suffit à renseigner ce dernier sur l’activité qu’il réalise et sur le fait qu’il l’effectue correctement

24Du fait de la stabilité dans le temps des manières de faire dans ce milieu, l’observation des comportements des autistes est guidée par une anticipation d’action. Tout comportement contrevenant à celle-ci se signalera de lui-même à l’attention du permanent qui pourra intervenir sur le champ, s’il l’estime nécessaire. La conformité du comportement à la nature de l’activité en cours, de même que les erreurs commises dans son accomplissement, sont ainsi rendues perceptibles dans le trajet – quelle que soit par ailleurs la singularité idiosyncrasique que présente celui-ci. Cette singularité – mouvements désordonnés, gestes bizarres, etc. – ne perturbe en rien la déterminabilité de l’activité en cours par le permanent

25Ce que j’ai qualifié de dispositif d’agencement du milieu physique et d’organisation des manières d’accomplir les tâches courantes, n’est pas un dispositif indépendant qui se surimposerait à la réalisation effective des tâches et qui se composerait de procédures spécifiques. Le dispositif en question ainsi que les procédures d’observation forment un tout indissocié, qui se fond dans l’unité de l’action perçue. En d’autres termes, le dispositif d’organisation est partie intégrante des activités naturelles qu’il rend visibles – visiblement ordonnées. Néanmoins, du point de vue d’un permanent, la distinction entre un dispositif d’indication scénique des tâches à l’intention des autistes et la réalisation effective de ces tâches, parallèlement au dispositif consultable à tout moment, répond à une nécessité précise. Une telle distinction donne un sens à l’activité du permanent qui, parce qu’il est privé des moyens de communication ordinaires dans sa relation avec les autistes, attribue à sa maîtrise du dispositif en question, qu’il a acquise en tant que permanent, sa capacité personnelle à rendre accessible aux jeunes autistes le déroulement des activités dans leur ordre séquentiel, à susciter leur participation, à contrôler la conformité de leurs activités à des modes d’exécution des tâches qui soient socialement acceptables, à tenir compte de la manière dont leur comportement in situ manifeste l’intelligibilité que la situation revêt pour eux ou encore à déterminer sur le champ l’origine du trouble qu’un aspect particulier d’une situation occasionne à un autiste dans la conduite de son activité.

  • 7 L’activité la mieux assurée peut subitement se transformer en une activité insensée. Ainsi en va-t- (...)

26Le trajet des autistes n’est déterminable par le permanent que pour autant qu’il est subsumable sous une catégorie d’activité – vaisselle, lessive… – pendant la durée de laquelle tous les événements observables lui sont naturellement rapportés comme lui étant liés. Mais cette identification des comportements qui se déroulent dans le temps au moyen de leur subsomption sous un type d’action anticipé concerne les activités auxquelles les jeunes autistes prennent part, que ce soit d’eux-mêmes ou que leur participation soit sollicitée par les permanents. Or, l’apparence méthodiquement réglée des procédures facilitant la réalisation coordonnée des tâches courantes et donc par là même des actions accomplies conformément à ces règles, en bref leur caractère routinisé et familier, n’est pas une conséquence du pur et simple respect journellement renouvelé – par les permanents comme par les autistes – d’un programme établi une fois pour toutes et familièrement « connu » des habitués. L’apparence de normalité est en réalité une qualité émergente de la réalisation d’un cours d’activité chaque fois singulier, à l’issue jamais garantie à l’avance7, sous l’apparence achevée de la routine.

27Les activités collectives n’occupent qu’une part relativement limitée de la journée. Le reste du temps, les jeunes autistes vont et viennent dans l’espace du « territoire » d’une unité. Dans ces conditions, se pose la question de l’observabilité et de l’intelligibilité des activités des autistes qui ne sont accessibles que par leurs trajets.

L’objectivation du trajet des autistes dans la représentation

28Jusqu’à présent, nous avons pris comme allant de soi le fait que les mouvements et déplacements des autistes puissent être vus comme étant des trajets – c’est-à-dire des déplacements ayant une direction et un but déterminables pour l’observateur. Or, cela n’est rien moins qu’évident. C’est même le manque total d’évidence de ces traits de l’action humaine (motivation, intentionalité) dans le comportement des autistes, qui représente l’obstacle infranchissable pour un observateur inexpérimenté qui aurait à déterminer ce qu’est en train de faire l’autiste qu’il observe. En effet, du point de vue d’un observateur non familier des lieux, les trajets des jeunes autistes sont essentiellement incohérents, erratiques. Ce sont des allées et venues sans but visible, un ensemble de mouvements et de gestes non reliés entre eux ou bien encore des activités franchement insensées – comme le fait d’agiter une ficelle sous ses yeux tout en marchant à grands pas dans tous les sens ; de saisir de la terre humide et de l’émietter rêveusement entre deux doigts tout en se balançant doucement ; de tremper délicatement ses mains dans l’eau et de les retirer prestement pour en contempler l’eau qui s’écoule, etc. À cela s’ajoute, du point de vue de l’observateur, une lourde impression de monotonie liée au caractère répétitif, stéréotypé de ces activités « gratuites » dont les formes particulières diffèrent du reste d’un autiste à l’autre.

29Mais la difficulté de voir les déplacements des autistes sous l’apparence de trajets est un problème qui se pose ou s’est posé aux permanents eux-mêmes. Et qu’il leur a fallu résoudre. Dans les lignes qui suivent je souhaiterais montrer comment l’évidence que les déplacements des autistes sont des trajets a été rendue possible par le dispositif de représentation qui a été utilisé pour en faire le relevé topographique. Pour ce faire, je montrerai en quoi le fait de tracer le trajet d’un autiste est une activité qui pourvoit le phénomène considéré d’une structure d’ordre.

  • 8 Quelques cartes accompagnées de leur légende, rédigées par Deligny, ont été publiées dans des revue (...)

30Sur la suggestion de Deligny, une pratique d’observation quelque peu formalisée a été mise en place dans les unités du réseau. Elle consiste dans le dispositif suivant. Sur un plan représentant les installations d’une unité est posé un papier transparent. L’observateur suit les déplacements d’un autiste et les reporte instantanément sur le papier en un tracé au crayon. Ainsi, par la médiation de ce support de transcription, les mouvements des autistes sont traduits sous la forme d’un trajet ayant une direction et une continuité présentant seulement, de temps en temps, certaines altérations sous forme d’arrêts brusques. Chaque arrêt d’un autiste pendant son trajet est mentionné par un astérisque sur la ligne8.

31Le tracé, qui représente le parcours d’un autiste dans l’espace d’une unité, met en évidence une cohérence qui n’est pas spontanément manifeste à la perception des seuls mouvements physiques. C’est ainsi que les mouvements des autistes – observés de visu ou sur documents vidéo – acquièrent une autre visibilité par leur intégration dans le plan du tracé des trajets réalisé par le dispositif des cartes.

32En conséquence, ce qui est vu par l’observateur n’est pas constitué par la totalité des événements simplement observables, mais ne se résume pas non plus à une mise en ordre subite des apparences qui résulterait du seul tracé des déplacements sur la carte. Il est indispensable qu’un lien de correspondance soit établi entre les deux pour que la carte puisse valablement représenter le trajet réel. Quelque chose reconnaissable pour être un trajet prend progressivement consistance, se dessine littéralement sous les yeux et le crayon de l’observateur dans l’activité qui conjoint l’observation des mouvements et le tracé sur la carte. Ce qui est réellement vu, au sein de l’organisation temporelle endogène du tracé (Lynch, Livingston & Garfinkel, 1983), est ce qui résulte de l’opération de mise en visibilité du phénomène, qui se réalise dans l’élaboration simultanée de chaque champ par l’autre. Ce qui est ainsi devenu visible survit dans un document indéfiniment disponible pour quiconque est familier de ce dispositif de représentation et, comme tel, est lisible en tant que trace incontestable d’un trajet réel qui, le cas échéant, va pouvoir être décrit, commenté, etc… Il ne s’agit pas d’un tracé au crayon, mais d’un aspect particulier d’un phénomène qui est pourvu de la qualité d’être « visible », sans autre détermination particulière.

