Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action

 | 
Patrick Pharo
, 
Louis Quéré

Repères

L’action intentionnelle

La théorie de Davidson est-elle vraiment intentionnaliste ?

Die intentionale Handlung

Intentional Action

Jean-Luc Petit

Résumé

Au problème de Wittgenstein – nos actions intentionnelles échappent-elles au domaine du dicible ? – la sémantique davidsonienne répond par une théorie des événements et de leur explication causale qui évite d’introduire l’intentionnalité. La thèse de l’article est que l’intervention de Davidson dans la théorie de l’action est précisément un combat contre l’intentionnalité ; le rejet de l’intentionnel est la caractéristique en même temps que la limite de la sémantique de l’action de Davidson, ainsi que de toute sémantique appliquée à l’action et aux sciences de l’homme.

Texte intégral

1Au problème de Wittgenstein, qui est de savoir si nos actions intentionnelles, à la différence des événements physiques correspondants, n’échapperaient pas au domaine du dicible, Donald Davidson répond dans son analyse sémantique du langage pratique en avançant une ontologie des événements et une épistémologie de leur explication causale. Cette ontologie et cette épistémologie ont ceci de remarquable qu’elles se gardent d’introduire l’intentionnalité au sens classique. La thèse soutenue ici est que l’intervention de Davidson dans la théorie de l’action est précisément un combat contre l’intentionnalité (forte). Caractéristique, en même temps que limite (il serait prétentieux de dire : « échec ») de la théorie de l’action de Davidson, ce rejet de l’intentionnel est peut-être une limitation caractéristique de toute analyse sémantique du langage pratique appliquée à l’action et aux sciences de l’homme.

L’intentionnalité des actions : sens fort et sens faible

2Davidson propose une analyse sémantique de l’action intentionnelle, analyse qui dégage les conditions de vérité de nos phrases du langage quotidien sur les actions. Pour autant, on ne saurait le présenter comme l’introducteur du concept d’intentionnalité dans la philosophie de l’action, titre auquel lui-même ne prétend pas. Car, de l’intentionnalité des actions, on peut parler en deux sens différents : un sens faible, qui ne suppose pas ce concept ; un sens fort, qui l’implique. Au sens faible, une action est « intentionnelle », et faite « intentionnellement », dans la mesure où l’agent explique ce qu’il a fait en employant des expressions d’« attitudes intentionnelles », telles que « j’ai voulu », « j’ai cru », etc., ou en faisant référence à des « états intentionnels » de désir et de croyance antérieurs à l’événement de l’action. Au sens fort, une action est faite « dans une certaine intention » si elle procède d’une intentionnalité pratique, mouvement conscient et volontaire de l’agent vers les choses, qui participe autant de la constitution de cet agent lui-même comme intervenant dans le monde, que de la constitution du monde, comme champ d’exigences et d’objectivations pratiques où cet agent intervient.

3Reconnaître que notre épistémologie informelle de locuteurs met nécessairement à contribution le lexique des prédicats intentionnels de la langue n’implique aucun engagement ontologique en faveur de l’intentionnalité forte de nos actions. Sans doute, le fait de concéder que cette explication intentionnelle ne peut pas être remplacée par une explication non intentionnelle dans les termes d’une théorie physique, témoigne d’une certaine forme – faible – d’intentionnaliste. Mais seule une conception intentionnaliste forte fonde la téléologie de l’explication intentionnelle sur une ontologie conforme à l’expérience phénoménologique de l’agent : l’expérience de la visée, du projet, de la puissance d’agir, de l’effort, de la réalisation, etc. – en tant qu’elle ne se ramène pas à certaines façons de parler des événements impersonnels du monde physique. Si l’on déclare la conception de Davidson « intentionnaliste », c’est sans doute qu’on la compare à celle de Quine, ou de Wittgenstein, qui dénoncent le discours intentionnel comme faux ou trompeur. En revanche, si l’on compare, comme nous le faisons ici, sa conception avec la conception classique, celle de Husserl et des phénoménologues qui prennent le discours intentionnel comme exprimant la constitution pratique du monde, on ne pourra faire autrement que déclarer Davidson non intentionnaliste, voir anti-intentionnaliste.

  • 1 Du cadre conceptuel de la présente approche phénoménologique, qui sympathise avec la tentative davi (...)

4Dans les sciences de l’homme, l’actuelle occultation, non seulement de la phénoménologie, mais de toute la tradition de l’intentionnalité, fait que certains pourraient être tentés de décerner un label d’intentionnaliste authentique à une théorie de l’action comme celle de Davidson, qui foncièrement, demeure hostile – et appartient à une tradition hostile – à l’intentionnalité au sens fort1.

