Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action

 | 
Patrick Pharo
, 
Louis Quéré

Recherches

Plans d’action

Problèmes de représentation de la pratique en sciences cognitives

Handlungspläne

Plans of Action

Lucy Suchman
Traduction de Michel Barthélémy et Louis Quéré

Résumé

Agir en situation consiste-t-il simplement à mettre en œuvre un plan d’action ? La plupart des chercheurs en Intelligence Artificielle n’hésitent pas à répondre positivement à cette question lorsqu’ils tentent de formaliser les pratiques et les conduites humaines. Cet article critique cette présupposition et suggère de considérer que les actions ne sont pas déterminées par des plans préalables mais par un processus d’adaptation à la situation au fur et à mesure qu’elle se découvre de l’intérieur d’un cours d’action.

Note de l’éditeur

« Representing Practice in Cognitive Sciences », Human Studies, 11 (2-3), 1988, p. 305-325. Traduit avec la permission de Kluwer Academie Publischers.

Texte intégral

  • 1 Cet article et le travail dont il rend compte ont amplement bénéficié de discussions avec mes colla (...)

1Les études récentes en sociologie de la science ont pour préoccupation centrale la relation entre les divers dispositifs de représentation et la pratique scientifique (cf. Tibbett, 1988, et Lynch & Woolgar, 1988). Les dispositifs de représentation incluent les modèles, diagrammes, formules, traces et une foule d’autres artefacts considérés comme représentant le phénomène soumis à investigation. Plusieurs prémisses sous-tendent l’étude de la relation de tels dispositifs avec la pratique scientifique. La première est que c’est à travers ces dispositifs que sont établies la régularité, la reproductibilité et l’objectivité aussi bien des phénomènes que des méthodes par lesquelles ils sont découverts. La deuxième est que les dispositifs de représentation ont une relation systématique mais nécessairement contingente et ad hoc avec les pratiques scientifiques. Et la troisième prémisse est que les technologies représentationnelles jouent un rôle central dans la manière dont le travail scientifique est effectué. Jusqu’à présent les études de la science se sont concentrées sur les sciences physiques et biologiques (cf. par ex. Collins, 1985 ; Latour & Woolgar, 1979 ; Garfinkel, Lynch & Livingston, 1981 ; Knorr-Cetina, 1981 ; Lynch, 1985 : Lynch, Livingston & Garfinkel, 1983). Cet article rejoint d’autres travaux (Woolgar, 1985 ; Collins, 1987) qui ont dirigé leur attention vers un nouveau champ de la pratique scientifique, à savoir les sciences cognitives1.

2En prenant les sciences cognitives pour objet de la recherche sociologique, nous sommes confrontés à une question centrale concernant la relation de la représentation et de la pratique. La question peut être formulée, au moins initialement, de la manière suivante : les études ethnométhodologiques des sciences physiques et biologiques n’accordent d’intérêt à la question de l’adéquation des représentations scientifiques que pour autant qu’il s’agit d’une question que se posent les membres. L’argument de telles études est spécifiquement de ne pas trouver motivation à ironiser sur la relation entre les constructions du phénomène faites par l’analyste et celles des praticiens (Garfinkel, 1967, ch. VIII ; Woolgar, 1983). La tâche de l’analyste est plutôt de rechercher comment les praticiens parviennent à quelque compréhension que ce soit du phénomène, en tant qu’elle est l’accomplissement identifiant de leur pratique scientifique. En s’intéressant aux sciences cognitives, cependant, on se tourne vers une science dont le phénomène d’intérêt lui-même est la pratique. La théorisation en sciences cognitives a pour objet l’esprit et ses manifestations dans l’action rationnelle. Et en concevant ce qu’il est convenu d’appeler des systèmes informatiques intelligents, les représentations de la pratique – la relation expert/novice, le diagnostic médical, le dépannage de matériel électronique et le reste – fournissent les bases pour rendre rationnel le comportement de la machine.

  • 2 L’étude des pratiques au tableau est une partie d’un projet plus large en collaboration avec Randy (...)

3Dans cet article je considère deux conceptions distinctes mais connexes de la notion de « pratiques de représentation » en rapport aux sciences cognitives, par le biais d’une discussion de deux recherches. La première étude, achevée récemment, porte sur la manière dont les chercheurs en sciences cognitives représentent la nature et les opérations de la pratique sociale, en tant que partie intégrante de leur propre travail de conception de machines intelligentes. Ces procédés incluent la représentation de la pratique en termes de relations logiques entre les actions, leurs conditions et la conception d’artefacts qui incorporent ces représentations. La seconde recherche, en cours de réalisation, étudie les pratiques de représentation de chercheurs en sciences cognitives engagés dans un travail de conception au tableau blanc mené en collaboration avec d’autres2. Ces deux recherches considèrent la pratique de représentation à la fois comme objet du travail des chercheurs en sciences cognitives et comme sujet de la recherche sociologique.

Intelligence artificielle et compétence interactionnelle

4L’usage du terme « Sciences cognitives » remonte aux années 1970 ; il désigne une convergence d’intérêt, depuis les années 1950, parmi les neuro-physiologistes, les psychologues, les linguistes, les chercheurs en anthropologie cognitive et plus récemment en informatique, concernant la possibilité d’une science intégrée de la cognition (pour une histoire enthousiaste de ce mouvement, cf. Gardner, 1985). La confiance à la fois dans la cognition et dans la science a été au moins initialement un aspect important de cette histoire. Au tournant du siècle, la méthode en usage pour l’étude de la vie mentale de l’être humain était l’introspection et, dans la mesure où l’introspection n’était pas justiciable des nouveaux canons de la méthode scientifique, l’étude de la cognition semblait vouée à demeurer irrémédiablement étrangère au champ scientifique. En réaction à cette perspective, les behavioristes posèrent que l’action humaine devait être traitée en termes de relations, observables publiquement et descriptibles mécaniquement, d’un organisme avec son environnement. Au nom de la volonté de faire des sciences cognitives une science véritable, l’étude de la cognition en tant qu’étude d’un objet distinct du comportement conditionné fut effectivement abandonnée par le courant dominant de la psychologie.

5De ce point de vue, le projet des sciences cognitives fut de ramener la pensée ou la signification au sein de l’étude de l’action humaine tout en préservant l’ancrage dans la science. Les sciences cognitives introduisent des construits mentalistes tels que des croyances, des désirs, des intentions, la capacité d’anticiper et de résoudre des problèmes. Les intentions humaines redeviennent la base de la psychologie cognitive, mais cette fois sans les spéculations invérifiables des tenants de la démarche introspective. L’étude de la cognition doit être opérationalisée, non plus par le biais d’une stricte adhésion au behaviorisme, mais par l’utilisation d’une nouvelle technologie, l’ordinateur.

