Version classiqueVersion mobile

La ville en Asie du Sud

 | 
Véronique Dupont
, 
Djallal Heuzé

La ville et le développement économique local et mondial

Désindustrialisation, précarisation du travail et transformation des réseaux politiques urbains.

La ville de Kanpur (Uttar Pradesh)

Giulia De Ponte

Résumé

Le chemin de désindustrialisation et de précarisation du travail parcouru par la ville de Kanpur montre comme ces processus peuvent changer profondément le visage d’une ville du point de vue non seulement économique, mais aussi politique et de la gestion des espaces urbains : le chômage a entraîné un changement des réseaux et des rapports de pouvoir au niveau des quartiers, libérant les anciens ouvriers des anciennes tutelles syndicales et du monopole brahmanique sur le politique, mais les plaçant dans une position de subordination à une nouvelle chaîne d’intermédiaires, subordination fondée non plus sur la hiérarchie de caste mais sur celle créée par la misère. Cela interroge l’approche des planificateurs indiens qui proposent de réorienter les chômeurs de la grande industrie vers les petites usines et le secteur informel, dans une perspective de quasi-interchangeabilité des deux situations et en excluant de l’analyse de ce changement les conséquences extra-économiques à moyen et long terme. Le cas de Kanpur montre au contraire que la précarisation du travail urbain, loin de pouvoir être considérée comme un simple problème de gestion de la main-d’œuvre urbaine, a aussi une influence sur le mode d’insertion des travailleurs dans la sphère du politique et, par conséquent, dans leur participation à la gestion de la ville.

Texte intégral

  • 1 Ces thèmes ont été au centre de ma recherche doctorale : les observations sur la ville de (...)

1Je propose de réfléchir ici sur les processus de désindustrialisation et de précarisation du travail qui se sont déroulés au cours des trente dernières années dans la ville industrielle de Kanpur en Uttar Pradesh et de les mettre en relation avec les évolutions des équilibres politiques de la ville1.

  • 2 La référence concerne ici les documents de planification économique, jusqu’au dixième plan (...)
  • 3 À partir du début des années quatre-vingt-dix, la logique de la planification indienne se (...)

2Une réflexion sur ces thèmes me semble en fait gagner en importance face aux orientations actuelles de la stratégie de développement indienne à propos du rôle à assigner à la ville, et en particulier au travail informel qui se développe en son sein, dans le cadre de la lutte contre le chômage2 : depuis la fin des années soixante- dix, le chômage urbain commençait à être reconnu par la planification économique comme un phénomène autonome et non uniquement lié au chômage rural, nécessitant donc des solutions venant de l’intérieur de la ville. À partir du début des années quatre-vingt-dix, dans un contexte de progressive libéralisation de l’économie et de fermeture de plusieurs grandes industries improductives, ces solutions sont de plus en plus nettement identifiées au travail non protégé urbain, comprenant l’emploi dans les petites entreprises non enregistrées aussi bien que le casual labour. Aujourd’hui, enfin, le travail non protégé est proposé comme un secteur-refuge pour les chômeurs en période de crise économique : passant du statut de problème à celui de ressource, ce type de travail est en fait censé assurer la satisfaction des besoins essentiels des catégories pauvres – pourvu que leur soit assuré un accès au crédit – et cela, en principe, dans une perspective de durabilité et de soutenabilité3.

3Il sera donc intéressant de confronter cette approche avec l’évolution d’une ville comme Kanpur, où la fermeture des grandes usines textiles s’est effectivement accompagnée d’une croissance spontanée de la petite industrie et du travail informel. Apparaissent ainsi les retombées de la précarisation du travail d’une partie très importante de la population urbaine sur les équilibres économiques et sociaux de la ville. Mais j’attirerai surtout l’attention sur le fait que la présence à Kanpur des grandes usines textiles a aussi impliqué dans le passé une structuration particulière du leadership politique de la ville, la formation de réseaux de mobilisation spécifiques et des pratiques politiques propres aux ouvriers ; cela soulève la question, rarement considérée par les planificateurs, de la complexité de l’incidence politique de toute intervention sur les statuts du travail urbain.

KANPUR : DE LA « MANCHESTER OF INDIA »4 À LA VILLE DU CHÔMAGE

  • 4 Cette section repose sur les études de Agrawal (1988), Joshi (1981), Majumdar (1960), sing (...)

4La ville de Kanpur commence à se développer après la Révolte des Cipayes de 1857 quand l’Empire britannique, fort de ses garnisons, en nombre dans cette ville située au centre des voies de communication régionales, décide d’y favoriser les investissements : Kanpur est ralliée au réseau naissant de chemins de fer en 1859 ; l’année suivante y voit surgir la première industrie textile, dont l’implantation est vue favorablement par l’administration anglaise, qui considère l’industrialisation de la ville comme une garantie que les besoins de l’armée britannique seront désormais satisfaits localement.

  • 5 Les travailleurs du textile de Kanpur passent par exemple, entre la fin des années trente (...)

5Depuis, Kanpur a associé étroitement son histoire à celle de ses usines textiles, une quinzaine en tout, qui ont été fondées par des commerçants-entrepreneurs anglais : leur apparition dans la zone située actuellement au nord de la ville, le long du Gange, transforme la ville de garnison de l’armée en principal centre industriel de la région, que le chemin de fer rallie rapidement à tous les autres centres commerciaux du pays. Les périodes de plus grande prospérité de ces industries coïncident avec les deux guerres mondiales, la propriété anglaise de ces usines ayant été déterminante pour en faire les premières foumisseuses de tissus pour l’armée coloniale et lier ainsi leur prospérité au déroulement des grands conflits. Ces périodes entraînent en fait non seulement les plus grands profits pour les propriétaires anglais des usines, mais aussi les moments de plus forte croissance de la population urbaine : cette dernière double par exemple entre les années trente et quarante5, attirant des migrants des districts voisins mais aussi de tout l’actuel Uttar Pradesh oriental.

6Les deux après-guerre sont aussi les périodes au cours desquelles la municipalité de Kanpur pose avec plus d’insistance aux employeurs le problème du logement ouvrier : ces derniers acceptent de bâtir quelques colonies ouvrières dans les quelques colonies ouvrières étant pourtant construites dans les années trente. Une grande partie des ouvriers de Kanpur continue pourtant à vivre sur des terrains donnés en location par des privés, fortement sous-équipés et très congestionnés : ces ahata étaient en fait à l’époque et jusqu’aux années soixante la forme de spéculation immobilière la plus lucrative en milieu urbain.

Usine textile à Kanpur, 2006. Usine textile à Kanpur, 2006.

Usine textile à Kanpur, 2006. Usine textile à Kanpur, 2006.

(Clichés Djallai G. Heuzé)

  • 6 Les deux plus hautes castes.

7Les premiers migrants qui peuplent les quartiers industriels du nord au début du siècle sont surtout des tisserands hindous intouchables de caste Kori et musulmans de caste Julaha, dont l’activité artisanale traditionnelle avait été ravagée par les importations de tissus anglais vers le milieu du siècle précédent ; ces tisserands n’introduisent pourtant que marginalement une culture artisane et résistante dans les nouvelles usines, leurs activités traditionnelles ayant disparu déjà plusieurs décennies auparavant. En corrélation avec la dépression des années trente, qui voit l’expulsion d’un grand nombre de petits tenanciers dans les campagnes autour de Kanpur, on assiste ensuite à l’apparition, dans les usines, d’un large pourcentage d’agriculteurs Brahmanes et Thakur6 appauvris, aussi bien que de basses castes, en particulier des Chamar. La relative proximité de tous ces migrants par rapport à leur village d’origine, avec lequel ils gardent le plus souvent un contact étroit, contribue à maintenir vivantes et à transplanter leurs habitudes rurales : l’immigration ne fait donc pas de Kanpur une ville à l’aspect cosmopolite, mais la transforme plutôt en une sorte de village aux dimensions démesurées. Les mêmes ahata sont pour la plupart homogènes par caste, et même à l’intérieur des colonies ouvrières construites par les employeurs, où le logement est censé être mixte, des divisions spatiales entre communautés sont en général spontanément récréées.

8Après le rachat des usines par de gros commerçants marwaris au moment de l’Indépendance, est advenue encore une décennie de prospérité, prolongée à nouveau du fait des commandes d’une guerre, celle avec la Chine. Puis s’amorce le déclin des usines, comme de la ville tout entière : les premières fermetures – temporaires – ont lieu vers la moitié des années soixante, et suscitent l’opposition d’un mouvement ouvrier extrêmement fragmenté, fluctuant et politiquement manipulé, mais toujours capable de moments de forte mobilisation. Les grèves du textile sont soutenues par une partie importante de la population urbaine qui voit le sort de la ville lié à celui des usines : pendant les grandes agitations, les ouvriers du cuir s’unissent aux grévistes, les magasins ferment, les transports s’arrêtent.

