Version classiqueVersion mobile

La ville en Asie du Sud

 | 
Véronique Dupont
, 
Djallal Heuzé

Structure de la ville et recompositions sosciospatiales

Quel statut urbanistique pour la ville héritée ?

Laurent Coudroy de Lille

Texte intégral

1L’article d’Annick Hollé analyse la mutation contemporaine de Katmandou. L’intérêt est de décrire cette ville, grande mais pas encore immense, au moment où le glissement s’opère vers une modernité urbaine mouvante et pleine d’inconnu. Tout semble en effet changer d’échelle, comme en témoignent les données relatives à la superficie urbaine.

2L’analyse de ce moment où tout bascule est classique en sciences humaines s’intéressant à la ville. L’étude des caractères de l’urbanité contemporaine constitue même une sorte de programme permanent pour la recherche urbaine, comportant à la fois une dimension descriptive et une dimension explicative. La littérature scientifique depuis plus d’un siècle ne s’attache-t-elle pas à préciser les caractéristiques de villes en gestation, à découvrir un continent urbain en perpétuelle redéfinition (Montigny 1992 ; Roncayolo 1992) ?

3Le texte qui est le motif de ce commentaire libre emprunte également au genre de la monographie : c’est l’évolution d’une ville qui nous est présentée. Le tableau qui en est brossé rattache le développement des nouveaux quartiers à la ville préexistante. Si la rupture avec cette dernière est évidente, les nouveaux quartiers demeurent bien ceux de Katmandou et de Patan. La première partie de l’article est plus qu’un rappel pour le lecteur peu susceptible de connaître cette agglomération : il « accroche » la croissance urbaine en cours à un ensemble urbain préexistant. Au delà du genre particulier qu’est la monographie urbaine, on peut se demander quelle est la signification de cette relation établie entre les deux grandes phases de la croissance urbaine. Et remarquer le point de vue continuiste qui sous-tend toute entreprise monographique urbaine.

4Certaines motivations à cette démarche peuvent tenir au cas présenté. La capitale du Népal est réputée pour son urbanité traditionnelle : sa position par rapport aux échanges du sous-continent indien ; sa composition sociale de toujours et la consolidation de ses fonctions de capitale sur le long terme... Autant d’éléments qui ont « fait » Katmandou, ville enracinée, mais aussi pétrie par les phénomènes migratoires anciens. Les monographies de villes nous ont habitués à l’analyse de ces données déterminantes, lourdes et durables, du devenir urbain : site, situation, équilibres de long terme. Ville ancienne, stabilisée, confirmée dans et par ses fonctions politiques et sa position géographique au carrefour de routes essentielles : nous n’avons pas besoin de connaître la capitale du Népal pour être persuadés de la prégnance de ces données. Une image de pérennité urbaine que l’on retrouve souvent dans les capitales d’État, la réactivation fréquente d’enjeux territoriaux liés à la domination, jouent comme un rappel historique permanent. Ville saisie au moment où l’adieu à l’urbanité traditionnelle n’est pas encore consommé ; cela justifie encore l’usage d’une rhétorique monographique assez classique.

5Mais au delà des caractères de l’objet étudié, on peut voir dans cette approche un choix de fond : l’article donne plusieurs arguments en faveur d’une interprétation longue du développement urbain et nous y reviendrons. Il nous permet aussi de nous interroger sur les enjeux actuels d’une conception de la continuité du phénomène urbain.

L’ADIEU À L’ÉVOLUTION DES VILLES

6La recherche urbaine contemporaine accorde finalement peu d’importance à ce qui perdure dans les villes. Tout semble aller trop vite, notamment dans les pays en voie de développement et pauvres. Le noyau urbain hérité est dérisoire par rapport aux extensions contemporaines, et il en va de même dans les pays riches où l’accroissement des mobilités, la dilution des périphéries urbaines dans les espaces ruraux met en échec les définitions continuistes de la ville. L’urbanisation contemporaine entraîne la coalescence des « aires » urbaines dans des « ensembles » territoriaux de plus en plus vastes et composites : métropole, mégalopole... L’éparpillement, la dissémination, la ville « diffuse » donnent le sentiment que le rapport à l’espace est en train de se transformer en profondeur. La terminologie scientifique rend compte d’une fuite en avant, à l’instar de la « métapolisation » proposée par le géographe et urbaniste François Ascher analysant la métamorphose du fait urbain dans les pays développés (Ascher 1995). L’expérience cumulative des villes occidentales nous a en quelque sorte préparés à ce phénomène qui s’est généralisé dans la seconde moitié du XXe siècle et atteint aujourd’hui des régions moins riches de la planète.

