Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action

 | 
Patrick Pharo
, 
Louis Quéré

Repères

Agir dans l’espace public

L’intentionalité des actions comme phénomène social

Handeln im öffentlichen Bereich

Acting in the public space

Louis Quéré

Résumé

L’analyse sociologique des conduites et des pratiques sociales peut-elle se contenter d’utiliser la sémantique naturelle de l’action comme source de questionnement et comme langage de description ? La réponse est fonction du statut qu’on accorde au discours ordinaire de l’action. Prenant le problème des intentions comme fil conducteur, l’auteur essaie de montrer comment les descriptions, explications, ou justifications d’actions font partie du processus même de contruction de l’objectivité du champ pratique.

Texte intégral

1Lorsqu’en tant que sociologues nous avons à rendre compte d’actions individuelles ou collectives, nous présupposons d’une manière ou d’une autre leur caractère intentionnel. Mais nous n’éprouvons pas le besoin de thématiser cette intentionalité comme phénomène en soi, susceptible d’une investigation sociologique. Peut-être est-ce parce qu’elle va de soi, qu’en tant qu’agents socialisés nous maîtrisons pratiquement l’usage de ce concept. Que nous interprétions la signification des actions en termes d’intentions ou de visées subjectives, ou que nous les expliquions par des mécanismes d’orientation objective des conduites opérant en deça de l’intentionalité des acteurs, ou à travers elle, nous n’hésitons pas à relier directement l’intentionalité aux notions de subjectivité et de conscience. L’idée sous-jacente est alors que les agents savent ce qu’ils font, orientent consciemment leurs actions et leurs paroles, agissent en fonction d’un vouloir-faire ou d’un vouloir-dire. Ce savoir et ce vouloir sont peu ou prou conçus comme des réalités internes, des états mentaux indépendants, précédant ou accompagnant l’accomplissement de l’action. En tant que contenus de l’esprit, ils sont supposés directement accessibles aux agents qui les ont. Celui qui tient le sujet pour une illusion, relativisera ou niera la capacité de ce type d’entité d’orienter les actions. Celui qui, au contraire, maintient la conception classique de la subjectivité – la capacité d’être l’auteur conscient et autonome de ses actes et d’en répondre – s’efforcera de rendre compte de ce que les gens font par une description vraie de leurs intentions et de leurs buts « réels ».

2Cette absence de thématisation pose problème. Outre qu’elle favorise la confusion du thème et des ressources dans l’analyse, elle accrédite une conception dualiste et subjective de l’intentionalité des actions. Il y a confusion du thème et des ressources quand on se donne comme langage de description le langage dans lequel se constitue socialement ce qui est à analyser, dans le cas présent l’objectivité de l’action et la subjectivité de l’agent. Or la sémantique naturelle de l’action, dont la sociologie fait spontanément usage pour rendre compte des actions, ne décrit pas la structure du champ pratique : elle le constitue. C’est cette structuration qui n’est pas thématisée lorsque cette sémantique est adoptée comme langage de description. D’autre part, si on traite l’intentionalité en termes d’intentions formées et exécutées par le sujet individuel, auteur conscient et autonome de ses actes, on ne peut pas saisir correctement le caractère objectif et public de l’intentionalité des actions ni accéder à la structure intersubjective de leur signification.

3Ce sont ces deux problèmes que je veux examiner dans cet article. L’analyse sociologique de l’action ne peut éviter de confondre thème et ressources tant qu’elle fait spontanément usage de la sémantique naturelle de l’action comme point de départ de son questionnement, comme structure conceptuelle et comme source de formes de description et d’explication. Mais comment suspendre cet usage ? Et au profit de quel type d’analyse ? Je voudrais esquisser une réponse à partir d’un double éclaircissement : celui du rôle constituant du discours de l’action et celui du mode d’implication du sujet dans ses actions intentionnelles. Dans un cas comme dans l’autre, nombre de difficultés proviennent d’une conception dualiste qui nous incite à nous représenter le sujet comme une réalité en soi, distincte et séparée, l’intention comme un état interne ou une pensée indépendants de l’action, le discours de l’action comme décrivant une réalité déjà déterminée hors de lui. Comment raisonner autrement ? Une alternative possible consiste à thématiser en termes de relations internes les rapports de l’intention et de l’action, du sujet et de ses actions, de l’action et du discours de l’action, et à considérer l’expression ou l’accomplissement publics comme lieux naturels de cette connexion grammaticale. C’est une telle conception que je voudrais présenter en m’appuyant sur des arguments développés par Charles Taylor en faveur d’un modèle expressif, dans la perspective de ce qu’on pourrait appeler une herméneutique praxéologique.

Action et discours de l’action

4La structure intentionnelle de l’action ne se réduit pas au problème des intentions. Celui-ci doit être replacé dans le cadre plus large de l’analyse de l’intentionalité, ne fût-ce que parce que l’intention elle-même est un « état intentionnel ». S’agissant de l’intentionalité des actions, on peut y différencier trois composantes. La première correspond à la distinction que l’on fait habituellement entre l’action intentionnelle et l’action non intentionnelle. L’idée essentielle est qu’il y a une différence de nature entre ce dont l’agent a l’initiative (ce qu’il fait arriver parce qu’il cherche à le provoquer) et ce qui simplement arrive ou se produit sans que cela soit recherché (ce qui arrive par accident, par inadvertance, par erreur, ou ce qui est fait sous la contrainte, sous une impulsion aveugle, malgré soi, etc.). C’est une différence qualitative que tout agent est capable d’établir. Elle est essentielle dans les pratiques d’imputation de droits et de responsabilité. Hart a proposé de s’en tenir à une définition négative de ce caractère intentionnel : quand nous attribuons une action à quelqu’un, le problème est moins de savoir si a eu lieu un événement psychologique la rendant intentionnelle (du genre « intention », « vouloir », « désir ») et de le spécifier, que d’enquêter pour découvrir des circonstances susceptibles d’atténuer une imputation de responsabilité (Hart, 1949). De son côté, l’analyse sémantique du discours de l’action a montré comment ce caractère intentionnel est configuré dans des explications et des justifications, qui rationalisent l’action « sous une description ». L’action y est rapportée à des raisons d’agir – désirs et croyances – de telle sorte qu’elle apparaisse cohérente à la lumière de ce qui l’a motivé ; elle est présentée comme un effet intentionnel dont les raisons d’agir sont les causes (cf. Davidson, 1980).

5La deuxième composante nous éloigne du sens ordinaire de l’intention. Ou plutôt elle en thématise une caractéristique : à savoir qu’on n’a pas des intentions tout court, mais des intentions de faire. En d’autres termes, l’intention n’est déterminée que pour autant qu’elle a un « contenu ». En ce sens elle relève de la catégorie des états intentionnels. On appelle ainsi les états qui ne peuvent être déterminés que pour autant qu’ils représentent directement ce sur quoi ils portent Les croyances, les désirs, les intentions impliquent un « objet ». Ils sont donc composés de deux éléments : un contenu propositionnel et une attitude ou un « mode psychologique ». Par exemple, si je dis que je désire aller à Madrid cet été pour participer au congrès mondial de sociologie, que j’ai l’intention d’y aller, que je crois que je vais y aller, je me rapporte à un même contenu propositionnel – aller à Madrid – dans des attitudes différentes (croire, désirer, avoir l’intention). L’action elle-même présente ce caractère intentionnel : un agent n’agit à proprement parler que si son action a un « contenu ». Ce qui implique qu’il appréhende ce qu’il fait sous une description déterminée, qui spécifie ce qu’il pense faire ou veut faire. Ainsi lorsque j’écris cet article, j’accomplis de nombreuses actions et opérations qui ne correspondent pas à ce que je pense être en train de faire : je fais des manipulations sur un logiciel de traitement de texte, j’appuie sur les touches du clavier que j’ai sous les yeux, je déplace le curseur sur mon écran, je me tiens assis devant ma table de travail, je m’arrête pour trouver une formulation correcte de mes idées, etc. Toutes ces opérations de détail, que je fais effectivement, s’agencent sous un « sens visé » qui leur confère unité et identité, et qui correspond à ce que je pense être en train de faire : écrire un article sur la structure intentionnelle de l’action pour « Raisons Pratiques » (voir à ce sujet, dans Searle, 1985b, le chapitre intitulé « La structure de l’action »).

6Enfin, la troisième composante va au-delà de l’idée précédente, qui correspond à la définition classique de l’intentionalité (toute conscience est conscience de quelque chose). Elle définit l’intentionalité en un sens plus fort : à savoir le phénomène non plus de l’« aboutness » mais de la « directness », de l’orientation vers, de la polarisation de l’agent vers ce qu’il n’est pas, de sa projection (au sens de se lancer en avant). À son niveau de plus grande généralité, l’intentionalité désigne alors, au-delà de la conscience de quelque chose, une manière de se rapporter au monde distincte de la connaissance : le monde n’est pas autour de nous « comme un système d’objets dont nous faisons la synthèse, mais comme un ensemble ouvert de choses vers lesquelles nous nous projetons » (Merleau-Ponty, 1945). Ce qui suppose que nous le regardions d’un certain point de vue, d’un certain endroit, d’une certaine distance et dans un certain sens.

