Version classiqueVersion mobile

La ville en Asie du Sud

 | 
Véronique Dupont
, 
Djallal Heuzé

La ville et le développement économique local et mondial

Après l’usine, la ville.

L’indispensable économie endogène en Uttar Pradesh et ailleurs

Philippe Haeringer

Texte intégral

1La disparition progressive de la grande industrie à Kanpur, et ce qui s’en est suivi aux plans politique et social, toute cette tranche de vie d’une ville que nous décrit Giulia De Ponte s’organise à la fois autour du sort des chômeurs, bien sûr, et autour de cette question clé : le naufrage d’une industrie peut-il engendrer celui d’une ville ? Y avait-il une alternative pour cette « Manchester of India », ville de près de trois millions d’habitants, à l’ordre industriel qui réglementa longtemps jusqu’à son jeu politique ? La ville n’avait-elle d’autre perspective que d’assister à la désagrégation mortifère de sa vie économique et sociale, comme on a pu le constater dans de nombreuses villes industrielles ex-soviétiques, ou comme on l’a longtemps craint dans les villes de vieille industrie du Nord de la France ? La réponse, pour la métropole de l’Uttar Pradesh occidental, est ambivalente : la relève est bien là, et elle ne vient pas de l’extérieur – ce qui est rassurant – mais elle ne peut effacer complètement, à court ou à moyen terme, le désastre sur lequel elle s’instaure. Et cette relève n’en est pas tout à fait une pour les anciens ouvriers licenciés. Ils n’ont pas seulement perdu leur emploi et leur statut : les registres sur lesquels le nouvel équilibre se joue ne sont plus les leurs.

2Le ressort d’une société sur fond de rupture, la dissociation des trajectoires entre groupes jadis dominants et groupes aujourd’hui émergents, et plus généralement l’opposition entre le destin d’une ville et celui de ses habitants, tous ces thèmes renvoient à des situations extrêmement diverses dans le monde. Le contexte indien est, certes, irréductible à un autre : en intervenant dans l’ordre urbain d’hier et d’aujourd’hui, le système des castes crée des configurations sociales tout à fait particulières. Mais les situations post-maoïstes, post-soviétiques, post-pétrolières et post-industrielles de tout poil, en passant par d’autres situations post-coloniales que celle de l’Inde, ne sont pas moins spécifiques, ni moins marquées par les contextes locaux.

COMME UN CORPS ÉTRANGER

3Bien qu’elles aient pu se produire progressivement, les mutations observées à Kanpur sont radicales. La plus visible est la montée de la petite entreprise, qui se substitue à la grosse. Et cela change tout, non seulement dans la vie économique, mais aussi dans le champ politique : les députés communistes issus du syndicalisme sont évincés par des députés sortis du milieu des petits entrepreneurs et se réclamant des partis hindous. Mieux : les petits entrepreneurs et commerçants s’emparent aussi de la mairie, jusque-là acquise aux grandes familles. Le passage de témoin s’effectue donc aussi pour la gestion du territoire.

4C’est un peu comme si l’on tournait la page. Plus encore, tout porte à conclure à un processus de rejet. Nulle déclaration ni proclamation à l’appui de cette interprétation : nous ne sommes pas en présence d’un coup révolutionnaire. Les comportements de l’ensemble du corps social laissent cependant à penser que la logique industrielle née de l’époque coloniale, construite sur des modèles techniques et sociaux importés (travail et statut de l’ouvrier, protection sociale, syndicalisme), est abandonnée comme un vieil uniforme imposé, comme une parenthèse, comme un greffon finalement rejeté. Le désintérêt de l’État pour ce secteur industriel, qu’il laissa filer, donne le ton. Les réseaux économiques et politiques se défont, puis se reconstituent avec de nouveaux acteurs : les anciens leaders dédaignent une éventuelle reconversion et disparaissent. L’attitude négative des anciens ouvriers, qui ne réinvestissent pas davantage leurs acquis dans la petite entreprise, sonne comme une démission, un aveu d’inadaptation. Comme leurs patrons et leurs représentants, n’étaient-ils finalement, dans l’ordre local, qu’une aberration de l’Histoire ? L’abandon des chômeurs de l’industrie par les ONG elles-mêmes, pourtant nombreuses et actives, achève de souligner la mise hors jeu de l’épisode industriel.

5Ce que l’on sait par ailleurs de l’émergence industrielle de l’Inde invite cependant à une interprétation plus circonstanciée. Le rejet pourrait n’être que l’expression d’un dépit. C’est par défaut que Kanpur s’est réinvestie dans une autre économie, plus endogène et qui l’a ramenée à des valeurs plus traditionnelles. Mais ce qui reste frappant, c’est que ceux de ses habitants qui avaient joué le jeu du greffon industriel ont été emportés avec lui, dans une même expulsion génétique, comme s’ils avaient été formatés à jamais par le monde de la grande industrie. La majorité des chômeurs restent comme figés d’impuissance, ne conservant que leurs anciens logements et basculant sans bouger dans une condition de nécessiteux. Ils ne sont d’ailleurs pas désirés par les employeurs de la petite entreprise, même lorsque celle-ci opère dans le même secteur, celui du textile. Leur passé d’ouvriers protégés et syndiqués – et trop bien payés – est la cause de ce rejet, un rejet qui fonctionne donc dans les deux sens.