Les perplexités wittgensteiniennes

5En ce qui concerne les actions humaines, un problème classique est le problème physique : tous les événements dans la nature sont effets de causes, qui elles-mêmes sont à leur tour effets de causes, et ainsi de suite, sans qu’on puisse jamais remonter à un événement qui serait dépourvu de cause, et qu’on pourrait – en ce sens – qualifier de « libre ». Or il se trouve, et c’est même le cas le plus fréquent, que nous faisons des choses qui n’ont aucune autre cause que la volonté que nous avons de les faire. Pour moi, lire ce papier, pour vous, écouter ce que j’ai à dire, sont des actions qu’il ne tient qu’à moi et à vous de faire ou de ne pas faire, de poursuivre ou de cesser. À la réflexion, il est vrai, ces actions, à défaut de causes, ne sont pas dépourvues de contraintes, non seulement conventionnelles, mais également naturelles. D’ailleurs, même si elles devaient être purement conventionnelles, ces contraintes feraient-elles moins partie de l’ensemble de la nature ? Quoi qu’il en soit, nous avons le sentiment – invincible – qu’il y aurait dénaturation de ces actions à les présenter comme entièrement contraintes, comme causées par les conditions qui les conditionnent dans leur effectuation. En tant que « volontaires » nos actions résistent à une explication physique qui voudrait les intégrer aux enchaînements de causalité qui relient les événements de la nature.

6En tant qu’« intentionnelles », maintenant, nos actions opposent le même genre de résistance à une théorie de la signification qui voudrait rendre compte de tout ce que nous disons sur elles exclusivement en termes de référence à des choses, et de vérité par rapport aux choses. Ainsi, il n’est pas douteux qu’au moment où je vous parle, certains événements électriques et chimiques ont lieu juste sous mon crâne, à la surface de mon cortex cérébral, que d’autres événements, des micro-mouvements musculaires, concernent mes yeux dans mes orbites mes cordes vocales dans mon larynx, etc. Quelqu’importants que tous ces événements puissent être pour l’action que j’accomplis à présent il serait absurde de suggérer que c’est vers ces choses-là que je m’oriente, sous prétexte que seules elles peuvent être dites vraiment existantes au moment où je vous parle. Un expérimentateur de génie réussirait-il à déclencher artificiellement toutes ces impulsions neuroniques, à mettre en branle toute cette agitation musculaire et respiratoire, qu’il ne s’ensuivrait pas, pour autant, que je m’adresse à vous comme je le fais actuellement, dans l’intention précise où je le fais. Qu’on fasse la somme de tout ce qu’il est objectivement vrai de dire de ce que je fais, je soutiens qu’elle n’implique pas que je le fais avec une intention déterminée ; et pourtant, si je dis que je fais A au sens habituel, je dois aussi pouvoir dire que je fais A intentionnellement.

7Au sujet de la liberté de la volonté, Kant avait montré que la solution causale de Hume n’était pas une solution. Au sujet de l’intentionnalité des actions dans le langage quotidien, c’est du problème de Wittgenstein que Davidson veut montrer qu’il n’est pas un problème, pour la sémantique. Laissons-nous guider par ce parallèle historique.

8Je rappelle les termes du problème de l’action chez Wittgenstein. D’habitude, quand nous nous attribuons des actions, nous employons des phrases comme « je lève le bras ». Que trouvons-nous à la base de leur signification ? De même que pour tous les énoncés déclaratifs et informatifs, il y a les faits du monde, qui sont les conditions nécessaires et suffisantes pour que ces phrases soient vraies. Disons, les faits « au sujet desquels » nous pouvons les affirmer avec vérité. Or si l’on cherche un fait qui rende vraie la phrase : « Je lève le bras », cela ne peut être que quelque chose d’absolument objectif, qui soit susceptible d’un compte rendu tout à fait impersonnel, comme un mouvement d’un certain corps (à savoir ce corps-ci). Le fait correspondant à « Je lève le bras » doit être le fait que mon bras se lève. Toutefois, dans « Je lève le bras » j’ai l’air d’en dire plus que lorsque je dis simplement que mon bras se lève. Cela est si vrai que si mon bras venait à se lever automatiquement, sans intention particulière de ma part, je dirais : « Tiens ! Mon bras se lève », et pas : « Je lève le bras ». Et pourtant, je suis dans l’incapacité d’indiquer quelque part un fait supplémentaire qui devrait s’ajouter au fait que mon bras se lève pour qu’il devienne vrai de dire : « Je lève le bras ». Cet aspect intentionnel de mes actions, je le perçois fort clairement maintenant que je le considère dans la réflexion, j’en ai même un vécu : cette expérience que je me procure, de moi-même agissant, mais – curieusement – je ne peux pas le dire (ici, j’emploie dire au sens du Tractatus, c’est-à-dire au sens de l’expression propositionnelle).