7Ces distinctions sommaires étant faites se pose immédiatement un problème de méthode : comment accéder à la structure intentionnelle de l’action ? Cette question n’a quelque pertinence qu’à partir du moment où on accorde un rôle constitutif au langage de l’action. Car à ce moment-là, la structure intentionnelle de l’action ne peut pas être indépendante de ce langage. Vient aussi à l’esprit l’hypothèse que c’est en analysant le discours de l’action qu’on peut y accéder. Mais en quoi consiste exactement ce rôle constitutif ? Répondre à cette question suppose d’expliciter toute une série de problèmes relatifs au statut du langage de l’action, à la conception de la relation entre l’action et ce qui la cause ou la rationalise, au caractère originaire ou dérivé des intentions et des motifs, etc.

8Pour amorcer cette clarification, je partirai de l’observation suivante. L’intention est un concept du langage de l’action, c’est-à-dire du langage dans lequel l’action se dit dans des récits, des descriptions, des explications ou des justifications. Elle appartient au réseau notionnel de ce langage. Celui-ci comporte des termes tels que motif, raison d’agir, but, délibération, volonté, etc. On en fait usage pour répondre aux questions susceptibles d’être posées au sujet de l’action : qui fait ou a fait quoi, pourquoi, comment, dans quelles circonstances, avec ou contre qui, avec quels moyens ou quels résultats ? Ricœur a souligné le fait que ces notions sont organisées en réseau : « Ce qui importe à la teneur de sens de chacun de ces termes, c’est leur appartenance au même réseau que tous les autres ; des relations d’intersignification régissent ainsi leur sens respectif, de telle façon que savoir se servir de l’un d’entre eux, c’est savoir se servir de manière signifiante et appropriée du réseau entier. » (Ricœur, 1990, p. 75).

9Outre cette structure de réseau, le discours de l’action a différentes propriétés que je schématiserai de la façon suivante :

  • il fournit un type de questionnement des occurrences qui sont appréhendées comme des actions et en organise la lisibilité et la communicabilité ;

  • il articule un registre de rationalité et un mode de rationalisation propres au champ pratique. En effet on met en évidence la rationalité et la cohérence d’une action, requises pour son intelligibilité, en la rapportant à des états intentionnels tels que des intentions, des désirs et des croyances, plutôt qu’à des mécanismes qui expliqueraient en termes physiques ou fonctionnels les enchaînements d’actes ou de mouvements en quoi elle consiste (cf. Davidson, 1980 ; Engel, 1986) ;

  • il recourt à des modes de prévision et de description homogènes à ce registre de rationalité. Prévalent l’attribution d’intention, la caractérisation intentionnelle, qui appréhende une occurrence comme action intentionnelle et la rapporte à des raisons d’agir, etc. et l’explication téléologique, qui redécrit l’action par le but dans lequel elle a été faite (sur l’analyse de l’explication téléologique voir : Ricœur, 1977, 1983, 1986, 1990 ; Taylor, 1970 ; Von Wright, 1971, 1983).

  • enfin il fournit une sorte de représentation des mécanismes et des processus de l’action, de telle sorte qu’on peut dire qu’il incorpore une théorie « naturelle » de l’action. Elle consiste d’une part à expliquer l’action par des états intentionnels indépendants qui la provoquent, d’autre part à concevoir l’accomplissement de l’action en termes de formation d’intentions, d’analyse de la situation, de délibération réflexive, de détermination des moyens en fonction des fins, de programmation de l’accomplissement, de passage à l’acte et d’évaluation de ses effets voulus et non-voulus.

10J’entends par sémantique naturelle de l’action, au sens large, cet ensemble de ressources contenues dans le langage ordinaire, qui permet de déterminer ce qui compte comme action, de faire des attributions d’actions, d’imputer des responsabilités, et d’assurer la lisibilité et la communicabilité du champ pratique.

11Il ne suffit cependant pas de caractériser ce langage en termes de ressources. Il faut aussi spécifier sa relation à l’action elle-même. Cette spécification met inévitablement en jeu une conception plus générale du rapport du langage et de la réalité. Pour rester schématique, je distinguerai trois grandes positions possibles. La première consiste à accorder un statut de désignation et de représentation au langage de l’action : les termes de son réseau notionnel désignent alors des entités, des états ou des processus réels, dont on postule qu’ils existent indépendamment de leur mise en langage et préalablement à elle. Ces objets – désirs, intentions, motifs, buts – sont présumés identifiables séparément de l’action elle-même. On peut qualifier cette conception de dualiste car elle suppose que le langage et ce à quoi il réfère appartiennent à deux domaines différents et séparés. Elle se traduit par ce que Ricœur appelle le souci de la description vraie ou encore de la mise en correspondance des propositions avec l’état réel du monde.

12Une seconde position consiste à clore le langage de l’action sur lui-même, par exemple à le considérer comme une sorte de grille qu’on applique sur le magma des occurrences pour le structurer, le rendre intelligible, lisible et communicable. Dans cette perspective, la structure intentionnelle de l’action est entièrement corrélative à la structure grammaticale, autonome, de ce langage et à son usage pour rendre compte d’un certain nombre d’occurrences dans le monde. Le champ pratique n’aurait pas d’autre trame organisatrice que ce langage, et il n’y aurait aucun sens à considérer que celui-ci représente la réalité de ce champ ou doit être en harmonie avec elle. On peut rapprocher de cette position celle, plus instrumentale, qui considère que les intentions des agents ne sont pas des états réels, désignés ou représentés par le discours, mais un type d’entité qu’on ne peut éviter de leur attribuer pour assurer la lisibilité et la communicabilité de ce qu’ils font, selon le standard de rationalité propre au champ pratique.

13Une troisième conception consiste aussi à reconnaître la fonction de structuration du champ pratique par le langage de l’action, mais en refusant de clore ce langage sur lui-même. Le langage de l’action ne représente pas, ne désigne pas une réalité existant en soi, indépendamment de lui, préalablement donnée hors de lui ; il participe à sa constitution, sur les deux plans de l’accomplissement et de la formulation. Une explicitation discursive ne donne pas une seconde existence à l’action : elle lui confère « les traits de sa propre déterminité » (Gadamer). Elle explicite, clarifie, différencie quelque chose qui a été configuré et rendu disponible, sur le mode « incarné », par un accomplissement situé ou une expression publique. De ce point de vue, la formulation discursive réapproprie, articule et porte à l’explicite, selon sa logique propre, le mouvement de manifestation « incarnée » de soi à travers lequel l’action et son intention ont déjà acquis leur détermination, hors des distinctions et des formulations claires du discours. Elle contribue donc aussi à cette détermination, s’il est vrai que « l’aspect sous lequel une chose se présente fait partie de l’être propre de cette chose » (Gadamer). Mais les mots dans lesquels l’action se dit lui appartiennent toujours déjà et cela si intimement qu’ils ne lui sont pas « assignés après-coup à titre de signes » (Gadamer, 1967, p. 267). Ils entrent déjà dans le sens incarné, en tant qu’interprétants internes et en tant que schèmes ; sans eux, et les concepts qui leur sont liés, l’action n’aurait ni identité ni intentionalité.

14Celui qui considère que le caractère intentionnel de l’action est corrélatif au seul usage déclaratif, descriptif ou explicatif de la sémantique naturelle de l’action s’efforcera d’appréhender la structure intentionnelle de l’action à travers l’analyse de la grammaire de ce langage. L’analyse conceptuelle du réseau notionnel du langage de l’action tiendra lieu de théorie de l’action, comme cela semble être le cas dans une partie de la philosophie analytique. Le problème est que l’intentionalité de l’action mondaine, structurée temporellement, d’agents s’engageant dans le monde et opérant dans une situation, n’a pas la clarté, la différenciation et la distinction de sa formulation discursive. Cette différence est alors perdue de vue ou « linguisticisée », l’intentionalité étant identifiée aux états intentionnels discrets et individués que le discours articule. Une telle indifférence à la condition incarnée de l’action est propice à une appréhension « intellectualiste » : l’analyste attribue aux agents engagés dans leur action le type de rapport au monde et le mode de présence à l’action que permettent la pensée et le langage – d’une part le monde, fait d’objets discrets et individués, tel qu’il s’offre au sujet de la connaissance, d’autre part le comportement guidé et contrôlé par la « pensée pensante » ou par la réflexion tel qu’il est thématisé dans les déclarations d’intention et dans les « accounts ». Par contre, si on substitue à la conception désignative ou représentationniste du langage, et à la conception dualiste de l’action, une conception expressive ou formulative, on peut établir à la fois une continuité et une rupture entre l’action incarnée et sa mise en discours, et rapporter l’intentionalité « thétique », qui est celle des jugements explicites et des formulations conscientes sur une réalité disponible sous la forme d’objets discrets et individués, à une intentionalité « opérante » qui la rend possible. Comme l’écrit Merleau-Ponty, développant Husserl, c’est cette dernière qui « fait l’unité naturelle et antéprédicative du monde et de notre vie […] et qui fournit le texte dont nos connaissances cherchent à être la traduction en langage exact » (Merleau-Ponty, 1945, p. XIII).

