Version classiqueVersion mobile

L’Inde et l’Italie

 | 
Tiziana Leucci
, 
Claude Markovits
, 
Marie Fourcade

Aspects du néoréalisme dans le cinéma italien et indien (1940-1970)

Aspects of Neorealism in Italian and Indian Cinema

Marie Fourcade

Résumé

Né en Italie dans l’immédiat après-guerre, le néoréalisme, signant la fin du fascisme, aura été un phénomène culturel ressenti en particulier par les écrivains et les réalisateurs. Il a influencé les autres cinémas à travers le monde et notamment le cinéma indien, lui-même porté par un désir de vérité et de réidentification au sortir de la colonisation britannique, sans compter un passé où la fibre réaliste imprégnait déjà les documentaires et les fictions (La Jeune Fille intouchable). Les liens entre l’Italie et l’Inde sont anciens, vivaces, parfois porteurs d’affinités fécondes. À partir d’exemples qu’ont pu incarner les figures emblématiques de Ray et de De Sica dans leur traitement de la réalité sociale à l’écran, ou bien d’expériences de metteurs en scène italiens filmant l’Inde réelle comme Rossellini ou Pasolini, cette contribution s’attache à brosser un tableau des ressemblances, connexions ou coïncidences fertiles entre ces deux pays au croisement d’œuvres (Le Salon de musique/Le Guépard) mêlant disciples, maîtres et influences réciproques au filtre de divers acteurs sociaux, adultes ou enfants, restituant l’humanité telle qu’elle est. Le moment néoréaliste – et son héritage repris par ses successeurs – aura fonctionné comme une matrice dont l’empreinte marque encore puissamment la création artistique du monde d’aujourd’hui, à la fois sous l’angle politique, social et esthétique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’expérience de la guerre fut déterminante pour nous tous. Chacun ressentit le désir fou de jeter en l’air toutes les vieilles histoires du cinéma italien, de planter la caméra au milieu de la vie réelle, au milieu de tout ce qui frappait nos yeux atterrés.
Vittorio De Sica

3 jours après mon arrivée à Londres (en 1950), je vis Le Voleur de bicyclette. Et je sus immédiatement que si jamais je pouvais réaliser Pather Panchali […] je le ferai de la même manière, me servant d’emplacements naturels et d’acteurs inconnus.
Satyajit Ray

Apparu dans la critique littéraire en 1929 au lendemain de la publication des Indifférents d’Alberto Moravia, le mot « néoréalisme » qualifie certains aspects des romans dont la thématique réfute la vision stéréotypée que donnait alors de la réalité la propagande du régime fasciste. Le terme s’étendra au début des années 1930 au domaine cinématographique. En 1935, Mussolini qui voyait le cinéma comme « l’arme la plus forte » crée le centre expérimental de cinéma...

Auteur

Historienne et anthropologue de formation, elle est rédactrice-éditrice de la collection « Puruṣārtha » au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS), publiée aux Éditions de l’EHESS, et codirectrice du CEIAS pour le quinquennat 2014-2018. Ses principales recherches portent sur l’Inde coloniale britannique, l’orientalisme français au xixe siècle, l’empreinte de l’Inde dans les années 1960 et l’amour en Asie du Sud. Elle coordonne avec T. Leucci et R. Rousseleau, l’atelier de recherche sur « l’Amour entre norme et transgression : art, histoire, fiction » (2014-2018) au CEIAS.
Publications
– 2003 « Les Britanniques en Inde (1858-1947) ou le règne du “cyniquement correct” », in M. Ferro, ed., Le Livre noir du colonialisme [Collectif], Paris, Robert Laffont, pp. 302-350 ; rééd., Paris, Hachette Littérature (« Pluriel »), 2004.
– 2011 « L’Amour en Inde (kāma). Des répertoires classiques aux années bollywoodiennes », in A. Farge, J. Dakhlia, et al., eds., Histoires de l’amour, fragilités et interdits, du kāmasūtra à nos jours [Collectif], Paris, Bayard, pp. 23-53.
– 2013 avec I.G. Županov, « Puruṣārtha », 31 : L’Inde des Lumières. Discours, histoire, savoirs (xviie-xixe siècle), Paris, Éditions de l’EHESS.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search