Version classiqueVersion mobile

La ville en Asie du Sud

 | 
Véronique Dupont
, 
Djallal Heuzé

Structure de la ville et recompositions sosciospatiales

Les villages urbains. Concept ou abus de langage ?

René De Maximy

Texte intégral

PEUT-ON PARLER DE VILLAGES URBAINS ?

  • 1 Paysan, du latin paganus, villageois ; village, de la combinaison de villa et agere, du la (...)

1Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky (ce volume) nous présente ce qu’elle nomme « le village imaginaire », qui serait le résultat de la « reconstruction du village dans la ville par les communautés migrantes de Mumbai ». A la lecture de l’exposé, on saisit bien ce qu’elle entend par là. Mais on peut se demander si l’emploi du mot village n’apparaît pas ici quelque peu littéraire. Il se veut évocateur, descriptif et significatif. Or, le géographe et l’agronome, au vocabulaire de qui il appartient, lui donnent une résonance tout autre. Ils ne sont évidemment pas indifférents à la dimension descriptive et en comprennent bien le pouvoir imaginaire, mais ne peuvent que mettre en garde contre une dérive de sens dont abusent tant d’auteurs, se réclamant pourtant des sciences sociales, dans l’usage qu’ils font de nombreux termes qui ont pour les scientifiques une tout autre dimension. En l’occurrence, celui-ci est initialement paysan. Le village est par existence une agglomération rurale extension d’une villa, grande ferme romaine, installée sur un territoire sur lequel agissent, et donc produisent par leurs actions, ses habitants1. C’est un espace primitivement construit et occupé par des lieux tenants, des ayants droit exploitant ces lieux et vivant de leurs produits. Cependant, à l’époque où le village exerçait essentiellement cette fonction rurale productive, situation qui s’est maintenue jusqu’en plein XXe siècle dans les contrées sur-équipées et se maintient encore dans celles qui demeurent sous-équipées, comme le pays encore en majorité très rural dont parle notre auteur, l’entité ainsi qualifiée conserve une dimension sociale et identitaire qui, quoique parfois altérée, demeure très vive et très structurée. Celle-ci complète et enrichit le caractère paysager original, c’est-à-dire géographique et historique. Dans l’esprit des habitants, elle peut même primer sur le lieu physiquement enclos dans son finage dont le terroir s’étend à la dimension de ses capacités de production. Dès lors, par glissement sémantique, la métonymie transcende le fait géographique, les villageois s’identifient toujours au territoire : « Le village, c’est nous », mais en même temps se reconnaissent comme faisant partie d’une communauté très particulière. La réalité sociologique devient primordiale. Le village n’est plus seulement un espace géographique délimité où chacun mène sa vie au vu et au su de tous, c’est encore une forme de sociabilité partagée que chacun s’astreint à respecter en obéissant à des activités et des codes acceptés, voire imposés, par l’ensemble des ayants droit. Son emploi non étroitement géographique est donc socialement concevable. Dès lors en poursuivant le glissement sémantique on peut accepter qu’on puisse parler de « village imaginaire » transporté dans une ville dès qu’un groupe conséquent de villageois s’identifiant à son lieu ou à sa région d’origine se retrouve dans la mouvance d’une grande ville en mutation extrêmement rapide où il génère une sorte de niche éco-sociale qu’il construit en s’installant et au sein de laquelle il s’évertue à conserver l’essentiel des pratiques sociétales maintenues actives dans sa région ou son village originel. Sans disserter au préalable sur le contenu conceptuel qu’elle lui donne, M.-C. S-Y. ne dit rien d’autre lorsqu’elle écrit que : « Plus que la forme urbaine de quartier, on peut se demander si le village n’est pas ici la forme spatiale par excellence que prennent ces lieux sociaux dans Mumbai, [...] ville globalisée, centre de de finances et de services pour le commerce international, et accueillant des travailleurs migrants qui gonflent la main-d’œuvre à bas prix. » Elle propose alors de qualifier ces « villages de migration » de « villages imaginaires ».