15Opter en faveur de cette seconde position a des implications méthodologiques. En particulier, cela conduit d’abord à privilégier l’élucidation de ce que Searle appelle l’« intention-dans-l’action » – dans ses termes, celle qui se conçoit en même temps que l’action s’accomplit – par rapport à l’analyse des formes d’expression verbale de l’intentionalité de l’action : la déclaration d’intention qui manifeste la formation ou l’existence d’intentions préalables ; la caractérisation intentionnelle de l’action dans les « accounts », qu’ils soient narratifs, explicatifs ou justificatifs. On est ensuite incité à thématiser conjointement les deux composantes de l’intention-dans-l’action, à savoir l’appréhension de ce qui est fait sous un « sens visé », c’est-à-dire sous une description identifiante et unifiante, ou sous une conceptualité, et l’orientation-vers, la polarisation ou la « directness » (qui ne sont pas réductibles à la poursuite d’un but déterminé, celui-ci étant corrélatif à une explication téléologique). Mais le lieu privilégié de la conjonction de ces deux composantes est l’action mondaine, en tant qu’accomplissement incarné. Une troisième implication concerne ce que Ricœur appelle la nécessité de « s’affranchir définitivement du vocabulaire de la référence » (Ricœur, 1985, p. 229). Les formulations de l’action ne redécrivent pas simplement ce qui a été fait : elles révèlent et transforment ce qui a été esquissé dans l’action incarnée ; elles en accroissent la lisibilité et font retour au champ pratique (selon le cycle de la triple mimesis). Ce qui oblige à concevoir les conditions de validité des attributions d’actions et de raisons d’agir dans une autre problématique que celle de la correspondance, ou de l’adéquation du discours au réel.

L’intention dans l’action.

16Il me semble qu’il y a au moins deux façons de concevoir la présence de l’intention dans l’action. L’une thématise l’intention comme un état intentionnel identifiable séparément de l’action, existant sous la forme d’un contenu de l’esprit de l’agent qui cause son action, d’une pensée qui l’accompagne ou l’anime ; l’autre considère que l’action et l’intention, loin de correspondre à des entités relevant de domaines différents, sont reliées par une connexion interne ou grammaticale, de sorte qu’il est impossible de les séparer. Cette connexion grammaticale se fait bien sûr dans le langage ; mais elle se fait aussi dans l’agir, de sorte que l’intention a pour lieu naturel de formation et d’expression l’accomplissement public de l’action, par rapport auquel toute formulation discursive apparaît dérivée et dépendante. Après avoir rapidement présenté le premier raisonnement, j’évoquerai la problématique wittgensteinienne de la connexion interne et l’appliquerai, en m’aidant de la réflexion de Charles Taylor sur l’« action comme expression » (Taylor, 1979, 1985), à la relation de l’action et de l’intention dans l’agir incarné et public.

17L’analyse de l’intentionalité des actions en termes d’états intentionnels distincts suppose une conception dualiste et causale de la relation de l’action et de l’intention. Certes, elle insiste sur le fait qu’il est impossible de spécifier quelqu’intention que ce soit sans lui donner un « contenu » d’action, et que l’identification et la description d’une action supposent de tenir compte de l’intention dans laquelle elle est effectuée – sans quoi elle se désintègre dans une succession désordonnée d’actes, de mouvements et de processus qui ne sont imputables à l’agent qu’en un sens très faible, puisqu’ils ne sont pas intentionnels (du genre : il met un pied devant l’autre, il appuie sur les touches de son clavier…). Mais elle s’en tient à l’idée que l’action se compose de deux éléments, une « composante mentale », à savoir un contenu de l’esprit, immédiatement accessible à l’agent, et une « composante physique », à savoir des mouvements du corps et des manipulations d’objets et de choses physiques. Pour Searle par exemple, cette composante mentale est une intention et correspond à ce que l’agent veut faire, pense faire ou a conscience de faire en faisant ce qu’il fait. Du fait qu’elle porte nécessairement sur quelque chose, elle représente l’action qui va la concrétiser. Cette intention opère, dit-il, selon le mécanisme de la « causalité intentionnelle » : elle représente l’effet qu’elle provoque. Si j’ai l’intention d’aller à Madrid cet été, il est probable que mon intention m’amènera à y aller ; en ce sens elle aura un pouvoir causal ; mais en même temps elle représente l’état qui la satisfera et l’effet qu’elle provoquera – mon déplacement à Madrid. Searle insiste sur la fonction représentationnelle des états intentionnels : ils nous donnent une représentation du monde et servent à lier « l’état mental au monde ». Pour lui, il ne fait pas de doute que l’intention existe comme état indépendant, comme contenu de l’esprit, discret et individué, donnant une représentation du monde et une image de ce que l’agent pense ou veut y faire, cette image lui permettant de passer aux actes. Est ainsi privilégiée la composante cognitive de l’intentionalité – représenter les conditions de satisfaction d’une intention et spécifier sous quelle conceptualité on agit – et sont oblitérées la composante temporelle de l’anticipation et la composante pratique de l’orientation-vers, de la projection dans le monde. Cette conception dualiste et représentationniste de la relation de l’action et de l’intention suscite un souci de la description vraie, qui s’exprime dans la recommandation suivante : « l’explication d’une action doit avoir le même contenu que celui qui se trouvait dans la tête de la personne au moment où elle a accompli l’action ou au moment où elle a fait un raisonnement qui a abouti à son intention d’accomplir l’action. Si l’explication est réellement explicative, le contenu qui cause le comportement par l’intermédaire de la causalité intentionnelle doit être identique au contenu de l’explication du comportement. » (Searle, 1985b, p. 93-94).

18D’une certaine façon, cette théorie causale de l’intentionalité reprend l’argument de la connexion interne développé par Wittgenstein, puisqu’elle montre qu’action et intention ne peuvent pas être identifiées indépendamment l’une de l’autre. Mais d’un autre côté, elle va à l’encontre du raisonnement qu’il esquissait, à savoir que la relation grammaticale ne relie pas deux entités relevant de deux domaines différents, dont l’une causerait l’autre sur le mode de la causalité qui s’applique aux objets et aux choses physiques. Si je m’attends à ce que l’orage éclate d’une minute à l’autre, mon attente spécifie l’événement qui la remplira. C’est la caractéristique de tout état intentionnel, pour autant qu’il porte sur quelque chose. Mais pour Wittgenstein il ne s’agit pas de lier un état mental au monde : l’attente et ce qui la remplit font contact dans le langage, et il n’y a pas besoin d’un élément tiers, une image ou une représentation de ce qui remplit l’attente, pour les relier. C’est pourquoi lorsqu’il propose de considérer comme interne la relation qui relie le désir et ce qui le satisfait, l’intention et ce qui la concrétise, la proposition et le fait qui la rend vraie, la règle et ce qui est accord avec elle, il a en vue non seulement une propriété générale des états intentionnels, mais aussi le fait que la relation n’est pas entre des entités relevant de domaines différents, le langage ou l’esprit d’un côté, le monde, les mouvements corporels ou les événements de l’autre. Ces entités s’appartiennent mutuellement et font contact dans la grammaire (Wittgenstein, 1958 ; Bouveresse, 1976 ; Baker & Hacker, 1985).

19Qu’y a-t-il, dans cette perspective, comme alternative à la théorie dualiste et causale ? Apparaît comme candidat sérieux une analyse capable de restituer l’appartenance réciproque de l’action et de l’intention non plus en termes de représentation de contenus (l’action comme condition « représentée » de satisfaction de l’intention, l’intention comme conscience ou pensée du vouloir-faire qui anime l’action dans son cours même) mais en termes d’expression ou de manifestation de soi. C’est-à-dire une analyse qui part de l’idée que c’est dans l’action en tant qu’accomplissement mondain, avec le rapport au monde qui lui est propre (distinct de celui qu’organisent la pensée et le langage), et non pas en tant qu’objet du discours de l’action ou que « contenu » d’un état intentionnel, que l’action et l’intention se rapportent l’une à l’autre sur le mode de la connexion grammaticale. Dans une telle perspective, c’est dans l’action effective et publique que l’intention trouve son « expression naturelle ». Les déclarations d’intention et les caractérisations intentionnelles qu’effectuent les « accounts » se nourrissent de la concrétisation de cette relation primordiale. L’intention n’est plus alors l’état mental indépendant que distingue le discours de l’action : elle appartient entièrement à l’action accomplie, elle est incorporée en elle ; elle « est » cette action et vice-versa ; elle revêt sa déterminité et ses traits identifiants dans le mouvement même où cette action prend forme, au milieu de contingences et de péripéties, sous la conduite d’une visée et d’une attente qui trouvent leur accomplissement dans un « point final ».