7Lieu de tous les élargissements, de remises en question permanentes des limites, la ville d’aujourd’hui est aussi le champ de la comparaison et des recherches analogiques. Le « fait urbain », l’« urbain », l’« urbanisation » sont devenus les objets légitimes. Le générique « la ville » remplace de plus en plus la collection « des villes », que la géographie de naguère aimait à analyser dans leurs variantes et leurs singularités. La bibliographie actuelle donne parfois l’impression que l’étude des villes est abandonnée à la discipline historique. La typologie des agglomérations, formes ou fonctions, n’est plus un exercice géographique de choix, et les niveaux supérieurs de la hiérarchie urbaine captent l’attention des observateurs. Si les villes ont eu une existence par le passé, elles seraient aujourd’hui fondues dans une civilisation urbaine plus homogène, dont on peut aussi étudier les différents aspects.

8Ce glissement de la géographie urbaine a son pendant en urbanisme. Il ne s’agit pas ici de constater – encore moins de déplorer – l’uniformisation de l’aménagement urbain, mais de considérer que la prise en compte de la spécificité de chaque ville a aussi cédé devant des approches globalisantes, et volontiers thématiques. On en trouve d’importants témoignages dans la littérature générale de langue française depuis plusieurs décennies. L’avenir des villes ne se lit plus dans la destinée singulière de chaque agglomération, mais dans une tendance générale à l’urbanisation de l’espace, qui est aussi un phénomène d’uniformisation. Par exemple, l’ouvrage récent de l’architecte et urbaniste David Mangin, La Ville franchisée, analyse ainsi sur l’ensemble de la planète la « sectorisation » des espaces urbains contemporains, par des processus cumulatifs et auto-entretenus du « contournement » (Mangin 2004). Les nouveaux territoires urbains ne sont plus constitués de quartiers interconnectés, mais de « secteurs » raccordés aux grands réseaux d’accessibilité : ils en viennent à constituer autant d’enclaves peu traversables. Chacun des morceaux est relativement homogène, autonome par rapport aux autres et articulé de façon univoque à l’ensemble. D’autres recherches plus thématiques s’intéressent aux tendances à la privatisation des espaces urbains contemporains : gated communities, enclaves... La lecture de ces phénomènes est souvent critique, en général pleine d’appréhensions quant à l’avenir de la civilisation urbaine. L’inquiétude vient aussi de la généralisation qui s’observe, ces phénomènes étant en quelque sorte le volet urbain d’une mondialisation multidimensionnelle : ces mutations portent en elles une négation de la singularité des villes. La destinée des villes des pays riches et des pays en voie de développement semble converger, sans que l’on puisse d’ailleurs dire quel côté de la planète urbaine est pionnière dans ce mouvement.

DE LA VILLE ANCIENNE À LA VILLE HÉRITÉE

  • 1 Voir les chapitres : « Production de la ville, esthétique urbaine et architecture » et « Destins de (...)

9La réflexion urbanistique du XXe siècle s’est largement intéressée au rapport pouvant s’établir entre ville ancienne et nouveaux quartiers à l’époque contemporaine. On connaît bien les réponses contrastées qui ont été apportées en Europe : négation de l’héritage, disqualifié pour de multiples raisons (sanitaires, fonctionnelles, économiques, culturelles, esthétiques...) ; ou célébration de celui-ci, avec parfois des mesures de sacralisation qui en ont découlé. Voilà longtemps aussi que le caractère caricatural de cette opposition a été souligné, ainsi que les liens paradoxaux pouvant exister ente les deux attitudes. La critique philosophique menée en France par Françoise Choay depuis les années 1960 a démontré les aspects idéologiques de cette question dans la culture occidentale (Choay 1965 et 1992). On peut aussi montrer les phénomènes de réinterprétation permanente des quartiers anciens au cours de l’histoire... ou la façon dont les modèles urbanistiques post-modernes ou la production urbaine contemporaine pastichent la ville ancienne1.

