Version classiqueVersion mobile

Indianité et créolité à l’île Maurice

 | 
Catherine Servan-Schreiber

Rivalités politiques et économiques dans l’océan Indien. Entre Inde et Chine, le cœur de Maurice balance

Political and Economical Rivalries in the Indian Ocean: Between India and China, Mauritius’ Heart is torn

Emmanuel Grégoire

Résumé

Cet article se propose d’examiner les rivalités géopolitiques qui ne cessent de s’accroître dans l’océan Indien à partir de l’exemple de la république de Maurice. Le texte traite, tout d’abord, des liens multiples et variés qui unissent Maurice à l’Inde en insistant sur les activités financières offshore, élément majeur des relations économiques entre les deux pays. Il aborde ensuite le récent développement des échanges commerciaux sino-mauriciens qui apparaissent de plus en plus rivaux de ceux réalisés avec l’Inde. Il ressort que le gouvernement mauricien entreprend en effet un subtil rééquilibrage de ses relations diplomatiques et économiques avec ces deux pays émergents en s’efforçant de tirer partie de leur rivalité : autrefois chasse gardée de l’Inde, Maurice devient un des maillons du « collier de perles » que la Chine tisse autour de la Grande péninsule indienne.

Texte intégral

1En 1761, le ministre britannique Pitt déclarait : « Tant que les Français tiendront l’Isle de France, les Anglais ne seront pas les maîtres de l’Inde » (Toussaint 1972). L’île était alors située sur les grandes voies maritimes qui traversaient l’océan Indien, ce qui en a fait très tôt un territoire ouvert sur le monde et non un îlot replié sur lui-même. Après l’indépendance (1968), le jeune État a joué de sa position géographique favorable pour se tourner vers des partenaires autres que son ancienne métropole : l’objectif était de sortir du sous-développement (Maurice est trop exigu pour ne compter que sur son seul marché intérieur) et de s’insérer dans les grands circuits d’échanges régionaux et internationaux afin de chercher la croissance « ailleurs », ce qui a été fait avec succès.

  • 1 Trois ans (1965) avant l’indépendance, les Britanniques détachèrent l’archipel des Chagos de la fut (...)
  • 2 Avec l’archipel des Seychelles et le Cameroun, la république de Maurice est le seul pays à être à l (...)

2Pour cela, le pays adopta une stratégie d’ouverture tous azimuts : dès 1968, il adhéra à différentes organisations panafricaines comme l’Organisation de l’unité africaine (OUA) afin de s’arrimer au continent noir où il fait figure, malgré sa taille réduite et dans un contexte d’États faibles et d’économies peu développées, de pays leader allant jusqu’à représenter l’Afrique au Conseil de sécurité des Nations unies en tant que membre non permanent (2001-2002). Au-delà de l’océan Indien, Maurice entend s’imposer comme le porte-parole et le défenseur de la cause des petits États insulaires au sein d’organisations internationales comme les pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique). Pour des raisons à la fois historiques, humaines, culturelles et commerciales, Maurice renforça parallèlement ses liens avec l’Inde (près des deux tiers des Mauriciens sont d’origine indienne) et la Chine (les Sino-Mauriciens représentent moins de 3 % de la population), leurs relations économiques s’intensifiant sous l’effet de la récente percée de ces deux pays en Afrique et du recul de la présence européenne. Ce retrait est perceptible à Maurice où l’influence de la Grande-Bretagne régresse tant du point de vue politique en raison du contentieux relatif à l’archipel des Chagos (Grégoire 2010)1 que commercial, Maurice vendant désormais son sucre au groupe allemand Südzucker et non plus à Tate & Lyle, son acheteur britannique traditionnel. Avec la France, la situation diffère car celle-ci est son principal partenaire économique étant le premier investisseur étranger. En outre, la France demeure culturellement et linguistiquement très active même si le français n’est pas la langue officielle du pays2.

3Cet article se propose d’examiner les liens multiples et variés entre l’île Maurice et l’Inde en insistant sur les activités financières offshore qui sont ici primordiales. Dans un second temps, nous aborderons le fort et récent développement des relations sino-mauriciennes qui apparaissent de plus en plus comme rivales de celles entretenues avec l’Inde. Nous verrons que le gouvernement mauricien entreprend un subtil rééquilibrage géopolitique de ces relations diplomatiques en mettant en concurrence ces deux pays émergents afin de tirer parti de leur rivalité. Celle-ci qui s’exacerbe dans l’océan Indien les amène à accorder une importance qui peut paraître disproportionnée ramenée à leur taille, aux micro-États insulaires de l’océan Indien (Maldives, Maurice et Seychelles) en raison de leur situation géographique stratégique. Autrefois chasse gardée de l’Inde, ils sont désormais courtisés par la Chine comme le montre l’exemple de Maurice qui est devenu un des maillons du « collier de perles » qu’elle tisse autour de la Grande péninsule indienne. Dans son entreprise, elle s’appuie aussi sur Sri Lanka, le Pakistan et le Bangladesh, pays qu’elle a aidés à mettre en place des infrastructures portuaires modernes afin de faciliter ses échanges commerciaux avec eux.