  • 7 En 1953, 58 % des produits textiles en provenance des pays en développement étaient indien (...)
  • 8 L’industrie de Kanpur était par exemple obligée de restreindre sa production à des limites (...)

9Les difficultés du textile de Kanpur sont à rattacher à l’évolution du secteur : toute la production textile indienne à grande échelle, et en particulier celle de Kanpur, reste à la marge des investissements de l’État dans les années cinquante et soixante. La stratégie de développement indienne est en fait autocentrée et orientée dans cette période sur l’industrie lourde, soutenue par une forte intervention étatique, alors que les industries légères comme le textile se voient surtout confier le rôle d’absorber de l’emploi. Tout à fait différent est le modèle de développement des pays de nouvelle industrialisation comme Taiwan, la Corée ou Hong Kong : ces derniers donnent au contraire la priorité au développement d’une industrie légère, surtout textile, fortement orientée vers l’exportation, avec les entrées de laquelle on finance l’ultérieure diversification industrielle. Ces pays érodent donc fortement les énormes parts du marché international détenues au moment de l’Indépendance par l’Inde7, contribuant ainsi à en tourner la production textile vers la consommation interne. Les usines de Kanpur subissent ensuite, à partir des années soixante-dix, la concurrence des petits ateliers mécanisés, qui se développent pourtant peu dans Kanpur même : ces derniers appliquent un droit du travail extrêmement réduit, limitant ainsi les coûts liés au salaires, et bénéficient des facilités octroyées désormais par l’État à la petite industrie. Les grandes unités de Kanpur, enfin, sont obligées par des choix successifs de politique économique imposée par Delhi de satisfaire à une série de contraintes techniques, productives et commerciales8 ; ces contraintes, qui sont plus le fruit des pressions exercées par différents lobbies externes à la ville que d’une vision politique cohérente, atteignent profondément, à long terme, leur compétitivité. Déjà tournées vers un produit de basse qualité destiné à la consommation locale, les usines de Kanpur se trouveront donc gravement atteintes par l’ouverture des marchés dans les années quatre-vingt, qui demandent une production de tissus de haute qualité, l’utilisation de fibres synthétiques et des changements technologiques rapides.

Kanpur et ses quartiers ouvriers, vue générale, 2006.

Kanpur et ses quartiers ouvriers, vue générale, 2006.

10Au delà de ces problèmes liés à une évolution nationale, la grande industrie de Kanpur se trouve en outre devoir faire face à une série de problèmes spécifiques, qui sont d’abord d’ordre institutionnel : les plus importants conflits industriels ont lieu dans la ville en l’absence de règles établies pour la négociation entre les parties concernées – empêchant ainsi toute rationalisation et modernisation concertée – et même en l’absence de procédures pour la reconnaissance réciproque de la représentativité des acteurs dans ces conflits ; de telles règles et procédures n’existent en fait pas au niveau de l’État d’Uttar Pradesh. Cela pousse donc les syndicats de Kanpur à des rapports concurrentiels entre eux : ces relations sont basées sur la surenchère à outrance des revendications afin d’attirer un soutien ouvrier en rien fidélisé pour démontrer, grâce à cet appui, la représentativité du leader face aux interlocuteurs. Cela débouche sur des relations industrielles très anarchiques, fragmentées, qui jouent sur des rapports de force et se bornent à des objectifs à très court terme, sans engager une réflexion sur les impératifs à long terme des usines textiles de Kanpur.

11La nationalisation des usines au cours des années soixante-dix, visant principalement à en sauver l’emploi menacé par les fermetures, ne résout pas ces problèmes. Elle répond plutôt au désir des entrepreneurs textiles de la ville de se défaire définitivement de leurs installations, pour réinvestir dans des branches plus rémunératrices et dans des régions économiquement plus dynamiques. C’est le cas de la plus puissante famille industrielle marwarie de la ville, les Singhania, qui a utilisé pendant trente ans ses deux unités textiles de Kanpur comme source de capitaux, immédiatement transférés à Bombay pour être réinvestis dans le ciment, la chimie, les télécommunications, jusqu’à la faillite des unités de Kanpur. Le passage des usines sous la gestion du gouvernement de Delhi les alourdira par contre d’une gestion parasitaire et bureaucratique, liée prioritairement aux exigences de la conjoncture politique. Avec la nationalisation, de surcroît, les figures de l’employeur et de l’arbitre des conflits industriels se superposent, renforçant la position de l’État comme seul vrai interlocuteur des syndicats de la ville : les luttes ouvrières se transforment en un exercice de rapprochement des leaders aux responsables ministériels de Delhi et de tissage de liens clientélaires avec ces derniers. C’est justement la gestion politique et clientélaire des relations industrielles qui a empêché le gouvernement de Delhi de procéder à la fermeture officielle et à la vente des usines de Kanpur jusqu’en 2004, alors que la production y avait été complètement arrêtée depuis plus d’une décennie et que toutes le parties concernées reconnaissaient qu’il n’y avait aucune perspective de reprise. Des 60 000 ouvriers textiles employés en ville au début des années cinquante, quand la population comptait environs 900 000 personnes, il n’y en a plus que quelques centaines en activité aujourd’hui dans une ville de près de trois millions d’habitants, alors qu’ils étaient encore 34 000 en 1989 ; le destin des grandes industries du coton a été d’ailleurs suivi aussi par la plupart des autres industries à grande échelle de Kanpur, notamment deux grandes unités de manufacture du cuir, deux de jute, une industrie de brosses, toutes affaiblies par la conjoncture économique et enfin achevées par la nouvelle politique de libéralisation économique inaugurée par le gouvernement Rao.

12Les équilibres économiques de la ville ont donc été complètement bouleversés au cours des trois dernières décennies : de plus grand centre industriel d’Uttar Pradesh, Kanpur se transforme au cours de cette période en ville dévastée par le chômage qui affaiblit aussi les activités commerciales à l’échelle locale. La pauvreté diffuse se manifeste visuellement dans le délabrement physique et la catastrophe infrastructurelle. Les seuls vestiges du passé sont les énormes bâtiments des usines textiles au nord de la ville, en brique rouge et de style britannique : en attendant que la mise sur le marché de ces terrains soit débloquée par l’État d’Uttar Pradesh, seuls des chiens et des singes les habitent. Situés tous au cœur de la ville, pourtant, ils suscitent les intérêts des constructeurs immobiliers, qui réclament avec insistance leur mise en vente et qui déclarent vouloir changer le visage de Kanpur avec la construction de quartiers résidentiels de luxe à la place des usines. Autour des usines fermées, les quartiers ouvriers ont été en partie vidés par le chômage compte tenu du montant des loyers, et repeuplés par des petits commerçants. Font exception les ahata qui, rachetés pour la plupart par la municipalité dans les années quatre-vingt – quand ils ont cessé de constituer un moyen de spéculation foncière –, ont été sommairement améliorés et laissés en usage aux ouvriers qui y habitaient, en échange d’un loyer purement symbolique : cet arrangement a donc permis aux anciens quartiers textiles de maintenir une trace de leur identité ouvrière. L’élément nouveau de la vie de ces quartiers a été, par contre, la pénétration du trafic des drogues dures contrôlé étroitement par la police locale en alliance avec les trafiquants : la proximité des quartiers situés près du Gange, d’où la drogue arrive, en fait le lieu privilégié du commerce et le centre de triage avant que la marchandise ne soit acheminée vers les nombreux consommateurs locaux aussi bien que dans d’autres secteurs de la ville.