6La branche des sciences cognitives plus particulièrement consacrée à l’ordinateur est l’Intelligence Artificielle (IA). Le domaine de l’IA surgit lorsque les progrès réalisés dans la technologie des ordinateurs furent eux-mêmes liés aux développements de la neurophysiologie et des théories mathématiques de l’information. Les exigences de la modélisation en informatique, d’une « psychologie à base de traitement d’information », semblent à la fois faire sens sur le plan théorique et fournir les outils de description qui permettent de développer une science des phénomènes mentaux inaccessibles sans cela. Si les processus mentaux sous-jacents peuvent être modélisés sur un ordinateur de façon à produire le comportement extérieur correct, l’argument est que le modèle peut être considéré comme ayant passé de façon satisfaisante le test de sa validité psychologique.

7Une idée directrice dans les sciences cognitives est que l’esprit est le mieux représenté, non pas comme une substance ni comme une entité immatérielle, mais en tant que structure abstraite pouvant être implantée dans un grand nombre de substrats physiques possibles. Selon ce point de vue, ce n’est qu’incidemment que l’intelligence est incorporée dans la neurophysiologie du cerveau humain. Ce qui est essentiel à l’intelligence peut être abstrait de ce substrat particulier, quoique hautement performant, et incorporé dans un nombre incalculable de formes alternatives. L’adhésion à une conception abstraite et désincarnée de la cognition et à l’idée que la cognition peut être physiquement incorporée dans un ordinateur, a conduit à voir l’intelligence d’abord et avant tout comme une affaire d’opérations mentales et, secondairement, en tant qu’épiphénomène, comme l’« exécution » d’actions situées.

8Les sciences cognitives considèrent, sans trop se poser de questions, l’intelligence comme une faculté des esprits individuels. Par contre, la mesure du succès du projet de l’IA est essentiellement d’ordre social. La preuve de l’intelligence, après tout, n’est que la rationalité observable des sorties (output) de la machine, relativement à ses entrées (input).

  • 3 Ainsi que l’indique Michael Lynch : « Étant donné la facilité avec laquelle on peut construire un o (...)

9Cette base sociologique de l’intelligence des machines est implicite dans le test de Turing, qui est désormais davantage un objet appartenant au folklore des sciences cognitives, qu’une composante de sa pratique effective. Turing (1950) soutenait que si on pouvait amener une machine à répondre à des questions d’une façon telle que la personne posant les questions ne pouvait pas distinguer entre la machine et un autre être humain, la machine devrait être décrite comme étant intelligente3. Turing rejetait expressément, comme objection possible au test qu’il proposait, le fait que bien que la machine puisse réussir à ce jeu, elle pouvait le faire par des moyens qui n’ont aucune ressemblance avec le raisonnement humain. Turing prétendait précisément que le fait de réussir au jeu, quel que soit le mécanisme, est une preuve suffisante d’intelligence (1950, p. 435). Le test de Turing devint de cette façon la forme canonique de l’argument selon lequel si deux dispositifs de traitement de l’information, sujets aux mêmes stimuli en entrée, manifestent en sortie un comportement non distinguable, alors chaque processeur est essentiellement équivalent à l’autre, peu importe que leurs opérations internes soient les mêmes ou pas.

10Les aspects de la controverse soulevée par le test de Turing ont été prolongés dans une famille de programmes développés par Joseph Weizenbaum, dans les années soixante, sous le nom d’ELIZA, conçus pour soutenir une « conversation en langage naturel » avec un ordinateur (Weizenbaum, 1983).

11Au sujet du nom du programme ELIZA, Weizenbaum écrit ceci : « Son nom a été choisi pour souligner qu’il peut être amélioré au fur et à mesure par ses utilisateurs, puisque les capacités de son langage peuvent être continuellement améliorées par un “professeur”. Comme l’Elise du fameux Pygmalion il peut prendre une apparence plus civilisée, la relation entre l’apparence et la réalité, quoiqu’il en soit, demeurant l’affaire du dramaturge. » (Ibid., p. 23).

12Les anecdotes relatant des occasions où des personnes utilisant le téléscripteur de l’un des programmes ELIZA et le croyant connecté à un collègue, s’engagèrent dans une certaine sorte d’« interaction » sans détecter la vraie nature de leur interlocuteur, conduisirent certains à affirmer que le programme de Weizenbaum avait réussi une forme simple du test de Turing. Cependant, Weizenbaum lui-même nia l’intelligence du programme, sur la base du mécanisme sous-jacent, qu’il considérait comme « une simple collection de procédures » (ibid., p. 23) : « La procédure globale du programme est très simple : le texte (écrit par le participant humain) est lu et inspecté à la recherche de la présence d’un mot-clé. Si un tel mot est découvert, la phrase est transformée en fonction d’une règle associée au mot-clé ; sinon une remarque sans contenu ou, sous certaines conditions, une transformation antérieure sont rétablies. Le texte ainsi traité ou rétabli est finalement affiché. » (Ibid., p. 24 ; souligné par l’auteur).

13La conception des programmes ELIZA exploite l’inclination naturelle des gens à faire usage de la « méthode documentaire d’interprétation » (cf. Garfinkel, 1967, ch. 3), à prendre les apparences pour la preuve ou le document d’une réalité sous-jacente, cependant qu’ils traitent la réalité ainsi imputée comme une ressource pour interpréter l’apparence. Dans une situation artificielle qui, quoique conçue indépendamment d’eux, et sans y faire allusion, est très proche à la fois du « test de Turing » et des situations rencontrées avec les programmes ELIZA de Weizenbaum, Garfinkel entreprit de tester la méthode documentaire dans le contexte du conseil. On demanda à des étudiants de poser des questions, concernant leurs problèmes personnels, à quelqu’un qu’on leur présentait comme étant un conseiller d’orientation, installé dans une autre pièce. Ils n’étaient autorisés à poser que des questions auxquelles on pouvait répondre par oui ou par non, et les réponses étaient données par le conseiller sur une base aléatoire. Pour les étudiants, les réponses du conseiller étaient motivées par leurs questions. C’est-à-dire que, en prenant chaque réponse pour la manifestation de ce que le conseiller « avait en tête », les étudiants étaient à même de trouver dans l’échange un « pattern » délibéré qui expliquait la signification et la pertinence de chaque nouvelle réponse en tant que réponse à leur question : « le pattern sous-jacent était élaboré et arrangé tout au long de la série des échanges et était accommodé à chaque nouvelle “réponse” afin de maintenir le “cours de l’activité de conseil”, d’élaborer ce qui avait été “réellement conseillé” précédemment et de motiver de nouvelles possibilités en tant que traits caractéristiques émergents du problème. » (1967, p. 90).

