Version classiqueVersion mobile

La ville en Asie du Sud

 | 
Véronique Dupont
, 
Djallal Heuzé

Structure de la ville et recompositions sosciospatiales

Les nouveaux quartiers du grand Katmandou1. Conception et composition

Annick Hollé

Résumé

Le centre historique de Katmandou s’étend sur 200 hectares alors que l’agglomération du Grand Katmandou en couvre près de 6000. Cette croissance, qui a pris naissance au milieu des années 1960 et qui n’a fait que s’accélérer depuis, semble à première vue, comme dans beaucoup de grandes villes des pays pauvres, totalement anarchique. Par le biais de l’analyse spatiale, il est toutefois possible d’essayer d’en saisir la composition actuelle. En focalisant cette approche sur différents objets, la ville, le quartier et l’habitat, sous-ensembles de base, nous souhaitons apporter ici quelques hypothèses de lecture de cet espace urbain en construction. Parions que ces nouveaux quartiers qui n’en finissent pas de grandir, se composent selon certaines logiques, faisant intervenir, tour à tour et à des degrés divers, des domaines aussi différents que l’économie, les relations sociales, l’esthétique, la religion pour ne citer que ceux-là. Nous explorons ici le thème des facteurs organisateurs et créateurs de l’espace à Katmandou, à travers différentes approches telles que les stratégies de localisation de l’habitat, sa conception, sa morphologie ou bien encore son élaboration.

Texte intégral

  • 1 Traduction de l’expression « Greater Kathmandu » utilisée par les urbanistes dans les proj (...)
  • 2 Dans son ouvrage sur Thimi, Müller (1981) précise que « rien ne contredit l’hypothèse que (...)

1Cette étude des quartiers récents de Katmandou fait suite à un travail portant sur l’organisation sociospatiale de la capitale du Népal (Hollé 1997). Cette première approche avait été menée essentiellement dans le centre ancien de la ville pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que l’histoire offre au tissu urbain une épaisseur qui, a priori, se prête bien à l’analyse, même si elle en augmente la complexité. Ensuite parce que cet espace fortement structuré est habité par la population qui l’a élaboré : les Néwar. Ces derniers, considérés comme les premiers habitants des lieux2, représentaient encore jusque dans les années 1970 plus de 50 % de la population totale de la vallée. L’intérêt d’une étude de corrélation entre système social et organisation spatiale était alors évident.

  • 3 Pour être exact il convient de signaler que, dès 1850, des constructions ont été édifiées (...)

2Mais depuis les années 19603, Katmandou ne se réduit plus à son noyau historique et l’organisation spatiale que l’on peut découvrir dans les quartiers récents périphériques n’a rien de commun avec celle du centre ancien.

3Quels sont donc ses fondements ?

  • 4 Kathmandu Urban Development Project, March 1992.

4Donnons d’abord quelques chiffres pour montrer l’ampleur du phénomène, sans commune mesure avec le gigantisme des villes indiennes mais qui, à l’échelle du Népal, est tout de même sensible. Le noyau historique de Katmandou couvre 200 ha. Les extensions récentes s’étendent au milieu des années 1990 sur plus 4500 ha4. Si l’on prend les limites du Grand Katmandou qui incluent la ville de Patan située immédiatement au sud, on arrive à un total de 6000 ha de zone urbaine (cf. carte, au verso). Cette croissance, extrêmement rapide, nous pousse à nous interroger sur la composition de ce vaste chantier, aujourd’hui toujours en devenir.

Grand Katmandou : développement urbain, 2003

Grand Katmandou : développement urbain, 2003

5Il semble qu’à partir de 1997/1998, l’attitude de la population (qui en a les moyens économiques) a changé vis-à-vis de la construction : certains canons esthétiques commencent à se préciser, des styles apparaissent, des nomenclatures se dessinent et il devient dès lors possible de tenter d’établir une typologie de l’habitat récent à Katmandou. Ce texte n’est qu’une première approche de la question : il est le fruit d’enquêtes menées à Katmandou et à Patan au cours de l’été 1999. Divers éclairages ont été abordés au contact des différents acteurs intervenant dans le domaine du bâtiment. Nous avons ainsi rencontré de simples citadins ayant fait récemment construire ou souhaitant le faire dans un avenir proche, des astrologues dont les conseils sont scrupuleusement suivis, des architectes et ingénieurs en bâtiment, maîtres d’œuvre, mais aussi des employés municipaux ayant en charge le secteur de l’urbanisme. Les enquêtes se sont déroulées sous forme de questionnaires ouverts, laissant libre cours à la discussion. Il a ainsi été possible de dégager diverses pistes qui pourront être explorées dans un travail de plus longue haleine, l’objectif étant à terme de saisir les facteurs actuels qui sont créateurs et organisateurs de l’espace à Katmandou.

LES GRANDES PHASES HISTORIQUES DU DÉVELOPPEMENT URBAIN

LA PROSPÉRITÉ COMMERCIALE

6Katmandou se situe au carrefour de deux anciennes routes commerciales qui menaient du Tibet à l’Inde durant la période du florissant commerce transhimalayen, dont l’apogée est le plus souvent situé par les historiens autour des XVIIe et XVIIIe siècles (Boulnois 1988 ; Lévi 1985 ; Shrestha et al. 1986). Traversant la chaîne par deux cols de faible altitude, les pistes se rejoignaient précisément dans la vallée d’où s’échappait alors une voie unique cheminant vers l’Inde. Le bassin de Katmandou se trouvait être un lieu d’échange et de stockage des marchandises particulièrement propice. Situé à 27° de latitude nord, son altitude moyenne de 1300 mètres lui assure en effet un climat tropical sans chaleur ni froid excessifs. Or les routes commerciales joignaient des régions extrêmes et climatiquement très contrastées : le plateau tibétain et la haute chaîne himalayenne, impraticables de novembre à février-mars à cause de la neige et du froid ; la plaine du Terai, prolongement alors forestier de la plaine indo-gangétique, difficilement franchissable entre mai et septembre à cause de la chaleur et des maladies (principalement la malaria). Les saisons intermédiaires se présentaient donc comme les plus favorables à la traversée. Cependant les fenêtres climatiques étaient courtes et le voyage Patna-Lhassa durait en moyenne deux mois. Dans ce contexte, Katmandou représentait une étape intéressante à mi-parcours, permettant d’attendre alternativement la fin des pluies de mousson pour se rendre en Inde à l’automne, et la disparition de la rigueur hivernale pour partir vers le Tibet au printemps. L’artisanat local étant très prisé, ces périodes de repos étaient mises à profit pour pratiquer de nombreux échanges sur place. Cette prospérité permit à la bourgade de s’agrandir, de fructifier jusqu’à devenir une riche cité fortifiée (Toffin 1990).

LA DOMINATION RANA

1. Maison Rana, Katmandou, 1996.

1. Maison Rana, Katmandou, 1996.

(Cliché Annick Hollé)

7Au milieu du XIXe siècle, alors que Katmandou était déjà capitale du Népal depuis près de cent ans, une dynastie de premiers ministres usurpa le pouvoir et entreprit de gouverner le royaume de façon autarcique. Sa domination dura un siècle, jusqu’en 1951 exactement (Sever 1993).