20Une telle alternative a été esquissée par Charles Taylor dans son commentaire de l’expression d’Anscombe : « The natural expression of wanting is trying to get » (sur Anscombe voir l’article de Patrick Pharo dans ce volume). L’idée est que c’est dans l’action effective, animée par le désir ou l’envie d’obtenir, que le wanting s’exprime au sens le plus fort du terme. Il y trouve son expression normale, c’est-à-dire l’expression qui convient le mieux à ce qu’il est, à sa logique interne. Il en va de même pour l’intention. L’action l’exprime de la même façon que le wanting, de sorte que la conscience de l’intention qui anime l’action a peu de chance d’être distincte de la conscience de ce qui est fait intentionnellement (intentionnellement étant à définir négativement, comme chez Hart).

21La notion d’expression n’est pas facile à utiliser. Taylor s’applique à la différencier, de façon à faire apparaître un sens faible et un sens fort. L’idée de base est qu’exprimer quelque chose c’est le rendre manifeste dans un objet qui l’incarne (« an embodiment »). Le caractère d’immédiateté de la manifestation exclut de l’expression authentique les cas où il faut une inférence pour déterminer ce qui est manifeste, comme celui où la présence de la voiture d’un collègue sur le parking de l’université me convainc qu’il est à son bureau. Si je croise ce collègue dans les couloirs du département, je peux aussi voir, à son expression faciale et à son comportement, qu’il est de bonne humeur, joyeux, triste, etc. Ceci à son tour se distingue des cas où je peux directement lire sa fatigue, sa nervosité ou son état dépressif dans ses postures, sur les traits de son visage ou dans le tremblement de ses mains ; et aussi des cas où son mode de comportement me permet de saisir sa disponibilité ou ses dispositions à mon égard.

22Pour distinguer les cas d’expression authentique des cas où il n’y a pas à proprement parler expression, on peut esquisser une typologie sommaire, à partir des distinctions de Taylor (qui sont assez proches de celles de Goffman) :

  • il n’y a pas d’expression à proprement parler quand ce qui est manifeste procède d’une inférence ;

  • il en va de même dans les cas où l’on se sert d’une expression physionomique pour communiquer intentionnellement un état, une disposition, une information ; la relation entre l’expression et ce qu’elle manifeste est alors antérieure à la communication de l’intention et la rend possible ;

  • il n’y a pas non plus d’expression au sens fort lorsque le comportement donne à voir directement, laisse paraître ou trahit des motivations, des dispositions, des états (fatigue, dépression…), des sentiments, car il manque un acte d’expression (cette qualité étant attribuée à l’objet expressif et non pas au sujet) ;

  • il y a expression authentique lorsque l’objet expressif « exprime » à proprement parler, et ne rend pas simplement observable, lorsque ce qui est exprimé est indissociable de l’expression et n’a pas d’autre lieu ou mode d’être que celle-ci, par exemple la mélancolie d’une musique, la joie sur un visage ou les pensées dans des mots. Dans de tels cas il y a bien manifestation de quelque chose dans un « embodiment » : ce qui est exprimé ne peut pas être observé en soi, indépendamment de cette incorporation, car c’est d’elle qu’il tient son caractère de réalité. Ce que l’objet expressif rend manifeste ne se réduit pas à ce qui peut être physionomiquement lu sur lui (la joie sur le visage n’est pas du même ordre que l’agacement que laisse percer une réaction vive).

23De quoi l’action peut-elle être une expression authentique ? Comment rend-elle manifeste une intention si ce n’est pas par la médiation de signes ? Ici aussi il convient de distinguer plusieurs possibilités :

  • un premier cas est celui où, voyant quelqu’un agir, je peux inférer les intentions ou les motivations personnelles qui l’animent, comme je peux, à voir ses mains trembler, à voir sa pâleur, inférer dans quel état il se trouve. Ceci relève d’une observabilité physionomique des dispositions, des états, des motivations et des réactions aux gens et aux choses, dans des comportements, des postures et des manières d’agir. Si une conversation m’ennuie ou si un de mes partenaires m’excède, il y a des chances que mon désintérêt et mes dispositions transparaissent d’une manière ou d’une autre dans mon comportement.

  • un second cas est celui où je rends manifeste – par mon comportement ou mes actes – une intention déterminée qui est mienne et que par exemple je ne veux pas ou ne peux pas, pour une raison ou une autre, exprimer directement dans mes paroles. Mon interlocuteur pourra inférer de mes faits et gestes ce dont je veux l’informer, ce que j’essaie de lui donner à comprendre, ce dont j’aimerais qu’il tienne compte (cf. les nombreux exemples présentés par Sperber et Wilson à l’appui de leur modèle ostensif-inférentiel de la communication). Dans ce cas, l’intention, le vouloir-dire ou le vouloir-faire sont des états intentionnels indépendants, au contenu clair et précis ; leur expression publique n’en est pas constitutive, ce qui fait qu’ils peuvent être exprimés de différentes façons. On peut les appeler « les intentions en arrière de l’action ».

  • le troisième cas est celui où c’est l’action elle-même qui est l’expression de l’intention, le lieu où elle se manifeste en s’y incorporant. L’action ne rend pas alors observable un état intentionnel identifiable séparément d’elle ; elle ne rend pas visible un référent inobservable du genre « contenu de l’esprit » ou état mental ; elle est l’intention en acte, incarnée dans l’espace public. L’intention se définit alors dans les termes de l’action qui l’incorpore, et cette action se définit dans les termes de l’intention qui l’anime. En outre cette intention n’est pas manifeste comme l’est un état intentionnel formulé : elle est accessible en tant que configuration sensible, « sens incarné ».

24Quand je prends part à une conversation, il est rare que je communique des pensées ou des intentions que j’ai conçues à l’avance. Quand il arrive que j’aie formé une intention préalable – par exemple inviter un ami à dîner – je ne me contente pas de la communiquer ; je la rends manifeste en l’incorporant dans un échange de paroles de telle sorte que mon interlocuteur reconnaisse l’intention de mes propos pour ce qu’elle est. Je la lui rends manifeste sur un mode incarné, en actualisant le jeu de langage qui sert à cela et en me référant aux us et coutumes en vigueur dans notre société. Dans ce cas, l’intention préalable n’a pas accompagné, comme conscience ou pensée, l’accomplissement de l’invitation ; elle a été transformée en un « sens incarné » de la séquence conversationnelle où elle a été exécutée ; et c’est sur ce mode-là qu’elle est devenue manifeste pour son destinataire, pour autant qu’il a compris mes paroles dans un certain sens. Celles-ci n’ont pas été le signe révélant l’intention qui m’animait ; elles l’ont rendue manifeste comme action, comme configuration sensible, publiquement reconnaissables.

25Habituellement, dans une conversation, l’intention prend forme au fur et à mesure de l’expression. Le locuteur ne conçoit pas d’abord son vouloir-dire dans son intériorité, comme un contenu de son esprit qu’il chercherait à communiquer. Il le rend manifeste, de façon incarnée, à travers son engagement dans la conversation. Il le découvre en quelque sorte lui-même au fur et à mesure qu’il le configure pour les autres dans ses contributions à la conversation, en fonction du jeu de langage qu’il joue avec eux. Ceux-ci participent aussi à la formation de ce vouloir-dire et le découvrent en même temps que lui. Il se peut alors qu’on lui demande d’expliciter ce qu’il a dit. Il invoquera alors vraisemblablement son vouloir-dire. Si l’on pense qu’il se réfère ainsi à un état ou à un événement dont il a éprouvé la présence ou la stimulation au moment où il s’est mis à parler, comme cela même qui a déclenché et dirigé l’expression, on se laisse induire en erreur par ce qu’évoque spontanément cette formule. Wittgenstein propose d’y voir plutôt une capacité créée par l’expression elle-même : en explicitant ce qu’il a voulu dire, le locuteur présente ce qu’il est en mesure de dire à l’appui de ce qu’il a effectivement dit et de son sens, de son propos incarnés, disponibles dans l’espace public, pour le clarifier, y introduire des distinctions, indiquer sous quel jour il faut le considérer. Bref en formulant son vouloir-dire dans son explication, il tente de rejoindre, au moyen de mots dont le sens est donné et de significations déjà disponibles, une intention, un propos, un sens « accomplis », incorporés dans son expression publique initiale comme étant sa raison d’être et sa visée.

26Il y a donc de bonnes raisons pour considérer que l’action concrète, accomplie dans l’espace public, est l’« expression naturelle » de l’intention : outre que c’est dans cet accomplissement que celle-ci acquiert sa déterminité et ses traits identifiants, selon le mode d’être et d’immédiateté propre au « sens incarné », c’est aussi en lui que se déploie l’intentionalité dans son intégralité et dans sa logique propre. L’action et l’intention s’appartiennent réciproquement, à la fois sur le plan conceptuel et sur le plan pratique. L’idée de « sens incarné » permet de souligner que l’intention-dans-l’action n’est pas réductible à une pensée de l’action ou à une conscience de son identité et de ses visées, qui accompagneraient et guideraient sa réalisation. Quant à la relation de causalité qui unit l’intention et l’action, elle revêt ainsi une autre signification que dans le modèle dualiste. L’intention provoque l’action non plus en tant qu’état mental indépendant mais en tant qu’elle meut l’action de l’intérieur, car elle s’identifie totalement au mouvement de son orientation et de sa détermination internes.