13Après la mort de sa grande industrie, l’économie de Kanpur se replie dans les quinze dernières années sur sa vocation d’intermédiaire commerciale, due à sa position centrale par rapport aux grandes voies de communication de la région : toute marchandise a son marché spécialisé en ville, céréales, légumes, coton, papier et métaux étant vendus en gros à différents endroits des quartiers commerçants qui côtoient le Cantonment, bois et bambou à Bans Mandi au sud de la vieille ville, cuir et peaux à Jajmau, dans l’est. Très récent et encore marginal est au contraire le développement de la vente de marchandises en tout genre pour la consommation locale : les marchés qui existent se trouvent à proximité de quartiers résidentiels aisés comme Civil Lines ou Swaroop Nagar et sont liés à la présence, toujours limitée à Kanpur, d’une population à pouvoir d’achat élevé. Parallèlement aux commerces, Kanpur a aussi assisté au développement spontané, après l’Indépendance, de la petite et moyenne entreprise, fondée sur la transformation des produits alimentaires de la région en transit à Kanpur, et développée au début des années soixante-dix autour de la mécanique et chimie légères et du cuir. Ces industries, au début presque exclusivement aux mains d’entrepreneurs d’origine panjabie venus du Pakistan après la Partition, attirent successivement les investissements des autres communautés de la ville, la florissante branche du cuir restant solidement aux mains des musulmans. Leur apparition provoque un déplacement du dynamisme économique des quartiers textiles du nord vers les quartiers du sud-ouest, à côté de la gare et des grandes routes régionales, désormais intégrées dans le tissu urbain en expansion : le trafic routier, qui depuis les années soixante-dix se substitue au chemin de fer dans le transport des matières premières, structure l’expansion de Faizalganj, Factory Area et Govind Nagar, où, à partir des années quarante, commencent à s’implanter des petites industries alimentaires, puis métallurgiques et électriques, alors que d’autres unités y produisent peintures, gommes et équipements pour les transports. Ces nouveaux quartiers industriels offrent durant la première décennie l’avantage d’un prix des terrains plus bas que dans le reste de la ville et attirent donc tout type d’établissement qui s’implante de façon non planifiée au bord des grandes routes : se créent ainsi de nouvelles zones de congestion, rapidement englobées par le tissu urbain et ensuite entourées de nouvelles zones résidentielles. Différent est par contre le cas des nombreuses tanneries que la municipalité, en raison de leur caractère fortement polluant, a forcées à se concentrer dans la zone de Jajmau, à l’extrême est de la ville. Plus récent est enfin le développement des nouvelles zones industrielles planifiées par le gouvernement d’Uttar Pradesh qui se trouvent dans les zones de Panki et de Dadanagar, à la périphérie de Kanpur, où des petites unités produisent des articles non traditionnels comme boissons fraîches, glaces, vernis, outils agricoles et engrais. Elles sont regroupées en espaces planifiés, reliées par un plan de viabilité bien défini, dotées en principe de facilitations infrastructurelles, assistance financière et technique, mais on y souffre aussi d’une très forte pollution et bien souvent du manque d’espace.

14Toutes ces petites et moyennes industries semblent être gérées aujourd’hui de façon spéculative : elles créent en effet, toutes branches confondues, une valeur ajoutée beaucoup plus élevée que celle obtenue dans la grande industrie ; la part destinée aux salaires se trouve pourtant réduite environ de moitié, la productivité du travail y est plutôt faible, alors que les retours par rapport au capital investi y sont de beaucoup supérieurs à ceux des grandes usines de la ville. Elles produisent le plus souvent des articles de moindre qualité et tirent profit de l’abondance de matières premières de toute sorte dans une ville commerçante, mais surtout du faible coût de la main-d’œuvre. Partielle exception à ce schéma est la branche du cuir qui, après une profonde modernisation à la fin des années soixante-dix, produit aujourd’hui selon les standards du marché européen, vers lequel elle exporte la totalité de sa production ; c’est compte tenu du développement de cette branche que le gouvernement d’Uttar Pradesh a planifié la création d’une Spécial Economie Zone (SEZ) à Kanpur, projet qui reste entièrement à réaliser. Entre temps, plus de la moitié des travailleurs des petites usines de la branche du cuir, pour la plupart des musulmans d’origine rurale, travaillent à domicile et sont payés à la tâche par des intermédiaires. Les autres branches sont généralement orientées à la consommation locale et entretiennent des liens très faibles avec la grande et moyenne entreprise, en particulier dans le cas du cuir et du textile, où les deux circuits semblent complètement séparés. Différente est la situation dans les usines électriques et métallurgiques, qui dirigent environ un quart de leurs achats ou ventes vers la grande industrie, sans pour autant en être dépendantes. Dans la plupart de ces usines, l’embauche suit des lignes de caste : le travail est donné si possible à un homme de sa communauté à titre de faveur dans une situation de pénurie d’emploi, mais aussi à un travailleur d’une caste plus basse pour que la hiérarchie de caste renforce le contrôle sur le travail.

  • 9 En 1981, la grande industrie textile de Kanpur employait 39 000 travailleurs, alors que la (...)
  • 10 Les salaires dans la petite industrie sont en moyenne trois fois plus bas que dans les gra (...)
  • 11 Le droit du travail est en fait extrêmement réduit dans les petites industries employant m (...)

15On observe pourtant que l’emploi créé par l’ensemble de ces petites usines est plus réduit que celui fourni par la production textile d’autrefois9, offre des salaires plus bas10 et surtout ne donne généralement aucune garantie de stabilité aux travailleurs : si les ouvriers du textile étaient pratiquement non licenciables et bénéficiaient de jours fériés, congés payés, d’une assistance sanitaire de base et parfois du logement, les employés des petites unités sont embauchés généralement sur la base d’un contrat oral qui les autorise à rester tant qu’il y aura du travail11. Les anciens ouvriers du textile, de plus, ne sont qu’occasionnellement employés dans ces petites industries qui semblent préférer, même pour les tâches non qualifiées, une main-d’œuvre plus jeune, d’origine rurale et dépourvue de l’expérience du syndicalisme ouvrier. Le rôle de Kanpur comme point d’attraction des migrants des districts environnants ne s’épuise donc pas avec la mort des usines textiles : une grande quantité de migrants sont encore recrutés en ville individuellement ou à travers des intermédiaires, et employés par les industries de la ville aussi bien que par les agences de la municipalité.

  • 12 Le salaire d’un travailleur qualifié du textile en 2001 tournait autour des 2000 Rs. par m (...)
  • 13 Ils ont accepté le Voluntary Retirement Scheme, un accord qui propose aux ouvriers une som (...)
  • 14 Il est très difficile d’estimer le nombre de personnes qui travaillent dans ces conditions (...)
  • 15 Ces communautés (« dalit » est le nom que se donnent les castes intouchables) gardent géné (...)

16L’hypothèse d’une substitution des emplois perdus dans la grande industrie par ceux qui se créent depuis une trentaine d’années dans les petites unités se trouve une fois de plus ainsi démentie, dans le cas de Kanpur. Le sort des anciens ouvriers aujourd’hui semble beaucoup plus complexe et parfois, malheureusement, dramatique. La fraction de ceux d’entre eux qui étaient encore régulièrement employés au moment de l’arrêt définitif de la production au début des années quatre-vingt-dix – environ 13 000 – est restée encore officiellement embauchée ; ils se sont rendus tous les jours à l’usine pour apposer leur signature aux horaires d’entrée et de sortie pour une autre décennie. En dépit de leur inactivité, ils ont perçu encore leurs salaires – ceux-ci pouvant être désormais considérés comme une indemnité de chômage. Ces rétributions étaient pourtant fortement dévaluées12, constamment en retard et lourdement menacées, le Gouvernement de Delhi déclarant périodiquement vouloir fermer officiellement les usines et ainsi supprimer les salaires, ce qui s’est produit entre 2001 et 2004, quand la majorité des ouvriers a été obligée de partir à la retraite avec des indemnités13. Ces ouvriers ont donc été contraints, comme les autres, de chercher d’abord des sources de revenu complémentaires à un salaire de plus en plus incertain, et après une solution temporaire. Les travailleurs licenciés au moment de l’arrêt de la production en 1992 ont perçu, eux aussi, une indemnité au moment du licenciement, qu’ils ont utilisée généralement pour les nécessités quotidiennes de leurs familles pendant trois, quatre, six ans, selon les situations ; rares sont les cas d’anciens ouvriers qui ont investi ces sommes pour démarrer une petite activité indépendante, car ils estiment en général ne pas avoir l’expérience nécessaire pour la gérer. Une fois l’indemnité dépensée, ils se sont donc trouvés dans la condition de tout autre chômeur de la ville : ceux qui conservaient un lopin suffisant de terre au village – en Uttar Pradesh, c’est le cas le plus souvent des hautes castes ou de celles intermédiaires – y sont retournés. Il arrive aussi que les femmes et les enfants soient renvoyés au village mais si le loyer n’est pas cher, comme c’est le cas dans les ahata, un homme reste à Kanpur pour occuper la maison. Il se nourrit alors des produits qu’il rapporte régulièrement du village, les campagnes soutenant désormais une partie considérable de la population urbaine. Les familles qui restent de façon stable en ville sont au contraire celles qui ne gardent aucune propriété ou lien avec le village d’origine qu’elles ont laissé souvent depuis deux ou trois générations : ces gens se rabattent aujourd’hui sur de petites occupations précaires14, comme la vente de thé, de fruits ou de légumes, le travail à la journée pour les grandes usines qui restent encore en ville ou pour la municipalité, les rikshaws, la construction, le triage et pesage de matériaux, l’emballage ou la confection destinés aux magasins de la ville. Dans ces contextes les rôles productifs en sortent souvent brouillés, les travailleurs à la tâche étant souvent isolés et perçus comme des sous-traitants indépendants, alors que leur situation ressemble plus, dans les faits, à celle de salariés. Dans les quartiers ouvriers du nord, spécialement ceux habités par des dalit et des musulmans15, les femmes et les enfants sont mobilisés et toute maison devient un lieu de travail ; à l’intérieur de ces maisons les signes extérieurs de l’ancienne, quoique modeste, stabilité, comme un vélo, une radio, une machine à coudre accompagnent désormais ceux de la nouvelle précarité, comme le thé noir et, surtout, la pauvreté de l’alimentation. Les chômeurs du textile prenant de l’âge, ils comptent souvent sur le travail de leurs enfants plus grands qui, ayant abandonné l’école au moment du licenciement du père, ne peuvent se faire employer que comme main-d’œuvre non qualifiée. La désindustrialisation s’est donc traduite à Kanpur en même temps par un chômage officiellement rémunéré et par l’informalisation la plus dure et la plus précaire du travail, cette dernière étant reportée en partie sur la génération suivante. Le rêve d’une génération d’ouvriers de faire accéder leurs enfants à un niveau de vie de classe moyenne est ainsi brisé, en voyant ces derniers retourner à l’insécurité de leurs grands-parents.

