Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cosmopolitismes en Asie du Sud

 | 
Corinne Lefèvre
, 
Ines G. Županov
, 
Jorge Flores

Sources/ressources // Sources/resources

Cosmopolitisme sud-asiatique et microcosme néerlandais à Cochin au xviie siècle

South Asian Cosmopolitanism and the Dutch Microcosmos in Seventeenth-Century Cochin

Jos Gommans

Résumé

S’inscrivant dans le débat sur le cosmopolitisme, cet article explore deux réactions néerlandaises à l’une des plus célèbres vitrines du cosmopolitisme sud-asiatique : la cité portuaire de Cochin. Il montre comment deux gouverneurs du xviie siècle réussirent à recréer et à imposer leur home et leur passé néerlandais au paysage et à l’histoire du Kerala. Le lien ainsi établi entre discours historiques sur l’Asie du Sud et cosmopolitisme néerlandais permet de faire émerger de nouvelles questions concernant les ressorts et l’imprévisibilité de ce dernier.

In the context of the historiographical debate on cosmopolitanism this essay explores two paradigmatic Dutch reactions to one of the most celebrated showcases of South Asian cosmopolitanism : the pre-modern port-city of Cochin. It aims to demonstrate how two seventeenth-century governors managed to recreate and impose their own Dutch home and past on the landscape and history of Kerala. Hence by connecting the historical discourses on South Asian and Dutch cosmopolitanism, new questions are raised about the agency and contingency of the latter.

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Corinne Lefèvre pour son excellente traduction.

  • 1 Voir Israel 2001 et, en particulier, 2006 : 862-871.

1Depuis les deux ou trois dernières décennies, en particulier depuis le 11 septembre 2001, le phénomène du cosmopolitisme a fait l’objet d’un débat public et académique de plus en plus nourri, qui s’apparente à bien des égards à l’ancienne controverse à propos de la signification des Lumières. Dès son origine, trois questions élémentaires ont sous-tendu cette dernière discussion : les Lumières sont-elles un fait exclusivement européen ? La trajectoire y menant est-elle unique ? Constituent-elles une bénédiction ou une malédiction pour l’humanité ? Parallèlement, et en arrière-plan de ce grand débat, certains historiens ont redécouvert le cosmopolitisme et en ont fait un antidote à la montée du fondamentalisme. Il est heureux qu’un nombre croissant d’historiens reconnaisse la nécessité d’historiciser le cosmopolitisme et de rappeler l’importance de cette colonne vertébrale de la convivialité et de la tolérance. Margaret Jacob, une des plus convaincantes représentantes de ce groupe, a récemment étudié l’émergence du cosmopolitisme dans l’Europe de la première modernité. Selon elle, être cosmopolite renvoie à la capacité de vivre la rencontre avec des individus de nations, de croyances et de couleurs différentes avec plaisir, curiosité et intérêt, et non avec méfiance, mépris ou une indifférence pouvant parfois virer à la répugnance. En retraçant les origines de cette « attitude bienveillante », elle examine plusieurs pratiques sociales dans l’Europe de la première modernité, avec une attention particulière portée à la science, au commerce et à la franc-maçonnerie (Jacob 2006 : 1-13). On trouve un argument similaire chez l’historien britannique Jonathan Israel, pour lequel les Lumières et le cosmopolitisme sont indissociables et devraient être considérés comme des phénomènes occidentaux. Bien qu’Israel n’emploie pas le terme de cosmopolitisme, son usage de ce qu’il définit comme une « tolérance totale » – par ailleurs un aspect fondamental de ce qu’il appelle les Lumières radicales – s’en rapproche fortement. Israel soutient de façon convaincante que, malgré son caractère universel, cette « tolérance totale » s’inscrit dans une trajectoire spécifiquement européenne dont la République néerlandaise serait, curieusement, le plus ancien épicentre. Bien qu’il insiste sur sa genèse européenne et refuse d’envisager les contributions non-occidentales à ce phénomène, il ne voit toutefois pas pourquoi on en chercherait les racines intellectuelles uniquement dans les traditions philosophiques occidentales1. C’est là un desideratum important sur lequel je reviendrai plus tard.

2Même s’il traite du développement des sciences modernes et non de l’histoire des idées, Harold Cook, autre historien britannique, souligne pareillement l’importance de la République néerlandaise dans ce processus. Bien que son travail ne traite pas spécifiquement de la question du cosmopolitisme, il est sous-tendu par l’hypothèse implicite suivant laquelle l’émergence des sciences modernes serait intrinsèquement liée au boom du commerce mondial dont la très cosmopolite République néerlandaise du xviie siècle constituait un point de convergence. S’inscrivant soigneusement dans le sillage du polymathe néerlandais Casparus Barlaeus (1584-1648), Cook cherche à démontrer que savoir (sapienta) et commerce (mercatura) sont deux activités étroitement liées et ressortant de la même catégorie mentale (Cook 2007 : 72). Plus qu’Israel et que la plupart des autres historiens des Lumières, Cook est très sensible au rôle que jouèrent les contacts grandissants de la Hollande avec la sagesse et les biens des sociétés non-occidentales dans l’émergence de son cosmopolitisme. De façon plus marquée que Jacob, Cook et Israel affirment qu’une bonne part du monde moderne tel que nous le connaissons aujourd’hui tire son origine de la très cosmopolite République néerlandaise mais aussi que cette dernière marqua de son empreinte « cosmopolitisante » ses colonies d’outre-mer, en particulier ses colonies atlantiques.

  • 2 Voir également Pollock 2005 : 86.

3Le philosophe américain Stephen Toulmin est, quant à lui, beaucoup plus sceptique. Il est d’avis que les choses tournèrent affreusement mal après la Renaissance. Ce faisant, Toulmin fait référence à l’aube de la modernité au xviie siècle, cette « inépuisable corne d’abondance de la nouveauté », ainsi qu’il l’appelle, s’accompagnant de nouveaux modes de penser la nature et la société et impliquant une transition d’un humanisme relativiste à la Montaigne vers des Lumières plus radicales à la Descartes. Suivant cette dernière position, les sujets de théorie universelle et atemporelle devaient occuper la première place dans le grand programme de la philosophie. Ainsi, le respect de la complexité et de la pluralité (c’est-à-dire le cosmopolitisme) – le local, l’oral, le particulier et le chronologiquement situé – laissa-t-il la place à une théorie abstraite, universelle, atemporelle et coupée des problèmes concrets. Suivant Toulmin, ce changement de paradigme reflète en réalité la crise européenne issue des persécutions religieuses2. En d’autres termes : à un moment de l’histoire où nul ne pouvait imaginer autre chose que de poursuivre un combat interminable, des intellectuels pensèrent une voie de sortie du chaos politique et religieuse. Vers 1620, les détenteurs du pouvoir politique et de l’autorité théologique en Europe ne considéraient plus le pluralisme de Montaigne comme une option viable : le scepticisme (c’est-à-dire le relativisme culturel du cosmopolitisme) était devenu inacceptable et la certitude une nécessité plus que jamais urgente (Toulmin 1990).

  • 3 Osterhammel (1998). Voir également Hazard 1961.

4De façon intéressante, l’argument de Toulmin recoupe pour partie le débat sur l’orientalisme, au cours duquel nombre d’intellectuels ont remis en cause le contexte quasi intemporel de l’approche d’Edward Said et cherché à faire émerger des ruptures historiques significatives. Jürgen osterhammel, le célèbre historien allemand de la culture, détecte par exemple une évolution d’ordre toulminien dans la perception européenne de l’Asie : d’abord ouverte, elle devint plus systématique et orientaliste, faisant de l’Asie l’essence de l’altérité. Sans surprise, Osterhammel situe ce virage un peu plus tard dans le temps, à l’aube de la réelle domination coloniale au xxe siècle3. De fait, ce n’est pas tant les Lumières que le colonialisme qu’il convient de blâmer, suivant ce type d’argument, pour ce qui est décrit comme une divergence épistémologique et éthique croissante entre le passé et le présent, mais aussi entre l’Est et l’Ouest.

  • 4 Voir par exemple Coller 2010 : 447-470.

