Version classiqueVersion mobile

Littérature et poétiques pluriculturelles en Asie du Sud

 | 
Annie Montaut

In memoriam

Sylvia Murr, Madeleine Biardeau et Inès Županov

Note de l’éditeur

NB. Les références aux travaux de Sylvia Murr contenues dans les deux textes d’hommage sont développées dans la bibliographie, non exhaustive, qui lui est consacrée (voir au verso).

NDLR : Nous voudrions signaler à titre amical que Sylvia Murr, en dix-huitiémiste accomplie, possédait une connaissance approfondie de l’Opéra, de l’œuvre de Mozart en particulier dont elle savait par cœur les airs qu’elle chantait, à l’occasion, avec feu. Nous mentionnerons aussi un humour décapant associé à un discours de vérité sans concession, partie prenante de l’intensité de ses qualités de chercheur, dont celles et ceux qui l’ont approchée gardent assurément un souvenir vif et ému.

Texte intégral

1SYLVIA MURR (1947-2002)

2Sylvia, cette fragile silhouette au visage énergique, est passée à partir de 1970- 1971 au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (ehess, associé au cnrs), puis au Centre d’Histoire de la Philosophie Moderne (cnrs), enfin au Centre pondichérien de l’École Française d’Extrême-Orient pour la préparation de l’édition du manuscrit Cœurdoux-Desvaux (Murr 1987), un peu comme un météore : son intelligence brillante et toujours en éveil faisait en effet oublier son physique fluet et l’implacable maladie qui l’a minée la plus grande partie de sa vie. Agrégée de philosophie, elle avait d’abord enseigné dans les lycées, puis, contrainte par la maladie, dans le cadre de l’enseignement par correspondance, dont on ne peut malheureusement bénéficier que temporairement. C’est sans doute là que, pour assurer l’avenir, elle commença des travaux de recherche sur l’abbé Dubois et son livre Mœurs, institutions et cérémonies des peuples de l’Inde (1825) dans l’édition française (précédée d’une édition anglaise en 1816), qui s’avérait l’aboutissement d’un long travail de retouches de la part de Dubois.

3Sylvia Murr, qui s’intéressait au texte avant tout en philosophe, pour une première approche des relations scientifiques entre les missionnaires jésuites français en Inde et les Académiciens français, fut surprise d’abord par le problème textuel imprévu qu’elle rencontrait, et s’acharna donc à remonter la filière qui avait précédé l’édition de Dubois pour retrouver un original probable. Ce travail l’amena à la publication (comme thèse de 3e cycle – mais elle valait bien davantage), d’un ouvrage en deux volumes intitulé : L’Inde philosophique entre Bossuet et Voltaire – I : Mœurs et coutumes des Indiens (1777), Un inédit du Père Cœurdoux dans la version de N.-J. Desvaux [texte établi et annoté par Sylvia Murr] ; – II : L’Indologie du Père G.L. Cœurdoux. Stratégies, apologétique et scientificité (Murr 1987).

4En termes plus précis, Sylvia avait fait surgir deux autres noms, sinon tout à fait deux autres manuscrits puisqu’elle a été amenée à parler du manuscrit du Père Cœurdoux dans la version de Desvaux qu’elle a publiée. Pour la petite histoire ( !), les jésuites étaient alors expulsés de France, et leurs missionnaires de l’Inde du Sud devaient confier leurs possessions et leurs bibliothèques aux PP. des Missions Étrangères de Paris (dont le centre dans l’Inde était Pondichéry). Il semble que Nicolas-Jacques Desvaux, qui poursuivait par ailleurs une carrière dans la marine royale, était du « parti des jésuites », ce qui pourrait l’avoir amené à être le copiste au ministère de la Marine en France, avec une dédicace à M. de Sartine. On notera que son texte porte un titre différent de celui de l’abbé Dubois et qu’il est signé N.J. Desvaux. Manifestement, ce dernier voulait s’en servir pour sa propre carrière (encore sous l’Ancien Régime).

