Version classiqueVersion mobile

La ville en Asie du Sud

 | 
Véronique Dupont
, 
Djallal Heuzé

Tensions sociales et tensions urbaines

Violence, défragmentation sociale et intégration urbaine Karachi dans la perspective de la courte durée

Michel Boivin

Résumé

Cette contribution cherche à proposer une explication globale de la violence qui sévit à Karachi, la capitale économique du Pakistan, dans la perspective de la courte durée. Pour cela, il est nécessaire de revenir dans un premier temps à la brève mais tourmentée histoire de la mégapole. Le déficit présenté par les sources peut être partiellement résolu par une typologie qui s’appuie sur la périodisation des actes de violence commis depuis la Partition en 1947, leur morphologie et enfin leur localisation. La deuxième partie est consacrée à l’étude des incidences de la violence sur le développement urbain. La plus évidente réside dans les processus de repli communautaire ou territorial qui, d’ailleurs, dans la plupart des cas, avaient commencé avant la Partition. Cela dit, on assiste depuis peu à l’émergence d’acteurs issus de la société civile dont les actions mettent en œuvre un processus embryonnaire de défragmentation sociale. Sa face la plus visible prend le visage des ONG humanitaires – lesquelles ne sont pas à l’abri d’une instrumentalisation par les communautés les plus puissantes ou les mieux organisées. Néanmoins, leurs actions n’ont pas encore apaisé la violence essentiellement liée aux pesanteurs sociologiques, aux contraintes économiques et aussi à la criminalisation de certains groupes et institutions.

Texte intégral

« Éloignée de la vie indigène par quelques kilomètres, rendus infranchissables par l’insupportable moiteur d’une mousson toujours avortée, et plus encore par la peur de la dysenterie, une clientèle de commerçants, d’industriels et de diplomates languissait de chaleur et d’ennui dans ces cuves de ciment nu qui leur servaient de chambre, comme si, plus encore qu’un souci d’économie, avait présidé à leur plan celui de pouvoir aisément en opérer la désinfection chaque fois que changeait le spécimen humain qui s’y était immobilisé pour quelques semaines ou quelques mois. »

1Ces quelques lignes consignées par Claude Lévi-Strauss en 1955 dans Tristes Tropiques (p. 143) sont loin de l’image actuelle de Karachi. Une collection des titres de presse consacrés à la cité donne le ton. En avril 2000, l’hebdomadaire Le Point titrait : « Karachi : voyage dans la cité infernale ». Le mensuel pakistanais Herald était plus optimiste dans son numéro de septembre 2000 : « Karachi, une cité en vie ». Les comparaisons sont, elles aussi, éclairantes car si Bombay a pu être comparé à Chicago, une journaliste du Monde associa Karachi à Beyrouth.

  • 1 Hormis de très courts articles qui ne proposent pas d’interprétation globale des phénomènes de viol (...)
  • 2 Voir précisément Boivin 2000 : 113.
  • 3 Voir précisément Boivin 2002a : 83-86 (CD Rom).

2La capitale du Sindh est-elle le théâtre d’une guerre civile ? La cité n’est-elle plus constituée que de territoires fragmentés ? L’émergence cyclique de la violence s’explique-t-elle par la territorialisation communautaire ? On ne sait comment interpréter le fait que les ouvrages universitaires consacrés à Karachi ignorent – ou esquivent – le problème de la violence1. L’ouvrage publié par Hamida Khuhro et Anwer Muraj dresse de la cité un portrait idyllique (Khuhro & Mooraj 1997)2. Un ouvrage de spécialistes sur le Pakistan récemment publié en France ne consacre aucune partie spécifique à cette mégapole qui concentre 10 % de la population totale du Pakistan, y compris dans le neuvième chapitre où il est question du monde des villes (Jaffrelot 2000 : 358-366)3.

3Si personne ne peut contester le fait que Karachi soit un foyer de violence, il est important de situer le problème dans son contexte historique et d’en dresser une typologie. Il n’est certes pas question de proposer une grille d’analyse unique applicable aux phénomènes de violence qui semblent marquer la croissance de Karachi. À ce qui est encore un stade initial de l’analyse, l’objectif de cette étude est des plus modestes : démêler l’écheveau complexe d’où émerge cette violence. Signalons d’emblée qu’il s’agit ici de phénomènes qui ne sont pas du ressort du banditisme classique, même si, parfois, les frontières entre cette forme de criminalité et d’autres sont difficiles à distinguer.

4Dans une première partie, on reviendra sur les conditions du développement de la mégapole qu’est devenue Karachi au fil des ans, ainsi que sur sa désorganisation actuelle. Puis il s’agira de se livrer à une véritable anatomie de la violence : ses formes, ses acteurs, ses territoires et sa périodicité. La troisième partie se tournera vers les implications de la violence sur la croissance de la mégapole dans leur diversité. Enfin, dans la dernière partie, des pistes d’analyse seront dégagées. Une lecture attentive des récentes péripéties indique qu’il est possible que la violence favorise l’émergence d’une nouvelle forme de socialisation qui apparaît par exemple avec la multiplication des associations de défense des citoyens. Ce processus est certes très progressif et ces nouveaux acteurs de la vie publique sont apparus il y a peu. La constitution d’un nouveau groupe, celui des citoyens, est néanmoins intéressante parce qu’il transcende les clivages ethniques et sectaires qui avaient déterminé, ces dernières années, les solidarités.

KARACHI, LA « MÈRE DES IMMIGRÉS »4

UNE OASIS ENTRE DÉSERT ET OCÉAN

5Karachi fut un village de pêcheurs qui prit son essor à partir de l’océan en tache d’encre. En dehors de cet océan situé au sud-ouest, aucune barrière ne vint freiner le développement spatial de Karachi qui était en plein désert. Les Britanniques, qui en prirent possession en 1839, créèrent une partition entre une ville indigène et une ville coloniale. À cette époque, les cantonnements de l’armée occupaient une grande partie de la ville coloniale et pendant plusieurs décennies, Karachi fut une ville de garnison avant toute autre chose.

6À partir de 1857, les Britanniques envisagèrent de développer Karachi comme pendant à Calcutta. L’essor économique de la ville connut une première accélération avec la guerre de Sécession (1861-1865) qui provoqua une forte augmentation de la demande en exportation de coton. Cet événement coïncida avec la création du chemin de fer. Karachi fut relié à Hyderabad en 1861, puis à Lahore en 1865. Cet essor fut par ailleurs renforcé par l’ouverture du canal de Suez en 1869 qui faisait de Karachi le port indien le plus proche de la Grande-Bretagne. En une quinzaine d’années, le volume du trafic fut multiplié par dix-sept. En 1901, Karachi comptait 137 000 habitants. La population tripla en moins d’un demi-siècle pour atteindre 450 000 habitants en 1947. À partir de la Partition, la population doubla tous les dix ans jusque dans les années 1980.

L’EXPLOSION DÉMOGRAPHIQUE ET SPATIALE

7En 1947, Karachi, la toute jeune capitale du Pakistan, était une cité prospère de 4500000 habitants. Plus de 50 % de la population parlaient sindhi et 51 % étaient hindous. La Partition provoqua de gigantesques migrations : 170 000 Hindous sindhis partirent pour l’Inde alors que 815 000 Musulmans vinrent de l’Inde s’établir à Karachi. En 1951, la population s’était multipliée par trois et l’ourdou, la langue des « Immigrés » (Mohājir), était devenu langue majoritaire. La politique économique d’Ayyūb Khān provoqua une deuxième vague de migration, intérieure cette fois, constituée de paysans et de petits propriétaires panjabis. Puis ce fut au tour des Pathans, qui provenaient de la Province Frontière du Nord-ouest. Dans les années 1970, plus de 500 000 réfugiés du Bangladesh, d’Iran et d’Afghanistan affluèrent. Dans un premier temps, les Mohājir prirent la place des Hindous dans le centre et de nouveaux quartiers furent créés pour eux dans le prolongement de la ville coloniale. Par la suite, l’intégration des nouveaux venus se réalisa à la périphérie, ce qui provoqua d’âpres luttes pour les territoires. De nombreux villages sindhis furent vidés de leur population. Ce résumé donne une faible idée de la disparité de Karachi qui abrite plusieurs dizaines d’ethnies.

8Dès la Partition, les autorités locales, régionales et nationales avaient vainement tenté de planifier la croissance de Karachi. Les deux premiers plans, mis en œuvre par des sociétés suédoise puis grecque, devaient faire face aux flux migratoires. En 1950, le gouvernement du Pakistan confia à l’entreprise suédoise Merz Randall Vatan l’élaboration d’un Greater Karachi Plan. Il s’agissait de créer des corridors de croissance, un « territoire fédéral » pour la capitale dans le nord de l’agglomération urbaine, et enfin des logements sous la forme d’immeubles à plusieurs étages. Mais selon les propres termes de cArif Hasan, ce plan était conçu « à une échelle si petite qu’il n’eut aucune incidence sur la situation du logement à Karachi » (cité par Akbar Zaidi 1997 : 35). En 1958, un deuxième plan connu sous le nom de Greater Karachi Resettlement Plan fut confié à une société grecque, Doxiadis Associates d’Athènes. L’objectif était alors de loger 120 000 familles sans foyer qui vivaient dans le centre de Karachi en créant 300 000 unités en 15-20 ans. On estimait que 500 000 logements étaient nécessaires. Deux villes nouvelles furent créées à cet effet, à environ 25 km de Karachi : Korangi à l’est et New Karachi au nord. Elles devaient être indépendantes de la capitale avec 45 0000 maisons à pièce unique et tous les services urbains. En 1964, date à laquelle le plan fut abandonné, 10 000 maisons avaient été construites.

Mausolée de Abdullah Shah Ghazi, le plus fréquenté de Karachi.

Mausolée de Abdullah Shah Ghazi, le plus fréquenté de Karachi.

Le gouvernement provincial du Sindh est en train de le rénover. Au premier plan, un pèlerin anonyme, avril 2006.

(Clichés Michel Boivin)

  • 5 Lors de sa création en 1947, le Pakistan était un État fédéral, composé de cinq (Baloutchistan, Ben (...)

9Le troisième plan, conçu avec l’aide des Nations Unies en 1974, avait comme objectif de reloger les 1,5 million d’habitants disposant de bas revenus (soit 42 % de la cité), dont 800 000 vivaient dans des logements temporaires construits illégalement (katchīābādī). Le verdict de cArif Hasan est sans appel : « Le Katchiabadi Programme a échoué misérablement et il n’a réussi à régulariser que 18 000 des 223 000 foyers après avoir coûté des centaines de millions de roupies » (cité par Akbar Zaidi 1997 : 37). Les katchīābādī, qualifiés de secteur informel ou non planifié, formaient la moitié de l’habitat de Karachi en 1995. Compte tenu de leur accroissement de 9 % par an, contre 5,8 % pour le reste de la ville, ils devraient constituer 65 % de Karachi en 2005. D’après le recensement de 1981, les Mohājir représentaient 54,3 % de la population de la cité, les Panjabis 13,6 %, les Pathans 8,7 % et les Sindhis 6,7 %5. En 1990, le secteur semi-légal ou illégal fournissait 75 % des emplois contre 48 % en 1974 ainsi que 60 % des services relatifs au logement, du crédit à l’assistance technique.

LA VILLE AUJOURD’HUI

10Karachi est une ville coloniale plutôt qu’islamique. Le centre est toujours celui créé par la puissance coloniale et ce sont les bâtiments coloniaux qui dominent l’horizon plutôt que les mosquées. Contrairement aux villes islamiques traditionnelles, aucune mosquée n’ y a représenté un pôle de développement. Le fait que la ville était majoritairement hindoue avant la Partition n’est pas une explication suffisante. Il est surprenant que l’afflux de réfugiés musulmans, qui avaient choisi de s’installer dans la capitale de leur Terre Promise, n’ait quasiment rien changé à cette situation. En outre, les mosquées non communautaires, ouvertes à tous, sont moins nombreuses que les mosquées communautaires (Memon, Hojāh, Bohrah, ...) et les mausolées des saints (dargāh). Les mosquées les plus monumentales sont celles des Hojāh et des Memon. Seule la Tubba Masjid, construite selon une architecture futuriste sur un axe légèrement excentré, peut rivaliser avec elles. Les mosquées sont certes nombreuses à Karachi mais elles ne donnent à aucun moment l’impression de structurer l’espace. Il faut parfois attendre le vendredi, jour de la prière communautaire, pour s’apercevoir de l’existence d’une mosquée.

11C’est la ville moderne qui domine largement par rapport à la ville traditionnelle alors que les katchīābādī sont refoulés sur les marges de la cité ou dans le lit des fleuves. La ville traditionnelle, marquée par des entrelacs de ruelles, subsiste surtout à Kharadar et Lyari, qui constituent la vieille ville située près du port. Le reste de l’agglomération, qui se décline en différents types de territoires, est caractérisé par de larges rues ou avenues qui, dans les quartiers post-partionnistes, ont été élaborés suivant un plan en damier.

12Un des caractères les plus frappants de Karachi est son hyper-centralité. Malgré le développement de nombreux quartiers et colonies, ainsi que la création de villes nouvelles, la ville reste arc-boutée sur le seul centre des affaires digne de son nom, qui forme un espace unique avec le centre administratif : c’est l’ancienne ville coloniale. Bien que l’explosion démographique ait fait éclater le cœur urbain par cercles concentriques successifs, il a été impossible de faire émerger des centres secondaires qui puissent soulager le centre-ville. C’est là que se trouvent la Bourse, les grandes banques, les institutions municipales, provinciales et nationales. Un autre fait remarquable est que les quartiers résidentiels de luxe jouxtent le centre des affaires. Les hommes d’affaires sont à deux pas de leur travail bien que la coupure symbolique entre ces quartiers de luxe et le reste de Karachi soit matérialisée par les deux ponts de Clifton qui se chevauchent. Proche du consulat général des États-Unis, ce carrefour stratégique est gardé par des rangers armés de mitraillettes en période de calme relatif, ou par une automitrailleuse en période de tension.

13L’ancienne ville coloniale sert de zone de transition entre les différents espaces, qui abritent autant de sociabilités. Elle représente l’espace public par excellence, avec ses innombrables bazars, alors que l’espace privé subit une fragmentation et un repli dans toute la mégapole. Les axes de communication ne jouent plus depuis longtemps le rôle de vecteur du développement urbain, suite à des politiques urbanistiques contradictoires qui cherchaient avant tout à éloigner vers la périphérie les populations mal ou peu urbanisées. Cela dit, les voies ferrées et les lits des fleuves ont vu proliférer les bidonvilles.

ESSAI DE TYPOLOGIE DE LA VIOLENCE

L’ANALYSE DU FACTUEL ET LE PROBLÈME DES SOURCES

14Quiconque s’intéresse au phénomène de la violence communautaire à Karachi se heurte d’emblée à un problème de sources. À celui-ci s’ajoute la question de la méthode dans la mesure où le phénomène est livré sous forme de données factuelles brutes invérifiables. Les statistiques relatives aux crimes proviennent de la police et il est impossible d’en vérifier l’authenticité. Ce problème de fiabilité resurgit lorsqu’on aborde les résultats des recensements. Le seul contre-pouvoir auquel on puisse se référer est constitué par la presse et les ONG. Malgré l’évolution politique en dents de scie du Pakistan depuis sa création en 1947, force est de constater l’existence d’une presse libre. Le coup d’État d’octobre 1999 n’a rien changé à cette situation.