2Or, bien qu’ils existent indubitablement à Mumbai et, semble-t-il en maintes villes indiennes, les « villages imaginaires » – on peut garder ce qualificatif dans la mesure où il traduit pour leurs habitants un lien viscéral avec leur proche passé et leur culture transportée en ville avec eux – ne sont pas que l’expression d’un particularisme attaché aux seules pratiques des néo-citadins de cette contrée. Ils se réfèrent aussi à des situations rencontrées ailleurs, les mêmes causes entraînant globalement les mêmes effets. De sorte que, si la dimension fonctionnelle s’exprime différemment dans les structures sociales et les formes d’habitat qu’elles génèrent selon la ville considérée, il apparaît qu’à un moment de son histoire, à moins que ce ne soit en un point de son territoire, on parle de villages pour en désigner certains lieux. On leur attache, alors, des qualités spatiales, historiques et culturelles qui en font en chaque ville et parce qu’ils sont définitivement urbains, des villages, nécessairement imaginaires. Ce qui les rend incomparablement comparables. J’entends par là qu’ils sont chaque fois uniques et ne peuvent pour cela être confondus, mais pourtant étrangement semblables du fait des forces sociales qui les font désigner comme villages plutôt que comme quartiers.

LE CAS DE MUMBAI

3Pour éclairer la suite de ma réflexion je propose de reformuler ici, en la généralisant, la définition de Mumbai évoquée précédemment. Elle devient la définition a minima de la grande ville qui est un espace social, fortement structuré, densément construit et utilisé, lieu de création, d’accumulation de richesses et d’accueil de structures marchandes en assurant la commercialisation, où se rencontrent en très grand nombre des populations potentiellement actives, natives ou venues par centaines de milliers de tous horizons.

  • 2 Plus de 5 % par an, doublement de la population en 15 ans ; 10 %, doublement en un peu plu (...)

4Lorsque la ville croît rapidement2, comme c’est le cas depuis un demi-siècle dans la majorité des pays sous-équipés, mais également des pays dont la puissance économique s’est développée au cours du XXe siècle, comme le Japon, des villages peuvent avoir été rattrapés par la ville, en conservant néanmoins leurs mœurs, leurs activités et sans véritable modification de leur morphologie. Ceux-là sont des villages dont la géographie a été définie initialement, villages ruraux ou de pêcheurs. D’autres se sont transportés en ville avec leur population migrante, se dédoublant comme se forme un essaim et n’apportant dans leurs bagages que leur virtualité économique et leurs structures sociales plus ou moins altérées, ils sont alors concrètement imaginaires, en ce que leur imaginaire est fait de comportements très réglementés et intimement intégrés à leurs manières de vivre. Enfin, des villages, eux tout à fait imaginaires, peuvent apparaître se formalisant, fortuitement dans l’espace par cooptation.

5Prenons au passage un migrant qui va nous servir de navette pour tisser la toile et les motifs que porte en gestation « le migrant qui débarque de sa campagne » (notre auteur). Ce campagnard, dans la mesure où il n’est pas un vagabond, ne peut qu’être un villageois. Or, que reproduisent ses semblables, les villageois, lorsqu’ils débarquent en ville, s’y reconnaissent et s’y regroupent ? Des apparences de village ! Seulement, ils n’ont pas de territoire, ce qui les astreint à se l’imaginer. Comme eux, ce villageois n’a que deux possibilités : se perdre dans le cauchemar qui est la quotidienneté de « la moitié de la population vivant dans les bidonvilles », ou bien – ce qu’il parvient à faire « après quelques semaines » – rejoindre « un quartier où demeurent des gens de son pays » et où il « se sentira presque chez lui » (ibid.). Ce quartier, en effet, portera des preuves tangibles d’une réalité villageoise reconstituée (nous sommes toujours à Mumbai avec l’auteur) : style des maisons, agencement et dimension des ruelles entre les maisons, organisation sociale des relations et de leur gestion à l’intérieur de ces espaces bien repérables dans l’immensité de la ville ; et aussi : homogénéité du peuplement, de la langue utilisée, du type prépondérant d’activités ; enfin : usage par les habitants des mots régionaux usités pour désigner les espaces qu’ils ont sécrétés.

