Version classiqueVersion mobile

La ville en Asie du Sud

 | 
Véronique Dupont
, 
Djallal Heuzé

Épilogue

Djallal Gérard Heuzé

Texte intégral

1Notre approche ne pouvait tout dire sur la ville en Asie du Sud contemporaine. C’est volontairement, par exemple, que les éléments de savoir sur l’architecture ont été introduits au second plan, sauf dans la contribution d’Anne Viguier qui y fait une large place. Cet ouvrage est d’abord celui de la grande métropole, celle qui subit de plein fouet les effets de la libéralisation des échanges, celle qui polarise l’attention et organise le territoire, celle qui domine par ses institutions politiques et le poids de ses élites, celle qui frappe enfin les imaginaires, métropole régionale, nationale, sous-continentale et mondiale. Concentration d’humains multimillionnaire, elle est un élément remarquable du paysage, une puissance, presqu’un monstre urbain.

2Il est certainement dommage de ne pas avoir abordé d’autres aspects. L’Asie du Sud des villes est aussi celle d’un maillage extraordinairement serré de petites villes, à côté d’un ensemble de villes moyennes qui atteignent une notoriété régionale et parfois mondiale, telle cette Tirupur du Tamil Nadu qui fabrique de la maille pour le monde entier. L’histoire contemporaine de ces univers urbains devra donc être l’objet d’autres travaux que nous appelons de nos vœux. Outre l’évocation des villages en ville par Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, il en va de même pour l’histoire des campagnes et de leurs bourgs qui conditionnent l’évolution des cités, y compris les plus grandes et les plus urbaines.

3Si nous n’avons pas tout mis en scène, par choix ou avec une pointe de regret, l’ensemble des textes et comparaisons en regard permet de dégager une vision concrète et bien argumentée des spécificités de la grande ville d’Asie du Sud, surtout indienne, hormis les exceptions constituées par la contribution de Michel Boivin sur Karachi et celle d’Annick Hollé sur Katmandou.

4Nous voudrions conclure ce volume par quelques questionnements d’ensemble et par l’évocation de certaines thèses que les articles réunis ici et leurs perspectives comparatives ont permis de faire surgir.

L’ASPECT SACRÉ DE LA VILLE

5La grande métropole d’Asie du Sud semble ne plus rien savoir des systèmes symboliques et des mythes qui ont accompagné l’émergence de l’urbanité dans la région. La forêt qui dans le passé entourait parfois la ville est remplacée par la banlieue avec ses campagnes dépaysées. Ce qui reste de forêt en Asie du Sud est en grand danger et les mythes contemporains ne s’appuient plus sur ce milieu naturel où l’on fait maintenant de l’argent et du « développement ».

6La métropole symbolise depuis longtemps le centre du monde sud-asiatique et une partie de l’économie mondialisée. Est-ce à dire qu’elle ignore tout du sacré et du symbolique ?

7Certainement pas. À plusieurs niveaux essentiels, la grande cité d’Asie du Sud reste impliquée dans des contenus sacrés anciens – c’est-à-dire, dans ce cas, séculaires –, et elle en produit de nouveaux. Nous prendrons simplement trois exemples.

8Pour construire une maison, un immeuble de rapport ou même des toilettes municipales, il faut, pour les Hindous, faire des sacrifices à la terre (bhumipuja) y compris dans les quartiers les plus chics des plus grandes cités de l’Asie du Sud. À Katmandou et dans nombre d’autres endroits des grandes cités de l’Inde et du Népal, des prêtres et des astrologues organisent la forme de l’habitat à côté des cérémonies dont nous venons de parler. La ville n’est pas sacrée dans sa totalité mais elle le demeure dans nombre de ses éléments.

9L’ensemble de la grande cité d’Asie du Sud est par ailleurs quadrillé de signes et d’édifices religieux. À Mumbai, que ses élites imaginent en cité globale, neutre et performante, les temples de rue et les dargah (tombeaux de saints musulmans) foisonnent, et rien n’indique que leur densité décroisse sérieusement avec l’essor des forces du marché, bien au contraire. Les arbres, les collines, les rivières et le bord de mer, les lieux de miracles et de prêche sont devenus et demeurent des éléments de sacré urbain – sacré urbain qui ressemble beaucoup au sacré des campagnes et de la région tout entière.

10Le troisième exemple concerne les noms des villes. Dans l’Union indienne, le nom des villes est un sujet qui passionne et qui fâche depuis plusieurs décennies. Des séries de noms ont changé dans toute la partie ouest du pays, du Gujarat au Kerala, des bouleversements affectant aussi l’ensemble du Tamil Nadu et même Calcutta devenue Kolkata en 2001. Le changement des noms de villes est lié à l’affirmation des élites régionales qui ont souvent des préoccupations culturelles de poids. Il s’agit aussi d’une réaction tardive contre les bouleversements de la toponymie établie par le colonisateur. Les processus sont cependant souvent plus profonds en ce qu’ils réintroduisent dans l’espace public des intérêts symboliques et religieux.