6Une catégorie de chômeurs, certes, tire son épingle du jeu, mais en quittant la ville en même temps que l’industrie l’abandonne. Il s’agit de ceux qui, petits propriétaires terriens des campagnes alentour, sont retournés à leurs terres villageoises. Appartenant aux hautes castes (Brahmane ou Thakur), jadis appauvris par la dépression des années 1930, c’est dans leurs rangs que se recrutaient les leaders syndicaux ainsi que les élus politiques, les deux casquettes s’additionnant sur les mêmes têtes. Aujourd’hui la confusion entre syndicalisme et pouvoir politique a fait place à un autre assortiment : à travers le personnage du petit entrepreneur, c’est désormais le pouvoir économique qui ouvre les portes du pouvoir politique.

7Cependant, si le passage d’un pouvoir syndical ouvrier à un pouvoir entrepreneurial est saisissant, un fil rouge « légitimiste » semble relier ces deux configurations. La première renvoie, en effet, à ce que l’on a pu constater dans une société moins explicitement « castée » que celle de l’Inde. Lorsque la municipalisation élective a été introduite en Côte-d’Ivoire, la population d’Abidjan a massivement voté pour des candidats issus de l’ethnie Ébrié, sur les terres de laquelle la métropole ivoirienne avait été construite tout au long du siècle. Ce vote perpétuait la révérence due par tout immigrant au « chef de terre » du pays d’accueil. Peut-être pourrait-on interpréter l’évolution du vote à Kanpur comme un signe de maturation de la société urbaine, qui dorénavant se reconnaît davantage dans ceux qui assurent la fonction nourricière de la ville, et que la ville même a engendrés, plutôt que dans ceux qui représentent la classe terrienne, fussent-ils ouvriers dans un complexe industriel importé.

DU TRAVAIL AU TERRITOIRE

8Si la révérence au territoire rural environnant semble avoir vécu en même temps que le monde du travail ouvrier – qui lui servait paradoxalement de révélateur –, le territoire a néanmoins pris de l’importance dans la thématique politique et sociale, mais c’est du territoire urbain qu’il s’agit à présent. Accompagnant le changement économique, une mutation plus « culturelle » se joue en effet, alimentant encore la thèse du rejet : le référent travail/emploi, jadis omniprésent, cède la vedette au référent territorial. Toute la vie sociale, les affiliations politiques et sécuritaires, voire le jeu des alliances à l’échelon municipal, tout confirme ce transfert d’intérêt. On ne se bat plus pour l’emploi, car l’emploi salarié attaché à un statut enviable, cet objet venu d’ailleurs, est devenu rarissime, même dans la fonction publique. L’emploi endogène, parce qu’il est endogène, ne peut donner lieu à une attitude revendicatrice, dont les standards sont également venus d’ailleurs. On se bat désormais pour des questions d’habitat, de droit au sol, d’intérêt de quartier, d’environnement physique, questions qui trouvent encore des interlocuteurs extérieurs parce que l’espace urbain, et sa gestion technique, relèvent toujours de structures importées. Or, même dans cette ville née du fait colonial : qui dit territoire dit caste.

9Ainsi, non seulement les sujets en débat ont changé de nature, mais la vieille division de l’espace habité selon la caste (beaucoup de quartiers sont à ce titre homogènes ou quasi homogènes) reprend le dessus. Les basses castes, notamment, reviennent sur le devant de la scène, pas seulement comme des groupes de pression, mais en leur qualité de dépositaires d’une fonction de gestion et de régulation de la vie sociale. Certes, les conseils des anciens, dans les quartiers, suffisent de moins en moins à maîtriser tous les conflits. On a de plus en plus souvent recours aux tribunaux. Mais ce recours s’effectue par le truchement d’un médiateur, et celui-ci est choisi, désormais, parmi les leaders de castes. La légitimité de ces leaders n’est guère contestée que par une dérive des jeunes vers une délinquance urbaine sans doute très banale, mais cependant préoccupante. Il semble, par exemple, que le handicap psychologique dont souffrent les ouvriers licenciés de l’industrie textile se soit transmis à leurs enfants : ceux-ci sont en quelque sorte nés chômeurs.

10En se déplaçant de la sphère syndicale, centrée sur l’usine, à celle de la caste, centrée sur le territoire, la médiation sociale est l’occasion d’une mutation subsidiaire. En changeant son assise, la médiation a aussi changé de forme. Les rapports d’autorité qui régissent la société civile ne sont plus traversés par les mêmes valeurs. De la protection des leaders syndicaux à celle des leaders de castes, on passe en effet d’un rapport hiérarchique, marqué par des comportements ostentatoires et distants, à un rapport d’appartenance communautaire fondé sur la proximité, et se prêtant à davantage de dialogue. La « camaraderie » syndicale semble avoir été plus autoritaire que ne l’est la chefferie traditionnelle, même revisitée. Ce paradoxe en cache deux autres : quoique personnalisée à outrance, la fonction syndicale ne traitait que de revendications collectives, tandis que l’intercession de la caste, quoique communautaire, sait apporter des réponses individuelles aux problèmes des gens. L’une des explications de ces paradoxes croisés est que chacun se réfère à présent à un leader de sa caste, tandis qu’à l’époque de l’hégémonie syndicale, les ouvriers de basse caste (ou musulmans) étaient représentés par des leaders syndicaux de haute caste.