27Maintenant, si l’on considère cette incorporation de l’intention dans l’action effective comme la forme normale de leur relation, comment peut-on traiter l’intention préalable et l’intention alléguée dans un « account » ? L’intention préalable représente les cas où l’agent formule pour lui-même ou déclare à d’autres ce qu’il entend faire ou dire. Elle a bien sûr les propriétés des états intentionnels. Mais dans la perspective internaliste esquissée ici, ce cas est dérivé du cas normal. Pourquoi ? D’abord parce qu’en tant qu’état intentionnel, l’intention préalable doit avoir un « contenu » qui ne peut qu’être une action incorporant, grammaticalement, une intention anonyme. Ensuite parce qu’elle émerge habituellement d’une activité de clarification et de formulation de l’action, qui a lieu lorsque l’agent est conduit à anticiper ses cours d’action à partir de la situation où il se trouve, de façon à les orienter, les ordonner et les enchaîner ; ou encore, lorsqu’il a à résoudre ce que Mead appelle des « conflits d’impulsions » qui entravent la progression de l’action ; il doit alors expliciter sa situation, différencier les alternatives qui s’offrent à lui, déterminer comment continuer, bref former une intention. Dans un cas comme dans l’autre, l’intention préalable procède d’un raisonnement pratique et représente son résultat qui est un jugement en faveur d’une action déterminée. La définition proposée par Searle me paraît inclure ces différents aspects : « La conception d’intentions préalables est, en général, le résultat d’un raisonnement pratique. Le raisonnement pratique consiste toujours à raisonner sur le meilleur choix à faire entre des désirs conflictuels. » (Searle, 1985b, p. 91 ; sur l’intention préalable comme « jugement inconditionnel », voir Davidson, 1980 : « Intending »).

28Quant à l’intention qui est alléguée dans une explication, son traitement dépend de la conception qu’on a du rapport du langage et de l’action. Si l’on raisonne dans le cadre d’une théorie dualiste et causale, où l’intention est considérée comme une représentation ou une pensée existant en soi, identifiables séparément de l’action effective, on attendra de l’« account » qu’il représente cet état intentionnel de la façon décrite par Searle dans la citation rapportée plus haut. Si l’on appréhende l’intentionalité des actions comme un pur corrélat du discours de l’action, on verra dans les intentions des « accounts » un type d’entités que les agents ne peuvent éviter de s’attribuer les uns aux autres pour produire l’intelligibilité de leurs conduites en les rationalisant. Par contre si l’on adopte la position expressive esquissée ci-dessus, on traitera les explications, descriptions, justifications comme une activité d’appropriation et d’articulation d’un sens accompli ou d’une intention incarnée dans l’espace public. Ceux-ci représentent un point d’ancrage objectif et une contrainte pour la formulation, mais pas en tant que référents déterminés une fois pour toutes. Leur compréhension implique une sorte d’appropriation à partir d’une perspective. La formulation discursive opère cette appropriation en utilisant la capacité discriminante et articulatrice du langage de l’action. Elle procède à une « augmentation de lisibilité » dans les termes de son réseau conceptuel (Ricœur). Mais il lui est impossible de coïncider avec ce qu’elle s’efforce de rejoindre car l’intention « incarnée » excède ce qui peut en être dit en termes clairs et distincts ; plus, elle « fixe elle-même en dernière analyse le sens des mots par lesquels elle se traduit » (Merleau-Ponty, 1945, p. 445-446). Cette formulation fait retour à l’action ; elle a un effet qualitatif sur elle, s’il est vrai qu’une action guidée par une conscience claire de son orientation et de ses conditions est qualitativement différente d’une action tâtonnante.

L’action dans l’espace public

29Quand on appréhende ainsi la relation entre l’action et l’intention en termes de connexion interne, on met en évidence leur appartenance mutuelle, qui est un fait grammatical. Il est cependant apparu qu’un raisonnement en termes de relation interne autorisait des théories différentes de l’action et n’excluait pas d’emblée une conception dualiste et causale – celle de Searle, par exemple, qui interprète la relation interne entre l’intention et l’action en termes d’états intentionnels possédés par l’agent et de causalité intentionnelle, ou celle de Davidson qui considère que la connexion de l’action et de l’intention se fait dans une rationalisation « sous une description ». À cette interprétation j’ai opposé une conception « expressive » qui privilégie l’intention-dans-l’action et la traite comme l’identité, le propos et le sens que l’action manifeste en tant qu’elle les incarne ; ils sont ses interprétants internes. L’idée d’incarnation est double : elle désigne une incorporation, qui distingue une expression authentique de la simple mise en visibilité d’une réalité distincte, inobservable, par la médiation de signes ; elle spécifie un mode d’être et d’immédiateté du sens ou de l’intention distinct de celui que produisent la formulation ou la réflexion, de sorte que l’intention-dans-l’action ne se réduit pas à la pensée d’un vouloir-faire ou à la conscience de ce qui est fait. D’une certaine façon, ce mode de raisonnement conduit à opérer sur l’action le changement de perspective que l’herméneutique post-heideggérienne a effectué par rapport à l’herméneutique romantique : il s’agit moins désormais « de restituer l’intention de l’auteur en arrière du texte que d’expliciter le mouvement par lequel un texte déploie un monde en quelque sorte en avant de lui […], une proposition de monde que je pourrais habiter et dans lequel je pourrais projeter mes pouvoirs les plus propres » (Ricœur, 1983, p. 122).

30Il reste maintenant à élucider davantage le type de « manifesteté mutuelle » (Sperber & Wilson, 1989) auquel accède l’intention incarnée dans une action effectuée dans l’espace public, à expliquer en quoi cette expression est un accomplissement social et pourquoi l’individualisation d’une action et de son intention passe par sa publicisation, et donc par sa socialisation – s’il est vrai, comme l’écrit Goffman, que « vie publique et vie sociale sont co-extensives ».

Le primat de l’expression publique et ses conséquences

31Dans son argumentation en faveur d’une conception expressive de la relation entre le wanting et l’action, Taylor insiste sur l’idée que c’est dans l’espace public que l’action incarne le désir, le vouloir-faire ou l’intention. L’idée même d’expression suppose l’existence d’un milieu de communication dans lequel les agents se rendent mutuellement manifestes leurs intentions, dispositions, motivations, sentiments, etc. Ce modèle expressif suggère une conception forte de la « manifesteté mutuelle » des intentions, qu’il convient d’expliciter davantage.

32Tout d’abord, l’idée d’espace public excède celle d’un milieu de simple observabilité réciproque. L’espace public n’est pas simplement un milieu de signes ou d’indices à la disposition de ses occupants pour déchiffrer leurs états internes et faire des attributions réciproques. Ce serait le cas si les agents ne pouvaient s’ouvrir les uns aux autres qu’en donnant à lire leurs états et leurs dispositions, leurs motivations et leurs intentions par l’intermédiaire d’indices matériels ou corporels, ou même qu’en laissant échapper involontairement (« exsuder », dit Goffman) un certain nombre d’éléments permettant aux autres de leur attribuer une identité catégorielle, un état d’esprit, une santé mentale, une qualité d’agent, ou une biographie typique. Cet aspect-là des choses n’est pas négligeable, et nul n’en a rendu compte mieux que Goffman.

33Mais la « publicisation » des actions et des expressions comporte d’autres dimensions, qui relèvent davantage de la constitution d’une intersubjectivité pratique, c’est-à-dire de la reconnaissance réciproque comme sujets, de la liaison des personnes et de l’enchaînement de leurs actions dans la coopération sociale. C’est pourquoi elle n’est pas seulement « indication » d’entités inobservables, inaccessibles sans la médiation de signes, mais aussi communication et socialisation. Plus fondamentalement encore, elle est le processus par lequel les actions et les paroles accèdent à leur être véritable, se dotent du propos, du sens, de l’intention qui les individuent – du moins s’il est vrai que l’expression publique n’est pas la simple représentation d’une réalité déjà entièrement déterminée, mais qu’elle est le processus par lequel cette réalité s’actualise et acquiert ses traits identifiants. Comme l’écrit Gadamer, « l’aspect sous lequel une chose se présente fait partie de l’être propre de cette chose ». S’agissant par exemple d’œuvre musicale ou théâtrale, « c’est dans l’exécution et en elle seulement que l’on rencontre l’œuvre elle-même » ; celle-ci « n’existe qu’autant qu’elle est jouée, dans la représentation, comme spectacle », de sorte que « c’est son être propre qui se donne dans la représentation ». Ceci vaut aussi pour les sujets ou les agents, qui ne « s’atteignent eux-mêmes » qu’en parlant et en agissant dans un espace public. Cette idée implique que la qualité d’agent (la capacité de donner une direction à ce qui est fait, d’avancer, dans les contingences et les péripéties, sous la conduite d’une visée ou d’une attente, de contrôler ce qui est fait) s’atteint elle-même par sa figuration. Cette qualité est, elle aussi, manifestée de façon incarnée dans l’accomplissement même de l’action, car elle fait partie de sa grammaire. Il y a même des situations où elle fait l’objet d’une mise en scène visant à rendre manifeste que contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’agent garde le contrôle de ce qu’il dit et de ce qu’il fait (Goffman a bien décrit certaines de ces situations).