15Des journaux en langue anglaise comme Dawn, un quotidien fondé par Muhammad cAlī Jinnāh, ou Jhang, un quotidien de langue ourdoue, consacrent presque tous les jours des entrefilets au nombre de crimes commis (assassinats, enlèvements, vols de voitures...). Au plus fort des affrontements communautaires, Herald avait publié une carte et il y a peu, Newsline répertoriait mensuellement ces mêmes crimes. Cela dit, la presse ne cherche que rarement à corroborer les données fournies par la police. Il semble que les ONG soient plus indépendantes. En outre, les explications que livrent les journaux ne sont jamais que conjoncturelles, privilégiant les argumentations à court terme au détriment de celles qui s’inscrivent dans la longue durée.

16Il faut d’autre part mentionner le travail accompli par une personnalité dont les points de vue ont déjà été cités. Il s’agit de cArif Hasan. Architecte de formation, il enseigne au Dawood College of Engineering and Technology de Karachi et il a été la cheville ouvrière de l’Orangi Pilot Project auprès de Akhtar Ḥamīd Khān. Ses publications comptent parmi les plus intéressantes parce qu’elles reposent sur une très grande connaissance du terrain (Hasan, ed., 1998 et 1999). Il est directement impliqué dans des actions concrètes au sein de diverses ONG, tout en étant membre de l’Aga Khan Award for Architecture, qui décerne chaque année un prix à l’architecte qui a su le mieux concilier l’héritage musulman et les impératifs de la modernité.

17Si la « factualisation » de la violence ne la rend pas plus lisible, loin s’en faut, la périodisation peut en revanche constituer un premier cadre pour l’analyse. L’évolution la plus récente de la morphologie de la violence indique cependant que les typologies qui se dégageaient de la périodisation deviennent rapidement caduques, ce qui contraint à une vigilance constante. En outre, l’enchevêtrement apparemment inextricable des intérêts et leur diversité brouillent les clivages habituellement admis comme allant de soi, en particulier celui qui oppose crime crapuleux et crime communautaire. Tous ces éléments expliquent qu’une première tentative d’analyse des phénomènes de violence ne peut conduire qu’à privilégier la contextualisation de ces phénomènes, ainsi que la simple ébauche d’une analyse plus approfondie à laquelle la dernière partie de cet article sera consacrée.

  • 6 Les Ahmadī suivent Mïrzā Ghulām Ahmad, un Panjabi mort en 1908, qui se proclama mahdï et messie. Tê (...)

18Dix-sept ans se sont écoulés entre les deux derniers recensements (1981 et 1998). L’importance des enjeux relatifs au recensement saute aux yeux quand on sait que son organisation a été repoussée de sept ans, et qu’il a été réalisé sous le contrôle de l’armée. Enfin, ses résultats ont été contestés à peu près par tous. D’après les chiffres publiés par districts d’octobre 1999 à mai 2000, la population de Karachi atteint à peine les 10 millions d’habitants alors que les estimations les plus courantes font état de 12 ou 13 millions. Entre les deux recensements, le changement le plus important concerne les Mohājir : ils représentent aujourd’hui moins de 44 % du total, accusant une diminution de près de 11 %. La croissance la plus importante concerne les Pathans et les Sindhis. À l’exclusion des Mohājir, seuls les Panjabis comptent pour plus de 10 % dans tous les districts. Il faut cependant noter que près de 13 % de la population de Karachi appartiennent à la catégorie « autre ». Ce chiffre traduit l’éclatement des petites communautés mais il est surprenant que certaines langues importantes comme le gujarati n’aient pas été retenues dans le recensement. Au plan religieux, les Musulmans représentent 96,3 % de la cité, les Chrétiens 2,4 %, les Hindous 1 %, les Ahmadī6 0,2 % et la catégorie « autre » 0,8 %.

Film indien à l’affiche d’un cinéma de Saddar, avril 2006.

Film indien à l’affiche d’un cinéma de Saddar, avril 2006.

19Karachi est divisé en cinq districts : est et Mahir, sud, centre et ouest. La répartition de la population par districts donne un petit aperçu de sa diversité. Les Mohājir sont largement prédominants dans le centre (près de 74 %) et dans l’est (près de 61 %). Dans l’est, on trouve des bastions Mohājir comme Malir et Korangi et, dans le centre, North-Nazimabad et New Karachi. Précisons que le district central ne correspond pas au centre historique de la cité. Il est beaucoup plus étendu, puisqu’il englobe les quartiers construits au-delà du fleuve (à sec) Lyari pour les Mohājir. Bien qu’ils restent au premier rang, les Mohājir sont moins nombreux dans l’ouest (moins de 40 %) et surtout dans le sud (25,5 %). C’est le sud qui constitue le centre historique : il réunit l’ancienne ville indigène et l’ancienne ville coloniale, ainsi que les quartiers huppés de Clifton et de Defence. C’est là que les minorités religieuses sont le mieux représentées : les Chrétiens forment 4,26 % et les Hindous 2,7 % du total. Même si la donne a varié depuis 1981, la domination des Mohājir n’est pas remise en cause.

20Le taux d’alphabétisation est de 45 % dans l’ensemble du Pakistan. Il est de 46,7 % dans le Sindh et de 53,6 % pour Karachi (Statistical Pocket Book of Pakistan 2002, 2002 : 55), où le taux de chômage s’élève à 20 % de la population totale. On ne dispose que de statistiques globales sur la criminalité au Pakistan. En 2000, 388 909 crimes ont été commis dans le pays (dont 8906 meurtres, 11 224 tentatives de meurtre et 7126 enlèvements et viols ; Statistical Pocket Book of Pakistan 2002 : 244). D’après le Citizen-Police Link Committee (CPLC), une ONG sur laquelle nous reviendrons, la courbe des meurtres commis à Karachi a évolué comme suit : 166 en 1996, 396 en 1997, 667 en 1998, 85 en 1999 et 84 en 2000 (Ansari & Syed Ali 2001 : 33).

VIOLENCE ET CULTURE

  • 7 Zins voit dans la Partition et ce qu’il nomme le « démembrement », c’est-à-dire la sécession du Ban (...)

21Avant de poursuivre, revenons sur le contexte culturel de Karachi et du Sindh. On a vu qu’en quatre ans, entre 1947 et 1951, la population de la ville s’était multipliée par trois et que les ourdophones étaient devenus majoritaires. N’oublions pas que l’installation de ces Mohājir s’est produite dans des conditions dramatiques, que la violence a accompagné leur migration vers leur Terre Promise, le Pakistan (Boivin 2001b). Il n’est pas possible de revenir sur le décompte macabre des victimes musulmanes et non-musulmanes de la Partition. Il suffit de rappeler que les régions d’origine des Mohājir ont été touchées au premier chef par ces violences et que dans leur mémoire collective, la Partition s’est faite dans la douleur. Même si les Mohājir de Karachi n’ont pas été ceux qui ont le plus souffert, le souvenir de leur exode s’est mêlé aux récits d’autres exodes plus dramatiques qu’ils se sont finalement appropriés. C’est là le premier traumatisme. Ce que Max-Jean Zins ajustement nommé le « traumatisme fondateur » du Pakistan a frappé les Mohājir plus que toute autre communauté pakistanaise7.

22La contextualisation de la violence nécessite aussi un bref regard sur la culture traditionnelle des Sindhis et des Baloutches. Elle accorde une place importante à la violence rituelle, au code d’honneur relatif aux femmes. Il est certes difficile de distinguer entre ce code de conduite communautaire et l’islam, souvent requis pour légitimer telle ou telle pratique. La coutume de kāro kārī en est une parfaite illustration. Les Sindhis l’attribuent aux Baloutches et les Baloutches aux Sindhis. D’après cette coutume, quiconque découvrant un homme et une femme non mariés dans une position suggestive est en droit de les exterminer à la hache. Aujourd’hui encore, il ne se passe pas une semaine sans qu’un tel crime ne soit rapporté dans la presse. Ils se produisent la plupart du temps dans le Sindh intérieur. On a pu d’autre part observer dans l’histoire récente de la province l’usage politique de la violence. Ce fut par exemple le cas lors de la révolte des Hur qui est encore dans toutes les mémoires. Les Hur, qui étaient les disciples de Pīr Sibghātullah II (m. 1943), mieux connu sous le nom de Pīr Pagāro, déclenchèrent une campagne de terreur qui contraignit les Britanniques à proclamer la loi martiale en 1942 (S. Ansari 1992 : 141-142).

23Ce qui précède n’a pour but que de montrer que dans les sociétés traditionnelles d’Asie du Sud, la violence n’a pas été évacuée des comportements sociaux ni bannie de la culture. Elle reste fonctionnelle dans un certain nombre de registres allant de l’affirmation du statut social à l’intégration dans un groupe, que ce soit par la prise de possession d’un territoire ou par le maintien de son contrôle.

périodisation de la violence

  • 8 Chiffres à comparer à Paris/banlieue : 400 (niveau faible) en 1995, Mumbai : 350 en 1996 contre 200 (...)

24En 1995, on dénombrait 1742 meurtres à Karachi contre 667 en 19998. L’homme de la rue stigmatise ironiquement la violence en parlant de la « culture de la kalashnikov ». En dehors du banditisme classique, les actes de violence peuvent être répartis en trois groupes : les rivalités ethniques, les rivalités sectaires et les rivalités politiques.

25Les rivalités ethniques ont commencé dès les années 1950, au lendemain de la création du Pakistan (1947). Elles ont opposé les Mohājir aux Sindhis et aux Baloutches, puis les Pathans aux Mohājir. En 1985, la mort accidentelle d’une jeune fille mohājir, Bushrah Zaydī, renversée par un chauffeur de bus pathan, provoqua une forte tension entre les Mohājir et les Pathans. L’année suivante, en 1986, survint l’affaire de Sohrab Goth. La police, composée de Mohājir, délogea des Pathans de cette localité où certains avaient organisé des trafics de toutes sortes. Cet épisode déclencha un cycle de violence et de représailles qui provoqua plus de mille morts. L’enjeu territorial n’était cependant pas absent de la rivalité entre Mohājir et Pathans. Ces derniers, plus récemment établis à Karachi, cherchaient à se rapprocher du quartier des affaires ou des centres économiques plus périphériques. Dans les années 1990, ils évincèrent les Mohājir de Banaras Chowk, un carrefour important du nord-est de la mégapole où se trouvait un ensemble de bazars et qui commandait les routes d’Orangi et de Mangho Pir. Le nom de Banaras avait été donné par les premiers occupants, des Mohājir qui venaient de Bénarès, la ville sainte la plus importante de l’hindouisme. Les Pathans rebaptisèrent le carrefour Badshah Chowk, du nom d’un combattant pathan de l’époque coloniale.

  • 9 Le terme « sectaire » doit être entendu dans sa signification étymologique. Il désigne les différen (...)

26À la violence ethnique succéda une nouvelle phase, celle de la violence sectaire9. Le développement de cette nouvelle forme de violence dans un pays perçu de l’extérieur comme monolithique peut surprendre. Son émergence a une triple origine. En premier lieu, elle se situe dans la politique d’islamisation opérée sous la dictature militaire de Ziyā al-Haqq à partir de 1978. Ziyā al-Haqq, un Musulman sunnite pieux, avait négligé la minorité chiite qui représente environ 20 % de la population pakistanaise. L’islamisation ne tenait aucun compte de leurs spécificités doctrinales et rituelles. Cette situation nouvelle raviva des débats anciens : en 1981, un religieux sunnite affirma à Nishtar Park, le cœur du quartier chiite de Karachi, que les Chiites créaient une scission (fitna) dans la communauté islamique et que dans ces conditions, les détruire procurerait une récompense spirituelle (sawāb). La foule attaqua sur-le-champ un imāmbārā, lieu saint chiite, et y mit le feu.

27La violence sectaire fut encore accentuée lorsque de véritables organisations terroristes furent mises sur pied au sein des deux communautés. Deux événements survenus en 1979 créèrent un climat propice au développement de ce type de violence : en janvier 1979, la révolution iranienne propulsait les Chiites et leur porte-parole, le charismatique ayatollah Khomeini, sur le devant de la scène islamique et internationale ; en décembre de la même année, l’invasion soviétique en Afghanistan renforçait la légitimité du jihād, d’autant qu’il était fortement encouragé et financé par les États-Unis et l’Arabie Saoudite.

  • 10 Sur les Mohājir et le MQM, voir Boivin 2001b.

28Dans une troisième phase, on vit une recrudescence de la violence ethnique qui évolua rapidement vers une formule inédite : la violence ethnique de type « guerre civile ». La grande majorité des actes violents résultait de la compétition générée par, et entre les factions du parti mohājir fondé en 1984 par Altaf Husayn, le Mouvement pour la Nationalité Mohājir (MQM)10. Les Mohājir considéraient qu’ils étaient les seuls Pakistanais authentiques dans la mesure où ils avaient tout laissé en Inde pour venir dans le nouvel État. Le MQM réclamait une meilleure répartition du pouvoir politique et économique, allant jusqu’à revendiquer la création d’une nouvelle province. La rumeur affirme que le MQM avait été créé sous l’égide de Ziyā al-Haqq qui cherchait à diminuer l’influence du Pakistan People Party (PPP) de Zūlfiqār cAlī Bhutto dans son fief du Sindh. Quoi qu’il en soit, le MQM se révéla rapidement difficile à manipuler et il eut tôt fait de prendre le contrôle de Karachi et Hyderabad. C’est pour contrecarrer cette montée en puissance que l’armée aurait favorisé une dissidence au sein du MQM. Le groupe Haqīqī apparut en 1990 en s’affichant comme le seul représentant authentique de la « nationalité » mohājir. Chaque faction contrôle aujourd’hui ses propres quartiers et une véritable guérilla urbaine oppose les deux frères ennemis.

  • 11 Le général Musharraf bannit en août 2001 Lashkar-e Jhanvî, un groupe terroriste sunnite, et Sipāh-e (...)
  • 12 Jihādī : désigne les groupes armés qui avaient été initialement créés pour mener le jihāden Afghani (...)

29À partir de la fin des années 1990, on assiste à une recrudescence de la violence sectaire entre terroristes sunnites et terroristes chiites. Il est possible de l’imputer à l’arrivée des Tālebān d’Afghanistan à Kaboul en novembre 1996. Karachi est aujourd’hui le foyer le plus important de la violence sectaire avec le Panjab où plusieurs de ces organisations sont nées. Le paroxysme qui est atteint dans les années 2000 et 2001 incite le général Musharraf à interdire les plus actives le 14 août 2001, puis d’autres le 12 janvier 200211. Il est difficile de savoir quels ont été les effets concrets de ces interdictions. Elles s’inscrivent dans la politique que Musharraf poursuit depuis les attentats du 11 septembre 2001, à savoir la mise au pas des partis et des groupes « jihādī »12. Ces organisations terroristes disposent souvent de financements étrangers importants et il est de notoriété publique que le plus gros bailleur de fonds est l’Arabie Saoudite. Le Sipāh-e Muhammad (SSP) contrôle la majorité des madrasa financées par l’étranger.