11Prenons le cas de Mumbai qui a perdu son nom de Bombay en 1995 à la suite de la venue au pouvoir régional du parti localiste Shiv Sena. La revendication du changement de nom date des années 1950 avec la création du Mouvement pour le Maharashtra Uni qui obtint la création de la province actuelle en 1960. Ce mouvement régionaliste prit rapidement Bombay (Mumbai) pour enjeu parce que les élites gujaraties, marwaries et tamoules qui dominaient la métropole ne voulaient pas faire partie du Maharashtra et militaient pour un statut de ville-État. Mumbai était le nom d’usage en marathi et l’on commença à réclamer l’officialisation de cette appellation, puisque les maharashtriens formaient une majorité (relative) dans la ville. Durant les années 1970 et 1980, avec l’implantation de la Shiv Sena, l’affaire prit de l’importance. La discussion sur Mumbai devint de plus en plus symbolique. Des intellectuels maharashtriens expliquèrent que le mot dérivait de Maha Amba, maha pour grand et amba pour l’une des formes de la déesse Durga (parèdre de Shiva). La revendication d’indigénisation se doublait d’une volonté d’hindouisation à côté d’une tentative de sacralisation du sol de la ville, puisque le nom de Mumbai aurait dérivé de la présence d’un lieu sacré renommé, dévolu à la Déesse. Des points de vue séculiers mais néanmoins soucieux d’édification, affirmèrent que le nom de Mumbai était pourvu de valeur mythico-philosophique (asmita) quand Bombay ne faisait que symboliser l’oppression des Anglais sur les Indiens et, plus encore peut-être, celle des élites gujaraties sur les marathisants. L’entrée des grandes métropoles dans l’espace mondialisé ne les fait donc pas sortir des préoccupations symboliques, mythiques et religieuses. Il semble au contraire que le souci de changer le nom des villes n’ait fait que croître avec le nouveau cours économique, ce qui est peut-être lié à des conflits entre les élites de haut niveau, peu nombreuses et donc peu influentes électoralement, et des élites régionales moins sophistiquées mais capables d’influer sur le champ politique.

DES ESPACES RECOMMUNAUTARISÉS

12Djallal G. Heuzé et Michel Boivin se sont efforcés de le montrer dans leurs contributions à propos de deux immenses métropoles qui se ressemblent en Inde et au Pakistan, Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky en a exploré un aspect remarquable à propos de Mumbai, Annick Hollé et Giulia De Ponte l’ont aussi souligné dans le cas de grandes villes d’ampleur moins continentale l’espace de la grande cité d’Asie du Sud est fortement communautarisé. C’est un fait majeur, essentiel et structural. Cela ne veut pas dire que certains lieux d’habitat et de vie en commun ne soient pas mixtes mais ils le sont par rapport à ce vécu primordial de l’habitat communautaire.

13Il semble que la tendance historique en matière d’habitat dans les métropoles du sous-continent ait été la constitution de segments assez réduits de populations homogènes, selon la caste, la région de provenance, la langue ou la religion et que cette dispersion relative d’isolats, liée à la manière fragmentée dont se sont faites les migrations, cède peu à peu la place à des ensembles plus vastes, associés à des regroupements communautaires. Dès la Partition, des groupes comme les Sindhis, qui étaient divisés en jati et en autres sous-ensembles, ont eu tendance à se regrouper dans des lieux communs sous une appellation unique. Les tensions foncières et immobilières et la tension générale entre Hindous et Musulmans poussent à la constitution d’ensembles communautarisés de grande taille.

14Des groupes comme les ouvriers de Kanpur ou ceux de Mumbai ont pu prendre à certains moments du recul vis-à-vis de la communautarisation spatiale parce qu’ils étaient (relativement) protégés par leur statut d’employés du secteur organisé et représentés par des syndicats aux mains de membres de l’élite intellectuelle de haut statut. Ce recul a récemment disparu. Il y a de moins en moins d’employés du secteur organisé. La communautarisation du logement, accompagnée d’une forte spatialisation des tensions, a pris de l’importance. Avec une économie libéralisée, c’est une ville plus communautarisée qui s’exhibe. C’est notamment vrai dans les bidonvilles, dont Véronique Dupont et Upa Ramanathan ainsi que Djallal G. Heuzé soulignent l’importance dans le tissu urbain. La précarité du logement et celle du travail s’y combinent pour donner plus de prix aux solidarités communautaires.