11Cependant, dans l’un et l’autre cas, l’action protectrice paraît n’avoir été et ne demeurer que minimaliste, surtout pour les plus démunis. Elle se limite à des aides d’urgence, collectives du temps des syndicats, individuelles aujourd’hui. Les réseaux de caste paraissent davantage tendus vers l’accession à la classe moyenne, par exemple par le canal de l’université. Ils volent au secours de ceux qui réussissent et qui ont quelque chose à offrir dans le grand troc de services qui s’instaure. Ils versent aussi, derrière leurs leaders, dans le schéma classique du clientélisme. On constate au passage qu’un nouveau paradigme réunit toutes les castes : après celui de la classe ouvrière, statut alors privilégié et porteur des valeurs de la modernité, celui d’une classe moyenne également élitiste et moderniste. Autrement dit, le regain d’influence des castes ne signifie pas que la société de Kanpur ait fait un simple retour au passé ; elle est toujours traversée par un modèle qui la transcende et qui tend logiquement à l’effacement des vieilles divisions, même s’il y a loin de la coupe aux lèvres. On peut en dire autant des transformations de l’économie : l’apparent recul conduisant de la grande industrie à la petite entreprise (au mieux) et à l’économie informelle (plus vitale que jamais) n’évacue pas l’attrait de la modernité, même si celle-ci se dérobe.

12Plus décisive que la sollicitude à l’égard des démunis est l’action ciblée sur le territoire. C’est dans la sauvegarde de certains quartiers ouvriers menacés par la spéculation immobilière, ou dans l’équipement de certains autres, que les plus beaux succès ont été remportés par l’action de tel ou tel leader de caste, élargissant ainsi son influence, voire sa base électorale. La territorialisation de l’aide sociale se manifeste aussi dans le comportement convergent des ONG, de la municipalité (aux mains du BJP, parti hindou de droite), et des volontaires du RSS (une organisation socioculturelle, également hindoue et nationaliste). Tous ces organismes se concentrent sur les quartiers informels du sud de la ville, délaissant les quartiers ouvriers du nord, supposés être toujours au pouvoir de syndicats d’obédience communiste.

LES GRANDS FRÈRES COMMUNISTES

13La périodisation des mutations en cours à Kanpur, bien qu’elle émerge d’une autre histoire, n’est pas dépourvue d’analogies avec celle qui bouleversa le monde ouvrier soviétique et celui de la Chine. Une mise en parallèle nous est par ailleurs suggérée par la place du référent ouvrier et communiste dans l’histoire récente de Kanpur, ainsi que par la position géographique de l’Inde du Nord, quasiment coiffée par ses deux voisins de l’ancien Bloc communiste.

  • 1 Le salaire en nature est également courant en Russie, lorsqu’une production au ralenti est (...)

14C’est dès les années 1970 que l’industrie commença de décliner à Moscou et à Shanghai comme à Kanpur ; c’est dans les années 1980 que, dans les trois régions, l’ouverture des marchés s’amorça ; et c’est dans les années 1990 que la fermeture des usines intervint. La différence tient dans le fait que l’Inde nationalisa avant d’opérer cette mise sous clé, tandis que la Russie et la Chine firent en gros l’inverse. Une autre différence met, cette fois, la Russie et l’Inde d’un côté, la Chine de l’autre : à Shanghai on rasa des centaines d’usines obsolètes dans les plis et les replis de la ville, de nouvelles unités modernes se construisant au loin avec le concours des capitaux internationaux ; à Kanpur comme à Moscou, la plupart des usines restent debout, on en a seulement arrêté la production. Elles demeurent même fictivement ouvertes, des salaires symboliques sont toujours distribués1, des services sociaux (en Russie) leur sont encore vaguement attachés (Sultan-Taïeb 2002). On évite ainsi que la désagrégation sociale ne soit totale, en attendant une réindustrialisation timide ou improbable.

15Dans les trois contextes le traumatisme subi par les ouvriers, les techniciens et les ingénieurs est d’autant plus sévère que la fin de leurs usines n’est pas un simple accident de parcours, mais la fin d’un monde. Tout l’environnement bascule avec eux. Cela est évidemment plus vrai dans un univers communiste qui se saborde ou qui se renie que dans un pays comme l’Inde, qui poursuit sa route sans séisme majeur. En Uttar Pradesh, c’est à l’échelle d’une métropole régionale que le mal se produit, essentiellement au niveau d’une filière, celle du textile, mais qui y est hégémonique, comme les charbonnages ou la sidérurgie (ou le textile !) dans nombre de sites européens quelques années plus tôt. Il est toutefois frappant que le naufrage de l’industrie cotonnière de Kanpur soit essentiellement dû à des options de politique industrielle prises en haut lieu, c’est-à-dire au niveau de l’Union indienne, et qui paraissent directement inspirées de l’exemple des grands frères communistes. Le choix délibéré de l’industrie lourde dans les années qui ont suivi l’indépendance de l’Inde, puis la lourdeur bureaucratique qui s’instaura après la nationalisation des usines, firent perdre pied à la production textile indienne face aux petits dragons de la mer de Chine.