PRÉCARISATION DE L’EMPLOI ET ÉVOLUTION DU LEADERSHIP POLITIQUE

17La précarisation de l’emploi de la plus vaste catégorie de travailleurs de Kanpur, qui se poursuit depuis plus de trente ans, a pourtant eu aussi des retombées plus larges que celles que l’on vient de mentionner : autour du statut du travail se créent en fait des relations complexes contenant intrinsèquement des rapports de pouvoir et générant directement des équilibres politiques. En présentant ici certaines des conséquences politiques des processus de précarisation décrits plus haut, on verra aussi comment Kanpur exprime, en tant que ville industrielle avant, et en tant que ville désindustrialisée après, une identité politique spécifique, à travers laquelle elle semble filtrer les tendances politiques provenant de la scène nationale.

18Je propose d’examiner de quelle façon les équilibres de pouvoir générés en ville par les usines avant, et par leur absence après, ont exercé une influence sur le type de leadership politique exprimé par la ville.

19Les conflits du travail dans les usines textiles de Kanpur étaient gérés par le gouvernement d’Uttar Pradesh et, après la nationalisation des usines, de Delhi. C’est donc surtout à ces deux niveaux que les ouvriers ont exprimé un leadership. Il sera utile de jeter un regard sur le profil des élus de Kanpur aux parlements de Lucknow mais surtout de Delhi pour la période située entre l’Indépendance et la première moitié des années soixante-dix, jusqu’à ce que les licenciements dans le textile aient commencé à se faire massifs et le déclin à apparaître comme évident. Dans cette période, Kanpur exprimait une polarisation anticongressiste inhabituelle pour l’époque et une identité politique tendanciellement de gauche, surtout dans les élections au Parlement national, où cinq fois sur sept le siège a été gagné par des candidats communistes ou socialistes. Ce que les élus de Kanpur avaient de toute façon en commun, au delà des appartenances politiques, c’était un fort engagement dans le mouvement syndical, qui leur servait de tremplin pour l’activité politique au sens strict. Syndicalistes à plein temps, de haute caste et provenant de la classe moyenne éduquée, ces hommes arrivaient au scrutin en faisant appel principalement au vote des ouvriers : ils centraient leur programme autour de l’opposition à la rationalisation ou à la fermeture des industries textiles, organisaient leurs meetings électoraux devant les usines aux heures de sortie des ouvriers, sillonnaient les quartiers de ces derniers qui devenaient leurs réservoirs de votes et utilisaient les réseaux d’activistes de leurs syndicats comme main-d’œuvre pendant la campagne. Leurs réseaux de soutien politique étaient donc homogènes par rôle productif ; on remarque par contre qu’une forte domination de caste s’exprimait, en deçà du discours officiel, dans ces cercles, le leadership étant fermement dans les mains des hautes castes et spécialement des brahmanes, au sommet aussi bien qu’aux échelons intermédiaires. Il faut également remarquer que, une fois considérée la position d’arbitre tout-puissant de l’État dans les conflits industriels et l’absence de règles pour la solution de ces derniers, le soutien que les ouvriers offraient à leurs leaders syndicaux pendant les élections ne visait pas forcément à ce que ces derniers fassent avancer le conflit de classe au Parlement, mais plutôt à ce qu’ils acquièrent un poids politique et une capacité d’influence sur le ministère mobilisable lors des conflits et qu’ils lient des relations clientélaires avec le personnel politique et administratif d’influence.

20La structuration des conflits industriels dans un rapport clientéliste à l’État, dans lequel le succès dépendait de la proximité des parties en lutte par rapport au pouvoir politique et non de leur capacité à s’opposer à ce dernier, a donc impliqué pour le champ politique de la ville qu’il ne se soit jamais vraiment organisé selon un schéma de classe, malgré la rhétorique affichée par les leaders ; élus davantage en tant que médiateurs plutôt qu’agitateurs, les leaders syndicaux recevaient donc aussi le soutien de la classe moyenne éduquée, de très nombreux employés des banques de la ville et de travailleurs externes au textile. Finalement, un leader syndical avec des contraintes politiques était plus une garantie de contrôle sur les ouvriers qu’une menace pour la paix sociale.

21À partir des années quatre-vingt, en revanche, les réseaux politico-syndicaux se sont progressivement taris : la ressource rare autour de laquelle s’assemblait le soutien des ouvriers – la satisfaction des revendications et des promesses liées au travail – est devenue hors d’atteinte, marginalisant ainsi politiquement ces leaders. Ce sont les représentants du petit et moyen entrepreneuriat et du commerce qui prennent au contraire le dessus dans la compétition politique à Kanpur, accompagnant ainsi le déplacement du dynamisme économique de la ville de la grande à la petite industrie au cours des années soixante-dix : parmi ces élus on trouve désormais des commerçants du tissu, des céréales ou bien le propriétaire d’une moyenne entreprise métallurgique. Appartenant aux milieux aisés parmi les hautes castes ou, de plus en plus souvent, les castes commerçantes, ces hommes lient leur décision de se porter candidat pour le poste convoité de parlementaire au relatif succès de leur activité, en vue de financer au moins en partie la campagne électorale. C’est là un élément désormais décisif pour obtenir la candidature au sein de tous les partis, qui sont devenus de moins en moins aptes à présenter un candidat dépourvu de ressources personnelles, les campagnes coûtant de plus en plus cher.

22L’investissement n’est pourtant pas perdu si le candidat est élu, l’activité politique étant susceptible de rapporter de grandes quantités d’argent, suffisantes à amortir largement les dépenses de la campagne : la position de parlementaire donne en fait accès à des contacts et à des réseaux pour la mobilisation desquels on peut exiger une contrepartie. Donc, derrière une candidature, à côté de la motivation idéologique et du prestige personnel, on trouve aussi un calcul économique qui repose, dans le cas de ces élus-entrepreneurs, sur la convertibilité du capital économique en capital politique et vice versa, et sur la possibilité d’utiliser les deux comme facteurs d’accumulation complémentaires.