33À ce propos, notons que la disponibilité du tracé à différentes sortes d’investigations ultérieures de son contenu est d’emblée conditionnée et rendue possible par la médiation de deux éléments. D’une part, l’anonymisation de celui dont le trajet est tracé. En effet, le tracé ne rend sensible aucun attribut dont la pertinence ne serait que d’ordre individuel ou purement contingent et qui nécessiterait d’être rapporté à une personne en particulier, à sa biographie par exemple, pour éclairer le tracé. D’autre part, le dispositif garantit le rejet de l’observateur du champ de l’observation selon la dichotomie sujet/objet. Dans ce dispositif de représentation, en effet, la place de l’observateur est gommée. Le plan de l’aire représente une vue aérienne du lieu. Le point de vue du tracé est, par conséquent, fictif. En ce sens qu’il est une représentation conventionnelle. Celle-ci présente la caractéristique de ne dépendre d’aucun point de vue particulier, mais de les réunir tous ensemble dans une vue panoramique. À l’anonymat et à l’impersonnalité du point de vue répond l’objectivité du trajet, qui est le référent objectif dans le monde de ce dont le tracé sur le plan est le document.

34Au cours de ce processus, qui conduit à la production puis à la reconnaissance publique d’un trajet dans les déplacements des autistes, l’observateur s’appuie sur de multiples « repères » non répertoriés sur la carte, mais qu’il fait surgir par l’attention qu’il prête à tracer fidèlement le trajet de l’autiste sur la carte. Il projette imaginativement l’emplacement de ces indices de position sur la carte. Il procède de la sorte afin d’assurer à tout moment la correspondance la plus exacte possible entre la position de l’autiste en mouvement dans l’espace de l’unité et le tracé sur la carte. En somme, le caractère lié entre eux des mouvements observés dans les déplacements des autistes, de sorte à composer une activité qui n’est autre que le trajet lui-même, leur est octroyé par la présence de l’observateur et est réalisé dans le temps de l’observation. Cette présence de l’observateur, la carte finale n’en garde plus trace, pas plus que de la temporalité du tracé.

35Ces repères – qu’il s’agisse d’une pierre, d’une inégalité de terrain, d’une circonstance fortuite… – sont suscités pour les besoins du report précis sur la carte du trajet observé, tout en étant visiblement situés dans l’espace physique où se déplace l’autiste. Leur visibilité pratique est du reste liée à ce déplacement que suit un observateur engagé dans le travail de la transcription du trajet d’un autiste. Les repères topographiques ou événementiels forment, à l’image des arrêts subits sur le parcours, une constellation d’éléments hétérogènes et peu différenciés dans le tracé – puisque non marqués au préalable sur la carte. Ils participent à cette élaboration progressive du trajet, entendu comme un phénomène dont l’identité ne se trouve fixée ni dans la seule vue des mouvements de l’autiste ni dans le seul tracé du trajet, mais dans l’entre-deux du jugement perceptif. Ce statut hybride du trajet est entretenu par la formule delignyenne de « ligne d’erre » qui désigne indistinctement le trajet et le tracé.

36Par elle-même la pratique des cartes ne produit pas un corps de connaissances portant sur l’autisme. Dans les faits, une fois les cartes tracées, elles sont le plus souvent remisées sans avoir donné lieu au préalable à une analyse par celui qui les a tracées ni à des discussions sur ce qu’elles représentent et sans que plus personne ne s’y intéresse. En revanche, leur opérationalité réside dans l’acquisition d’une manière de voir le comportement autiste qui persiste dans la vie quotidienne, au-delà de l’activité de tracer des cartes. En effet, cette pratique munit celui qui s’y livre d’une méthode d’identification des détails pertinents et d’un domaine d’objet. Tous deux sont préréflexivement constitués et incorporés dans la manière familière d’observer la conduite des autistes, initialement favorisée par l’usage des cartes. Mais, au-delà, dans les situations de la vie quotidienne, c’est une manière de voir qui, faut-il le préciser, demeure étroitement liée à la familiarité acquise de l’observateur avec l’environnement organisé d’une unité.

La typicalité de la conduite des autistes dans le travail de la description

37Pour le permanent engagé dans la réalisation des tâches journalières, il n’y a pas d’autre moyen de s’assurer de la fiabilité de ce qu’il voit que de rapporter une diversité d’événements à la scène totale imaginée, et imaginée être la réalité familière qui constitue l’horizon d’intelligibilité de ces mêmes événements. L’événement et son horizon sont élaborés l’un par l’autre. Cette détermination mutuelle implique que la perception des événements quotidiens, développée dans l’usage des cartes, a d’emblée une structure pré-narrative. Que quelque chose puisse émerger en tant que thème d’investigation sur le fond d’une situation globalement familière suppose que les objets de la perception soient virtuellement toujours/déjà pris dans une histoire. Ainsi, cette histoire est, dans sa familiarité non problématique, à disposition pour les seuls membres du milieu. C’est en vertu de l’orientation temporelle interne de l’attention qu’une diversité d’éléments disparates se voient soudainement reliés entre eux, par l’observateur, dans une même texture causale. Une attente de déroulement et de conclusion de l’événement est dès lors constituée et, d’emblée, nécessairement par rapport à une scène typique à laquelle se conforme ou déroge par certains traits la scène observée. La division événement/horizon ne se constitue clairement que dans le stade de la communication de la scène pour soi-même ou avec autrui – dans la mesure où une telle détermination implique les ressources du discours de l’action (Ricœur, 1977 ; 1983).

38S’agissant de personnes reconnues atteintes de trouble mental, quiconque n’a pas de connaissance particulière en matière de psychopathologie, et est amené à observer incidemment la conduite de ces personnes, est susceptible d’accepter sans grande difficulté le fait que ce qu’il voit n’ait guère de sens. Il imputera sans peine l’incohérence de la scène observée au handicap mental conçu comme la cause du comportement de la personne malade, plus qu’à sa propre manière de voir l’action. S’il est thérapeute, il pourra rechercher des motifs plus profonds dont le comportement est l’expression. Le problème ne se pose véritablement que lorsqu’un second observateur indique par ses propos qu’il a vu ou qu’il voit la même scène sous le jour d’une conduite normalement intelligible et ordonnée eu égard aux circonstances présentes dans le moment de l’action. La spécificité de ce point de vue est de dissoudre le lien convenu de détermination causale qui fait du comportement observable l’expression du handicap supposé. Ce point de vue n’est pas un élément issu de la description. C’est un parti-pris de l’observateur qui conditionne sa manière de se rapporter à l’objet de son attention. C’est pourquoi le problème étudié revêt une allure « ethnologique », si l’on tient que la question que l’analyse doit élucider est celle de la résorption du conflit d’interprétation virtuel entre les interlocuteurs. Le conflit est désamorcé au profit d’un accord consensuel sur la réalité des faits qui est présentée par le permanent et acceptée comme telle par l’observateur de passage.

39Le fait déterminant de la description du permanent est qu’elle opère de façon instantanée une levée de la confusion rencontrée par l’observateur dans son observation et sa tentative de rendre compte de la scène considérée. Cette confusion est liée à l’absence de possibilité de « voir » l’intentionalité de l’acte.

40Considérons la scène suivante. Arrivé depuis quelques minutes au campement, je note que S. (un jeune autiste) s’approche de la table située en face d’un bâtiment appelé le grand abri. Il se saisit d’un piquet en bois qui s’y trouve posé. Du bout du doigt il tâte la pointe, le repose et puis s’en va. Faisant part de ma surprise à la vue de ce geste subit, que rien ne semblait pouvoir motiver, parenthèse « gratuite » entre la déambulation qui l’a précédé et celle qui l’a suivi, le permanent ne se troubla pas. Il me répondit que, un instant avant mon arrivée, il était encore en train de tailler des piquets avec un couteau. S., qui rôdait aux alentours, l’avait sans doute regardé faire. Le permanent ayant dû interrompre sa tâche pour se rendre à un autre endroit, S. s’est approché de la table et a saisi un piquet Ainsi, ce que réalise la description, c’est l’association réflexive de manifestations comportementales observées avec un aspect – en l’espèce, circonstanciel – du mode de vie du milieu. Dans l’exemple cité, la confusion de l’acte est levée parce que l’acte est doté d’une motivation implicite qui pourrait être celle de n’importe qui. Par conséquent, l’acte n’était pas « gratuit » ; il était orienté par un intérêt personnel compréhensible dont témoigne le fait que le jeune autiste allait et venait à proximité du lieu où le permanent travaillait et qu’il s’y est ensuite dirigé pour accomplir l’acte observé.