30Le gouvernement de Pervez Musharraf s’est lancé dans une vaste opération de mise sous tutelle de ces madrasa dont les réseaux maillent aussi bien les espaces urbains que ruraux. Comme d’autres organisations terroristes qui agissent dans d’autres pays, la nébuleuse que forment ces groupes est très difficile à discerner d’autant que beaucoup parmi eux n’existent que le temps d’une « mission » avant de se fondre dans un parti officiel. Il est par exemple probable que le SSP soit une excroissance de la Jamciyyat-e cUlamā’-e Pakistan. En 1993, un membre du SSP a été ministre dans le gouvernement de coalition de la province du Panjab. Même si Karachi n’est pas le centre principal de ces organisations, une partie non négligeable des bailleurs de fonds est établie dans cette ville. L’année 2001 a vu une recrudescence de la violence sectaire à Karachi qui a conduit à l’arrestation de plusieurs activistes du SSP à Korangi et Orangi.

31D’après les résultats du dernier recensement de 1998, le Panjab devance le Sindh eu égard à la violence. Les crimes sectaires étaient au nombre de 79 dans le Panjab contre 57 dans le Sindh. Quant aux crimes de sang, Lahore a dépassé Karachi avec 998 crimes contre 662. Si l’on tient compte de la différence de population des deux cités, l’écart n’est pas négligeable.

MORPHOLOGIE DE LA VIOLENCE

32La morphologie de la violence a elle aussi évolué depuis 1947 bien que cette évolution ne soit pas en adéquation avec la périodisation. Aux premières émeutes interethniques ont succédé les assassinats par des tueurs véhiculés le plus souvent à moto. Ce type d’assassinat se subdivise lui-même en deux techniques. Pour la première, il s’agit d’un véritable contrat où la cible a été repérée. Pour la seconde, des tueurs surgissent et leur but n’est pas de tuer une personne en particulier, mais de faire le plus grand nombre de victimes possible dans une communauté donnée.

33Dans les années 1990, et bien que persiste l’assassinat aveugle, on peut observer le développement de nouvelles formes de violence : la grève systématiquement détournée en émeutes interethniques, l’usage des bombes et l’attentat-suicide. Les bombes sont posées dans des lieux sensibles de la mégapole, que ce soit la Bourse ou des bâtiments officiels comme le ministère de l’Intérieur du Sindh. La grève devient une forme d’expression répandue mais, là encore, ses objectifs sont fréquemment détournés. La police craint plus que quiconque les débordements et, en général, elle conseille aux commerçants de baisser les rideaux de fer et aux habitants de s’enfermer chez eux.

34La grève du 12 février 1998 avait été annoncée comme une protestation des commerçants contre l’augmentation des taxes. Les commerçants défilèrent avec leurs banderoles sur Muhammad Ali Jinnah Road, l’artère principale de Karachi. Mais simultanément, la jirgah des Pathans lança une grève générale au sein de son ethnie qui contrôle la plus grande partie des transports. Leur chef, Tāriq Khān, avait ordonné une grève pacifique et les Pathans accusèrent le MQM d’être responsable des débordements qui provoquèrent quatre morts. Il faut noter que la violence ne touchait que rarement des étrangers. Deux diplomates américains ont cependant été assassinés en 1995, deux autres ressortissants du même pays en 1997, deux ingénieurs iraniens en 1998, ce à quoi il faut ajouter le récent assassinat du correspondant du Wall Street Journal, Daniel Pearl, à Karachi en mars 2002, qui aurait été perpétré par Jaysh-e Muhammad.

35Depuis le 8 mai 2002, une nouvelle forme de violence a fait son apparition : l’attentat-suicide. Il a fait quatorze victimes dont onze Français qui étaient employés par la Direction de la Construction navale (DCN) ; ces ingénieurs et techniciens travaillaient sur l’assemblage de deux sous-marins que la France avait vendus au Pakistan. Ce modus operandi inédit au Pakistan a fait dire que cet attentat devait s’inscrire dans une globalisation du terrorisme. Dans les remous du 11-Septembre, il survient en effet après un attentat-suicide commis à Djerba, en Tunisie, contre des touristes allemands, et après les nombreux attentats-suicide qui ont eu lieu en Israël. N’oublions pas que la France est un des alliés des États-Unis dans leur lutte contre Al-Qaida. On a vu que le président Musharraf avait d’autre part interdit les groupes terroristes les plus radicaux en août 2001 et en janvier 2002. Cet attentat pose la question de savoir si le terrorisme de Karachi – et pakistanais – est entré dans une nouvelle phase. Il est encore trop tôt pour dire si le terrorisme international a choisi le Pakistan comme terrain d’action privilégié, ou si le terrorisme pakistanais a gravi un échelon supérieur en s’inspirant des techniques jusque-là réservées aux groupes du Proche-Orient. Si l’attentat-suicide est nouveau à Karachi, Lashkar-e caiyybah, un groupe terroriste pakistanais, s’est spécialisé dans ce type de violence au Cachemire. Le groupe posséderait trois camps d’entraînement dans le Sindh intérieur, dont un près de Shahdapur, une bourgade située à une heure de route de Hyderabad et à trois heures de Karachi (Herald, édition Internet).

LOCALISATION DE LA VIOLENCE

36Le contrôle du centre représentait l’enjeu des premiers combats interethniques. Mais la politique autoritaire de Ayyūb Khān, ajoutée à la planification, permit de transporter la plus grande partie des squatters vers les villes nouvelles de la périphérie. Par la suite, les centres économiques secondaires, qui se réduisaient souvent à la présence d’un bazar, furent l’objet de combats de type guérilla. Depuis la fin des années 1980, la localisation de ces actes de violence n’a guère varié. Les quartiers les plus marqués sont toujours les mêmes : Korangi, Landhi, Malir et North-Nazimabad. Ils sont situés dans la périphérie de Karachi et ont en commun d’être les fiefs de l’une ou de l’autre des factions du MQM.

37L’un des problèmes de la localisation est celui de l’éventuelle fragmentation des territoires. Parmi les récriminations récurrentes des citoyens de Karachi se trouvent celles relatives aux « no-go areas », littéralement « les zones où l’on (la police) ne va pas », c’est à dire les zones de non-droit. L’expression « no-go areas » a été utilisée la première fois par Altaf Husayn pour désigner les zones d’où le MQM avait été exclu par les Haqīqī. Ils les auraient transformées en zones de non-droit et ils y exerceraient un contrôle total grâce à la complicité des rangers. La population MQM serait soumise à des tortures et à des extorsions de fonds.

38Le centre n’ est cependant plus totalement épargné. Les actions terroristes organisées contre les Occidentaux sont menées dans les aires résidentielles ou dans les quartiers d’affaires. Les zones résidentielles demeurent les seules destinations des migrations intérieures à la cité. Defence, qui en est à la septième phase de développement, continue de s’étendre inexorablement vers la crique de Ghizri.

LES INCIDENCES DE LA VIOLENCE SUR LE DÉVELOPPEMENT URBAIN

L’ACCENTUATION DES PROCESSUS DE REPLI COMMUNAUTAIRE

39La persistance de la violence a deux incidences principales sur l’évolution urbaine de Karachi. D’une part, elle favorise le repli de certaines communautés qui renforce des structures sociales traditionnelles en voie de désintégration, et d’autre part, elle produit une véritable fragmentation du territoire urbain par la mise en place de ghettos communautaires. Ces réactions extrêmes ne doivent cependant pas dissimuler le fait que l’énorme masse des habitants de Karachi a pris son parti de la violence, et s’en accommode tant bien que mal, suivant les moyens dont elle dispose.

  • 13 Sur les Hojāh, voir Boivin 1998.
  • 14 Le Katchh et le Kathiawar sont deux régions de la province indienne du Gujarat.

40Le renforcement de structures sociales traditionnelles peut être observé surtout dans les communautés issues de groupes professionnels spécialisés dans l’artisanat ou le commerce. À cet égard, les Hojāh duodécimains représentent un cas significatif. Ils sont issus d’une scission des Hojāh āghā khānī survenue à la fin du XIXe siècle13. Aujourd’hui, ils forment une communauté d’environ 45 000 membres principalement implantés à Karachi, mais aussi dans d’autres villes du Sindh (Sukkur, Hyderabad, Badin et Jherruk). Les Hojāh duodécimains sont majoritairement kathiawaris, puis katchhis et enfin, dans une moindre mesure, sindhis14. De nombreux Hojāh kathiawaris sont passés par Bombay avant de venir s’établir, après la Partition, à Karachi. En 1944 fut fondée la première mosquée (masjid) des Hojāh duodécimains près de Bombay Bazar, à Kharadar, dans la vieille ville de Karachi. Une autre fut construite en 1966.

41Les principaux objectifs de la « Khoja Shia Ithna Ashari Jamaat » (Communauté des Hojāh chiites duodécimains – KSIAJ) sont exposés dans sa constitution de 1964 : « promouvoir l’unité et le lien communautaire parmi les membres » et « mettre en œuvre toute action qui promeut le progrès religieux, social, économique, de santé et éducatif de ses membres ». Jusque vers 1960, la principale activité de la KSIAJ consistait à gérer sa mosquée de Kharadar, mettre en place les festivités de Moharram, enregistrer et organiser les mariages et les décès. Par la suite, ces cérémonies furent prises en charge par les intéressés, la KSIAJ se contentant alors de les enregistrer. À partir de 1965, sous la présidence de Nazār Mūrāj, un programme ambitieux fut élaboré. Une école de filles fut créée, la Fatimiyah Girls School, qui éduque aujourd’hui plus de trois cents jeunes filles. La communauté (jamācat) a pris en charge les livres de tous ses élèves et étudiants. En outre, des mariages collectifs (samu lagan) ont été arrangés dans le but de contraindre les Hojāh à simplifier les cérémonies matrimoniales ; cet événement a lieu une fois par an et de nombreux membres de la communauté y participent.

42En 1988, Shahīd Hamīd cAlī Bhujānī devint président de la jamāc at avec un mandat de trois ans. Il fut réélu deux fois. Il mit en place un vaste programme de réformes : changement des structures, redéfinition des activités, projets de développement à long terme, etc. Ce président insista sur la conception démocratique de la jamāc at qui effaçait toute distinction de classes, bien que le gros de la communauté soit composé de classes moyennes (commerçants, fonctionnaires, professions libérales) ; son objectif fondamental était en fait de renforcer par tous les moyens le sentiment d’appartenance au groupe. Parmi les mesures qui allaient dans cette direction, il fut procédé à un enregistrement des biens communautaires au nom de la jamācat et non plus au nom de sociétés privées (trusts). En novembre 1994, Shahīd Hamīd cAlī Bhujānī fut élu pour la troisième fois président. Le samedi 24 février 1995 (24 Ramazān 1415), vingt membres de la communauté furent assassinés au petit jour, alors qu’ils sortaient de la masjid après la prière. Shahīd Hamīd cAlī Bhujānī était au nombre des victimes. Cette tragédie était une péripétie de la guerre que se livraient fondamentalistes sunnites et fondamentalistes chiites, bien que les Hojāh n’y eussent pas été mêlés.

43Le 25 mai 1995, le secrétaire-général de la jamācat, Dost Muhammad Bhujānī, fut élu président à l’unanimité. Il poursuivit le programme élaboré par son prédécesseur. En une dizaine d’années, la KSIAJ a mis en œuvre de nombreuses réalisations dans des domaines divers. La jamācat s’est dotée de différents organismes : Education Board, Housing Board, Health Board, Youth Forum, Women Wing, etc. La KSIAJ gère trois écoles alors que les madrasa et les bibliothèques se sont multipliées. Le domaine de la santé s’est lui aussi considérablement développé avec la création du Al-Mustafa Medical Center, une clinique de nuit, alors qu’un Fatimiyah Hospital est en construction. La jamācat possède trois cimetières ou carrés, à Mewa Shah et à Khorasan Bagh. Elle possède d’autre part deux ghassālkhāna (lieu de préparation funéraire rituelle pour les défunts). Elle édite une revue trimestrielle intitulée Jamat Magazine. Les enregistrements des mariages et des décès sont maintenant informatisés et la jamācat s’est dotée d’un site Internet. En 1989, une carte d’identité KSIAJ a été créée, suivie par un annuaire de la communauté en 1991. Un Human Resources Center a vu le jour en 1992 pour aider les chômeurs à trouver un emploi. Les projets sont légions : création d’une université KSIAJ, création d’un complexe sportif, construction d’une nouvelle école de garçons, etc.

Carte de Karachi

Carte de Karachi

cnrs-sis umr 8564 & ldh-ehess, réalisation F. Pirot & A. Varet-Vitu, d’après une carte originale de J. Bretonnel.

  • 15 Il ne s’agit pas ici d’aborder la question largement débattue de savoir si les castes existent dans (...)

44La majorité des Hojāh duodécimains considère qu’ils ne peuvent pas se marier avec des Hojāh āghā khānā pour la raison qu’ils ne sont pas musulmans. De tels mariages sont formellement interdits. Il ne semble pas que des conversions vers le chiisme se produisent actuellement mais certaines familles sont scindées entre duodécimains et āghā khānī. Sur le plan religieux, ils sont chiites orthodoxes bien qu’ils ne se mélangent pas avec les chiites qui ne sont pas hojāh, y compris pendant Moharram. Les femmes portent le tchador lorsqu’elles circulent, librement, en ville. Les mariages avec les autres chiites ne sont pas interdits mais ils sont extrêmement rares. Un point des plus intéressants est que les Hojāh duodécimains présentent leur communauté comme une caste (zāt)15. D’après eux, ce type d’organisation est le meilleur et ils lui dénient tout aspect contraignant. À travers tous ses boards, la caste apporte son aide aux membres de la jamāc at et, par conséquent, ses membres ont tout intérêt à y rester et à se marier en son sein. Où pourraient-ils trouver de tels avantages ?

  • 16 J’ai discuté certains aspects de l’évolution des Bohrah dans un compte rendu, cf. Boivin 2002b : 32 (...)

45L’évolution des Hojāh duodécimains représente un cas intéressant. Précisons cependant les limites de son exemplarité. Les Hojāh constituent un groupe d’origine ethnique diverse dont une partie importante est mohājir bien qu’elle ne s’identifie pas au MQM. En effet, si une fraction notable des Hojāh a émigré à Karachi après 1947, elle a été intégrée par des réseaux familiaux compte tenu de la présence d’une communauté locale de Hojāh duodécimains. L’activité dominante est le commerce, ce qui fait que globalement les Hojāh appartiennent aux classes moyennes. La conséquence du développement de la violence sectaire est évidente. L’assassinat du président en 1995 ne fera qu’ accuser cette tendance. On assiste alors à une évolution double. D’un côté, les mesures prises par les leaders visent à augmenter la prospérité des membres, de l’autre, cette modernisation de la gestion communautaire renforce le contrôle du groupe sur les individus. Preuves en sont l’instauration en 1989 d’une carte d’identité, puis, en 1991, celle d’un annuaire. Cette évolution n’est pas sans rappeler celle des Bohrah16. En outre, les Hojāh ne se sont pas fondus pour autant dans les autres groupes chiites de Karachi. Quoi qu’il en soit, le sentiment des Hojāh à l’égard de cette évolution est sans ambiguïté : ils voient dans leur caste une organisation chargée de sauvegarder les intérêts et de promouvoir une amélioration globale des conditions de vie de la communauté dans un pays où l’impéritie de l’État est chronique. La caste des Hojāh peut être considérée comme une miniaturisation de l’État dans la mesure où elle n’est pas sans rappeler le Welfare State.

