Version classiqueVersion mobile

Indianité et créolité à l’île Maurice

 | 
Catherine Servan-Schreiber

Varia

À Maurice, Barlen Pyamootoo déblaie le terrain de l’imaginaire

Tirthankar Chanda

Texte intégral

Un postmoderniste

1Barlen Pyamootoo s’est fait connaître en 1999 en publiant Bénarès, un road novel beckettien qui renouvelle la pensée des racines et du désir si chère aux écrivains de Maurice depuis presque trois siècles. Il y a dans ce premier livre du Paul et Virginie, mâtiné de Baudelaire, de Satyajit Ray, et de l’absurde à la Beckett et à la Fellini !

2Le roman raconte la virée dans la nuit mauricienne de deux amis partis en ville à la recherche de deux prostituées pour finir agréablement leur soirée. Les compères finiront par trouver les femmes, mais le roman ne dit pas si celles-ci réussiront à combler leurs désirs. Le retour en pick-up vers Bénarès, le village éponyme dont sont issus les protagonistes, ressemble à une quête initiatique qui débouche moins sur le corps à corps espéré que sur l’évocation du passé de l’île, la mort et la solitude.

3Ce chef-d’œuvre de postmodernisme à la mauricienne a été salué par la critique française et francophone. Celle-ci a parlé de l’art du dépouillement de Pyamootoo, de son écriture tout en litotes et en rage rentrée qui emmène le lecteur loin de l’exotisme facile qu’évoquent l’évolution récente de Maurice et sa transformation en un temple de consommation touristique. C’est sans doute son éditrice Laurence Renouf qui parle le mieux du travail du romancier :

Le livre m’a surprise par la simplicité déconcertante de son intrigue. J’ai aussi été enthousiasmée par l’univers de Barlen et par la voix de cet écrivain au débit si hypnotique !

4L’auteur avait envoyé le manuscrit par courrier aux éditions de l’Olivier. Son écriture sans emphase et sans recherche d’exotisme a conquis l’éditeur français qui a depuis publié deux autres de ses romans : Le Tour de Babylone (2002) et Salogi’s (2008). En outre, la découverte de ce Mauricien « bourré de talents » a conduit l’éditeur, connu jusque-là pour son tropisme américain, à accueillir dans son catalogue d’autres auteurs mauriciens, à l’écriture étonnamment forte et complexe. Les Bertrand de Robillard, les Carl de Souza, les Shenaz Patel, les Nathacha Appanah peuvent en effet remercier leur compatriote de leur avoir ouvert les portes du monde éditorial français.

Un pionnier

5Barlen Pyamootoo est comme ça, un pionnier qui ouvre des portes. Une sorte de Salman Rushdie des lettres mauriciennes qui déblaie le terrain, permettant aux autres, à tous les autres, qu’ils soient de sa sensibilité ou non de venir y camper leurs imaginaires pleins de bruits et de fureurs.

6C’est sans doute cet esprit pionnier qui a conduit Pyamootoo à adapter au cinéma Bénarès. Ce premier long-métrage mauricien filme Maurice, écrit Julie Peghini,

[…] sans fausse pudibonderie, et le réalisateur aborde les problèmes de l’île Maurice d’aujourd’hui : prostitution, chômage, jeunesse en mal d’idéal, qui s’ennuie profondément dans des villages laissés en jachère, notamment sur le plan culturel, par les pouvoirs en place. Un hymne à Maurice […]

7qui n’a pas beaucoup plu aux autorités mauriciennes ni à l’intelligentsia locale qui a reproché au film son évocation de « sexe » et de « sein », refusant d’y voir derrière les mots la poésie et l’originalité de l’écriture cinématographique d’un auteur à mille lieux du sentimentalisme à l’eau de rose des productions bollywoodiennes qui plaisent tant à Maurice.

8Être pionnier n’est pas une mission de tout repos, surtout dans une société mauricienne où le paraître a pris le dessus sur l’être, le consumérisme sur la quête et l’affirmation de soi. Cela n’empêche pas le romancier de tracer son chemin, s’arrêtant en cours de route pour s’adresser aux jeunes qui sont nombreux à fréquenter l’atelier d’écriture qu’il anime depuis six ans à l’Institut français de Maurice. Son conseil aux écrivains en herbe :

Commencer par lire et si possible pas seulement les journaux. Aussi faudrait-il commencer par les chefs-d’œuvre de littérature mondiale. Il y a tellement à lire.

9Une littérature mondiale dont l’écrivain s’est lui-même nourri tout au long d’une enfance et d’une adolescence studieuses.

J’ai eu cette chance d’avoir beaucoup lu dans mon enfance et adolescence [écrit Pyamootoo dans son beau roman autobiographique Salogi’s], et de porter en moi des histoires qui, encore aujourd’hui, m’obsèdent, m’éreintent, parfois me brisent, et des personnages étranges et vaguement effrayants qui appartiennent à des époques révolues et habitent à jamais des pays inconnus, mais dont le corps et la voix pourraient être miens…

10Il faut lire Salogi’s, inspiré par la disparition d’une mère follement aimée, pour comprendre le parcours hors du commun de cet arrière-petit-fils de travailleurs venus de l’Inde lointaine, pourchassés par la faim et la misère. Les romans de Barlen Pyamootoo sont comme les poteaux que les protagonistes de Bénarès avaient élevés autrefois pour jouer au foot. Derrière ces poteaux de la « coolitude » faits de bric et de broc, s’étend à perte de vue Bénarès, cette ville indienne mythique que les imaginations des exilés suscitent et ressuscitent à la recherche de racines perdues à jamais.

Auteur

Chargé de cours à l’Institut national de langues et civilisations orientales (Inalco), il est aussi journaliste à RFI depuis 1994 et critique littéraire. Il collabore notamment à Jeune Afrique, MFI, Le Monde diplomatique ainsi qu’à la revue Siècle 21 dont il est l’un des fondateurs.
Publications
 – 2013 T. C. & O. Da Lage, Aujourd’hui, l’Inde, Paris, Casterman (« Documentaire »).
 – 2012 « La vitalité foisonnante de la fiction indienne de langue anglaise (Rushdie, Vikram Seth, Arundhati Roy et les autres) », Siècle 21, Littérature et société, 1, pp. 17-22.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search