Maurice et l’Inde : une complicité ancienne bien actuelle

  • 3 Près de dix mille soldats indiens faisaient partie des troupes anglaises qui chassèrent en 1810 la (...)
  • 4 Cette immigration qui prit fin au début du xxe siècle explique que la population d’origine indienne (...)

4Au début de l’époque française et jusqu’en 1764, l’île Maurice était placée sous la tutelle de la Compagnie des Indes qui l’utilisait comme escale pour ses navires de commerce qui se rendaient dans ses comptoirs indiens. Une fois le monopole de cette compagnie supprimé, les échanges s’intensifièrent jusqu’à la conquête anglaise de 1810 (De L’Estrac 2005)3. Ils vont prendre alors une autre ampleur, les Britanniques rapprochant plus encore l’île de l’Inde en offrant de nouveaux débouchés à son sucre et en faisant venir des laboureurs (coolies) pour exploiter les champs de canne, une fois l’esclavage aboli : de française, noire et métisse, l’île va devenir, au fil des ans, indienne avec l’arrivée massive de ces migrants dits « engagés » qui étaient des paysans pauvres originaires du Bihar, de l’Andhra Pradesh, du Tamil Nadu, du Maharashtra4. Dans leur sillage, les compagnies de négoce indiennes accrurent leurs échanges si bien que l’Inde était déjà, au milieu du xixe siècle, le deuxième partenaire commercial de Maurice. Ces flux, animés par des négociants musulmans principalement originaires de régions de langue gujaratie, reposèrent sur l’exportation de sucre et de produits européens en contrepartie de l’importation d’articles indiens (toileries, riz, denrées alimentaires, etc.) acheminés par des petits navires qui faisaient la navette depuis les comptoirs des côtes indiennes.

5Malgré l’éloignement, les communautés indo-mauriciennes de confession hindoue, tamoule et musulmane conservèrent de solides attaches avec la mère patrie (Inde) qui constituait une référence incontournable. Ainsi, le Mahatma Gandhi, auréolé du succès de sa campagne de désobéissance civile et de non-violence en Afrique du Sud, fit escale quelques jours à Maurice à la fin de l’année 1901 où il fut reçu avec le plus grand respect, des plus gros commerçants musulmans jusqu’au plus modeste laboureur. Constatant la faible représentation de la communauté indo-mauricienne dans les institutions politiques locales, le Mahatma Gandhi l’encouragea à faire reconnaître ses droits. De jeunes Indo-Mauriciens furent alors candidats, pour la première fois, aux élections municipales de 1901 à Port Louis (De L’Estrac 2005). Montrant son intérêt pour Maurice, le gouvernement indien dépêcha, en 1924, un haut fonctionnaire chargé d’enquêter sur les conditions de vie des immigrants étant inquiet de leur sort. Son indépendance proclamée (1947), l’Inde suivit avec beaucoup d’attention le processus de décolonisation mauricien marqué par la prise du pouvoir par les Mauriciens d’origine indienne emmenés par le Premier ministre Sir Seewoosagur Ramgoolam. Deux ans après l’indépendance (juin 1970), la Première ministre Indira Gandhi se rendit en visite officielle à Maurice et posa la première pierre du Mahatma Gandhi Institute (MGI) dédié à la promotion de l’éducation et de la culture indienne. Elle s’y rendit une seconde fois en 1982.