6Il nous faut maintenant quitter Mumbai.

ÉLÉMENTS DE COMPARAISON EN FRANCE ET EN AFRIQUE

7Je reviens à des lieux qu’on rencontre dans bien des villes et que, après ce que je viens d’exposer, on peut qualifier de villages. Il y a d’abord ceux qui furent initialement des villages ruraux ou de pêcheurs, et que la ville à rattrapés sans trop les transformer. Vientiane, capitale du Laos, en est un exemple extrême, où la Municipalité recense 189 villages urbains, dont certains n’ont d’urbain que le fait d’être encerclés par l’espace urbanisé qui ne les digère que très progressivement et très incomplètement. Notre auteur nous décrit les villages de pêcheurs de Mumbai ; on pourrait décrire ceux de Marseille : Mazargues, la Madrague, et bien d’autres. Un grand nombre de villes portuaires, quelle qu’en soit la localisation, ont également leurs villages de pêcheurs. Ainsi Kinshasa, Luanda, Mombassa, Dar-es-Salam, et des dizaines de villes tout autour de l’Afrique. Il en est de même sur tous les continents.

  • 3 Mvog, Elig, Nkol, termes ewondo qui désignent la famille, le groupe, le clan, la lignée.

8Quoi de plus naturel, la mer peu constructible, même à Tokyo ou à Monaco, demeure un domaine exploitable qui les justifie. Mais c’est aussi le cas pour les villages ruraux, ceux qui sont les plus conformes à ce qui s’appelle « villages » depuis que ce mot est usité : la ville les a rattrapés sans nécessairement les abolir. Je citais Marseille. C’est certainement la ville de France qui confédéré encore le plus de villages qui, dispersés dans le tissu urbain, le sont demeurés, comme Plan de Cuques sur les hauts de la ville. Et de l’autre côté du monde, à Quito, capitale de l’Équateur, ces villages ruraux ont certes perdu leur territoire, mais ont conservé leur caractère ancien. Les plus grands et les plus connus, ceux de Chillogallo et de Cotocollao, ont toujours leur place centrale et leur église, ainsi que les bâtiments de l’hacienda qui les a suscités. Dans ces villages une population originelle vieillissante maintient assez bien ses pratiques de voisinage, mais les jeunes générations négligent de plus en plus leurs traditions communautaires, notamment la minga, travail d’entretien collectif des équipements d’infrastructures, rues et réseau ouvert d’assainissement principalement. En revanche à Yaoundé, capitale du Cameroun, les villages ruraux, très nombreux, devenus urbains sans l’avoir désiré, gardent leur apparence et leur vigueur, leurs habitants attachés à leurs structures sociétales comme à leurs droits de jouissance sur un sol collectivement approprié que gèrent en leur nom, et selon la coutume, les chefs de terre. Hormis en quelques fonds de vallées où des bouts de jardins subsistent encore, leur territoire est réduit aux seuls espaces plantés de quelques plantes potagères et jouxtant l’habitation de chacun, mais leur entité villageoise se maintient, fondée comme leur nom le proclame, sur la parenté : Mvog Ada, Mvog Bi, Elig Essono, Nkol Eton3... Mais progressivement, ici également, l’implantation des réseaux d’infrastructure transforme les pratiques, les rythmes urbains s’imposent inéluctablement ; surtout, l’obligation de pratiquer d’autres activités pour survivre contraint les villageois à changer de mentalité ; les loisirs, l’effervescence nocturne les bousculent ; leur vie ne pourra indéfiniment garder son caractère villageois. Déjà, dans le langage courant, le mot quartier se confond parfois avec celui de village. À Kinshasa, le fait est très répandu. Je ne citerai que Kimbanseke, qu’on pourrait traduire par « le lieu où habitent ceux de la brousse », c’est-à-dire le village, où nul ne peut songer à construire sa maison sans l’autorisation du chef de terre ; cette installation est libre cependant pour les ayants droit traditionnels, les autres devront acquitter un prix inversement proportionnel à l’étroitesse de leurs liens coutumiers avec ceux du village ; pour un étranger une telle démarche n’est pas sûre d’aboutir. En Afrique bantoue, malgré les législations édictées partout depuis les indépendances, ce comportement de droit coutumier maintenu n’est pas près de disparaître.