16L’autre monde dans lequel les ouvriers de Kanpur sont précipités n’est pas non plus le même que celui que découvrent leurs homologues russes et chinois. À Moscou comme à Shanghai, c’est l’économie mondiale, avec ses firmes et ses banques, qui afflue. En Uttar Pradesh, c’est plutôt l’économie tiers-monde qui est à la porte. La différence est en principe considérable mais, dans les faits, de larges zones de recouvrement rapprochent les deux configurations. En premier lieu, si les firmes et les banques du monde n’ont pas pris la relève à Kanpur, elles sont bien présentes et de plus en plus actives sur le territoire de la fédération indienne prise comme un tout. En second lieu, la paupérisation et le déclassement social de la majorité des anciens ouvriers est un malheur partagé par les trois populations, même en Chine où les nouveaux emplois industriels, s’ils sont nombreux, ne sont que partiellement offerts aux anciens travailleurs. Enfin et surtout, dans les trois cas l’économie informelle et la petite entreprise ont la part belle dans le chaos provoqué par la casse du système. Ce bouillon de culture dans lequel peut et doit fleurir la petite initiative individuelle, ne serait-ce que pour adoucir la violence de la transition, entre plus ou moins en phase avec le comportements culturel des peuples.

RÉSURGENCES ET EAUX DORMANTES

17En Russie, où l’entreprise privée fut mise hors la loi pendant les trois quarts d’un siècle, ce réflexe eut du mal à revenir sauf sur deux terrains. Le premier est celui de l’affairisme de haut vol (avec ou sans jeu de mots !), mettant en orbite le patrimoine d’État privatisé et le marché russe, tous deux gagés dans des contrats avec l’économie-monde. Le second est celui de la petite distribution, où les peuples des républiques périphériques du Sud excellent davantage que les Russes au cœur même de la Russie. Dans ce schéma, il y a peu de place pour l’artisanat de service, encore moins pour l’artisanat de production (sauf pour la construction) : les produits et objets importés ont immédiatement pris la place des fabrications de l’industrie soviétique.

18La parenthèse collectiviste, en Chine, a duré moins longtemps. Surtout, elle n’a jamais complètement étouffé la fibre du petit commerce et de l’artisanat, si présente dans le tempérament chinois. Dès les premiers stades de l’ouverture économique, le monde de la petite entreprise a explosé, animant fébrilement les rues de toutes les villes, ainsi que les bourgs de l’espace rural. Nul besoin de peuples périphériques pour cela, quoique l’abondant vivier de population « flottante » en provenance de campagnes lointaines, où chaque ville puise une main-d’œuvre bon marché et sans droits, enrichisse le paysage urbain d’une strate supplémentaire de micro-commerces et de micro-activités.

19Dans le cas de l’Inde, la micro-activité et la petite entreprise constituent le substrat « naturel » de l’économie urbaine. Aucun régime n’a jamais tenté d’éradiquer cette réalité, sinon ponctuellement, notamment pour des raisons de police urbaine. Lorsqu’une activité industrielle importante s’installe sur ce substrat, et qu’ensuite elle s’écroule, on pourrait s’attendre à ce que le paysage urbain revienne à la normale, comme une mer étale après la houle. C’est évidemment plus compliqué, car l’empreinte reste forte, voire indélébile sur les gens comme sur la ville.

20Cette empreinte est également très marquée dans les villes africaines qui ont fait l’objet d’une vigoureuse politique de développement post-colonial. Lorsque celle-ci s’est partiellement effondrée dans les années 1980, les salariés licenciés eurent cependant des comportements différenciés. Il n’y a pas de castes en Côte-d’Ivoire, mais les appartenances ethniques et nationales (il y eut jusqu’à 60 % d’étrangers à Abidjan dans les classes d’âge 25-44 ans, hommes) en tiennent parfois lieu. C’est essentiellement aux populations du Sud qu’étaient revenus les emplois stables, celles du Nord ou d’au delà des frontières s’étant davantage investies dans le commerce et dans des métiers « ethniques », ou encore dans des emplois précaires. La crise déstabilisa donc surtout les premières, qui se replièrent sur leurs avoirs fonciers et immobiliers. On vit pourtant quelques diplômés se lancer pour la première fois dans la petite activité marchande, contribuant par leurs innovations à l’explosion de l’offre artisanale (Haeringer 1988). Autant qualitative que quantitative, cette explosion fut, pour un temps, le produit heureux de la casse de l’appareil productif ivoirien. Mais la ville d’Abidjan, qui avait été programmée pour être un grand centre industriel et portuaire, n’a jamais retrouvé sa plénitude et a fini par sombrer dans la guerre civile.

21On ne peut oublier que l’introduction de l’industrie est comptable du développement urbain lui-même, dans des proportions souvent gigantesques. À Kanpur, c’est l’industrie textile qui a fait d’une bourgade de garnison une ville millionnaire. C’est pour être la tête de pont et le débouché d’un chemin de fer qu’Abidjan fut fondée. C’est au service de l’industrie que de nombreuses villes soviétiques ont été créées et peuplées. Et si les deltas chinois voient fleurir des grappes de nouvelles villes, c’est bien parce que la Chine est devenue l’atelier du monde. Lorsque, dans de tels contextes, l’appareil industriel s’arrête, c’est donc le moteur de la construction urbaine qui se brise. La municipalité de Kanpur n’a plus les moyens de sa gestion, et le monde ambiant de la petite entreprise et de l’informel accuse aussi le coup, à l’égale mesure des liens organiques – ou de dépendance – tissés à la marge entre les deux milieux. Comme un liquide amniotique qui n’existerait pas sans l’embryon qu’il baigne, cette économie « populaire » ne peut être indifférente à l’avortement du projet industriel. Pourtant, elle n’est pas emportée avec lui.

