Version classiqueVersion mobile

Les formes de l’action

 | 
Patrick Pharo
, 
Louis Quéré

Présentation

Louis Quéré et Patrick Pharo

Texte intégral

1Lorsqu’on essaie de saisir le fait humain comme action, et non pas comme comportement, structure ou manifestation d’une loi physique, on fait l’hypothèse que les actions sont des entités pourvues de propriétés particulières : signification, réflexivité, intentionalité, moralité, liberté… Ces propriétés ont été longuement étudiées par la philosophie. La tradition sociologique, dans ses différentes composantes, en a également tenu compte. Elle en a fait le fondement des grandes théories qu’elle a développées : sur la rationalité, les rapports de l’acteur et du système, l’ordre social, les institutions, la socialisation, etc. Toutefois, l’analyse de l’action pour elle-même présente des difficultés telles qu’on a parfois pensé, en sociologie, que des méthodes d’approche indirecte (comme les statistiques) seraient plus appropriées ; elles éviteraient au chercheur de se confronter à des problèmes que la tradition philosophique n’est pas parvenue à résoudre définitivement. De plus, on a souvent considéré que les catégories de l’action étaient trop diverses et variaient trop selon les cultures pour pouvoir donner lieu à des recherches de caractère général et qu’il était préférable de les étudier en fonction de traits particuliers à chaque société ou milieu local.

2Mais le renouveau des études en sémantique de l’action d’un côté, l’approfondissement de la réflexion sociologique sur le rapport entre actions et structures, sur les mécanismes de coordination de l’action ou sur l’interaction entre action et ordre social de l’autre, paraissent justifier un nouvel examen du problème. L’analyse du langage de l’action s’est développée, au cours des dernières décennies, à l’intérieur d’horizons théoriques divers : philosophie analytique, phénoménologie, herméneutique, sciences du langage et de la cognition, théorie de la communication. Elle a rétabli des liens avec d’anciennes traditions philosophiques et en même temps renouvelé l’analyse des catégories sémantiques de l’action ou, comme dit Paul Ricœur, de son « réseau conceptuel » : intention, volonté, désir, motif, sentiment, bien et mal… Certaines de ces notions ont ainsi acquis un statut plus ferme sur le plan logique. Surtout, en posant à nouveaux frais le problème du rapport de l’action à ses descriptions, la sémantique de l’action a contribué à mieux comprendre le rôle du langage dans la constitution du champ pratique.

3Ce genre de préoccupations a aussi trouvé un écho en sciences sociales, en particulier dans ce qu’on a appelé le « paradigme interprétatif » qui, en sociologie, s’est développé dans le sillage de Simmel, Weber, Mead, Schütz. Partant d’études empiriques sur des formes concertées d’action sociale, sur la réparation des incidents de l’interaction ou sur l’organisation des conversations, des auteurs comme Goffman, Garfinkel, Sacks, Schegloff et d’autres, ont mis en évidence la place de l’interprétation dans la structuration de l’action et analysé les principales dimensions de l’intrication de l’action et du langage ordinaire. Ils ont ainsi développé de nouvelles façons de thématiser le rapport du faire et du dire. Ils ont aussi proposé des solutions inédites au problème classique de l’articulation de l’action avec son environnement normatif. En particulier ils ont examiné comment les actions et leurs descriptions acquièrent leur validité intersubjective, et comment cette validation est partie intégrante de la coordination de l’action. Ils ont enfin mis l’accent sur le caractère incarné du contrôle réflexif exercé par les agents sur leurs conduites. De telles approches ont partiellement renouvelé le questionnement et l’enquête sur l’action ; en traitant celle-ci comme phénomène en soi, susceptible d’investigations empiriques, elles ont inauguré une façon inédite de faire la théorie de l’action.