14Les programmes ELIZA et le conseiller dans l’expérience de Garfinkel démontrent la généralité de la méthode documentaire. Ils démontrent aussi à quel point la signification des actions est constituée non pas par les intentions des acteurs mais à travers l’activité interprétative des destinataires.

15Les utilisateurs d’ELIZA et les étudiants de Garfinkel sont capables de construire, à partir des « réponses » mécaniques du premier et des « réponses » faites au hasard par le second, une réponse à leurs questions. Cela pose clairement un problème pour les critères d’intelligence retenus par le test de Turing et par le test d’intentionalité proposé par Dennett (1978, ch. 1). Dennett soutient que les systèmes intentionnels sont simplement ceux dont le comportement est intelligible, de façon satisfaisante, en termes intentionnels. ELIZA et le conseiller satisfont pleinement à ce critère. Mais ils montrent en même temps que cette mesure ne convient pas en matière d’interaction intentionnelle. La consigne du conseiller est précisément de ne pas interagir. Ses « réponses » ne sont pas des réponses aux questions de l’étudiant. Les interprétations que l’étudiant élabore ne peuvent être l’objet d’aucune correction de la part du conseiller, s’il voit que ses propos ont été mal compris. Ou plutôt, il n’y a pas de notion de malentendu dans la mesure où, en l’absence de tout point de vue propre du conseiller, n’importe quelle compréhension de l’étudiant qui « marche » fera l’affaire. Dans la communication humaine en revanche, il y a deux « étudiants », tous deux engagés dans la compréhension du sens des actions de l’autre, rendant leurs propres actions intelligibles, établissant les significations produites et cherchant tous les indices d’un malentendu possible. Seul ce processus réciproque et hautement contingent peut être qualifié d’« interaction ».

16Pour que le comportement ne soit pas seulement intelligible mais encore intentionnel, il doit y avoir semble-t-il, quelque chose à propos de l’acteur qui confère un sens à son action. En tant que participants engagés dans une interaction notre activité ne consiste pas à construire unilatéralement la signification mais, en quelque sorte, à lire dans l’action l’intention sous-jacente de l’acteur. Cette perspective de sens commun est adoptée par les chercheurs en sciences cognitives, qui considèrent que l’action reflète un mécanisme cognitif sous-jacent ou des projets qui la génèrent. Représenter la pratique revient, selon ce point de vue, à représenter ces mécanismes ou ces projets.

Les plans, déterminants de l’action

17L’identification de l’intention avec un plan-pour-l’action est explicite dans les textes des philosophes de l’action partisans des recherches en intelligence artificielle telle que Margaret Boden (1973) qui écrit : « À moins de penser qu’une intention est un projet d’action (action-plan) qui peut s’élaborer sur un savoir d’arrière-plan et l’utiliser pour orienter le comportement, on ne peut pas comprendre comment les intentions fonctionnent dans la vie réelle. » (p. 27-28).

18Une extension logique du point de vue de Boden, particulièrement en vue de le rendre plus opérationnalisable, est l’idée que les prévisions sont de véritables prescriptions ou instructions pour l’action. La sociologie traditionnelle postule de la même manière un acteur doté d’une rationalité instrumentale dont le choix de moyens alternatifs pour atteindre un but donné est médiatisé par des normes de comportement fournies par la culture – un acteur que Garfinkel qualifie d’« idiot culturel » : « Par “idiot culturel” j’entends l’homme dans la société tel qu’elle est considérée par le sociologue, qui produit les traits stables de la société en agissant en conformité avec des alternatives d’actions légitimes et préétablies, fournies par la culture commune. » (1967, p. 68).

19Les sciences cognitives adoptent cette vue normative de l’action sous la forme du modèle de la planification (planning model). Le modèle propose que lorsqu’ils agissent dans un but réfléchi, les acteurs construisent et exécutent des plans, des règles qui rapportent l’action à ses conditions, ou toute autre forme de représentation qui, à titre de nécessité préalable, contrôlent les actions dans le monde.

20Une ancienne et lumineuse présentation de cette perspective est celle de Miller, Galanter et Pribram dans leur ouvrage Les plans et la structure du comportement (1960) : « Toute description complète du comportement devrait pouvoir servir comme ensemble d’instructions ; elle devrait avoir les caractéristiques d’un plan susceptible de guider l’action décrite. Lorsque nous parlons de plan […] le terme désigne une hiérarchie d’instructions… Un plan est un processus hiérarchique au sein de l’organisme qui peut contrôler l’ordre dans lequel une séquence d’opérations doit être accomplie. Un plan est, pour un organisme, ce qu’est un programme pour un ordinateur… Nous considérons qu’un programme d’ordinateur qui simule certains traits du comportement d’un organisme est une théorie sur le plan de l’organisme qui a généré le comportement. Plus généralement, nous utiliserons le terme « plan » pour désigner une esquisse sommaire d’un cours d’action […]) aussi bien que la spécification complètement détaillée de chaque opération particulière… Nous dirons qu’une créature exécute un plan particulier lorsque en réalité ce plan contrôle la séquence des opérations qu’il réalise. » (p. 17 ; souligné par les auteurs).

21Avec Miller, Galanter et Pribram, l’idée que l’action orientée vers un but est planifiée a le statut d’une théorie psychologique compatible avec la visée d’une description, mécaniciste et opérationalisable sur ordinateur, de l’action intelligente. En identifiant les intentions à des plans et les plans à des programmes, on est conduit à identifier la représentation et l’action, ce que fait la notion d’acteurs intelligents qui font des projets. Une fois que les représentations sont considérées contrôler les actions humaines, la possibilité de concevoir des formalismes qui puissent déterminer les actions d’« agents artificiels » devient plausible. Les actions sont décrites par des pré-conditions – ce qui doit être vrai pour permettre l’action – et des post-conditions, ce qui doit être avéré après que l’action ait eu lieu. En améliorant ou en complétant nos notions de sens commun de la structure de l’action, cette structure en arrive à être représentée non seulement sous la forme d’un ensemble empiriquement vérifiable de modèles de comportement ou sous celle d’une séquence d’actions plausible, mais sous la forme d’un plan hiérarchisé. Le plan se réduit, plus généralement, à une série détaillée d’instructions qui opèrent effectivement en tant que programme contrôlant l’action. À ce point, le plan ainsi stipulé peut prendre la place de l’action, dans la mesure où l’action est considérée comme étant dérivée du plan. Et une fois cette substitution faite, la théorie est auto-réalisatrice : le problème de l’action est supposé être résolu par le modèle de la planification et la tâche qui reste est de raffiner le modèle.