15La communautarisation du bâti n’est cependant pas du tout réservée à ceux qui vivent la précarité dans le travail et dans le logement. Le mode de construction des nouveaux immeubles de Kanpur, de Karachi ou de Mumbai (moins à Delhi peut-être) est au contraire fortement marqué par l’homogénéité communautaire. Ainsi en est-il dans le Mumbai actuel aux prises avec une véritable frénésie immobilière dans les immenses quartiers centraux où étaient implantées les usines textiles. On voit s’y multiplier des immeubles pour des Parsis, des Hindous de haute caste (non spécifiées mais symbolisées par des déités et des slogans), des Jains ou des Musulmans membres de communautés minoritaires aisées. Le sort des tours d’habitat dites cosmopolites, qui ont été systématiquement attaquées durant les émeutes de 1992-1993, a peut-être fait réfléchir, mais le regroupement sur base communautaire est une tendance moins circonstancielle et plus lourde.

LA VILLE EST-TELLE PLUS LIBÉRALE, DÉMOCRATIQUE ET OUVERTE ?

16La ville, la très grande ville particulièrement mondialisée, motive la production d’images mais aussi de slogans. Elle apporterait en Asie du Sud le progrès et des mœurs émancipées, en sus des modes et des images de liberté. Notre perspective de grandes villes soumises à de très dures tensions et de plus en plus communautarisées où la police pourchasse les pauvres, où les riches se préservent mieux que jamais de tout contact avec ceux qui ne sont pas des leurs, où les services publics peinent à rester publics voire à exister, ne conforte pas vraiment ces images de publicité.

17Les réserves que nous pourrions avoir vis-à-vis d’une image idéalisée de la grande ville en Asie du Sud sont aussi écornées par les enquêtes sociologiques, comme celles qui sont régulièrement menées en Inde par l’agence Marg d’Ahmedabad. Leurs résultats ne valent que pour l’Inde. Ces enquêtes ne touchent vraiment que les classes instruites anglicisées – aux revenus moyens, du moins. Elles n’en sont que plus représentatives de l’état d’esprit de ces superurbains qui profitent des campagnes de dérégulation, qui se sont visiblement enrichis depuis un quart de siècle et qui veulent incarner l’esprit du temps. Parallèlement, une forte majorité reste attachée aux mariages arrangés et à la soumission féminine tout en se montrant ouverte sur la question de l’emploi des femmes promises au double travail. Des pourcentages majoritaires, réitérés enquête après enquête, se montrent par ailleurs hostiles à la démocratie confondue avec la corruption et l’intervention d’une puissance publique dévalorisée. Diverses formes d’État autoritaires sont plébiscitées. La pratique du vote est laissée aux classes populaires, étant donné la moindre participation de la bourgeoisie au scrutin. Globalement, l’Inde en tant que démocratie repose sur les ruraux et sur le monde du travail tandis que les urbains aisés la boudent.

LES CENTRES-VILLE DÉSINDUSTRIALISÉS

18La grande métropole d’Asie du Sud contemporaine a déjà beaucoup vécu. Elle a subi plusieurs cycles d’industrialisation. Dans deux des cas étudiés dans ce volume, ceux de Kanpur et de Mumbai, l’industrie textile a dominé la vie économique durant un bon siècle. Elle s’est inscrite dans le paysage urbain avec de grands bâtiments industriels. Elle a organisé le foncier pour plusieurs décennies. Elle a déterminé la naissance d’une importante classe ouvrière. Elle a organisé les rythmes de la ville, ses tensions et certaines de ses fêtes. Elle a présidé à de nouvelles formes de socialisation autour de masses d’hommes (le monde industriel « organisé » était plutôt masculin), de leur labeur et de leurs loisirs. Elle a constitué la raison de nombreuses migrations pendant que le caractère instable et spéculatif de cette industrie maintenait ou renforçait une importante liaison entre les travailleurs et leurs villages. Madras (aujourd’hui Chennai) et Delhi comptaient aussi de vastes unités textiles. Cette première industrialisation s’est effectuée dans une atmosphère intense de concurrence, à une époque où l’ensemble du sous-continent était soumis au principe du libre-échangisme dans le cadre de son intégration à l’Empire britannique (1831-1949). Les raisons pour lesquelles cette industrie a fait faillite restent quelque peu énigmatiques, quoique le discutant de Giulia De Ponte, Philippe Haeringer, remarque à juste titre que les modes de produire et les façons de vivre la ville qui y sont associées ne sont pas voués à perdurer. La manière dont le capital s’est retiré de ces secteurs après avoir usé jusqu’au bout l’appareil productif et les ouvriers est cependant caractéristique d’une certaine pratique spéculative. Ajoutons que ceux qui ont investi raisonnablement dans leurs unités de production, dans un pays où la demande du marché intérieur en matière de tissu est énorme, ont réussi à maintenir la viabilité d’usines parfois anciennes, mais ce sont les pressions du marché foncier qui viennent mettre en cause leur succès : comment persister dans des activités de production quand la simple vente du terrain d’usine équivaudrait à cinquante, voire soixant-dix ans de profits ?