23À Kanpur les élus-entrepreneurs au Parlement national comme à celui d’Uttar Pradesh appartiennent au Congrès pendant les années quatre-vingt, au BJP dans la décennie suivante, avec un regain d’élus congressistes après 1999 et jusqu’en 2004. Les réseaux de soutien de tous ces hommes politiques ne semblent pourtant pas très différents les uns des autres : les candidats n’entretiennent en général aucun lien clientéliste ou personnel avec la masse de leurs électeurs, d’autant qu’ils viennent du monde de la petite entreprise et du commerce, et ont souvent une expérience politique et militante assez limitée derrière eux. Ils ont pourtant un cercle – aux frontières fluctuantes – de clients, personnels ou liés à leur parti, qui sont à leur tour des leaders locaux : ces derniers contrôlent des petites banques de votes à l’intérieur de leur caste ou communauté et les échangent contre l’assurance du candidat de mettre à disposition du leader local son poids politique pour la résolution de tout genre de problèmes dans le quartier de ce dernier. La logique d’une alliance verticale de ce type, qui mobilise des liens de caste au niveau local, n’a pas forcément de contenu idéologique, la mobilisation de la caste en tant que sujet politique étant souhaitée par certains leaders et partis, et non par d’autres. Elle appartient plutôt à la sphère de la pratique politique : après le tarissement des réseaux syndicaux et la fragmentation des communautés ouvrières, la seule institution qui soit capable d’exprimer un leadership au niveau local – c’est-à-dire un pont vers les électeurs – semble être la caste. Les alliances verticales entre candidats et leaders locaux de caste sont parfois fidèles et durables, le plus souvent pourtant très instables, volatiles et en perpétuelle recomposition ; ce lien est assez souvent tissé de promesses trahies, surtout de la part du candidat, et de glissements rapides d’un candidat à l’autre de la part du leader local.

24Ainsi, par rapport à l’époque de prospérité des grandes usines, on a assisté à une inversion des facteurs qui structurent les réseaux politiques de la ville : si les réseaux syndicaux étaient homogènes de par leur rôle productif et hiérarchisés du point de vue de la caste, les réseaux des nouveaux entrepreneurs-politiciens sont au contraire généralement plutôt homogènes du point de vue de la caste, mais peuvent comprendre dans leur sein des employeurs aussi bien que leurs employés, des intermédiaires d’embauche ou des travailleurs à la tâche, qui – on le verra plus loin – n’ont pas le même poids politique à l’intérieur du réseau. Les ouvriers, désormais dépourvus de leurs référents politiques, sont donc obligés de se placer sous la tutelle d’hommes politiques appartenant au milieu de leurs nouveaux employeurs.

25La trajectoire politique et le type de leadership exprimé à Kanpur semblent donc s’aligner désormais sur les tendances nationales façonnées par les équilibres de caste, perdant ainsi leur spécificité liée à l’identité industrielle de la ville. Reste à savoir quel est le sens donné localement à cet alignement et dans quelle mesure il est lui-même le fruit de la transformation des rôles productifs au sein de la ville.

26Pour ce faire il sera utile d’observer la façon dont est perçue l’évolution politique de la ville par les anciens ouvriers du textile – qui sont d’ailleurs les protagonistes, malgré eux, des évolutions décrites – et sur quelles lignes s’organisent les pratiques politiques mises en place par ces derniers dans le nouveau contexte.

L’INSERTION DES CHÔMEURS DANS LES RÉSEAUX POLITIQUES URBAINS

  • 16 Traditionnellement, des laitiers.
  • 17 Traditionnellement, des balayeurs ou éboueurs.

27Le chômage a une forte incidence sur le mode d’insertion sociale ; en témoigne la façon dont ces ouvriers sont passés des anciens réseaux syndicaux aux nouveaux réseaux de caste : à partir des années quatre-vingt, quand les licenciements deviennent massifs, les différentes appartenances de caste, déjà centrales dans la vie des ouvriers, commencent à se traduire aussi en différentes alternatives économiques, notamment en parcours de reconversion spécifiques après le licenciement. On a déjà noté que les ouvriers de haute caste ont souvent un lopin de terre au village sur lequel « se refaire ». Les anciens ouvriers de caste Yadav16, eux, ont souvent repris après le licenciement leur activité traditionnelle, transformant leurs fractions de quartiers en sortes d’immenses étables. Les ouvriers Balmiki tentent de se faire réemployer comme balayeurs dans les familles aisées de Civil Lines ou de Cantonment, les anciens quartiers anglais où s’isole désormais la haute bourgeoisie de Kanpur. Ce sont par contre les travailleurs musulmans ou hindous de basse caste, installés en ville comme ouvriers depuis plusieurs générations, qui ont le plus de difficultés à s’adapter au nouveau contexte. Un ancien ouvrier Chamar17 au chômage explique :

  • 18 Entretien à Naraian Darji ka ahata, décembre 1999.

Nous, par exemple, on est en ville et on n’a aucun moyen de subsistance. Notre moyen était le travail. On a pas de racines, pas de terre, pas de fermes. On est des ouvriers, donc on n’a même pas les compétences pour faire du business. Les gens de haute caste, au contraire, restent en contact avec le village, et là-bas ils font de l’agriculture. Nous, la famille qu’on a au village ce sont des dalit et ils n’ont aucune terre ni propriété, donc leur situation est pareille à la nôtre.18

28La communauté de naissance assume donc un rôle central comme facteur de reconversion après le licenciement et, les réseaux syndicaux étant désormais taris, les anciens ouvriers des quartiers textiles se rapprochent de plus en plus souvent de leurs respectifs leaders locaux de caste ou de communauté. Ces leaders, qu’on a vu liés aux hommes politiques les plus influents de la ville, sont reconnus comme tels par une partie ou tous les membres de leur caste à l’intérieur de leur quartier et souvent aussi dans certains quartiers voisins : ils sont donc liés à un territoire assez précis et défini par la présence de membres connus de la caste, la dimension spatiale et l’appartenance de caste s’entrecroisant ainsi pour définir leur zone d’influence. Certaines zones de la ville ont d’ailleurs une identité de caste ou de communauté plutôt marquée : fortes proportions de castes intouchables, surtout des Chamar, vivent à proximité des zones industrielles, au nord comme au sud, mais elles logent aussi dans de nombreuses poches des quartiers congestionnés du vieux centre ; ici, elles se trouvent souvent entourées par de fortes communautés musulmanes, la densité de ces dernières atteignant 80 % dans une quinzaine de quartiers, surtout vers Chamanganj, Beconganj, Nay Sarak et Bakar Mandi. Dans d’autres zones centrales on trouve aussi des endroits fortement peuplés par les hautes castes, en particulier les secteurs commerçants de P. Road. Le vieux centre dans son ensemble est encerclé par des quartiers hindous ; plus au sud, au delà de la ligne ferroviaire, encore des quartiers à haute densité musulmane, en particulier Babu Purwa, Begam Purwa, Chandmari, alors que les réfugiés hindous-punjabis de la Partition se concentrent dans la zone de sud-ouest de Govindnagar. Ainsi dans toutes ces zones, le leader de quartier est aussi leader de caste et vice versa, les deux identités se renforçant réciproquement.

29Rejoignant pourtant ces réseaux, les anciens ouvriers s’insèrent dans des nouveaux rapports de pouvoir, liés cette fois non à leur condition d’ouvriers mais à celle de chômeurs ou de travailleurs informels. Désormais, au niveau de tous les quartiers de la ville, les réseaux de caste fonctionnent en fait autour d’échanges internes entre détenteurs de positions économiques, administratives et politiques d’une quelque importance : petits et moyens fonctionnaires appartenant à la caste du leader local s’adressent en fait à ce dernier pour que, grâce à ses contacts politiques haut placés, il les mette en communication avec ceux qui, à l’extérieur du quartier, pourront les aider pour un transfert ou une promotion ; le moment venu, ces fonctionnaires accepteront en échange de faciliter les pratiques des clients du leader local, aussi bien que de le financer. Ce dernier peut dépendre également d’entrepreneurs et de commerçants, s’il y en a à l’intérieur de la section de caste qu’il contrôle, pour le financement de son organisation ; il les aidera, en échange, à résoudre leurs problèmes administratifs ou judiciaires grâce aux contacts bâtis auprès des fonctionnaires. Le leader local de caste s’occupe donc de mettre en contact ses clients avec les lieux de pouvoir de la ville, où il entretient de vastes connaissances et où il passe d’ailleurs une grande partie de son temps, que ce soit les bureaux de la mairie, les cours, les postes de police ou les maisons des tout-puissants parlementaires de Kanpur. L’économie de ces circuits marginalise pourtant des ouvriers sans pouvoir d’achat ou d’influence, qui n’ont rien à offrir si ce n’est leur participation sur commande aux manifestations organisées par le leader ou leur disponibilité à accomplir des tâches logistiques banales.