9On pourrait ainsi faire le tour des villes de la planète, il n’y aurait aucune difficulté à trouver des exemples probants sous tous les cieux. C’est néanmoins dans les régions intertropicales où la population des grandes villes augmente infiniment plus vite que ne peut l’assumer leur gestion, que les villages rattrapés par l’urbanisation se maintiennent le mieux (Gibbal 1988). Toutefois, ce n’est, à peu d’exceptions près, qu’une question de temps.

SUR LA NOTION DE « VILLAGE IMAGINAIRE »

10Les « villages imaginaires », ceux dus à l’immigration que notre auteur a particulièrement observés à Mumbai, et fort bien décrits dans leurs caractéristiques, leur organisation socio-structurelle et leurs particularismes, ne sont évidemment pas non plus une spécificité indienne, bien que le système des castes leur donne dans ce grand pays un caractère singulier. Pour autant la manière dont les populations villageoises se prennent en charge est spécifique à chaque pratique, à chaque système social rencontrés. C’est le résultat d’un comportement collectif que je qualifierai de naturel, c’est-à-dire pratiqué selon la nature sociale de chaque groupe humain : ceux de même origine, de même langue, de mêmes pratiques acquises dès l’enfance, que leur histoire individuelle ou plus partagée a contraints à quitter leur région natale pour chercher leur vie en ville. Ils tendent généralement à se regrouper et, autant que possible, à maintenir leurs façons d’être précédentes. C’est une question d’identité, de solidarité, de sécurité sociale, d’affinité culturelle, de prudence viscérale et de morale communautaire. Le phénomène n’a rien de nouveau. Lors de la révolution industrielle qui, dès que le chemin de fer l’a permis, a refaçonné les villes de la « vieille » Europe et de la « jeune » Amérique du Nord du XIXe siècle, on a vu les gens, chassés par la misère des campagnes, venir s’entasser dans Paris, Londres, New York et tant de villes portuaires, manufacturières ou minières en pleine expansion : autour de la gare Montparnasse, on estime qu’en ces temps-là se sont ainsi installés 800 000 Bretons ; et autour de la gare de Lyon, 500 000 Auvergnats.

11Actuellement, l’aventure migratoire vers les villes perpétue le voyage sans retour des populations rurales, mais les conditions d’arrivée sont bien différentes, notamment parce que les villes actuelles où elles pensent se fixer ne sont pas vraiment des villes d’accueil, mais plutôt des villes démunies. Paradoxalement, c’est un avantage, car ces populations ne sont victimes ni d’un entassement et d’une promiscuité sordide, ni de ce contrôle concentrationnaire des camps de travailleurs qu’on rencontrait encore dans les mines de diamants sud-africaines dans les années soixante. C’est en même temps une sinistre démission se traduisant par une totale absence d’aménagement de lotissements accessibles aux migrants dépourvus de revenus fixes, ce qui les oblige à refaire vaille que vaille leur niche écologique en squattant les terrains délaissés qui subsistent dans les espaces interstitiels entre les quartiers correctement établis, au milieu du lacis des voies de communication, en périphérie des villes, dans les zones inondables comme à Yaoundé, Bélem ou Guayaquil, sur des pentes instables comme à Rio, La Paz ou Quito, etc., mais aussi, quelquefois et par bonne fortune, sur une réserve foncière que son propriétaire est impuissant à défendre.

