Version classiqueVersion mobile

L’Inde et l’Italie

 | 
Tiziana Leucci
, 
Claude Markovits
, 
Marie Fourcade

From Jesuit Missionary to Tamil Pulavar.

Costanzo Gioseffo Beschi SJ (1680-1747), the “Great Heroic Sage”

Du missionnaire jésuite au Pulavar tamoul. C.G. Beschi SJ (1680-1747), le grand sage héroïque

Sascha Ebeling et Margherita Trento

Résumé

Au cours des trente-six années qu’il a passé en Inde du Sud en tant que missionnaire, le jésuite italien Costanzo Gioseffo Beschi (1680-1747) a composé un grand nombre d’œuvres littéraires en tamoul, lesquelles aujourd’hui sont bien connues et citées dans les histoires de la littérature tamoule les plus influentes. Comment Beschi est-il devenu un auteur tamoul canonique ? Dans cet article, nous suivons la carrière de Beschi de l’Italie vers l’Inde du Sud, afin de comprendre sa trajectoire du missionnaire au poète-savant ou pulavar, comme l’on dit en tamoul. Notre thèse est que Beschi a acquis une reconnaissance en tant que poète en deux phases différentes. Tout d’abord, il a consciemment essayé de faire partie de l’écologie littéraire du Tamil Nadu à l’époque Nāyaka en composant des œuvres qui établiraient sa réputation de poète, parmi lesquelles son chef-d’œuvre, le poème épique Tēmpāvaṇi. Le langage sophistiqué de ces œuvres témoigne de son effort pour être reconnu comme une autorité dans le domaine du savoir traditionnel. Ensuite, au cours du xixe siècle, les administrateurs coloniaux, les missionnaires et les intellectuels tamouls chrétiens présents en Inde du Sud ont « redécouvert » Beschi. Ils ont ainsi recueilli les manuscrits de ses poèmes et commencé à produire des éditions imprimées de la plupart des ses travaux.

Cette étude commence par la discussion de l’éducation de Beschi en Italie. Nous retraçons ensuite les étapes de sa carrière en Inde du Sud, en montrant comment il a développé son portfolio littéraire, en écrivant des grammaires, des dictionnaires et des poèmes savants. Nous examinons ensuite quelques vers du Tēmpāvaṇi, pour montrer comment Beschi a négocié son double rôle de missionnaire et d’intellectuel à travers la langue et la littérature. La dernière section de l’article se concentre sur le xixe siècle et sur la redécouverte des œuvres de Beschi par les administrateurs et les orientalistes britanniques et français, via notamment l’examen des copies manuscrites du Tēmpāvaṇi recueillies à cette époque.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Since 1968, the visitor to Chennai’s beachfront known as “Marina Beach” is greeted by a group of statues that commemorate great Tamil literati, such as the ancient poet Thiruvalluvar or the modern poet and social reformer Subramania Bharati (1882-1921). Among these statues, we also find one of a middle-aged man with soft features, a turban, old-fashioned sandals and a long walking cane. The plaque identifies him as one of three Europeans eternized on Marina Beach: “Vīramāmuṉivar”, lit. the great heroic sage, an “Italian savant who fostered Tamil” (tamiḻ vaḷartta ittāliya pēraṟiñar). While few visitors to Marina Beach will remember this Italian savant today, Vīramāmuṉivar, born as Costanzo Gioseffo Beschi (1680-1747), is no stranger to the standard Tamil literary histories. During the thirty-six years Beschi spent in South India as a Catholic missionary, he authored poems in Tamil that gained much recognition, as well as several Tamil grammars and a dictionary. How did Beschi become ...

Auteurs

He is an Associate Professor in the Departments of South Asian Languages and Civilizations and Comparative Literature at the University of Chicago. His current research interests include South Indian literatures and South Indian cultural history as well as comparative literature and literary theory, the theory and practice of literary translation, and less commonly read literatures in Europe (e.g. Catalan and Rumantsch). He is currently completing a book in English on how Sri Lanka’s ethnic conflict and civil war have been reflected in Tamil literature and film.
Publications
– 2010 Colonizing the Realm of Words : The Transformation of Tamil Literature in Nineteenth-Century South India, Albany, SUNY Press/New Delhi, Dev Publishers (2013).
– 2012 with L. Holmström, A Second Sunrise : Poems by Cheran, edited and translated from the Tamil, New Delhi, Navayana.
– 2016 with L. Holmström, Lost Evenings, Lost Lives : Tamil Poems of the Sri Lankan Civil War, Todmorden, Arc Publications.

She is a PhD candidate at the University of Chicago. Her research centers around the social and cultural history of early modern South India. More specifically, her work engages with the history of Catholicism in the Tamil country in the 17th and 18th centuries, and with Catholic literature in Tamil as a site of negotiation between local and global modes of social, religious and literary expression.
Publications
– 2012 “Polyphonia Madurensis : Roberto Nobili, Bonifacio Śāstri e Gonçalo Fernandes, 1606-1610”, in G. Proglio, Orientalismi Italiani, ed., Alba, Antares, pp. 38-54.
– 2017 “The Theater of Accommodation : Strategies for Legitimazing the Christian Message in Madurai (c. 1610)”, in P. A. Fabre & F. Rurale, The Acquaviva Project : Claudio Acquaviva’s Generalate (1581-1615) and the Emergence of Modern Catholicism, Boston, Institute of Jesuit Sources, pp. 109-127.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search