Les plans, ressources pour l’action

  • 4 La perspective originale de Garfinkel (1967), sur laquelle est fondée l’ethnométhodologie, a à voir (...)

22Considérés comme les déterminants de ce que font les gens, les plans fournissent à la fois un outil par lequel la pratique peut être représentée en sciences cognitives et une solution au problème de l’action intentionnelle. Si toutefois nous appliquons au point de vue de la science cognitive l’inversion qu’a effectuée l’ethnométhodologie, les plans acquièrent un statut différent4. Les plans ne décrivent pas le mécanisme par lequel l’action est produite et ils ne servent pas d’abord à résoudre le problème de l’analyste ; ils sont plutôt des construits de sens commun, produits et utilisés par les acteurs engagés dans leur pratique quotidienne. En tant que tels ils ne sont pas la solution au problème de la pratique mais une partie du sujet à analyser. S’ils fournissent des manières utiles de parler et de raisonner à propos de l’action, par contre leur relation à la production de l’action est une question ouverte.

  • 5 Je dois cet exemple à une discussion avec Terry Winograd. Pour une critique de grande portée de la (...)

23On peut voir clairement la fonction descriptive ou interprétative du discours sur les intentions, et sa relation problématique à la production, dans le cas de notre discours sur les nourrissons5. Ceux-ci sont très habiles à trouver le lait dont ils se nourrissent. Si vous touchez un bébé sur la joue, il orientera sa tête dans la direction où on l’a touché. De même si vous posez votre doigt sur les lèvres du bébé, il se mettra à têter. Dans un sens, décrivant son comportement, nous dirions qu’il sait « comment trouver sa nourriture ». Encore que suggérer que le bébé « a un but », qui est de trouver la nourriture sous la forme d’une représentation des actions impliquées, ou accomplit des calculs sur des structures de données qui incluent le « lait » comme fil directeur pour atteindre le but, semble peu plausible. Ce n’est pas que l’ensemble du comportement peut être réduit à cette sorte d’acte-réflexe d’un nourrisson, ou qu’un comportement n’est pas en grande partie à caractère symbolique. Le problème est que la description intentionnelle, quoiqu’utile, ne distingue pas entre ces choses.

  • 6 Je suis redevable à Randy Trigg pour cet exemple et beaucoup d’autres discussions éclairantes sur l (...)

24En même temps, il est clair qu’une telle description est une ressource. Nos projections imaginées et nos reconstructions rétrospectives sont les moyens principaux par lesquels nous nous saisissons d’une action située et raisonnons sur elle, tandis que l’action située nous est essentiellement transparente en tant qu’acteurs. En contemplant la descente délicate d’une série de rapides en canoë par exemple, il est très probable que l’on s’assoie un moment au bord des chutes et que l’on prépare la manière dont on va les descendre6. Ainsi l’on pourra penser quelque chose comme : « J’irai aussi loin que possible dans la gorge, j’essaierai de passer entre ces deux gros rochers, puis je reviendrai de toutes mes forces vers la droite pour contourner le prochain groupe de rochers. » Un grand nombre de délibérations, de discussions, de simulations et de reconstructions, peuvent intervenir dans un tel plan et peuvent aller tout aussi bien jusqu’à la construction de plans alternatifs. Mais en aucun cas – et c’est le point crucial – de tels plans ne contrôlent l’action, dans quelqu’acception que ce soit du mot « contrôler ». Quel que soit leur nombre ou l’étendue de leur usage éventuel, les plans s’arrêtent là où commence le travail de descendre les rapides. Quand vous en arrivez véritablement aux actions détaillées qui doivent être réalisées, in situ, vous ne comptez pas sur les plans, mais sur des habiletés incorporées dont vous disposez : à savoir manier un canoë, répondre aux courants et ainsi de suite. En d’autres termes, le but du plan n’est pas de vous permettre de descendre les rapides, mais plutôt de vous préparer de telle manière que vous soyez dans les meilleures conditions possibless pour utiliser votre savoir-faire incorporé dont finalement votre succès dépend.

  • 7 Pour une tentative récente de développer une description proprement informaticienne d’un « raisonne (...)

25Le modèle de la programmation (planning model) prend appui sur notre préoccupation de sens commun à l’égard de l’anticipation de l’action et de l’examen de ses conséquences et cherche à systématiser ce raisonnement en tant que modèle pour la pratique située elle-même. Ces exemples suggèrent néanmoins un point de vue alternatif à propos de la relation entre les prévisions, en tant que représentation des conditions et des actions, et la pratique en situation. La pratique située comprend des interactions continuelles avec l’environnement qui sont plus ou moins informées par des représentations d’actions et de leurs conditions, elles-mêmes plus ou moins accessibles à la représentation. La fonction de la prévision n’est pas de fournir une spécification ou une structure de contrôle pour de telles interactions locales, mais plutôt de nous orienter de manière à nous permettre, dans les interactions locales, de répondre aux faits imprévus et d’en éviter d’autres. Ainsi que le souligne Agree et Chapman : « Quand on se sert d’un plan, l’essentiel consiste à déterminer sa pertinence à l’égard des situations concrètes qui surviennent l’une après l’autre durant l’activité qu’il aide à organiser. » (1987)7.

26Les plans précisent les actions dans la limite où la précision est utile. Ils sont vagues quant aux détails de l’action, précisément au niveau auquel il est sensé de renoncer à la précision et de se reposer sur la disponibilité d’une réponse contingente et nécessairement ad hoc. En somme, les prévisions ne sont pas les déterminants de l’action. Elles sont plutôt des ressources que les acteurs construisent et consultent avant et après l’accomplissement de l’action.