41Le regard du permanent se distingue de celui de l’observateur néophyte en ce que ce dernier ne voit pas l’intention ordonnatrice du comportement dans l’acte. Cependant que le premier fait de la motivation la condition de l’acte. Ce qui veut dire qu’il traite la motivation comme une règle d’observation et de description de la scène (Blum & McHugh, 1971). Considérée à la lumière de cette règle, la scène apparaît cohérente et communément intelligible, en tant que ces caractéristiques appartiennent au cours d’action effectif. Celui-ci n’est donc pas l’acte spontanément observable par quiconque, mais le même acte observé selon la règle que j’ai indiquée. Celle-ci n’est autre qu’une assomption d’intentionalité de l’acte. Ce qui veut dire que l’action est tenue, jusqu’à preuve du contraire, pour être « assumée » par l’acteur et que cela est publiquement visible et vérifiable par observation de son comportement, quelle que soit la « performance » de l’acte, c’est-à-dire qu’il se conforme ou que, pour quelque raison que ce soit, il échoue momentanément à se conduire de la manière qui est attendue d’une personne placée dans une situation semblable.

  • 9 Cette démarche est comparable à celle du médecin légiste ayant à déterminer la cause d’une mort vio (...)

42La description du permanent, interrogé par le chercheur, opère sous la forme d’une spirale dont le point de départ est le fait problématique relevé par l’observateur occasionnel, et dont le point d’arrivée est ce même fait complètement normalisé par son insertion dans une scène visiblement ordinaire de la vie de l’unité. Ce faisant, le permanent ne conteste pas la réalité du fait problématique relevé par l’observateur. Au contraire, il s’en empare pour centrer sa description sur son élucidation complète. Pour ce faire, il reconstruit l’enchaînement des événements ayant conduit au fait observé, comme à son aboutissement empirico-logique. La chaîne des circonstances est établie par rapport au fait connu dont seule l’origine est à élucider. Par conséquent, ce fait est traité comme le terme naturel de l’enquête où doit aboutir la description9. Il est le point nodal où l’explication se dissout au profit du fait rendu complètement observable dans son évidence naturelle, qui ne conserve aucune trace de ce qui a pu troubler l’observateur. La correspondance étonnamment parfaite entre le point en question et son explication résulte de ce que la chaîne des circonstances (la cause efficiente) est elle-même réflexivement déterminée à partir du point (l’effet) qui est au fondement de l’enquête. L’enchaînement en question est lui-même inobservable en-dehors de la relation autoréférentielle qui le constitue en cause antécédente du point qui demande une explicitation. Il l’obtient par un récit d’action.

43Au cours de l’opération descriptive, le comportement d’un autiste se voit décrit sous le jour d’une action orientée selon certains buts intelligibles par n’importe quel observateur. Pour ce travail, la référence constante inquestionnée, dans le discours, à l’agencement topographique du milieu et à l’influence qu’il exerce sur le comportement des habitués (permanents et autistes) joue un rôle essentiel de ressource explicative. C’est l’insertion systématique des événements, quels qu’ils soient, dans ce contexte référentiel, qui compose l’ordre visible des scènes relatées dans le travail de la description. Ce contexte est la structure sociale, c’est-à-dire le milieu de vie dans son ensemble, considéré sous l’angle des effets normalisateurs qui découlent pour le descripteur de la possibilité de rapporter les conduites sociales de ses membres à la stricte conformité des individus (autistes et permanents) aux règles d’usage communes, sans qu’il soit nécessaire de prendre en compte leurs particularités individuelles.

44Pour les permanents, les comportements des autistes sont pris dans cet écheveau de manières de faire largement routinisées ou typifiées, d’attentes de conduites, etc. Le comportement qui aura pu surprendre l’observateur de passage, voire le permanent, y recevra une détermination d’acte communément intelligible dans la mesure où il donne à voir, comme fortuitement, le contexte d’usages typifié dans lequel il se meut ainsi que la règle qu’il a enfreinte par hasard, du fait d’un concours de circonstances singulier. Ainsi, quelle que puisse être l’étrangeté d’un acte particulier, celle-ci devient explicable en tant qu’elle représente une rupture occasionnelle par rapport à une attente de conduite socialement ordonnée dans une situation d’activité typique.

45L’étrangeté constatée d’une conduite n’est donc pas pour le permanent un obstacle à la description d’un cours d’action rationnel auquel appartiendrait le détail comportemental concerné. Au contraire, l’acte perçu comme déviant permet de « découvrir » la règle d’usage enfreinte ou alors mal interprétée par l’autiste au moyen d’une appréhension globale de l’acte et de la situation en cause dont l’identité commune pour l’autiste et pour toute autre personne demeure inquestionnée.

46Les descriptions se construisent ainsi en mettant en évidence les aspects de l’espace d’activité dont la configuration spécifique au moment du déroulement de la scène relatée a concouru à l’occurrence des faits observés. Ceux-ci ne sont donc pas le fait de comportements erratiques, ni de mouvements réflexes, mais de conduites ordonnées conformément à des règles d’usage. La description du permanent relate les faits sous le jour d’une situation ordinaire pour qui sait voir. L’identification des faits pour ce qu’ils sont requiert de se référer implicitement au point de vue du familier des usages du milieu, sans considération de personnes. C’est à cette condition qu’est réalisée l’identité essentielle entre la manière dont un autiste a réalisé une activité et celle dont un comportement est relaté dans la description sous la forme de la conformité à des règles locales. Ces règles sont censées être connues et partagées par les autistes et le descripteur-permanent. De cette manière, le point de vue pertinent pour rendre compte de la conduite des autistes n’est pas le lien causal entre la nature du handicap, son tableau clinique, et les comportements observables. Mais ce point de vue est exclusivement défini en fonction des usages quotidiens propres à une communauté humaine.

  • 10 Dans ce cadre, même un comportement inadéquat est descriptible sous la forme d’une « erreur » d’int (...)
  • 11 Ceci en référence au fait qu’elle établit la grammaire de l’action.

47La description des comportements d’autistes sous ce jour est favorisée par la subsomption de l’usage des principaux ustensiles, de l’effectuation de certains trajets, etc., sous des manières de faire spécifiques. Notons au passage que la spécificité des usages, l’assomption de leur caractère méthodiquement accompli, n’a pas de valeur contraignante sur le cours des faits relatés. La référence aux us et coutumes d’un milieu en particulier permet simplement aux interlocuteurs de situer, de façon visible, ce dont ils parlent dans l’espace d’une forme de vie10. Cette relation, que l’on peut alors qualifier de « grammaticale »11, de détermination mutuelle des règles de conduite par les détails observables du milieu physique, dans la tâche de rendre compte de la conduite des autistes, présente deux conséquences majeures sur la compréhension de l’activité des autistes. En premier lieu, la sorte de règle invoquée ne concerne pas des aspects qui relèveraient des propriétés intrinsèques de l’agir autiste. En second lieu, les comportements qui sont ainsi normalisés dans la description le sont sous la forme d’activités de la vie de tous les jours. Ce sont par conséquent des conduites dont le caractère ordonné, cohérent, est rendu accessible, sans appareillage ni technique d’analyse sophistiqués, mais uniquement dans les formes de l’explication ordinaire de l’action (Bilmes, 1986).