L’intention comme configuration sensible

34On peut préciser davantage la nature de cet espace public en spécifiant le type d’immédiateté dont bénéficie l’intention incarnée dans l’action. Cette immédiateté n’est pas celle d’un contenu de l’esprit, que le sujet est supposé percevoir directement en tant qu’il est intimement sien. Elle n’est pas non plus celle des mouvements physiques ou des manipulations d’objets dont l’action est faite en dernier ressort, ou celle des sons qu’un locuteur émet : les agents perçoivent des intentions, des actions et des expressions et non pas des gesticulations ou des bruitages. C’est l’idée même d’immédiateté, telle qu’elle est présente dans le modèle causal évoqué précédemment et dans la théorie naturelle de la perception des objets, qui demande à être transformée, dans la direction que Merleau-Ponty a pointée : « La configuration sensible d’un objet ou d’un geste […] ne se saisit pas dans une coïncidence ineffable, elle se “comprend” par une sorte d’appropriation dont nous avons tous l’expérience quand nous disons que nous avons “trouvé” le lapin dans le feuillage d’une devinette, ou que nous avons “attrapé” un mouvement. Le préjugé des sensations une fois écarté, un visage, une signature, une conduite cessent d’être de simples “données visuelles” dont nous aurions à chercher dans notre expérience intérieure la signification psychologique et le psychisme d’autrui devient un objet immédiat comme ensemble imprégné d’une signification immanente. Plus généralement c’est la notion même de l’immédiateté qui se trouve transformée : est désormais immédiat non plus l’impression, l’objet qui ne fait qu’un avec le sujet, mais le sens, la structure, l’arrangement spontané des parties. » (Merleau-Ponty, 1945, p. 70).

35Ce que découvre cette perspective c’est d’une part que les structures (sociales, normatives, etc.) constituent un ordre sensible ou visible, d’autre part que l’« appropriation » d’un objet ou d’une intention, outre qu’elle suppose une opération, implique la participation de celui qui perçoit à la détermination de ce qui est manifeste : le partenaire d’interaction prend part à la spécification des traits identifiants d’une intention-dans-l’action, de sorte que la déterminité de cette dernière procède d’une activité concertée (c’est un phénomène qui a été bien mis en évidence dans la théorie herméneutique de la lecture et de la réception, mais aussi dans l’ethnométhodologie et l’analyse de conversation).

36Ce type d’immédiateté du sens ou de l’intention, qui requiert une opération de configuration, la saisie d’une physionomie par « une sorte d’appropriation » – ce sont des styles de conduite que le corps « comprend » en tant qu’il est lui-même pouvoir d’agir et « puissance de fabriquer des comportements » – permet de préciser le caractère incarné de l’accomplissement de l’action. Il ne suffit pas ici de rappeler que les agents agissent en situation et qu’ils appréhendent leur situation en fonction de leur présence corporelle au monde. Il faut aussi voir ce qu’implique une telle corporéité de l’action intentionnelle. D’abord le rapport au monde qui sous-tend l’action est un rapport de connivence dans lequel le monde, appréhendé comme familier, est le « champ de l’expérience », ce sur quoi le sujet a une certaine prise du fait qu’il s’engage en lui comme corporéité, c’est-à-dire comme capacité de percevoir, de sentir et d’agir. Mais cela veut dire aussi que l’agent ne cesse de se diriger vers ce monde, que ce monde n’est accessible qu’à celui qui y est situé « et qui en épouse la direction », et qu’à proprement parler l’intention suppose une structure de perspectives : c’est-à-dire l’appréhension de ce qui est et de ce qui arrive d’un certain point de vue, d’une certaine distance et dans un certain sens (au sens où quand on regarde, on regarde d’un lieu vers un autre), et l’existence d’un point de départ et d’un point d’arrivée, d’une attente et d’une visée d’accomplissement. Enfin, cette expression incarnée de l’intention dans l’action suppose que l’agent n’exécute pas ses intentions, formées foro interno, dans un environnement auquel il se rapporte en tant que contexte objectif de son action ou comme matière sur laquelle il intervient, sur la base d’une connaissance par objectivation de ses différents éléments. Au contraire cet environnement est identifié et qualifié en fonction des visées, capacités, pouvoirs et dispositions qui sont les siens en tant que sujet corporel socialisé – c’est un « behavioral environment » comme dit Mead – de sorte que l’intention contribue elle-même à déterminer l’environnement de l’action qui l’incarne en même temps qu’elle est déterminée par lui (pour l’analyse de cette circularité, voir Mead, 1934 ; Garfinkel, 1967).

37L’idée à laquelle on aboutit ainsi est que la manifestation de l’intention dans l’action requiert des partenaires d’interaction plus qu’une simple constatation, à savoir une « compréhension », une « appropriation », une opération de configuration qui prolonge et achève celle de l’agent. Ces termes mettent l’accent sur l’activité d’organisation que supposent la perception et la reconnaissance. Cette activité est à la fois le fait de l’agent, qui ordonne ce qu’il fait et l’agence en une figure reconnaissable, et celui de ses partenaires réels ou virtuels qui s’approprient ce qu’il fait, saisissent son sens ou son intention incarnés par un « acte configurant ». Cette manifestation et cette compréhension de l’intention-dans-l’action sont à proprement parler un accomplissement social. Je voudrais en souligner trois caractéristiques.

38La première a été mise en évidence par la notion de corps propre : il y a des choses que le corps « comprend » en tant qu’il est lui-même pouvoir d’agir et « puissance de fabriquer des comportements ». Cette idée peut être élargie de la façon suivante : l’« appropriation » de l’intention incarnée dans l’action mondaine met en jeu des capacités familières, des savoir-faire et des pouvoir-faire maîtrisés sur le mode de la routine ou de l’habitude, ainsi que ce que Schütz appelle « une connaissance de sens commun des structures sociales ». C’est ce qui fait que ce qui est saisi dans l’action, ce sont moins les intentions de l’agent qui se trouvent en arrière de l’action, que ce qui est configuré au point de rencontre de la projection propre de l’agent (au sens où il ne cesse de se porter vers) et de celle de ses partenaires ou observateurs, qui appréhendent ce qu’il fait en y projetant leurs capacités familières, leurs pouvoirs propres, leur sens de la « normalité » et leur savoir de sens commun des structures sociales.

39La seconde caractéristique est l’usage de procédés ou de techniques dans ces opérations de configuration. Garfinkel en a décrit quelques-uns sous le nom de « méthode documentaire d’interprétation ». L’idée est que confrontés à une occurrence, les agents ne l’appréhendent pas simplement comme une succession de gestes et de sons ; ils en tirent des configurations sous la conduite d’une présupposition d’intentionalité. Ils y cherchent un vouloir-dire ou un vouloir-faire. Ils le composent en structurant une figure sur un fond, dans une opération de va-et-vient entre les apparences ou les détails et une forme totalisante. Ils documentent le « pattern » ainsi assemblé à l’aide des détails de ce que l’agent dit et fait, tout en identifiant ces derniers à l’aide de la totalité signifiante qu’ils en ont tirée (Garfinkel, 1967, chap. 3).

40La troisième caractéristique est la structure normative de cette activité de configuration. Cette normativité est complexe, mais on peut la thématiser sous trois aspects. Le premier aspect concerne le fait que l’identification de l’intention d’une action comporte la saisie d’une régularité. On ne peut pas savoir ce que l’on cherche à faire si ce qu’on fait n’a jamais été fait par quiconque ou ne peut être fait qu’une seule fois. Pour avoir l’intention de jouer au tennis, il faut que la forme instituée « jeu de tennis » existe. Pour avoir l’intention d’escalader un pic auquel personne ne s’est jamais attaqué, il faut que l’alpinisme existe comme type d’activité gouvernée par des règles. C’est ce qui a conduit Wittgenstein à souligner le rapport intime qu’il y a entre intention d’un côté et usages, coutumes et institutions de l’autre.