46Ces dernières années, la reprise de la violence sectaire à Karachi n’a pas pour autant épargné les Hojāh duodécimains. Le 14 avril 2000, soit le 9 Moharram 1421, une manifestation a eu lieu pour protester contre la résurgence de la violence à l’encontre des Chiites (Dawi, 15 avril 2000). Cela n’empêcha que de nouvelles victimes furent à déplorer en 2001 (Dawn, 11 février et 1er juillet).

L’ACCENTUATION DES PROCESSUS DE REPLITERRITORIAL

47La seconde implication de la violence urbaine est le repli territorial qui peut parfois prendre la forme d’une « ghettoïsation » de certaines communautés de Karachi. Les trois cas retenus indiquent que ce phénomène frappe des communautés très diverses : les Intouchables hindous, les Parsis et les riches. L’évolution vers le ghetto en est à des stades divers suivant les cas. Cela va de la zone urbaine ouverte à la zone urbaine complètement fermée. Les objectifs du repli sont divergents. Les véritables ghettos concernent des communautés très minoritaires qui ne sont pas musulmanes : les Intouchables hindous et les Parsis. Compte tenu du niveau économique des uns et des autres, les ghettos connaissent des formes d’organisation très variables.

48Il existe à Karachi une demi-douzaine de ghettos hindous (Boivin 2005). La majorité est située dans la partie la plus ancienne de la ville. L’entrée du ghetto n’est pas gardée mais elle est très étroite et il est quasiment impossible d’y circuler en voiture. Lors de l’affaire d’Ayodhya, des Musulmans sont venus détruire les livres sacrés sans qu’aucun habitant du ghetto ne soit inquiété. Le plus important ghetto hindou est Naraïnpura, situé dans Ranchore Lines, qui abriterait plus de 50 000 personnes. Les habitants appartiennent à une vingtaine de castes hindoues différentes d’origine rajasthanie ou gujaratie. Leurs ancêtres ont émigré à Karachi à la fin du XIXe siècle, sans doute pour fuir les famines récurrentes qui frappaient leurs provinces d’origine. Les gens sont très pauvres mais ils s’entraident beaucoup. Lors d’un mariage, tout le quartier est associé à sa préparation. Le ghetto se subdivise en quartiers où les habitants se sont regroupés suivant l’affiliation sectaire ou de caste. En dehors des sectes hindoues dont les membres se blottissent contre le temple, deux autres associations religieuses sont très actives au niveau social : les Sikhs et les Chrétiens. Ce sont eux qui dirigent les écoles.

49Le cas des Parsis est différent. Ils ont joué un grand rôle dans le développement de Karachi dès le XIXe siècle. Originaires de Bombay, ils furent parmi les premiers bienfaiteurs de la cité et créèrent les premières associations charitables. Le ghetto des Parsis est situé à la périphérie de la ville, au sein d’un quartier résidentiel. L’entrée en est gardée. Il est constitué de maisons individuelles plus ou moins luxueuses, ainsi que de lieux de culte et des fameuses tours du silence.

50Enfin, les riches se retrouvent dans les quartiers résidentiels de Clifton et Defence, au sud de la cité. Hormis les Parsis, toutes les communautés se côtoient : Hindous, Musulmans, Sindhis, Mohâjir. L’architecture est uniforme : la richesse doit s’afficher ostensiblement. Les plus riches auront le plus grand nombre de colonnes et le plus grand fronton grec. Sur la frise, les Musulmans se distinguent en faisant inscrire en lettres dorées : « Mash Allah ! ». Cette invocation arabe, qui signifie « C’est la volonté de Dieu ! » se distingue de la formule omniprésente au Pakistan de « In shāllah ! », c’est-à-dire « Si Dieu le veut ! ». Contrairement au centre, les rues sont désertes et aucun enfant ne joue au cricket. Chaque maison abrite la famille patriarcale où cohabitent au moins trois générations. Les habitants vivent repliés sur l’espace domestique bien qu’à l’occasion d’un mariage, ils puissent se côtoyer. Il n’est pas rare de voir des gardes armés. Ces quartiers résidentiels restent épargnés par la violence.

LA SOCIÉTÉ CIVILE ET LE PROCESSUS DE DÉFRAGMENTATION SOCIALE

51Le repli communautaire concerne-t-il des catégories spécifiques de la population de Karachi ? Les exemples retenus indiquent qu’on a affaire à trois types de communautés : les minorités religieuses, les communautés de type caste(s), et les riches. Quelles sont alors les incidences du déferlement de la violence sur le reste de la population de Karachi ? La thèse ici soutenue est qu’une partie de la société civile favorise un processus de défragmentation sociale à travers la création d’ONG dont les objectifs permettent l’émergence d’un comportement citoyen au sein de la cité. La société civile s’est affirmée à la faveur de la démocratisation des années 1988-1999. Depuis, ces nouveaux comportements citoyens restent certes minoritaires mais force est de constater qu’ ils se sont affirmés. Il est de ce fait permis d’envisager qu’ils débouchent un jour sur un véritable contre-pouvoir.

52Comme dans le reste du sous-continent, sans doute avec quelque retard compte tenu de son développement tardif, Karachi a vu apparaître dans la deuxième moitié du XIXe siècle des organisations charitables. Ces organisations furent à l’origine réservées aux membres de la caste à laquelle appartenaient les philanthropes qui les avaient créées. Ces philanthropes faisaient partie de la bourgeoisie marchande de Karachi et ils étaient soit des Hindous (Lohānā), soit des Parsis, soit des Musulmans (Memon, Hojāh). Leur action se limitait la plupart du temps à la création d’hôpitaux et d’écoles. Cette tendance de l’activité philanthropique se poursuivit jusqu’à la Partition. À partir de 1947, avec l’afflux de réfugiés, le philanthropisme se mua en humanitarisme. L’un des précurseurs de cette seconde phase futcAd as-Sattār Edhī, un Memon d’origine gujaratie. Il mit sur pied un service d’ambulances en 1957 puis, après avoir créé l’Edhi Foundation, il étendit les activités de son organisation à toutes les victimes en détresse. La fondation est aujourd’hui la seule organisation humanitaire pakistanaise d’envergure internationale.

  • 17 Akhtar Hamîd Khân avait commencé avec un projet de développement en milieu rural au Bengale orienta (...)

53À cette deuxième phase axée sur le développement de l’humanitaire, a succédé l’apparition d’associations d’un type nouveau. Lassés par l’impéritie et la corruption des institutions autant que par la tension permanente résultant de l’activité des mafias ou des groupes terroristes, des habitants de Karachi se sont unis pour fonder des ONG plus ambitieuses. La ville satellite d’Orangi s’était développée avec l’arrivée en masse des Mohājir, ce qui ne manqua pas de provoquer des conflits très durs entre ces derniers d’un côté, les Baloutches et les Sindhis de l’autre. En 1980, un projet original vit le jour : l’Orangi Pilot Project (OPP). Son objectif était d’impliquer le plus possible les futurs résidents dans une véritable autogestion, pour qu’Orangi ne soit plus le plus grand katchīābādī de Karachi avec une population de plus d’un million d’habitants. Son artisan était un Mohājir, le docteur Akhtar Ḥamīd Khān (1914-1999), secondé parcArif Hasan17. L’équipe responsable du projet organisa des réunions entre les futurs acquéreurs de blocs de maisons de chaque côté d’une rue, et elle leur démontra les avantages d’améliorer le sanitaire, leur proposant par ailleurs une assistance technique. Quand un compromis était trouvé, les futurs résidents élisaient un responsable. Le site était étudié en détail, des plans réalisés et une estimation du coût effectuée. Les responsables de chaque groupe devaient informer les résidents de l’évolution des travaux et réunir l’argent. Des poubelles furent ensuite installées et la maintenance prise en charge par des groupes locaux.

54Le projet de l’OPP comportait d’autres innovations intéressantes, comme un programme de santé qui était pris en charge par les femmes au niveau de la rue. Chaque groupe pouvait apporter des conseils sur l’hygiène, la nutrition, la prévention des maladies ou le planning familial. Un autre volet du programme consistait en l’instauration d’un fonds d’aide financière favorisant le lancement de petites entreprises. Enfin, de nombreuses fondations d’écoles étaient prévues. Orangi compte aujourd’hui 15 000 petites entreprises et le taux d’alphabétisation est de 75 % pour les deux sexes, contre 49 % pour le reste de Karachi, d’après le recensement de 1981.

55On a parlé des territoires d’affrontements, où la police elle-même ne pénètre pas. On a ensuite parlé des territoires d’enfermement. Le centre reste un espace neutre où s’effectuent les activités économiques, administratives, récréatives et religieuses. Mais il s’agit ici de quartiers où les habitations sont rares. Le dernier espace résidentiel où une certaine harmonie communautaire prévaut est la vieille ville, en particulier le quartier de Lyari, près du fleuve du même nom. La différenciation ethnique existe bien mais chaque communauté entretient des relations amicales avec les autres. Avec 2 millions d’habitants, le peuplement de Lyari n’a quasiment pas changé depuis le siècle dernier. On y trouve des Sindhis, des Baloutches, des Memon, des Hojāh et des Hindous. Au plan politique, le quartier demeure un bastion du PPP, le parti fondé par le Sindhi Zūlfiqār cAlī Bhutto, alors que le reste de la cité est dominé par le parti des Mohājir, le MQM.

56Les associations de quartier sont très actives à Lyari ; on estime qu’une centaine d’ONG y fonctionne. Les plus anciennes, qui remontent à l’époque de Ayyūb Khān, ont été créées pour aider les familles pauvres dans le financement des mariages. Leurs activités se sont par la suite diversifiées. Compte tenu des problèmes de logement qui touchaient le quartier, des organisations furent créées comme la Lyari Tehrik pour aider les Lyarites à devenir propriétaires. Sous Ziyā al-Haqq, la Naujawan Lyari Tehrik décida de débarrasser Kalakot et Baghdadi, deux quartiers de Lyari, des revendeurs de drogue. Une milice armée de bâtons fut mise sur pied et après quelques échauffourées, les dealers finirent par être chassés. Forte de ce premier succès, la Naujawan Lyari Tehrik se reconvertit dans l’implantation d’écoles de rue, où les droits d’inscription ne s’élevaient qu’à 5 roupies. Plusieurs écoles de filles et de garçons furent ouvertes, ce qui incita le gouvernement provincial du Sindh à apporter une contribution partielle. L’instabilité de l’administration municipale ne facilita pas le financement de projets plus ambitieux. En 1989 par exemple, une somme de 700 millions de roupies initialement prévue pour Lyari a finalement été attribuée aux comités locaux de la Karachi Municipal Corporation après la démission de Benazir Bhutto. Il reste que de nombreuses écoles sont gérées par des bénévoles et soutenues par des magnats originaires de Lyari, quand bien même ils résident à Clifton ou à Defence. Mais ces initiatives, qui remontent parfois au siècle dernier, ne dépassent pas l’horizon du pâté de maisons ou du quartier.

57Une quatrième phase d’intervention humanitaire est concomitante à la nouvelle phase de violence des années 1980. Elle est marquée par l’association de groupes de citoyens qui comptent en leur sein des spécialistes d’un domaine donné et des techniciens. Le rôle croissant que jouent leurs responsables n’a pas échappé aux groupes mafieux. Preuve en sont les assassinats qui les frappent. Plusieurs dirigeants de la Basic Association for the Citizens of Karachi (BACK) ont subi ce sort. Cette association a été fondée pour prendre la défense des citoyens contre la violence des mafias mais aussi de la police.

58Une autre organisation d’envergure est le Citizen-Police Link Committee (CPLC), créé en 1989 par un groupe d’industriels et de citoyens exerçant des professions libérales, avec l’appui du gouverneur du Sindh d’alors, Fahr ad-Dīn G. Ibrāhīm. Sous la direction de Jamīl Yūsuf, le comité est autorisé à exercer un regard sur le travail de la police, éduquer et assister les citoyens en les informant de leurs droits vis-à-vis de la police. Concrètement, le travail du comité est de recevoir les doléances des citoyens. Chaque citoyen qui est victime d’un vol ou d’un racket peut s’adresser au CPLP afin de ne pas avoir affaire à la police, qui est corrompue. Toutes les données sont informatisées. Avec l’aide d’un programme des Nations Unies, l’organisation a créé un système d’imagerie par satellite de Karachi d’une grande précision alors que la police ne dispose que du seul plan détaillé, le Karachi Guide Book, publié en 1990 par le Snrvey of Pakistan, qui est très imprécis, sans compter que d’immenses zones de Karachi ne sont pas répertoriées. L’efficacité du comité apparaît avec le bilan de ces dix dernières années. Sur 229 cas de kidnappings avec rançon qui ont été enregistrés, 72 gangs ont été démantelés, 182 cas résolus soit 82 %, et 300 criminels arrêtés grâce aux efforts du CPLC. En outre, de 79 en 1990, le nombre de kidnappings se situe autour de 20 en 1997 et 1998 (Hasan 1999 : 148). Enfin, il faut préciser que le gouvernement provincial finance à hauteur de 19 % le comité, le reste, soit 80 %, est assuré par les citadins.

59Si l’aide à la vie quotidienne demeure l’objectif prédominant de la majorité des ONG, on assiste à l’émergence de nouvelles organisations qui se préoccupent de lutter contre la détérioration des milieux de vie. Shehri, créée en 1988, est de celles-là. Fondée par des citadins et des professionnels, l’organisation lutte pour l’amélioration de l’environnement construit et naturel. Concrètement, son action est surtout dirigée contre les constructions illégales. Ce type de constructions constitue une source de revenus très importante qui favorise la mise en place de réseaux associant politiciens, bureaucrates et promoteurs. Shehri a malgré tout entamé des négociations avec la Karachi Building Control Authority (KBCA), l’agence municipale chargée des logements. En 1996, Shehri réussit à faire voter les amendements dans la Sindh Building Control Ordinance : il reste à les mettre en vigueur. La même année, un KBCA Oversee Committee était créé. Il était formé de fonctionnaires gouvernementaux, de techniciens, de représentants de Shehri et d’autres institutions officielles. Les réalisations de Shehri seraient trop longues à énumérer mais il est important de mentionner une autre loi que l’organisation a réussi à faire voter en 1997, l’Environment Protection Act, grâce à laquelle des espaces verts ont été aménagés (Hasan 1999 : 44).

