Versione classicaVersione mobile

Indianité et créolité à l’île Maurice

 | 
Catherine Servan-Schreiber

Comptes rendus

Made in Mauritius, d’Amal Sewtohul

L’histoire d’un conteneur : transit et identité mauricienne

Mathieu Claveyrolas

Testo integrale

1L’un des principaux dilemmes de la créolisation mauricienne tient dans ses modalités de structuration malgré une identité pensée comme essentiellement fluide et instable (Claveyrolas 2013). Dans son troisième et récent roman Made in Mauritius (2012), Amal Sewtohul aborde avec profondeur et jubilation le thème, cliché autant que réalité historique, de la mondialisation au cœur de l’histoire mauricienne.

2Le transit devient, dans le roman comme à Maurice, fil conducteur d’histoires foisonnantes et croisées et de strates temporelles imbriquées. Écrit à la première personne, le roman remonte aux origines du anti-héros Laval (la Chine maoïste du « Grand bond en avant », fuie par ses parents via Hong Kong) avant de raconter la période mauricienne charnière du passage à l’indépendance. Mais le tout est un récit que fait Laval à sa fiancée depuis l’Australie où il a émigré et où il erre (encore) à la recherche de son ami d’enfance. Ce souci d’inscrire des itinéraires individuels faits d’errance dans l’Histoire, dans une généalogie familiale, mais aussi dans des espaces variés, évoque les romans martiniquais de Chamoiseau, par exemple.

  • 1 De nombreux auteurs mauriciens (Ananda Devi, Vinod Rughoonundun, Khal Torabully) résident et travai (...)

3La parabole récurrente du conteneur ne laisse aucun doute quant à la centralité indépassable du transit : Laval a été conçu dans ce conteneur, il y est né, avant d’y vivre lorsqu’il sera transformé en boutique et arrière-boutique à Port Louis, et y travaillera lorsque la boîte métallique, transférée en Australie, se fera bar clandestin pour étudiants. L’île Maurice est bien une terre d’émigrés mais aussi d’émigration. Diplomate successivement nommé à Pékin, Berlin, Paris, Addis-Abeba et Antananarivo, l’auteur lui-même illustre une sorte de mémoire ou d’écho aux relations historiques de l’île à différents ailleurs1. Grâce au conteneur, c’est l’escale mauricienne, au carrefour des continents, qui définit le Made in Mauritius qui donne son titre à l’ouvrage. L’auteur s’amuse même à faire de ce conteneur-parabole du transit, le socle de la plate-forme sur laquelle se déroule la cérémonie d’indépendance de l’île en 1968. Le numéro du conteneur rappelle à son tour le matricule des esclaves et des engagés, symbole de ces individus déracinés, et déshumanisés, au gré d’une mondialisation première.

4Laval nous parle du conteneur comme « ma matrice et mon monde tout à la fois » (p. 109). De fait, le conteneur fait pendant à l’impossible identification de Laval à son île, qu’il ne connaît pas (à 10 ans, il n’a jamais vu la mer – autre que celle du port de Port Louis – ni la canne à sucre) et dont il se sent étranger : « Alors comme ça, ceci est mon pays, me suis-je dit, à un moment. Mais personne ne me ressemble. » À Port Louis, il y avait plein de Chinois. Mais, à la campagne, on était bien chez les Indiens. On voyait des vieillards à la démarche cassée, avec sur la tête un foulard et autour des reins leurs drôles de pantalons bouffants, les dhotis, comme ils les appelaient. Beaucoup de femmes étaient en sari (p. 159). Laval conclut sa première sortie hors de Port Louis, à travers montagnes et canne à sucre jusqu’à la côte Est, par cette réflexion : « Les distances étaient surprenantes. Sur la carte du monde, dans l’atlas scolaire, Maurice n’était qu’un tout petit point, au point qu’on se demandait comment huit cent mille personnes faisaient pour s’y tenir, sans s’écraser les orteils. » (ibid).

