Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Inde et l’Italie

 | 
Tiziana Leucci
, 
Claude Markovits
, 
Marie Fourcade

Les subalternistes indiens et la pensée de Gramsci

Conjonctures politiques et conjonctures intellectuelles

The Indian Subalternists and Gramsci’s Thought in Political and Intellectual Context

Jacques Pouchepadass

Résumé

L’œuvre du théoricien marxiste italien Antonio Gramsci (1891-1937), qui a nourri des courants de pensée radicaux dans le monde entier à partir des années 1960, est notamment l’une des références majeures revendiquées par l’école historique indienne des Subaltern Studies, née au début des années 1980, dont le nom même renvoie au concept gramscien de « subalterne ». La présente étude vise d’abord à retracer synthétiquement le contexte politique et intellectuel de cette convergence entre la pensée de Gramsci et une historiographie indienne d’inspiration marxiste libertaire. Cette rencontre est liée à la fois à l’histoire mouvementée du communisme indien dans les années 1960 et 1970, et à l’influence du paradigme de l’« histoire par le bas » pratiquée par des historiens radicaux gramsciens affiliés à la New Left britannique de l’époque. L’article traite ensuite des usages de Gramsci dans les Subaltern Studies des années 1990 et suivantes, durant lesquelles l’historiographie subalterniste a conflué avec la théorie critique imprégnée de postmodernisme des Postcolonial Studies, se situant dès lors dans le registre de pensée du postmarxisme.

The work of the Italian Marxist theorist Antonio Gramsci (1891-1937) has inspired currents of radical thought worldwide from the 1960s onwards. One of these currents was the Indian Subaltern Studies project born in the early 1980s, the title of which explicitly referred to Gramsci’s concept of the “subaltern”. The aim of this paper is to provide a synthetic account of the political and intellectual contexts in which this convergence between Gramsci’s thought and a group of Indian historians of libertarian Marxist tendencies took place. The deep divisions within the Indian communist movement during the 1960s and 1970s as well as the innovative “history from below” approach developed by English Gramscian historians, affiliated with the British New Left at the time, played a decisive role in this regard. The second part of the paper deals with the uses to which Gramsci’s thought has been put by subaltern historians from the 1990s onwards, when Subaltern Studies veered towards postmodernism and eventually came to exemplify the postcolonial line of thought in the field of historiography, thus situating itself in the intellectual vicinity of postmarxism.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dipesh Chakrabarty ouvrait par ces mots un article rédigé en 1995 pour l’hebdomadaire indien Economic and Political Weekly : « Les Subaltern Studies, la série d’ouvrages d’histoire de l’Inde inspirée par Gramsci dont l’influence s’est affirmée dans les années 1980, sont bombardées depuis peu de critiques hostiles, particulièrement en Inde, au motif qu’elles seraient devenues réactionnaires » (Chakrabarty 1995 : 751). À la date où il écrivait ces lignes, la série, initiée en 1982, comptait déjà huit volumes (quatre autres ont paru par la suite, le dernier en 2005). Les auteurs des critiques en question étaient tous des intellectuels marxistes. Par quel cheminement un tel projet historiographique engagé sous l’égide de la pensée de Gramsci en est-il ainsi venu à être critiqué comme réactionnaire alors même que ses auteurs continuaient d’afficher leur fidélité essentielle à cette filiation ?

Selon Chakrabarty et d’autres historiens subalternistes de premier plan, la ligne théorique des ...

Auteur

Directeur de recherche honoraire au CNRS, il est historien spécialiste de l’Inde moderne et contemporaine. Il a particulièrement travaillé sur l’histoire agraire et l’histoire écologique du sous-continent indien aux xixe et xxe siècles, tout en menant des recherches critiques autour des Subaltern Studies et des Postcolonial Studies.
Publications
– 1986 Planteurs et paysans dans l’Inde coloniale. L’indigo du Bihar et le mouvement gandhien du Champaran (1917-1918), Paris, L’Harmattan.
– 1989 Paysans de la plaine du Gange. Croissance agricole et société dans le district de Champaran (Bihar), 1860-1950, Paris, École française d’Extrême-Orient.
– 2013 « Le Postcolonialisme (1980-2010) », in Y. Brailowsky & H. Inglebert, eds., 1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, pp. 219-235.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540