9Davidson conçoit la relation du langage au monde dans le cadre de l’analyse logique classique. Il ne doute pas qu’une théorie des quantificateurs du premier ordre ne contienne les instruments conceptuels nécessaires pour la traduction symbolique de toute phrase du langage naturel. Pour Davidson, la seule question est de savoir si nous pouvons rendre compte de la différence de signification associée par l’intuition à l’action intentionnelle sans faire appel à un principe extérieur aux ressources sémantiques générales du langage naturel. Mais ici une mise au point s’impose, si nous ne voulons pas avoir l’air de projeter sur Davidson une problématique étrangère. Lorsque nous-même appelons « intentionnalité » un tel principe, nous entendons désigner par là une réelle propriété de l’agent, celle d’être dans et par ses actions orienté vers le monde. Quant à Davidson, son objectif nous parait être de nier qu’une telle intentionnalité puisse apporter une contribution essentielle à la signification référentielle ou véritative des phrases et expressions du langage pratique (même s’il ne récuse pas l’intentionnalité dans l’explication rationnelle). S’il est tellement important que l’intentionnalité n’ait aucun rôle sémantique, c’est qu’il lui faut écarter le recours à du supra-linguistique dans l’analyse des conditions de la signification. Et s’il faut faire sans le supra-linguistique, c’est parce que semble-t-il, pour lui, comme pour Wittgenstein – avec qui ses affinités se révèlent, du coup, plus essentielles que ses divergences –, la théorie du langage peut et doit contenir toute la théorie de l’esprit humain.

10Je m’apprête à examiner dans ce qui suit quelques-unes des stratégies mises en œuvre par Davidson en vue de dissoudre les perplexités wittgensteiniennes en rapport avec le phénomène de l’intentionnalité de nos actions, et de régler la question de son incidence sur le fonctionnement sémantique du langage. Mais auparavant, permettez-moi de prévenir une nouvelle ambiguïté.

11Il ne faudrait pas concevoir la controverse Wittgenstein-Davidson comme opposant un penseur exemplairement attentif à l’usage réel dans ses aspects intentionnels, ce penseur étant Wittgenstein, et un logicien (Davidson), suspect a priori de vouloir brutaliser l’usage pour le ramener aux formes canoniques de son système de notation préféré. En fait, le type d’attention que Wittgenstein applique à l’usage procède de son relativisme contextuel, et ouvre seulement sur l’indéfinie pluralité des emplois du langage. Cette façon de coller les yeux sur le contexte n’est justement pas de nature à faire ressortir l’intentionnalité, si nous entendons par là un phénomène qui serait général et partout essentiellement le même. Si l’intentionnalité imprègne notre langage pratique, c’est dans la mesure où les formes linguistiques n’ont pas une vie autonome, limitée à chaque contexte d’usage, mais sont prises dans le mouvement par lequel l’agent humain se porte vers le monde. Aussi, pour autant qu’il rétablit le contact des mots avec les choses, Davidson peut paraître faire un pas vers cette intentionnalité, en dépit du fait que sa position doctrinale la refoule hors de la sémantique. Mais si l’on veut apercevoir le progrès accompli dans cette direction par rapport au grammaticisme néo-wittgensteinien, on doit faire de Davidson une lecture qui soit extrêmement charitable, et surtout qui se place sur des bases extérieures à sa théorie. Car, dans sa sémantique, l’intentionnalité demeure impossible à dire.

La réduction davidsonienne

12Une fois que notre langage sur les actions est clarifié au point de vue du rapport entre les mots et les choses (rapport sémantique), c’est un peu comme dans les communiqués officiels de la Pravda sur l’Afghanistan, pendant les opérations de retrait des troupes soviétiques : en ce qui concerne les réalités peu glorieuses de l’intervention, de l’occupation et de la défaite, selon une belle formule du journal Le Monde, tout était clair, mais rien n’était dit. De même, dans la sémantique de l’action, c’est toujours d’actions intentionnelles qu’il s’agit, mais sur l’intentionnalité des actions, pas un mot. Ce résultat surprenant, par quel procédé est-il obtenu ? En deux étapes : dans l’ensemble du discours pratique, on sélectionne les expressions et phrases d’un certain langage de base non-intentionnel, qui offre toutes les garanties d’une parfaite transparence sémantique, un langage dont on est sûr que les conditions de vérité dans le monde ne poseront aucun problème d’intentionnalité ; par mesure de sécurité on prend modèle sur celui de la logique élémentaire. Les expressions et phrases non-intentionnelles de ce langage de base peuvent alors être insérées dans le contexte d’un métalangage, qui inclut, notamment, toutes les expressions et phrases intentionnelles du langage pratique. Les expressions de ce métalangage ne renvoient pas directement aux choses, mais reflètent les conditions dans lesquelles le locuteur ordinaire accepte les phrases du langage de base comme « vraies par rapport aux choses ». On peut parler de sa « compétence sémantique ». L’intentionnalité fait partie de ces conditions. Comme n’importe quelle contrainte pesant sur l’acceptabilité de nos phrases non intentionnelles, elle est indissociable du mécanisme métalinguistique sous-jacent qui impose ces contraintes. Résultat : l’intentionnalité est chassée de l’univers des actions.