19Après les usines cotonnières, les grandes cités ont connu une période de petites entreprises et de production métallique, métallurgique, puis chimique. Installées dans des domaines industriels ou dans des immeubles dégradés des centres-ville, des dizaines de milliers de petites unités de production se sont mises en place. Des usines plus récentes et de diverses branches ont commencé à constituer des secondes couronnes en banlieue. Dans le centre, les habitats, peu entretenus depuis le blocage des loyers (lois de 1948 en général), ont été encore plus dégradés par cette irruption du petit industriel, souvent sous-traitant, et de l’industrieux. Une partie de la grande industrie a commençé à se délocaliser dans des ateliers des centres ou de la banlieue afin de fuir les syndicats et le droit du travail. On a observé cette évolution à Delhi, à Mumbai, à Chennai et à Hyderabad pour ce qui concerne les métropoles abordées dans cet ouvrage. Elle n’a pas non plus épargné Kanpur où le mouvement s’est montré toutefois plus modéré.

20C’est peut-être parce que cet engorgement et cette industrialisation des centres ont coïncidé avec un essor jamais vu des bidonvilles et des autres formes d’habitat précaire que les responsables gouvernementaux et municipaux ont décidé de freiner l’industrialisation des pôles métropolitains. Des lois ont été promulguées durant les années 1970 et au début des années 1980 pour mettre un terme à la congestion urbaine et éloigner certaines sources visibles de pollution. À Mumbai, c’est en 1974 que la création de la Corporation pour le développement commercial et industriel met sur pied la première tentative sérieuse pour désindustrialiser le centre. Elle ne prendra cependant effet que près de vingt ans plus tard.

21Dès les années 1960, il sera question de tertiariser la grande cité indienne. Les transformations concrètes ne prendront cependant place qu’à partir des années 1970 avec la création de centres d’affaires, comme le complexe de Nariman au sud de Mumbai. Ces centres d’affaires et de commerce ne remettaient pas en cause le caractère industriel des métropoles indiennes. Ce n’est qu’après la fermeture des industries de première génération, comme le textile et la popularisation du modèle des cités-états d’Asie de l’Est (Hong Kong, Singapour, Taiwan) que le projet de tertiariser les villes et de désindustrialiser les tissus urbains, y compris une partie des banlieues de première couronne, s’est imposé. Loraine Kennedy montre, dans son texte sur la planification urbaine à Chennai et Hyderabad, de quelle façon les acteurs actuels de la désindustrialisation de la grande ville indienne se sont dotés de moyens pour créer de nouvelles activités fondées sur le tertiaire, dans des agglomérations situées sur des axes de flux de transport parfois fort éloignés des villes. Elle explique aussi comment sont planifiées des zones industrielles en très grande banlieue et dans des zones rurales concernées par des dégrèvements fiscaux.

22La désindustrialisation de la ville en Inde correspond à des politiques à long terme de redéploiement de l’appareil productif longtemps concentré dans les villes-ports et quelques centres isolés légués par l’époque coloniale. Il s’agit de dynamiser des zones rurales, ou des petites villes, et de freiner les migrations vers les grandes cités. Certaines zones rurales ont été transformées, les unités de production perdant au passage une partie de la protection dont bénéficiaient leurs travailleurs. La mise en place d’infrastructures comme les routes et l’électrification dans les zones rurales a permis ces transformations. La désindustrialisation n’est cependant que très relative quand elle n’est pas tout simplement absente. Si Kanpur a perdu son tissu industriel pour un maillage de très petites entreprises de travail du cuir et quelques milliers de sites de travail informel, l’industrialisation des franges de Delhi, telles Noida et Faridabad, est impressionnante. Chennai s’est aussi industrialisée, dans des banlieues lointaines où l’habitat est nécessairement précaire ou éloigné, et Mumbai a conservé son étonnante troisième ceinture industrielle autour de Ghatokpar-Povai et sur la route de Thane-Belapur. La désindustrialisation de la métropole indienne en reste donc à une simple tendance qui a surtout ciblé les grandes entreprises du textiles et une partie de la mécanique à côté de certaines manufactures comme les tanneries. L’extension continue des limites des très grandes villes fait que l’urbain rattrape des industries auparavant situées dans de lointaines banlieues ou dans d’autres villes. La grande métropole conserve pour l’instant son rôle essentiel comme lieu de production.