12J’ai observé cela très attentivement à Kinshasa, et je me permets de me citer à propos de ces villages dépourvus de terroir et dont le territoire n’est que l’espace très limité qu’occupent leurs maisons sommaires :

... le camp Luka de Selembao [est] un village fait de végétaux, comme en brousse, de bouts de ferraille en guise de tuteurs pour les haies, et de vieilles portières de voiture tenant lieu de barrière ouvrant sur des parcelles. Le lieu est niché au cœur d’un relief chahuté. Des arbres s’élèvent partout. [...]. Il s’agit d’un espace très vaste, mais il est très diversifié car établi sur deux lambeaux de terrasse très disséqués, traversés par un ruisseau, cerné par des ravins qui se développent dans les sables. Seuls existent l’accès par le cimetière (mais il faut savoir que l’allée qu’on emprunte se prolonge au-delà de la nécropole) et quelques cheminements piétons assez acrobatiques, dans le fond des ravins et sur leurs pentes. C’est un village fermé à la ville. Un lieu clos et quiet où les gens vivent à leur convenance, à l’écart des traquenards d’une mégapole. Au centre, une mission catholique : église, dispensaire, école, lieu de réunion. Une pompe fournissant de l’eau potable grâce à un forage, assure un point d’eau apprécié. La Mission polarise les activités du village. À proximité se tient chaque jour un petit marché. Les quelques artisans et commerçants ouvrent leurs échoppes et ateliers en bordure du chemin qui passe devant l’église [...]. La population [y est] très jeune, le sex-ratio très déséquilibré, les hommes largement excédentaires. Ceux-ci sont des travailleurs manuels non qualifiés [...]. En fait il s’agit là d’une sorte de village dont les habitants n’attendraient pas un revenu de l’agriculture...

13Il faut savoir que les Yakas qui peuplent ce « camp » créé par eux et non reconnu légalement – faut-il le préciser ? – se sont réfugiés à Kinshasa, fuyant les troubles post-indépendance de la République démocratique du Congo. Le portrait que j’en trace ici date de 1975. Je ne sais ce qu’il en est actuellement, mais compte tenu de la croissance encore forte de la ville, il est douteux que la situation se soit améliorée.

14Le quartier de la Briqueterie, à Yaoundé, mérite aussi le qualificatif de « village imaginaire », mais il est apparu progressivement et, depuis le temps de la colonisation, n’a cessé de se développer. Si la Municipalité avait accepté de concéder à ses habitants la jouissance légale des terres municipales qu’ils occupent, ce serait actuellement un quartier populaire correctement construit et équipé, peuplé des dizaines de milliers de personnes qui y vivent et ne désirent pas vraiment le quitter. Il est le résultat de la convergence et la coexistence de plusieurs « villages imaginaires », aussi de la présence de deux villages originels conservés. Deux populations bien différentes y sont majoritaires et s’y côtoient, chacune ayant ses territoires, – il y a eu une période, à la fin des années soixante, où elles se sont sauvagement affrontées et entretuées –, et sa langue, ses structures coutumières, sa religion : les Bamileke, habitants venus des montagnes de l’Ouest et généralement christianisés, d’un côté ; les « Nordiques », sub-sahéliens généralement islamisés, de l’autre.

15Je pense qu’il n’y a grande ville d’Afrique qui n’abrite ce genre de peuplement producteur de tels villages où se conservent plus ou moins fortement des structures relationnelles transportées avec les groupes villageois culturellement et géographiquement proches qui sont venus les fonder et, par la suite, en accroître la population et en diversifier les origines.