  • 5 Malgré une fermeture très marquée des frontières, les Rana entretenaient de bons rapports (...)

8C’est avec cette dynastie, celle des Rana, que Katmandou commença à sortir des limites de son centre historique. Ces dirigeants édifièrent à cette époque une quarantaine de palais somptueux, de style néoclassique directement inspiré des bâtisses coloniales anglo-indiennes5 (Rana 1986), dont le plus vaste, qui comptait neuf cours intérieures et un total de 1500 pièces, passait pour être, lors de sa construction en 1901, le plus grand palais connu de l’Asie du Sud (rappelons qu’à cette date Katmandou ne comptait que 40 000 habitants !).

9Les palais, ainsi que les non moins somptueuses demeures construites par cette dynastie, étaient localisés sur de vastes domaines situés autour des deux noyaux urbains de Patan et Katmandou. Quelques-uns s’effondrèrent lors du terrible tremblement de terre qui secoua la vallée en 1934, mais la plupart sont encore debout et abritent aujourd’hui diverses administrations. Avec les Rana, les premières voitures firent leur apparition dans la vallée ; acheminées à dos d’homme depuis l’Inde, elles circulaient ensuite inlassablement sur les routes de terre qui reliaient les palais les uns aux autres. Le tracé de ces pistes fut décisif dans l’organisation du réseau actuel de circulation de la ville : leur empreinte fixa à jamais les axes préférentiels du développement urbain ultérieur.

10Au cours de la première moitié du XXe siècle, les premiers migrants indo-népalais venant des collines (appelés Parbatya par les habitants de la vallée) s’installèrent à Katmandou, trouvant à s’employer dans l’administration Rana. Ne pouvant s’établir dans le centre-ville déjà congestionné, la plupart s’installèrent en périphérie immédiate, là où commençaient à être relocalisés certains services publics.

CONSTITUTION DES QUARTIERS RÉCENTS

  • 6 Période à laquelle le climat de tension entre le Pakistan et l’Inde est devenu de plus en (...)

11Après le renversement de la dynastie Rana et la réouverture du pays au monde extérieur, les apports de population furent nombreux et variés dans la vallée (Hollé 1997 : 371 sq.) : mentionnons rapidement l’exil des Tibétains qui abandonnèrent leur territoire après 1959 à la suite du Dalaï Lama ; les migrations temporaires d’Indiens venus d’Uttar Pradesh et du Bihar pour travailler six à neuf mois de l’année dans les briqueteries de la vallée ou sur les chantiers ; l’installation définitive de Cachemiris vivant du tourisme et ayant perdu peu à peu leur clientèle après 19906 ; les migrations infimes mais continues de Népalais des autres régions du pays, venus panser à Katmandou un accident de vie et y chercher des jours meilleurs ; les Néwar eux-mêmes qui, devant l’implosion spatiale du noyau historique et le manque de confort des maisons de leurs parents, franchirent allègrement les anciennes limites urbaines pour installer en périphérie une demeure plus commode (Ranjitkar & Manandhar 1981) ; ajoutons enfin les Occidentaux et les Japonais, migrants temporaires employés dans les programmes de développement, fort nombreux à Katmandou jusqu’à la fin des années 1990, et pour lesquels il fallut adapter l’habitat.

12Ces populations de cultures différentes se trouvent désormais rassemblées sur un même espace, qu’elles doivent bâtir et habiter ensemble.

13Pour aborder les nouvelles structurations de l’espace urbain nous allons, dans un premier temps, nous appuyer sur des éléments de comparaison possible entre le noyau historique et les nouveaux quartiers. Bien entendu, cette investigation n’a pour but que de mieux identifier ces espaces afin de mieux les différencier car, comme nous venons de le dire, ils n’ont pas été conçus pour, ni par les mêmes personnes, et il relèverait plutôt de la coïncidence que d’une quelconque logique qu’ils se structurent de la même façon. Trois champs de comparaison retiendront ici notre attention.

  • 7 Kathmandu Urban Development Project, March 1992.

14La densité de population tout d’abord. Le centre historique représente 5 % de la superficie de Katmandou. Selon les chiffres du recensement de 1991, 25 % de la population de la ville7 (c’est-à-dire environ 100 000 personnes) vivent sur ces 5 % de territoire. La densité urbaine des vieux quartiers est en moyenne de 511 hab./ha, avec des pics à plus de 1000, ne descendant jamais au-dessous de 300. Dans les quartiers récents, la densité moyenne est de 64 hab./ha et ne dépasse pas, dans les circonscriptions les plus peuplées, les 200 hab./ha. Les deux moyennes (511 et 64) rendent compte de modes d’occupation de l’espace fort différents, deuxième champ de comparaison.

2. Tissu urbain dans le noyau historique de Katmandou.

2. Tissu urbain dans le noyau historique de Katmandou.

Photographie aérienne, 1991. (Topographical Survey Branch.) DR

15L’unité de base de l’organisation spatiale du noyau historique de Katmandou est la cour, comme on la connaît dans les villes hindoues traditionnelles (Toffin 1995 ; Markovits 1995 ; Hollé 1998). Cette structure spatiale., formée d’un vide central entouré de maisons, peut être perçue comme l’image de la société, structurée par la famille élargie, voire par la caste, si l’on considère le regroupement de cours formant un quartier. L’espace libre central est géré en commun : il s’agit en effet d’un lieu partagé spatialement et temporellement par plusieurs familles, idéalement issues d’un même lignage. Il est ouvert à tous mais plutôt tenu pour privé par ceux qui en ont l’usage. Sa position centrale renvoie à la place que la cour occupe dans la vie quotidienne des résidents. De nombreuses activités privées et/ou publiques s’y déroulent (Barré et al. 1977). Au centre de ces cours se trouve souvent un petit monument religieux, shivalingam ou stupa. Cet élément rappelle la place centrale que la religion occupe dans la structuration sociale (Barré et al. 1981 ; Toffin 1981).

  • 8 Cette attitude est confortée par la Constitution du Népal de 1963 qui n’abolit pas le syst (...)

16À cette centralité, peut-on dire, immatérielle (voire spirituelle), s’est substituée dans les nouveaux quartiers une préoccupation centrale matérielle, symbolisée par la maison. On note en effet une inversion du plein et du creux (Ph. 2 et 3). Dans l’urbanisme récent, l’habitat occupe désormais le centre de la parcelle, le pourtour prenant souvent l’aspect d’un jardin, si petit soit-il. Au delà de toute considération économique, le fait d’édifier une maison particulière au milieu d’un terrain clos dénote une tout autre attitude face à la communauté. La juxtaposition des maisons actuelles semble tendre vers une individualisation des rapports sociaux, chaque noyau familial étant alors constitutif en tant que tel de la société des habitants de Katmandou. On place désormais sa propre personne et sa cellule familiale (cette fois-ci nucléaire) au centre du fonctionnement social. L’individu semble ainsi devenir la référence sociale. Cette hypothèse est à nuancer selon les populations. Les Tibétains par exemple, fortement liés entre eux par le sentiment d’exil et leur sort commun apparenté à celui de réfugiés politiques, ont une tendance très marquée au regroupement. En revanche les Néwar et, dans une moindre mesure, les Indo-népalais semblent mettre en retrait la strate sociale de la caste8, Cet effacement peut aussi être mis en relation spatialement avec l’absence notable de réseau de circulation spécifique à l’échelle du quartier dans les extensions récentes.