60Il ne faut certes pas surestimer le poids de ce nouveau type d’organisations. On voit quelles sont leurs limites. Elles doivent constituer elles-mêmes des lobbies puissants, c’est-à-dire compter en leur sein des hommes influents, soit par leur respectabilité soit par leur puissance financière. C’est là une première condition. La deuxième provient de l’obligation de coopérer avec les institutions. Aucune coordination au niveau de la mégapole n’existe et les problèmes n’ont pas été répertoriés systématiquement. Les priorités ne sont par conséquent pas détectées. Il faut cependant citer les efforts accomplis en ce sens d’une part par cArif Hasan et, de l’autre, par l’Aga Khan Foundation (AKF). Dans un article récent publié dans Dawn,cArif Hasan recense les problèmes relatifs au seul domaine de la construction et fait des propositions concrètes (Hasan 2001). D’après lui, 50 % de la population de Karachi vivent toujours dans des katchīābādī. Les bénéficiaires de ces occupations illégales sont les agences gouvernementales, la police et les mafias. Ils recevraient entre 5 et 6 millions de roupies par an.

L’INSTRUMENTALISATION DE L’HUMANITAIRE PAR LES ONG COMMUNAUTAIRES

61Les formations communautaires, qu’elles aient une base ethnique ou sectaire, n’entendent pas abandonner le terrain social aux associations de quartier ou aux organisations caritatives. Dans le site Internet du MQM (<http://www.mqmuk.démon.co.uk>), c’est la Fondation du service humanitaire (Khidmat-e Khalq Foundation, KKF) qui ouvre le site, avant même le manifeste. Il est clair, par conséquent, que la nouvelle stratégie du MQM passe par une occupation plus large du terrain social.

  • 18 Les Biharis sont des Musulmans de la province indienne du Bihar qui ont migré au Pakistan oriental (...)

62Le MQM accentue l’importance de la KKF, en en faisant une ONG incontournable. S’appuyant sur un hadīth du Prophète qui affirme que la plus grande prière est le service de l’humanité, l’introduction affirme que l’organisation est celle qui a le plus œuvré dans le domaine humanitaire, alors que le MQM n’était pas au pouvoir. Entre 1979 et 1982, la KKF fut la seule qui prit soin des « Pakistanais délaissés », c’est-à-dire les Biharis18. Elle distribua nourriture et vêtements, et mit sur pied des camps mobiles pour les abriter. On rappelle au passage que Altaf Husayn est le seul homme politique du pays à ne pas être issu de la classe des industriels ou des « seigneurs féodaux ».

63Quelles sont les actions menées aujourd’hui par la KKF ? La priorité est de venir en aide aux plus démunis, en particulier aux veuves et aux étudiants sans ressources. L’organisation soutiendrait plusieurs milliers de personnes, non seulement des Mohājir « mais aussi des Sindhis, Baloutches, Panjabis, Siraikis et Pathans, autrement dit, des gens de toutes les nationalités du pays ». D’autres initatives ponctuelles sont prises, telle l’aide aux jeunes femmes pour réunir leur dot, la distribution de différents articles (machines à coudre, chaises pour handicapés, magnétophones pour les aveugles...) à l’occasion du jeûne de Ramazān.

64La KKF possède un service médical séparé, le Medical Aid Committee. Ce comité dispose d’un centre d’urgence situé à F.B. Area (Karachi) où opère une flotille d’ambulances. Pour les plus pauvres qui éprouvent des difficultés à se déplacer, la KKF a créé des dispensaires mobiles à Karachi, mais aussi à Hyderabad et dans d’autres localités du Sindh. Pour la célébration du martyr de Husayn, le 10 de Moharram, un dispositif spécial est prévu. Un hôpital de campagne est dressé, des médecins et des personnels paramédicaux viennent en aide aux croyants blessés lors des processions. Enfin, la KKF a mis sur pied un Legal Aid Committee, constitué d’avocats qui peuvent gratuitement conseiller les victimes de la répression gouvernementale.

65La KKF a toujours été la première sur les lieux des massacres interethniques. Il faut mentionner en outre l’opération « bazar gratuit » (muft bāzār), qui s’est tenue à Karachi en juin 1989. Pendant deux jours, plus de 100 000 personnes ont reçu gratuitement des produits alimentaires et des vêtements. Cela dit, bien qu’il soit affirmé que l’aide apportée par la KKF soit la même pour toutes les croyances, ethnies ou autres, on observe que des actions spécifiques existent uniquement pour les incidents dans lesquels les Mohājir sont impliqués. La KKF a pris en charge la migration de plusieurs milliers de familles mohājir du Sindh intérieur vers Karachi ou Hyderabad. L’implantation des institutions se fait toujours à F.B. Area, un quartier contrôlé par le MQM. C’est au fameux Nine Zéro, l’ancienne résidence d’Altaf Husayn, que se trouve le QG du mouvement.

  • 19 Les mouvements islamistes sont généralement regroupés en trois types : les « jihadistes », dont il (...)

66Dans le champ islamiste, c’est certainement la Jamācat-i Islāmī qui est la plus active mais son intérêt pour le terrain social paraît être des plus récents19. En novembre 1999, elle a demandé au gouverneur du Sindh de prendre des mesures d’urgence pour le Thar Parkar, une région désertique située aux confins du Gujarat, distribuant de la nourriture à bas prix à 25 000 personnes réparties dans 250 villages, et prodiguant des facilités pour le pèlerinage. Cela dit, les mouvements islamistes, quelle que soit leur nature, ne semblent pas être les plus présents sur le terrain social, en tout cas moins que certains de leurs confrères du Moyen-Orient. Au Pakistan, leur orientation reste politique ou religieuse, et ce sont ces domaines qui monopolisent leur attention.

L’AGA KHAN FOUNDATION ET LE PRINCIPE DE « PHILANTHROPIE INDIGÈNE »

  • 20 Sur les Ismaéliens, voir Boivin 1998.

67Une ONG joua un rôle particulièrement important à Karachi, et dans le reste du Pakistan : c’est l’Aga Khan Foundation. Outre sa nature spécifique, elle se détache des autres par sa grande technicité et par la réflexion qu’elle a engagée sur la société civile et la « philanthropie indigène ». Comme son nom l’indique, l’Aga Khan Foundation – dont le centre est à Genève en Suisse – a été fondée par Shāh Karīm al-Husaynī, mieux connu en Europe sous son titre d’Aga Khan (āghā khān). L’Aga Khan, qui est le guide divin (imām-e zamām) des Chiites ismaéliens nizārī, est un homme d’affaires très puissant, à la tête de nombreuses multinationales réparties sur tous les continents20. Il a créé l’AKF en 1967 pour promouvoir un développement social équitable et soutenu. Les trois priorités d’origine étaient la santé, l’éducation et l’aide aux zones rurales.

68En 1993 l’Aga Khan Foundation a innové en créant un NGO Support Project (NGOSP). Ce programme partait de la constatation que, si les ONG s’étaient multipliées, la majorité d’entre elles se trouvait néanmoins dans une grande précarité. Très peu disposaient de personnels professionnels engagés à plein temps. Reconnaissant l’utilité de leur travail, l’objectif était de les rendre plus efficaces en leur procurant de l’assistance, soit une formation technique et organisationnelle, une réflexion sur les moyens de mieux promouvoir le développement et enfin un forum pour stimuler la coordination, l’échange d’expériences, qui pourrait aboutir à la création d’un centre de ressources. Des conditions pour bénéficier de ce support étaient imposées. Les ONG devaient désigner des membres qui soient acceptés par le NGOSP et présenter un rapport d’activité, un historique et un projet de développement (Hasan 1998 : 164-165).

  • 21 Pour les détails, se reporter au site web du NGORC : <http://www.ngorc.org.pk>.

69Le NGOSP est basé à Karachi bien que ses actions dépassent aujourd’hui le cadre de la métropole et du Sindh21. De nombreux ateliers sont organisés à Karachi, mais aussi à Peshawar, Lahore et Islamabad. À Karachi l’organisation dispose d’une bibliothèque de 4500 volumes. Elle effectue par ailleurs un important travail de publication. Sa lettre d’information, publiée en ourdou, est distribuée à 7500 organisations, institutions, médias, etc. Un annuaire des ONG du Pakistan a vu le jour en 1996, et des ouvrages sont parus en ourdou, en sindhi et en anglais. C’est dans cette dernière langue que la principale publication de l’organisation est éditée, NGORC [NGO Resource Center] Journal : Quarterly on Civil Society Enhancement. Les objectifs de cette revue sont au nombre de quatre : faire connaître les théories et les pratiques émergentes, fournir un forum pour débattre de la société civile et des questions relatives au développement, mettre en valeur les alternatives de développement et faire partager les leçons issues de la pratique des ONG. Le premier numéro, sorti en octobre 2000, était consacré au rôle de la philanthropie indigène dans le développement social.

  • 22 Ce qui suit est tiré du discours que l’Aga Khan prononça en présence du général Musharraf. Voir Daw (...)

70La dernière initiative prise par l’Aga Khan est en effet la réunion de la Conférence sur la Philanthropie Indigène. Dans son discours du 21 octobre 2000 à Islamabad, il a insisté sur l’enracinement islamique de la charité22. La philanthropie, poursuit-il, est un élément central du Coran. On y trouve un injonction évidente à partager les ressources. Pour lui, c’est de ce principe que naquirent les biens de mainmorte (waqf). À cette première étape de biens charitables doivent succéder les fondations philanthropiques pour le développement social. Cela signifie qu’il est nécessaire d’aller au delà du simple support matériel. Il peut s’agir de l’aide professionnelle ou du partage du savoir avec ceux qui ne peuvent pas l’acquérir. Dans cette perspective, la philanthropie n’est pas une aide ponctuelle mais un soutien à long terme. Le problème, souligne l’Aga Khan, est de trouver les ressources au niveau local. Pour ce faire, il propose la création d’un Pakistan Centre for Philanthropy qui s’appuierait sur un partenariat entre le secteur professionnel, le gouvernement et la société civile. L’idée sous-jacente à ce projet est que les Pakistanais sont les mieux placés pour connaître quels sont les besoins de leurs compatriotes. En outre, ils seraient les plus aptes à maintenir l’intégrité de la culture pakistanaise qui, comme dans le reste du Sud, est menacée par la globalisation des communications et le pouvoir des médias occidentaux.

  • 23 Dans les années 1960, l’AKF a œuvré à Karachi et dans le Sindh, ainsi que dans les Northern Areas. (...)

71Il est certes trop tôt pour tirer des conclusions de l’action menée par le NGORC de Karachi. La ville constitue un espace privilégié car pour organiser ses ateliers, elle peut bénéficier de l’aide de l’Université Aga Khan, en particulier de son Institut pour le Développement de l’Éducation. L’étude publiée en 1996 par Shahid Alam, professeur d’économie à la North-Eastem University aux États-Unis, indique sans ambiguïté que le support apporté par le NGORC a permis aux ONG de Lyari et de Manzoor Colony de mettre en œuvre un programme éducatif performant (Alam 1996). De surcroît, l’AKF est elle-même directement engagée à travers ses nombreuses filiales. L’une des plus récentes, l’Aga Khan Planning and Building Service, organise des ateliers à Karachi et dans le Sindh rural23. Bien qu’ils soit encore difficile de situer leur importance réelle, les ong constituent la face apparente de l’activité de la société civile. Preuve en est que Nawāz Sharīf- et son gouvernement – avait commencé à s’en inquiéter. En mai 1999, le gouvernement du Panjab avait dissous 1941 ONG qui étaient accusées de n’exister que pour engranger des subventions (The News, 10 mai 1999). Avant de coup d’État de Pervez Musharraf en octobre 1999, Nawāz Sharīf s’apprêtait à soumettre une NGO Bill à l’Assemblée nationale...

INTERPRÉTER LA VIOLENCE COMMUNAUTAIRE

72Comme il a été dit plus haut, l’étroite imbrication des enjeux ne permet pas de proposer pour le moment une analyse complète des phénomènes de violence qui frappent Karachi depuis une vingtaine d’années. Il faut par conséquent se contenter de proposer des pistes d’analyse et d’évaluer dans quelle mesure les éléments incriminés peuvent expliquer ces phénomènes. Le désordre de la croissance urbaine est au premier plan. Karachi a rapidement été, après la Partition, victime de son succès. Le décollage économique de la capitale du Pakistan d’alors a provoqué l’afflux de centaines de milliers de Pakistanais, et de ressortissants des pays voisins. Aujourd’hui, on estime à 3 millions le nombre d’immigrés illégaux qui séjournent dans cette mégapole de 13 millions d’habitants. Les divers plans, dont aucun n’a été vraiment complété, n’ont jamais réussi à anticiper la croissance de la ville. Les estimations étaient réalisées en dessous des capacités de croissance réelle, aussi bien dans le domaine du logement que dans celui des diverses infrastructures (transports, eau, électricité, ramassage des ordures...).

LES PESANTEURS SOCIOLOGIQUES

73Une partie importante des communautés ethniques de Karachi est constituée de ruraux récemment urbanisés : c’est en particulier le cas des Panjabis et des Pathans. L’urbanisation n’a en aucun cas favorisé la dilution des structures tribales. Dans l’espace anomique que représente Karachi pour ces populations, on assiste souvent à un renforcement de l’organisation traditionnelle. Chez les Pathans, la jirgah se réunit toujours pour résoudre les problèmes difficiles.

  • 24 Akhtar Ḥamīd Khān cite d’autres cas de l’exemplarité des Pathans en dehors d’Orangi. Bien que mohāj (...)

74Les pesanteurs sociologiques n’ont pas disparu dans les quartiers où les initiatives ont permis un développement relativement harmonieux, comme à Orangi. Dans ce cas, il est vrai qu’elles ont pu jouer un rôle positif. Akhtar Ḥamīd Khān établit lui-même le constat que la structure tribale des Pathans d’Orangi leur a permis de prendre en main l’organisation et le développement de leurs quartiers beaucoup plus rapidement et de façon beaucoup plus efficace que cela ne fut le cas pour les Biharis. Il est vrai que le portrait que Khan trace des Pathans semble quelque peu caricatural : durs à la tâche, habiles ; il n’hésite pas à écrire que les Mohājir et les Biharis ne leur arrivent pas à la cheville (Khan 1996 : 148). Il prend l’exemple de l’installation des équipements sanitaires. Quand les habitants d’Orangi comprirent qu’ils ne devaient rien attendre des institutions, ils décidèrent de prendre les choses en main. En comparant le travail accompli et par les Pathans, auxquels il adjoint les Baloutches qui possèdent eux aussi une organisation tribale, et par les Biharis, il constate que « les disputes habituelles, les délais et les malfaçons, rien de tout cela ne se produisait dans les rues des Pathans » (ibid. : 149). Alors que les Biharis avaient du mal à s’entendre à l’échelle d’une rue pour organiser la construction des équipements sanitaires, les Pathans, sous l’autorité de leurs « anciens », planifiaient les travaux à l’échelle du quartier tout entier24.

75En outre, il est évident que le maillage social accompli par l’OPP a permis de juguler la violence qui déferlait sur Karachi après la mort de Bushrah Zaydī et l’affaire de Sohrab Goth. Les associations de femmes, les écoles, les centres familiaux pesèrent de tout leur poids pour qu’Orangi ne bascule pas dans la violence interethnique qui opposait Pathans et Mohājir dans le reste de la cité. L’OPP avait réussi entre 1980 et 1986 à établir des relations symbiotiques entre les habitants, relations basées sur la coopération économique mutuelle (Khan 1996 : 57-58).