16À Quito, que j’ai particulièrement étudiée, se rencontrent aussi de ces « villages imaginaires », tel celui de Pisuli, sur les pentes déboisées du Pichincha, édifié et peuplé par des invadores venus d’Esmaralda, port de la Côte. Les premières cahutes étaient droit sorties des cases végétales qui se construisent sur la Cuesta et vraiment peu adaptées à la température nocturne qui règne à Quito. Mais, à la différence fondamentale des usages africains ou asiatiques généralement suivis en une telle conjoncture, à Quito, comme dans toute l’Amérique andine fortement sensibilisée par la situation politique latente dans laquelle ils survivent, ces « envahisseurs » ne se solidarisent et ne se communautarisent pas comme des paysans, mais comme des sans-terre bien encadrés par quelques leaders militants et patronnés par quelques politiciens en mal de clientèle. La situation villageoise se maintient cependant, car il s’agit de ruraux qui ont encore un minimum de comportements acquis sur leurs terres originelles.

17Une autre forme de village imaginaire se trouve être issue de l’autrefois. Elle se rencontre dans certains quartiers populaires de Quito. Il s’agit d’anciens petits quartiers, mais le terme « villages imaginaires » ne serait sûrement pas refusé par leurs résidents, jeunes et vieux confondus. Ils ont conservé leur rythme de vie de quartier des temps où déjà ils existaient et où l’on se déplaçait peu et à pied. Les quartiers anciens en périphérie du centre historique : La Loma, San Marcos, San Sébastian, La Vicentina et d’autres, ont ce particularisme. Ils sont indubitablement urbains, mais il y règne une ambiance conviviale telle qu’on la rencontrait il n’y a pas encore deux générations dans ces quartiers installés sur les basses pentes ou sur des croupes collinaires du vieux Quito populaire. Les gens s’y côtoient, s’y connaissent, se parlent, participent ensemble à des fêtes patronales, voisinent sans façon et savent tout de la vie de chacun. Les activités artisanales et commerçantes y sont celles des villages, mâtinées d’activités délibérément urbaines, petites épiceries et restaurants souvent : il y a si longtemps que la famille de certains « villageois » fréquente ces lieux. Les pas de leurs ancêtres sonnent encore sur la chaussée de la rue principale qui est souvent la seule voie de pénétration de ces lieux imprégnés des traces de leurs anciens résidents, grands-parents de ceux qui y sont encore aujourd’hui, c’est-à-dire environ 15 % à 20 % de leur population. L’école, certaines petites places, la rue principale du quartier en sont des lieux identitaires et partagés. Il est vrai que le site, très violemment compartimenté, parcellisé, accidenté, favorise cet état de fait.

18Mais s’agit-il encore ici de village ? À cette aune, toute ville devient une entité hybride où dix tronçons de rues et deux placettes deviennent tantôt village, tantôt quartier, tantôt paroisse, désignations qui portent une dimension où la géographie, l’histoire, la communauté, voire la religion sont culturellement présentes. La désignation est charmante également : le poète, le romancier, le nouvelliste, l’amoureux de ces lieux peuvent fort bien s’en accommoder. Il me semble néanmoins qu’on s’écarte ici un petit peu trop des limites que je me suis, et qu’avec moi, implicitement, du moins je l’espère, le lecteur de cette modeste réflexion se sera prescrites.

19Pour deux motifs, je ne dirai rien des villages périphériques : d’abord, parce que la périphérie est une notion floue ; ensuite, parce que le village périphérique existe, et existera toujours, partout, à proximité des centres urbains. Ils en sont soit une étape préalable, soit un prolongement naturel. En revanche, après en avoir disserté je suis beaucoup plus persuadé maintenant que les « villages imaginaires » ressemblant à ceux de Mumbai existeraient bel et bien et ont de très fortes raisons d’être ainsi identifiés.

* *
*

  • 4 Ce texte est une réflexion motivée par l’article de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, ce (...)