30La plupart de ces leaders, de surcroît, se mobilisent souvent autour des intérêts de la classe moyenne interne à la caste, ces fonctionnaires dont on parlait, en particulier pro ou contre la question des réservations de postes à l’université ou dans l’administration en faveur des basses castes : cette même question est pourtant vide de sens aux yeux des anciens ouvriers, leurs enfants ayant quitté l’école trop tôt pour espérer obtenir un poste dans l’administration, qu’il soit réservé ou pas. Donc, sur le moyen et le long terme, les enjeux de ces réseaux ne les concernent pas, ce qui, encore, contribue à les situer en marge de ces derniers.

31Si les anciens ouvriers se rapprochent de ces réseaux qui les placent en position subordonnée, c’est donc pour obtenir des avantages à court terme, suivant des motivations indépendantes de la logique du réseau lui-même et qui sont suscitées par leur condition de chômeurs. La perte la plus lourdement ressentie que le licenciement ait entraînée est celle de la stabilité économique et de la protection contre les imprévus : se rapprocher des leaders locaux de caste, cela a donc pour but de s’assurer un point d’appui, un soutien auprès duquel demander de l’aide en cas de besoin (de toute sorte) : un sac de riz ou l’introduction chez un médecin en cas de maladie. Les plus assidus intensifient leur participation politique en corrélation avec les mariages de leurs filles, étant souvent entendu que le leader local les aidera à payer la dote ; ces réseaux satisfont donc partiellement aux nécessités autrefois couvertes par l’emploi statutaire à l’usine. Les limites de ce type d’action sont pourtant ressenties par les ouvriers, auxquels un passé de syndicaliste confère une vision critique des équilibres politiques dans lesquels ils se retrouvent à présent. Un ancien militant communiste aujourd’hui membre d’une association de caste Chamar remarque :

  • 19 Entretien à Naraian Das, décembre 1999.

Aujourd’hui il n’y a aucun programme solide pour les jeunes de vingt ans. Le boulot de D. [nom de l’association] est de résoudre les problèmes individuels. Il n’y a aucun travail collectif. Ils travaillent pour une seule personne à la fois, pas pour la société. Parce que pour travailler pour toute la société il faudrait lutter. Et pour lutter contre le gouvernement il faudrait aussi aller en prison, se faire tabasser et souffrir pas mal. Donc eux ils travaillent pour un seul, pas pour la collectivité.19

  • 20 Communist Party of India (Marxist).
  • 21 Le terme veut dire simplement bidonville, mais dans le langage bureaucratique il indique u (...)

32Une différence importante par rapport aux circuits syndicaux est qu’aucune médiation concernant les nouvelles relations de travail dans la petite industrie, pour eux-mêmes ou pour leurs enfants, n’est désormais demandée par les anciens ouvriers aux nouveaux leaders : ces relations de travail sont désormais à tel point fondées sur un rapport de force que les conflits semblent être résolus directement par le licenciement, ou par la fuite de l’employé, toute forme de médiation paraissant déplacée. Le travail étant sorti du champ de ce qui est négociable auprès de l’État et de l’administration, les enjeux qui sont soulevés dans la relation entre les anciens travailleurs et les leaders des nouveaux réseaux se déplacent surtout vers la gestion de l’espace urbain. Autour de cette dernière, d’ailleurs, s’organise souvent le passage des communautés ouvrières des réseaux syndicaux à ceux de la caste : un cas paradigmatique est celui de Naraian Darji Ka Ahata, un pâté de maisons situé dans les anciens quartiers ouvriers de Gwaltoli, au nord de la ville. Ce ahata, habité par une population entièrement dalit et où sévit aujourd’hui un chômage quasi total après les licenciements dans le textile, était dans les années soixante-dix un des bastions du CPM20 et de son syndicat, le CITU ; les leaders s’y rendaient régulièrement et tous les habitants se déclaraient pakka komred, des vrais camarades. En 1982 la municipalité de Kanpur voulait revendre le terrain, situé dans une zone très centrale, en court-circuitant les droits de propriété de la famille qui le possédait – et le louait – depuis le début du siècle. C’est au cours de cette dispute qu’une association dalit, qui avait déjà quelques-uns des siens dans le ahata, s’inséra : le leader de l’association en question mobilisa ses contacts dans l’administration de la municipalité et obtint que le terrain soit déclaré malin basti21. C’était l’époque où plusieurs autres ahata du quartier furent rasés et remplacés par des nouveaux bâtiments plus rentables pour la municipalité, les ouvriers étant expulsés vers des quartiers périphériques. Les habitants de Naraian Darji considérèrent donc que le ahata avait été sauvé par le leader dalit : c’est à partir de ce moment que la population du ahata quitta graduellement les réseaux communistes et commença à prendre part aux activités du leader dalit en question, en devenant l’un des bastions de son soutien. D’ailleurs, quand plus tard la municipalité voulut utiliser le parc au centre du ahata pour y construire un bâtiment, les ouvriers y placèrent une petite statue dorée du Bouddha, symbole de l’orgueil dalit : cette statue semble avoir empêché jusqu’à ce jour la destruction du parc et confère une identité militante à un quartier ravagé par la misère.

Bidonville de Gwaltoli, 2006.

Bidonville de Gwaltoli, 2006.
  • 22 Communist Party of India (Marxist-Leninist).

33Dans le sud-ouest de la ville la situation suit un schéma semblable : Laxmi Ratan Colony est habité surtout par des ouvriers de haute caste au chômage, pour la plupart, mais dont la situation n’est pas désespérée, tous possédant un petit lopin de terre au village ou un petit business en ville. Depuis 1979 le leader de ce quartier est Hari Singh, un ancien ouvrier du textile, syndicaliste actif et leader du CPI(ML)22 de Kanpur. Le quartier avait toujours été derrière lui, mais il est récemment passé à 80 % dans les rangs du leader local du BJP. Hari Singh explique :

  • 23 Entretien avec Hari Singh, février 1999.

À travers les agences du gouvernement [d’Uttar Pradesh] il [= le leader BJP] nous fournit le nettoyage, la canalisation, l’eau sous prétexte d’équiper le quartier. Mais cela a une influence sur les cerveaux. Il fait faire tous ces travaux, mais cet équipement qu’il met en place, c’était nous qui étions en train de le faire faire, le canal c’est nous qui l’avons fait. Tout ça c’est une tricherie. Ici, c’est surtout un quartier de travailleurs et de communistes et ça c’est du lavage de cerveaux, de la tricherie.23

34Mais la montée des leaders locaux de caste dans les quartiers ouvriers de Kanpur est liée aussi à une autre évolution de ces derniers : à l’époque des usines, la responsabilité de prendre des décisions au niveau local en cas de conflit de toute sorte reposait, surtout dans les ahata homogènes par caste, sur un conseil d’anciens interne au ahata même, comme l’explique un ancien ouvrier :

  • 24 Entretien avec Ram Khilawan, octobre 1999.

Il y avait un comité formé par nous-mêmes qui prenait les décisions à l’intérieur du ahata. C’était un comité à caractère social, formé par les anciens. Il calmait les disputes et prenait les décisions. Il n’y avait rien par écrit, c’était comme ça, quand il y avait une affaire il appelait tout le monde et indiquait la solution. Mais depuis quelque temps ce n’est plus comme ça : personne n’écoute plus les autres. Si il y a un problème entre deux personnes, on a beau leur expliquer, ils ne vont pas comprendre et ils vont plutôt aller en justice. Les jeunes d’aujourd’hui jouent aux cartes, boivent de l’alcool et prennent de la drogue et si on leur interdit ils ne t’écoutent pas. La raison est qu’ici il n’y a pas de boulot. Toutes les usines sont en train de fermer petit à petit. Dans le public non plus, il n’y a pas d’emploi. Les jeunes traînent dehors et commencent à faire toutes ces bêtises. Sil y avait du travail à l’usine et s’ils bossaient, ils n’auraient pas d’occasions pour rester sans rien faire et faire n’importe quoi et ils ne feraient pas de bêtises24

35Le chômage fait donc exploser les institutions communautaires locales dans les quartiers ouvriers du nord, où les familles désagrégées, la violence et les conflits liés à l’argent sont pourtant le lot commun. Si le recours aux tribunaux devient par conséquent de plus en plus fréquent – le règlement des conflits locaux n’étant plus assurée –, le fonctionnement de ces instances veut que, dans la pratique, il soit indispensable de s’y présenter accompagné par un leader politique : celui-ci est censé faire peser ses contacts et son poids politique auprès du tribunal et de l’administration en faveur de son protégé, en mettant à profit ses liens avec les fonctionnaires de sa caste et en réaffirmant aussi son rôle de médiateur incontournable dans toute relation des ouvriers à l’État.