13Je prendrai une comparaison qui n’est pas dans Davidson. Imaginons un formulaire administratif dont les blancs devraient être remplis non, comme à l’habitude, par des noms ou par des nombres, mais par des phrases entières. Mettons que ces phrases soient obligatoirement des phrases déclaratives et descriptives, donc vraies ou fausses de quelque chose, portant réellement sur quelque chose. Elles représentent la base non-intentionnelle de notre langage pratique. Quant aux expressions ou phrases intentionnelles, elles correspondent aux phrases que l’on trouve préinscrites sur le formulaire : elles déterminent à quelle place il faut inscrire les informations pertinentes, sans informer par elles-mêmes en quoi que ce soit sur la réalité, sur laquelle on peut dire, si l’on veut, qu’elles restent muettes. Notre langage pratique, c’est le formulaire correctement rempli. Parler d’actions intentionnelles, quand on n’a pas pris la précaution d’identifier au sein de ce langage pratique les phrases qui accrochent véritablement au réel et ne se mélangent pas d’intentionnalité, c’est comme si l’on remettait le formulaire non rempli, sous prétexte qu’il y a suffisamment de choses déjà écrites dessus !

Une ontologie d’événements

14Nous disons : « il l’a fait. » Dirait-on qu’il l’a fait, si rien ne s’était passé ? Chacune des choses dont on peut dire qu’il l’a faite doit être arrivée à quelqu’un, doit être quelque péripétie dans la biographie d’un individu. Donc, conclut Davidson, tout locuteur qui attribue des actions à quelqu’un admet implicitement qu’il y a quelque chose comme des événements, et que certains de ces événements sont les actions de l’agent. Autrement dit, le fait d’employer un tel langage implique un engagement en faveur d’une ontologie d’événements, c’est-à-dire un domaine extra-linguistique contenant les éléments de la biographie d’un individu. Ou, si l’on veut, chaque attribution vraie d’une action à un agent renvoie, dans le monde, à une certaine relation entre l’agent, entité réelle, et une autre entité réelle, l’événement, qui doit se trouver à la base de l’action attribuée. Cette introduction des événements dans l’ontologie répond, à première vue, à un impératif d’évaluation sémantique du discours : pour qu’il puisse être (parfois) vrai de dire : « il l’a fait », il faut qu’il y ait quelque chose au monde, dont on puisse dire avec vérité qu’il l’a fait

15J’ai affirmé que Davidson prétendait s’épargner la reconnaissance de l’intentionnalité des actions. Administrons-en la preuve. Davidson dit : « c’est une erreur de supposer qu’il y a une classe d’actions intentionnelles. » (Davidson, 1980, p. 46). Certes, il ne nie pas que lorsqu’on attribue à quelqu’un une action, au sens habituel, c’est-à-dire intentionnel, il y ait quelque chose, qui est ce que l’agent a fait. Une chose, donc, qui appartient au moins à une classe : la classe de toutes les choses dont on peut dire : « Il l’a fait », et qui entretient au moins une relation avec l’agent, celle d’être faites par lui. Mais précisément, voulant concevoir cette « chose » comme élément d’une classe et terme de relation, il lui retire toute caractéristique susceptible de gêner la classification et la mise en relation : elle doit être indépendante du langage, aussi bien que de l’esprit de l’agent. Ce qui l’amène à curieusement séparer le terme d’action du terme d’intentionnalité : être une action, en vient-il à dire, est « un trait que des événements particuliers ont indépendamment de la façon dont ils sont décrits » (ibid.). L’intentionnalité, par contraste, demeure indissociable du mode de description (en tant que « volontaire », « délibérée », « bonne », etc.).