4Ces innovations théoriques et empiriques ne sont pas sans incidence sur notre façon de considérer l’homme, la culture et la vie sociale. On peut par exemple se demander jusqu’à quel point l’étude de l’action permet de concevoir une science sociale susceptible de mettre en rapport l’étude des cultures et des situations historiques avec des propriétés plus permanentes de l’action humaine. On peut aussi mettre à profit certains acquis conceptuels pour essayer de situer avec plus de précision les limites de la connaissance qu’on peut acquérir des faits sociaux et des faits humains en général. On peut enfin s’appuyer sur ces acquis pour élucider la dimension normative inévitable de toute description d’action. Mais si l’analyse de l’action engage normativement celui qui l’effectue, quel genre d’épreuves lui permet d’honorer les exigences de la science ? Tout cela invite à pratiquer une sorte d’épistémologie expérimentale consistant à pousser aussi loin que possible l’analyse des catégories et du langage de l’action. Le but aura été atteint si la discussion et la controverse scientifiques s’en trouvent facilitées. C’est précisément à cette démarche que ce premier volume de la série « Raisons Pratiques » voudrait intéresser ses lecteurs, Il est le résultat de deux années de séminaire interdisciplinaire à l’EHESS sur les théories de l’action dans les paradigmes des sciences humaines.

5L’ouvrage comporte trois parties. La première propose quelques jalons pour entrer dans des débats en cours sur la théorie de l’action. Deux thèmes y retiennent l’attention : celui de la rationalité pratique et celui du statut du langage ordinaire de l’action. Paul Ladrière retourne à la source de la réflexion sur la raison pratique, à savoir l’Éthique à Nicomaque. Il rappelle que, pour Aristote, c’est la phronésis, la sagesse pratique, distincte de la sagesse théorique, qui est le mode d’intervention de la raison dans l’agir. Après avoir restitué la teneur de cette distinction chez Aristote, il souligne l’enjeu actuel de son maintien dans la théorie sociale et politique. Laurent Thévenot propose lui aussi une réflexion, plus directement liée à des débats en cours en sciences économiques, sur la construction de la rationalité des actions. Il lie la notion de rationalité à celles de jugements sur ce qui convient et de révisabilité de ces jugements. Il analyse en particulier la façon dont l’identification de l’action est soumise à une interrogation sur son succès, cette identification étant requise par les différentes formes de coordination de l’action.

6Les textes de Jean-Luc Petit et de Louis Quéré abordent un autre débat lié aux acquis de la sémantique de l’action, c’est-à-dire de l’analyse sémantique du réseau conceptuel du langage ordinaire dans lequel l’action est dite, expliquée, justifiée, etc. Jean-Luc Petit présente et critique un auteur qui a beaucoup contribué au développement d’une telle analyse, Donald Davidson. Il s’intéresse plus particulièrement à son approche de l’intentionalité des actions. Il pense qu’en développant son analyse du discours de l’action dans le cadre d’une théorie des événements et d’un modèle causal – les désirs et les croyances qui rationalisent l’action en sont aussi les causes – Davidson a réduit l’intentionalité des actions à leur rationalisation discursive. S’inscrivant dans un cadre plus proche de l’herméneutique de Gadamer et de Ricœur, Louis Quéré s’interroge sur le rapport qu’il y a entre le langage ordinaire de l’action et le langage utilisé en sociologie pour rendre compte des pratiques et des conduites sociales. Ce qui pose le problème de la nature du discours pratique, celui du statut normatif des catégories et des formes d’explication qui le constituent, et plus fondamentalement celui de la façon de concevoir le caractère social de l’action intentionnelle et d’en rendre compte.

7La seconde partie présente des recherches plus empiriques, qui s’articulent autour de trois thèmes : la représentation des actions, les conditions de validité d’une analyse sociologique de l’action et le statut de l’action comme réalité observable. Nicolas Dodier recherche une alternative aux démarches qui, soit se contentent de faire une « sociologie des agents » (imputation de motifs, de buts, d’intentions, etc.), soit critiquent les discours que les acteurs tiennent sur leurs propres actions. Cette alternative consiste à étudier les dispositifs de représentation des actions et à élucider les conditions de validité de telles représentations. Nicolas Dodier s’intéresse plus particulièrement aux cas où des agents, tels les inspecteurs et les médecins du travail, ont à restituer une action dans des cadres prédéfinis par des textes ou par des procédures administratives.

8Lucy Suchman, qui est une jeune sociologue américaine, aborde ce même problème de la formalisation des pratiques dans un autre cadre, celui de l’intelligence Artificielle et des Sciences Cognitives. Elle part d’une critique de la conception des plans d’action ou des rapports entre plan et action qui prédomine dans ces domaines de recherche. L’alternative qu’elle propose repose sur l’élucidation des conditions de l’« action située » ; celle-ci, soutient-elle, est déterminée non par des plans ou des projets préalables, mais par un travail d’adaptation à la situation d’action. Elle applique ce modèle à l’analyse du travail « au tableau blanc » de chercheurs en sciences cognitives, dont la tâche est précisément de représenter et de formaliser les pratiques.