L’ingénierie de l’interaction

27Les partisans du modèle de la planification en IA considèrent l’interaction simplement comme une extension du problème de la prévision d’un individu singulier à deux ou plusieurs individus agissant de concert. Dans un article de 1983 portant sur la reconnaissance des intentions, James Allen souligne ceci : « Commençons par une description intuitive de ce que nous pensons qu’il se produit lorsqu’un agent A pose une question à un autre agent B et à laquelle B répond. A a un but ; il ou elle crée un plan (une construction de plan) qui implique de poser à un agent B une question dont la réponse fournira l’information recherchée afin de réaliser le but visé. A exécute alors ce plan, posant la question à B. B interprète la question et tente d’inférer le projet de A (inférence de projet). » (p. 110).

28Le problème de l’interaction, de ce point de vue, est de reconnaître les actions des autres en tant qu’expressions de leurs intentions sous-jacentes. Le caractère approprié d’une réponse est déterminé par cette analyse, à partir de laquelle l’auditeur adopte de nouveaux buts en retour et projette ses propres paroles en vue de les produire. Après ce modèle, la théorie des actes de paroles de Searle paraît offrir quelques orientations initiales pour des modèles programmés de la communication. Les conditions de félicité des actes de paroles de Searle sont considérées comme « préconditions » de l’acte de parole, cependant que sa force illocutoire désigne l’« effet » désiré : « Les paroles sont produites par des actions (actes de paroles) qui sont exécutées afin de produire un certain effet sur l’auditeur. Cet effet implique typiquement la modification des croyances ou des buts de l’auditeur. Un acte de parole, comme n’importe quelle autre action, peut-être observé par l’auditeur et peut l’autoriser à inférer quelle est l’intention du locuteur. » (Allen, 1983, p. 108).

29Dans cette perspective, la conception de systèmes informatiques interactifs offre une sorte de laboratoire naturel dans lequel il est possible de voir ce qui se passe lorsque des artefacts incorporant le modèle de prévision de l’action interagissent avec des personnes engagées dans une activité située. Le problème pratique auquel le concepteur d’une machine interactive a à faire est de savoir comment s’assurer que la machine répond de façon appropriée aux actions de l’utilisateur. La stratégie utilisée pour la conception de systèmes basés sur la prévision est essentiellement de déterminer un lien approprié entre les actions de l’utilisateur et les états de la machine. Cette stratégie suppose que les comportements de l’utilisateur et de la machine peuvent être représentés à l’avance sous la forme d’un plan qui non seulement anticipe leur interaction locale mais la détermine.

30Cependant, une analyse conversationnelle de telles rencontres révèle que, bien que l’interaction entre des gens et des machines requière essentiellement le même travail interprétatif que celui qui caractérise l’interaction entre des personnes, des ressources fondamentalement différentes sont disponibles pour les « participants » (pour plus de détails, cf. Suchman, 1987). En particulier, les personnes font usage d’un riche éventail d’expérience, d’habiletés corporelles, de preuves matérielles, de compétence communicative et de savoirs de membres lorsqu’ils ont à rendre intelligibles les actions et les événements, à rendre leurs propres actions « sensibles » ou à gérer les troubles de la compréhension qui surviennent inévitablement.

31Toutefois, du fait des contraintes auxquelles la machine est soumise lorsqu’elle accède à la situation d’investigation de l’utilisateur, les ruptures de la compréhension, qui seraient banales dans le cadre d’interactions de face à face et seraient traitées en termes de détection et de réparation, deviennent « fatales » dans la communication homme-machine (cf. Jordan & Fuller, 1974). Le résultat est une asymétrie qui limite sévèrement l’étendue de l’interaction entre les gens et les machines.

32A cause de cette asymétrie, l’ingénierie de l’interaction homme-machine devient moins une question de simulation de la communication humaine que celle de la découverte d’alternatives aux propriétés situées de l’interaction. Ces propriétés et la subtilité de leur opération sont remarquablement illustrées dans le fragment suivant d’une conversation naturelle (Gumperz, 1982, p. 326) :

A : Seras-tu là pendant les dix minutes qui viennent ?
B : Vas-y prends ta pause, reste plus longtemps si tu veux.
A : Je serai juste dehors sous le porche. Appelle-moi si tu as besoin.
B : Bien. Ne n’inquiète pas.

33Dans l’analyse de ce fragment, Gumperz met en évidence que la réponse de B à la question de A indique clairement que B interprète la question comme une demande indirecte que B reste dans ce bureau pendant que A fait la pause et, que par sa réponse A confirme cette interprétation. L’interprétation de B s’accorde avec une catégorisation de la question de A en tant qu’acte de parole indirect (Searle, 1979), et avec la discussion chez Grice de l’implicitation (1975). C’est-à-dire : B suppose que A coopère, et que sa question doit être pertinente ; par conséquent B cherche mentalement un contexte possible ou un cadre interprétatif qui rendrait la question signifiante et en arrive à la pause. Mais, souligne Gumperz, cette analyse laisse de côté la question de savoir comment B arrive à la bonne inférence : « Qu’y a-t-il dans la situation qui ait pu la conduire à penser que A parle de faire une pause ? Une procédure courante en sociolinguistique en pareil cas est d’essayer de formuler des règles du discours telles que la suivante : “Si une secrétaire qui travaille demande à une collègue aux alentours de l’heure de la pause quels sont ses projets pour la période habituellement allouée à la pause, interprétez cette question comme une demande de faire une pause.” De telles règles sont difficiles à formuler et en tout cas elles ne sont ni suffisamment générales pour couvrir une grande variété de situations ni suffisamment spécifiques pour prédire les réponses. Une approche alternative est de considérer la pragmatique du questionnement, de démontrer que celui-ci établit une relation sémantique avec la demande et qu’il y a une variété de contextes dans lesquels des questions peuvent être interprétées comme des demandes. Tandis que ces processus sémantiques véhiculent clairement une inférence conversationnelle, il n’y a rien dans ce type d’explication qui se réfère au fait de faire une pause. » (1982, p. 326).

34Le problème que Gumperz identifie ici s’applique également aux tentatives pour rendre compte d’inférences telles que celles de B, en démontrant qu’elle « reconnaît » l’intention projetée de A de faire une pause. C’est manifestement le cas : la question importante est de savoir comment. Alors que l’on peut toujours construire une description post hoc qui explique l’interprétation en termes de connaissance de situations et de motivations typiques, il reste le cas où ni les typifications de l’intention ni les règles générales de son expression ne sont suffisantes pour rendre compte de l’intelligibilité mutuelle de l’action située. En dernière analyse, les tentatives de représenter des intentions et des règles pour leur reconnaissance semblent évacuer la question de l’interprétation située, plutôt que d’y répondre.