10La redécouverte de certains auteurs classiques, comme l’urbaniste italien Gustavo Giovannoni (1873-1947), a montré à quel point d’autres voies sont envisageables entre patrimonialisation et négation de la ville ancienne. Ces voies sont celles d’un pragmatisme qui viserait à redonner un sens collectif à l’environnement urbain (Giovannoni 1998 [éd. orig. 1931]). Parmi les Français, la tradition portée par le mouvement urbaniste de l’entre-deux-guerres s’est voulue à la fois modemisatrice et respectueuse de l’antériorité urbaine, délibérément extérieure aux termes-mêmes du débat tel qu’il a été posé par le mouvement moderne. La méthode envisagée par l’historien et urbaniste Marcel Poète (1866-1950) visant à accrocher toute planification urbaine à l’existant dans une perspective « évolutionniste » peut nous fournir aujourd’hui un catalogue de références (Poëte 1929). Enfin, on se plongera aujourd’hui dans une littérature abondante sur le caractère local, mémoriel ou « identitaire » souhaité pour les projets d’aménagement. Le passage au territoire conçu comme production culturelle est un des apports pertinents des paysagistes en Europe depuis une vingtaine d’années.

11Les mutations urbaines en cours modifient-elles les termes de la question dans les pays développés ? D’un côté on doit constater que les dynamiques de croissance spatiale des aires urbaines sont restées fortes et que la dualité ville ancienne/ville moderne n’a pas disparu. Si l’on définit les quartiers nouveaux comme étant ceux où le lien avec les conditions initiales de l’urbanisation ne s’est pas encore distendu, ces quartiers sont d’ampleur considérable. Au sens premier du terme, il existe une production urbaine dans les pays riches comme – et c’est encore plus évident – dans les pays en voie de développement. La croissance, voire l’explosion démographique des villes met l’humanité entière devant les nouveaux défis du gigantisme urbain. La densification des villes chinoises, la ségrégation urbaine dans des agglomérations immenses, l’essor automobile des villes géantes sous-équipées en infrastructures sont parmi les images fortes du monde d’aujourd’hui. Mais les pays riches ne sont pas en reste : les migrations intra-urbaines et la dé-cohabitation résidentielle contribuent aussi à la production de nouveaux espaces urbanisés (Burgel 1993). L’obsolescence de certains quartiers explique la croissance externe des agglomérations, qui peuvent développer désormais aussi dans leurs parties centrales de vastes friches. Dans ces quartiers nouveaux, les usages du sol sont très proches de ceux de la première urbanisation, le bâti a peu évolué et souvent les populations d’origine sont encore présentes.

12Mais d’un autre côté, l’héritage urbain s’est lui aussi conforté dans les pays développés, puisqu’il englobe désormais de nombreux quartiers du XXe siècle. La rénovation ne peut prendre en charge qu’une petite partie des banlieues urbaines, et de vastes ensembles d’habitation collective ou individuelle sont aujourd’hui à réinterpréter par l’urbanisme contemporain. L’évolution sociologique et urbanistique des grands ensembles, par exemple, et les politiques actuelles de « renouvellement urbain » en France montrent que notre société ne considère plus ces quartiers comme nouveaux... et entreprend d’accompagner leur évolution. Mais les marges de manœuvre sont étroites, et les programmes techniquement difficiles, lents. Le recyclage organisé des friches n’est possible que dans certains cas de continuité et maîtrise foncière, localisation... et souvent l’initiative publique est nécessaire pour en supporter les coûts. Cette façon de faire n’est pas la règle et la plupart des quartiers hérités connaissent des évolutions moins radicales : ils demeurent au sens premier du terme un héritage, évoluant à son rythme. Il en va de même de la plupart des quartiers construits jusqu’aux années 1970, à travers le cycle accéléré d’urbanisation en France que l’on désigne de plus en plus par l’appellation « Trente Glorieuses ».