5De plus, il est évident que c’était une découverte importante. Le manuscrit avait une trentaine d’années d’avance sur celui remanié, de Dubois, qui vendit son texte aux Anglais en traduction anglaise, sous son nom, alors qu’il résidait au Karnataka après sa brouille avec les pères français de Pondichéry. En outre, il avait cherché des récits anecdotiques dont il avait été témoin ou dont il avait entendu parler à son époque, pour remplacer les exemples concrets notés par Cœurdoux en son temps et datables sinon datés. Le manuscrit retrouvé de Desvaux [actuellement Mss. D.552 de l’India Office Library et précédé d’une dédicace de Desvaux à M. de Sartine] a sans doute été abrégé mais est resté fidèle aux intentions scientifiques de Cœurdoux qui correspondait avec les Académiciens de Paris, avides de nouvelles données sur ce continent encore très mal connu, seul témoin de l’indianisme jésuite du XVIIIe siècle.

6Sylvia Murr entra au CNRS dans le cadre du Centre d’Études de l’Inde (CEIAS-EHESS), munie de ce travail (non encore publiable), qu’elle offrait comme une nouvelle source à confronter au texte de Dubois. Elle a pu y poursuivre ses incursions dans l’histoire des relations des Français en Inde (surtout des missionnaires) et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres à Paris. Ainsi furent publiés trois articles dans la revue puis collection Puruṣārtha (organe du CEIAS), l’un encore consacré à Nicolas-Jacques Desvaux (Murr 1977 : 245-258), puis « Les conditions d’émergence du discours sur l’Inde au siècle des Lumières » (Murr 1983 : 233-284) et « Le politique “au Mogol” selon Bernier : appareil conceptuel, rhétorique, philosophie morale » (Murr 1991c : 239-283).

7C’est sa poursuite proprement philosophique de cette ligne de recherche qui amena Sylvia à quitter le CEIAS pour se rattacher au Centre de Philosophie Moderne (CNRS) où elle s’était laissée captiver par la figure de Gassendi. Elle s’y plongea avec une énergie toujours plus autodestructrice, jusqu’à un congé de maladie de longue durée. Seul le travail intellectuel avait pu l’aider à surmonter au-delà de toute espérance son état de fragilité physique grandissant.

8Sa mort, que seul un faire-part nous annonça, fut un choc pour tous ceux et celles qui l’ont connue et entendue dans ses activités scientifiques. Elle nous manque, et comme compagne de travail et comme promesse, tenue pour partie, d’une carrière fructueuse, un vrai modèle d’équilibre intellectuel et de courage.

9Madeleine Biardeau

(Cliché Catherine Gaborieau)

SYLVIA MURR, INDIANISTE ET PHILOSOPHE

10Sylvia Murr était une indianiste et philosophe aussi rigoureuse dans sa recherche d’archives et de collation des documents inédits que dans son analyse herméneutique, anthropologique, et naturellement philosophique. Dotée d’une grande honnêteté intellectuelle jointe à une précision dans son travail en filigrane presque obsessionnelle, elle n’a jamais produit que des textes à la fois denses en information et extrêmement soignés dans leur expression et leur forme.

11Cette conscience de l’importance de la rhétorique, appliquée à sa production textuelle personnelle, est aussi au cœur de sa propre recherche historique. Pour Sylvia Murr, la trame discursive des missionnaires, voyageurs, administrateurs français en Inde ainsi que des ‘litterati’ et philosophes en Europe à l’époque moderne n’est qu’une « machine à persuasion ». En tant que telle elle était directement responsable de « l’émergence du discours sur l’Inde » (Murr 1983). Elle se propose par conséquent de nous dire « pourquoi » et « comment » lire les textes européens sur l’Inde des xviie et xviiie siècles, et en particulier ceux qui, oubliés dans les archives, avaient inspiré les grandes idées philosophiques, anthropologiques, politiques et économiques de l’époque.

12Une autre thématique étroitement liée à la question de rhétorique est l’histoire de son évolution. Sylvia Murr poursuivait cette recherche en traçant les généalogies d’une manière qui souvent rappelle la méthode proposée par Michel Foucault. On cherchera néanmoins en vain dans ses écrits le vocabulaire et les références liés aux écoles de pensée dominant le monde intellectuel français ou international des années 1980. Sa quête des origines des discours « orientalistes » reste toujours solidement enracinée dans l’histoire de la production des textes d’archives et dans l’histoire de la circulation des textes entre les communautés des savants et des érudits.