16C’est à peu près comme si l’on disait ceci : l’action au sens usuel, au sens où on le comprend en fonction de l’intention de l’agent, je ne sais pas ce que c’est, et je ne veux pas savoir s’il existe une chose pareille, – parce que je ne veux pas avoir à m’occuper d’entités intentionnelles. Mais ce que j’affirme, en revanche, c’est que chaque fois que quelqu’un fait intentionnellement quelque chose, il y a une action qu’il fait. À chaque fois, un événement du monde a lieu, qui porte en lui chacune de ses caractéristiques, en particulier celle d’être une action, et ceci, même si personne n’en sait rien, même si aucun locuteur – fût-il l’agent lui-même – ne lui attribue une telle caractéristique dans son langage. Quelque chose s’est passé dans la biographie d’un individu : est-ce ou pas quelque chose qu’il a fait ? L’alternative est en soi déjà tranchée, par les faits.

17En un sens, il ne me paraît pas choquant de dire que c’est la nature de l’événement – non l’intentionnalité de l’action – qui rend vraie ou qui rend fausse l’attribution usuelle (intentionnelle) d’action à l’agent. Si, par chance, un témoin s’était trouvé là, il aurait pu dire si, oui ou non, le prévenu a fait ce qu’on l’accuse d’avoir fait Et ce, quelles que soient les intentions, ayant pu l’inciter à le faire ou à ne pas le faire qu’on lui prête, ou qu’il prétend avoir eues. En deçà de l’attribution intentionnelle d’une action, Davidson pointe vers une relation entre la personne et ce qui reste de l’action, une fois dépouillée de son « aura » d’intentionnalité, et une fois ramenée à quelque chose qui a eu lieu, ou non l’événementialité pure. « Celui-ci a-t-il fait cela ? »

18S’ensuit-il que, dans nos attributions d’actions, il doive y avoir un critère universel pour départager ce qui est intentionnel, et ce qui est non intentionnel ; ce qui dépend de l’aspect sous lequel on appréhende et on décrit l’événement, et ce qui ne dépend d’aucun aspect, mais seulement de la nature même de cet événement ? Cela est fort douteux, mais Davidson semble le penser. Son traitement des exemples montre qu’il croit pouvoir cerner l’élément non-intentionnel et le saisir sous une expression référentielle simple, nom ou pronom relatif, qui permette de le tenir à part de tout mélange d’intentionnalité. En chaque action intentionnelle, je fais intentionnellement quelque chose. Il y a, d’un côté, ce que je fais, de l’autre la modalité intentionnelle selon laquelle je le fais. Modalité très variée qui recouvre tous les aspects sous lesquels l’agent lui-même, du point de vue où il est placé, appréhende ce qu’il fait, – avec les limitations de l’information, illusions subjectives et déformations de perspectives que cela implique.

19Exemple : Hamlet a intentionnellement tué l’homme caché derrière la tapisserie. Cette action d’Hamlet est un événement que Hamlet lui-même, n’appréhendait que sous l’aspect : supprimer l’espion qui avait surpris son entretien avec la reine, sa mère. Cet événement est physiquement le même que le meurtre de Polonius. Donc on peut légitimement attribuer à Hamlet l’action d’avoir tué Polonius, tout en niant que Hamlet ait intentionnellement tué Polonius. Tuer Polonius est ce qu’il a fait. Tuer l’homme caché derrière la tapisserie est aussi ce qu’il a fait, mais cette fois, intentionnellement. Davidson soutient que « ce qu’il a fait » renvoie à la même chose dans les deux cas. Comme si « tuer Polonius » serait de la façon la plus étroite l’événement dans sa réalité physique, l’aspect « tuer l’homme caché derrière la tapisserie » étant l’aspect que revêt cet événement d’intentionnalité.

20L’introduction des événements et l’extraction du noyau de langage événementiel dans notre discours pratique n’est que la première phase de l’analyse sémantique du langage naturel mise en œuvre par Davidson. En une seconde phase, les expressions et phrases intentionnelles du discours pratique sont renvoyées au plan métalinguistique. Plus précisément : quand on retire le noyau événementiel d’une phrase d’action, ce qui reste de la phrase d’action est un opérateur de contexte intentionnel. L’insertion d’une description d’événement dans un tel contexte nous sert à caractériser cet événement comme une action du caractère « voulu », « désiré », « trouvé bon » etc., de cet événement Je cite Davidson : « Un homme est l’agent d’un acte, si ce qu’il fait peut se décrire sous un aspect qui le rend intentionnel. […] Une personne est l’agent d’un événement si, et seulement si, il y a une description de ce qu’il a fait qui rende vraie une phrase disant qu’il l’a fait intentionnellement. » (Davidson, 1980, p. 46).