22L’ambivalence des relations entre l’économie industrielle et l’économie ambiante peut aussi se constater dans la dimension démographique. En Russie, où il n’y avait pas, sur place et dans l’immédiat, une économie de rechange au collectivisme industriel, on a logiquement enregistré un recul de la démographie urbaine dans les années 1990. Ce ne fut pas le cas de Kanpur. En dépit du retour à la campagne de certaines classes d’ouvriers, la population urbaine semble avoir continué de croître vigoureusement. C’est toute la différence, désormais stéréotypée, entre un pays du Nord et un pays du Sud. Au delà du cliché, il faut y voir surtout l’autonomie relative d’un substrat économique qui, même ébranlé par l’extraction d’un gros implant, continue sa vie. De par sa position sur les grandes voies de communication, Kanpur a toujours eu une vocation commerçante, qui redevient aujourd’hui son orientation principale. Mais ce n’est pas là que réside la véritable explication de sa survie.

LE VASTE MONDE DE L’INFORMEL

23Le basculement de l’ancien empire soviétique, deuxième super-grand de l’hémisphère nord, dans une situation de faillite économique et de pauvreté majoritaire, – où la débrouille devint subitement une conduite de survie pour presque tout le monde –, amena de nombreux observateurs (et les Russes eux-mêmes) – à faire un rapprochement entre ce nouveau sous-développement et celui que l’on était accoutumé à attribuer au Sud. Certaines analogies étaient légitimes, d’autres moins. Le thème de l’économie de survie est précisément un bon terrain pour montrer que tout est à la fois pareil et différent.

24Il est significatif que, dans tous les pays issus du Bloc soviétique, on utilise l’expression « économie de l’ombre » pour désigner l’économie parallèle, celle qui n’est pas déclarée, ce qui pourrait être un bon synonyme de l’économie informelle, inventée au début des années 1970 à propos du Tiers-monde. Mais l’ombre évoque mieux que l’informalité la place qui était faite, dans le secret du régime communiste (car l’expression est au moins aussi vieille que celui-ci), aux petits et gros trafics qui n’étaient pas déclarés parce que non déclarables. Aujourd’hui, les registres non criminels de cette économie clandestine ou d’appoint – dans laquelle il faut inclure le troc et les échanges de services – s’exercent au grand jour, mais la référence à l’ombre est restée dans le langage et dans les esprits, d’autant que des liaisons plus ou moins forcées avec les réseaux mafieux obscurcissent en effet les distinctions entre le licite et l’illicite, entre l’interdit, le permis et le toléré.

25D’une autre façon et sur un autre plan, la notion de population flottante, officieusement en usage en Chine, montre également la persistance, au delà de la libéralisation de l’économie chinoise, d’une stigmatisation de la marge. Cette masse de ruraux « flottant » sur la ville (plusieurs millions à Shanghai) est pourtant un élément non caché de la nouvelle prospérité. Il arrive même qu’elle soit le fer de lance d’un défi industriel et urbain, comme à Shenzhen face à Hong Kong. Ces flux de jeunes en quête d’une échappatoire à la misère des bourgs et des campagnes se produiraient aussi bien si la Chine urbaine n’était pas en pleine ascension, pourvu que la mobilité y soit libre. Ces populations auraient à peu près les mêmes caractéristiques et les mêmes modes de survie que toutes les franges informelles des villes dites du Sud. Des épisodes antérieurs à la conquête communiste l’ont bien montré. Mais depuis la mise en place, par le régime maoïste, d’un système d’enregistrement bloquant toute mobilité spontanée, et bien que celui-ci soit aujourd’hui moins contraignant, on continue de raisonner comme si tous les citoyens étaient comptés et fichés. Et ils le sont en effet. Il y a ceux qui ont droit à la ville et ceux qui n’y ont droit qu’à moitié.

26La restriction du droit à la ville est un réflexe qui traverse toutes les latitudes et tous les méridiens. Les « sans-papiers » des villes françaises font écho aux « trois-sans » des villes chinoises (sanwu : sans travail légal, sans papiers légaux, sans domicile légal) (Florence 2002), mais les sans-papiers sont des étrangers quand les trois-sans sont des nationaux, « immigrés » de l’intérieur. Les expulsions en masse, récurrentes dans certaines métropoles africaines (par exemple au Nigeria), concernent toujours des populations étrangères ou que l’on considère comme telles. Il y a longtemps que l’on a renoncé, en général, à contenir autoritairement l’arrivée des ruraux dans la ville. De la même façon, la sphère d’activité engendrée par ce rassemblement humain, qui s’établit toujours dans un volume considérablement supérieur à celui des emplois « formels », n’est plus autant combattue ou contrariée, ou simplement tenue pour archaïque ou négligeable, qu’elle le fut à certaines époques, notamment en Afrique au lendemain des indépendances.

27Ainsi que le rappelle Giulia De Ponte à propos de l’Inde, le secteur informel est à présent reconnu comme une ressource après avoir été longtemps considéré comme un problème. Depuis la libéralisation économique des années 1990, et les fermetures d’usines qui en ont découlé, la petite entreprise non déclarée aussi bien que les petites activités occasionnelles sont élevées au rang de secteur-refuge. Plus récemment encore, on tend à leur reconnaître toute leur place dans le cadre d’une politique de développement « durable ».