5Dans le roman, nulle tentation de glorifier Maurice – « île arc-en-ciel ». Du point de vue mauricien, la métaphore du conteneur et du transit tend vers l’idée d’une insularité douloureuse : la boîte métallique renvoie directement au confinement, et le cousin de Feisal de passage (en vacances) à Maurice s’exclame : « Man, we’re like Robinson Crusoé » (p. 169). Plus qu’un carrefour des mondes, l’île est un lieu de relégation : « Mon père s’était cru malin de venir liquider son stock de vieilleries au Champ-de-Mars, mais il n’avait fait qu’obéir à une force obscure, ces rejets devant se trouver à cet endroit précis, le 12 mars 1968, pour recevoir l’indépendance. Pourquoi ? Parce que ces rejets, c’était le peuple mauricien. Car qu’étions-nous d’autre que des produits ratés de la grande usine de l’histoire ? Canaille venue des tripots de Bretagne, coolies du Bihar, prisonniers des guerres tribales du Mozambique et de Madagascar, hakkas fuyant les guerres et les impôts de l’empereur de Chine. Nous étions les rebuts de l’humanité, venus à Maurice dans des cales de bateau pour être achetés ou pour pourrir à tout jamais sur des étagères de boutiques misérables » (p. 126).

6Comme d’autres auteurs mauriciens (Gordon-Gentil 1999, 2009), Amal Sewtohul file l’image des passages parallèles du personnage principal à l’adolescence et de l’île à l’Indépendance. Mais la rupture avec le double passé d’exil et de soumission à la société coloniale ne parvient guère à stabiliser l’île Maurice indépendante. En 1976, huit ans après l’indépendance, la moitié des enquêtés répondent à un questionnaire que « s’ils avaient l’opportunité, ils seraient tentés de quitter Maurice pour vivre dans un autre pays », et 75 % affirment qu’ils « conseilleraient à leurs enfants d’aller travailler dans un autre pays » (Simmons 1982 : 197). Même les puissances colonisatrices ne perçurent guère Maurice comme un « centre du monde ». Une anecdote du roman rappelle le peu d’intérêt dont témoignèrent les Britanniques pour Maurice lorsque l’autonomie puis l’indépendance furent à l’ordre du jour. L’auteur raconte la colère et l’humiliation ressenties par Laval lisant le Time Magazine du 22 mars 1968 qui titre « L’indépendance – avec soulagement » en rappelant le coût prohibitif de cette île déclarée « Britain’s unlikeliest colony » (p. 189).

7En plus de la situation (classique en pays colonisé) d’élites au pouvoir à l’indépendance essentiellement formées à l’étranger (ce qui, par exception, n’a pas été le cas de l’auteur), la bourgeoisie créole a, elle aussi, émigré en masse au moment de l’indépendance, inquiète d’une possible indianisation du pays. Sewtohul raconte cette scène des bateaux partant pour l’Australie (pp. 106, 170), imprimée dans la conscience collective mauricienne, et maintes fois évoquée dans la littérature (Patel 2005 : 73). Il raconte aussi le spectre de l’indianisation, vu du côté sino-mauricien : « L’oncle Lee Song Hui nous rebattait les oreilles d’affreuses histoires, nous disant que bientôt les hindous allaient tourner l’île en petit Calcutta, il y aurait des vaches sacrées partout errant dans les rues de Port Louis, parmi les mendiants cadavériques s’accroupissant dans les caniveaux pour déféquer » (p. 106).

8Les conflits autour de l’indépendance sont synthétisés dans cette discussion savoureuse, forcément en créole, des mérites comparés des religions mauriciennes (pp. 103-104). Lorsque Gopal l’Hindou se moque d’Ayesha effrayée par un singe, Feisal le Musulman lui lance : « Ta é, dire to bondié allé ta » (Hé dis à ton dieu de s’en aller) et Laval le Chinois ajoute : « Ouais, alle prie to bondié zacko, Hanuman » (Ouais, va prier ton dieu singe, Hanuman). L’Hindou réplique : « Ta sinois, pas trop cause Hanuman, Hanuman li conne laguerre, pas couma to bondié. […] Li couma dire enn gros boudin » (Toi, le Chinois, t’as pas intérêt à te moquer d’Hanuman. Lui il sait se battre, pas comme ton bon dieu qui ressemble à un gros boudin), à quoi Laval répond en haussant les épaules : « mo faire foute. Mo catholique moi » (Je m’en fous, je suis catholique, moi). L’Hindou ne s’avoue pas vaincu et réplique : « Plis bèze encore. Créole son bondié li maigue couma baton zalimette, créole enn faire foute casse li pena, nek li donne so bondié la fimée bouzie pou manzé » (Lui c’est encore pire. Les Créoles ils sont toujours sans le sou, alors leur dieu il est maigre comme un bâton d’allumette, ils ne lui donnent que la fumée des bougies à manger). Et Allah ? : « Lascar so bondié plis bèze ki tout. Li même pas maige, li invisible. Sa même banne la monte lor mosquée cinq fois par zour zotte crie li. Zotte pé rode li dans le ciel, pas konné kotte li été ! » (Le bon dieu des Musulmans, c’est le plus mal foutu de tous. Il est même pas maigre, il est invisible. C’est pour ça qu’ils montent sur la mosquée cinq fois par jour, et qu’ils crient [l’appellent]. Ils le cherchent dans le ciel, ils savent pas où il est !)

