Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’hôpital en Asie du Sud

 | 
Clémence Jullien
, 
Bertrand Lefebvre
, 
Fabien Provost

Violation des normes au nom des patients ? / Breaching Standards on Behalf of Patients?

« Bien-être familial » : une notion illusoire ?

Lʼenvers de la rhétorique en milieu hospitalier indien

‟Family Welfare”: An Illusory Notion? The Underside of Rhetoric in the Indian Hospital

Clémence Julien

Résumé

Dans le cadre d’une politique de réduction de la natalité, l’Inde a traversé une période de stérilisations contraintes en masse sous l’État d’urgence, en 1975-1977. Depuis, les politiques indiennes de planification familiale ont abandonné ces méthodes pour laisser place à une approche dite de « bien-être familial » reposant sur le choix libre et informé des citoyens. Compte tenu des défis politiques et économiques mais aussi des crispations sociales et religieuses sous-jacentes à la question démographique indienne, dans quelle mesure cette approche est-elle compatible avec la réalité locale ? La question de la fécondité des femmes reste un sujet sensible en Inde, à la croisée de tensions sociales (dénonciation de la fécondité des plus défavorisées) mais aussi d’enjeux religieux (hindous-musulmans) et de considérations de genre (multiplication des grossesses pour assouvir le désir de garçons). À partir de l’ethnographie d’un hôpital public d’obstétrique au Rajasthan, j’explique les raisons pour lesquelles le corps médical exhorte ses patientes au contrôle des naissances. En rendant compte du pouvoir discrétionnaire des médecins, je montre que leurs pratiques sont davantage dictées par des considérations nationalistes que par un souci de liberté individuelle officiellement en vigueur.

As part of a policy to reduce the birth rate, India went through a period of mass sterilization under the state of emergency in 1975-1977. Since then, Indian family-planning policies have abandoned these methods in favour of a so-called “family welfare” approach based on citizens’ free and informed choice. Given the political and economic challenges, but also the social and religious tensions underlying the Indian demographic issue, to what extent is this approach compatible with local reality? The issue of women’s fertility remains a sensitive one in India as it lies at the crossroads of social tensions (supposedly high fertility rates among the most disadvantaged), religious communalism (Hindu-Muslim differentials) and gender considerations (impact of son preference on fertility indices). Based on the ethnography of a public obstetrics hospital in Rajasthan, I explain why caregivers urge their patients to use birth control. By focusing on the discretionary power of physicians, I show that their practices are rather determined by nationalistic considerations than by concerns for the alleged individual freedom of their patients.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Avant on parlait de “planning familial” (family planning), maintenant on dit “bien-être familial” (family welfare). » Ces propos du Dr Hatwal1, professeure associée à l’hôpital public d’obstétrique de Jaipur, renvoient à un changement fondamental de la politique de contrôle des naissances en Inde. Premier pays au monde à annoncer officiellement l’instauration d’un programme de planning familial en 19522, l’Inde a vu les questions de croissance démographique érigées au rang de « priorité nationale3 » dans les années 1970. Le pays passe ensuite progressivement d’une politique de contrôle des naissances par campagnes de stérilisations forcées à un paradigme plus consensuel dit de « bien-être familial ».

En dépit d’un demi-siècle de planification familiale et d’une baisse graduelle du nombre d’enfants par femme, l’Inde (notamment dans les États du Nord où les taux de natalité sont plus élevés4) n’est pas parvenue à se stabiliser démographiquement. Lors du dernier recensement de 2011, l...

Auteur

 Anthropologue, spécialiste du monde indien, sa thèse de doctorat « Du bidonville à l’hôpital: anthropologie de la santé de la reproduction au Rajasthan » (Université Paris Ouest Nanterre, 2016) analyse la manière dont se conjuguent les aspirations individuelles, les résolutions familiales, les recommandations médicales et les politiques nationales relatives à la santé de la reproduction. Aujourd’hui postdoctorante à l’université de Zurich (ISEK-UZH) et docteure associée au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS) de Paris, elle étudie l’une des principales conséquences du déséquilibre du sex-ratio: la difficulté des hommes à trouver des épouses en Inde du Nord.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540