41Il s’agit là d’un type de régularité qu’on peut appeler normative. L’idée de régularité normative est indispensable pour rendre compte de l’identifiabilité publique des intentions-dans-l’action. Ce type de régularité se distingue de la simple régularité statistique, perceptible par un observateur. Par exemple, si je dispose des statistiques établies depuis cent ans par les services de la météorologie nationale sur la pluviométrie, l’ensoleillement, les températures, je peux repérer des récurrences régulières : un hiver rigoureux tous les dix ans suivi d’un printemps pluvieux et d’un été maussade, par exemple. La régularité normative suppose elle aussi la perception d’un « même », d’une identité, mais cette perception fait intervenir soit la référence à une règle dont les occurrences observées sont des applications, soit la connaissance d’une pratique, d’un usage ou d’une coutume qui suivent une règle, soit encore la maîtrise d’une technique définie par des règles (ces cas supposent un standard de l’usage correct). Je ne reconnais une occurrence déterminée comme une grève que pour autant que j’identifie un « même » dans le divers de comportements et d’actes qui la constituent, que s’ils sont lisibles comme exemplaire normal – i.e. conforme aux us et coutumes – d’une activité gouvernée par des règles, avec sa conceptualité propre. Par contre je peux échouer à identifier ce que quelqu’un fait – par exemple procéder à un type de mesure selon des règles déterminées – si je ne connais ni ces règles ni la technique de leur application, dont la maîtrise est manifeste dans son action. Dans ce cas-là, je ne peux pas à proprement parler saisir l’intention précise que manifeste son action, faute de pouvoir y saisir une régularité normative (cf. Winch, 1958).

42Le second aspect concerne la composante évaluative de cette activité de configuration, au sens où elle incorpore des jugements sur la validité, sur la qualité ou sur l’acceptabilité de ce qui est fait. Cette évaluation est d’abord le fait de l’agent : son action intentionnelle incorpore – c’est un fait grammatical, au sens où l’une est inconcevable sans l’autre – un jugement sur son caractère de désirabilité. De plus, comme il se meut dans un milieu où les agents attendent les uns des autres qu’ils s’orientent en fonction d’exigences partagées de validité, il élève implicitement pour ce qu’il fait une revendication de validité ou d’acceptabilité. Il en va de même pour ses partenaires ou les observateurs : l’« appropriation » de l’intention n’est pas seulement un constat, un jugement de fait ou la saisie d’une configuration sensible. Elle implique aussi une prise de position face à une proposition d’appropriation, de participation et d’association, réelle ou virtuelle, à l’action (Habermas a repris et développé cette idée herméneutique de la « proposition d’un monde » dans sa théorie de la communication).

43Enfin le troisième aspect correspond au fait que cette activité conjointe de configuration n’est possible que parce qu’elle est soutenue par un arrière-plan d’attentes normatives réciproques portant sur des opérations ou des micropratiques à effectuer les uns par rapport aux autres, ou sur ce qu’il convient de prendre comme base d’inférence et d’action dans une situation. Ces attentes constituent ce que Garfinkel appelle « les faits naturels de la vie ». Elles portent essentiellement sur des savoirs et des capacités à s’attribuer réciproquement, sur des opérations à faire, sur des définitions de l’ordre des choses tenues pour légitimes, auxquelles tout un chacun est supposé souscrire, et sur des structures normatives d’activité dont les agents attendent les uns des autres qu’ils les prennent comme cadres de référence de leurs pratiques. Par exemple, si, animant un séminaire universitaire, j’étais confronté à des participants qui manifestement n’auraient pas la moindre idée du type d’activité dont il s’agit, donc de ses règles du jeu, ou s’obstineraient à définir la situation en la cadrant différemment de moi, en l’appréhendant sous une autre structure normative, celle d’une réunion électorale ou celle d’une séance d’exorcisme par exemple, je me verrais dans l’incapacité de faire reconnaître l’intention qui anime mon action pour ce qu’elle est réellement. La « manifesteté » de mon intention suppose donc la bonne foi des partenaires, leur acceptation de se sentir moralement obligés par des attentes normatives qui nous lient. En ce sens elle a une dimension morale (ces attentes et ces opérations sont décrites dans Garfinkel, 1967, chap. 2).

La subjectivité comme accomplissement social

44Le passage d’une conception dualiste de la relation de l’action et de l’intention ainsi que du rapport de l’action et du langage de l’action à un modèle expressif permet, me semble-t-il, de bien faire apparaître le caractère objectif et public de l’intentionalité des actions, et, en mettant l’accent sur la structure normative de l’espace public et sur l’activité concertée de configuration dont procède la « manifesteté » de l’intention incarnée dans l’action, de souligner son caractère socialement accompli. Que devient la subjectivité dans l’affaire ? Le raisonnement esquissé jusqu’à présent laisse entrevoir la conception à laquelle il aboutit. On peut la schématiser en disant que la subjectivité advient à elle-même « naturellement » dans l’accomplissement public de l’action, qu’elle est transformée par une activité de formulation et qu’elle n’est pas concevable sans la médiation à la fois de l’expression publique et de symboles, concepts, objets, institutions, techniques et pratiques communes.

45Dans le modèle dualiste, qui est aussi peu ou prou celui du sens commun, la subjectivité est posée comme réalité en soi, distincte de l’action. Elle est la source des intentions et des raisons d’agir, le lieu de la pensée ou de la conscience qui accompagnent l’action et la guident. De plus l’agent ayant un accès direct aux contenus de son esprit, il est crédité d’une connaissance immédiate de ses états intentionnels. Dans le modèle expressif esquissé, qui accorde le primat à l’intention incarnée dans l’action, ce qui est premier c’est l’expression publique. C’est à travers elle et en elle que l’intention revêt sa déterminité et acquiert ses traits identifiants. Ce qui suppose que l’agent, loin de disposer de son intention sur le mode d’un contenu de l’esprit accessible sans médiation, la découvre, en même temps que les autres et avec leur concours, au fur et à mesure qu’il organise son cours d’action avec eux ou en tenant compte d’eux. C’est en ce sens qu’il accède à sa subjectivité, à son statut d’auteur conscient, autonome et responsable de ses actions, par une sorte d’« appropriation » de sa qualité d’agent incorporée et manifestée, sur le mode du sens incarné, et avec la collaboration d’autrui, dans son action. Si l’action est l’« expression naturelle » de la subjectivité, sa manifestation incarnée, il n’y a pas lieu de se représenter celle-ci comme une réalité distincte, comme une instance externe de pilotage de l’action et d’attribution de sens (c’est ainsi que je comprends l’argument d’Anscombe sur le sujet comme « illusion grammaticale », dans son fameux article « The First Person »).

46Cette perspective a deux caractéristiques qui l’opposent à la conception dualiste. D’une part, l’action n’est pas un mouvement d’extériorisation d’une intériorité déjà constituée. Au contraire l’intériorité se forme par réappropriation, internalisation et formulation des actions et expressions publiques. L’agent se réapproprie ce qu’il a fait en le formulant à l’aide du réseau conceptuel du langage de l’action. Il configure son vouloir-dire et son vouloir-faire en expliquant, justifiant, décrivant – y compris pour lui-même – ce qu’il fait ou a fait intentionnellement, de sorte qu’il peut ainsi rentrer en possession de ce qu’il a fait comme étant le sien propre et ce dont il peut répondre à titre d’auteur conscient et autonome.

47Cependant cette désubjectivation de l’intentionalité de l’action n’abolit pas ce que Davidson appelle l’« autorité de la première personne », pas plus qu’elle ne fait disparaître l’asymétrie qui fait que l’agent est le mieux placé pour savoir et dire ce qu’il fait (ce qui d’ailleurs n’est pas toujours le cas). Car fait partie (grammaticalement) de la qualité même d’agent, manifestée publiquement dans un accomplissement, la capacité d’orienter et de diriger ses faits et gestes en fonction d’une visée qui est sienne. Et la manifestation de cette qualité s’insère dans un espace public structuré normativement, où les agents attendent les uns des autres qu’ils fassent preuve de cette capacité. Le caractère « individuel » de l’action apparaît donc lui-même comme un accomplissement, et non pas comme un trait originaire.

48La seconde caractéristique de ce mode de raisonnement consiste à introduire une activité organisante et des médiations là où on ne supposait que de la transparence et de l’immédiateté. En effet, la subjectivité apparaît dans cette perspective comme ce qui émerge et prend forme à travers un mouvement de temporalisation et une activité d’appropriation, d’articulation et de clarification. L’exemple du vouloir-dire illustre bien ce phénomène. Il en va de même pour les états intentionnels allégués à titre de raisons d’agir ou de causes de l’action. Or cela veut dire que la formation des intentions et des différents états intentionnels ne relève pas d’une activité différente de celle par laquelle l’agent et ses partenaires s’« approprient » publiquement ce qu’il fait ou dit dans l’espace public. La conclusion à laquelle on aboutit est que la subjectivité a la structure temporelle, normative et opérationnelle de l’organisation incarnée de l’action et de sa formulation publique, et qu’elle n’accède à elle-même qu’en recourant à des médiations sociales, des symboles, des concepts (à commencer par ceux du langage de l’action), des objets, des jeux de langage, des types d’activité, des pratiques communes, des procédures et des techniques. Quelques-unes de ces dernières ont été étudiées, par exemple celles dont l’agent se sert pour passer en revue un cours d’action échu de façon à y trouver réponse aux questions de la sémantique naturelle de l’action et à le réorganiser selon les canons de la conduite rationnelle, guidée par une délibération pratique et un contrôle réflexif (cf. Garfinkel, 1967, chap. 4).