3. Tissu urbain dans les extensions urbaines de Katmandou.

3. Tissu urbain dans les extensions urbaines de Katmandou.

Vue aérienne oblique, 1996. (Topographical Survey Branch.) DR

17Il s’agit là du troisième et dernier élément de comparaison entre l’organisation spatiale du centre-ville néwar et celle des nouveaux quartiers que je souhaite aborder ici : la place du réseau secondaire de circulation (cf. supra, carte).

18Dans le noyau historique, le réseau de circulation est très nettement structuré en trois niveaux : un réseau de desserte à l’échelle du noyau urbain tout entier, un réseau de desserte à l’échelle des quartiers, un réseau de desserte à l’échelle de l’habitat. Ces différents réseaux sont identifiables par leur taille (largeur et longueur variables des rues), leur forme (les cours faisant partie du réseau de desserte de l’habitat) et leur tracé, qui respecte la hiérarchie énoncée : les ruelles desservent les rues secondaires, qui elles-mêmes donnent accès aux axes importants. Dans certains cas, il est même possible de distinguer cette hiérarchie grâce au revêtement des voies : goudron pour les grands axes, briques ou terre pour les axes secondaires et dalles d’ardoise dans les cours et ruelles internes. L’utilisation de plus en plus généralisée du goudron tend toutefois, aujourd’hui, à faire disparaître ces nuances.

  • 9 Cette perméabilité réduite du tissu urbain récent peut être mise en parallèle avec la ferm (...)

19Dans les extensions récentes, on peut dire que le réseau de desserte du quartier est absent. Les rues qui s’écartent des axes les plus importants le long desquels sont implantés les commerces, pénètrent dans les îlots, desservent les habitations et se terminent bien souvent en cul-de-sac9. Il s’agit donc d’un réseau de circulation à l’échelle de l’habitat et non des quartiers. Nous passons directement du niveau de circulation de la ville à celui de l’habitat. L’intermédiaire est inexistant. Or cette échelle manquante est celle à laquelle s’organisent les relations de voisinage, les associations de quartier, etc. Peut-être est-il possible de voir ici une autre traduction spatiale de la mise en retrait de la caste, strate sociale intermédiaire entre la société et l’individu en milieu hindou (Gellner 1995).

  • 10 Sauf pour ceux qui continuent à se déplacer à pied ou à bicyclette. De plus l’intensificat (...)

20Cette nouvelle occupation de l’espace est donc peut-être corrélée à une volonté d’une partie de la population de rejeter le système des castes. Il est certain, en tout cas, qu’elle résulte de nouveaux modes de déplacement : la marche à pied et la bicyclette sont de plus en plus délaissées au profit des véhicules à moteur (voitures et motocyclettes). Les distances ont ainsi pu s’accroître sans que le temps de déplacement en soit affecté10. Cette extension urbaine soudaine a conduit au cours des années 1990 à une spéculation foncière irraisonnée. En l’absence de réel marché financier et de secteurs d’investissement, la terre est restée en effet l’une des valeurs-refuge des Népalais. Un cercle vicieux s’est alors instauré : l’augmentation des prix des terrains a poussé la population à s’établir de plus en plus loin du centre-ville, ce qui n’a fait que renforcer la spéculation foncière en milieu urbain et périurbain.

LES STRATÉGIES ACTUELLES DE LOCALISATION DE L’HABITAT DANS LE GRAND KATMANDOU

LA PRÉDOMINANCE DU FACTEUR ÉCONOMIQUE

  • 11 Et ce, même avant la montée en puissance des mouvements maoïstes.

21Il est désormais évident que le facteur le plus déterminant dans le choix à l’achat d’un terrain est d’ordre économique : on s’installe à l’endroit où le terrain est abordable. Et il ne l’est pas partout. Autour des années 1990, le prix de la terre s’est fortement accru dans la vallée. Les tarifs se sont multipliés par deux voire par quatre selon les lieux en à peine quatre ans (1988-1991). Cette flambée s’est poursuivie jusqu’en 1995/1996, date à laquelle le gouvernement a décidé de taxer les transactions foncières à hauteur de 15 % à charge de l’acheteur. Cette ponction, mêlée à d’autres facteurs comme le désengagement relativement marqué des Occidentaux qui ne demandent plus avec le même empressement le renouvellement de leurs contrats11 (ce qui a pour conséquence directe qu’une bonne partie des maisons construites à leur intention sont désormais vides), a considérablement réduit la spéculation foncière.

  • 12 À titre de comparaison, ces prix correspondent à ceux pratiqués dans une ville très cotée (...)
  • 13 Cette représentation de la limite de l’agglomération est apparue très clairement à l’occas (...)

22Néanmoins, acquérir un terrain reste extrêmement onéreux. Dans les quartiers résidentiels les plus cotés du Grand Katmandou, les prix atteignaient en 1999 les 150 euros le mètre carré ; la moyenne se situait plutôt aux alentours de 75€/m212mais dans ce cas les terrains étaient situés à l’extérieur de la ceinture périphérique (qui symbolise aujourd’hui fortement la limite de l’agglomération13 ; cf. carte).

  • 14 Prix relevés en 1999.
  • 15 Lors des enquêtes menées à propos des prix de vente des terrains, il m’a souvent été dit, (...)

23Une certaine échelle des prix existe néanmoins car, bien entendu, tous les lieux ne sont pas équivalents. Le critère déterminant dans cette hiérarchie tarifaire est sans conteste l’accessibilité : s’il n’y a pas d’accès direct, ou selon, si le chemin permet de rejoindre le terrain à pied uniquement, à vélo, à moto, ou en voiture, ou encore s’il est goudronné ou non, la valeur de la parcelle change. Ainsi les prix varient si l’on achète un terrain en bord de rue (plus cher), ou à l’arrière (moins cher). Les critères de qualité comme l’environnement visuel ou sonore passent clairement au second plan : l’un des quartiers où les prix ont flambé le plus vite au début des années 1990 (Baneswar) est situé à proximité de l’aéroport international, qui venait alors tout juste d’être terminé en 1989. De même les parcelles bâties qui sont les plus coûteuses actuellement14 (715 €/m2) se situent à New Road et Darbar Marg pour Katmandou et à Pulchok (axe principal) pour Patan. Il s’agit d’axes commerciaux le long desquels s’alignent les boutiques les plus « chics » des deux villes15 : sillonnés par une circulation incessante, ces axes concentrent les taux de pollution atmosphérique et sonore les plus élevés de la vallée.