D’UN DUALISME À L’AUTRE

28Engagée depuis plusieurs décennies, la réflexion sur le rapport entre l’économie informelle et le développement s’était attachée surtout – et comme idéalement – aux terrains africains, la complexité de la stratification sociale en Inde ayant longtemps paru irréductible au dualisme trop explicite – et simpliste – de cette notion (Lautier 1994 : 11). L’application à l’Inde du débat sur l’informel pouvait aussi se heurter à la complexité de sa stratification économique. Il est frappant que la Déclaration de politique économique de 1956 ait fait cas dès cette époque, dans le domaine de la production textile, d’une concurrence entre l’industrie et l’artisanat non mécanisé, la première étant sommée de limiter sa production pour laisser de la place au second. Peu après, c’est cet artisanat désormais mécanisé qui allait contribuer, parmi d’autres facteurs, au déclin de l’industrie textile indienne. On est donc très loin du contexte africain des années 1970 où la dualité formel/informel ne laissait aucun espace à une strate intermédiaire ; où la distance entre l’économie populaire et l’économie moderne restait telle, qu’elles ne risquaient pas de jouer dans la même cour ; et où un fugitif espoir de tirer quelques activités informelles vers le statut et l’esprit de la petite entreprise se soldait par des demi-succès ambigus ou par des échecs cuisants.

  • 2 Dans une acception évidemment plus proche du vocable d’une compagnie aérienne américaine q (...)
  • 3 Populaire, domestique, endogène, local, aucune de ces épithètes, utilisées ici à tour de r (...)

29L’Inde semble n’avoir été gagnée par le discours ambiant sur l’informel, et par les figures imposées dont les institutions mondiales l’assortissent, que lorsque fut abandonnée l’idée de « formaliser l’informel ». Ce mot d’ordre, qui revenait à vouloir réduire la dualité économique en faisant entrer une partie de l’initiative « populaire » dans une logique de croissance et d’accumulation, ne pouvait concerner un pays déjà situé au delà d’un tel programme. Mais lorsque la conjoncture internationale diffusa un libéralisme soudain plus absolu et plus universel, dans lequel l’Union indienne s’engouffra pour le plus grand succès de ses industries de pointe, une vision dualiste s’imposa à nouveau partout : la « complexité indienne » n’y résista pas. Les vieilles industries disparaissant, l’écart devint à nouveau béant entre une sphère économique désormais « mondialisée » et une sphère « domestique »2 où il s’avéra secondaire de distinguer des niveaux pourtant très divers. Cela aida partout dans le monde à discerner dans cette économie populaire, considérée globalement3, des logiques et des finalités aussi légitimes que celles du développement capitalistique (même si le petit capital n’en est pas absent), et à lui reconnaître une autre utilité que celle d’éponger le chômage produit par l’autre sphère. L’exemple de Kanpur montre d’ailleurs que la substitution des emplois d’une sphère à l’autre ne fonctionne qu’à la marge.

30De même que la Chine, réintégrant Hong Kong en lui conservant – pour le plus grand bénéfice de la mère patrie – les attributs de son succès, se réjouissait d’être un seul pays doté de deux systèmes, de même le monde se convainc désormais, avec des remords plus mesurés que jadis, de fonctionner à deux vitesses, ou plus exactement selon deux grammaires – ou deux logiciels ? Diverses confusions sont, semble-t-il, en voie d’être dépassées, ou faudrait-il qu’elles le soient. La première est d’avoir assimilé la dualité économique à la dualité issue du fait colonial. L’Inde y a mieux échappé que l’Afrique, où tout le secteur « moderne » reste largement une affaire de « Blancs » (tandis que l’industrie textile de Kanpur, certes créée par les Anglais, fut rachetée dès l’Indépendance de 1947 par des marchands locaux). Une seconde confusion consiste à dresser un parallèle univoque entre l’informel et la pauvreté, celle-ci étant essentiellement entendue, dans le discours international, comme synonyme de la misère. S’il est bien vrai que les stratégies de survie trouvent dans l’informel un milieu « accueillant », de fortes images de misère urbaine sont historiquement liées au fait industriel (pas seulement lorsqu’il s’écroule) et continuent de l’être dans différents points du globe. En revanche, d’innombrables situations de confortable aisance ou de paisible félicité (mais aussi d’intense activité) sont observables dans des milieux structurés par l’artisanat et la petite entreprise, informels ou non. Une troisième confusion tient à l’habitude prise, sous l’empire de la statistique (une déesse qui fut encore plus glorifiée dans le monde communiste qu’elle ne l’est dans le monde capitaliste), de quantifier la croissance au lieu de la qualifier. La philosophie du « développement durable » tente aujourd’hui d’y remédier.

LA VILLE ET L’ÉCONOMIE

31L’activité qui classe New York au premier rang des villes mondiales, au sens des global cities de Saskia Sassen (1991), n’a pas grand-chose à voir avec l’économie courante de la majorité des New-yorkais, bien qu’elle concourre au niveau de vie global de la ville. Quelle que soit la puissance ou la modestie d’une ville, elle possède toujours un noyau dur qui la connecte au reste du monde. Ce noyau peut avoir été à son origine, et continuer de servir de catalyseur à son développement démographique. Mais c’est désormais ce dernier qui fait la ville et qui induit son économie ordinaire. Cela est particulièrement évident dans les pays où s’additionne encore une forte croissance de la population générale et une urbanisation rapide de celle-ci. Le noyau dur peut alors devenir second, face à l’économie engendrée par le rassemblement humain lui-même. Marginalisé, ce nucléon n’est plus à représenter au centre de la figure : il rejoint le « cercle des technologies » (Haeringer 1999) qui enveloppe et encadre vaille que vaille, parmi d’autres émissaires de l’espace national et mondial – comme la monnaie ou l’énergie –, un espace économique et social endogène.