21Notre langage pratique nous sert à mettre en relation les individus humains et les événements du monde. Une telle relation se met en place lorsqu’une phrase d’action est vraie. Mais pour qu’une phrase d’action soit vraie, il ne suffit pas que l’événement dont elle contient (implicitement, au moins) une description se produise dans la réalité. Cela, c’est la condition qui dépend de la nature. Une autre condition doit être remplie, qui est relative au langage, condition, donc, méta-linguistique : il faut que le langage employé soit assez développé pour disposer des instruments propres à faire apparaître les événements sous un aspect intentionnel. En somme : pas d’action intentionnelle, excepté pour ceux qui parlent un langage en termes d’intentions, de buts, de désirs, de valeurs, etc.

22Jusque-là, j’y insiste, l’intentionnalité n’a pas encore été reconnue comme propriété à part entière de nos actions. Plutôt qu’une analyse du concept d’action intentionnelle, on dispose seulement d’un critère qui emploie nos déclarations d’intentionnalité (sans qu’il y ait lieu d’interroger leur signification) pour décider en quel contexte linguistique nous sommes disposés à attribuer à quelqu’un une « action ». En dehors de cette fonction, très périphérique, de filtrage préalable des événements susceptibles d’être dits « actions », l’intentionnalité ne joue-t-elle pas un rôle plus structurant, un rôle dans l’organisation du monde des événements ?

Une théorie causale

23À cette question répond la théorie davidsonienne de l’explication causale-rationnelle. Au-delà du strict enregistrement de l’événement lui-même, tout ce que nous pouvons avoir à dire au sujet d’une action – tout ce que nous disons en termes d’intentionnalité – est, suggère-t-il, destiné à expliquer cette action en donnant les raisons que l’agent avait de la faire. L’expliquer comment ? Avec les moyens que le langage nous procure pour cela. Le syllogisme pratique (Je désire faire A – je crois faire A en faisant E – je fais E) serait à la base du schéma de la justification a posteriori : j’ai fait E, parce que en faisant E je croyais faire A, et que je voulais faire A. Mon propos ici n’est pas de détailler le mécanisme du syllogisme pratique, qui est un lieu commun en théorie de l’action, mais d’examiner l’articulation, conçue par Davidson, entre sa théorie des actions comme événements et la théorie de l’explication rationnelle. À mon sens, l’intentionnalité s’y trouve de nouveau court-circuitée, au profit de l’idée de cause, cette fois. Davidson soutient que l’intention dans laquelle l’agent fait A est une raison de faire A et qu’une raison de faire A est une cause de l’événement (E) correspondant.

24Mettons entre parenthèses nos façons de parler : expliquer ce qu’on a fait équivaut à établir une relation causale singulière entre un événement (l’action) et un autre événement (sa raison). On peut, sans doute, trouver à redire à l’amalgame : intentionnalité – rationalité. Je m’abstiendrai de le faire afin de me concentrer sur l’assimilation de la raison et de la cause. Il est juste de reconnaître que Davidson ne défend pas l’idée – fausse – que nos explications des actions dans la vie quotidienne impliqueraient des lois physiques reliant les phénomènes de la nature. Une telle idée est fausse parce que les lois physiques sont générales et relient des classes d’événements, tandis que nos explications par raisons d’agir, demeurent toujours relatives au point de vue d’un agent humain, ainsi qu’à l’emploi d’un certain langage intentionnel. Il s’ensuit que si jamais nos explications usuelles parviennent à établir des relations – ce qui est exigé pour qu’on leur conserve le titre d’explications –, elles ne peuvent établir que des relations contingentes entre événements singuliers.

25Il n’existe aucune nécessité à ce que, éprouvant tout à coup un désir de glace à la vanille, je me rende dans une certaine boutique, je tire de l’argent de ma poche et je déguste une glace à la vanille. Mais si je déclare que j’ai fait tout cela parce que je désirais une glace à la vanille, j’ai donné la raison de mon action et mon action se trouve par-là suffisamment expliquée. (En fait très superficiellement, mais d’une manière suffisante cependant, si l’on reste dans le cadre de l’anthropologie « courte » dont Davidson se contente dans sa théorie de l’explication par désirs et par croyances.)