5Parallèlement au débat faisant rage sur les Lumières s’est posée la question des origines et de la signification du terme « cosmopolitisme ». Bien qu’on en trouve quelques usages plus anciens, c’est seulement au xviiie siècle que le fait d’être cosmopolite devint un des idéaux professés par les Lumières. L’emploi du terme, à cette époque fortement marquée par l’émergence du nationalisme, relevait également d’une attitude défensive. Cela est particulièrement vrai des communautés européennes établies à l’étranger qui devaient nécessairement interagir avec d’autres groupes religieux et ethniques4. Pour quelqu’un comme Toulmin, le cosmopolitisme avait déjà envahi le champ des pratiques sociales quand il fut érigé en idéal par les Lumières.

6De façon intéressante, plusieurs historiens de l’Asie du Sud ont récemment repris un argument similaire à celui de Toulmin tout en lui donnant une dimension spatiale. Ils s’accordent avec Toulmin pour considérer que le cosmopolitisme n’est pas une entité existant en soi dans le monde avec un lignage bien établi remontant aux stoïques et à Emmanuel Kant. Visant à « provincialiser » l’Europe, ces auteurs recherchent des généalogies cosmopolites non européennes en explorant simplement la façon dont les gens ont pensé et agi au-delà du local. Pour eux également, cette forme particulière de modernité qui est le produit des Lumières européennes déconstruit insidieusement le véritable cosmopolitisme en ce qu’elle vise à séparer et purifier les mondes. Il vaudrait donc mieux se passer de la modernité : bien que nous n’en ayons pas toujours été conscients, nous avons toujours été cosmopolites. Et la tâche des historiens est d’explorer les pratiques cosmopolites en allant au-delà de la généalogie occidentale des Lumières (Breckenridge, Pollock, Bhaba & Chakrabarti 2002 : 1-15).

  • 5 Voir en particulier Gommans 2011 : 66-85.

7Afin de déconstruire plus avant le caractère exclusif du cosmopolitisme, nous devrions également remettre en question l’idée suivant laquelle la ville européenne fut son locus classicus. Il semble en effet que les cours impériales de la première modernité, qu’elles se situent en Europe ou en Asie, furent tout aussi propices au cosmopolitisme. C’est à partir de la cour royale du prince Johan Maurits van Nassau au Brésil – et non depuis la Nouvelle Amsterdam ou une quelconque autre ville coloniale néerlandaise – que le cosmopolitisme néerlandais connut sa plus grande diffusion (Israel & Schwartz 2007). À la différence de la variété universelle représentée par Diderot, Kant ou leurs semblables, le cosmopolitisme du roi n’était ni très systématique ni très cohérent. Partout dans le monde, les empereurs étaient en quête de solutions peu onéreuses et flexibles pour établir la paix universelle dans leurs royaumes extrêmement composites. Tant qu’il fut formulé en des termes ambigus, éclectiques et ouverts à la négociation, le cosmopolitisme s’avéra toujours être une option très pratique et pacificatrice. Une large gamme d’idées religieuses et culturelles pouvait ainsi converger vers la cour impériale sans nécessairement entrer en conflit les unes avec les autres. Par conséquent, les villes ne peuvent guère prétendre monopoliser l’idéal du cosmopolitisme dans la mesure où ce dernier a toujours été – il est vrai, à des degrés divers – un compagnon naturel de l’empire. Nonobstant Jacob et Cook, on peut même ajouter que ce n’est ni la science ni le commerce mais bien plutôt l’art qui ouvrit la voie au cosmopolitisme toujours plus englobant qui caractérisa les cours impériales de la première modernité depuis les terres allemandes jusqu’en Inde du Sud5. C’est au croisement temporel et spatial de ce débat que je voudrais réexaminer la signification du cosmopolitisme néerlandais dans le contexte de la Cochin des xviie-xviiie siècles (aujourd’hui Kochi), une des très rares cités portuaires de l’Asie à avoir été directement administrée par la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales mais aussi un joyau du cosmopolitisme de cour prémoderne et non-européen.

Le cosmopolitisme de Cochin

  • 6 Pour le texte original, voir M. B. Israel (1651 : 5). Une telle description correspond bien aux pei (...)

8L’image du cosmopolitisme de Cochin a jusqu’à présent été peu marquée par la vogue dont l’héritage néerlandais de tolérance dans le monde atlantique a récemment été l’objet. Suivant le célèbre intellectuel indien, psychologue et politologue, Ashis Nandy, Cochin resta imperméable aux idées occidentales d’un cosmopolitisme laïc et est aujourd’hui encore une des rares villes de l’Inde où un pluralisme culturel ancré dans des traditions autochtones et prémodernes refuse de mourir. Cochin a, depuis très longtemps, attiré des individus issus de tout l’océan Indien. Se rêvant successeur de l’ancienne cité de Muziris, Cochin peut se prévaloir d’avoir attiré pendant deux millénaires commerçants et marchandises provenant de tous les coins ou presque de l’océan Indien. Plaque tournante du commerce, elle est naturellement devenue un creuset intellectuel, culturel et religieux. Outre une mosaïque de groupes ethniques différents, Cochin comptait en son sein un large éventail de minorités religieuses, parmi lesquelles ceux qu’on appelle les « juifs noirs et blancs », des catholiques romains, des chrétiens syriens, des musulmans et des protestants. Bien que la majorité se dise aujourd’hui hindoue, une telle appellation masque une grande variété de sectes et de groupes hétérodoxes qui ont chacun leurs propres rituels et pratiques cultuelles. Malgré l’extraordinaire diversité des communautés coexistant dans un espace si exigu, Nandy affirme que Cochin n’a jamais été le théâtre d’un bain de sang, ni même d’une émeute digne de ce nom. Sans nier l’existence de différences et de conflits, il présuppose que, dans la plupart des cas, la mémoire des querelles intercommunautaires aide chaque communauté à se définir et à se valoriser et ne constitue en aucun cas un stéréotype aux retombées meurtrières. Pour Nandy, le cosmopolitisme propre à Cochin n’implique pas le triomphe du commerce urbain, du rationalisme ou de la laïcité – autant de marques de la voie occidentale du cosmopolitisme. En réalité, le cosmopolitisme y planait déjà étrangement avant d’être officiellement inauguré en Asie du Sud comme composante du projet des Lumières orchestré par les régimes coloniaux successifs. C’est pourquoi Nandy refuse de se fier à l’Histoire pour comprendre au plus profond l’histoire particulière de Cochin et préfère adopter la Cochin mythique faite de la mémoire et des histoires de ses habitants. Ce choix conduit Nandy à ignorer complètement la période coloniale et à développer son analyse à partir de « l’attitude d’ouverture » des rois de Cochin. Durant la période de domination néerlandaise, ces derniers résidaient à Mattancherry dans un bâtiment connu aujourd’hui comme le palais néerlandais et situé à proximité immédiate du fort européen. Afin d’illustrer sa thèse, Nandy se fonde sur des représentations mentales de la ville lorsqu’il se réfère à la fascinante pétition du rabbin Menasseh Ben Israel (1604-1657) – un Portugais basé à Amsterdam – à Oliver Cromwell, dans laquelle il déploya un argumentaire messianique pour demander le déplacement des juifs en Angleterre. De façon intéressante, Menasseh vante en effet la tolérance dont jouissent les juifs de Cochin sous l’autorité du roi local6. Nandy admire également la distribution en ruche de l’espace urbain de Cochin, qui permet à cette dernière d’échapper aux melting pots nébuleux de la plupart des métropoles modernes. Le non-initié pourrait voir l’empreinte de l’apartheid néerlandais dans ce qui s’apparente à une morphologie compartimentée mais, dans ce cas, il semble plutôt que Cochin suive le modèle indien dans lequel les communautés préféraient vivre ensemble tout en gardant leurs distances. Pour Ashis Nandy, Cochin offre en tout cas un point de vue unique sur une culture alternative du cosmopolitisme, autrefois florissante mais aujourd’hui quasiment oubliée (Nandy 2000 : 295-327).

  • 7 Biedermann 2009 : 413-459. On trouvera également une version légèrement révisée in Biedermann 2014, (...)