48La mobilisation dans le discours des règles d’organisation internes des activités du milieu rend rationnellement descriptibles les faits et gestes des autistes sous le jour d’actions ordinaires. Or, il apparaît désormais que ces règles ne sont pas disponibles préalablement à l’acte observé et relaté. Elles sont une production occasionnée pour les fins de la description d’un cours d’action. Ces règles sont des instructions pour voir. La description ordonne leur visibilité de l’intérieur. Elles ne tiennent donc pas leur visibilité d’un dévoilement fortuit qui proviendrait de l’acte d’un autiste. La possibilité de voir et de rendre visibles pour autrui les actes des autistes sous l’apparence de comportements ordonnés d’une certaine façon, donc de juger de la rationalité de leur conduite, dépend de la capacité de décrire ladite conduite sous le jour de la relation entre un comportement et une règle. Le fait que celle-ci soit une règle d’usage en vigueur dans un milieu social – et donc qu’elle semble s’imposer à quiconque s’engage dans l’activité correspondante –, rend socialement acceptable la fonction de stimulus objectif qu’elle joue sur la conduite des personnes qu’elle gouverne. Cette objectivité de la règle dans les descriptions du permanent, entendue comme une quasi-loi, laisse entendre que quiconque, placé dans la même situation, aurait agi de la même façon. Le comportement décrit acquiert ainsi une certaine typicité. La motivation est donc attachée au cours d’action descriptivement observable et non pas au seul élément problématique initialement relevé, notamment par l’observateur occasionnel.

  • 12 Sur cette question du conflit d’interprétation des faits perçus, cf. Pollner (1974 ; 1975).

49En fin de compte, notons, pour conclure cette première partie, que c’est l’inexpérience de l’observateur néophyte au sujet des us et coutumes du milieu qui est la cause de l’incohérence des faits relevés par lui12, faute de pouvoir les situer dans un contexte social d’usages partagés en commun, c’est-à-dire faute de savoir faire usage de la grammaire adéquate.

La visibilité dans le monde des construits théoriques

50Un aspect caractéristique des descriptions occasionnées des permanents est précisément que la cohérence reconnue à la conduite des autistes est purement locale, c’est-à-dire attachée à un contexte précis. Une seconde modalité d’accès à la compréhension de ces conduites, différente de la précédente, est celle qui vise à atteindre le phénomène dans sa généralité, en rendant visibles les propriétés internes à partir desquelles s’organise l’agir autiste.

  • 13 Un élément de la rareté des usages de ces concepts dans les descriptions spontanées tient à la diff (...)
  • 14 Sur la distinction entre formulations et énoncés indexicaux, cf. Garfinkel & Sacks (1970).

51L’objectif de cette seconde partie est d’examiner les modalités par lesquelles l’agir autiste est doté de propriétés stables, extraites de descriptions de scènes occasionnées, mais cependant indépendantes de celles-ci. Il s’agira de montrer par quelles pratiques – d’inscription et de description – les descriptions théoriques tentent d’éliminer de leur objet de discours toute trace des déterminations indexicales – c’est-à-dire des énoncés dont le sens est attaché au contexte d’énonciation – par lesquelles il est élaboré et identifié dans le cours des descriptions occasionnées. Du reste, ces descriptions ne font qu’exceptionnellement usage des concepts propres aux construits théoriques de l’agir autiste – y compris du concept de l’agir lui-même. Il semble que les cas où l’usage de l’un de ces concepts intervient avec pertinence soient ceux où la description n’est pas possible, particulièrement lorsque l’acte d’un autiste ne peut être normalisé qu’en faisant appel à des facteurs dispositionnels ou à des états mentaux en regard desquels la situation actuelle n’est pas appropriée. Quoi qu’il en soit, les construits théoriques, que j’appellerai également « descriptions théoriques », en ce sens qu’elles désignent le registre de la thématisation de l’agir autiste comme phénomène en soi, – tels que les concepts de « coutumier », de l’« agir », de « repérer » – ne sont pas des composantes familières de la description occasionnée d’un cours d’action13. Dans ce registre, ils interviennent à titre de formulation14 pour justifier quelque chose qui ne s’est pas produit contre toute attente.

Description théorique et factualité des phénomènes

52Dans cette tâche vouée à saisir les structures stables derrière des occurrences contingentes, les cartes jouent un rôle central. J’ai déjà montré combien la possibilité de voir les déplacements des autistes sous le jour de trajets était redevable à la réalisation des tracés de ces déplacements. L’accumulation de ces tracés dessinent des « lignes d’erre » (Deligny) dont le cours devient analysable en tant que phénomène digne d’intérêt en soi. Cette investigation est à la recherche de modalités typiques de la relation de l’autiste type à l’environnement naturel. Elle a pour but de décrire le mode de perception autiste en en montrant les effets dans les comportements relevés.

53L’analyse des tracés effectuée par Deligny se traduit par l’élimination du champ d’investigation de l’indexicalité des procédures organisées non seulement de « collecte » du matériau, mais aussi de la thématisation première des descriptions de cours d’actions situés, au profit d’opérations de connaissance abstraite effectuées à partir de ces documents considérés en tant que « données brutes ». Ce qui signifie que, dans la perspective des descriptions théoriques, le tracé du trajet est tenu pour homomorphe au trajet effectif observé à l’œil nu. Ce qui est évacué de la pratique descriptive théorique, c’est le fait que le « trajet », dans sa consistance de fait objectif, n’est pas la pure et simple trace des déplacements vus, mais qu’il est déterminable dans et par ce que matérialise le tracé ; le trajet, en tant que cours d’action cohérent, n’est réductible ni à ce qui est vu ni au document (le tracé), mais est ce qui est rendu observable dans les pratiques de thématisation seconde auxquelles se consacrent les descriptions théoriques à partir de la trace d’événements localement et temporellement situés.

54Aussi, si elles tablent sur la production préalable du sens dans les descriptions occasionnées, les descriptions théoriques font de la factualité objective de leur phénomène le thème explicite de leur analyse et de leur démonstration. Elles s’attachent à mettre en évidence les conditions a priori de possibilité de ce qui est vu et décrit de façon non problématique par les permanents. L’aprioricité de ces conditions suppose qu’elles désignent les règles d’organisation internes du phénomène et que ces règles sont accessibles à la thématisation seconde indépendamment des procédures d’observation et de description occasionnées des comportements des autistes par les permanents. Il s’agit d’une indépendance « assumée », c’est-à-dire socialement déterminée par le travail d’objectivation que réalise l’usage des cartes, dans la perspective de la thématisation seconde, par rapport aux descriptions occasionnées.

55Cependant, les descriptions théoriques conservent un lien étroit avec les particularités organisationnelles du mode de vie des unités. Mais le caractère localement produit de celles-ci est objectivé et anonymisé. Ce qui permet aux descriptions théoriques de considérer les actions qu’elles relatent comme étant conditionnées par un environnement auto-organisé selon des règles générales et impersonnelles, qui sont à la fois celles constitutives d’un environnement formalisé et celles d’une structure cognitive typique. L’environnement peut ainsi être traité en simple support objectif et typique d’émergence et de lecture des propriétés de l’agir autiste telles qu’elles se manifestent nécessairement dans cet environnement – qui n’est plus alors le milieu de vie partagé par des autistes et des permanents, mais un ensemble de principes formels et généraux. Dans les descriptions de Deligny, une scène n’est relatée que pour autant qu’elle met en valeur le schème organisateur sous-jacent qui l’explique objectivement. Ainsi, faisant à Deligny le récit d’une scène à laquelle j’avais assisté lors d’un repas pris dans une unité, pendant lequel j’avais relevé que J. (jeune adulte autiste) mettait de la levure dans sa soupe, faisait passer de lui-même les plats à son voisin de table, etc., je me suis attiré la réponse suivante de la part de Deligny :

« Ce qui vous encombre le vocabulaire – “J. mettant de la levure dans sa soupe… puis après s’être servi, etc. .…” – [] Il y a, à propos de la levure dans la soupe, un fait coutumier. Au lieu d’être fasciné par ce que J. fait – il se sert et en met dans sa soupe et fait passer aux autres le plat que Ja. (un permanent) lui avait tendu –, votre entendement est obnubilé et ne voit pas – ne peut pas voir, ne peut plus voir – comment J. réagit à un fait coutumier (repérer-agir). Je ne suis pas du tout certain – loin de là – que J. aime le goût de la levure. Le rituel est respecté, rituel qui a pour J. tant d’attrait que nous pouvons parler d’attachement. » (Deligny, communication personnelle)

56Considéré par Deligny, le récit du déroulement d’une scène déterminée – un repas dans une unité – en perd sa dimension temporelle et son caractère contextuel. Il devient l’illustration d’un « rituel », c’est-à-dire d’une série de gestes articulés entre eux et accomplis pour eux-mêmes selon une forme précise, immuable, conformément au mode de penser autiste et à l’activité considérée strictement dans son organisation séquentielle et son ordre conventionnel. Il s’agit alors, à première vue du moins, d’un pur et simple enchaînement causal, que vient tempérer cependant le recours à la notion d’« attachement ». Quoique non définie par Deligny, cette notion suggère l’idée d’un engagement de l’autiste dans ce qu’il fait ; ce qu’il fait étant entendu comme faisant partie d’un tout dans l’accomplissement duquel d’autres agents interviennent. Nous reviendrons plus loin sur les conséquences qu’a cette idée sur la manière de « comprendre » la doctrine delignyenne, non pas dans son contenu explicite, mais dans son articulation par rapport à la pratique.