6Un an plus tard (mars 1983), une grave crise politique éclata à Maurice. Elle opposa le Premier ministre Sir Anerood Jugnauth à son ministre des Finances Paul Béranger à la suite de divisions intestines au sein du gouvernement avec, comme toile de fond, une situation économique alarmante et des attentes de l’électorat non satisfaites. Ces éléments firent éclater le gouvernement formé après les élections de 1982 avec, comme prétexte, le débat linguistique : la diffusion de l’hymne national Kreol à la MBC (Mauritius Broadcasting Corporation) (Chan Low 2008). Le départ du gouvernement de Paul Béranger et du parti MMM (Mouvement militant mauricien) fut suivi de l’exclusion de ce parti de Sir Anerood Jugnauth et de ses partisans qui fondèrent une nouvelle formation, le Mouvement socialiste mauricien (MSM). Le Premier ministre s’allia alors avec l’opposition (le Parti travailliste PTr et le Parti mauricien social-démocrate PMSD) et remporta les élections anticipées de 1983, ce qui lui permit de se maintenir au pouvoir. Selon des révélations relayées par la presse indienne et mauricienne, le chercheur australien David Brewster et l’ancien officier des forces navales indiennes Ranjit Rai ont récemment expliqué (Brewster & Rai 2013) que des préparatifs d’une intervention militaire nommée Lal Dora (Ligne rouge) auraient eu lieu en Inde avec l’approbation d’Indira Gandhi afin de venir en aide à Sir Anerood Jugnauth qui se sentait menacé par une possible tentative de coup d’État de Paul Béranger devenu leader de l’opposition, ce que celui-ci a toujours démenti catégoriquement. Finalement, le projet fut abandonné en raison d’un profond différend au sein de l’armée indienne quant au commandement des opérations sur le terrain. Cette affaire souligne les interférences des services secrets et des militaires indiens dans l’appareil d’État mauricien : Sir Anerood Jugnauth sollicita ainsi l’Inde pour lui affecter un officier chargé de le conseiller en termes de sécurité intérieure. Toujours à la même époque, les Américains qui craignaient aussi Paul Béranger le soupçonnaient d’être capable, s’il arrivait au pouvoir, de donner accès à Port Louis aux navires de guerre soviétiques et même de les solliciter pour recouvrer la souveraineté de Maurice sur l’archipel des Chagos que les États-Unis louent, depuis 1996, aux Britanniques sur la base d’un bail de 50 ans ; Maurice tente, pour le moment en vain, d’en obtenir la rétrocession au cours d’interminables négociations avec Londres. De son côté, le Chagos Refuges Group emmené par Olivier Bancoult interpelle avec un certain succès les instances juridiques londoniennes (Haute Cour de justice) et européennes (Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg) pour que le droit de retourner dans leurs îles natales soit enfin reconnu aux Chagossiens après en avoir été expulsés, il y a près de 50 ans, en violation de la Charte des Nations unies portant sur la décolonisation.

  • 5 40 roupies valent environ 1 €.
  • 6 L’Inde a accordé un prêt important pour édifier la première cybertour d’Ébène (Grégoire 2006).
  • 7 Leurs établissements séduisent surtout la clientèle touristique indienne (44000 personnes en 2008, (...)

7Au cours des années quatre-vingt, l’assistance indienne était concentrée sur l’éducation, les langues, la culture et la défense. Depuis lors, les relations économiques ont pris le dessus car l’Inde perçoit Maurice comme un bon moyen de se projeter en Afrique. Les échanges marchands entre les deux pays ne cessent donc de croître : la balance commerciale est très nettement en faveur de l’Inde, les importations mauriciennes se chiffrant à 34,66 milliards de roupies en 2011 (15,68 en 2006, 22,33 en 2009) tandis que ses exportations s’élevaient à 456 millions de roupies (383 en 2006, 328 en 2009)5 (Central Statistics Office, CSO, 2012). Le déficit est donc très élevé. La forte progression des importations fit que l’Inde devint pour la première fois en 2007 le principal partenaire commercial de Maurice et le demeure : les produits pétroliers jouent ici un rôle déterminant car elle ravitaille Maurice en carburants suite à un accord signé en juin 2007 entre la firme indienne Mangalore Refinery and Petrochimicals Ltd et The State Trading Corporation of Mauritius. Outre ce secteur énergétique, les entreprises de la Grande péninsule sont aujourd’hui nombreuses dans l’île et interviennent dans de multiples domaines : l’assurance, l’automobile avec le constructeur Ashok Leyland qui représente 75 % du marché des autobus, l’industrie pharmaceutique, la distribution de carburants (Indian Oil Mauritius créée en 2005 est une filiale de l’Indian Oil Corporation), la téléphonie, les technologies de l’information et de la communication6, la protection de l’environnement et du lagon (installation d’un réseau d’assainissement collectif pour les eaux usagées à Baie du Tombeau par un consortium indo-mauricien), l’hôtellerie avec les groupes Oberoi et Taj7 et enfin et surtout l’offshore financier, l’Inde représentant plus de la moitié de cette activité financière en marge de l’économie réelle.