9Le rôle cosmopolite que Nandy réserve au roi et à la cour de Cochin refait surface dans les récents travaux de l’historien Zoltán Biedermann. Ce dernier s’intéresse tout particulièrement au ratio sous-tendant les différentes structures de la morphologie urbaine de Cannanore et de Colombo. Au lieu d’attribuer ces différences aux traditions nationales portugaise et néerlandaise – la première plus ouverte et organique, la seconde portant davantage la marque de la ségrégation et de la planification, il y voit un effet de la présence de la cour royale. En raison de cette présence, Colombo se transforma en une capitale multifonctionnelle dotée d’une identité véritablement commune : elle devint un lieu dans lequel l’identité locale de la population urbaine prit le pas sur ses autres identités ; parallèlement, les frontières religieuses et ethniques demeurèrent floues. Lorsque les Néerlandais conquirent la ville, le roi et la cour furent éliminés du paysage et la Colombo néerlandaise finit par ressembler à la Cannanore antérieure qui était soigneusement compartimentée. Nandy et Biedermann nous ramènent donc à notre argument central concernant le cosmopolitisme : ce n’est pas la ville européenne de la première modernité mais la cour asiatique qui fut la source d’inspiration d’un cosmopolitisme précolonial avant la lettre7.

  • 8 Les sources de la VOC (Verenigde Oostindische Compagnie) à Cochin (Kochi) et au Malabar (Kerala) so (...)

10En toile de fond de cette discussion plus large concernant les origines du cosmopolitisme, je voudrais revisiter l’histoire de la ville de Cochin et déterminer dans quelle mesure la conquête néerlandaise eut réellement un impact. Puisqu’on ne peut considérer comme un tout les deux siècles (ou presque) d’existence de la VOC8, je me concentrerai sur deux voix néerlandaises consécutives : il s’agit de celles des deux commandants les plus importants du Malabar durant les premières décennies qui suivirent la conquête. Dans le premier cas, je suivrai l’approche de Biedermann et examinerai la façon dont la morphologie de Cochin fut recréée par deux Néerlandais qui gouvernèrent cette ville au cours de la seconde moitié du xviie siècle : Rijcklof van Goens (1619-1682) et Adriaan van Reede tot Drakenstein (1636-1691). Bien qu’il s’agisse de compatriotes opérant en un même lieu, ils appartenaient à des classes sociales et à des générations différentes.

Van Goens et la morphologie de Cochin

11Rijcklof Volkertszoon van Goens naquit le 24 juin 1619 dans la petite ville de Rees dans le comté de Clèves, situé aujourd’hui en Allemagne mais qui, au début du xviie siècle, était occupé par les troupes néerlandaises qui transformèrent la ville en une place forte venant s’insérer dans le système de défense avancé, établi en Rhénanie. Le père de Rijcklof, Volckert Boykes, faisait partie de l’armée néerlandaise. À neuf ans, Rijcklof rejoignit, avec ses parents, son oncle (le frère de Volkert) à Batavia. Son père (m. 1629) et sa mère (m. 1630) moururent en l’espace de deux ans. À l’âge de onze ans, il devint l’enfant adoptif de la Compagnie : d’abord placé au service de plusieurs officiers, il fit par la suite une stupéfiante carrière au terme de laquelle il devint un très brillant général et diplomate. En 1640, il épousa Jacobina Bartolomeusdochter Rosegaard qui lui donna cinq enfants dont un, Rijcklof le Jeune (né en 1642), marcherait plus tard dans les pas de son père en tant que gouverneur de Ceylan. Entre 1660 et 1675 (hormis quelques interruptions), Van Goens fut en effet gouverneur de Ceylan avant d’être nommé gouverneur général et de diriger le Haut Commandement à Batavia entre 1678 et 1681 (s’Jacob 2002 : 131-151).

Fig. 1. La ville de Cochin durant le siège de 1662-1663. Anonyme, c. 1665.

Fig. 1. La ville de Cochin durant le siège de 1662-1663. Anonyme, c. 1665.

Source : National Archives of the Netherlands, La Haye, 4. VELH 619.47.

12Son enfance difficile qui se déroula par ailleurs durant la première (mais aussi la plus dangereuse et la plus belliqueuse) phase de la lutte de la République pour sa survie en Europe et de la présence de la Compagnie en Asie contribua sans doute à forger le caractère – autoritaire, rude mais aussi profondément religieux – de Rijcklof. Son biographe J. Aalbers considère qu’il était un homme du xviie siècle de la trempe évoquée dans la devise de Cromwell : « Fiez-vous en Dieu mais gardez votre poudre au sec » (Aalbers 1916 : 37). C’était en effet un homme de son temps : né sur la ligne de front de la République néerlandaise, il appartenait à la génération va-t-en-guerre de Jan Pieterszoon Coen qui s’était de fait distingué en bâtissant par les armes son propre empire le long des bordures maritimes de l’océan Indien. La correspondance de Van Goens est empreinte d’une énergie et d’un engagement incroyables mais paraît aussi parfois hantée par un sentiment de défiance et de haine vis-à-vis du monde extérieur, en particulier des marchands musulmans. Il considérait que la Compagnie devait être autosuffisante et indépendante et ne pas s’appuyer sur ses partenaires asiatiques naturellement déloyaux. De vigoureuses interventions militaires devaient servir à limiter les opérations commerciales de ces derniers et à forcer leur respect. En 1658, Van Goens devint commissaire et amiral des Quartiers occidentaux et fut enfin en position de montrer ce dont sa politique de choc et de terreur était capable. Il y eut d’abord Ceylan. Après la conquête initiale des forteresses portugaises de Batticaloa, Trincomalee, Galle et Negombo en 1638-1644, Van Goens dirigea la dernière phase des opérations et la paracheva avec la prise de Kalutara, Colombo, Mannar et Jaffnapatnam en 1655-1658. La priorité première de van Goens était de protéger les flancs de ces nouvelles implantations et possessions. Il y avait encore des mesures à prendre avant qu’une paix définitive, alors en cours de négociation, puisse être conclue avec le Portugal. Au cours de cinq campagnes successives, les Portugais furent chassés de Quilon (Kollam) en 1661, de Cranganore (Kranganur, Kodungallur) en 1662 et, enfin, de Cannanore (Kannur) et de Cochin en 1663.

13Avant d’examiner en détail les projets de Van Goens concernant Cochin, commençons par exposer les grandes lignes de l’histoire et de la morphologie de la ville avant l’arrivée des Néerlandais. L’essor de la cité portuaire de Cochin se produisit en 1341, lorsque des inondations de grande ampleur sont censées avoir entraîné le déplacement vers le sud du cours inférieur du fleuve Periyar et la création de l’île de Vypin. Au sud de cette île, au niveau de Cochin, se forma un chenal navigable reliant la mer d’Arabie aux nombreux lagons et fleuves de l’hinterland, lequel permit à Cochin de remplacer progressivement Cranganore (Kodungallur, l’ancienne Muziris), qui était située plus au nord, comme principal port d’approvisionnement et de transit pour le commerce du poivre du Malabar. En 1405, le souverain de Perumpadappu Swarupam, un des plus importants territoires claniques de la côte de Malabar, quitta sa résidence de Mahodayapuram pour s’installer à Cochin. Au cours de sa lutte constante contre le puissant samorin de Calicut, le raja de Cochin requit l’aide des Portugais dès 1500, quelques années à peine après l’arrivée de ces derniers en Inde. En cette même année, les Portugais furent ainsi autorisés à établir un comptoir à Cochin puis, en 1503, à y construire un fort en remerciement du rôle qu’ils avaient joué dans l’expulsion du samorin.

  • 9 Voir par exemple Pyrard of Laval (1887), vol. 1 : 435-436.

14Suivant l’historien indien Pius Malekandathil, la position des Portugais à Cochin était similaire à celle des autres communautés étrangères de la ville : leurs droits et leurs coutumes ainsi que leur culture y étaient respectés. Tant qu’ils ménagèrent les sentiments de la population locale, ils furent autorisés non seulement à s’installer et à établir garnisons et colonies mais aussi à être gouvernés par leurs propres dirigeants et suivant leurs propres lois (Malekandathil 2001 : 36-37). Comme on l’a mentionné précédemment, l’organisation spatiale de Cochin n’était pas très différente de celle d’autres villes indiennes : la population avait tendance à se regrouper en communautés suivant des affiliations religieuses, régionales et professionnelles. La cour de Cochin n’était pas située directement sur la mer mais quelques kilomètres plus loin dans la baie. Cet emplacement cadre bien avec la remarque de Sinappah Arasaratnam suivant laquelle les cités portuaires indiennes se développèrent à l’écart du bord de mer et ne cherchèrent pas à s’y étendre (Arasaratnam 1992 : 372-374). De façon générale, le littoral et la côte étaient inoccupés ou laissés aux mains des basses castes et des intouchables, loin des yeux des brahmanes et des nayars de la cour. En dépit d’une telle « ségrégation naturelle », les voyageurs de l’époque et les historiens modernes semblent s’accorder sur l’atmosphère cosmopolite qui régnait à Cochin – le roi hindou officiant lui-même comme patron de nombre de ces groupes et minorités disparates. Il semble également que l’arrivée des Portugais ne correspondit à aucun changement majeur dans ce domaine9.