26Nos explications rationnelles habituelles consisteraient donc, strictement, dans l’emploi de notre langage intentionnel pour les événements que nous nous attribuons comme actions. Il s’ensuit que de telles « explications » fonctionnent de façon largement autonome par rapport à la structure du monde naturel. Non, toutefois, d’une manière complètement indépendante, puisqu’il doit bien y avoir l’événement à la base de l’action pour qu’il y ait une action. Mais sauf, précisément, par sa conclusion – l’action que l’agent se met à faire – le syllogisme pratique de l’agent n’est pas superposable au réseau des événements physiques environnant l’action que ce syllogisme prétend expliquer. Toutefois, lorsque l’effet d’explication n’est pas purement imaginaire, le syllogisme prend appui sur certains autres points de ce réseau. Les prémisses, ou raisons, sont à ce moment-là des causes, et la conclusion, un événement. À l’événement de l’action répondent les « événements » du désir et de la croyance, si l’on concède à Davidson la possibilité d’identifier de tels événements chez l’agent (l’éveil du désir, la formation de la croyance). Il n’importe pas que la connexion existante soit éventuellement très indirecte, pour ne pas dire aléatoire. Car cette explication ne l’est pas au sens fort, et n’exige pas qu’il existe une loi générale reliant tous les événements qu’elle classe comme raisons à tous les événements qu’elle classe comme actions.

Objections

27Les objections que j’aurais à opposer à la sémantique de l’action de Davidson d’un point de vue intentionnaliste sont les suivantes :

  1. Son analyse sémantique supprime l’objectivité du caractère intentionnel des actions. Il n’est pas vrai que l’on fasse quelque chose parce qu’on a découvert en soi une certaine inclination envers une certaine sorte d’actions, la sorte d’action qu’on croyait exemplifier en faisant cette chose. Quoi que l’agent puisse trouver, ou ne pas trouver au-dedans de soi comme désirs ou comme croyances, son explication de l’action va toujours plus loin, Il assume, en la proposant, l’existence d’un caractère objectif de cette action, en dehors de l’agent, – quand bien même un tel caractère n’apparaîtrait qu’aux seuls yeux de cet agent En cette prétention à l’objectivité réside le nerf épistémologique de l’explication. C’est par là que le destinataire peut « entrer dans » les raisons de l’agent, – c’est-à-dire ce que Davidson cherche à faire, voir dans l’action ce que l’agent lui-même a pu y voir. On ne rend pas justice à cette prétention à l’objectivité quand on affecte de n’y voir qu’un effet contingent de l’état mental où l’agent se trouve au moment de l’action.

  2. L’idéal de l’expression propositionnelle ne renfermant que le descriptif de l’état de chose rendant vraie cette proposition oriente l’analyse sémantique vers une hypothétique description directe de l’événement de l’action. Prendre une telle description pour le langage propre de l’action c’est ignorer la stratification intentionnelle des actions. Une action n’est pas ce qu’on a fait, sans plus. Une action est ce qu’on a fait en le voulant, soit en le voulant absolument, soit parce qu’on la croyait le moyen d’un but qu’on voulait. Et cela ne s’arrête pas là : une action est ce qu’on a projeté, supputé, tenté, etc. Les contextes d’attitudes intentionnelles paraissent devoir s’emboîter indéfiniment de telle façon que le noyau de l’action se laisse déployer, à la façon d’un cœur d’artichaut, en des contextes d’attitudes dont aucun ne peut prétendre épouser strictement – c’est-à-dire descriptivement – les contours de l’action faite. J’imagine volontiers que chaque participe passé d’un verbe d’intention de la langue représente virtuellement une nouvelle couche intentionnelle pour une action. L’idée d’un décapage de l’action de l’ensemble de ses couches d’intentionnalité et de sa réduction à son noyau d’événementialité pure ne saurait servir que d’idée-limite inaccessible d’une description intentionnelle de l’action. Je dis bien d’une description intentionnelle, non d’une analyse sémantique qui renverrait l’intentionnalité au métalangage de l’explication intentionnelle, simple commentaire a posteriori.

  3. La motivation intentionnelle de l’action est aussi éloignée de la causalité naturelle qu’elle l’est de l’explication par des raisons. En ramenant les raisons à des causes, Davidson est passé d’un rationalisme à un physicalisme, mais cela ne l’a pas rapproché du « tendre vers… » qui dynamise l’action tout en lui imposant un sens. Sans métaphore ni jeu de mots. L’existence d’une liaison causale entre la raison déclarée et l’événement survenu ne rend pas la teneur de sens de la motivation. La motivation est interne à l’action ou s’y continue, la liaison causale supposée est établie dans le dos de l’action. C’est une simple grâce de la nature si les raisons alléguées donnent de l’action une explication vraie. Ce qui implique, si le réseau de motivations ne doit pas être qu’une illusion (du langage) de l’agent, projetée sur le monde réel des causes physiques qui n’en a que faire, que le champ intentionnel constitue le champ pratique dont l’action n’est qu’une configuration localisée. Pour nos actions, ce champ est le sol primordial par rapport à quoi le monde des causes physiques n’est – au point de vue de l’anthropologie philosophique et des sciences humaines – qu’une construction théorique ultérieure. En dépit de Galilée : la Terre ne se meut pas.