L’explication par des propriétés génériques

57Dans l’immédiat, un autre constat s’impose. Cette entreprise de naturalisation d’événements et d’occurrences contingents, en quoi consiste la description théorique, transforme ces derniers en données brutes propres à un traitement discursif visant à rendre visibles, dans le monde, les construits théoriques (Baccus, 1986) comme le modèle sous-jacent dont ces « données » sont les documents d’analyse (cf. Taylor, 1971). Selon ce point de vue, l’espace d’activité, qui est le milieu de vie partagé en commun par les autistes et les permanents, se trouve réduit, dans les descriptions théoriques, à un ensemble d’actions effectuées selon des procédures définies à l’avance et strictement reproduites de jour en jour par les participants. Le point de vue théorique procède au moyen d’une réduction des différences manifestes dans les manières d’être effectives des uns et des autres. La stricte conformité à ces procédures routinisées définit la manière dont les autistes et les permanents, à quelques nuances près, se rapportent au même environnement conçu en tant que structure sociale.

58C’est dans la mesure où le cadre d’activité est ainsi préalablement vidé de toute dimension interactionnelle non rapportable à une règle préconstituée, donc de tout ajustement ad hoc, de toute temporalité au seul profit d’une organisation séquentielle des tâches, que les occurrences qui y sont constatées ne peuvent être le mieux décrites qu’en termes de propriétés génériques qui dépassent l’autisme pour référer à l’archétype d’un mode d’être humain naturel antédiscursif.

  • 15 Jean-Michel Chaumont s’attachera à développer ce point dans les textes rassemblés dans Deligny (198 (...)

59Faute de place, nous ne pouvons aborder le contenu de la conception delignyenne de l’agir autiste. Indiquons simplement que Deligny voit dans les processus auto-régulés de l’agir autiste l’indice possible de formes d’être spécifiques, héritées d’un état de développement antérieur au langage. Mais Deligny considère les traits de ce mode d’être d’un point de vue historial, à l’image du mode d’interrogation heideggerien de la « chose » (Heidegger, 1971). Il en cherche les traces persistantes dans les manières d’être « a-conscientes » des autistes, mais également dans certaines de celles des personnes ordinaires contemporaines qui échappent à l’attraction de la finalité15.

60Il me faut ici préciser un point. Dans le cadre du présent texte, mon propos n’est pas de discuter les thèses delignyennes. Il est plus limitativement de rendre compte des pratiques situées de mise en visibilité de la cohérence interne des activités auxquelles prennent part des autistes. L’objectif est de montrer en quoi cette cohérence des apparences produite localement sous l’angle de l’interprétation comme de la description est l’horizon de sens sur lequel se déploie le travail de la thématisation seconde. (En ce sens que le niveau de la description théorique, qui présente son objet sous l’angle de l’anonymat et de l’objectivité désincarnée, ne peut se réaliser que sous la présomption implicite de la manière spontanée de rendre compte et de « faire sens » de l’action humaine comme horizon d’appréhension de l’agir autiste.) Et en quoi cet ensemble ordonné de significations de l’autisme, intersubjectivement accomplies et validées, préside à la constitution d’un monde commun que ratifient les autistes par leurs actions sensées. Aussi, pour ce texte, j’ai pris le parti de ne pas considérer Deligny sous l’angle de l’auteur d’une théorie de l’agir humain, concerné par la recherche d’un principe de la coordination des actions sans coopération. Je me suis surtout attaché à relier les formulations abstraites des descriptions théoriques de l’« agir » au contexte d’intercompréhension ordinaire par rapport auquel ces formulations prennent tout leur sens. J’ai donc fait, en quelque sorte, le cheminement inverse de celui de Deligny.

61Le constat est que le point de vue théorique, qui traduit des occurrences singulières en manifestations de facteurs dispositionnels, de processus typiques et autres caractères transsituationnels, ne se réalise que par l’objectivation conjointe du contexte d’action pertinent. C’est ce processus d’objectivation qui transforme un registre discursif en construit théorique, plutôt que l’objectivation qui serait un effet de la théorisation. Celle-ci « crée » une manière particulière de se rapporter à la pratique quotidienne des membres de ce milieu, plutôt qu’elle ne découvre les caractères constitutifs des modalités de la relation entre les autistes et les permanents, c’est-à-dire les principes généraux dont les permanents devraient tenir compte pour atteindre à une forme de relation satisfaisante eu égard aux propriétés de l’agir autiste. Or, pour comprendre les descriptions théoriques delignyennes, en tant que niveau de métadescription de la pratique ordinaire des permanents et non comme une philosophie de la relation humaine, il faut mobiliser tout l’arrière-plan de la conduite déjà normalisée au préalable dans les pratiques descriptives des permanents.

62Pour ce qui concerne le problème des rapports entre la pratique et la théorie, qu’il nous suffise de considérer deux exemples de la manière dont une description théorique prétend accéder à des faits élémentaires – qui sont des propriétés constitutives déterminant les faits observables, en tant que faits naturellement ordonnés dans les activités de la vie courante. Je souligne en passant que, dans la mesure où il s’agit de propriétés constitutives d’un phénomène, ces « faits élémentaires » ne sont pas eux-mêmes « visibles » en-dehors de leur relation avec les éléments observables. Cette relation est elle-même constituée dans l’organisation temporelle interne des opérations de descriptions occasionnées.

63Or, pour un permanent, il va de soi que l’agencement particulier de l’espace d’activité d’une aire de séjour, la disposition des objets ont un rôle effectif dans la façon dont les autistes vont pouvoir prendre part à la réalisation des tâches de la vie courante. À cette connaissance vague et familière du permanent est associée l’attente que les activités vont se dérouler de la façon habituelle, que les autistes vont y prendre part de la manière typique qui est la leur. Tout ceci lui sert de ressources pour décrire à un visiteur la conduite d’un autiste, dans une occasion particulière, qu’elle se conforme ou qu’elle déroge à la conduite attendue de sa part dans ce type de situation. Par exemple, j’ai assisté à une scène où il s’agissait, pour un autiste, de ranger des ustensiles de cuisine. Il avait un panier à la main. Il s’est soudainement interrompu dans sa marche et s’est mis à se balancer de droite à gauche. Le permanent m’a tout de suite décrit la scène sous l’apparence d’une hésitation de l’autiste quant à la destination qu’il devait prendre en fonction de la destination usuelle du panier ou de son contenu circonstanciel. Il s’est arrêté à mi-distance de deux endroits possibles. Le permanent a expliqué que cette confusion avait été provoquée par le fait d’avoir mis exceptionnellement dans le panier réservé à la nourriture – dont la place usuelle est à tel endroit – de la vaisselle sale, qui doit être déposée à un autre endroit. L’autiste ne savait pas à quel indicateur pertinent, le panier ou son contenu inhabituel, il devait se fier. Il était normal par conséquent qu’il hésitât entre les deux directions opposées.