  • 10 Idem : 436. Pour une analyse plus poussée de l’organisation spatiale et sociale de Cochin sous domi (...)

15En 1505, le fort portugais (Manuel) devint le centre administratif de l’Estado da ĺndia (jusqu’en 1530) et, en 1530, l’établissement portugais se vit également accorder des droits urbains. Le développement urbain qui s’ensuivit fut par conséquent essentiellement dual : à la pointe nord de la péninsule se dressait la ville portugaise de Santa Cruz de Cochin, également appelée Cochin de baixo (la ville basse), tandis qu’au sud-est de celle-ci s’étendait Mattancherry, également appelée Cochin de cima (la ville haute) et englobant le palais royal (bâti en 1557 par les Portugais puis considérablement modifié à l’époque plus tardive de la Compagnie et aujourd’hui encore connu sous le nom de « palais néerlandais »), qui était lui-même entouré d’un temple, d’une synagogue et d’une mosquée. Mattancherry se distinguait également par les bazars et magasins variés que tenaient d’influents marchands tamouls Pattar et Chetty ainsi que des commerçants konkanais Saraswat (Kanarynse). Plus au sud se trouvait le quartier des musulmans mapilla. Il existait également, outre les nombreux marchands indiens, une communauté prospère de commerçants juifs établie à Mattancherry à proximité du palais. Bien que le fort portugais et la cour de Cochin aient constitué deux pôles distincts, une telle divison ne semble guère avoir marqué le paysage urbain si l’on en croit Pyrard de Laval d’après lequel « between the two Cochins are continuous houses, like suburbs, and it is the same all around »10.

16Van Goens avait fait miroiter à ses supérieurs un possible monopole du poivre sur la côte de Malabar, mais c’était une promesse qu’il fut impossible au héros de guerre de tenir. Qu’elles que soient les mesures prises par la Compagnie – qu’il s’agisse de contrats d’exclusivité avec les producteurs, d’un système de laissez-passer, de patrouilles intensives ou de postes de surveillance, il s’avéra absolument impossible d’éviter la contrebande d’importantes quantités de poivre le long de la côte, soit par mer via Calicut et d’autres ports autonomes soit par terre via les passes montagneuses menant à Mysore et Madurai. La Compagnie prétendait qu’une partie du problème venait du commerce de contrebande auquel se livraient les nombreux pirates de la côte de Malabar, mais ces « pirates » n’étaient en réalité autres que les diverses compagnies marchandes locales – petites et grandes – qui, à l’instar de la VOC, se livraient au commerce maritime les armes à la main. La Compagnie était quasiment impuissante face aux plus petits navires de ces compagnies qui pouvaient longer la côte et pour lesquels les innombrables atolls des Laquedives et des Maldives offraient autant de possibilités de se cacher de la VOC et d’échapper à son contrôle. Malgré les investissements assez importants que la Compagnie fit dans la région, le commerce du Malabar resta dominé par les flottes arabe et indienne basées à Cannanore, Calicut et aux Maldives, souvent au détriment de Cochin et des autres comptoirs de la VOC. La compétition venait également d’autres Européens établis sur la côte de Malabar. Outre les Portugais à Goa, les principaux rivaux étaient les Anglais établis à Tellichery (depuis 1682), Anjengo (1684) et Attingal (1694) ainsi que les Français à Mahé à partir de 1725.

Fig. 2. Plan du projet de réduction de la fortification de Cochin. Anonyme, 1663.

Fig. 2. Plan du projet de réduction de la fortification de Cochin. Anonyme, 1663.

Source : National Archives of the Netherlands, La Haye, 4. VELH 895. Voir J. Gommans et al., (2010), pp. 231, 236.

17Comment évaluer le premier impact néerlandais sur la ville conquise de Cochin ? Van Goens semble avoir suivi la politique qu’il avait menée à Colombo : après la destruction quasi complète des bâtiments encore debout, il pouvait repartir de zéro. Dans le cas de Colombo, la zone fut divisée entre un solide château faisant face à la mer et abritant tous les bureaux de la Compagnie et, plus à l’est, une ville résidentielle nettement séparée et moins bien fortifiée. Dans la ville résidentielle, tout avait dû être rasé au niveau du sol pour des raisons de sécurité ; afin de donner suffisamment d’espace à chaque citoyen et habitant, il fut par conséquent considéré comme indispensable de redessiner complètement le plan des rues. Dans un esprit véritablement « haussmannien », il était crucial que « les rues puissent être défendues et couvertes [par des tirs] venant des quatre coins de la ville et de la muraille du château » (van Diessen & Nelemans 2008 : 58). La construction d’un fort néerlandais très réduit fait parfaitement écho à la fonction assignée par les Habsbourg aux citadelles des Pays-Bas, c’est-à-dire la surveillance des villes par le gouvernement impérial (Zandvliet 2002 : 158).

18Que se passa-t-il donc dans le cas de Cochin ? De même qu’à Colombo et avec une minutie rappelant la ferveur iconoclaste qui avait infecté les Pays-Bas un siècle auparavant, van Goens fit quasiment table rase de toute l’infrastructure portugaise d’églises, de monastères et de séminaires. La plupart des bâtiments ecclésiastiques, tels que le grand São Paolo et le collège jésuite de Madre de Deus (avec son extraordinaire bibliothèque), furent démolis dans les années suivantes. Une poignée d’autres furent préservés et réaménagés suivant leur nouvelle fonction : la cathédrale fut ainsi reconstruite pour servir d’entrepôt. Dès 1644, le gouverneur de Ceylan par intérim, Jacob Hustaert, préconisa la démolition de l’église de São Domingo et la réutilisation de ses pierres pour modifier et améliorer les fortifications.

19La Cour des Directeurs avait eu initialement l’intention d’ériger un nouveau fort d’assez grande dimension à partir d’un plan géométral carré et doté de quatre bastions d’angle suivant l’exemple du château de Batavia. Van Goens jugea toutefois que la destruction systématique des bâtiments environnants ainsi que le creusement de nouveaux fossés autour du fort reviendraient trop cher par rapport à la taille du nouveau fort. Il craignait en outre que le fort imaginé par le Haut Commandement fût une proie trop facile pour un assiégeant. Sa proposition alternative prévoyait la construction de nouveaux ouvrages défensifs dans certaines parties de la ville portugaise, la dotant au total de six grands bastions suivant l’exemple de Colombo. Cochin avait déjà connu une récession démographique et économique durant les deux décennies précédant la conquête, mais sa population se réduisit encore par la suite : elle passa de 12000 habitants durant le siège à un ou deux milliers (y compris la garnison) après ce dernier. La population totale vivant dans l’enceinte du fort au xviiie siècle s’élevait à 2500 personnes (y compris les 500 hommes de la garnison), dont environ la moitié était des esclaves, et l’autre moitié des chrétiens libres : certains étaient Européens, mais la plupart étaient des Indo-Européens nés de l’union d’hommes européens avec des femmes malabares ou métisses (Singh 2010 : 33-38). Tout comme en République néerlandaise et dans les autres villes coloniales de l’Asie, la religion était le critère premier de loyauté.

20En réaménageant le fort dont la taille fut par ailleurs réduite, les Néerlandais créèrent un espace tout à la fois mieux défini et plus ouvert entre le fort et Mattancherry, la section indienne et non fortifiée de la ville comprenant le palais du raja et le quartier marchand du bazar se trouvant au-delà de cet espace. Cette transformation fut dans l’ensemble achevée vers 1675. La hausse toujours croissante du coût des personnels assignés à la multitude des forts et postes de surveillance du Malabar – en moyenne, le Malabar employait au xviiie siècle environ mille hommes (jusqu’à 1395 en 1753) contre environ 200 à Surat, moins de 300 au Bengale et un peu moins de 700 au Coromandel – se traduisit par une pression continue en faveur d’une réduction accrue de l’espace et des effectifs du fort : tout au long des xviie et xviiie siècles, administrateurs et ingénieurs ne cessèrent ainsi de présenter de nouveaux projets à cet effet. Dans l’ensemble, le fort devint finalement un vrai petit paradis néerlandais avec une disposition des rues à la néerlandaise, des noms de rue néerlandais, le tout entouré de sept nouveaux bastions nommés d’après les sept Provinces Unies. À l’écart de cette petite Hollande, la ville et la cour asiatiques – au caractère bien plus cosmopolite – continuèrent apparemment à vivre à leur propre rythme.