32Le cas de l’Inde, notamment, démontre que cet espace endogène a vocation à être davantage qu’un cadre de survie en attente d’un événement extérieur. Il atteste aussi, comme d’autres, que la ville peut être autre chose que l’instrument d’une fonction, industrielle par exemple. Mieux qu’un cadre de vie, elle est fondamentalement un milieu de vie dès lors qu’elle héberge l’essentiel de l’humanité. D’un milieu de vie émane une économie, qui procède de son contenu social, et il n’y a pas que la misère à la clé, même si la soudaineté du peuplement et les situations de détresse qui sont souvent à la source de la migration peuvent engendrer, trop souvent, une démultiplication de la misère ainsi transférée (Milbert 1995). C’est cette charge démesurée qui, depuis un bon demi-siècle, obscurcit l’image de l’économie endogène et dissuade de la valider, sauf à la folkloriser ou à l’héroïser comme le font certains discours sur l’informel.

Au cœur de la mégapole ivoirienne, perdurent les villages de l’ethnie autochtone, les Ébrié, encore détenteurs d’une grande part du pouvoir municipal, Abidjan, 1998.

Au cœur de la mégapole ivoirienne, perdurent les villages de l’ethnie autochtone, les Ébrié, encore détenteurs d’une grande part du pouvoir municipal, Abidjan, 1998.

(Clichés Philippe Haeringer)

33Endogène ne signifie pas coupé du monde. De même qu’une firme multinationale ne saurait ignorer le terrain sur lequel elle s’installe, de même un petit entrepreneur, un artisan, voire un vendeur de rue ne restent pas sourds aux innovations que leur suggère l’écho du monde. Ils appartiennent à des réseaux, sont reliés à des filières, qui enregistrent les soubresauts de la conjoncture régionale ou internationale, ainsi que les occasions de négoce qu’elles offrent, comme on le voit d’un bord à l’autre de la Méditerranée (Peraldi 2001) ou de part et d’autre de l’ancien limes de l’empire soviétique, ou encore entre le Nigeria et ses voisins francophones. Le secteur du cuir, à Kanpur, bien que reposant sur l’initiative locale, la petite entreprise, le travail à domicile, le salaire à la tâche, applique à ses produits les standards du marché européen auquel ils sont destinés. On voit par là – et les exemples sont nombreux dans les pays émergents – que l’économie populaire peut prendre part, sous certaines conditions, au grand jeu de la mondialisation. Il n’est pas non plus contestable qu’elle a plus de chance d’être prospère si l’environnement immédiat l’est aussi, et si la ville elle-même n’est pas trop délaissée par ce « cercle des technologies » qu’on appelle le secteur moderne. La ville de Conakry, capitale de la Guinée, que la politique de Sékou Touré coupa jadis de ce cercle pendant trente ans, survécut grâce à son économie endogène, mais sans se développer.

La nouvelle démonstration urbaine de la Chine avance, à la vitesse d’un cheval au galop, sur les vieux habitats et les vieilles usines de Puxi, Shanghai, 1999.

La nouvelle démonstration urbaine de la Chine avance, à la vitesse d’un cheval au galop, sur les vieux habitats et les vieilles usines de Puxi, Shanghai, 1999.

La taille du nouveau bazar (1977) préfigure l’essor de la ville sainte, qui explosera à la fin du siècle sur la base d’une économie essentiellement endogène, Machad, 2000.

La taille du nouveau bazar (1977) préfigure l’essor de la ville sainte, qui explosera à la fin du siècle sur la base d’une économie essentiellement endogène, Machad, 2000.

34Un autre cas limite, à l’opposé de l’histoire de Conakry, montre une ville entièrement livrée aux firmes internationales. Après l’industrie perlière, après le pétrole, Dubaï s’est donné pour destin celui d’une vitrine du monde. Sa population « indigène » n’y suffit pas : 95 % des habitants de cet émirat-cité viennent de l’étranger, plus de la moitié d’entre eux étant originaire du sous-continent indien (Haeringer & Chiniara 2004). La croissance est à deux chiffres, mais l’ambition élitiste de la ville exclut de ses plans les travailleurs à revenus modestes. Les plus pauvres se cachent comme ils peuvent ; les autres émigrent en masse, le soir venu, vers l’émirat voisin, Sharjah, où ils trouvent une cité accueillante à cette économie endogène qui sait nourrir et se nourrir d’un afflux de population, dont elle procède.

35Cette caricature des relations entre les deux sphères économiques trouve un contre-modèle dans le pays d’en face, à Machad. La ville sainte des Chiites, deuxième ville d’Iran, ne doit son rang démographique et sa prospérité qu’à son atout le plus intime, le mausolée de l’imam Reza. Mais il a fallu, pour que la bourgade explose en ville millionnaire, que la conjoncture régionale mette hors jeu les sanctuaires chiites d’Irak, et surtout que le goût de la gestion capitaliste traverse la révolution islamiste. La fondation pieuse attachée au saint haram, riche de terres rurales et péri-urbaines inexploitées, construisit en peu d’années un véritable empire agro-industriel, immobilier et socio-culturel gagé sur un flux de pèlerins de plus en plus considérable (Haeringer & Shokrani 2002). Dans le sillage de cette économie endogène revêtue de l’habit d’un holding, s’épanouit un artisanat des plus traditionnels ainsi qu’une ville dont le taux de croissance, désormais, concurrence celui de la capitale du pays.