PEUT-ON PLANIFIER LA MÉTROPOLE D’ASIE DU SUD ?

23La métropole d’Asie du Sud contemporaine tient de la catastrophe permanente. Les équipements publics sont au bord de la rupture, l’électricité manque et on la vole en masse, les rues sont trop étroites ou bien il y a trop de voitures, les projets de logement social et de redéploiement des quartiers précaires aboutissent à des échecs ou à de lamentables résultats, des squatteurs et des campeurs investissent sans cesse de nouveaux lieux, des promoteurs s’adjugent des espaces appartenant à l’État ou à la municipalité.

24Les autorités urbaines se sont depuis longtemps préoccupées de planification. On a pu relever dans les contributions que c’est durant les années 1960 et 1970 que de grands plans d’aménagement s’ étant fixé pour objectifs la décongestion des quartiers centraux, la solution du problème des bidonvilles et des habitats précaires (jhompri bastis de Delhi, kacchi abadi de Karachi, zopadpati de Mumbai, chery de Chennai), l’ aménagement d’ infrastructures (transport, amenée et évacuation des eaux) a été effectué par les municipalités ou les autres autorités chargées de la gestion urbaine, et les meilleurs cabinets d’urbanisme internationaux ont été consultés à grands frais.

25Il n’en est pas sorti grand-chose. La gestion urbaine a d’abord eu énormément de peine à sortir des impératifs du quotidien, il est vrai extrêmement pressants. Le fonctionnement des machines géantes que sont la BEST (Bombay Essential Services and Transports), qui fait fonctionner les bus et fournit l’électricité à Mumbai, ou la DTC (Delhi Transports Corporation), régie des transports à Delhi, est en soi un défi qui ne laisse pas tellement de place à la prospective. Les tentatives de planifications se sont enlisées dans ces problèmes du quotidien, dans les indécisions des acteurs politiques et dans l’absence d’intérêt pour une perspective, d’un côté très technique, mais, de l’ autre, fort risquée sur le plan politique.

26Par ailleurs il n’y a pas eu, du moins en Inde, manque de planificateurs et de perspectives de planification mais plutôt pléthore, avec une multiplication des agents susceptibles d’intervenir sur le développement de la ville. Ces nombreuses agences, très souvent jalouses de leurs prérogatives, se sont fréquemment neutralisées. À Mumbai, qui est le centre le plus avancé de l’urbanité indienne et constitue en tous cas la plus grosse conurbation, les agents planificateurs sont particulièrement présents. À côté de la Corporation pour le développement industriel et commercial, déjà citée, on trouvait et l’on trouve encore le gouvernement provincial du Maharashtra, le Gouvernement fédéral notamment représenté par des organismes visant à lutter contre les habitats précaires, le Maharashtra Housing Development Authority (MHADA, Autorité pour le développement du logement au Maharashtra), dépendant des gouvernements central et local mais disposant d’une certaine mesure d’autonomie, la municipalité de Mumbai, la Corporation pour le développement du Grand Mumbai (Brihan Mumbai Development Corporation) et différents agents intéressés par le développement urbain, les infrastructures et le problème des bidonvilles, notamment les deux réseaux ferrés, sur le terrain desquels existent encore des milliers de logements précaires. Une telle situation, aggravée par une forte tendance à la non-coopération ou à la rivalité entre les différentes instances, ne facilite pas les progrès de la planification urbaine.

27L’un des niveaux essentiels de la planification et du développement urbain souffre par ailleurs de carences ou de faiblesses importantes. Il s’agit des municipalités élues. En Inde comme au Pakistan, les municipalités sont traitées avec une certaine désinvolture. Durant les années 1960-1980 en Inde, des centaines de municipalités ont été privées d’élections démocratiques et gérées soit par les dernières équipe élues, parfois vieilles de plus de vingt ans, soit par des administrateurs. Aucun de ces exemples n’ incite à voir loin en matière d’équipement urbain, de recomposition du tissu urbain ou de politique sociale. En toutes ces occurrences et bien qu’une grande ville comme Delhi fasse un peu exception, les finances municipales sont faibles. Les villes ne peuvent compter que sur des taxes locales et sur les revenus de l’octroi pour obtenir des fonds entraînant une évasion fiscale généralisée. Les budgets municipaux sont sous-développés et mis en cause par une gestion clientélaire et populiste des ressources, ce populisme dont les classes aisées sont le plus souvent les bénéficiaires.