  • 11 Singh 2010 : 23. Elle admet également, p. 40, que l’autorité judiciaire de la Compagnie s’étendait (...)

21Dans sa récente thèse, Anjana Singh confirme le caractère ségrégationniste de la politique néerlandaise menée à Cochin lorsqu’elle évoque une enclave urbaine construite et entretenue suivant les méthodes néerlandaises de planification urbaine, et dont les murailles marquaient les frontières de l’autorité territoriale et judiciaire de la VOC. D’après Singh, la substance de la mentalité néerlandaise était de « réglementer et de séparer »11. Bien qu’il faille se garder d’exagérer l’importance des principes écrits au détriment des pratiques vécues, on ne peut nier l’existence d’une tendance plus ancienne à faire table rase de l’existant avant de mettre en œuvre un nouveau projet. On retrouve de fait cette tendance dans la mentalité de Van Goens et des chefs militaires de sa génération qui avaient précédemment conçu les villes de Batavia, Malacca et Colombo. En soi, une telle mentalité fait également écho à ce que Donna Merwick a appelé, mais en référence au contexte américano-indien, « l’état d’esprit côtier » des Néerlandais : une tendance à recréer la forteresse Hollande, cette île imprenable au large de la côte et à distance du reste du pays qu’ils avaient connue dans leur patrie, et à se tenir le plus possible à l’écart des petits imbroglios locaux (Merwick 2006). Suivant Arasaratnam, une même politique de splendide isolement caractérisait également les implantations néerlandaises au sud de la côte de Coromandel, où Pulicat et Negapatam perdirent progressivement leur ouverture sur le monde extérieur et échouèrent à attirer les entrepreneurs indiens, comme cela avait été le cas de Madras sous domination anglaise. Et puisqu’il n’existait pas de casados néerlandais qui, comme dans les nombreuses villes portugaises, pouvaient considérer ces endroits comme leur home, la fortune de ces cités fluctua au rythme du commerce de la Compagnie (Arasaratnam 1989 : 75-94).

22Il ne faut pas pour autant conclure trop rapidement à une empreinte néerlandaise spécifique, car chacune de ces villes raconte une histoire différente et entretenait une relation politique et économique spécifique avec son hinterland. Comme on va le voir à présent, même l’expérience de Cochin est bien plus ambivalente que ce que donne à penser sa morphologie rigide.

Van Reede et la politique de Cochin

  • 12 . Bouchon 1988 : 18 ; Malekandathil 2001 : 34. Pour une évaluation plus positive et recentrée sur C (...)

23Protégée par les Ghâts occidentaux, Cochin échappa à l’influence directe des puissants États conquérants de l’intérieur. Par conséquent, Cochin s’intégra dans un système étatique constitué d’environ cinquante petites principautés très dispersées mais imbriquées les unes dans les autres, gouvernées par des coalitions sans cesse mouvantes entre ou à l’intérieur même de réseaux familiaux (swarupam) essentiellement matrilinéaires de princes, nobles, guerriers, marchands et desservants de temples. En dépit de cette fluidité, Cochin constituait un des quatre grands centres dynastiques autour desquels de nouvelles coalitions politiques se formaient en permanence. Tout comme celles de Chirakkal (Kolathiri), Calicut (Nediyiruppu) et Venad (par la suite Travancore), la dynastie Perumpadappu de Cochin empruntait l’essentiel de sa légitimité « virtuelle » aux diverses traditions liées à Cheraman Perumal, le dernier grand roi de la dynastie chera. La mémoire de presque chaque grande communauté du Kerala s’inscrivait d’une façon ou d’une autre dans l’histoire de ce fondateur légendaire du système étatique malabar qui, suivant les versions, semble s’être converti à l’islam ou au bouddhisme mais qui était également un contemporain du philosophe Shankara et mourut en tout cas en fervent hindou. Aux dires d’un des actuels descendants de la famille royale de Cochin, les souverains de Cochin, bien que de caste kshatriya, étaient peut-être moins puissants que leurs trois rivaux du Malabar mais leur statut spirituel était de beaucoup supérieur dans la mesure où, en tant que koviladhikarikal (administrateur de temple), ils combinaient autorité temporelle et spirituelle. Suivant ces mêmes représentations, ils insufflèrent dans leur style de gouvernement une pointe d’austérité et d’abnégation brahmaniques, acquérant ainsi une image de « rois pauvres » célèbres pour leur piété et leur érudition (Nandy 2000 : 305-307). Tout ceci semble être confirmé par la relation contemporaine du voyageur portugais Tomé Pires, qui parle du roi de Cochin comme du « pape [de ce] pays ». Cette image dynastique est toutefois contredite par l’historienne française Geneviève Bouchon qui affirme que les trois autres dynasties veillaient à garder leurs distances rituelles vis-à-vis de la famille de Cochin12. Il n’est pas exclu que la réputation brahmanique des rois de Cochin se soit développée pour faire contrepoids à la condescendance des acteurs royaux du Malabar à leur endroit, mais il est également tout à fait possible qu’elle ait mûri dans le contexte de la domination européenne qui sapa le pouvoir dont ils jouissaient auparavant. À mesure que les Portugais et les Néerlandais vidèrent leur couronne de sa substance, il est possible que les rois de Cochin aient commencé à donner plus d’importance aux fonctions purement rituelles et théâtrales du pouvoir royal qu’ils détenaient suivant un processus similaire à celui que les anthropologues Clifford Geertz (1980) et Nicholas Dirks (1987) ont décrit pour une période bien plus tardive de la colonisation.

24Il est tout aussi difficile pour les historiens modernes que pour les marchands néerlandais du xviie siècle de pénétrer la complexité du système politique malabar. Les modèles sociopolitiques régionaux ont été assimilés par les historiens tantôt à des « petits royaumes » tantôt à des « États segmentaires ». Commandant du Malabar à partir de 1670-1677 et plus tard commissaire général plénipotentiaire des Quartiers occidentaux, Hendrik van Reede tot Drakenstein fut un des premiers à tenter de décrypter le système politique malabar pour un public européen. Van Reede devait une bonne partie de sa carrière asiatique au soutien continu de Van Goens. Les origines sociales de Van Reede étaient d’un tout autre ordre que celles de Van Goens. Il appartenait à une éminente famille aristocratique d’Utrecht. En outre, le sang et l’honneur du clan Van Reede s’allièrent à l’argent et au pouvoir de la faction politique des régents d’Amsterdam gravitant autour de Gilles Valkenier. Après le désastre consécutif à l’invasion française de 1672, cette vaste alliance entre les régents d’Amsterdam et l’aristocratie d’Utrecht commença à dominer la scène politique de la République et, à partir de 1680, de l’Asie néerlandaise également. Il s’agissait d’une coalition de nature éminemment pragmatique, dont les membres n’adhéraient ni aux idées libertines des Arminiens (remonstrants) ni aux dogmes orthodoxes des factions contra-remonstrantes mais combinaient une loyauté de façade au Stadhouder et à l’Église réformée néerlandaise, et, par ailleurs, une curiosité cartésienne et une ouverture aux idées nouvelles. Van Reede était l’un d’entre eux.

  • 13 Heniger (1986) et Cook 2007 : 304-317. voir toutefois les affirmations audacieuses de Grove 1996 : (...)
  • 14 Voir en particulier le mémoire de Van Reede (1677) in s’Jacob 1976 : 98 ; India in the 17th Century (...)