La pratique en situation et les sciences cognitives

  • 8 Pour un traité éloquent de la structuration située de l’activité, cf. Lave (1988).

35Les modèles décontextualisés de l’action adoptés par la majorité des chercheurs en sciences cognitives contrastent avec les processus situés de structuration de leur propre pratique8. Notre recherche en cours examine comment des « dispositifs d’inscription » variés (Latour & Woolgar, 1979) ou des technologies de représentation sont utilisés par les chercheurs en sciences cognitives et par les concepteurs de systèmes engagés, en collaboration, dans l’invention de nouveaux artefacts informatiques. Une technologie de représentation courante dans notre laboratoire est le « tableau blanc ». Nous commençons par l’observation, due à Livingston (1978), que les inscriptions sur un tableau blanc – listes, croquis, lignes de codes, lignes de textes et le reste – sont produites par des activités qui ne sont pas elles-mêmes susceptibles d’être reconstruites à partir de ces « enregistrements dociles » (Garfinkel et Burns, 1979). Sur le plan méthodologique, cela veut dire que le cœur de nos données doit être constitué d’enregistrements audiovisuels des interactions continues dans lesquelles ces inscriptions sont produites. Rendue observable, l’organisation des activités qui produisent des marques sur le tableau et qui leur donnent leur signification, ainsi que la fonction de ces marques dans la structure de l’activité, deviennent notre sujet de recherche.

  • 9 Pour un traitement détaillé et une démonstration de ces conjectures, cf Suchman & Trigg (à paraître

36Notre hypothèse de départ est que l’usage du tableau soutient la structure de l’interaction en face à face en même temps qu’il est organisé par elle. À partir de cette supposition, notre analyse vise à découvrir la relation qu’il y a entre (i) l’organisation de l’interaction en face à face, (ii) la production coopérative du travail en cours, et (iii) l’usage du tableau en tant que ressource interactionnelle et représentationnelle. À l’aide du corpus vidéo nous cherchons à identifier des pratiques systématiques d’utilisation du tableau, en portant une attention particulière à la manière dont ces pratiques, et les inscriptions qu’elles produisent, constituent des ressources pour les occasions particulières du travail technique. Les conjectures initiales que nous avons pu formuler sont les suivantes9.

Le tableau est un moyen de construire des objets conceptuels concrets

37Les inscriptions sur le tableau sont d’ordre conceptuel, en ce qu’elles représentent des phénomènes qui sont métaphorisés, hypothétiques, imaginés, proposés ou encore non immédiatement présents. Mais elles sont aussi concrètes – ce sont des marques visibles, tangibles, qui peuvent être désignées, modifiées, effacées et reproduites. Durant le cours du travail, les sujets de conversation sont constitués de façon visible sur le tableau ; ils deviennent des items à considérer, à réviser, adopter et reconsidérer. Une fois représentés, les objets techniques peuvent être « simulés », soumis à des scénarios variés, examinés dans leur structure et ainsi de suite. En étant rendus concrets, les objets conceptuels deviennent en quelque sorte disponibles au développement et au changement.

Le tableau structure l’orientation mutuelle vers un espace interactionnel partagé

38Par la manière dont ils s’orientent dans l’espace de travail, par leurs positions physiques, leurs gestes et leurs paroles, les collaborateurs transforment le tableau et ses marques en objets situés dans un espace partagé. On voit des concepteurs, qui, dans la première séance de travail en commun, se « rapportent » dans leurs paroles et leurs gestes à un tableau sur lequel rien n’a encore été écrit. Leur engagement mutuel est manifesté (ou non) par l’attention aux autres ou à l’espace partagé du tableau. Les mouvements corporels – par exemple celui qui consiste à se tenir devant le tableau la main levée tenant un marqueur ou à reculer de quelques pas les bras croisés – manifestent le statut des objets selon qu’ils sont incomplets, problématiques, satisfaisants, etc.

La parole et l’écriture sont systématiquement organisés

39Le travail au tableau exploite effectivement le « principe d’économie de l’organisation du tour de parole dans la conversation » (cf. Sacks, Schegloff & Jefferson, 1974) pour l’organisation séquentielle des tours de parole et d’écriture. Le tableau offre un second niveau interactionnel, coextensif et séquentiellement inséré dans celui des échanges langagiers. Ainsi, par exemple, le tableau peut être utilisé pour prendre la parole, ou pour maintenir une activité d’écriture tout en laissant passer un tour de parole. Écrire alors qu’un autre parle peut (a) documenter la parole et de cette façon exhiber la compréhension qu’en a celui qui écrit au tableau, (b) poursuivre le tour précédent de la personne au tableau ou (c) préparer son tour prochain en fournissant un objet à introduire dans la suite de la conversation.

La disposition spatiale des marques sur le tableau reflète à la fois un ordonnancement conceptuel entre les thèmes et l’ordre séquentiel de leur production

40L’usage du tableau pour représenter les relations logiques est un accomplissement pratique, incarné. Chaque nouvelle inscription sur le tableau doit être organisée en référence aux opportunités et restrictions fournies par les inscriptions précédentes étant données les limites physiques de l’espace disponible. Dans le même temps, la juxtaposition nécessaire des thèmes est une ressource pour la représentation des relations signifiantes qui existent entre eux. La signification de l’organisation spatiale entre les thèmes est jusqu’à un certain point établie de façon conversationnelle (une liste par exemple), dans d’autres cas elle dépend des contingences de la production d’un thème précis.

Les tableaux peuvent dessiner des territoires distincts ou conjoints : la même chose vaut pour les thèmes

41L’usage du tableau varie entre son utilisation plus ou moins exclusive par un « scribe » et un usage partagé par plusieurs personnes et l’utilisation de l’espace va de la territorialité (souvent simplement sur la base de la proximité) à l’accès partagé. Le territoire ou les thèmes engagés par un participant peuvent finir par se joindre avec ceux des autres par ajout ou modification.

Les thèmes notés sur le tableau peuvent devenir ou non des documents de l’événement

42Une trace sur le tableau peut être communicative sans avoir de valeur documentaire. Un cas extrême est représenté par l’inscription « fantôme »– un geste au tableau qui ne devient jamais une marque réelle mais qui peut néanmoins être repris dans une conversation ultérieure (Garfinkel & Burns, 1979). Des formes moins extrêmes sont constituées par diverses lignes cryptiques, des cercles et tout ce qui oriente l’attention et accompagne la parole, et qui ne sont pas déchiffrables en soi. Les items peuvent être effacés et le sont souvent du reste ; cet effacement indique leur statut spécifique, qui est qu’ils n’appartiennent pas à l’inscription, et le statut de la conversation qui a produit le thème, comme étant un aparté ou une digression. Inversement, un item construit à titre d’illustration peut effectivement devenir un document de la conversation.