  • 16 Rappelons que le salaire moyen mensuel d’un instituteur à Katmandou est de 38 €, et celui (...)

24Au vu de ces prix, sans commune mesure avec le niveau de vie moyen de la population16, il est clair que le critère de choix d’un terrain pour un futur acquéreur est avant tout d’ordre économique.

UN REGROUPEMENT COMMUNAUTAIRE NUANCÉ

  • 17 Nous n’abordons pas ici le cas du bâti pour location. Lors de la frénésie constructive qui (...)

25Parallèlement à l’achat, une autre tendance se dessine. Elle concerne plus particulièrement les Néwar, ainsi que les Indo-népalais installés dans la vallée depuis deux ou trois générations (venus travailler pour l’administration Rana) : il s’agit du lotissement des terres agricoles possédées par les familles. Dans ce cas de figure, la répartition des individus est relativement aléatoire, sans véritable regroupement par caste. Si la parcelle est suffisamment étendue, elle peut toutefois être divisée entre plusieurs frères afin que chacun y construise sa nouvelle demeure. On assiste alors à une sorte de maintien du regroupement familial. Les raisons pour lesquelles les propriétaires du centre historique choisissent de lotir leurs parcelles de terre sont nombreuses et variées : par exemple l’augmentation du niveau de vie moyen des citadins permet désormais de dégager un surplus d’argent à investir ; de meilleures conditions de vie (hygiène, soins) qui renforcent l’espérance de longévité et réduisent la mortalité infantile accroissent la taille des familles, et les maisons anciennement conçues et souvent divisées suite aux héritages ne suffisent plus ; de plus ces espaces sont vétustes par définition, sombres (ouvertures de petites dimensions) et bien souvent humides, ce qui ne correspond plus aux conditions de vie acceptables aujourd’hui, etc. ; la liste serait longue17. On assiste parfois, dans ce cas, à un système de double résidence, entre le centre-ville et la périphérie : les repas sont pris en commun dans la « maison-mère » du centre-ville, puis les membres de la famille qui ont construit à l’extérieur regagnent leur demeure pour dormir.

26Pour les familles arrivées récemment dans la vallée, le regroupement par communauté est en revanche nettement plus marqué. Il est. bien entendu, à nuancer par l’aspect économique (coût de la terre et moyens dont dispose la famille) et selon les communautés impliquées. Pour reprendre l’exemple des Tibétains, une très forte solidarité s’est développée et aujourd’hui, à Katmandou, tout nouvel arrivant sera recommandé et pris en charge par la communauté pendant le temps nécessaire. Cette solidarité se traduit sur le plan spatial par de fortes concentrations de cette population. Tout d’abord rassemblés dans des camps de réfugiés (Jawalakhel, Patan), les Tibétains se sont ensuite installés en nombre autour du monumental stupa de Bodnath, dédié au bouddhisme Mahayana (prix moyen du terrain à Bodnath en 1999 : 122€/m2). Les monastères se sont alors multipliés (Hellfer 1993). Ce noyau d’accrétion s’est ensuite étendu à l’est au village de Jorpati, qui s’est peu à peu transformé jusqu’à devenir un quartier industriel, dévolu à la fabrique de tapis tibétains (Jest 1989).

27On peut également noter cette tendance au regroupement chez les Occidentaux, malgré une situation toute différente, puisqu’il ne s’agit pas d’achat de terrains mais de location de maisons. Ainsi les quartiers d’ambassades, le quartier nord-est de la ville, ou les extensions urbaines de Patan, sont leurs lieux de prédilection. Cependant, puisqu’il n’existe pas d’enracinement dans ce cas précis, des déplacements rapides peuvent être observés si la pollution atmosphérique devient trop intense ou l’alimentation en eau du quartier déficiente, par exemple.

28Autres lieux où les regroupements par origine sont tout à fait notables au milieu des années 1990 : les bidonvilles agglutinés au pied des ponts jetés sur les rivières qui cernent les deux villes (cf. carte). On trouve ainsi le long de la rivière Bagmati, au lieu-dit Sankhamul, un important bidonville peuplé d’Indo-népalais et de Néwar. À Thapatali, au niveau du pont qui relie Patan à Katmandou, se trouvent en majorité des Indiens venus d’Uttar Pradesh, du Bihar et de Delhi, et travaillant principalement dans la statuaire religieuse – ou, pour les plus jeunes, comme cireur de chaussures. Remontant le cours de la Vishnoumati, rivière qui borde Katmandou à l’ouest, on découvre deux bidonvilles bien marqués : l’un, situé à la hauteur du quartier de Maru, est habité par des Néwar de la vallée ; le second, plus au nord, à l’endroit où la route traverse la rivière pour rejoindre le district industriel de Balaju, est largement peuplé par des gens d’autres ethnies népalaises (Rai, Limbu, Tamang, Magar). Des bidonvilles se sont encore constitués à la toute fin des années 1990, creuset de main-d’œuvre à proximité des fabriques de tapis tibétains, notamment à Bodnath.

29Quel que soit l’endroit où l’on souhaite s’installer, l’occupation d’une nouvelle parcelle par les Népalais reste soumise aux conseils des astrologues. D’une certaine façon, ce critère est tout aussi primordial que le critère économique : de la même manière que l’on n’achète pas un terrain trop onéreux, on ne cherche pas à acquérir un terrain déconseillé par l’astrologue.

LA CONCEPTION DE L’HABITAT : TYPES DE CONSTRUCTION ET RÉALISATION18

CONCEPTION ARCHITECTURALE ET RELIGION

30Lorsqu’on décide d’acheter un terrain, il est nécessaire d’en connaître les qualités. Pour cela, le futur propriétaire prélève un peu de terre sur la parcelle convoitée et l’apporte chez l’astrologue. Ce dernier, après y avoir mêlé quelques grains de riz, verse la terre sur un diagramme géomantique faisant apparaître les huit directions cardinales principales de l’espace, tout en prononçant des incantations. Le diagramme possède également une dimension temporelle puisque sa configuration se modifie selon le moment de l’année durant lequel est réalisée la divination. Dans un premier temps, l’astrologue va déterminer si le terrain est propice ou non à la résidence. En fonction de la répartition de la terre sur le diagramme, il regarde si le terrain n’abrite pas de démons, si personne n’y est mort, s’il ne s’agit pas d’un chemin pour les divinités, etc. Dans un second temps, il établit le lien avec l’éventuel acquéreur, en mettant en relation la divination et le thème astral de l’individu. Un terrain n’est jamais bon ou mauvais dans l’absolu. Il peut être, bien entendu, plus ou moins propice à l’installation humaine. Mais l’important est qu’il soit en accord avec le thème astral de l’individu qui compte s’y installer. Si cette adéquation est impossible, mieux vaut abandonner le projet. Si elle est légèrement défaillante, l’astrologue peut soit tenter de purifier le terrain, soit prodiguer quelques conseils à propos de l’orientation à donner à la maison, la disposition relative des pièces, ... afin que l’installation se fasse dans de bonnes conditions.