25Son éducation aristocratique explique en partie qu’il ait été en tout (ou presque) l’exact opposé du self-made-man Van Goens. En comparaison de son ancien protecteur dont le caractère guerrier et méfiant ainsi que la farouche indépendance véhiculent une image plutôt sinistre, le pittoresque Van Reede passerait presque pour un personnage tolérant, ouvert d’esprit et flexible. À la fin du xviie siècle, il sortit de l’ombre de Van Goens pour devenir la figure majeure de ce qu’on appelait les Quartiers occidentaux de la voC. Bien que sa carrière au service de la Compagnie soit notoire, sa célébrité repose sur son Hortus Malabaricus, un ouvrage de botanique en douze volumes publié entre 1678 et 1703. Loin d’être une œuvre personnelle, le texte est le résultat du travail d’une équipe de spécialistes qui n’étaient pas issus des réseaux officiels de la Compagnie et de l’Église. Des intellectuels européens tels que Johannes Casearius, ancien colocataire de Spinoza, et Matteo di San Giuseppe, un carme déchaussé, collaborèrent ainsi avec des traducteurs eurasiens comme Topaz Manuel Carneiro, des botanistes asiatiques tels que les brahmanes Ranga Botto, Vinaique Pandito, Apu Botto ou, plus bas dans l’échelle sociale, le médecin ezhava Itti Achudem. À la différence du siècle suivant durant lequel les collaborateurs locaux étaient généralement passés sous silence, les noms de ces derniers sont ici mentionnés et leurs contributions reconnues13. van Reede semble avoir eu une affinité particulière avec les brahmanes Nambudhiri, ces derniers étant prisés en tant que conseillers politiques, diplomates et précepteurs des princes14.

  • 15 Pour plus de détails sur le paysage religieux de la région, voir les commentaires plus tardifs d’An (...)
  • 16 . Dalrymple (2002). Sur sa tombe, voir Drost 2010 : 73-89.

26Quoi qu’il en soit, le réseau personnel de Van Reede était véritablement global et avait même des ramifications au sein de l’Église romaine catholique. En invitant les carmes à Cochin, il donna son appui à la Propaganda Fide et chercha à unir les chrétiens du Malabar sous l’autorité de l’évêque Alexandre de Campo, et donc du Saint-Siège15 ! Le style éclectique de sa tombe à Surat donne également à penser que Van Reede était un étrange spécimen néerlandais de « Moghol blanc » chevauchant sans difficulté les diverses lignes de fracture religieuse et raciale du sous-continent indien16.

27Que Van Reede ait été un des très rares véritables intellectuels à avoir honoré de sa présence l’administration outre-mer de la VOC ajoute encore à son caractère hors normes. Au grand dam de Van Goens, un de ses talents les plus redoutables était l’éloquence géniale et désopilante (ontsachlijcke ende belachelijcke welspreeckentheyt) avec laquelle il décrivait et analysait la politique de la côte de Malabar. En réalité, Van Reede pensait qu’il était impossible de mettre en place un bon gouvernement sans acquérir au préalable une profonde connaissance des « coutumes, faiblesses et pouvoirs » locaux. Malgré l’agitation politique régionale incessante, qu’il comparait aux disputes interminables des « cabillauds » et des « hameçons » entre les factions rivales de l’élite du comté de Hollande au xive siècle, il fut profondément marqué par l’harmonie remarquable et le bon ordre qui prévalaient dans le système public malabar. Pour sûr, il ne s’agissait ni d’une monarchie personnelle, ni d’une république ni d’une démocratie, car « ni le roi, ni l’aristocratie, ni la majorité de la population ne dispose [séparément] d’un très grand pouvoir, mais [ils en disposent] collectivement ».

28Bien que la volonté de Van Reede de comprendre le système du Malabar de fond en comble soit surprenante, il ne put s’empêcher, dans sa pratique administrative, de s’inspirer de sa propre perception de la République néerlandaise du xviie siècle. Dans ses interprétations comme dans ses actions politiques, on sent poindre l’aristocrate d’Utrecht auquel la centralisation monarchique répugnait et qui s’engagea à soutenir sa propre classe, la noblesse. Le pouvoir des rois du Malabar pouvait sembler absolu à première vue, mais Van Reede soutenait qu’il ne s’agissait là que d’une simple apparence car, à son avènement, le roi devait jurer de faire respecter les « privilèges des provinces », après quoi il était « acclamé » par les nobles en présence des brahmanes. La majorité des nobles étaient des vassaux, « semblables aux comtes et aux barons », que le roi pouvait réquisitionner pour ses campagnes militaires mais qui étaient exemptés d’impôt foncier. Le roi et l’aristocratie tiraient l’essentiel de leurs revenus des péages. Il existait également des zones séparées pour les agriculteurs et les commerçants qui étaient administrées pour le compte du roi par des « shérifs » (schouten dans les relations de Van Reede), mais aussi les terres des temples, des centres religieux et économiques qui, d’après les affirmations de van Reede, étaient situés dans les zones les plus fertiles et devaient être considérés comme des « villes libres ». Il y avait enfin le domaine de la couronne administré par des gouverneurs, mais même ces derniers devaient s’adapter aux coutumes politiques locales. Le roi était assisté par des conseillers ; l’administration quotidienne était entre les mains d’un fonctionnaire que les Portugais appelaient Regedore Maior mais que Van Reede comparait à un stadhouder – un poste qu’il occupa lui-même à Cochin entre 1663 et 1665 et auquel lui succédèrent d’autres Néerlandais.

  • 17 Voir le mémoire de Van Reede (1677) in s’Jacob 1976 : 106-122, et son introduction au troisième vol (...)

29L’empreinte de la République néerlandaise dans l’approche adoptée par Van Reede est aussi clairement présente dans l’« Union de Mouton » qui fut introduite sous son commandement en 1673 et au cours de laquelle les nobles assemblés en convention s’unirent contre le pouvoir croissant des marchands-bureaucrates de la cour afin de préserver leurs privilèges locaux et régionaux : la ressemblance est frappante avec les événements de 1579, lorsque les Néerlandais du Nord s’unirent enfin pour combattre le roi d’Espagne dans le cadre de l’Union d’Utrecht. Mais, contrairement à Philippe II, le roi de Cochin décida de rallier cette Union, la souveraineté collective fut maintenue et il fut donc possible de parer à l’ancienne centralisation politique de Cochin (à l’inverse de ce qui se passa plus tard à Calicut et Travancore). Les actions du commandant sont aujourd’hui généralement considérées comme ressortant d’une politique du « diviser pour régner » mais, du point de vue personnel de Van Reede, le paradigme de la République néerlandaise avait sans nul doute été un exemple éclairant et possédait donc une valeur intrinsèque17.

  • 18 La façon dont Van Reede transfère sa propre histoire européenne sur celle de Cochin rappelle la rec (...)

30Le processus d’élaboration intellectuelle de Van Reede est en soi révélateur des raisons pour lesquelles la côte de Malabar constituait une catégorie à part pour la Compagnie, tout au moins dans le contexte de ses autres établissements indiens. Contrairement à ce qui se passa au Gujarat, sur la côte de Coromandel et au Bengale, la VOC eut, au Malabar, l’occasion de dominer la politique régionale. La Compagnie ne s’empressa pas, dans ce cas, d’évoquer l’arbitraire des « despotes orientaux » mais leur accorda plutôt une forme de reconnaissance. Dans une phase précédente, la VOC avait réussi à habiller le rituel royal malabar traditionnel d’éléments et de symboles européens. En guise d’apothéose des campagnes dirigées contre les établissements portugais du Malabar, Van Goens avait par exemple déjà placé sur la tête de Vira Kerala Varma, roi de Cochin, une couronne décorée de l’emblème de la VOC. Van Reede applaudit sans doute au geste de celui qui était alors son protecteur et s’en inspira peut-être : ce geste annonce en effet la façon dont il transférerait plus tard l’histoire néerlandaise sur celle de Cochin18.

Cosmopolitisme sud-asiatique et microcosme néerlandais

  • 19 De même que celle de Fernandes, l’approche de Van Goens apparaît comme populaire, tandis que Van Re (...)