13Sylvia Murr ne s’aventure jamais à penser ou, plutôt, à écrire au-delà des frontières auto-imposées d’une historienne des idées, et ce contrairement par exemple à la démarche de Michel Foucault (qu’elle cite néanmoins) et de Michel de Certeau, qui travaillaient de fait sur des problématiques assez proche des siennes (Murr 1988). D’autre part, si Edward Said et toute la littérature provenant de la recherche anglophone – critique postcoloniale, subaltern studies, etc. – sont absents de ses références, c’est parce que son travail s’est développé antérieurement à l’émergence de ces courants et, surtout, de manière totalement indépendante du point de vue intellectuel. Sylvia Murr s’inscrit davantage, par sa formation philosophique, dans la tradition française d’épistémologie des sciences qu’a incarnée Georges Canguilhem, qu’elle aimait à citer. Cependant, il serait imprudent de dire qu’elle ne connaissait ou ne s’intéressait pas à des théories nouvelles ou a des approches proposées par des auteurs anglophones. Dans ses notes, toujours très riches, on peut retrouver les nombreuses pistes bibliographiques que la grande lectrice qu’elle était avait ouvertes.

14Sa voie intellectuelle l’a conduite dans les années quatre-vingt-dix hors du champ indianiste. Son détour vers l’œuvre de Gassendi et son école philosophique – dans laquelle fut instruit François Bernier, un des plus intéressants voyageurs français à la « Cour Mogole » au milieu du xviie siècle, – pourrait être une des raisons de son non engagement dans les nouvelles problématiques débattues dans le champ des indianistes (Murr 1991c).

15Territoire restreint, mais doit-on souligner infiniment riche de l’intérieur, est ce que Sylvia Murr nous propose dans son œuvre dédiée à la genèse des études indiennes. Pour chaque acteur historique qu’elle rencontre sur son chemin, elle s’efforce de reconstituer toute son histoire jusqu’au moindre détail d’apparence insignifiant. Son œil vigilant de « détective », d’expert « criminologue » – car il s’agit bien de temps à autre de petits (ou grands, pour certains) « crimes » de falsification textuelle – caractérise ses textes publiés dans des revues et dans son livre, L’Inde philosophique entre Bossuet et Voltaire (Murr 1987). À la recherche de l’authenticité – chemin sans issue et tragique, comme elle le savait bien – elle s’acharne sans merci sur les plagiaires et les « voleurs » intellectuels. Depuis sa dénonciation de l’abbé Dubois comme faussaire d’un texte d’un jésuite français, missionnaire dans la mission du Carnate en Inde du Sud, Gaston-Laurent Cœurdoux, une importante porte de recherche, longtemps négligée, était ouverte (Murr 1977). Les études des textes jésuites en tant que textes de la reconnaissance épistémique qui alimentent des grandes synthèses proto-scientifiques de l’époque de Lumières ne voient le jour qu’après les travaux précurseurs de Sylvia Murr (1986b). Aujourd’hui ce champ de recherche est en rapide expansion dans le milieu des historiens intéressés par les rencontres culturelles à l’époque moderne. Pour ceux, et il y en a de plus en plus, qui sont engagés dans ce projet, les textes de Sylvia Murr sont déjà considérés comme « classiques ».