31La dimension religieuse transparaît également dans la ritualisation très forte de l’acte de construction. Ce dernier débute après une seconde visite chez l’astrologue qui devra, cette fois, déterminer avec précision la date et l’heure auxquelles la construction de la maison pourra débuter. Certains astrologues sont aujourd’hui équipés de logiciels efficaces permettant de calculer ce type d’échéance. Les calculs tiennent compte, entre autres, d’éléments comme la caste de l’individu (ou son appartenance ethnique), le thème astral, les éphémérides, ... Viennent ensuite les nombreux rites qui ponctuent les diverses étapes de la construction (rites de fondation, pose des premières briques, rites de réception et de balayage, rites d’entrée dans la maison et de purification de l’espace, fête de l’achèvement du toit).

32Le critère économique est, certes, toujours présent en toile de fond. Mais quelles que soient les disponibilités, il y a tout de même des éléments qui ne coûtent rien et que l’on souhaite voir respectés.

33Selon les architectes (qui se disent eux-mêmes plutôt ingénieurs), la première chose que leurs clients tiennent à voir figurer sur les plans est la chambre des dieux, puja khota. Celle-ci doit toujours se situer sous les combles, voire aujourd’hui sur le toit-terrasse de la maison, sous forme d’une petite pièce supplémentaire. Elle doit respecter les orientations auspicieuses livrées par les traités anciens d’architecture, précisant qu’elle occupera le coin nord-est et que la divinité qui y siège doit faire face à l’Est.

34Ces traités d’architecture, connu sous le nom de Vaastu shastra, sont issus des Veda, corpus de textes livrant la connaissance primordiale. À mi-chemin entre l’art et la science, ils sont considérés comme un Upaveda, au même titre que la médecine, la science militaire ou la musique (Kramrisch 1976 : 10-11 ; Sinha 1998 : 27-28). Les recommandations prodiguées par ces textes dans le domaine de l’habitat sont présentes à tous les niveaux : dans le choix du terrain (sa forme, sa pente, sa localisation, son histoire...), ou l’ordonnancement des pièces de la maison (leur taille, leur utilisation, leurs localisations relatives...). Elles concernent également les éléments situés dans l’environnement immédiat de la maison (choix des plantations faites dans le jardin, orientation de certains végétaux dans telle ou telle direction), la localisation de la porte d’entrée principale sur la façade, le nombre et la taille des ouvertures aux différents étages, les matériaux de construction, le nombre de marches des escaliers..., et la liste est encore longue (Jain 1996).

  • 19 Pour une approche plus détaillée, voir aussi Dutt 1925.

35Cet arsenal impressionnant de « lois » et préceptes semble dévolu aux hommes afin qu’ils ordonnent leur monde de façon harmonieuse et en accord avec le reste de l’univers. Certains des principes édictés relèvent du simple bon sens et sont donc repris avec une sorte d’évidence par la population. D’autres ont fait l’objet de compromis ou sont, de longue date, tombés dans l’oubli. Il faut bien dire qu’un abîme sépare certainement ces traités savants de la culture populaire actuelle, et les pratiques d’aujourd’hui n’illustrent qu’une infime partie des préceptes19. Au vu des publications parues récemment sur ce thème, il semble toutefois qu’on assiste à un regain d’intérêt pour ces écrits, tout au moins sur le plan intellectuel (Vasudev, ed., 1998). En revanche, la mise en pratique, le suivi des Vaastu dépend beaucoup des motivations individuelles des nouveaux propriétaires et des conseils qu’ils reçoivent des architectes. Nombreux, en effet, sont les maîtres d’ouvrage qui se reposent totalement sur les compétences des maîtres d’œuvre. Renseignements pris auprès de ces derniers, il apparaît qu’environ un tiers des personnes souhaitent conserver certaines orientations précises, comme par exemple ne pas dormir dans le sens nord/sud, installer la cuisine au sud-est de la maison et de toute façon, jamais au nord, ne jamais placer les toilettes à l’étage pour ne pas avoir à circuler dessous, ou enfin ne pas placer la porte d’entrée à l’ouest.

4. Constructions récentes dans le noyau historique de Katmandou, 1994.

4. Constructions récentes dans le noyau historique de Katmandou, 1994.

(Cliché A. Hollé)

CONCEPTION ARCHITECTURALE ET RISQUE SISMIQUE

36Le respect de ces diverses règles (et de bien d’autres) est censé apporter harmonie, prospérité, richesse et santé au foyer. Le respect d’autres normes, malheureusement trop souvent négligées, pourrait également contribuer à l’épanouissement du foyer et le mettre à l’abri d’autres dangers : il s’agit des normes de construction anti-sismiques.

37Située sur le flanc sud de la chaîne de l’Himalaya, la vallée de Katmandou a été secouée régulièrement au cours de son histoire par de violents tremblements de terre. Le dernier en date, extrêmement ravageur, a eu lieu en 1934 et son spectre hante encore à présent l’esprit de ceux qui l’ont vécu. Malheureusement, ils sont aujourd’hui peu nombreux, et une certaine inconscience, la cherté de la terre, ainsi que l’attitude conciliante voire laxiste des élus, ont laissé les étages se superposer de façon assez dangereuse. Il n’est pas rare de voir, sur les parcelles restreintes des vieux centres-ville de Patan et Katmandou, des maisons atteignant cinq ou six étages, surmontés de deux terrasses superposées (Ph. 4).

38Dans les quartiers récents, où le tissu urbain est plus aéré, la course aux étages semble moins prononcée. Néanmoins les propriétaires qui choisissent d’appliquer des normes anti-sismiques font exception car ces dernières induisent un surcoût de l’ordre de 35 % à 40 % à la construction du gros œuvre. Les arguments avancés pour cette « non-mise en conformité » sont, d’une part, que l’on n’est pas sûr de leur efficacité (il faudrait pour cela un tremblement de terre...), et d’autre part, qu’il n’est pas certain que les ouvriers réalisent les travaux en conséquence. Pourquoi donc payer un tiers plus cher ?

39Lors du tremblement de terre de 1934, peu de maisons dépassaient trois étages. Aujourd’hui peu d’habitations comptent moins de trois étages. Mais malgré les mises en garde des géologues, d’architectes et autres spécialistes, il semble que les pouvoirs publics ne soient pas prêts à adopter une attitude plus responsable dans l’immédiat.

40Certains architectes s’appuient sur les dangers réels induits par la sismicité régionale pour promouvoir les matériaux locaux et l’architecture traditionnelle néwar. Ils les décrivent comme particulièrement bien adaptés dans leur structure aux conditions géologiques instables. L’argument principal est de mettre en avant le caractère plastique et presque articulé de la maison de brique et de bois. Elle accepte facilement de modifier sa géométrie et n’occasionne ainsi pas de gros dégâts en cas d’effondrement. Ils en veulent pour preuve que lors du tremblement de terre de 1934 à Bhaktapur, il n’y aurait eu à déplorer « que » 700 maisons écroulées et 12 morts. De plus, le bois ainsi qu’une bonne proportion de briques peuvent être réutilisés pour la reconstruction.