VILLE HÉRITÉE ET QUARTIERS RÉCENTS : UNE NOUVELLE QUESTION D’ÉCHELLE

13Plus encore que par le passé, l’héritage urbain est aujourd’hui écrasant. Pour cette raison aussi, une gestion « patrimoniale » de la ville ancienne ne peut suffire. La façon dont les particularismes urbains sont folklorisés, et deviennent systématiquement objets de consommation commerciale et touristique, ne doit pas masquer l’enjeu plus massif que constitue la ville héritée pour l’urbanisme actuel. De même, quelques polémiques patrimoniales sur des ensembles urbains du XXe siècle à conserver ou détruire, ou le rôle acquis par un certain passéisme dans le marketing des villes, sont des sujets importants... mais ils ne doivent pas cacher à quel point la question de la ville héritée a, elle aussi, changé d’échelle.

14La ville héritée est aujourd’hui tout simplement à la mesure des territoires urbanisés. L’extension des aires urbaines renouvelle plus qu’elle ne réduit la question du rapport avec l’antériorité urbaine. Si le classique « centre historique » des villes européennes est devenu ridiculement petit par rapport à l’ensemble de l’agglomération, il est de nos jours flanqué de quartiers dits péricentraux par les géographes, de banlieues plus ou moins lointaines qui font aussi partie de l’héritage. Il en ira de même pour les villes en plein développement des pays pauvres, comme il en a été au fil du temps dans les pays développés. Passer de quelques centaines à plusieurs milliers d’hectares pour un espace aggloméré comme par exemple celui de Katmandou-Patan est un changement de nature. Cette consommation accrue d’espace laisse et laissera derrière elle des héritages toujours plus consistants, s’additionnant les uns aux autres. Le rapport étroit qui s’était établi entre la ville et ses quartiers « anciens » est évidemment remis en question par cette expansion. D’autres quartiers, plus grands et périphériques s’ajoutent... et ceux qui ont toujours été connus se trouvent comme perdus dans des ensembles beaucoup plus vastes. L’écart existant entre les parties de ville (le centre, les quartiers...) et l’ensemble urbain ne cesse de se creuser. La redéfinition des statuts respectifs des quartiers affecte particulièrement la ville héritée. Il est important pour l’urbanisme contemporain d’en saisir la mesure et de s’apprêter à redonner du sens à ce legs massif.

15La question du rapport entre héritage urbain et nouveaux quartiers ne se pose pas qu’en termes de liaisons : c’est une question d’échelle... et de rapport entre les échelles. En ce sens, la continuité urbaine n’est pas une garantie contre les mauvais tours de l’urbanisme futur, et la perte des échelles intermédiaires d’urbanité, un diagnostic toujours pertinent. Revenons donc sur l’histoire de Katmandou : la dissolution de l’îlot traditionnel est une manifestation de cette défaillance des échelles traditionnelles, comme cela avait été constaté en Occident au cours du XXe siècle (Castex, Depaule, Panerai [1977] 2001). Il a probablement ses équivalents dans les villes de tout le sous-continent indien et de Chine où il correspond certainement à des mutations sociologiques profondes. Le repli sur l’intimité domestique et familiale, matérialisé par les formes d’habitat contemporain, semble être le pendant d’une extension démesurée de l’espace urbanisé. La réactivation des échelles intermédiaires est rendue d’autant plus difficile que l’expansion est devenue une donnée régulière du devenir des villes.