16Sa solitude d’intellectuelle, qu’elle ait été auto-imposée ou non, dans laquelle elle travaillait la poussait à préférer « converser » avec des figures historiques qu’elle avait étudiées plutôt qu’avec ses pairs. Ses analyses des « stratégies » personnelles et textuelles de ces auteurs qui offraient leurs écrits à de multiples audiences en Europe illustrent son intuition très subtile face aux ruses relationnelles et aux entrelacs politiques des époques étudiées. « Comment » et « pourquoi » un texte qui n’est apparemment qu’une simple description des coutumes et mœurs indiennes ou brahmaniques est en fin de compte une critique de la société française ou de la politique royale ; comment un texte d’un marchand athée ou d’un apologue catholique égaré dans la péninsule indienne communique avec les discours des savants et des salons parisiens ; comment la circulation des concepts et des procédés rhétoriques détermine et surdétermine le cheminement des discours ; finalement, comment les réseaux sociaux d’échanges d’idées et d’informations tissent la toile idéologique sur laquelle tous les discours devaient converger (mais sans jamais y totalement parvenir) vers une pensée unique, la monarchie absolutiste en l’occurrence – à ces questions Sylvia Murr ne cesse de répondre tout au long de ses travaux, depuis les années soixante-dix jusque sa mort prématurée en 2002. En fin de compte, son œuvre continue à nous édifier, nous inspirer et à « converser » avec nos questionnements futurs.

17Inès Županov

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE DE SYLVIA MURR

(1977), « Nicolas Jacques Desvaulx (1745-1823) véritable auteur de “Mœurs, Institutions et Cérémonies des peuples de l’Inde” de l’Abbé Dubois », Puruṣārtha, III. Paris, Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud, pp. 245-258.

(1983), « Les conditions d’émergence du discours sur l’Inde au Siècle des Lumières », Puruṣārtha, 7 : Inde et Littératures, pp. 233-284.

(1986a), « Indianisme et militantisme protestant. Mathurin Veyssière de La Croze et son Histoire du christianisme des Indes », Dix-huitième Siècle, 18, pp. 303-323.

(1986b), « Les jésuites en Inde au XVIIIe siècle : praxis, utopie et préanthropologie », Revue de l’Université d’Ottawa, 56 (1), pp. 9-28.

(1987), L’Inde philosophique entre Bossuet et Voltaire. Vol. I : Mœurs et coutumes des Indiens (1777) [un inédit du père Cœurdoux s. J. dans la version de N.-J. Desvaulx, texte établi et annoté par Sylvia Murr]. Vol. II : L’Indologie du Père Cœurdoux, stratégies, apologétique et scientificité [avec table des termes sanskrits et vernaculaires, notes et index], Paris, Adrien Maisonneuve (« Publications de l’École Française d’Extrême-Orient » CXLVI).

(1988), « Généalogies et analogies entre paganisme ancien et “gentilité des Indes” dans l’apologétique jésuite au Siècle des Lumières », in F. Laplanche & C. Grell, eds., Les Religions du paganisme antique dans l’Europe chrétienne, XVIe-XVIIIe siècle. Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, pp. 141-161.

(1990), « La science de l’homme chez Hobbes et chez Gassendi », in Y.C. Zarka & J. Bernhardt, eds., Thomas Hobbes. Philosophie première, théorie de la science et politique. Paris, PUF (« Leviathan »), pp. 193-207.

(1991a), « Espace logique, géographique et anthropologique selon l’indologie d’Aristote » [communication du 31 août 1988], in Actes du XXIIe Congrès des sociétés de philosophie de la langue française : L’Espace et le Temps. Paris, Vrin, pp. 131-134.

(1991b), « Piété espagnole, vertu des Indiens et piété française : une métaphore du libertinisme chrétien chez La Mothe Le Vayer », in C. Mazouer, ed., L’Âge d’or de l’influence espagnole. La France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’Autriche 1615- 1666 [Actes du 20e colloque du CMR 17, 25-28 janvier 1990, Bordeaux]. Mont-de-Marsan, Éditions InterUniversitaires, pp. 427-439.

(1991c), « Le politique “au Mogol” selon Bernier : appareil conceptuel, rhétorique, stratégique, philosophie morale », Puruṣārtha, 13 : De la royauté à l’État dans le monde indien. Paris, Éd. de l’EHESS, pp. 239-311.

(1997), dir., Gassendi et l’Europe (1592-1792) [Actes du colloque international, 6-10 octobre 1992, Paris]. Paris, Vrin.

Table des illustrations

Crédits (Cliché Catherine Gaborieau)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/25252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteurs

Directrice du CEIAS au moment où Sylvia Murr en était membre, et Directeur d’Etudes Honoraire à l’EPHE-Ve Section

CNRS/CEIAS

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search