20Je ne puis conclure sans ajouter que le village tel que je me suis permis de le resituer dans ses limites géographiques et historiques, puis de le reconnaître dans sa dimension imaginaire transportée dans le bagage spirituel et culturel des migrants, est existentiel. C’est le produit des villes en urbanisation accélérée, en même temps que dépourvues, pour des raisons structurelles, des capacités de s’organiser en conséquence. Il se rencontre inévitablement dans les régions où l’histoire des deux derniers siècles ainsi que des dimensions géographiques difficiles à maîtriser n’ont pas permis ou ont retardé un apprentissage de l’exercice de la démocratie et de la citoyenneté sur des espaces drastiquement limités. Le village imaginaire est une expression primaire de l’urbanisation en région intertropicale où la ville n’a pas encore le développement souhaité, ou a perdu ce développement si elle l’eut jamais ; il se situe sur les espaces que l’impéritie des municipalités a laissés en friche.4

21R. de M.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Gibbal, J.-M. (1988), « Fadjiguila, le village rattrapé par la ville », Cahiers de sciences humaines, vol. 24 (2), ORSTOM, pp. 317-321.

Maximy, R. de (1973), « Nkolmintag et Nylon, quartiers “spontanés” de Douala : notes de terrain », in Colloque URDOU, IPD-ENDA éditeurs, Dakar.

Maximy, R. de (1984), Kinshasa, ville en suspens. Paris, ORSTOM [476 p. et 120 p. d’annexes microfichées].

Maximy, R. de (1987), « Les marchés, facteurs et témoins de l’urbanisation », Cahiers de sciences humaines, 23 (2), ORSTOM, pp. 319-331.

Maximy, R. de (1988a), « À propos de Fadjiguila » [commentaire de l’article de J.-M. Gibbal], Cahiers de sciences humaines, 24 (2), ORSTOM, pp. 325-326.

Maximy, R. de (1988b), « Un amoncellement de villages ? », Cahiers de sciences humaines, 24 (2), ORSTOM, pp. 321-324.

Maximy, R. de (1989), « La ville et ses acteurs », Projet, 219, n° spéc. : Acteurs d’un autre développement, pp. 29-36.

Maximy, R. de (1994), « La rue, lieu de pouvoir et pouvoirs des lieux », in J. Monnet, dir., Lieux du pouvoir et Pouvoirs du lieu dans les Amériques. GRAL/CNRS/Univ. Toulouse-Le Mirail, 3 vol.

Peyronnie, K. & Maximy, R. de (2002), Quito inattendu. [335 p., 4 pl. en noir et blanc, 28 figures, 13 tableaux et 50 photos h.t., coul. et n. et b.] Paris, CNRS Éditions.

Notes

1 Paysan, du latin paganus, villageois ; village, de la combinaison de villa et agere, du latin villa, grande ferme romaine ou carolingienne, et agere, faire, agir, donc produire, d’où au XIIIe siècle, en bas latin villagium, puis en français villaige, au XIVe ; habitants, du latin habere : avoir, tenir ; habitons : celui qui tient, qui possède, qui a.

2 Plus de 5 % par an, doublement de la population en 15 ans ; 10 %, doublement en un peu plus de 7 ans

3 Mvog, Elig, Nkol, termes ewondo qui désignent la famille, le groupe, le clan, la lignée.

4 Ce texte est une réflexion motivée par l’article de Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, ce volume, auquel je ferai incidemment référence.

Auteur

René de Maximy est géographe, sociologue et urbaniste, ses activités l’ont mené de France en divers pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Docteur d’État, il est directeur de recherche émérite à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Il a été l’initiateur et l’un des auteurs de l’Atlas infographique de Quito (Quito, 1992) dont il a assuré la direction scientifique.

Publications

– 1984, Kinshasa, ville en suspens. Dynamique de la croissance et problèmes d’urbanisme. Approche socio-politique, Paris, ORSTOM.
– 1988, « Un amoncellement de villages ? », Cahiers des sciences humaines, 24 (2), ORSTOM, pp. 321-324.
– 2000, Le Commun des lieux. Cours et discours sur la ville, Paris/Sprimont (Belgique), IRD/Pierre Mardaga éditeur.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search