36Le passage des ouvriers des réseaux syndicaux à ceux de caste répond enfin à l’exigence de plus en plus ressentie parmi eux, et surtout parmi ceux de basse caste, de se soustraire à la domination des hautes castes qui encadraient implicitement les rapports syndicaux à l’usine. Dans un contexte qui, de surcroît, était plus proche des relations clientélaires que du conflit de classe, la relation entre les ouvriers et leurs leaders politico-syndicaux de haute caste était d’une extrême distance et plus proche de la relation garib (pauvre)/babu (fonctionnaire) que de la relation représentant/representé : lors des nombreux meetings devant les usines qui rythmaient la vie des quartiers ouvriers, toutes les marques de la domination et de la soumission étaient exhibées, les leaders arrivant en voiture, bien habillés, recevant des guirlandes de fleurs, employant des mots anglais incompréhensibles et suggérant, pendant leurs discours, la vastitude de leurs contacts influents ; les ouvriers, accroupis par terre, écoutant sans intérêt mais applaudissant énormément et s’approchant, craintifs, du leader à la fin du meeting pour lui exposer un problème personnel à résoudre. Ce qui reste des anciens réseaux syndicaux continue à être dans son ensemble solidement aux mains des hautes castes jusqu’à ce jour : cela a fait fuir un grand nombre de militants de basse caste et préparé ainsi le terrain pour l’affirmation de leurs nouveaux leaders.

37Le glissement des ouvriers des réseaux syndicaux à ceux de caste ne s’opère donc pas corrélativement à une évolution de leur conscience politique, laquelle n’est paradoxalement pas interrogée par la pratique politique courante ; il a lieu surtout en relation et en réaction à l’ensemble des rapports de pouvoir qui s’étaient créés autour du statut stable du travail à l’usine « avant », et à la précarité impliquée par le passage au chômage ou à l’informalité aujourd’hui.

38Toutefois, comme on l’a vu, le fonctionnement des réseaux politiques de caste et la forme des rapports de pouvoir qu’ils mettent en place ne satisfont pas les attentes des anciens ouvriers, leur condition de chômeurs n’étant pas placée au centre d’un projet politique. À cela s’ajoute le fait que, depuis que le poids politique des ouvriers a commencé à décliner en ville, les quartiers du nord sont de moins en moins l’objet d’interventions sociales ou politiques et de plus en plus abandonnés à eux-mêmes : la plupart des ONG et les associations charitables, par exemple, évitent tout contact avec les anciens quartiers ouvriers, en les considérant comme habités par des pauvres, trop indociles à cause de leur passé dans les syndicats. Au contraire les ONG, plus militantes, souvent mises en place par des anciens syndicalistes, font partir la réflexion sur leur rôle dans la ville précisément de l’observation de l’affaiblissement des syndicats ; elles estiment en fait que la raison du déclin de ces derniers a été de ne pas avoir su prendre en charge la vie des ouvriers en dehors des grilles de l’usine, et que le rôle des ONG est donc de s’occuper des conditions de logement, de l’éducation et de la santé des travailleurs. Ces organisations considèrent, encore, que les syndicats traditionnels ont laissé un vide à combler auprès des travailleurs informels du sud de la ville ; elles font donc aujourd’hui de ces quartiers leur priorité, laissant elles aussi les anciennes zones ouvrières en dehors de leur champ d’action. Ce choix est d’ailleurs fortement influencé par les orientations du DUDA (District Urban Development Authority), une agence du gouvernement d’Uttar Pradesh qui, à travers la médiation de la municipalité, sous-traite les projets de développement urbain via une quinzaine d’ONG en ville et gère les financements qui leur sont destinés : le DUDA et la municipalité depuis le début des années quatre-vingt-dix préfèrent eux aussi concentrer leurs programmes de micro-crédit, scolarisation ou développement communautaire dans les bidonvilles au sud de Kanpur, où logent des travailleurs informels dont la misère est peut être plus visible, mais pas forcement plus profonde que celle des chômeurs du textile. Enfin, cette orientation est adoptée même par les organisation nationalistes hindoues comme le RSS et le Bajrang Dal, qui concentrent leurs efforts sur le centre et le sud de la ville, considérant les quartiers du nord comme encore excessivement encadrés par les réseaux syndicaux. Ainsi, dans ce contexte, du fait que le champ politique urbain ne tourne désormais plus autour des ouvriers, même les institutions qui travaillent aux marges de ce dernier ne les incluent plus dans leurs projets ; il s’ensuit que les quartiers du textile sont finalement parcourus par une profonde désillusion par rapport à la capacité de quelque leader que ce soit d’améliorer la stabilité de leur situation présente. Il en résulte que le déclin des usines textiles et le tarissement des réseaux politico-syndicaux a impliqué, pour les anciens ouvriers, la perte d’un canal d’accès institutionnalisé et exclusif – quoique strictement hiérarchisé – au politique ; ce qui s’est traduit pour eux par un manque ressenti de leadership et une dépossession partielle de l’accès au politique. Cette dépossession est liée directement, par le discours des ouvriers, à la perte du travail à l’usine et est perçue – dans une ville où tout s’obtient en raison de sa proximité à une source de pouvoir – comme un manque aussi criant que celui d’un travail stable.

* *
*

39Le chemin de désindustrialisation et de précarisation du travail parcouru par la ville de Kanpur révèle à quelle profondeur ces processus peuvent changer le visage d’une ville au plan non seulement économique, mais aussi politique et en termes de gestion des espaces urbains. Cela interroge l’approche des planificateurs indiens qui proposent de réorienter les chômeurs de la grande industrie vers les petites usines et le secteur informel, dans une perspective de quasi-interchangeabilité et en excluant de l’analyse les conséquences extra-économiques à moyen et long terme. Le cas de Kanpur prouve au contraire que la fermeture des usines a impliqué une forte baisse de revenus et la perte de la stabilité économique pour la plupart des travailleurs concernés, outre évidemment un parcours de souffrance personnelle ; elle a de plus été le moteur de la transformation des espaces urbains et en particulier de la marginalisation des anciens quartiers ouvriers et de la congestion des nouvelles zones industrielles. Le transfert de main-d’œuvre, prévu, des grands établissements textiles vers les petites industries de la ville, d’ailleurs, ne semble pas avoir eu lieu, les dernières préférant une main-d’œuvre migrante, et laissant la tradition de résistance des anciens ouvriers mourir avec eux. Ces travailleurs n’ont pas su non plus se transformer en micro-entrepreneurs, même nantis d’un petit capital reçu en tant qu’indemnité de licenciement.

40La précarisation du travail a également changé l’identité politique de la ville, de telle façon que « Lal Kanpur », Kanpur la rouge, devient dans les années quatre-vingt-dix un des plus forts bastions du BJP. Mais c’est surtout le type de leadership politique qui change : aux représentants petits-bourgeois des travailleurs, agitateurs dans les discours et médiateurs dans la pratique, se sont aujourd’hui substitués les représentants du petit capital, obligés de s’appuyer sur le soutien volatil des leaders locaux de caste en absence d’autres ponts vers les électeurs, et d’utiliser des appels émotionnels face à l’inopportunité politique d’enraciner les discours dans les intérêts économiques contraires de leurs clients. Ont aussi changé les réseaux et les rapports de pouvoir au niveau des quartiers, libérant les anciens ouvriers des vieilles tutelles syndicales et du monopole brahmanique sur le politique, mais les subordonant à une nouvelle chaîne d’intermédiaires, subordination fondée non plus sur la hiérarchie de caste mais sur celle générée par la misère. La fermeture des usines a ouvert pour les ouvriers un parcours de déchéance sociale associé à la désillusion quant à la capacité de la politique à améliorer leur situation présente.

41Enfin il y a très probablement un lien, qui mériterait d’être illustré, entre toutes ces transformations et la violence des émeutes hindoues-musulmanes qui – pour la première fois depuis les années trente – ont ravagé Kanpur pendant la campagne pour la destruction de la mosquée d’Ayodhya : pendant ces émeutes les anciens ouvriers se sont tenus relativement à l’écart des violences, comme cela a toujours été le cas à Kanpur depuis que le travail à l’usine a garanti aux ouvriers une stabilité qu’il importait de sauvegarder ; ils étaient retenus aussi par ce qui subsistait des réseaux politico-syndicaux et par une extranéité à la culture de l’instrumentalisation politique de la religion. Leurs enfants au contraire, qui n’ont jamais connu la vie à l’usine et subissent la précarité du travail en même temps que la sensation de la déchéance sociale de leurs familles, ont été actifs dans ces violences, en se mêlant au sous-prolétariat urbain et en subissant pleinement le poids des manipulations politiques.