36P.H.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Berelowitch, A. & Wieviorka, M. (1996), Les Russes d’en bas. Enquête sur la Russie post-communiste. Paris, Le Seuil.

Berelowitch, A. & Radvanyi, J. (1999), Tes Cent Portes de la Russie. Paris, Les Éditions de l’Atelier (« Points d’appui »).

Florence, E. (2002), « Les travailleurs migrants dans la presse quotidienne de Shenzhen-i », in Ph. Haeringer, dir., La Refondation mégapolitaine, t. 1 : L’Eurasie post-communiste. Paris, ministère de l’Équipement, Centre de prospective et de veille scientifique (« Techniques, territoires et sociétés »), pp. 285-292.

Haeringer, Ph. (1988), « L’explosion de l’offre artisanale à Abidjan et ses relations avec la crise économique », Espace-Populations-Sociétés, fasc. 2, Lille, pp. 275-294.

Haeringer, Ph. (1999), L’Économie invertie. Mégapolisation, pauvreté majoritaire et nouvelle économie urbaine. Paris, ministère de l’Équipement, Centre de prospective et de veille scientifique (Série 2001 Plus « Synthèses et Recherches » 50).

Haeringer, Ph., dir. (2002), La Refondation mégapolitaine, t. 1 : L’Eurasie post-communiste. Paris, ministère de l’Équipement, Centre de prospective et de veille scientifique (« Techniques, Territoires et Sociétés »).

Haeringer, Ph. & Shokrani, G. R. (2003), « L’empire de l’imam Reza. La prospérité d’un pèlerinage, d’une fondation, d’une ville », Géopolitique, 83, Paris, PUF, pp. 83-94.

Haeringer, Ph. & Chiniara, A. (2004), « Dubaï pour le monde et Sharjah pour tout le monde », EurOrient, 17, pp. 23-38.

Heuzé, G. (1989), Ouvriers d’un autre monde. Paris, Éditions de la MSH.

Lautier, B. (1994), L’Économie informelle dans le tiers-monde. Paris, La Découverte (« Repères »).

Milbert, I. (1995), « La persistance de la pauvreté urbaine en Inde », Revue Tiers-Monde, XXXVI, 142, pp. 325-339.

Peraldi, M., dir. (2001), Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers. Paris, Maisonneuve et Larose/Aix-en-Provence, MMSH.

Sassen S. (1991), The Global City. New York. Princeton/Londres/Tokyo, Princeton University Press.

Sultan-Taïeb, H. (2002), « Le bouleversement du compromis social dans l’industrie post-soviétique », in Ph. Haeringer, dir., La Refondation mégapolitaine, t. 1 : L’Eurasie post-communiste. Paris, ministère de l’Équipement, Centre de prospective et de veille scientifique (« Techniques, Territoires et Sociétés »), pp. 57-64.

Vichenevski, A. (2000), La Faucille et le Rouble. Paris, Gallimard (« Bibliothèque des Histoires »).

Notes

1 Le salaire en nature est également courant en Russie, lorsqu’une production au ralenti est maintenue.

2 Dans une acception évidemment plus proche du vocable d’une compagnie aérienne américaine que de celui de la ménagère, quoique la sphère de l’économie familiale ait tout lieu d’y être incluse.

3 Populaire, domestique, endogène, local, aucune de ces épithètes, utilisées ici à tour de rôle dans le but de les amender l’une par l’autre, n’est exempte d’inconvénients, ni apte à cerner un espace économique sans contours.

Table des illustrations

Titre Au cœur de la mégapole ivoirienne, perdurent les villages de l’ethnie autochtone, les Ébrié, encore détenteurs d’une grande part du pouvoir municipal, Abidjan, 1998.
Crédits (Clichés Philippe Haeringer)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre La nouvelle démonstration urbaine de la Chine avance, à la vitesse d’un cheval au galop, sur les vieux habitats et les vieilles usines de Puxi, Shanghai, 1999.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23836/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre La taille du nouveau bazar (1977) préfigure l’essor de la ville sainte, qui explosera à la fin du siècle sur la base d’une économie essentiellement endogène, Machad, 2000.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23836/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Auteur

Philippe Haeringer est directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD, Paris), il enseigne à l’Université Paris X-Nanterre, où il dirige une équipe doctorale multinationale travaillant sur le thème « Du renouvellement urbain aux utopies refondatrices ».

Publications

– 1983, ed., Abidjan au coin de la rue, Paris, ORSTOM.
– 1999, ed., L’Économie invertie. Mégapolisation, pauvreté majoritaire et nouvelle économie urbaine, Paris, ministère de l’Équipement, Centre de prospective et de veille scientifique (Série 2001 Plus « Synthèses et recherches » 50).
– 2002, ed., La Refondation mégapolitaine, t. 1 : L’Eurasie post-communiste, Paris, ministère de l’Équipement, Centre de prospective et de veille scientifique (« Techniques, territoires et sociétés »).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search