16Mais la différence de nature – et d’échelle – existant entre ville héritée et ville contemporaine est, elle aussi, une des potentialités de l’urbanisation actuelle. Le cas de Katmandou nous montre qu’il existe également de nombreux liens entre la ville « de toujours » et la ville « de demain » : dans le rapport créé avec la ville héritée, dans la structuration de la voirie, dans l’orientation même de chaque maison nouvelle, dans l’attitude de certaines familles qui gardent un lieu d’enracinement dans la vieille ville... La question se pose toujours de la signification du rapport qu’entretient la population urbaine avec cet héritage, qui semble être ici celui des Néwar. En outre, s’il est parfois difficile de caractériser et de s’attacher aux paysages urbains contemporains, ils n’apparaissent anodins et sans signification que de l’extérieur. Un tel type de réflexion renoue avec une certaine géographie humaine classique, qui s’intéressait en France à l’habitat humain sous tous ses aspects, car rien ne semble totalement coupé, et c’est bien l’intérêt de cette étude que d’exposer le caractère incrémental d’un développement urbain singulier.

17Il faut encore souligner la capacité de la ville à accueillir des éléments hétérogènes, étrangers les uns aux autres, et à les combiner. La ville contemporaine est en grande partie le produit de cette convergence dont il faut toujours rappeler le caractère inattendu. Mais on peut aussi y trouver des arguments en faveur d’un urbanisme de la continuité temporelle et spatiale.

18L. C. de L.

Roncayolo, M. & Paquot, T., s. dir. (1992), Villes et civilisation urbaine, XVIIIe-XXe siècle. Paris, Larousse.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ascher, F. (1995), Métapolis, ou l’Avenir des villes. Paris, Odile Jacob.

Burgel, G. (1993), La Ville aujourd’hui. Paris, Pluriel.

Castex, J., Depaule, J.-C., panerai, P. (1977), Formes urbaines : de l’îlot à la barre. Paris, Dunod (« Eupalinos »). Rééd. : Parenthèses, 2001.

Choay, F. (1965), L’Urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie. Paris, Le Seuil.

Choay, F. (1985), « Production de la ville, esthétique urbaine et architecture », in G. Duby, dir., Histoire de la France urbaine, t. V : La Ville aujourd’hui. Paris, Le Seuil, pp. 233-279.

Choay, F. (1992), L’Allégorie du patrimoine. Paris, Le Seuil.

Giovannoni, G. (1931), L’Urbanisme face aux villes anciennes. Trad. de l’italien, Paris, Le Seuil (« Points-Essais »). [Éd. orig. : Veccie città ed edilizia nuova, 1931.]

Mangin, D. (2004), La Ville franchisée. Formes et structures de la ville contemporaine. Paris, La Villette.

Montigny, G. (1992), De la ville à l’urbanisation. Paris, L’Harmattan.

Poëte, M. (1929), Introduction à l’urbanisme. L’évolution des villes : la leçon de l’Antiquité. Paris, Boivin. Rééd. : Anthropos, 1967 ; Sens et Tonka, 1998.

Roncayolo, M. (1985), « Destins de la ville héritée », in G. Duby, dir., Histoire de la France urbaine, t. V : La Ville aujourd’hui. Paris, Le Seuil, pp. 393-437.

Notes

1 Voir les chapitres : « Production de la ville, esthétique urbaine et architecture » et « Destins de la ville héritée », respectivement de F. Choay et de M. Roncayolo, in G. Duby, dir. (1985), La Ville aujourd’hui.

Auteur

Géographe, historien, maître de conférences à l’Institut d’urbanisme de Paris, et à l’Université Paris XII-Val-de-Marne. Son champ de recherche recouvre l’histoire urbaine et de l’urbanisme, à travers les pratiques, discours et opérations d’aménagement.
Publications
– 2001 « L’unitaire et le divisionnel : l’évolution de la terminologie des nouveaux quartiers en Espagne au XIXe siècle », in H. Rivière d’Arc, ed., Nommer les nouveaux territoires urbains, Paris, Éditions UNESCO-Maison des sciences de l’homme, pp. 87-104.
– 2004 « Le grand ensemble et ses mots », in F. Dufaux & A. Fourcaut, eds., Le Monde des grands ensembles, Grâne/Paris, Éditions CREAPHIS, pp. 37-42.
– 2006 « ‘Ville nouvelle’ ou ‘grand ensemble’ : les usages localisés d’une terminologie particulière », Histoire urbaine, 17, déc., pp. 47-66.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search