9L’article de François Dubet reprend sous un angle différent un des problèmes soulevés par Nicolas Dodier : qu’est-ce qui fait qu’une analyse sociologique de conduites et de pratiques est valide, juste, fidèle ? La réponse proposée est de type herméneutique : les agents étant en mesure de transformer qualitativement leurs actions et leur capacité d’action par un retour réflexif sur ce qu’ils ont fait, le sociologue peut contribuer à cet effort d’élucidation en construisant, avec eux, dans le cadre d’une discussion rationnelle, une interprétation acceptable de ce qu’ils ont fait et voulu faire. Le critère de validité de cette interprétation est alors en quelque sorte la meilleure compréhension que l’agent acquiert de lui-même et de son action par l’analyse, avec les effets que cette meilleure compréhension peut avoir. François Dubet considère que la méthode d’intervention sociologique développée par Alain Touraine et son équipe permet d’effectuer méthodiquement cette transformation. Michel Barthélémy, qui s’est intéressé au mode de prise en charge de jeunes autistes dans le réseau Deligny, rend compte des opérations par lesquelles des personnes qui partagent leur existence avec ces jeunes, en arrivent à saisir leurs faits et gestes comme des conduites ordinaires, comme des actions normalement sensées, ordonnées. Il appréhende ces opérations à travers l’analyse des descriptions produites par un permanent à l’adresse d’un visiteur de passage, et celle de la théorisation de l’autisme proposée par Deligny.

10Enfin, Wes Sharrock et Rod Watson, qui sont des ethnométhodologues britanniques, s’efforcent de rendre compte de la façon dont l’action produit elle-même, comme composante de son effectuation, sa visibilité et sa communicabilité. Ils étudient des interrogatoires de personnes soupçonnées d’homicide. Ils montrent comment ce type d’activité institutionnelle manifeste ou rend sensibles, dans et par son accomplissement, son identité et sa structure, et aussi comment les agents réalisent sa formalité en anticipant les conditions prévisibles d’usage des enregistrements auxquels elle donne lieu. Cette analyse est produite à l’appui d’une redéfinition de la conception du rapport entre le faire et le dire développée par l’ethnométhodologie.

11La troisième partie donne accès à deux aspects de la réflexion philosophique anglo-saxonne sur l’intention. Le premier, le plus ancien, concerne Elisabeth Anscombe, traductrice anglaise de Wittgenstein, mais surtout auteur elle-même d’une oeuvre importante, notamment en philosophie de l’esprit. Son livre Intention publié en 1957 a joué un rôle décisif dans l’élargissement des domaines de préoccupation de la philosophie analytique et permis de mieux percevoir les liens conceptuels entre ce type de philosophie et les traditions plus classiques. Le texte que nous traduisons est un extrait de cet ouvrage, souvent publié sous forme d’article dans des recueils de langue anglaise. Sans dispenser d’une approche plus directe de l’œuvre, il en donne malgré tout un aperçu. Analysant et commentant cet ouvrage, Patrick Pharo s’efforce de dégager le lien entre ces préoccupations et celles de la tradition de la sociologie compréhensive et en tire quelques conséquences pour l’analyse sociologique.

12Le second aspect concerne un ouvrage beaucoup plus récent, puisqu’il s’agit du livre de Daniel C. Dennett, The Intentional Stance, paru en 1987. Commentant cet ouvrage, Bernard Conein montre comment la posture intentionnelle, c’est-à-dire le parti méthodologique qui consiste à considérer les activités comme étant orientées par des états intentionnels, est une démarche plus heuristique que celle du behaviorisme, puisqu’elle permet d’envisager des explications qui échappent au naturalisme classique. Bernard Conein analyse certaines applications de l’argument – en particulier dans des exemples provenant de l’éthologie – mais surtout le restitue dans le cadre des discussions issues du paradigme interactionniste et s’efforce d’en tirer des enseignements plus généraux sur la façon dont la sociologie peut elle-même procéder à l’observation des interprétations.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search