Le tableau est un cadre pour la production et la résolution des dilemmes de la conception

43Comme toute activité pratique, le travail de recherche et de conception rencontre des problèmes soit routiniers ou bien remarquables. Les seconds deviennent des objets pour la réflexion qui cherche à les résoudre. Mais dans la conception, les dilemmes ne sont pas seulement prévisibles ; ils sont activement recherchés. En tant que manière de procéder, la tâche du concepteur est de provoquer des problèmes pour lui-même sous forme de problèmes non résolus et de questions qui n’ont pas trouvé de réponses. Représentés au tableau, ces problèmes et ces questions fournissent le fondement des actions ultérieures. Travailler au tableau implique ainsi de résoudre une série de dilemmes autoproduits.

Le tableau est incorporé dans un réseau d’activités

44Tandis que le tableau constitue un cadre qui se déploie pour le travail en cours, les notes sur le tableau répertorient également un horizon d’activités passées et futures. Les résultats des actions antérieures sont reproduites à titre de base pour décider de ce qu’il faut faire ensuite, tandis que ce qui vient à être réalisé fait référence à ce qu’il faudra faire plus tard. Néanmoins, à l’intérieur de ce réseau composé de leurs activités et de celles des autres en cours d’accomplissement, les chercheurs s’efforcent d’une manière ou d’une autre de relier leurs activités de sorte à produire chaque fois leur clôture dans le temps et l’espace de leur accomplissement.

45La pratique située du travail au tableau révèle un phénomène observé ailleurs dans les recherches en sociologie de la science (Collins, 1985 ; Knorr-Cetina, 1981 ; Garfinkel, Lynch & Livingston, 1981 ; Lynch, Livingston & Garfinkel, 1983). Tandis que le raisonnement scientifique consiste à négocier les contingences pratiques des discussions de laboratoire et de ses technologies, ces pratiques sont notablement absentes des résultats scientifiques et des artefacts produits. Les sociologues de la science ne relèvent pas cette absence pour ironiser à son sujet ; il s’agit plutôt d’une observation qui a des implications profondes sur la manière de comprendre le statut des représentations en sciences et dans d’autres domaines : nous devons les comprendre en relation à la pratique située, en tant que produit et ressource de celle-ci. De même que les instructions présupposent le travail de leur « application », de même les dispositifs de représentation impliquent la pratique locale de leur production et de leur usage. Cette pratique située est le fondement pris pour allant de soi du raisonnement scientifique.

46Tandis que les artefacts rationnels du travail des chercheurs en sciences cognitives sont des programmes qui fonctionnent, la rationalité propre aux chercheurs de ce champ est l’œuvre de pratiques qui ne sont réductibles qu’après coup à une représentation générale ou spécifique. Les descriptions canoniques sont incapables de capter « les innombrables situations singulières de la recherche au jour le jour » (Lynch, Livingston & Garfinkel, 1983, p. 209). Il en résulte une disparité entre la rationalité incarnée et contingente des investigations situées et les construits abstraits, paramétrisés, du comportement rationnel représenté dans les programmes informatiques tenus pour être intelligents. Dans la mesure où les sciences cognitives définissent les termes de l’action rationnelle, cette disparité n’est pas seulement intéressante du point de vue théorique ; elle a aussi des implications politiques. En particulier, les recherches en sociologie de la science recommandent d’adopter une attitude d’indifférence envers la relation qu’il y a entre la représentation et le phénomène représenté, pour ne s’intéresser qu’aux pratiques par lesquelles les représentations des phénomènes sont produites et reproduites. Dans le cas des sciences cognitives, les phénomènes sont précisément ces choses sur lesquelles nos recherches se portent, à savoir, l’organisation de la pratique. Ainsi donc, en nous tournant vers le travail des chercheurs en sciences cognitives, nous nous sommes intéressé non seulement aux produits de la théorisation des chercheurs en sciences cognitives, mais à la description adéquate de leurs pratiques situées.

Bibliographie

Agree Philip E. & David Chapman (1987a), « What Are Plans Prepared For ? » Communication présentée à la table ronde consacrée à la représentation des plans d’action et des buts, dans le cadre des journées d’étude sur la planification organisées par le DARPA, Santa Cruz, CA., MIT Artificial Intelligence Laboratory, Cambridge, MA.

Agree Philip E. & David Chapman (1987b), « Pengui : An Implementation of a Theory of Activity », Proceedings of the American Association for Artificial Intelligence, Seattle, WA.

Allen James (1983), « Recognizing Intentions From Natural Language Utterances », in M. Brady & R. Berwick (eds), Computational Models of Discourse, Cambridge, MA., MIT Press.

Boden Margaret A. (1973), « The Structure of Intentions », Journal of Theory of Social Behavior, vol. 3, p. 23-46.

Chapman David & Philip E. Agree (1986), « Abstract Reasoning As Emergent From Concrete Activity », in M. Georgeoff, & A. Lansky (eds), Reasoning About Actions And Plans : Proceedings of the 1986 Workshop, Los Altos, CA, Morgan Kaufmann.

Collins Harry M. (1985), Changing Order : Replication and Induction in Scientific Practice, Londres, Sage.

Collins Harry M. (1987), « Expert Systems and the Science of Knowledge », in W. Bijker, T. Hughes & T. Pinch (eds), The Social Construction of Technological Systems, Cambridge, MA., MIT Press.

Dennet Daniel C. (1978), Brainstorms, Cambridge, MA., MIT Press.

Gardner Howard E. (1985), The Mind’s New Science, New York, Basic Books.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.

Garfinkel Harold & Stacy Burns (1979), « Lecturing’s Work of Talking Introductory Sociology », Department of Sociology, UCLA, à paraître dans Ethnomethodological Studies of Work, Londres, Routledge et Kegan Paul, vol. II

Garfinkel Harold, Lynch Michael & Eric Livingston (1981), « The Work of a Discovering Science Construed with Materials Front the Optically Discovered Pulsar », Philosophy of the Social Sciences, 11 (2), p. 131-158.

Grice H. Paul (1975), « Logic and Conversation », in P. Cole & J. Morgan (eds), Syntax and Semantics, vol. 3, Speech Acts, New York, Academic Press.