42Ainsi, la précarisation du travail urbain, loin de pouvoir être considérée comme un simple problème de gestion de la main-d’œuvre urbaine, peut être lue dans le cas de Kanpur comme le facteur qui a rendu praticables les changements politiques dont on a parlé et qui a offert des réseaux de soutien aux nouvelles élites politiques de la ville.

43G. De P.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Agrawal, K. G. (1988), Casnal Labour of Kanpur : Their Living and Working Conditions. New Delhi, National Labour Institute.

Brass, P. (1965), « Class and community voting in Kanpur city », in M. Weiner & R. Kothari, eds., Indian Voting Behaviour : Studies of the 1962 General Elections. Calcutta, Seagull Books.

Chakrabarty, D. (1996), Rethinking Working-Class History : Bengal 1890-1940. New Delhi, Oxford University Press.

Joshi, C. (1981), « Kanpur textile labour : some structural features of formative years », Economie and Political Weeklv, XVII (44, 45, 46), Spécial Number 1981, pp. 1823- 1834.

Joshi, C. (1985), « Bonds of community, ties of religion : Kanpur textile workers in the early twentieth century », Indian Economie and Social History Review, 22 (3), pp. 251-280.

Heuzé, G. (1989), Ouvriers d’un autre monde. Paris, Éditions de la MSH.

Khosala, R. (1992), Urban Politics with Spécial Reference to Kanpur. New Delhi, S. Chand.

Majumdar, D. N. (1960), Social Contours of an Industrial City : A Social Survey of Kanpur, 1954-56. Bombay, Asia Publishing House.

Misra, S. (1993), India’s Textile Sector : A Policy Analysis. New Delhi, Sage Publications.

Pandey, S. M. (1970), As Labour Organizes : A Study of Unionism in the Kanpur Cotton Textile Industry. New Delhi, Sri Ram Centre for Industrial Relations.

Perks, R. & Alistair, T. (1998), The Oral History Reader. Londres, Routledge.

Singh, S. N. (1990), Planning and Development of An Industrial Town : A Study of Kanpur. New Delhi, Mittal Publications.

Notes

1 Ces thèmes ont été au centre de ma recherche doctorale : les observations sur la ville de Kanpur se fondent sur un travail de terrain d’environ un an et demi, terminé en 2001. Ayant, depuis lors, réorienté mes recherches vers des sujets différents, je n’ai pas visité Kanpur après cette date. Les observations sur les développements plus récents dans cette ville présentées dans cet article se basent donc sur des sources secondaires.

2 La référence concerne ici les documents de planification économique, jusqu’au dixième plan quinquennal.

3 À partir du début des années quatre-vingt-dix, la logique de la planification indienne se base en fait sur l’observation qu’une politique économique fondée sur la recherche de la croissance est susceptible de créer des laissés-pour-compte, à cause notamment de la nécessaire fermeture d’un certain nombre de grandes usines devenues improductives. La stratégie préconisée de lutte contre le chômage s’appuie donc d’un côté sur le développement de la petite industrie dans les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre qui, en continuité avec les orientations des décennies précédentes, est censée pouvoir absorber une partie des emplois perdus ; deuxièmement, sur des programmes ciblés de lutte contre la pauvreté extrême, qui vont désormais s’appliquer aussi au milieu urbain ; et, enfin, sur le développement des activités informelles urbaines, productives ou de service, afin de faire face à la pauvreté considérée comme non extrême.

4 Cette section repose sur les études de Agrawal (1988), Joshi (1981), Majumdar (1960), singh (1990), mais aussi sur les récits des anciens ouvriers du textile que j’ai interviwevés au cours de mon travail de terrain.

5 Les travailleurs du textile de Kanpur passent par exemple, entre la fin des années trente et 1947, de 12 000 à presque 60 000, alors que la population totale de la ville, de 400 000 habitants environ en 1941, atteint les 900 000 en 1947 (Majumdar 1960).

6 Les deux plus hautes castes.

7 En 1953, 58 % des produits textiles en provenance des pays en développement étaient indiens, alors qu’en 1969 leur taux s’était réduit à 8 % (Mishra 1993).

8 L’industrie de Kanpur était par exemple obligée de restreindre sa production à des limites établies pour ne pas nuire à la production textile non mécanisée (Déclaration de politique économique, 1956) ; de limiter la modernisation de ses installations comme mesure de tutelle de l’emploi ; de se concentrer sur la production de fibres en coton pour absorber la production interne de ce produit, alors que les préférences du marché s’orientaient de plus en plus vers les tissus synthétiques ; à partir de 1964, elle était en outre censée vendre la moitié de sa production à un prix contrôlé par le Gouvernement pour satisfaire aux besoins des catégories à faible pouvoir d’achat (Misra 1993).

9 En 1981, la grande industrie textile de Kanpur employait 39 000 travailleurs, alors que la petite industrie (Small Scale Industries) en comptait 15 000. Depuis, la proportion de la population active employée dans l’ensemble du secteur industriel de Kanpur ne cesse de diminuer (Agrawal 1988 ; Singh 1990).

10 Les salaires dans la petite industrie sont en moyenne trois fois plus bas que dans les grandes usines, quoique les variations entre une branche et l’autre soient très larges. En 2001, le salaire d’un travailleur non qualifié ayant un emploi stable dans une petite industrie du cuir était par exemple d’environ 1300 Rs. par mois, versé en deux tranches, tous les quinze jours sans aucun autre avantage extra-salarial.

11 Le droit du travail est en fait extrêmement réduit dans les petites industries employant moins de 10 personnes et extrêmement tolérant dans la pratique pour celles qui dépassent cette limite.

12 Le salaire d’un travailleur qualifié du textile en 2001 tournait autour des 2000 Rs. par mois. Un travailleur qualifié d’une grande industrie du cuir de Kanpur, par contre, pouvait gagner environs 5000 Rs. par mois.

13 Ils ont accepté le Voluntary Retirement Scheme, un accord qui propose aux ouvriers une somme d’argent en échange d’un départ à la retraite anticipé.

14 Il est très difficile d’estimer le nombre de personnes qui travaillent dans ces conditions à Kanpur : une donnée de 1996 quantifie les travailleurs employés dans les Tiny Industries (le terme comprenant de minuscules ateliers mécanisés, des manufactures et des artisanats) à 45 500 et les ouvriers de la construction à 11 000, mais aucune information n’est donnée sur le travail à domicile, qui est largement pratiqué par la petite industrie (Office of the Labour Commissioner, UP (1996), « Labour Statistical Handbook : Departmental Labour Statistics », document non publié). K.G. Agrawal, en 1981, évaluait le nombre de travailleurs à domicile à 16 000 personnes, les journaliers à 18 000 et les ouvriers du bâtiment à 10 000 (Agrawal 1988).

15 Ces communautés (« dalit » est le nom que se donnent les castes intouchables) gardent généralement des liens très faibles avec le village et vivent en ville sans d’autres sources de revenu que celles de leur travail.

16 Traditionnellement, des laitiers.

17 Traditionnellement, des balayeurs ou éboueurs.

18 Entretien à Naraian Darji ka ahata, décembre 1999.

19 Entretien à Naraian Das, décembre 1999.

20 Communist Party of India (Marxist).

21 Le terme veut dire simplement bidonville, mais dans le langage bureaucratique il indique un habitat dégradé dans lequel la municipalité se propose d’intervenir par des améliorations infrastructurelles.

22 Communist Party of India (Marxist-Leninist).

23 Entretien avec Hari Singh, février 1999.

24 Entretien avec Ram Khilawan, octobre 1999.

Table des illustrations

Titre Usine textile à Kanpur, 2006. Usine textile à Kanpur, 2006.
Crédits (Clichés Djallai G. Heuzé)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Kanpur et ses quartiers ouvriers, vue générale, 2006.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Bidonville de Gwaltoli, 2006.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Giulia De Ponte est chercheure libre en sociologie politique.

Publications

– 1994, « Il Nazionalismo Hindu », Quaderni di azione sociale, 3-4, pp. 98-104.
– 1999, « L’évolution du discours sur la ville dans les institutions internationales d’aide au développement, des années 1960 aux années 1990 », in V. Hoffmann-Martinot & L.A. Kosinski, eds., Quels partenariats pour la ville ?, Paris, Les Éditions Pédone, pp. 87-103.
– 2002, « The changing urban discourse of multilatéral aid institutions », International Social Science Journal, 54 (172), pp. 205-216.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search