31Que faire de ces deux voix néerlandaises en Asie du Sud ? Que nous apprennent-elles de la contribution néerlandaise au cosmopolitisme tant célébré de Cochin ? Il semble que la politique isolationniste de Van Goens ait en réalité été une réponse défensive au cosmopolitisme déjà existant de Cochin. L’effacement et la réduction de la ville portugaise constituèrent une tentative pour imposer sa propre logique dans une situation politique extrêmement complexe qui offrait d’innombrables possibilités d’interventions indésirables. C’est pourquoi le nouveau fort néerlandais – plus isolé et épuré – devait servir de rideau de fer contre les multiples attraits de la société malabare. La vie au sein du fort était gouvernée par la loi et l’ordre de la petite Hollande de l’église et de l’hôtel de ville ; au dehors commençait le « joyeux désordre asiatique », suivant l’expression de Rudyard Kipling, de la cour et du marché. Dans ce contexte asiatique, le cosmopolitisme tant célébré de la Hollande s’était donc réduit à un microcosme néerlandais strictement circonscrit. À première vue, la voix de van Reede semble se situer à l’exact opposé : il fit véritablement bon accueil à une politique économique plus libérale et plus ouverte, offrant davantage de marge de manœuvre aux marchands européens et asiatiques opérant hors du cadre de la Compagnie. Dans la mesure où sa perspective s’étendait bien au-delà des frontières officielles de la Compagnie, il osa s’abandonner au cosmopolitisme de Cochin et l’exploiter à son propre profit ainsi qu’à celui de la Compagnie. Mais c’est la création de cet autre microcosme néerlandais qu’il greffa sur la situation politique fluide du Malabar qui lui permit d’agir ainsi. Son analyse devint ainsi une stratégie grâce à laquelle il put transformer en home ce monde étrange et nouveau. D’une certaine façon, Van Goens et Van Reede partageaient donc un même besoin urgent de reproduire en Asie le monde dont ils étaient issus. Tandis que van Reede fit se répéter l’histoire néerlandaise à Cochin, van Goens fit se répéter la géographie néerlandaise à Cochin. Ces deux exemples ne reflètent pas (encore) le cosmopolitisme néerlandais décrit par Jacob et Cook. Ils ne correspondent pas non plus aux réactions cosmopolites des voyageurs italiens analysées par Giuseppe Marcocci (ce volume). Les deux positions néerlandaises examinées ici constituent en réalité une réponse plus fondamentaliste que cosmopolite au monde cosmopolite de l’Asie du Sud. D’un certain point de vue, l’antagonisme entre Van Goens et Van Reede rappelle celui qui opposa leurs prédécesseurs jésuites dans la région : le vulgaire et « proto-étique » Gonçalo Fernandes (1541-1619) face au plus aristocratique et « proto-émique » Roberto Nobili (1577-1656)19. Ces deux approches deviendraient plus tard deux réactions au cosmopolitisme très répandues dans le milieu des Lumières – l’une recherchant l’altérité dans un splendide isolement, l’autre recherchant la fraternité dans un rassemblement universel – et demeurent aujourd’hui encore très courantes.

Bibliographie

Bibliographie

Aalbers, J. (1916), Rijcklof van Goens : Commissaris en Veldoverste der Oost-Indische Compagnie, en zijn Arbeidsveld, 1653/54 en 1657/58, Groningen, Wolters.

Anquetil Duperron, A. H. (1997), Voyage en Inde 1754-1762, J. Deloche, M. Filliozat & P.-S. Filliozat, eds., Paris, École française d’Extrême-orient/Maisonneuve & Larose.

Arasaratnam, S. (1989), « European Portsettlements in the Coromandel Commercial System 1650-1740 », in F. Broeze, ed., Brides of the Sea : Port Cities of Asia from the 16th-20th Centuries, Honolulu, University of Hawaii Press, pp. 75-94.

Arasaratnam, S. (1992), « Pre-colonial and Early-colonial Port Towns », in I. Banga, ed., Ports and their Hinterlands in India (1700-1950), Delhi, Manohar, pp. 367-375.

Bes, L. (2007), Archival Guide to the Repositories in The Netherlands other than the National Archives, Delhi, Manohar.

Bes, L. & Kruijtzer, G. (2011-2015), Archival Guide to Repositories outside The Netherlands, Delhi, Manohar.

Biedermann, Z. (2009), « Colombo versus Cannanore : Contrasting Structures of Two Colonial Port Cities (1500-1700) », Journal of the Economic and Social History of the Orient, 52, pp. 413-459.

Biedermann, Z. (2014), The Portuguese in Sri Lanka and South India : Studies in the History of Diplomacy, Empire and Trade, 1500-1650, Wiesbaden, Harrassowitz.

Bouchon, G. (1988), « Regent of the Sea » : Cannanore’s Response to Portuguese Expansion, 1507-1528, Delhi, Oxford University Press.

Breckenridge, C. E., Pollock, S., Bhaba, H. K. & D. Chakrabarti, eds. (2002), Cosmopolitanism, Durham/Londres, Duke University Press.

Carita, H. (2009), Indo-Portuguese Architecture in Cochin and Kerala, New Delhi, Transbooks.

Coller, I. (2010), « East of Enlightenment : Regulating Cosmopolitanism between Istanbul and Paris in the Eighteenth Century », Journal of World History, 21, pp. 447-470.

Cook, H. J. (2007), Matters of Exchange : Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age, New Haven & Londres, Yale University Press.

Dalrymple, W. (2002), White Mughals : Love and Betrayal in Eighteenth Century India, Londres, Harper Collins.

Diesen, R. van, & Nelemans, B. (2008), Comprehensive Atlas of the Dutch United East India Company, Part IV : Ceylon, voorburg, Asia Maior/Atlas Maior Publishers.

Dirks, N. (1987), The Hollow Crown : Ethnohistory of an Indian Kingdom, Cambridge, Cambridge University Press.

Drost, A. (2010), « Changing Cultural Contents : The Incorporation of Mughal Architectural Elements in European Memorials in India in the Seventeenth Century », in M. North, ed., Artistic and Cultural Exchanges between Europe and Asia, 1400-1900 : Rethinking Markets, Workshops and Collections, Surrey (UK)/Burlington (USA), Ashgate, pp. 73-89.

Geertz, C. (1980), Negara : The Theatre State in Nineteenth-century Bali, Princeton, Princeton University Press.

Gommans, J. (2011), « Nederlandse schilders in de Oost : Een hypothese », in Th. Lindblad & A. Schrikker, eds., The verre gezicht : Politieke en culturele relaties tussen Nederland en Azië, Afrika en Amerika, Franeker, Van Wijnen, pp. 66-85.

Gommans, J., Bes, L. & Kruijtzer, G. (2001), Bibliography and Archival Guide to the National Archives at The Hague (The Netherlands), Delhi, Manohar.

Gommans, J., Bos, J. & Kruijtzer, G. (2010), Comprehensive Atlas of the Dutch United East India Company, Part. VI : India, Persia and the Arabian Peninsula, Voorburg, Asia Maior/Atlas Maior Publishers.

Grove, R. (1991), « The Transfer of Botanical Knowledge between Asia and Europe, 1498-1800 », Journal of Japan-Netherlands Institute, 3, pp. 160-176.

Grove, R. (1996), « Indigenous Knowledge and the Significance of South-West India for Portuguese and Dutch Constructions of Tropical Nature », Modern Asian Studies, 30 (1), pp. 121-143.

Hazard, P. (1961), La Crise de la conscience européenne, Paris, Fayard.

Heniger, J. (1980), « Van Reede’s Preface to Volume III of Hortus Malabaricus and its Historical and Political Significance », in K.S. Manilal et al., eds., Botany and History in Hortus Malabaricus, Rotterdam/ Boston, A.A. Balkema, pp. 35-69.

Heniger, J. (1986), Hendrik Adriaan van Reede tot Drakenstein (1636-1691) and Hortus Malabaricus, Rotterdam/Boston,A.A. Balkema.

Israel, J. I. (2001), Radical Enlightenment : Philosophy and the Making of Modernity, 1650- 1750, Oxford, Oxford University Press.

Israel, J. I. (2006), Enlightenment Contested : Philosophy, Modernity, and the Emancipation of Man 1670-1752, Oxford, OUP.

Israel, J. & Schwartz, S. B. (2007), The Expansion of Tolerance : Religion in Dutch Brazil (1624-1654), Amsterdam, Amsterdam University Press.

Israel, M. B. (1651), To his Highnesse The Lord Protector of the Commonwealth of England, Scotland and Ireland, Amsterdam.

Jacob, M. C. (2006), Strangers Nowhere in the World : The Rise of Cosmopolitanism in Early Modern Europe, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Mailaparambil, B. J. (2012), Lords of the Sea : The Ali Rajas of Cannanore and the Political Economy of Malabar (1663-1723), Leyde, Brill.

Malekandathil, P. (2001), Portuguese Cochin and the Maritime Trade of India 1500-1663, Delhi, Manohar.

Martin, F. (1984), India in the 17th Century (Social, Economic and Political) : Memoirs of François Martin (1670-1694), trad. L. Varadarayan, Delhi, Manohar.