Gumperz John J. (1982), « The Linguistic Bases of Communicative Competence », in D. Tannen (ed.), Georgetown University Roundtable on Language and Linguitics : Analyzing Discourse, Text and Talk, DC, Georgetown University Press.

Jordan Brigitte & Nancy Fuller (1974), « On the Non-Fatal Nature of Trouble : Sense-Making and Trouble-Managing in ligua franca Talk », Semiotica, 13, p. 1-31.

Knorr-Cetina Karin (1981), The Manufacture of Knowlege, Oxford, Pergamon Press.

Latour Bruno & Steve Woolgar (1988), La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte (édition originale : Laboratory Life : The Social Construction of Scientific Facts, 1979, London and Beverly Hills, Sage).

Lave Jean (1988), Cognition in practice, Cambridge, UK, Cambridge University Press.

Livingston Eric (1978), « Mathematicians’ Work », Papier présenté au colloque d’ethno-méthodologie : Studies of Work, neuvième congrès mondial de sociologie, Uppsala, Suède. A paraître dans Garfinkel H. (ed.), Ethnomethodological Studies of Work in the Discovering Sciences, Londres, Routledge et Kegan Paul, vol. II.

Lynch Michael (1981), Art and Artifact in Laboratory Science, Londres, Routledge et Kegan Paul.

Lynch Michael, Livingston Eric & Harold Garfinkel (1983), « Temporal Order in Laboratory Work », in K. Knorr-Cetina & M. Mulkay (eds), Science Observed : Perspectives on the Social Study of Science, Londres et Beverly Hills, Sage.

Lynch Michael & Steve Woolgar (1988), « Introduction : Sociological Orientations to Representational Practice in Science », Human Studies, 11 (2-3), p. 99-116.

Miller George A., Galanter Eugene & Karl H. Pribram (1960), Plans and the Structure of Behavior, New York, Holt, Rinehard et Winston.

Sacks Harvey, Schegloff Emanuel A. & Gail Jefferson (1974), « A Simplest Systematics for the Organization of Turn-Taking in Conversation », Language, 50 (4), p. 696-735.

Searle John (1972), Les actes de langage. Essai de philosophie du langage, Paris, Hermann (édition anglaise, Speech Acts : An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, UK, Cambridge University Press, 1979).

Suchman Lucy A. (1987), Plans and Situated Actions : The Problem of Human-Machine Communication, Cambridge, UK, Cambridge University Press.

Suchman Lucy A. & Randy Trigg (sous presse), « Constructing Shared Conceptual Objects : A Study of Whiteboard Practice », in J. Lave & S. Chaiklin (eds), Situation, Occasion, and Context in Activity, Cambridge UK, Cambridge University Press.

Tibbetts Paul (1988), « Representation and the Realist-Constructionist Controversy », Human Studies, 11 (2-3), p. 117-132.

Turing Alan M. (1950), « Computing Machinery and Intelligence », Mind, 59 (236), p. 433-461.

Weizenbaum Joseph (1983), « ELIZA : A Computer Program for the Study of Natural Language Communication Between Man and Machine », Communications of the ACM, 25th Anniversary Issue, vol. 26, n° 1, p. 23-33 (reprinted from Communications of the ACM, vol. 29, n° 1, p. 36-45, january 1966).

Winograd Terry & Fernando Flores (1986), Understanding Computers and Cognition : A New Foundation for Design, Norwood, NJ, Albex.

Woolgar Steve (1983), « Irony in the Social Study of Science », in K. Knorr-Cetina & M. Mulkay (eds), Science Observed : Perspectives on the Social Study of Science, Londres et Beverly Hills, Sage.

Woolgar Steve (1985), « Why Not a Sociology of Machines ? The Case of Sociology and Artificial Intelligence », Sociology, 19 (4), p. 557-572.

Notes

1 Cet article et le travail dont il rend compte ont amplement bénéficié de discussions avec mes collaborateurs Randy Trigg et Brigitte Jordan. Concernant la réalisation des observations sur l’utilisation des tableaux, je suis reconnaissante à Randy Trigg, John Tang ainsi qu’aux membres du Groupe d’Analyse de l’interaction au Parc Xerox ; Christina Allen, Stephanie Behrend, Sara Bly, Tom Finholt, George Goodman, Austin Henderson, Brigitte Jordan, Jane Laursen, Susan Newman, Janice Singer, et Debbie Tatar.

2 L’étude des pratiques au tableau est une partie d’un projet plus large en collaboration avec Randy Trigg, consacré à l’investigation de l’intérêt que les technologies informatiques pourraient représenter pour les pratiques de la recherche scientifique.

3 Ainsi que l’indique Michael Lynch : « Étant donné la facilité avec laquelle on peut construire un objet docile en objet intentionnel, cela soulève la question de savoir comment l’intelligence de la machine peut-être extraite d’un tel travail interactionnel. » (Communication personnelle).

4 La perspective originale de Garfinkel (1967), sur laquelle est fondée l’ethnométhodologie, a à voir avec les propositions de Durkheim concernant la nature des faits sociaux : « En conséquence, contrairement à Durkheim dont certaines formulations enseignent que la réalité objective des faits sociaux est le principe fondamental de la sociologie, nous affirmons, à titre de politique de recherche, que la réalité objective des faits sociaux, en tant que réalisation continue d’activités concertées de la vie courante – étant entendu que les membres connaissent, utilisent et prennent comme allant de soi les manières ordinaires et ingénieuses de l’accomplir – est un phénomène fondamental pour les membres qui font de la sociologie. Car dans la mesure où il s’agit d’un phénomène fondamental de sociologie pratique, il est le thème dominant des recherches en ethnométhodologie. » (p. vii).

5 Je dois cet exemple à une discussion avec Terry Winograd. Pour une critique de grande portée de la « tradition rationaliste » en sciences cognitives et des propositions alternatives, cf. Winograd & Flores (1986).

6 Je suis redevable à Randy Trigg pour cet exemple et beaucoup d’autres discussions éclairantes sur l’intention projetée.

7 Pour une tentative récente de développer une description proprement informaticienne d’un « raisonnement abstrait émergeant de l’activité concrète », cf. Chapman & Agre (1986) ; et Agre & Chapman (1987b).

8 Pour un traité éloquent de la structuration située de l’activité, cf. Lave (1988).

9 Pour un traitement détaillé et une démonstration de ces conjectures, cf Suchman & Trigg (à paraître)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search