28Le cadre juridique du foncier et de l’immobilier des villes de l’Inde (les choses semblent différentes au Pakistan et au Népal) rend particulièrement difficiles certaines opérations d’aménagement de la ville. Les lois de 1948 sur le blocage des loyers ou la loi de 1976 sur le plafonnement des surfaces constructibles ne constituent pas des obstacles rédhibitoires à la transformation urbaine. La seconde loi devait au contraire faciliter des opérations à caractère social et dégager des espaces pour des infrastructures. Le problème viendrait plutôt de la manière dont ces lois sont systématiquement tournées par les puissants et même, dans une certaine mesure, par les gouvernements. Il semble que certains modes de gestion permettent d’avancer plus vite sur des grands dossiers de planification urbaine. La manière dont le métro de Delhi a été achevé en quelques années, alors qu’il avait fallu plus de vingt ans pour en terminer une ligne à Kolkata, en est un exemple révélateur. Un équipement du même ordre est en train d’être rapidement mis en place à Chennai. Il est possible que la concentration des pouvoirs dans la ville de Delhi – et le statut d’État qui coïncide avec la zone urbaine – ait facilité les choses. Depuis plus de trente ans, la capitale de l’Union indienne bénéficie de conditions particulières de gestion et de planification. Sa municipalité dispose de plus d’argent que les autres. Elle a été capable de se doter d’équipements prestigieux pour les Jeux Asiatiques de 1982, de planifier un réseau de villes satellites et d’améliorer ses infrastructures de transport et de fourniture en électricité. Il faut cependant remarquer l’alternative suivante : soit la ville géante ne réussit pas à mettre ses infrastructures à niveau et à planifier une part de son développement, ce qui est un peu le cas de Mumbai, et elle suscite alors la colère de ses résidents tout en constituant un danger pour l’environnement ; soit elle parvient à répondre aux besoins de ses habitants et elle constitue malheureusement une menace accrue pour l’environnement, l’électricité et l’eau qu’elle utilise en plus grandes quantités provenant de zones rurales très peuplées qui auraient grand usage de ces ressources. La planification urbaine, et surtout celle de la grande métropole, ne sont donc pas seulement difficiles et chaotiques. Elles présentent, au regard des équilibres sociaux et de la préservation des milieux naturels, un donné très problématique.

REVENIR SUR LA TENSION URBAINE : GRANDS DRAMES ET CHASSE AUX PAUVRES

29La grande cité d’Asie du Sud exhibe des tensions non négligeables. Il est sans doute oiseux de comparer en cette matière les villes et les campagnes tant les problèmes sont différents et tant les façons de vivre les tensions sont contrastées. Parmi les désordres qui agitent actuellement la région, c’est pourtant la campagne ou certaines zones rurales et retirées qui sont le plus souvent au premier plan. Conflits de caste et armées rouges au Bihar, soulèvements « ethniques » dans le Nord-est de l’Inde, guérilla au Cachemire, révolte armée dans l’intérieur du Balutchistan pakistanais, la campagne connaît de véritables guerres. Il n’en va pas de même de la grande ville, et certaines localités telles Mumbai ou Chennai ont au contraire été connues des décennies durant comme des lieux sûrs que l’on pouvait traverser à pied à 3 h. du matin. Cependant, la tension demeure.

30Il y en existe de deux sortes : la spectaculaire et la quotidienne. La première, la plus visible, est, par exemple, celle des émeutes intercommunautaires qui bouleverse et choque – pendant que les commentateurs autorisés et les élites se demandent comment une telle chose a bien pu se produire avant d’invoquer des complots, des manœuvres politiques ou des enchaînements de faits malheureux. Cette violence terrible est peu commune dans ses manifestations globales qui immobilisent la ville et durant lesquelles les morts se comptent par dizaines. Elle est tout de même assez symptomatique puisque, parmi les grandes cités approchées au cours de ce volume, plus de la moitié ont été touchées par des paroxysmes de violence intercommunautaire depuis vingt ans. Affrontements à Hyderabad, amorce de guerre civile à Karachi, répression et pogromes à Mumbai, suite d’affrontements répétés à Kanpur sous le contrôle d’une police éminemment partiale : les formes et les motifs du conflit varient, mais la norme d’un affrontement entre des communautés imaginées et concrétisées qui prennent la ville pour cadre et témoin demeure. Parfois c’est l’État qui affronte des groupes ou le peuple. La ville est devenue l’arène des grands conflits sociaux. En novembre 2006 à Delhi, ce sont les petits commerçants qui font face aux forces de police et il y a des victimes à côté de très importants dégâts matériels. Parallèlement aux grandes catastrophes, on observe des tensions plus locales qui ne tuent personne mais sont l’arrière-plan concret des grands drames. À Mumbai, en 2000, plus de trois cents événements à caractère émeutier plus ou moins canalisés par la police se sont produits. La grande ville est policée et policière depuis longtemps et il ne semble pas que cette caractéristique soit appelée à diminuer.