LES CONTRAINTES ÉCONOMIQUES

76L’un des enjeux sous-jacents les plus déterminants est celui de l’emploi. À leur arrivée à Karachi, les immigrés indiens s’approprièrent les emplois laissés vacants par les Hindous. Les partis sindhis déclenchèrent plusieurs actions de protestation (manifestations, pétitions). Ces privilèges toutefois disparurent dans les années 1960, ne serait-ce qu’avec le transfert de la capitale à Islamabad à l’époque de Ayyūb Khān. Sous le gouvernement de Zūlfiqār cAlī Bhutto, entre 1972 et 1977, les Mohājir furent les victimes de plusieurs mesures prises en faveur des Sindhis sur le marché de l’emploi. Le quota de leur recrutement dans l’administration fédérale passa de 17 % à 7,6 %. La nationalisation des grandes entreprises industrielles et bancaires toucha de plein fouet les Mohājir. Enfin, l’accès à l’éducation supérieure leur fut restreint et c’est d’ailleurs pour protester contre sa non-admission aux études pharmaceutiques qu’Altaf Husayn fonda l’All-Pakistan Muhajir Students Organization (APMSO) en 1978 (Mahmud2000 : 106). Puis avec l’accession au pouvoir municipal du MQM, le favoritisme promohājir reprit dans l’administration et dans l’industrie.

77Les quartiers récents et excentrés sont peuplés de groupes mohājir souvent déclassés qui, bien qu’ils ne figurent pas parmi les plus pauvres, n’ont pas su profiter de l’essor économique de la cité. Ces dernières années, le chômage a fortement progressé au sein des Mohājir diplômés. Finalement, ces Mohājir se considèrent comme des laissés-pour-compte puisqu’ils n’ont pas réussi à rivaliser avec les communautés mercantiles venues du Panjab et du Gujarat et ce, chez eux à Karachi.

78Dans une étude sur les migrations et l’urbanisation au Pakistan, Shaheed Javed Burki a comparé des villes de nature différente, avant d’en arriver à la conclusion que les réfugiés se sont concentrés dans les villes où ne se trouvaient pas de groupes sociaux traditionnels puissants. Karachi aurait attiré les immigrants les plus pauvres, les moins qualifiés, les moins éduqués et les moins urbanisés. Cette population aurait constitué un terreau pour les « marginaux urbains ». Ces mêmes villes avaient plus facilement absorbé les réfugiés grâce à l’existence de réseaux de clientélisme. Ces réseaux, soumis à des patrons qui commandent à la distribution des ressources, sont plus aptes à assimiler les réfugiés que les mécanismes du marché qui caractérisent les cités modernes comme Karachi (Burki 1973 : 175). Cela dit, Karachi ne semble pas entrer dans la catégorisation de Burki. Il oppose en effet les villes traditionnelles, qui se sont développées autour d’un noyau qui était le centre d’échanges avec les campagnes environnantes, les villes modernes, qui ont émergé soudainement de la création d’un établissement industriel, et les villes mixtes (Ibid. : 152). Burki oppose dans son exposé Lahore, la ville traditionnelle, et Karachi, la ville moderne. La première se caractérise par la survivance d’un groupe de notables puissants qui prennent part à l’administration et à l’économie de l’hinterland de la cité. Ces notables possèdent pour la plupart de grandes propriétés foncières qu’ils ont acquises de leurs gouvernants en remerciement de services rendus à l’État. Par cet intérêt qu’ils avaient dans la terre, ces notables auraient développé des liens puissants avec la paysannerie. Ils défendaient son intérêt au sens large, et en échange les paysans leur rendaient service, ce qui mettait en œuvre un réseau de services réciproques basé sur les relations de type patron/client.

79Les données sociologiques sur la population de Karachi sont insuffisantes pour tirer des conclusions définitives du type de celles que Burki expose. Les recensements réalisés avant l’Indépendance et après fournissent néanmoins quelques jalons. En outre, ces conclusions, aussi intéressantes soient-elles, appellent quelques remarques. Le système décrit par Burki relève du modèle néo-féodal et il s’inscrit par conséquent dans une perspective socio-économique qui fait fi de toutes les solidarités de parenté, de tribu et d’ethnie. Il est loin d’être acquis que l’autorité d’un patron transcende tous ces clivages, sauf s’il est doté d’une autre autorité, de type charismatique. Dans ces conditions, seul le statut de pīr peut rendre compte d’un tel système.

80Pour revenir à Karachi, force est de constater que le groupe des notables, avant la Partition, était d’origine et de nature différentes. Deux éléments paraissent spécifiques à Karachi : l’aspect cosmopolite de la population et la domination des marchands qui étaient Hindous, Parsis ou Musulmans ajlaf (Memon, Hojāh, Bohrah). Le point commun de ces communautés marchandes, quelle que soit leur religion, était de fonctionner comme des castes. En outre, elles étaient loin d’avoir investi leur fortune dans la propriété foncière, et de ce fait, elles n’entretenaient pas de relation de clientélisme avec la population rurale. Des réseaux de clientélisme existaient sans doute entre ces castes et des castes qui leur fournissaient les biens qu’elles commercialisaient. Il faut répéter qu’aucune étude n’est disponible sur Karachi dans ce domaine. Enfin, si les membres les plus fortunés de ces communautés investissaient bien dans la cité, c’était dans la création d’institutions sanitaires ou éducatives. En d’autres termes, ils ne produisaient pas d’investissements lucratifs pour la population de Karachi. Si de tels projets étaient réalisés, les retombées n’étaient que pour les membres de la caste.

DES INSTITUTIONS ET DES MAFIAS

81L’implication de la police de Karachi dans l’assassinat de Mīr Murtazā Bhutto conduit à s’interroger sur le rôle joué par les institutions dans les phénomènes de violence communautaire, et sur leurs liens avec les différentes organisations criminelles classiques qui seront désignées par le terme couramment employé de « mafias ». Il faut cependant distinguer deux types d’organisations différentes dans ce que la presse désigne habituellement comme mafias. On a d’une part les organisations criminelles classiques, les mafias au sens propre du mot, qui sont spécialisées dans des activités criminelles comme le vol, les trafics d’armes et de drogue ou la prostitution. D’autre part, on a des organisations qui ont pris illégalement le contrôle de certains secteurs d’activités comme le transport, le logement ou la distribution de l’eau. Dans ce deuxième cas, et bien qu’elles puissent recourir à des procédés criminels, ces organisations agissent avec la complicité ou le soutien des institutions dont elles corrompent les membres. Dans tous les cas on aboutit ici à un constat incontournable : celui de l’impéritie ou de la paralysie des institutions locales, provinciales et nationales. C’est en effet à cause du vide créé par ces institutions dans ces secteurs fondamentaux pour le développement harmonieux de Karachi que ces « mafias » peuvent prospérer. Cela dit, cette impéritie s’explique à son tour par une double carence : les moyens mis à la disposition de ces institutions pour pouvoir agir et la volonté politique d’agir. En d’autres termes, il faut s’interroger sur les origines du blocage de la situation : pourquoi les institutions ne s’impliquent-elles pas davantage dans la croissance urbaine de Karachi ? Cette question dépasse largement le cadre de la présente étude mais il n’est pas vain d’apporter quelques rapides éclaircissements.

82Le manque de disponibilités financières et les faibles salaires expliquent aussi bien le manque de volonté et de suivi dans la politique urbanistique que la corruption. Le salaire moyen d’un policier est de 4000 roupies, ce qui est dérisoire quand on sait que chacun d’eux a grosso modo une douzaine de personnes à sa charge (Ansari & Syed Ali 2001 : 26). La conséquence est que les commissariats de Karachi sont eux-mêmes dépendants de l’argent qu’ils extorquent aux vendeurs ambulants et autres commerçants. Le seul district de Karachi East rapporterait à la police entre 1,5 et 2 millions de roupies par mois (ibid. : 36).

83L’assassinat de Mulik Shahīd Hamīd, le directeur de la Karachi Electric Supply Corporation (KESC), en dit long sur le degré de corruption de l’administration ainsi que sur la collusion entre cette administration et les groupes liés à la mafia et au terrorisme. La voiture de Malik Shahīd Hamīd a été coincée dans un virage et la police a relevé 45 impacts de balles. Il a été tué sur-le-coup ainsi que son garde du corps et son chauffeur. Cette exécution indique que ses assassins étaient des tueurs professionnels. Malik Shahīd Hamīd voulait mettre fin à la corruption et aux détournements de fonds. Au moment de sa mort, il enquêtait en particulier sur la disparition des 24 millions de roupies d’un prêt octroyé par l’Asian Development Bank. Informé que de hauts responsables avaient détourné des millions de roupies, il avait commandé un audit à une société étrangère pour vérifier les comptes de la KESC.

LA CRIMINALISATION DES GROUPES ET L’EFFACEMENT DES CLIVAGES

84Comment ces groupes, partis politiques ou sectes, sont-ils financés ?

85La criminalisation des groupes s’explique par le problème de leur financement. À titre d’exemple, le budget annuel d’une organisation comme le Pakistan Centre de Karachi seulement est de 3,2 millions de roupies pour faire face aux frais de poste, à l’assistance des militants emprisonnés, et à l’aide aux familles dont des membres ont été assassinés (Syed Ali 2001 : 44). Dans ces conditions, il est évident que les activités traditionnelles pour la collecte de l’argent sont insuffisantes. À la fin des années 1970, la principale source de revenus pour des groupes comme la Jamācat-i Islāmā mais aussi pour le MQM, qui s’était inspiré de la précédente, était le ramassage des peaux d’animaux sacrifiés pour le cid-e adha, la plus grande fête religieuse de l’islam. Les groupes ont alors étendu leurs activités dans des secteurs illégaux, que ce soit le racket, l’enlèvement contre rançon, mais aussi la collusion avec de véritables mafias. Le développement de ces activités criminelles se fit par l’intermédiaire des immigrants illégaux qui se spécialisèrent rapidement dans des secteurs bien délimités. Les Afghans s’orientèrent vers le trafic d’armes, d’explosifs et de drogue alors que les Bangladeshis contrôlaient le vol et la prostitution. Le Pakistan n’avait aucun héroïnomane en 1979, alors qu’il en compterait 650 000 en 1986 et 5 millions en 1999 (Rashid 2000 : 154).

86Une source de revenus qui s’est beaucoup développée ces dernières années est l’occupation illégale de locaux ou de logements. Le scénario est des plus simples. Il s’agit de repérer que les propriétaires sont en vacances ou qu’ils ont émigré avant d’en prendre possession. Lorsque les propriétaires reviendront, ils seront menacés physiquement ou l’un de leurs enfants sera enlevé. Une rançon devra être versée pour récupérer le bien ou l’enfant.

87La persistance de la violence est renforcée par la dérive mafieuse qui frappe certains groupes politiques. Non seulement un impôt est exigé de la population, mais les assassinats de fonctionnaires municipaux se multiplient. On a vu le cas de l’assassinat du directeur de la Karachi Electric Supply Corporation. Quelques jours auparavant, il avait reçu des menaces du MQM. Il est de notoriété publique que le MQM est lié d’une façon ou d’une autre aux différentes mafias qui contrôlent la distribution de l’eau, de l’électricité ou du gaz, sans oublier celle du logement. Il est d’autre part difficile de savoir quel est le rôle joué par la police et les rangers. La police municipale est sous l’autorité de la ville, qui est elle-même gouvernée par le MQM. Les rangers, force armée paramilitaire, relèvent de l’armée. Le MQM accuse les rangers de protéger le groupe Haqīqī et de favoriser la création de « no-go areas » dans Karachi. Le groupe Haqīqī accuse quant à lui la police de lancer des opérations contre lui. Dans les quartiers qu’elles contrôlent, les deux factions du MQM n’hésitent pas à exercer une pression très forte sur les minorités ethniques comme les Bangladeshis, les Biharis ou les Katchhis.

88La criminalisation des partis politiques et des groupes islamistes apparaît encore dans les techniques d’assassinat. À cet égard, le MQM aurait l’organisation criminelle la plus sophistiquée, basée sur l’existence de plusieurs dizaines de groupes de mercenaires de 10 à 15 membres chacun. L’organisation disposerait d’indicateurs pour l’informer des activités des policiers dans leurs quartiers respectifs. Chaque action repose sur la division des tâches imparties à plusieurs groupes qui ne sont pas en contact les uns avec les autres. Un premier groupe est chargé de voler un véhicule et de le conduire à un endroit indiqué. Un autre groupe le conduit à un autre endroit indiqué alors qu’un troisième est responsable de fournir les armes. En 1998, le MQM aurait décidé de se débarrasser des éléments criminels de l’organisation. Ces derniers, au nombre de 200 environ, seraient alors allés grossir le groupe des mercenaires mais la police pense que la majorité, soit près de 150, aurait rejoint le groupe de Goga (cf. infra).

  • 25 La VHP (Vishva Hindu Parishad) et d’autres organisations nationalistes hindoues liées ou non au RSS (...)

89Après l’effacement du clivage entre terrorisme ethnique ou politique, et terrorisme religieux, on assiste à confusion de plus en plus grande entre grand banditisme classique et terrorisme politico-religieux. Cette nouvelle configuration est apparue au grand jour après les émeutes communalistes de Bombay en 1993, émeutes qui succédèrent elles-mêmes aux événements survenus à Ayodhya, en Inde du Nord25. Un parrain mafioso de Bombay, Dawūd Ibrāhīm, dut se réfugier à Karachi pour fuir les accusations portées contre lui d’avoir commandité les attentats qui provoquèrent la mort de 228 ou 315 personnes, suivant les sources, à Bombay le 12 mars 1993. Pour des raisons trop longues à développer ici, Dawūd Ibrāhīm ordonna à ses lieutenants de Karachi d’éliminer un concurrent qui s’était réfugié à Bangkok, en Thaïlande. Pour ce faire, ils recrutèrent trois membres d’Al-Zulfiqar Organization qui, depuis la reconversion du groupe terroriste en un parti respectable dirigé par Ghinwa Bhutto, la veuve de Mīr Murtazā, étaient purement et simplement devenus tueurs à gage (Hasnain 2001 : 27).

  • 26 Sur l’origine de ces mouvements, voir Metcalf ([1982] 1989).

90La « guerre civile » évoquée plus haut, qui oppose deux factions du MQM, n’épargne plus les groupes islamistes. Dans le sous-continent indien, l’islamisme sunnite se répartit en trois obédiences principales : les Barelvis, les Deobandis et les Ahl-e Hadīs. Pour donner une idée du rapport de forces, il faut savoir 1988, les Deobandis contrôlaient 1869 madrasa dans tout le pays dont 208 dans le Sindh, les Barelvis 717 (61 dans le Sindh), et les Ahl-e Hādīth 161 (6 dans le Sindh) (cité in Rahman 1998 : 198)26. Contrairement aux Deobandis, les Barelvis ne participent pas au jihād, et ils s’abstiennent d’activités anti-chiites. Cela n’ a pas empêché que le développement des organisations de l’une et l’autre obédiences provoque à Karachi une compétition pour le contrôle des mosquées. Dernièrement, l’assassinat de Mawlānā Salīm Qādir (1960-2001), créateur en 1992 du Sunnī Tehrik d’obédience barelvie, est imputable au différend qui opposait les deux sectes pour le contrôle de la mosquée Jamia Rasheedia, située à Baldia, un quartier mohājir de la banlieue ouest de Karachi (M. Ansari 2001 : 41).