41Dans les centres-ville anciens, et celui de Patan en particulier, on perçoit d’ailleurs une timide reconquête de l’architecture néwar traditionnelle, financièrement soutenue par la mairie. Cette dernière propose en effet le remboursement en fin de chantier de 10 % du coût des matériaux utilisés si le contrat « stylistique » est respecté (lequel intègre des matériaux et des mises en œuvre spécifiques).

42Dans les quartiers récents en revanche, les aspirations architecturales sont tout autres et certains courants semblent se dégager.

L’ESTHÉTIQUE ARCHITECTURALE : MODES ET INFLUENCES

Il suffit de regarder autour de soi si l’on circule à Katm a n d o u : le style des constructions s’est beaucoup modifié en dix ans. Peut-être est-il un peu tôt pour parler de « maturitéarchitecturale », mais il est évident que de gros progrès ont été faits dans les domaines de la maîtrise des matériaux et des finitions. Les architectes sont d’ailleurs les premiers à le confirmer : la demande de la clientèle a changé. Jusqu’à ces cinq dernières années, les futurs propriétaires parlaient habitation sans parler de style. Aujourd’hui, ils sont prêts à investir un peu plus d’argent pour donner un bel aspect à leur maison, ce qui offre une certaine latitude aux techniciens dans leurs activités. La maison reste ainsi un objet éminemment ostentatoire. Il faut qu’elle soit la plus imposante possible, et munie de nombreuses fenêtres. Ce sont des signes qui ne trompent pas. Les gens aiment aussi lui ajouter de multiples balcons, l’idéal si l’on en a les moyens étant d’en avoir un pour chaque chambre ! Les toits-terrasses ont également eu leur heure de gloire au cours des années 1980 etjusqu’en 1995. Mais il semble que la tendance actuelle revalorise les toits en pente, ce qui, d’après les architectes, est à mettre directement en relation avec l’intensité plus forte des dernières moussons et les problèmes d’étanchéité des toits plats.

5. Maison dont la cage d’escalier est ajourée sur toute la hauteur, Patan, 1999.

5. Maison dont la cage d’escalier est ajourée sur toute la hauteur, Patan, 1999.

(Cliché A. Hollé)

6. Maison à balustrades, Patan, 1999.

6. Maison à balustrades, Patan, 1999.

(Cliché A. Hollé)

43Cette amélioration de la qualité du travail n’a pas été sans une hausse des coûts à l’édification : aujourd’hui pour construire de façon solide, il faut pouvoir dépenser 125 €/m2 en moyenne alors qu’en 1993, les prix étaient aux alentours de 45 €/m2 pour une construction certes de moins bonne qualité. Les familles qui se lancent donc actuellement dans une telle entreprise possèdent des moyens assez conséquents.

7. Maison d’inspiration nord-américaine, Patan, 1999.

7. Maison d’inspiration nord-américaine, Patan, 1999.

(Cliché A. Hollé)

8. Maison de bois à Annapolis, côte Est des États-Unis, 1997.

8. Maison de bois à Annapolis, côte Est des États-Unis, 1997.

(Cliché A. Hollé)

9. Maison de bois à Key West, sud de la Floride, 1992.

9. Maison de bois à Key West, sud de la Floride, 1992.

(Cliché A. Hollé)

44Différents éléments décoratifs semblent s’imposer selon les styles : la maison aux multiples balustrades peintes bien souvent en blanc (Ph. 6), parfois en marron « pour imiter le bois » disent certains ; la maison dont la cage d’escalier est éclairée sur toute la hauteur par un mur ajouré, rappelant plus ou moins les entrelacs des boiseries néwar (Ph. 5) ; ou bien encore la maison dont les enduits imitent les façades de bois des résidences que l’on peut trouver dans divers quartiers huppés des villes américaines de la côte Est des États-Unis (Ph. 7, 8 et 9). Ces dernières semblent avoir la préférence des Tibétains ; les modèles en parviennent au Népal par deux filières : soit par des architectes occidentaux travaillant sur place (Italiens, États-Uniens...), soit par catalogue. Il est courant en effet de trouver dans les ateliers des architectes népalais, rangé aux côtés d’un ouvrage reprenant quelques-unes des règles de base des Vaastu (Jain 1996), un ou plusieurs catalogues de maisons qui nous ont été présentées comme « japonaises », mais dont les conceptions semblent plutôt venir d’outre-Atlantique (Ghose 1997, cf. Ph. 10). L’influence esthétique des modèles de maisons présentées dans ces catalogues (édités en Inde pour la plupart) est indéniable, mais il ne faut pas pour autant négliger « la patte » des acteurs locaux : les architectes et les ouvriers.

10. Exemple de maison proposée à la construction dans les catalogues disponibles en librairie à Katmandou. DR

10. Exemple de maison proposée à la construction dans les catalogues disponibles en librairie à Katmandou. DR

45Les premiers sont formés à l’Institute of Engineering sis à Patan dans un ancien palais Rana de style néoclassique. Eux-mêmes disent que leur formation technique est correcte mais que les cours de dessin d’architecture, d’analyse de bâtiments, etc., sont soit optionnels, soit cruellement absents. Or, là aussi, les choses semblent avoir changé récemment. L’année 1999 a vu naître la revue vaastu, publiée par l’association des étudiants en architecture. Il semble qu’il s’agisse de la première revue du genre dans la vallée. Les étudiants souhaitent par cette initiative ouvrir le débat sur les choix qui sont faits en matière de construction et de restauration dans la vallée. Au delà de cet argument, la publication montre aussi combien les étudiants et, donc, les futurs architectes se sentent aujourd’hui concernés par l’esthétique des bâtiments et non plus uniquement par les aspects techniques. Sans être passéiste, le nom même de la revue insiste sur leur volonté de renouer avec les racines de leur art, en y réintroduisant, pourquoi pas, une dimension religieuse, ou tout au moins symbolique. La redéfinition du métier n’est pas sans conséquences sur le paysage urbain récent.

46La seconde catégorie d’acteurs dans le secteur du bâtiment est celle des ouvriers. À Katmandou, ce secteur d’activité est, en pratique, entièrement aux mains des travailleurs indiens, migrants temporaires d’Uttar Pradesh et du Bihar. Il est certain que l’ensemble des constructions de la vallée édifié au cours des dix dernières années porte leur empreinte. Des éléments comme la compartimentation des fenêtres (Ph. 5 et 6), ou les crénelures des rebords des toits-terrasses, sont trop récurrents pour ne pas être des gestes maintes fois répétés, sortes d’automatismes auxquels on ne peut échapper. Or ces gestes sont ceux des ouvriers indiens. Ils impriment peu à peu à la ville son nouveau visage.