31Les soulèvements à caractère émeutier sont localement rangés dans les catégories du diabolique et du nocif. Leur principal effet nuisible est de mettre en cause l’image que cherchent à donner d’elles-mêmes les grandes villes. Nous ne tenterons pas de mettre en cause les représentations locales de la violence urbaine et spectaculaire, qui font partie de la ville et de ses problèmes, mais il faut rendre compte de la complexité située à la base de la violence urbaine. Dans de très nombreux cas, les processus d’émeutes associent plusieurs niveaux. On voit notamment les luttes de subsistance se combiner de manière étroite au ressentiment contre l’État et sa police, et aux conflits avec le voisin d’une religion différente. L’espace manque, la vie est dure, le chômage progresse, tout s’obtient à l’arrachée, les voisins sont plus faciles à frapper que les ministres : c’est un bon terrain pour la violence de rue qui n’a pas qu’une seule source.

32La seconde sorte de tension violente est légale et quotidienne. C’est l’offensive continuelle menée par les villes, ou plutôt leurs responsables, contre les pauvres. Les grandes cités du sous-continent sont à la tête de ce processus qui vise à refuser l’espace urbain aux travailleurs précaires et aux familles à bas revenus en général. L’histoire de cet affrontement est longue. Il y a dès l’époque des indépendances de l’Inde et du Pakistan une association complexe de laisser-faire, voire parfois d’un certain angélisme, et d’offensive contre les pauvres et leur manière d’habiter la ville. En Inde, c’est après le tournant autoritaire de l’état d’urgence (1975-1977) que la question du déguerpissement des pauvres apparaît au premier plan avec les premières grandes campagnes pour nettoyer les villes (Jeux Asiatiques de Delhi en 1982, expulsions liées à l’implantation du chemin de fer à Mumbai en 1981).

33L’offensive contre les pauvres dans la ville ne faisait pas consensus auprès des élites, à l’époque où les patrons des grandes firmes de première industrialisation étaient finalement assez contents de voir leurs employés se loger à bon marché sur les trottoirs ou dans des bidonvilles. Elle devient après 1980 une obsession généralisée dans les milieux aisés, dont une partie se trouve confrontée, malgré son argent, à de graves problèmes de logement. Les campagnes d’embellissement succèdent aux plans de propreté pendant que les législations se durcissent.

34Après des centaines et des centaines de milliers d’expulsions (au printemps 2005, 500 000 personnes sont encore expulsées des banlieues nord de Mumbai), le sentiment prévaut que, dans la grande ville indienne, les pauvres ont perdu. Ils n’ont pas réussi à faire admettre que celui qui s’installe spontanément sur une terre devient de facto un ayant-droit. Ceux qui prennent fait et cause pour eux, telles les ONG, ont échoué à faire inscrire le droit au logement dans la Constitution. Il n’en reste pas moins que des formes de réhabilitation des pauvres en situation régulière se mettent en place. Il est encore difficile de dire si les intéressés vont échanger des cabanes, qu’ils avaient construites avec des moyens dérisoires, contre des pièces lugubres dans des immeubles sous-équipés, ou si les réhabilitations consisteront en une farce moins tragique. Pour l’instant, les faits donnent à penser que la version optimiste des choses n’est pas réaliste.

35Les grandes tensions autour de l’espace urbain ont divisé les habitants. Ils n’ont jamais été unis mais les lignes de fracture sont devenues plus visibles et plus nombreuses. Parmi les pauvres et les salariés, on a vu les locataires légaux de taudis et d’immeubles municipaux sordides se démarquer avec violence des habitants de bidonvilles illégaux – ou légaux, d’ailleurs. Des employés et de petits commerçants ont aussi été virulents. Ces positions se sont accusées en référence à la situation de l’emploi de par la stagnation puis le recul des embauches dans le secteur organisé, seul capable d’assurer une vie décente, et la fermeture des usines de première puis de seconde génération industrielle.

36Ces tensions nées autour de l’appropriation de l’espace se retrouvent dans les affrontements intercommunautaires et les grandes émeutes. Les paroxysmes des années 1990 semblent s’éloigner mais il serait prématuré de dire si la grande métropole d’Asie du Sud s’est pacifiée d’une façon ou d’une autre. Il est possible que la violence de masse et de rue recule face à la télévision aux vertus lénifiantes, et face à la criminalité qui fragmente à l’infini les tensions sociales. La persistance des attentats meurtriers semble cependant indiquer que la grande cité n’a pas fini de servir de cadre et de caisse de résonance aux violences sociales des pays qui les abritent.

POURQUOI SI PEU DE CANDIDATS À L’URBANISATION ?