28Illustration : lundi dernier, me trouvant sur le quai de la Rapée, direction d’Austerlitz, et voulant prendre la direction Nancy-Strasbourg, j’ai fait demi-tour à gauche. Avant d’avoir pu franchir la bande continue de séparation entre les deux voies, j’ai heurté une camionnette que je n’avais pas vu venir sur la file de gauche, direction pont d’Austerlitz. Je suis revenu me ranger sur la file de droite de la même voie, afin de remplir le constat à l’amiable avec l’autre conducteur. Je n’ai donc pas accompli l’action que je viens de dire, faire demi-tour sur le quai de la Rapée. Aussi n’ai-je rien dit qui ne soit vrai lorsqu’en complétant chez moi la partie du formulaire destinée à mon assurance, j’ai simplement déclaré que je me déplaçais sur la file de gauche au moment où l’accident s’est produit. Que je me déplace d’une file à l’autre dans la même voie n’implique pas que je passe d’une voie dans l’autre, ni que je fasse demi-tour. Par rapport au mouvement objectivement constatable ayant été la cause de l’accident, mon action de faire demi-tour n’a qu’une existence intentionnelle, non réelle. Mais une existence pas si irréelle que cela tout de même, car c’est exclusivement parce que je faisais demi-tour que mon véhicule a heurté celui du conducteur de la camionnette sur la file de gauche. Sans mon demi-tour à gauche mon auto n’aurait pas heurté l’autre véhicule : condition nécessaire. Il a suffi que je vire à gauche au moment où l’autre arrivait pour que le choc ait lieu : condition suffisante. Le demi-tour est donc absolument cause – mais cause de l’événement qui a mis fin à ce demi-tour, et l’a projeté du monde physique des mouvements corporels dans le monde immatériel des pures intentions invérifiables.

Conclusion

29Je propose, pour sortir de la confusion sans sacrifier les actions concernées, de rabattre la description sur un plan de base qui est le champ de toutes nos intentionnalités pratiques, et de ne rien retirer à leurs surdéterminations motivationnelles, puisqu’aussi bien elles sont les déterminants effectifs de ces actions, qu’elles actualisent ou inhibent. Le monde des « purs » mouvements physiques est alors à dégager comme une épure abstraite de l’entrelacs des actions intentionnellement motivées. Est-ce qu’on peut sur de telles bases, mener à bien une description ? Je le crois, une description phénoménologique, en tout cas. Mais, de là, peut-on s’« élever » à quelque théorie de l’action se rattachant au corps des sciences ? Et, question préalable : si cette théorie, et, déjà cette description (d’ailleurs, en quoi une « description » diffère-t-elle d’une « théorie ? » – parce qu’elle serait « directe » ?) doivent être elles-mêmes vraies ou fausses de quelque chose, sur la base de quelle sémantique seront-elles évaluées ? La nécessité d’une clarification sémantique de leur rapport, comme discours, aux choses, n’est-elle pas contradictoire avec l’exigence d’une description intentionnelle des actions ? Ceci dit, pour nous rappeler que nous devons toujours être prêts à l’éventualité désagréable, que la propre entreprise, où nous sommes présentement engagés, ne soit erronée en son principe même.

Bibliographie

Davidson Donald (1980), Essays on Actions and Events, Oxford, Clarendon Press.

Davidson Donald (1984), Inquiries into Truth and Interprétation, Oxford, Clarendon Press.

Lepore Ernest & Brian P. McLaughlin (eds) (1985), Actions and Events. Perspectives on the Philosophy of Donald Davidson, Oxford, Basil Blackwell.

Lepore Ernest & Brian P. McLaughlin (eds) (1986), Truth and Interprétation. Perspectives on the Philosophy of Donald Davidson, Oxford, Basil Blackwell.

MacDonald Graham F. & Philip H. Pettit (1981), Semantics and Social Science, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Petit Jean-Luc (à paraître), L’action dans la Philosophie Analytique.

Ricœur Paul (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil.

Vermazen Bruce & Merrill B. Hintikka (eds) (1985), Essays on Davidson. Actions and Events, Oxford, Clarendon Press.

Notes

1 Du cadre conceptuel de la présente approche phénoménologique, qui sympathise avec la tentative davidsonienne pour dépasser, par le biais de la sémantique, la clôture grammaticiste de l’analyse de l’action des wittgensteiniens, mais n’en est pas moins radicalement critique à l’égard de la clôture événementielle et causale de son ontologie, le lecteur trouvera un exposé magistral dans le dernier ouvrage de Paul Ricœur : Soi-même comme un autre (3e étude). Pour un développement systématique de cette critique, voir mon propre ouvrage, à paraître, sur l’Action dans la philosophie analytique.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search