* *
*

47Ce survol des extensions urbaines récentes de la ville de Katmandou n’est qu’une première approche de la question et une typologie plus fine reste à faire. Il nous permet tout de même de prendre connaissance de la variété des éléments, matériels ou immatériels, qui entrent dans la composition urbaine actuelle. Les traités d’architecture hindous, les ouvriers indiens, les catalogues de modèles d’habitations étrangères, les influences culturelles diverses des migrants, le risque sismique, le tout contraint par les faibles potentialités économiques de la population, font la réalité physique de la ville aujourd’hui. Cette concentration soudaine d’apports si divers a entraîné une croissance très rapide de la ville, trop rapide pour ne pas être qualifiée légitimement d’« anarchique » à partir des années 1990. Cette révolution spatiale est en effet caractérisée par son ampleur. Les services publics et l’administration ont fait les frais de cette célérité et n’ont pas été à même de suivre l’extension ni la densification de la ville. Mais cette croissance soudaine n’est qu’un épiphénomène dans la vie d’une cité. Souvenons-nous des périphéries de nos capitales européennes à l’heure où les campagnes occidentales se vidaient de leur population, ou regardons ces grandes villes de pays pauvres qui s’accroissent, entre autres, par bidonvilles juxtaposés – ou politiques publiques d’urbanisme collectif. Jusqu’à présent Katmandou n’a pas connu ce type de développement. Le secteur du bâtiment est largement dévolu à l’initiative privée. L’implantation de bidonvilles est restée très marginale jusqu’à la fin des années 1990. Et l’on peut même constater que, sous un aspect a priori inorganisé, l’espace urbain ressemble à une toile tissée patiemment par tous les membres de la société, avec des regroupements communautaires et des styles architecturaux parfois affirmés. Ces préoccupations semblent indiquer que, plutôt que de subir le développement urbain, les habitants de Katmandou souhaitent, dans la mesure du possible, être acteurs de l’élaboration de leur cadre de vie. Espérons que cette volonté d’implication, cette envie d’entreprendre ne se trouvera pas mise à mal par les difficultés que traverse actuellement le pays.

48A.H.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Asian Development Bank & His Majesty Govemement of Népal (1992), Kathmandu Urban Development Project Report. Katmandou.

Barré, L. et al. (1977), « Quelques notes sur un espace privé néwar : l’exemple d’un cok à Panauti », in Himalaya. Écologie et géologie de l’Himalaya [Colloques internationaux du CNRS, 268], Paris/Sèvres, Éd. du CNRS, vol 1, pp. 321-341.

Barré, L. et al. (1981), Panauti, une ville au Népal. Paris, Berger-Levrault (« Architecture »).

Boulnois, L. (1988), « Les passes himalayennes. Religieux, marchands et militaires, XVIIe-XVIIIe siècle », in M. Debout, D. Eeckaute-Bardery, V. Foumiau, eds., Routes d’Asie. Marchands et voyageurs, XVe-XVIIIe siècle. Istamboul-Paris, Isis, pp. 67-78.

Dagens, B. (1994), Mayamata : Treatise of Housing, Architecture and Iconography. Delhi, Motilal Banarsidass Publishers.

Dutt, B. B. (1925), Town Planning in Ancient India. Calcutta, Thaker, Spink & Co.

Gaborieau, M. (1978), Le Népal et ses populations. Bruxelles, Complexe.

Gellner, D. & Quigley, D., eds. (1995), Contested Hiérarchies : A Collaborative Ethnography among Newars of the Kathmandu Valley, Népal. Oxford, Clarendon Press.

Ghose, D. N. ([1989] 1997), A Book of Home Plans. New Delhi, CBS Publishers.

Hellfer, M. (1993), « A recent phenomenon : the emergence of buddhist monasteries around the stupa of Bodnath », in G. Toffin, ed.., The Anthropology of Népal : From Tradition to Modernity [Proceedings of the Franco-Nepalese seminar held in the French Cultural Centre, Kathmandu, 18-20 March 1992]. Katmandou, Centre culturel français/Paris, CNRS, pp. 114-131.

Hollé, A. (1997), « Cité des Dieux, ville des hommes. Organisations spatiales, morphologies urbaines et correspondances sociales à Katmandou – Népal ». Thèse de doctorat de géographie, Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Hollé, A. (1998), « Les cours des Néwar de Katmandou », L’Espace géographique, 4/98, pp. 349-358.

Jain, G. J. (1996), The Little Book on Vaastu. New Delhi, bpb Publications.

Jest, C. (1989), « Le bouddhisme, son expression tibétaine dans la vallée de Katmandou, Népal. Aspects sociologiques et économiques d’une expansion hors du Tibet, 1959- 1984 », Acta Orientalia Academiae Scientiarium Hung., XL111 (2/3), pp. 431-444.

Körn, W. (1989), The Traditional Architecture of the Kathmandu Valley. Katmandou, Bibliotheca Himalayica.

Kramrisch, S. (1976), The Hindu Temple. Delhi, Motilal Banarsidass Publishers, 2 vol.

Lévi, S. (1985), Le Népal. Étude historique d’un royaume hindou. Katmandou/Paris, Éd. Raj de Condappa, Toit du monde, 2 vol. (1re éd. Leroux, 1905.)

Markovits, C. (1995), « L’adaptation d’un espace urbain traditionnel à des fonctions nouvelles : le cas d’Ahmedabad (Inde) », Les Cahiers de la recherche architecturale, 35/36 : Cités d’Asie, pp. 47-57.

Müller, U. (1981), Thimi : Social and Economie Studies on a Newar Seulement in the Kathmandu Valley. Giessen, Giessener Geographische Schriften, 49.

Racine, J.-L. (2002), Cachemire au péril de la guerre. Paris, Éd. Autrement (« CERI/ Autrement »),

Rana, G. (1986), « The Rana palaces of Népal », Arts of Asia, juif-août, pp. 89-95.

Ranjitkar, N. G. & Manandhar, M. S. (1981), « Spatial expansion of Kathmandu city », Geographical Revue of Népal, 3-4 (Katmandou), pp. 25-35.

Sever, A. (1993), Népal under the Rana. Delhi, Oxford & IBH Publishing.

Shrestha, C. B. et al. (1986), The Historié Cities of Asia. Katmandou, Tribhuvan University, Center of Népal and Asian Studies.

Sinha, A. (1998), « Design of settlements in the Vaastu Shastras », Journal of Cultural Geography, 17 (2), pp. 27-41.

Toffin, G. (1981), « Espace urbain et religion ; à propos des villes néwar », in G. Toffin, L. Barré, C. Jest, eds., L’Homme et la maison en Himalaya. Écologie du Népal. Paris, CNRS, pp. 81-91.

Toffin, G. (1984), Société et Religion chez les Néwar du Népal de la Vallée de Kathmandou. Paris, CNRS Éditions.

Toffin, G. (1990), « Le rôle du commerce transhimalayen dans les royaumes Malla de la vallée du Népal (XVF-XVIIE siècle) », in R. Dor, ed., L’Asie centrale et ses voisins. Influences réciproques. Paris, INALCO, pp. 215-226.

