Version classiqueVersion mobile

Indianité et créolité à l’île Maurice

 | 
Catherine Servan-Schreiber

Varia

Édouard Maunick : le chantre de l’insularité et du métissage

Tirthankar Chanda

Texte intégral

  • 1 Dernier recueil paru : 50 quatrains pour narguer la mort, Paris, Seghers. Signalons aussi Anthologi (...)

1Édouard Maunick1 est le poète le plus célèbre de Maurice. Son nom signifie « diamant » en hindi, langue de l’Inde, pays dont sont issus les ancêtres du poète. Ce chantre du métissage a fait de son œuvre poétique le lieu d’évocation des thèmes qui l’obsèdent depuis toujours : la beauté de son île natale, l’emmêlement des sangs multiples dans ses veines et la mort qui vient parfois le narguer pour lui rappeler que même les poètes ne sont pas immortels !

2Édouard Maunick chante l’île Maurice, sa diversité, « ce pays pluriel » qui est à la conjonction de l’Orient, l’Occident et l’Afrique. Célébré comme poète national dans son pays, il a remporté tous les grands prix du monde francophone (Prix Apollinaire, Grand Prix de la francophonie de l’Académie française, Prix international de poésie Léopold Sédar Senghor). On dit que François Mitterrand et Senghor lisaient sa poésie avec délectation. Selon la légende, Mandela récitait ses poèmes à haute voix afin d’oublier les murs de sa prison.

3Né en 1931, à Maurice, Maunick se présente comme un poète insulaire.

C’est mon île nourricière où j’ai appris la poésie, à être moi-même. Sa pluralité de races, de religions, de langues fait de Maurice un monde en miniature. Pendant mes flâneries d’adolescent sur les quais de Port Louis, en contemplant les bateaux qui venaient de Hong Kong, Hambourg ou Southampton, j’imaginais qu’ils venaient en réalité du sud de l’île avec des cargaisons qu’ils avaient puisées au cœur de l’île. Je regardais ces bateaux et je me disais que vraiment mon île Maurice était le seul pays du monde, c’était toute la terre.

Maurice comme métaphore

4Mais la poésie de Maunick ne parle pas seulement de l’insularité, elle parle aussi du monde, à travers l’île Maurice érigée en métaphore de la pluralité humaine. L’appel du large obsède le poète depuis sa plus petite enfance. N’a-t-il pas écrit : « Partir est en nous depuis le premier sommeil/l’irruption du rêve igné de l’enfance/folie où nous sommes voyage » ?

5Édouard Maunick a 29 ans quand il part pour la France. Sa première destination ne pouvait être que la capitale française.

Comme j’étais déjà un peu poète, aime-t-il raconter, on m’avait dit « un jour il faut que tu ailles à Paris, que tu montes à Paris ». Je rêvais de marcher sur le trottoir sur lequel ont marché Baudelaire, Apollinaire.

Poète en exil, il écrit pour gagner sa vie. Comme l’a expliqué Jean-Louis Joubert dans son essai très exhaustif sur la vie et l’œuvre du poète, Édouard J. Maunick, poète métis et insulaire (Présence africaine, 2009) :

la chance de Maunick est d’avoir été engagé en 1961 par la radio française tournée vers l’outre-mer. Il débute en parcourant Paris, le magnétophone à l’épaule, pour enregistrer des messages d’immigrés africains qui seront ensuite diffusés sur les ondes.

6Il sera successivement journaliste à RFI, puis directeur de Radio Caraïbes Internationale, émettant depuis l’île de Sainte-Lucie aux Antilles, avant de rejoindre les organismes internationaux (ACCT, Unesco) dans les années 1980. Entre-temps, il dirige le bimensuel panafricain Demain l’Afrique. Entre 1993- 1994, il est rédacteur en chef à l’hebdomadaire Jeune Afrique où il est chargé de la rubrique du courrier des lecteurs.

Senghor, Césaire et Mandela

7Ce sont aussi les années les plus fertiles en matière de création poétique. Après un premier recueil, Ces oiseaux du sang, publié en 1954, alors qu’il était encore à l’île Maurice, Maunick a fait paraître l’essentiel de son œuvre au cours des trois décennies passées à Paris.

8Ses premiers recueils parisiens, placés sous le signe de la négritude, sont publiés aux éditions Présence Africaine. Le recueil Ensoleillé vif (NEA, 1976) constitue un des sommets de sa poésie. Il est préfacé par Senghor qui a intitulé son texte La négritude métisse. Le poète-président avait compris que la grande affaire de Maunick, même si celui-ci puise son souffle dans la quête identitaire de la négritude (« je suis nègre de préférence », aime-t-il dire), est le métissage, ayant reçu un triple héritage par le sang (Europe, Afrique et Inde mêlées). « Je prophétise le sang mêlé comme une langue de feu », a chanté le poète. Son recueil Ensoleillé vif est une véritable célébration de ce métissage : « J’ai autant d’épices en réserve/ que ma peau hurle de pigments/[…] ce sang pluriel notre vraie roupie ».

9La poésie d’Édouard Maunick a été marquée par ses rencontres. Si les rencontres avec Senghor et Césaire à Paris furent déterminantes et permirent au Mauricien de trouver sa voix, la rencontre plus tardive avec Mandela lui a ouvert la porte de l’humanisme africain à l’œuvre. La lutte des Sud-Africains pour la liberté, la grandeur de Madiba lui ont inspiré dans les années 1980 deux recueils poignants : Soweto. Le Cap de désespérance (1985) et Mandela mort ou vif (1987).

10En 1994, Maunick est nommé l’ambassadeur de l’île Maurice en Afrique du Sud. Nelson Mandela venait d’être élu président de la République arc-en-ciel.

C’était exaltant dans ces années-là d’être en Afrique du Sud, libérée du poids de l’apartheid, se souvient le poète. C’est à Mandela que j’ai présenté mes lettres de créance. Il était impressionnant de solennité et de simplicité. Il connaissait mon œuvre. Il m’a demandé de faire de l’Afrique du Sud mon lieu de création.

11Le poète n’avait qu’à obtempérer. Mais lorsque Mandela s’est retiré des affaires de la cité, Maunick a quitté l’Afrique du Sud.

12Aujourd’hui, le poète partage sa vie entre Paris et Maurice. Son œuvre incantatrice et lyrique fait partie des classiques de la grande littérature de notre temps.

Notes

1 Dernier recueil paru : 50 quatrains pour narguer la mort, Paris, Seghers. Signalons aussi Anthologie personnelle (Actes Sud, 1989) qui réunit les plus beaux poèmes du poète extraits des recueils parus jusqu’aux années 1980.

Auteur

Chargé de cours à l’Institut national de langues et civilisations orientales (Inalco), il est aussi journaliste à RFI depuis 1994 et critique littéraire. Il collabore notamment à Jeune Afrique, MFI, Le Monde diplomatique ainsi qu’à la revue Siècle 21 dont il est l’un des fondateurs.
Publications
 – 2013 T. C. & O. Da Lage, Aujourd’hui, l’Inde, Paris, Casterman (« Documentaire »).
 – 2012 « La vitalité foisonnante de la fiction indienne de langue anglaise (Rushdie, Vikram Seth, Arundhati Roy et les autres) », Siècle 21, Littérature et société, 1, pp. 17-22.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search