64Dans cette description, le permanent se réfère au panier comme ressource permettant de rendre compte d’une conduite particulière d’un autiste, sous le jour d’un conflit de règles d’usage et de son explication.

65Deligny, quant à lui, s’il traite du panier, le fera sous le jour d’un élément suscitant l’activité de l’autiste type. Il écrit ainsi :

Il peut paraître curieux – ce qui se voit assez souvent sur une aire de séjour – qu’un panier soit perçu comme posté au détour de l’agir. Or voilà qu’il s’avère que ce panier n’est pas perçu en tant qu’objet d’usage, mais comme « chose » déjà toute tramée des gestes d’agir qu’elle peut permettre / provoquer. Et ce qui arrive, c’est qu’un enfant s’en empare et le tient d’une main, ne le lâche plus, cependant que, de l’autre, il transporte, une main bien encombrée et l’autre portant le panier vide. Où se voit le rôle que joue alors le panier, situé tout autre chose que cet objet d’usage qu’il est pour nous. (1979, p. 127)

66Ce que l’on « voit » ici, à proprement parler, ce n’est pas une personne qui se livre à une activité familière. Cela va sans dire. Plus fondamentalement, ce qui est rendu « visible », c’est une « attitude » spécifiquement humaine face aux objets du monde. Il s’agit quasiment d’un « style » qui nous donne à entr’apercevoir le monde dans l’attitude naturelle d’un autiste. En même temps, cette forme de description fait se rapprocher deux continents – celui de la folie et celui de l’humanité commune –, réfutant l’incommensurabilité des deux mondes au profit de la mise en évidence de ce qui peut, selon un point de vue absolu, se réduire à de simples nuances dans les manières d’habiter le monde. Dans cette opération, ce qui devient fortuit, c’est la relation de la manière singulière dont le panier est transporté par un autiste avec le milieu organisé où cela se produit. La description théorique est celle de la démonstration d’un trait caractéristique immémorial de l’agir – non plus autiste mais profondément humain – que Deligny oppose au faire. L’agir, quant à lui, n’est pas déterminé par l’utilité des activités à faire ni par les usages pour lesquels les objets ont été conçus. Deligny parle alors de « détours de l’agir », soulignant ainsi que l’agir autiste se produit au détour des usages prévus, anticipés, voire institués de la vie courante ; usages dont il se nourrit mais qu’il détourne sans autre finalité assignée que leur forme même :

Alors qu’il nous arrive de nous servir d’un panier, objet asservi, ce panier, chose devenant, va permettre/provoquer des gestes d’erre qui ne servent à rien, ne sont pas asservis, d’où leur beauté. (Ibid., p. 137)

67Le second exemple présenté est en rapport avec l’émergence du phénomène extrait des pratiques locales et sa stabilisation en tant que fait indépendant du monde réel, qui se réalise dans la pratique des cartes. J’ai suggéré que la forme qu’elle donnait à son objet rendait possible une description de l’action que le tracé contenait virtuellement – en tant que document d’un trajet réel. Or, repris dans le cadre d’une description théorique, le point en question est de problématiser le cours des trajets pour en faire ressortir les traits caractéristiques de la relation des autistes à l’environnement.

68Deligny (1979, p. 135-137) commence par signaler les points communs entre les trajets – relevés sur une carte – des autistes dans une unité et ceux – supposés – de personnes ordinaires dans une ville. Dans les deux tracés, des lieux de passage plus fréquents que d’autres sont repérables. Des personnes différentes se rendent aux mêmes endroits à des moments différents. Seulement, les nœuds de trajets des personnes ordinaires s’expliquent tout simplement par le fait qu’à ces endroits de la ville se trouvent des commerces par exemple. Cependant que les lieux d’une aire de séjour que fréquentent le plus assidûment des jeunes autistes à des années de distance ne sont désignés par rien de précis. Ce qui fait dire à Deligny que « les lignes d’erre empruntent des trajets communs sur une aire où, apparemment, l’espace est libre » (ibid., p. 136). Et il ajoute :

Que les lignes d’erre soient quelque peu balisées par nos propres trajets, c’est bien ce qui nous apparaît quelquefois. Restent les détours qu’à nos yeux rien ne balise. Il ne s’agit le plus souvent que de détours qui, s’ils divergent, à nouveau convergent. (Ibid., p. 137)

69Une telle description des trajets des autistes sur le mode convergence/divergence est un effet lié au dispositif d’inscription lui-même. Plus précisément, les problèmes de notation rencontrés dans le suivi des déplacements d’un autiste sont immédiatement traduisibles en marques tenues pour émaner de l’objet et, tout à la fois, en questions d’ordre théorico-pratique qui se posent à l’analyste de ces traces et lui assignent une méthode d’investigation. Celle-ci prend la forme de la recherche systématique d’une mise en corrélation des sinuosités de la ligne du tracé, notamment l’élévation au rang de phénomène remarquable des lieux les plus fréquentés, avec quelque élément du milieu qui aura « permis/provoqué » le fait relevé pour sa pertinence. Désormais, le permanent sera attentif à cette sorte de corrélation, issue de la pratique des cartes, et qu’il attribuera à une disposition commune chez les autistes. Il en vérifiera la présence dans le comportement des jeunes autistes nouveaux venus dans l’unité.

L’incorrigibilité des construits théoriques

  • 16 Pour une présentation critique de cette perspective courante et de ses implications pour l’analyse (...)

70Parvenu à ce point de l’exposé, l’on peut s’interroger sur la nature de la relation qui unit les descriptions théoriques aux descriptions occasionnées. Ces deux exemples fournissent des éléments de réponse. Les descriptions théoriques incorporent dans l’environnement ce qui est de l’ordre des présupposés de la compréhension de sens commun comme de ceux des modèles sociologiques constructivistes de l’action humaine. Les traits de l’environnement, eu égard au mode de penser autiste, susceptibles de susciter l’agir, sont une paraphrase du rôle attribué à la norme, dans les analyses sociologiques, comme contrainte de conformation des conduites individuelles à un ordre social objectif16. L’agir a à la fois cette dimension d’un acte d’initiative, d’un engagement personnel de l’auteur de l’acte, et celle de la conformité nécessaire à un ordre des choses supra-individuel, socialement déterminé. Les descriptions théoriques insistent sur la relation étroite qui existe entre les pratiques routinisées des permanents sur le lieu de leurs unités et les manifestations de l’agir – quelles que soient les particularités de celles-ci.

  • 17 L’une des tentatives les plus récentes allant dans ce sens est représentée par Jouvenet, Caillot-Ar (...)

71Cette orientation des descriptions théoriques converge avec l’attente routinisée des permanents que les actes des autistes se conforment à des exigences de conduites socialement ordonnées. Dans les deux cas, les descripteurs rétrocèdent à la « réalité extérieure » cela même qu’ils ont octroyé par leurs opérations situées de description à la conduite des autistes – à savoir, son caractère cohérent et intelligible pour peu que les conditions favorables soient réunies. Les deux pratiques réalisent la détermination objective de leur objet dans l’oubli corrélatif de leurs procédures socialement organisées, contingentes et continues, dont procède la factualité de l’objet (Dulong, 1984). Cette invisibilisation est la condition principielle de l’énonciation et de la reconnaissance sociale des jugements de vérité. Une fois l’objet stabilisé, il est offert à toutes sortes d’analyses ultérieures menées par d’autres analystes que Deligny, mais toujours conformément à l’orientation générale donnée à l’objet par les construits théoriques delignyens – cela même en quoi consiste l’objet et que ces investigations reformulent à leur tour17.

  • 18 Un champ s’ouvre ainsi à la théorie et à la pratique sociologique qui délaisse les contenus de croy (...)