Merwick, D. (2006), The Shame and the Sorrow : Dutch-Amerindian Encounters in New Netherland, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Nandy, A. (2000), « Time Travel to a Possible Self : Searching for the Alternative Cosmopolitanism of Cochin », Japanese Journal of Political Science, 1, pp. 295-327.

Osterhammel, J. (1998), Die Entzauberung Asiens : Europa und den Asiatischen Reichen im 18. Jahrhundert, Munich, H. C. Beck.

Pollock, S. (2005), The Ends of Man at the End of Premodernity, (2004 Gonda Lecture), Amsterdam, Royal Netherlands Academy of Arts and Sciences.

Pyrard of Laval, F. (1887), The Voyage of François Pyrard of Laval to the East Indies, the Maldives, the Moluccas and Brazil, trans. A. Gray and H. C. P. Bell, Londres, Hakluyt Society.

Raben, R. (1996), « Batavia and Colombo : The Ethnic and Spatial Order of Two Colonial Cities, 1600-1800 », Leyde, Unpublished Leyde PhD. thesis.

Singh, A. (2010), Fort Cochin in Kerala, 1750- 1830 : The Social Condition of a Dutch Community in an Indian Milieu, Leyde/Boston, Brill.

s’Jacob, H. K. (1976), De Nederlanders in Kerala 1663-1701 : De memories en instructies betreffende het commandement Malabar van de Verenigde Oost-Indische Compagnie, ’S-Gravenhage, Martinus Nijhoff.

s’Jacob, H.K. (2000), The Rajas of Cochin 1663-1720 : Kings, Chiefs and the Dutch East India Company, Delhi, Munshiram Manoharlal Publishers.

s’Jacob, H.K. (2002), « Rijcklof Volkertsz van Goens, 1619-1682 : Kind van de Compagnie, diplomat en krijgsman », in G. Knaap & G. Teitler, eds., De Verenigde Oost-Indische Compagnie tussen oorlog en diplomatie, Leyde, KITLV Uitgeverij, pp. 131-151.

Tavim, J.A. (2003), Judeus e cristãos-novos de Cochim. História e Memória (1500-1662), Braga, Edições APPACDM Distrital de Braga.

Toulmin, S. (1990), Cosmopolis : The Hidden Agenda of Modernity, Chicago, University of Chicago Press.

Wagoner, Ph.B. (2003), « Precolonial Intellectuals and the Production of Colonial Knowledge », Comparative Studies in Society and History, 45 (4), pp. 783-814.

Zandvliet, K. (2002), « Vestingbouw in de Oost », in G. Knaap & G. Teitler, eds., De Verenigde Oost Indische Compagnie tussen oorlog en diplomatie, Leiden, KITLV Uitgeverij.

Županov, I. G. (1999), Disputed Mission : Jesuit Experiments and Brahmanical Knowledge in Seventeenth-Century India, Delhi, OUP.

Notes

1 Voir Israel 2001 et, en particulier, 2006 : 862-871.

2 Voir également Pollock 2005 : 86.

3 Osterhammel (1998). Voir également Hazard 1961.

4 Voir par exemple Coller 2010 : 447-470.

5 Voir en particulier Gommans 2011 : 66-85.

6 Pour le texte original, voir M. B. Israel (1651 : 5). Une telle description correspond bien aux peintures flatteuses des cosmopolitismes sud-asiatiques que l’on trouve sous la plume de voyageurs italiens tels que Federici, Balbi et Sassetti (Marcocci, ce volume). Pour un traitement approfondi de la question des juifs et du cosmopolitisme de Cochin, voir Tavim 2003.

7 Biedermann 2009 : 413-459. On trouvera également une version légèrement révisée in Biedermann 2014, chap. VI.

8 Les sources de la VOC (Verenigde Oostindische Compagnie) à Cochin (Kochi) et au Malabar (Kerala) sont conservées dans les Archives nationales des Pays-Bas à Leyde (cote principale : 1.04.02) et dans les Archives de l’État du Tamil Nadu à Chennai. Dans les premières, on trouve essentiellement la correspondance concernant le Malabar entre Cochin, Batavia (le quartier général de la Compagnie en Asie) et les directeurs aux Pays-Bas. Les secondes abritent quant à elles ce qui a survécu des archives du comptoir de Cochin, lesquelles fournissent des informations d’ordre plus local jusqu’ici quasiment inexplorées. L’essentiel des archives de Cochin a heureusement été scanné récemment et est aujourd’hui accessible sur le site web www.gahetna.nl des Archives nationales des Pays-Bas à Leyde (cote : 1.11.06.11). Pour une étude exhaustive des sources néerlandaises sur l’Asie du Sud, y compris le Kerala, voir les trois volumes suivants de la série Dutch Sources on South Asia : Gommans, Bes & Kruijtzer 2001 ; Bes 2007 ; Bes & Kruijtzer 2015.

9 Voir par exemple Pyrard of Laval (1887), vol. 1 : 435-436.

10 Idem : 436. Pour une analyse plus poussée de l’organisation spatiale et sociale de Cochin sous domination portugaise, voir Carita (2009). Sur la morphologie de la Cochin néerlandaise, voir Gommans, Bos & Kruijtzer (2010) : 230-266.

11 Singh 2010 : 23. Elle admet également, p. 40, que l’autorité judiciaire de la Compagnie s’étendait à tous les chrétiens, y compris ceux résidant hors les murs. À comparer avec les conclusions plus ambivalentes de Raben (1996).

12 . Bouchon 1988 : 18 ; Malekandathil 2001 : 34. Pour une évaluation plus positive et recentrée sur Cochin, voir également s’Jacob 2000 : 8.

13 Heniger (1986) et Cook 2007 : 304-317. voir toutefois les affirmations audacieuses de Grove 1996 : 121-143 et 1991 : 160-176.

14 Voir en particulier le mémoire de Van Reede (1677) in s’Jacob 1976 : 98 ; India in the 17th Century (Social, Economic and Political) : Memoirs of François Martin (1670-1694), trad. L. Varadarayan, Delhi, Manohar, 1984, vol. II, part. I : 1064 ; vol. II, part. II : 1331.

15 Pour plus de détails sur le paysage religieux de la région, voir les commentaires plus tardifs d’Anquetil Duperron (éd. 1997 : 226-229).

16 . Dalrymple (2002). Sur sa tombe, voir Drost 2010 : 73-89.

17 Voir le mémoire de Van Reede (1677) in s’Jacob 1976 : 106-122, et son introduction au troisième volume de son Hortus Mallabaricus in Heniger 1980 : 35-69.

18 La façon dont Van Reede transfère sa propre histoire européenne sur celle de Cochin rappelle la recréation par James Tod d’un Moyen Âge indien dans ses Annals and Antiquities of Rajasthan.

19 De même que celle de Fernandes, l’approche de Van Goens apparaît comme populaire, tandis que Van Reede, comme Nobili, utilise le langage plus sophistiqué de la ressemblance pour transférer une Europe réinventée sur une Inde à laquelle il faut s’adapter. Je souscrirais donc ici à l’opinion d’Ines G. Županov suivant laquelle la différence entre les deux hommes n’était pas tant une question de générations ou de systèmes épistémiques mais avait trait avant tout aux classes sociales distinctes dont ils étaient issus (Županov 1999 : 34-37).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La ville de Cochin durant le siège de 1662-1663. Anonyme, c. 1665.
Crédits Source : National Archives of the Netherlands, La Haye, 4. VELH 619.47.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 2. Plan du projet de réduction de la fortification de Cochin. Anonyme, 1663.
Crédits Source : National Archives of the Netherlands, La Haye, 4. VELH 895. Voir J. Gommans et al., (2010), pp. 231, 236.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/23097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Auteur

Since July 2011, he occupies the Chair of Colonial and Global History at Leiden University. His fields of interest are global history, colonial history, early-modern history, Indian Ocean, Mughal India, early-modern Islamic empires, South Asian Islam, military history, history of globalization, diasporas, Dutch orientalism and Enlightenment.
Publications
– 1995 The Rise of the Indo-Afghan Empire (c.1710-1780), Leiden, Brill.
– 2002 Mughal Warfare: Indian Frontiers and Highroads to Empire 1500-1700, London, Routledge.
– 2012 J. G. & P. Emmer, Rijk aan de rand van de wereld: de geschiedenis van Nederland overzee 1600-1800, Amsterdam, Uitgeverij Bert Bakker.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540