37La question n’est pas souvent posée mais elle mérite attention. Ce n’est pas le déferlement des pauvres et des migrants sur la grande cité qui marque la scène, malgré des épisodes dramatiques dans les décennies 1950 et 1960, témoins du doublement de la population des grandes villes. Ce qui frappe c’est bien la mesure, le caractère relatif de la migration. Dans toute la région, les migrations sont libres. Il n’existe aucun système de régulation ou de freinage des entrées en ville – comme il en existe en Russie et en Chine. (Le libéralisme est resté la règle en la matière.) En revanche, dans le sous-continent, la malnutrition et le sous-emploi dominent la scène à l’ intérieur d’ immenses zones rurales où sévissent fréquemment de graves problèmes d’ insécurité. Alors pourquoi si peu de candidats à l’urbanisation ?

38C’est un vaste sujet et nous ne pourrons que donner une ou deux pistes. Il paraît d’abord possible qu’il y ait, encore, même secondairement et relativement, une fierté à être rural et un attachement à la civilisation des campagnes. Est-ce à dire qu’il existerait encore une tendance anti-ville dans l’Asie du Sud, tendance qui serait d’ailleurs plus développée en Inde qu’au Pakistan ? Il est très difficile de globaliser à ce propos. Sans doute le succès relatif de la décentralisation industrielle a-t-il primé sur la volonté de rester à la campagne. Certes, les fiertés rurales pèsent de leur poids mais elles ne suffiraient certainement pas à empêcher le mouvement d’énormes masses de migrants, si la ville était accueillante. Or, elle ne l’est pas. Nées souvent dans des conditions où il était difficile de trouver de la main-d’œuvre pour le bâtiment, la domesticité, et les industries naissantes, les villes d’Asie du Sud ont depuis très longtemps rompu avec cette situation de pénurie de main-d’œuvre. Dans presque tous les domaines, il faut appartenir à des réseaux qui contrôlent des secteurs où l’embauche est rare et toujours inférieure à l’offre. Quiconque arrive sans contact est rapidement rejeté par la ville. Il est mis dehors par les policiers qui le chassent des rues, il est marginalisé par les responsables du nettoyage (clearance) des bidonvilles qui déportent son campement dans de lointaines banlieues. Il est placé à l’écart des opportunités de travail. La situation est telle que très rares sont ceux qui considèrent la ville comme une opportunité ouverte. Depuis une vingtaine d’année la tendance s’aggrave. Les migrants constituent une fraction moindre de l’accroissement urbain et la proportion de ceux qui restent en ville au delà de dix ans se réduit

39En raison des bouleversement en cours dans le marché du travail, il est possible que cette situation soit remise en question. Pour la première fois dans l’histoire récente du pays, le nombre de travailleurs agricoles et même de paysans est en baisse. Étant donné que ces groupes forment des contingents considérables et que cette décroissance ne correspond à aucune régression démographique, il n’est pas impossible de voir surgir de nouveaux candidats à l’urbanisation. Est-il possible de penser que la grande métropole les rejettera et qu’ils se retourneront vers de petites unités urbaines ?

LA VILLE VIVACE

40La grande métropole d’Asie du Sud ne doit pas s’envisager uniquement comme une somme de problèmes. C’est un lieu de vie, de parcours croisés, de vécus partagés. Elle a connu l’invention des grandes fêtes religieuses ou communautaires qui lui donnent régulièrement un aspect coloré pendant que ses habitants l’investissent dans une débauche de décibels. Cette intervention de grandes masses humaines sur la place publique, cet aspect dionysiaque de la réalité urbaine ne font pas toujours bon ménage avec le souci de l’image de la ville, préoccupation majeure des investisseurs. Ces foules n’en incarnent pas moins la prodigieuse vitalité de la grande ville et sa capacité à se mettre au diapason, malgré toutes ses particularités et ses tensions propres, des sociétés qu’elle tend de plus en plus à représenter et à symboliser.

41D.G.H.

Auteur

Djallal Gérard Heuzé est anthropologue, spécialiste de la société indienne, il est chargé de recherches au CNRS et membre du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS-CNRS). Il enquête en Inde depuis deux décennies sur les milieux urbains, salariés, ainsi que sur l’évolution des imaginaires de la jeunesse.

Publications

– 1989, Ouvriers d’un autre monde, Paris, Éditions de la MSH.
– 1996, Entre émeutes et mafias. L’Inde dans la mondialisation, Paris, L’Harmattan (« Recherches asiatiques »).
– 2006, Des Intouchables aux Dalit. Les errements d’un mouvement de libération dans l’Inde contemporaine, Pondichéry, IFP/Aux lieux d’être.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search