72Les objets des construits théoriques ne peuvent être vérifiés – ni infirmés ni confirmés – par un examen des mêmes faits qui serait conduit dans une perspective différente (en l’espèce, l’autisme abordé du point de vue d’un handicap). La raison de cette incorrigibilité des construits théoriques tient à ce que les faits considérés ne sont pas disponibles dans le monde comme tels. Ils ne sont constitués en faits définis du monde réel qu’à la lumière d’un travail interprétatif organisationnellement déterminé. La théorisation des objets du monde social consiste exclusivement et entièrement18 dans ce travail. À cet égard, de tels construits théoriques constituent ce que Schütz (1987) désigne par la formule de « province limitée de signification ». Du fait de l’essentielle intrication de la méthode et de l’objet, modifier le point de vue analytique, c’est-à-dire le réseau conceptuel dans lequel est tissé l’objet, ce n’est pas corriger tel ou tel aspect particulier d’une représentation préétablie. C’est mettre à jour un fait d’expérience différent, ainsi que peut l’être l’autisme dans le discours de Deligny comparé à l’objet qu’il désigne dans l’approche d’un thérapeute. Il ne peut être question de passer de l’une à l’autre de ces approches ni de considérer le contenu de l’une en fonction de l’autre.

Conclusion

73Pour conclure cette seconde partie, je voudrais souligner le fait que, à l’instar des descriptions occasionnées, les construits théoriques delignyens ont un horizon, qui n’est pas celui de la théorisation scientifique de l’autisme, mais celui du monde de la vie avec lequel l’homme a affaire dans l’attitude naturelle. Dans ce contexte, la « relevance motivationnelle » (Schütz, 1962b) des personnes vivant auprès des autistes est celle de la « normalité à la perception » des scènes familières de la vie courante, donc de la typicalité des cours d’action auxquels prennent part les autistes. La normalité en cause ne tient pas à des propriétés spécifiques de l’objet, que les membres de ce milieu auraient découvertes, ni même à l’action « thérapeutique » exercée par l’environnement organisé sur la conduite des autistes. Elle tient en définitive aux manières socialement sanctionnées d’en parler – qui sont celles de l’explication ordinaire de l’action.

74La dualité des registres de thématisation de l’autisme « est » le processus socialement organisé par lequel les membres de la communauté assurent l’intégrité du phénomène par-delà les occurrences singulières de ses manifestations.

  • 19 Deligny écrit à ce sujet : « Si l’enfant autiste, de par ses manières d’être, est révélateur d’un m (...)

75Les descriptions théoriques n’ont pas pour objectif ni résultat d’expliquer le comportement autiste en termes de réactions d’un organisme à son environnement ni même en termes de conséquences d’une relation de nourrissage insatisfaisante entre la mère et l’enfant. Il s’agit plus exactement de décrire des scènes d’activité sous le jour de facteurs dispositionnels qui sont à l’œuvre dans la conduite de cette activité par un autiste et qui définissent l’« agir », le concept central de la théorie delignyenne, en tant que forme d’être humaine19. À l’aide de ce concept et de quelques autres, la description de scènes d’activités par Deligny est l’occasion de constituer une classe d’acteurs sociaux dotés de certains attributs distinctifs et collectifs, identifiables dans toutes les circonstances d’activité et sous-jacents au moindre des actes de l’un quelconque des membres de la classe.

76La convergence des descriptions occasionnées et des descriptions théoriques se réalise à ce niveau de typification. La notion de l’agir autiste est constituée de motivations typifiées dont la caractéristique principale est de renvoyer de façon systématique à une tendance profonde des autistes à agir conformément aux règles d’usage du milieu, à attendre que ces règles soient respectées par tout un chacun en toutes circonstances, quitte à agir de façon correctrice face à toute manière de faire incorrecte. Une telle typification munit les membres non autistes de ce milieu d’une véritable grille de lecture grâce à laquelle ils peuvent normaliser la conduite de tout autiste nouveau-venu selon le cadre de référence communément appliqué aux autistes de ce milieu.

  • 20 Classe qui est elle-même avant tout un construit théorique médical désignant une forme de pathologi (...)

77J’ai indiqué que ce cadre n’était en rien l’expression neutre des traits spécifiques de l’autisme. Bien au contraire, il est l’application à cette classe d’individus particuliers que sont les autistes20 des schèmes d’interprétation de l’action humaine dans l’attitude naturelle. Ceci se réalise dans la maîtrise pratique d’une grammaire de l’action qui est consubstantielle à une forme de vie. De ce point de vue, l’agir autiste est compréhensible dans les termes des modèles de l’acteur rationnel ayant cours dans les sciences sociales comme dans la compréhension commune de l’action. Dans la mesure où l’agir permet de réaliser une lecture de l’autisme dans la perspective de l’action humaine, la théorisation delignyenne n’est pas loin de la problématique proposée par Schütz (1962a, p. 18) au sujet du rôle de la typification dans la compréhension de sens commun. Il indique que, dans l’attitude naturelle, plus les aspects pertinents nécessaires à la relation d’interaction avec autrui sont détachés d’éléments liés à sa personne et à son comportement, et plus la compréhension du comportement d’autrui est aisée. Schütz souligne que de tels modèles de comportements typifiés sont fréquemment institutionnalisés. Ils deviennent alors de véritables normes de conduites auxquelles les individus conforment leurs actes sociaux. Les construits théoriques delignyens thématisent l’agir sur le mode de l’action sociale, cependant que les descriptions occasionnées montrent l’autiste sous le jour d’un agent moral (cf. Taylor, 1983, chap. III).

78La capacité de voir et de décrire les comportements des jeunes autistes comme actions humaines est ainsi une propriété émergente de la forme de vie des unités du réseau. C’est en participant à ce mode de vie, en se familiarisant avec les pratiques qui le constituent et en adoptant la perspective des permanents que l’observateur occasionnel acquiert les ressources qui lui permettent d’y reconnaître des activités humaines ou des actions sinon normales du moins toujours justifiables, à condition de supposer que le monde social est ordonné. Ces ressources, qui sont disponibles, pour l’observation et la description de l’action sont celles-là mêmes qui sous-tendent la coexistence pratique avec les jeunes autistes. C’est alors en définitive la pratique elle-même qui sert de cadre global à la normalisation discursive de leurs comportements. En même temps elle y est mise en scène.

Bibliographie

Baccus Melinda D. (1986), « Sociological Indication and the Visibility Criterion of Real World Social Theorizing », in H. Garfinkel (ed.), Ethnomethodological Studies of Work, Londres, Routledge & Kegan Paul, p. 1-19.

Becker Howard (1963), Outsiders, New-York, Free-Press.

Bilmes Jack (1986), Discourse and Behavior, New-York et Londres, Plenum Press.

Blum Alan F. & Peter McHugh (1971), « The Social Ascription of Motives », American Sociological Review, 36, p. 98-109.

Chauviré Christiane (1989), Ludwig Wittgenstein, Paris, Seuil.

Deligny Fernand (1975), Nous et l’Innocent, Paris, Maspéro.

Deligny Fernand (1976), « Les Cahiers de l’Immuable », Recherches, 24, novembre.

Deligny Fernand (1978), Le croire et le craindre, Paris, Stock.

Deligny Fernand (1979), Les détours de l’agir ou le moindre geste, Paris, Hachette.

Deligny Fernand (1980a), Singulière ethnie, Paris, Hachette.

Deligny Fernand (1980b), Les enfants et le silence, Paris, Galilée/Spirali.

Deligny Fernand (1982), Traces d’I. Autisme, sciences humaines et philosophie, Louvain-la-Neuve, Cabay (avec des textes de J. M. Chaumont).

Deligny Fernand (1983), Traces d’être et bâtisse d’ombre, Paris, Hachette.

Dulong Renaud (1984), « La factualité comme phénomène », Arguments ethnométhodologiques, Paris, CEMS-CNRS, EHESS, p. 38-53.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, N.-Y., Englewood-Cliffs, Prentice-Hall.

Garfinkel Harold & Harvey Sacks (1970), « On Formal Structures of Practical Actions », in J. C. McKinney & E. A. Tiryakian (eds), Theoretical Sociology. Perspectives and Developments, New-York, Appleton-Century-Crofts, p. 337-366.

Garfinkel Harold, Lynch Michael & Eric Livingston (1981), « The Work of a Discovering Science Construed with Materials from the Optically Discovered Pulsar », Philosophy of the Social Sciences, 11 (2), p. 131-158.