Quelques conséquences pour une sociologie de l’action

49Cette façon de thématiser le caractère social de l’intentionalité des actions ouvre-t-elle des perspectives nouvelles pour l’analyse sociologique de l’action ? Elle permet au moins de distinguer les démarches qui participent à la construction de l’objectivité de l’action et de la subjectivité des agents, en utilisant les ressources de la sémantique naturelle de l’action, de celles, fort peu nombreuses au demeurant, qui essaient de rendre compte des formes, des modalités et des conditions de cette construction. Je ne veux pas dire que les unes seraient légitimes tandis que les autres ne le seraient pas. Cependant, du point de vue d’une démarche scientifique, une analyse qui rend compte de l’action en faisant usage des ressources de la sémantique naturelle de l’action fait problème. Car outre qu’elle se laisse guider par un questionnement qui est celui sur la base duquel son objet est construit « naturellement », et qu’elle se contente de reprendre les formes de description et d’explication qui structurent le champ pratique, elle emprunte à la sémantique spontanée de l’action sa représentation des processus et des principes constitutifs de l’action. C’est ainsi qu’elle en arrive à attribuer un rôle causal ou un statut explicatif à des entités qui n’ont ces propriétés qu’en vertu d’une conception dualiste de l’action, qui est aussi celle du sens commun.

50La position à laquelle j’aboutis à partir de l’élucidation esquissée est à peu près la suivante : l’analyse sociologique doit se garder d’emprunter ses ressources analytiques à la sémantique naturelle de l’action, tout simplement parce que celle-ci n’est pas descriptive, mais constructive. Les concepts du langage de l’action ne représentent pas d’abord des états ou des processus réels, indépendants ; ils instruisent des opérations réglées, étayées sur des méthodes et des techniques, de construction de l’objectivité du champ pratique ; et ils servent à articuler et à clarifier des accomplissements publics, à accroître leur lisibilité et donc à transformer qualitativement l’action. C’est pourquoi la sémantique naturelle de l’action n’est une contrainte opératoire que pour quiconque participe à la construction de l’objectivité de l’action et de la subjectivité de l’agent. Si l’analyse sociale accepte de participer à cette construction, alors la contrainte de la sémantique naturelle de l’action s’impose nécessairement à elle.

51Mais on n’attend pas uniquement de la sociologie qu’elle produise l’action, qu’elle en construise l’objectivité ; on attend aussi d’elle qu’elle rende compte des conditions et des modalités de cette construction en tant qu’elle est une activité, socialement organisée, des agents. Or à ce niveau la sémantique naturelle de l’action ne peut fournir aucune ressource, car cette activité se déploie entièrement hors du réseau de l’intentionalité « thétique », tout simplement parce qu’elle est à son origine. Je ne vois donc pas comment on pourrait la décrire avec les ressources du langage de l’action. Je retrouve ici une des thèses développées par Searle (et d’autres) – à savoir que le réseau des états intentionnels « dans son ensemble ne fonctionne qu’assorti d’un arrière-plan de capacités humaines qui en elles-mêmes ne sont pas des états mentaux » (savoir-faire, talents, habitudes, façons de faire et attitudes générales envers le monde, etc.) – mais avec cette différence que la critique du modèle causal conduit à accorder une importance beaucoup plus décisive à cet « arrière-plan de l’intentionalité » et à le thématiser en termes d’intentionalité « opérante » et d’opérations de configuration.

52Cette formulation doit cependant être assortie de la remarque suivante : il est évident que dans ce cas, l’analyste est quand même obligé de mobiliser les ressources de la sémantique naturelle de l’action, car sans elle le champ pratique s’évanouirait et il ne pourrait pas se donner quelqu’action que ce soit comme objet intelligible à analyser. Procéder à une analyse suppose que soit maintenue, précisément par le recours à ces ressources, une constance de l’objet. Mais cela n’interdit pas de pratiquer un questionnement à rebours et de faire retour réflexivement sur le processus de structuration du champ pratique, en traitant le langage de l’action pour ce qu’il est, à savoir une méthode et une technique de construction de l’objectivité de l’action et de la subjectivité de l’agent. Au lieu de tabler sur le caractère routinier et imperceptible de cette activité de construction de façon à se focaliser sur l’objet et le sujet qu’elle configure – expliquer l’action, restituer les motifs et les intentions, formuler son sens, reconstituer la délibération pratique et l’émergence des alternatives d’action, imaginer le processus du choix, etc. – l’analyste peut s’appuyer sur la disponibilité naturelle de son objet pour thématiser et décrire les opérations dont il procède. La seule différence est que, sortant du réseau des états intentionnels, il ne trouvera pas dans cette inversion l’équivalent du schème conceptuel fourni par le langage de l’action. C’est pourquoi, comme l’a souvent rappelé Garfinkel, ces opérations sont « seen but unnoticed » ; elles sont à découvrir dans leurs détails, dans leurs techniques et procédures ; en tant qu’« arrière-plan de l’intentionalité », elles ne sont ni thématisées ni thématisables dans le réseau conceptuel de l’action ; elles ne peuvent pas être formulées comme peut l’être l’action. Elles demandent à être observées dans leur statut incarné et décrites à l’aide d’un langage de description approprié. Ce qui soulève d’énormes problèmes méthodologiques qui ont à peine commencé d’être explicités par ceux qui ont tenté d’explorer cette piste.

53Ceci dit, il convient de réaffirmer que les descriptions intentionnelles, les explications téléologiques et causales de l’action, qui sont focalisées sur la question du pourquoi, ont tout à fait leur place en sciences sociales. Elles participent alors d’un travail social d’appropriation, d’articulation des actions accomplies et d’augmentation de leur lisibilité. Mais il ne faudrait pas croire qu’elles accèdent à la façon dont l’action mondaine se forme, à ses principes constitutifs. De toute façon ceux-ci ne sont pas enfouis dans une profondeur dont il faudrait les extraire par des constructions théoriques sophistiquées. Il y a tout lieu de penser qu’ils sont au contraire en surface, et que le seul problème est d’apprendre à les voir.

Bibliographie

Anscombe Gertrude Elizabeth Margaret (1981), « The First Person », in Id., The Collected Philosophical Papers, Oxford, Blackwell.

Baccus Melinda D. (1987), « Sociological Indication and the Visibility Criterion of Real World Social Theorizing », in H. Garfinkel (ed.) Ethnomethodological Studies of Work, London, R.K.P., p. 1-19.

Baker Gordon P. & Peter M. S. Hacker (1985), Wittgenstein. Rules, Grammar and Necessity, Oxford, Blackwell.

Bouveresse Jacques (1976/1987), Le mythe de l’intériorité, Paris, Minuit.

Davidson Donald (1980), Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press.

Engel Pascal (1986), « L’anomalie du mental », Critique, 474, p. 1125-1139.

Gadamer Hans Georg (1960), Vérité et Méthode, Paris, Le Seuil (trad. fr. 1976).

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Prentice Hall, Inc.

Giddens Anthony (1984), The Constitution of Society, Cambridge, Polity Press.

Goffman Erving (1987), Façons de parler, Paris, Minuit.

Habermas Jürgen (1981), Théorie des Kommunikativen Handelns, Franckfort, Suhrkamp (trad. fr. 1987), 2 vol.

Hart Herbert Lionel Adolphus (1949), « The Ascription of Responsability and Rights », in Proceedings of the Aristotelician Society, vol. 49, p. 171-194.

Mead George Herbert (1934), L’esprit, le soi, la société, trad. fr. 1963, Paris, Presses universitaires de France.

Merleau-Ponty Maurice (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Petit Jean-Luc (1988), La Sémantique de l’action, thèse pour le doctorat d’État, Paris 1-Sorbonne, 2 vol.

Ricœur Paul (1977), La Sémantique de l’action, Paris, Éditions du CNRS.

Ricœur Paul (1983), Temps et Récit, Paris, Le Seuil.

Ricœur Paul (1985), Le temps raconté, Paris, le Seuil.

Ricœur Paul (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil.

Searle John (1985a), L’intentionalité, Paris, Minuit.

Searle John (1985b), Du cerveau au savoir, Paris, Herman.

Sperber Don & Deirdre Wilson (1989), La Pertinence, Paris, Minuit.

Taylor Charles (1970), « Explaining Action », Inquiry, 13 (1-2), p. 54-89.

Taylor Charles (1979), « Action as Expression », in C. Diamond & J. Teichman (eds), Intention and Intentionality, Brighton, The Harvester Press, p. 73-90.

Taylor Charles (1985), Philosophical Papers, 2 vol., Cambridge, Cambridge University Press.

Von Wright Georg Henrik (1971), Explanation and Understanding, Londres, R.K.P.

Winch Peter (1958), The Idea of a Social Science, Londres, R.K.P.

Wittgenstein Ludwig (1958), Philosophical Investigations, Oxford, Blackwell.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search