  • 27 Sur la rhétorique islamique du MQM, voir Boivin 2001b : 262-264.

91La police est accusée de soutenir le Sipāh-e Muhammad et son aile terroriste le Lashkar-e Jhangvī, car ce sont les seules organisations autorisées à aller faire des sermons dans les prisons de Karachi. Le MQM soutiendrait pour sa part le Sipāh-e Muhammad (chiite) et son groupe terroriste Pasban-i Islam27. Il aurait en outre favorisé la création du Sunnī Tehrik. Enfin, le Sipāh-e Sahaba (sunnite), et son aile terroriste le Lashkar-e Jhangvī auraient de nombreux sympathisants au sein du MQM haqīqī. La recrudescence des assassinats de Chiites, effective depuis l’an 2000, serait liée à une scission survenue au sein du Lashkar-e Jhangvī. Cette organisation aurait éclaté en deux groupes, le Riyaz Basra Group, surtout implanté dans le Panjab, et le Qari Hye Group, principalement établi à Karachi. Qari Hye, qui était le lieutenant de Riyāz Basra dans le camp d’entraînement de Sarobi, en Afghanistan, aurait décidé de former son propre groupe terroriste sunnite. L’impunité dont jouissent certains membres de ces groupes terroristes paraît établie. Il y a peu, Āsif Ramzī, qui est le chef du Qari Hye Group pour Karachi, a envoyé une lettre de menace à un industriel pour lui extorquer de l’argent. Sur cette lettre, il donnait non seulement son nom mais le numéro de son téléphone mobile (Syed Ali 2002 : 39).

92Enfin, les ONG ne sont pas à l’abri d’un processus de criminalisation. Prenons l’exemple de la Basic Association of Citizens of Karachi (BACK). Créée en 1997 par un transfuge du MQM, cUmar Mahmud Khān alias Goga, son objectif initial était d’aider les habitants de Karachi à résoudre leurs problèmes quotidiens. Mais les assassinats répétés dont ses membres ont été les victimes ont incité Goga à définir un nouvel objectif : libérer Karachi des militants du MQM qui, d’après lui, sèment la terreur. Victime de quatre tentatives d’assassinat entre avril et juillet 1998, le passé de Goga reflète bien la complexité de la situation. Après être resté pendant plusieurs années le chef de la protection rapprochée d’Altaf Husayn, Goga disparaît pendant une dizaine d’années qu’il aurait partagées entre la prison et un séjour dans la Jamācat-i Islāmi de Mawlānā Fazl ar-Rahmān (Hasnain 1998 : 61).

INTÉGRATION URBAINE ET INTÉGRATION NATIONALE OU L’INEXTRICABLE IMBRICATION DES ENJEUX

  • 28 Au printemps 2000, le ministre de l’Intérieur a toutefois suspendu l’octroi de licences de port d’a (...)

93À cette planification défectueuse, il faut ajouter l’instabilité politique dont souffre le Pakistan depuis le coup d’État du général Ziyā al-Haqq en 1977. Au moment où l’invasion soviétique en Afghanistan provoquait un afflux d’armes à Karachi, le dictateur décidait d’assouplir l’octroi des licences de port d’armes, en vue, d’après certaines sources, de précipiter le Sindh dans le chaos, sachant que la province natale de Zūlfiqār cAlī Bhutto était la plus farouchement opposée au coup d’État militaire28. En outre, la condamnation à mort puis l’exécution de Zūlfiqār cAlī Bhutto en 1978 provoqua l’apparition de plusieurs organisations terroristes sindhies qui opéraient dans la clandestinité.

94Le plus fameux de ces groupes, nommé Al-Zulfiqar Organisation, fut créé par les deux fils de Bhutto, Mīr Murtazā et Shah Nawāz. Mīr Murtazā Bhutto, qui agissait avec le soutien de l’Afghanistan puis avec celui de la Syrie, réussit à rentrer au Pakistan lorsque sa sœur Benazir arriva au pouvoir après la disparition tragique de Ziyā al-Haqq en 1987. Mīr Murtazā fonda un nouveau parti politique, issu d’une scission du Pakistan People’s Party (PPP). Déçu par les résultats électoraux de son parti, il ne réussira pas à assurer une vie politique démocratique et en septembre 1996, il sera assassiné avec ses gardes du corps par la police devant son domicile du quartier résidentiel de Clifton. Benazir Bhutto était alors Premier ministre.

  • 29 Signalons qu’aux yeux des Musulmans, ces deux jihād sont des guerres défensives puisque l’Afghanist (...)

95La crise d’Afghanistan consécutive aux attentats du 11 septembre 2001 aura eu le mérite de mettre en valeur les enjeux géopolitiques et géostratégiques du Pakistan, et de sa plus grande ville qu’est Karachi. L’enjeu économique n’est pas des moindres. La « guerre des oléoducs » n’est pas pour rien dans la divergence des intérêts qui s’affrontent au Pakistan par l’intermédiaire de groupe recrutés dans le pays. La question concerne l’acheminement du pétrole et du gaz de la mer Caspienne vers les marchés européen et asiatique. Cet enjeu économique renforce l’intérêt que les grandes puissances portaient au Pakistan. Les États-Unis, qui s’étaient repliés sur le pays après la révolution islamique de 1979 en Iran, sont plus que jamais impliqués dans son évolution future. On ne peut non plus sous-estimer l’implication des puissances musulmanes, l’Iran et l’Arabie Saoudite. Rarement évoqué dans l’après-11 Septembre, le rôle de ce dernier pays dans le financement des organisations terroristes sunnites est loin d’être connu dans toutes ses implications sur le terrain pakistanais, le Pakistan occupant une place privilégiée dans la stratégie du leader saoudien : d’une part, il sert de tête de pont vers les républiques islamiques d’Asie centrale, indépendantes depuis 1991 ; de l’autre, il est situé depuis vingt-quatre ans entre les deux territoires où se déroulent les plus importants jihād du siècle, l’Afghanistan et le Cachemire29.

  • 30 Sur l’évolution du jihād au Pakistan après le 11 septembre 2001, voir Boivin 2006.

96Par ailleurs, la fin de la guerre d’Afghanistan a provoqué le reflux de nombreux jihādī à Karachi. Compte tenu des choix opérés par Pervez Musharraf, et des mesures qu’il a prises à l’encontre des groupes islamistes, une nouvelle théorie du jihād aurait été élaborée : le ghar-kā jihād, c’est-à-dire « le jihād à la maison »30. L’objectif serait de déstabiliser le pouvoir en place en vue de le renverser. Cette théorie fournirait une explication aux actions lancées contre le journaliste américain et les coopérants français en janvier et mai 2002.

* *
*

97Quelles conclusions peut-on tirer de toutes ces allégations dont certaines sont des plus périlleuses à corroborer ? S’il est difficile de déterminer un modèle pour la croissance de Karachi, il est en revanche certain que la violence ne pourra diminuer aussi longtemps que la croissance de la ville ne sera pas mieux planifiée, ni même maîtrisée. Cette violence est cyclique. Après le pic des années 1985 et 1995, puis les retombées qui leur ont succédé, on assiste actuellement à une nouvelle phase de violence qu’il serait simpliste d’attribuer aux seuls événements dramatiques du 11 septembre 2001. Il est clair que les problèmes de fond sont loins d’être résolus. Il ne faut pas oublier que le premier souci de l’habitant de Karachi est de faire face aux innombrables difficultés quotidiennes comme celle de l’eau. Les dernières évolutions de la morphologie de la violence peuvent conduire à penser que, du fait qu’elle se limite à l’activité de « marginaux urbains », elle se trouve de facto marginalisée. On aurait pu croire que la violence se cantonnait aujourd’hui aux actions d’extrémistes qui avaient glissé de la revendication politique plus ou moins légitime au banditisme de type mafieux. Cette analyse était pertinente avant l’attentat du 8 mai 2002 contre la Navy. Depuis, il serait plus logique de penser que la violence est entrée dans une phase inédite à Karachi.

98Il ne semble pas utile de récapituler les facteurs centripètes tant la complexité de la réalité humaine de Karachi est flagrante. L’enchevêtrement provoque pour ses habitants une dilution des repères ainsi qu’une superposition des codes et des sources normatives. Le manque de lisibilité qui en résulte efface la frontière entre le légal et l’illégal et favorise ainsi la transgression. Contrairement à ce qu’avance Akhtar Ḥamīd Khān, il est loin d’être prouvé que la résistance des structures traditionnelles, tribales essentiellement, suffise à servir de garde-fou au déferlement de la violence. En revanche, l’exemple d’Orangi indique a priori que là où les habitants ont pris la situation en main, là où ils ont su finalement créer ou réactiver du lien social, les choses se passent mieux qu’ailleurs. Il faut noter que dans les quartiers où le développement global a été sérieusement assumé, en général par les habitants, la violence est, certes plus ou moins bien, jugulée. Alors le salut de Karachi passe-t-il par un déploiement et le renforcement des ONG non communautaires ? Ce scénario appelle plusieurs remarques.

99D’une part, les actions lancées par ces ONG ne cherchent pas à favoriser l’intégration urbaine dans sa globalité. Leurs initiatives restent ponctuelles. L’Aga Khan Foundation est par exemple convaincue que le développement de l’éducation peut pallier à toutes les déficiences. D’autre part, le facteur ethnique, le facteur sectaire, les blocages sociaux et économiques ne sont pas pris en considération en tant que tels. L’AKF souffre pour l’instant d’une trop grande « technicisation » mais aussi de sa structure massive de multinationale. Les décisions sont prises à Genève, New York ou Londres par des experts qui n’ont pas la connaissance de terrain d’un Akhtar Ḥamīd Khān ou d’un cArif Hasan. Dans le discours qu’il a prononcé à Islamabad, l’Aga Khan a affirmé que le gouvernement pakistanais était trop absorbé par la gestion quotidienne des affaires pour pouvoir concevoir, et encore moins mettre en œuvre, des programmes de développement à long terme. Il y voit la tâche des ONG. Ce retrait de l’État en faveur des ONG pose un problème de taille : comment une intégration urbaine pourrait-elle désamorcer la violence si rien n’était fait pour l’ édification d’une conscience citoyenne ou nationale ?

100À la croissance anarchique de la cité s’ajoute par conséquent l’absence de modèle d’intégration nationale. Les Mohājir ne sont pas ici les seuls concernés. Le problème de la définition de l’identité pakistanaise – la « pakistaniyyat » (pakistanité) – apparaît ici dans toute sa complexité. L’utopie pakistanaise a été fondée sur une ambiguïté dans la mesure où, si l’islam était le facteur fédérateur, on ignorait si cet islam normatif était l’islam-religion ou l’islam-civilisation. Le développement des organisations de défense de citoyens, encore peu nombreuses, indique cependant que la gabegie qui règne à Karachi peut favoriser l’émergence d’un processus prometteur : celui de la prise de conscience de la citadinité. Cette identification à la cité pourrait dans un premier temps constituer une étape importante vers l’élaboration d’une citoyenneté dans un pays où l’État s’appuie davantage sur les réseaux de clientélisme que sur la défense de l’intérêt général.

101M.B.

Post-scriptum

102Les données qui ont fourni la matière de cet article remontent à la seconde moitié des années 1990 et au tout début des années 2000. Les grands axes d’évolution de Karachi n’ont certes pas été bouleversés en quelques années. L’équilibre entre les ethnies multiples et les confessions diverses reste très précaire. On notera cependant que les affrontements entre les deux factions du MQM ont largement diminué. En revanche, la violence sectaire entre groupes terroristes sunnites et groupes terroristes chiites a augmenté. Le 11 avril 2006, un attentat-suicide à Nishtar Park a provoqué la mort de 47 personnes et en a blessé une centaine d’autres.

103Qu’en est-il de l’émergence de la société civile et où en est le processus de défragmentation sociale ? Karachi a été choisie en 2006 comme l’une des trois villes, avec Caracas et Bamako, où s’est déroulée la 6e édition du Forum Social Mondial. Au cours de son intervention, cArif Hasan a dressé un tableau mitigé de l’évolution globale de Karachi. Pour faire court, il a constaté que le fossé entre les riches et les pauvres, estimés à près de 70 % de la population totale, ne cesse de croître. Il a également observé l’essor d’une nouvelle société élitiste qui tend même à marginaliser les classes moyennes. Ces dernières peinent en effet de plus en plus à faire face à la flambée de l’immobilier et au coût de l’éducation privée. La globalisation enfin, avec son développement hautement technologique, renforce encore la marginalisation des pauvres qui sont rejetés sur les franges de la cité, après que leurs habitations du centre aient été incendiées, plus de 3500 à l’heure actuelle (Dawn, 27 mars 2006 ; cf. <www.dawn.com>).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abou Zahab, M. (1999), « Le Sipah-e Sahaba Pakistan (SSP) dans le Pendjab : islamisation de la société ou conflit de classe ? », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 27, pp. 143-157.

Ahmad, M. (1997), « Revivalism, islamization, and violence in Pakistan », in C. Baxter & C. Kennedy, eds., Pakistan 1997. Boulder, Vestwiew Press, pp. 101-123.

Ahmar, M. (1996), « Ethnicity and State power in Pakistan : the Karachi crisis », Asian Survey, XXXVI (10), pp. 1031-1048.

Akbar Zaidi, S. (1997), « Institutions, poverty, politics : the case of Karachi », Pakistan Perspectives, II (2), pp. 20-65.

Alam, M. (1993), « Après Ayodhya. Le renouveau militant hindou et les musulmans indiens », Hérodote, 71, pp. 140-148.

Alam, S. (1996), Community Organisations and Urban Development : A Study of Selected Urban Settlements in Karachi. Karachi, NGORC.

Ansari, M. (2001), « The war within ? », Newsline, June, pp. 39-41.

Ansari, M. & Syed Ali, N. (2001), « Crime city », Newsline, June, pp. 20-38.

Ansari, S. (1992), Sufi Saints and State Power. The Pirs of Sind, 1843-1947. Lahore, Vanguard Books.

Boivin, M. (1996), Le Pakistan. Paris, PUF (« Que sais-je ? » 987).

Boivin, M. (1998), Les Ismaéliens : des communautés d’Asie du Sud entre islamisation et indianisation. Tümhout (Belgique), Ed. Brepols.

Boivin, M. (2000), C.R., in Bulletin critique des annales islamologiques, 16, p. 113.

Boivin, M. (2001 a), « Karachi et ses territoires en conflit : pour une relecture de la question communautaire », Hérodote, 101, pp. 180-200.

Boivin, M. (2001b), « Le Pakistan et les Mohājir : une nation en quête de son identité », Purusārtha, 22 : La Question identitaire en Asie du Sud. Paris, Editions de l’EHESS, pp. 245-270.

Boivin, M. (2002a), C.R., in Bulletin critique des annales islamologiques, 18, pp. 83-86 (CD Rom).

Boivin, M. (2002b), C.R., in L’Homme, 162, pp. 325-330.

Boivin, M. (2005), « Les Hindous de Karachi dans la perspective historique : de la domination socio-économique à la marginalisation minoritaire », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 107/110, pp. 61-96.