Toffin, G. (1995), « La genèse de la ville dans la vallée de Kathmandou », Les Cahiers de la recherche architecturale, 35/36 : Cités d’Asie, pp. 35-46.

VAASTU (1999), Association of Students of Architecture (ASA), Pulchok (Népal).

Vasudev, G. D., ed. (1998), Vaastu, Astrology and Architecture [Papers presented at the first All-India Symposium on Vaastu, Bangalore, June 1995]. Delhi, Motilal Banarsidass Publishers.

Notes

1 Traduction de l’expression « Greater Kathmandu » utilisée par les urbanistes dans les projets de développement de la vallée depuis le milieu des années 1980.

2 Dans son ouvrage sur Thimi, Müller (1981) précise que « rien ne contredit l’hypothèse que les Néwar se sont installés dans la vallée de Katmandou depuis les temps préhistoriques » (période qui dura jusqu’en 200 ap. J.-C.).

3 Pour être exact il convient de signaler que, dès 1850, des constructions ont été édifiées « hors les murs » mais elles étaient réservées à la dynastie dirigeante d’alors.

4 Kathmandu Urban Development Project, March 1992.

5 Malgré une fermeture très marquée des frontières, les Rana entretenaient de bons rapports avec les Britanniques installés en Inde. Leur domination a d’ailleurs périclité à la suite du démantèlement de l’Empire.

6 Période à laquelle le climat de tension entre le Pakistan et l’Inde est devenu de plus en plus oppressant (Racine 2002). Face à diverses agressions, les touristes se sont alors faits de plus en plus rares.

7 Kathmandu Urban Development Project, March 1992.

8 Cette attitude est confortée par la Constitution du Népal de 1963 qui n’abolit pas le système de castes mais dans laquelle les hommes sont déclarés égaux devant la justice (Gaborieau 1978 : 245). On peut également remarquer ce rejet du système au fil des discussions avec la population, ainsi que, par exemple, dans les registres cadastraux : beaucoup d’enregistrements récents faits à la suite d’héritages ne sont composés que du prénom du nouveau propriétaire.

9 Cette perméabilité réduite du tissu urbain récent peut être mise en parallèle avec la fermeture pure et simple de certaines voies de passage dans le centre historique de Katmandou. Les habitations étant organisées autour de cours, leur desserte est assurée par des passages sous les maisons, permettant de se rendre d’une cour à l’autre. Or, il est de plus en plus fréquent de se trouver face à des passages fermés par des portes cadenassées. Certaines le sont uniquement la nuit, mais d’autres le sont aussi dans la journée, ce qui peu à peu privatise des espaces jusqu’alors ouverts à tous.

10 Sauf pour ceux qui continuent à se déplacer à pied ou à bicyclette. De plus l’intensification du trafic à partir de 1995/1996 tend à remettre en cause cette logique.

11 Et ce, même avant la montée en puissance des mouvements maoïstes.

12 À titre de comparaison, ces prix correspondent à ceux pratiqués dans une ville très cotée comme Toulouse, en 2001, au plus fort de la spéculation foncière provoquée par l’imminent passage à l’euro.

13 Cette représentation de la limite de l’agglomération est apparue très clairement à l’occasion d’une enquête menée à propos de la perception de l’espace urbain. Le périphérique est devenu un repère incontournable au fur et à mesure que l’usage de la voiture s’est généralisé et que les rues se sont trouvées de plus en plus congestionnées. Les rapports distance/temps se sont alors modifiés.

14 Prix relevés en 1999.

15 Lors des enquêtes menées à propos des prix de vente des terrains, il m’a souvent été dit, concernant ces rues très cotées, que « les prix pratiqués sont prohibitifs, mais que de toute façon, il n’y a rien à vendre ». Il semble en effet, – mais il s’agit là d’une hypothèse fondée sur un travail réalisé auprès du service cadastral à propos du centre historique de Katmandou, qu’il faudrait étendre aux quartiers récents –, que le mode de transmission des maisons est majoritairement l’héritage, l’achat et la vente étant plutôt réservés aux terrains à bâtir.

16 Rappelons que le salaire moyen mensuel d’un instituteur à Katmandou est de 38 €, et celui d’un chercheur en sciences sociales de 70 €.

17 Nous n’abordons pas ici le cas du bâti pour location. Lors de la frénésie constructive qui a saisi Katmandou au début des années 1990, de nombreux propriétaires fonciers (Néwar et Indo-népalais) ont fait le choix de transformer les revenus agricoles de leur terre en loyers, ces derniers apparaissant comme nettement plus sûrs et avantageux.

18 Par souci de cohérence avec les travaux réalisés précédemment dans la vieille ville de Katmandou auprès de la population néwar, les enquêtes menées sur cet aspect très culturel ont été effectuées auprès de cette même population.

19 Pour une approche plus détaillée, voir aussi Dutt 1925.

Table des illustrations

Titre Grand Katmandou : développement urbain, 2003
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 1. Maison Rana, Katmandou, 1996.
Crédits (Cliché Annick Hollé)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre 2. Tissu urbain dans le noyau historique de Katmandou.
Crédits Photographie aérienne, 1991. (Topographical Survey Branch.) DR
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre 3. Tissu urbain dans les extensions urbaines de Katmandou.
Crédits Vue aérienne oblique, 1996. (Topographical Survey Branch.) DR
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 4. Constructions récentes dans le noyau historique de Katmandou, 1994.
Crédits (Cliché A. Hollé)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre 5. Maison dont la cage d’escalier est ajourée sur toute la hauteur, Patan, 1999.
Crédits (Cliché A. Hollé)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre 6. Maison à balustrades, Patan, 1999.
Crédits (Cliché A. Hollé)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 7. Maison d’inspiration nord-américaine, Patan, 1999.
Crédits (Cliché A. Hollé)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre 8. Maison de bois à Annapolis, côte Est des États-Unis, 1997.
Crédits (Cliché A. Hollé)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 9. Maison de bois à Key West, sud de la Floride, 1992.
Crédits (Cliché A. Hollé)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre 10. Exemple de maison proposée à la construction dans les catalogues disponibles en librairie à Katmandou. DR
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23736/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

Géographe, maître de conférences au Département de géographie de l’Université Paris VIII-Saint-Denis, membre du Laboratoire des dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS CNRS – UMR 7533), ses thèmes de recherche recouvrent : la géographie culturelle (domaine urbain) ; l’interaction espace-société, l’architecture, la religion et l’urbanisme, la croissance urbaine. Elle a mené plusieurs terrains au Népal (Katmandou) et en Inde.

Publications

– 1998, « Les cours des Néwar de Katmandou », in L’Espace géographique, Paris, Belin-Reclus, vol. 4, pp. 349-358.
– 2001, « Organisation socio-spatiale à Katmandou à la fin du xxe siècle », Paris, Belin-Reclus (« Mappemonde » 61), pp. 24-29.
– 2004, « Katmandou au fil du temps », Dossiers d’archéologie, 293, 8 p.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search