Heidegger Martin (1962), Die Frage nach dem Ding, trad. de l’all. par J. Reboul et J. Taminiaux, (1971), Qu’est-ce qu’une chose ?, Paris, Gallimard (réed. 1988).

Jodelet Denise (1989), Folies et représentations sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Jouvenet Louis-Pierre, Caillot-Arthaud Jean-Michel & Claude-Louis Chalaguier (1988), Deligny, 50 ans d’asile, Toulouse, Privat.

Latour Bruno (ed.) (1984), « Les vues de l’esprit », Culture Technique, 14, juin.

Lynch Michael & Steve Woolgar (eds) (1988), « Representation in Scientific Practice », Human Studies, 11 (2-3), avril/juillet.

Lynch Michael, Livingston Eric & Harold Garfinkel (1983), « Temporal Order in Laboratory Work », in K. Knorr-Cettina & M. Mulkay (eds), Science Observed, Londres, Sage, p. 205-238.

Pollner Melvin (1974a), « Sociological and Common-Sense Models of the Labelling Process », in R. Turner (ed.), Ethnomethodology, Harmondsworth, Penguin Books.

Pollner Melvin (1974b), « Mundane Reasoning », Philosophy of the Social Sciences, 4, p. 35- 54.

Pollner Melvin (1975), « “The Very Coinage of Your Brain” : The Anatomy of Reality Disjunctures », Philosophy of the Social Sciences, 5, p. 411-430.

Prieto Luis J. (1975), Pertinence et pratique, Paris, Minuit.

Ricœur Paul (1977), La sémantique de l’action, Paris, Éditions du CNRS.

Ricœur Paul (1983), Temps et récit, t. 1, Paris, Seuil.

Sacks Harvey (1972), « Notes on Police Assessment of Moral Character », in D. Sudnow (ed.), Studies in Social Interaction, N.-Y., Free-Press, p. 280-293.

Schütz Alfred (1962a), « Common Sense and Scientifïc Interpretation of Human Action », Collected Papers, t. I, La Haye, Martinus Nijhoff, p. 3-47, (trad. fr. de A. Noschis-Gillieron, (1987), « Sens commun et interprétation scientifique de l’action humaine », Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, p. 7-64).

Schütz Alfred (1962b), « Some Structures of the Life-World », Collected Papers, t. III, op. cit., pp. 116-132.

Sudnow David (1972), « Temporal Parameters of Interpersonnal Observation », in Id. (ed.), Studies in Social Interaction, New-York, Free Press, p. 259-279.

Taylor Charles (1971), « Interpretation and the Sciences of Man », The Review of Metaphysics, XXV, 1 (97), p. 3-51.

Taylor Charles (1983), « The Concept of a Person », in Id., Social Theory as Practice, Delhi, Oxford University Press, p 48-67.

Wieder D. Lawrence (1974), Language and Social Reality, La Haye, Mouton.

Wilson Thomas P. (1970), « Conceptions of Interaction and Forms of Sociological Explanation », American Sociological Review, 35, p 697-710.

Notes

1 Je tiens à remercier tout particulièrement Werner Ackermann (CNRS-CSO) pour la lecture minutieuse qu’il a faite d’une version antérieure de ce texte.

2 Se reporter à la bibliographie en fin d’article.

3 Concernant les études sociologiques sur le rôle des « dispositifs de représentation » dans la construction de leur objet par les sciences, dont s’inspirent quelque peu les remarques qui suivent, cf. Latour (1984), Lynch & Woolgar (1988).

4 Tous ces termes entre guillemets sont ceux appartenant au vocabulaire autochtone.

5 Ce qu’il est convenu d’appeler le « réseau Deligny », composé de plusieurs unités indépendantes existe depuis 1967. Pendant cette période, l’unité que j’ai étudiée a connu trois groupes de responsables successifs.

6 À propos de la manière dont les membres, dans la conduite de leurs activités ordinaires, rendent accessible à autrui le sens de leur comportement de sorte qu’il soit visible en un trait de temps, cf. Sudnow (1972) ; sur les problèmes que cela pose pour la préservation de l’identité personnelle eu égard aux apparences de la conduite qui peuvent la trahir, cf. Sacks (1972).

7 L’activité la mieux assurée peut subitement se transformer en une activité insensée. Ainsi en va-t-il de la vaisselle si le jeune autiste, après avoir rincé le dernier couvert ou bien entre deux ustensiles, ramasse des pierres et les plonge l’une après l’autre dans la bassine de rinçage.

8 Quelques cartes accompagnées de leur légende, rédigées par Deligny, ont été publiées dans des revues, puis reprises dans des recueils de textes de Deligny (1975, p. 7-33 ; 1976, p. 11- 15 ; 1980, p. 27-30). Pour ma part, j’ai eu l’occasion de m’initier à cette pratique, en traçant quatre-vingt cartes au cours de mon premier séjour. C’est largement l’analyse de cette expérience que je présente ici.

9 Cette démarche est comparable à celle du médecin légiste ayant à déterminer la cause d’une mort violente. Cf. à ce propos Garfinkel (1967 ; 1981).

10 Dans ce cadre, même un comportement inadéquat est descriptible sous la forme d’une « erreur » d’interprétation commise par l’autiste sur la règle correcte à appliquer. Cette erreur est à rechercher dans l’espace d’activité – un objet qui n’était pas à la place où il aurait dû être, par exemple.

11 Ceci en référence au fait qu’elle établit la grammaire de l’action.

12 Sur cette question du conflit d’interprétation des faits perçus, cf. Pollner (1974 ; 1975).

13 Un élément de la rareté des usages de ces concepts dans les descriptions spontanées tient à la difficulté d’utiliser dans la conversation courante des concepts sous forme de verbes substantivés. Au début de mon séjour, nous nous y sommes essayés, le permanent et moi-même, et avons dû y renoncer.

14 Sur la distinction entre formulations et énoncés indexicaux, cf. Garfinkel & Sacks (1970).

15 Jean-Michel Chaumont s’attachera à développer ce point dans les textes rassemblés dans Deligny (1982).

16 Pour une présentation critique de cette perspective courante et de ses implications pour l’analyse sociologique, cf. Wieder (1974), Wilson (1970).

17 L’une des tentatives les plus récentes allant dans ce sens est représentée par Jouvenet, Caillot-Arthaud & Chalagiuer, 1988

18 Un champ s’ouvre ainsi à la théorie et à la pratique sociologique qui délaisse les contenus de croyance, d’intérêt et autres facteurs prévalents pour rendre compte de l’action sociale au profit de la description des micropratiques, des manières de faire pratiquement maîtrisées par les mebres considérées dans le cadre même de leur réalisation concertée. À partir de cette perspective, où l’on aura reconnu l’ethnométhodologie, il est envisageable d’appréhender le point de vue panoramique inquestionné qui structure les formes de l’expérience vécue d’un objet pour les membres qui maîtrisent une technique. Comme le souligne fort justement Chauviré : « Ce n’est pas le contenu immédiat du vécu (affects, représentations) qui est pertinent (eu égard à la compréhension), mais le fait que ce vécu suppose l’apprentissage de certaines pratiques, l’acquisition de certaines aptitudes par des dressages, etc. Ce qui nous renvoie en définitive à la culture comme au contexte le plus global. » (1989, p. 186).

19 Deligny écrit à ce sujet : « Si l’enfant autiste, de par ses manières d’être, est révélateur d’un mode d’être – et non d’un être qui malencontreusement autiste serait – ce mode d’être est commun et pourvu d’un certain point de voir humain, si on entend humain en termes d’espèce. Ce point de voir est une manière de voir. Si ce mode d’être – et l’être alors ne se voit pas – est du verbe être d’espèce, il est immuable et il existe à l’infinitif I. Qui n’existe que de par les êtres de cette espèce-là. » (1983, p. 36).

20 Classe qui est elle-même avant tout un construit théorique médical désignant une forme de pathologie parmi un ensemble d’objets comparables propres à une discipline scientifique. L’objet considéré est par là-même indissociable d’une pratique sociale constitutive de la définition légitime de l’autisme. Celui-ci n’est pas un phénomène naturel se tenant en soi.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search