Boivin, M. (2006), « Jïhād, national process and identity assertion in Pakistan : the dialectic of metaphor and reality », in S. Shafqat, ed., New Perspectives on Pakistan : Contexts, Realities, and Visions for the Future. Karachi, Oxford University Press, pp. 105-122.

Burki, S. J. (1973), « Migration, urbanization and politics in Pakistan », in W. Howard Wriggins & J.F. Guyot, eds., Population, Politics, and the Future of South Asia. New York/Londres, Columbia University Press, pp. 147-189.

Damohi, U. (1997), Karachi tareekh ke ainey men. Karachi, Indus Publications.

District Report Census of Karachi Central, East, South, West and Malir – 1998 (1999- 2000). Islamabad, Government of Pakistan.

Faruqui, M. (1995), « Contextualizing Karachi’s violence », South Asia Bulletin, 15 (1), pp. 124-125.

Hasan, A. (1999), Understanding Karachi : Planning and Reform for the Future. Karachi, City Press.

Hasan, A. (2001), « Illegality and the built environment », Dawn, 9 September.

Hasan, A., ed. (1998), Community Initiatives : Four Case Studies from Karachi. Karachi, City Press.

Hasnain, G. (1998), « Carnage city », Newsline, July, pp. 57-61.

Hasnain, G. (2001), « Karachi’s gang wars », Newsline, September, pp. 20-31.

Heuzé, G. (1996), Entre émeutes et mafias. L’Inde dans la mondialisation. Paris, L’Harmattan.

Hussain, A. (1990), « The Karachi riots of 1986 : crisis of State and civil society », in V. Das, ed., Mirrors of Violence : Communities, Riots, and Survivors in South Asia. Delhi, OUP, pp. 185-193.

Jafri, A. B.S. (1996), Karachi : A City who Refuses to Surrender. Karachi, Royal Book Company.

Jaffrelot, C., dir. (2000), Le Pakistan. Paris, Fayard.

Kamãl, A. (1996), « Karachī kī kahānī », Āj, [Spécial Issue], Karachi, vol. I et II.

Khan, A. H. (1996), Orangi Pilot Project : Réminiscence and Réfections. Karachi, OUP.

Khuhro, H. & Mooraj, A. (1997), Karachi : A Megacity of our Times. Karachi, OUP.

Mahmud, T. (2000), « Colonial migrations and post-colonial identities in South Asia », South Asia, XXIII (1), pp. 87-108.

Metcalf, B. ([1982] 1989), Islamic Revival in British India : Deoband, 1860-1900. Karachi, Royal Book Company.

Meyerink, H. (1983), « Karachi’s growth in historical perspective », in J.W. Schoorl, J. Van Der Linden, K.S. Yap, eds., Between Basti Dwellers and Bureaucrats : Lessons in Squatter Settlement Upgrading in Karachi. Oxford/New York, Pergamon Press.

Naciri, M. (1985), « Espaces urbains et société islamique », Hérodote, 36, pp. 127-137.

Nasr, S. V.R. (1994), The Vanguard of the Islamic Révolution : The Jamacat-i Islami of Pakistan. Londres, I.B. Tauris Publishers.

Nasr, S. V.R. (2000), « The rise of Sunni militancy in Pakistan : the changing rôle of islamism and the Ulama in society and politics », Modem Asian Studies, 34 (1), pp. 139-180.

Rahman, T. (1998), « Language, religion and identity in Pakistan : language-teaching in Pakistan madrasa », Ethnie Studies Report, XVI (2), July, pp. 197-213.

Rashid, A. (2000), Taleban. Londres, I.B. Tauris.

Shaheed, F. (1990), « The Pathan-Muhajir conflict, 1985-1986 : a national perspective », in V. Das, Mirrors of Violence : Communities, Riots, and Survivors in South Asia. Delhi, OUP, pp. 194-214.

Sipe, K. R. (1976), « Karachi’s Refugee Crisis. The Political, Economie and Social Conséquences of Partition-Related Migration », PhD. thesis, Duke University [1984, Ann Harbor Microfilms].

Specht, R. A. étal. (1983), Urbanization in Pakistan : the Case of Karachi. Copenhague, School of Architecture.

Statistical Pocket Book of Pakistan 2002 (2002). Karachi, Fédéral Bureau of Statistics, Government of Pakistan.

Streefland, P. (1979), Slaughterhouse : Conflict and Survival in a Karachi Neighborhood. Assen, Van Gorcum.

Syed Ali, N. (2001), « Doctors under fire », Newsline, August, pp. 40-44.

Syed Ali, N. (2002), « The Jihad within », Newsline, May, pp. 39-45.

Tambiah, S. J. (1990), « Reflections on communal violence in South Asia », Journal of Asian Studies, 49, pp. 741-760.

Tariq, A. (1999), Panic in Karachi. Altaf Hussain, MQM and Underground Mafia. Islamabad, Daily Hot News.

Van Der Linden, J. J. (1977), The Bastis of Karachi : Types and Dynamics. Amsterdam, Vrije Universiteit.

Van Der Linden, J. J. (1991), « Security and value : squatter dwellings in Karachi », in H. Donnan & P. Werbner, eds., Economy and Culture in Pakistan : Migrants and Cities in a Muslim Society. New York, St. Martin’s Press, pp. 62-76.

Verkaaik, O. (1994), A People of Migrants : Ethnicity, State and Religion in Karachi. Amsterdam, VU University Press.

Wajidi, M. A.Z. (2000), Local Government in Pakistan : A Case Study of Karachi Municipal Corporation (1842-1988). Karachi, Royal Book Company.

Yavari d’Hellencourt, N. (1997), « Immigration et construction identitaire en milieu péri-urbain à Téhéran : Eslâm-Shahr », CEMOTI, 24, pp. 183-206.

Zaman, M. Q. (1998), « Sectarianism in Pakistan : the radicalization of Shici and Sunni identifies », Modem Asian Studies, 32 (3), pp. 689-716.

Zins, M.-J. (2002), Pakistan. La Quête de l’identité. Paris, La Documentation française.

Notes

1 Hormis de très courts articles qui ne proposent pas d’interprétation globale des phénomènes de violence ; voir par exemple Hussain 1990, Faruqui 1995, Ahmad 1997.

2 Voir précisément Boivin 2000 : 113.

3 Voir précisément Boivin 2002a : 83-86 (CD Rom).

4 Expression utilisée par Akhtar Ḥamīd Khān, le maître d’œuvre de l’Orawgz Pilot Project (Khan 1996 : 55). Voir la partie sur « la société civile et le processus de défragmentation sociale ».

5 Lors de sa création en 1947, le Pakistan était un État fédéral, composé de cinq (Baloutchistan, Bengale, North-West Frontier Province, Sindh et Panjab), puis quatre provinces après la sécession du Bangladesh en 1971. Les recensements ne sont pas basés sur les ethnies mais sur les langues parlées dans les différentes provinces, ce qui peut revenir au même.

6 Les Ahmadī suivent Mïrzā Ghulām Ahmad, un Panjabi mort en 1908, qui se proclama mahdï et messie. Têtes de turc des organisations fondamentalistes, ils ont finalement été exclus de la Ūmma sous le gouvernement de Bhutto en 1974. Par conséquent, ils ne sont plus considérés comme des Musulmans.

7 Zins voit dans la Partition et ce qu’il nomme le « démembrement », c’est-à-dire la sécession du Bangladesh, les traumatismes fondateurs du Pakistan (ZINS 2002 : 74). Le Sindh a été relativement épargné par les violences ; voir Boivin 2005.

8 Chiffres à comparer à Paris/banlieue : 400 (niveau faible) en 1995, Mumbai : 350 en 1996 contre 2000 en 1993 et Mexico : 5000 en 1995. Je remercie Djallal G. Heuzé de m’avoir communiqué ces données très utiles pour situer le cas de Karachi.

9 Le terme « sectaire » doit être entendu dans sa signification étymologique. Il désigne les différentes formes de l’islam qui se trouvent au Pakistan, au premier chef les Sunnites et les Chiites, mais aussi les Isma’ īlī, les Zikrī, etc. ; voir Boivin 1996 : 14 sq.

10 Sur les Mohājir et le MQM, voir Boivin 2001b.

11 Le général Musharraf bannit en août 2001 Lashkar-e Jhanvî, un groupe terroriste sunnite, et Sipāh-e Muhammad, un groupe chiite. Puis en janvier 2002, il interdit Tehrik-e Ja’ fariyya Pakistan (chiite), Jaysh-e Muhammad (sunnite), Lashkar-e caiyybah (chiite) et Tanzīm-e Nifāz-e Sharīcat-e Muhammadī (sunnite). Sur les affrontements sectaires, voir Zaman 1998 et Abou-Zahab 1999.

12 Jihādī : désigne les groupes armés qui avaient été initialement créés pour mener le jihāden Afghanistan ou au Cachemire. Cela signifie qu’ils possédaient des camps d’entraînements tolérés par le gouvernement.

13 Sur les Hojāh, voir Boivin 1998.

14 Le Katchh et le Kathiawar sont deux régions de la province indienne du Gujarat.

15 Il ne s’agit pas ici d’aborder la question largement débattue de savoir si les castes existent dans l’islam sud-asiatique. Pour faire bref, il faut préciser que si les intéressés, les Hojāh, utilisent le mot zāt en ourdou, qu’ils traduisent par l’anglais « caste », il faut y voir une forme d’organisation grégaire d’origine hindoue modifiée par deux facteurs, l’islam et la modernisation.

16 J’ai discuté certains aspects de l’évolution des Bohrah dans un compte rendu, cf. Boivin 2002b : 325-330. Le contrôle exercé par leur autorité suprême, le dā’ī, va plus loin puisque les Bohrah sont répartis en trois catégories, avec des cartes d’identité de couleur différente, suivant qu’ils se conforment totalement, partiellement ou épisodiquement aux injonctions du dā’ī.

17 Akhtar Hamîd Khân avait commencé avec un projet de développement en milieu rural au Bengale oriental, aujourd’hui Bangladesh. Voir ses commentaires critiques sur la philanthropie « conventionnelle » au Pakistan, in Khan 1996 : 44-48.

18 Les Biharis sont des Musulmans de la province indienne du Bihar qui ont migré au Pakistan oriental en 1947. Pendant la guerre de 1971 qui donna l’indépendance au Pakistan oriental sous le nom de Bangladesh, les Biharis furent les alliés des Pakistanais. Une partie a pu s’installer au Pakistan mais il en resterait environ 250 000 établis dans des camps au Bangladesh.

19 Les mouvements islamistes sont généralement regroupés en trois types : les « jihadistes », dont il a déjà été question (voir note 10), les sectaires – responsables des affrontements entre Sunnites et Chiites – et les « constitutionnalistes », qui jouent le jeu de la démocratie pakistanaise. Cette classification a cependant le défaut de ne pas mettre en relief les liens idéologiques ni les nombreuses passerelles qui existent entre les uns et les autres. Nonobstant cet état de faits, la Jamācat-i Islāmī est le parti le plus important du troisième groupe. Sur la nature de ses activités, voir Nasr 1994.

20 Sur les Ismaéliens, voir Boivin 1998.

21 Pour les détails, se reporter au site web du NGORC : <http://www.ngorc.org.pk>.

22 Ce qui suit est tiré du discours que l’Aga Khan prononça en présence du général Musharraf. Voir Dawn, 22 Oct. 2000.

23 Dans les années 1960, l’AKF a œuvré à Karachi et dans le Sindh, ainsi que dans les Northern Areas. Or, ces deux régions regroupent les plus fortes concentrations d’Ismaéliens du Pakistan. Les partis islamistes ont eu tôt fait d’accuser l’Aga Khan de vouloir créer un État ismaélien dans le Nord du pays, ou de mettre sur pied un État dans l’État. Pourtant, le déploiement du NGORC indique que toutes les provinces du Pakistan sont concernées. Des ateliers ont été organisés dans le Panjab, mais aussi dans la NWFP (North-West Frontier Province) et le Baloutchistan. Dans le Sindh, l’auteur a constaté que l’AKF finançait des opérations éducatives dans des villages où aucun Ismaélien ne résidait, ni même dans le district.

24 Akhtar Ḥamīd Khān cite d’autres cas de l’exemplarité des Pathans en dehors d’Orangi. Bien que mohājir originaire d’Agra, en Inde, Akhtar Ḥamīd Khān était pathan. Peut-être cela explique-t-il son angélisme vis-à-vis des Pathans de Karachi quand il écrit qu’ils sont en paix avec eux-mêmes et avec leurs voisins (Khan 1996 : 151).

25 La VHP (Vishva Hindu Parishad) et d’autres organisations nationalistes hindoues liées ou non au RSS (Rashtriya Swayamsevak Sang, fondé en 1925) menèrent entre 1984 et 1992 une campagne d’agitation nationale pour détruire la Babri Masjid construite en 1528 par Mir Baqir, lieutenant du premier empereur moghol Babur. Selon les idéologues de la VHP et du RSS, il avait été construit sur un temple hindou dédié au dieu Rama. Il fut effectivement rasé le 6 décembre 1992. Voir M. Alam (1993).

26 Sur l’origine de ces mouvements, voir Metcalf ([1982] 1989).

27 Sur la rhétorique islamique du MQM, voir Boivin 2001b : 262-264.

28 Au printemps 2000, le ministre de l’Intérieur a toutefois suspendu l’octroi de licences de port d’armes. Comme toujours dans de telles circonstances, la question est de savoir si cette décision est appliquée et respectée.

29 Signalons qu’aux yeux des Musulmans, ces deux jihād sont des guerres défensives puisque l’Afghanistan a été envahi par les troupes soviétiques, et le Cachemire, majoritairement musulman, a été pour eux « annexé » par l’Inde dominée par les Hindous au lieu de rejoindre le Pakistan.

30 Sur l’évolution du jihād au Pakistan après le 11 septembre 2001, voir Boivin 2006.

Table des illustrations

Titre Mausolée de Abdullah Shah Ghazi, le plus fréquenté de Karachi.
Légende Le gouvernement provincial du Sindh est en train de le rénover. Au premier plan, un pèlerin anonyme, avril 2006.
Crédits (Clichés Michel Boivin)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Film indien à l’affiche d’un cinéma de Saddar, avril 2006.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Carte de Karachi
Légende cnrs-sis umr 8564 & ldh-ehess, réalisation F. Pirot & A. Varet-Vitu, d’après une carte originale de J. Bretonnel.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteur

Historien et islamologue, chargé de recherche au CNRS, membre du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS-CNRS), il étudie l’évolution des communautés musulmanes de l’aire formée par le Sindh et le Gujarat aux XIXe et XXe siècles. Sa recherche porte sur les productions culturelles du soufisme et sur l’interaction entre islam et hindouisme à travers les cultes pratiqués dans l’aire géographique mentionnée. Il travaille actuellement sur un programme interdisciplinaire consacré au centre soufi de Sehwan Sharif dans le Sindh (Pakistan).
Publications
– 1998 Les Ismaéliens, Paris, Brepols (« Les fils d’Abraham »),
– 2003 La Rénovation du shidsme ismaélien en Inde et au Pakistan – d’après les discours et les écrits de Sultan Muhammad Shah Agha Khan, 1902-1954, Londres, Routledge Curzon.
– 2007 ed., Sindh through History and Représentations : French Contribution to Sindhi Studies, Karachi, Oxford University Press.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search