9Face à ces difficultés historiques affirmées sans ménagement, antidote au cliché d’une île – paradis multiculturel, l’auteur prend néanmoins soin de camper avec finesse, tendresse et humour les réalités quotidiennes de l’île Maurice d’alors. Celui qu’on appellerait le « Sino-Mauricien », Laval, partage son enfance et la ville de Port Louis, avec son ami musulman Feisal et sa sœur Ayesha dont il est amoureux. Au travers de ces enfants qui ne font « qu’imiter les adultes » (p. 105), Sewtohul rappelle le partage au-delà des différences, que les anciennes générations mauriciennes opposent (par nostalgie ?) aux barrières ethniques qu’ils estiment aujourd’hui durcies.

10En plus de la langue parsemée de créole, la construction complexe du récit et la richesse de personnages à la fois enchâssés dans leur contexte historique et profondément individualisés, fondamentalement mauriciens et traversés d’influences d’une multitude d’« ailleurs » font à mon sens de Made in Mauritius l’un des romans mauriciens les plus incontournables, du double point de vue de l’exigence littéraire et de la finesse anthropologique.

Bibliografia

Bibliographie

Appanah, N. (2003), Les Rochers de Poudre d’Or Paris, Folio.

Claveyrolas, M. (2013), « L’hindouisme mauricien, une histoire de “passages” », in I. Hidair & L. Pourchez, eds., Rites de passages et constructions identitaires créoles, Paris, Éditions des archives contemporaines, pp. 29-40.

Gordon-Gentil, A. (1999), Quartiers de Pamplemousses, Paris, Julliard.

Gordon-Gentil, A. (2009), Légère approche de la haine, Maurice, Pamplemousses productions.

Patel, S. (2005), Le Silence des Chagos, Paris, Éditions de l’Olivier.

Simmons, A. Smith (1982), Modern Mauritius : The Politics of Decolonization, Bloomington, Indiana University Press.

Note

1 De nombreux auteurs mauriciens (Ananda Devi, Vinod Rughoonundun, Khal Torabully) résident et travaillent, ou ont longtemps résidé et travaillé, en France. Nathacha Appanah explique dans un entretien le rôle qu’a justement joué son « exil » en France pour la maturation de son roman Les Rochers de Poudre d’Or (2003) sur l’engagisme à Maurice… (www.indereunion.net/actu/NAM/intervnam.ht m).

Autore

Ethnologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS/CNRS), ses recherches, après la publication d’une monographie du temple de Sankat Mocan, portent actuellement sur l’hindouisme mauricien en tant que configuration singulière, et valant pour elle-même, au-delà des permanences, des emprunts ou des évolutions dont témoigne l’hindouisme en contexte non-indien.
 Publications
 – 2003 Quand le temple prend vie. Atmosphère et dévotion à Bénarès, Paris, CNRS Éditions (« Monde indien/sciences sociales 15e-21e siècle »).
 – 2010 « Construire un espace à part. Circulations rituelles et territoires sacrés à Bénarès », « Puruṣārtha », 28 : Circulation et territoire dans le monde indien contemporain, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 41-71.
 – 2012 « With or without Roots : the Compared a nd Conflicting Memories of Slavery and Indenture in the Mauritian Public Space » in A.-L. Araujo, ed., Politics of Memory : Making Slavery Visible in the Public Space, New York, Routledge, pp. 54-70.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search