8C’est en 1992 que le ministre des Finances, Rama Sithanen, lança l’offshore mauricien à travers une série de lois promouvant une gamme d’activités élargie. Il s’agissait de faire de l’île une plate-forme financière régionale en développant les activités de banque, la domiciliation de sociétés étrangères, l’assurance, la gestion de fonds et de biens. L’idée était d’attirer des capitaux sud-africains qui fuyaient l’instabilité politique (époque de l’apartheid) et de faire en sorte que l’île devienne une sorte de « Jersey » de l’océan Indien. L’initiative ne fut pas couronnée de succès car les riches Sud-Africains continuèrent de préférer la Suisse et les îles Anglo-Normandes (Jersey) à Maurice.

  • 8 Les CDI font que les entreprises ne peuvent être imposées à la fois dans leur pays d’origine et dan (...)

9De manière inattendue, l’offshore mauricien doit son succès à la convention de double imposition (CDI) conclue avec l’Inde (1er avril 1983)8 pour, au départ, encourager les exportations indiennes. Jusqu’en 1993, ce traité fut peu utilisé, l’économie indienne étant repliée sur elle-même. Au cours des années quatre-vingt-dix, l’Inde va, au contraire, s’engager dans la voie de la libéralisation et faire largement appel aux investisseurs étrangers. C’est alors qu’un groupe d’avocats britanniques se rendit à Maurice pour examiner les opportunités offertes par la convention avec l’idée de suggérer à des entreprises anglo-saxonnes d’investir en Inde en faisant transiter leurs capitaux par Maurice pour échapper à l’impôt. Des multinationales européennes, américaines et asiatiques ainsi que des fonds d’investissements y créèrent des sociétés offshore avant d’investir dans la Grande péninsule si bien que l’activité repose toujours sur ce traité (60 % de son chiffre d’affaires) et non sur une stricte activité de paradis fiscal bien que celle-ci soit réelle (Grégoire, Hookoomsing & Lemoine 2011).

10Le principe est le suivant : une firme, par exemple américaine, qui investit en Inde y sera imposée sur son activité car il n’y a aucun accord en matière fiscale entre les deux pays. Pour éviter cette (lourde) imposition, Maurice offre à cette société américaine la possibilité de constituer une société offshore qui créera à son tour une filiale en Inde qui réalisera les investissements de la maison mère américaine. Comme il y a un traité fiscal entre les deux pays, cette filiale ne payera pas de taxes sur les plus-values en Inde où leur imposition est élevée mais à Maurice où les plus-values ne sont pas taxées. Enfin, elle pourra rapatrier ses profits aux USA sans taxes de sortie ni contrôle des changes. Ces facilités expliquent que Maurice soit devenu le premier investisseur étranger en Inde. Si on prend en compte une période longue, on constate que, depuis l’année 2000 (Desai 2008), Maurice représente 44 % des Foreign Direct Investment devant les USA (8,4 %) et Singapour (7,4 %). À titre d’exemple, ils s’élevèrent globalement à 25,5 milliards de dollars entre le 31 janvier 2007 et le 1er février 2008. Maurice représenta 57 % de ces flux, soit 14,5 milliards de dollars, les États-Unis 17 %, la Grande-Bretagne 11 %, les Pays-Bas 8 % et le Japon 7 % (Hawabhay 2008).

11Si ces transactions sont parfaitement légales, des abus se produisent car des particuliers, des entreprises et surtout des fonds indiens réinvestissent dans leur pays en transitant par Maurice, c’est ce qu’on appelle le round-tripping. Autrement dit, de grosses sommes d’argent partent pour la City de Londres traditionnellement appréciée des investisseurs indiens. Elles sont ensuite redirigées vers Maurice puis retournent en Inde sous la forme d’une filiale d’une société offshore mauricienne qui sera très peu taxée. Ce round-tripping mécontente les autorités de New Delhi qui menacent régulièrement de ne pas reconduire la convention, son histoire étant émaillée de scandales financiers relatés par la presse indienne (affaire Satyam notamment et plus récemment scandale des pots-de-vin versés, lors de l’achat de 12 hélicoptères italiens, par l’armée indienne à une compagnie, Infotech Design Systems ltd, engagée dans l’offshore mauricien). On peut s’étonner qu’une telle mesure n’ait toujours pas été prise et penser que l’Inde en tire profit : découragés par les fortes taxations locales, de nombreux investisseurs n’y auraient peut-être pas investi leurs capitaux sans les conditions avantageuses offertes par les sociétés en offshore ? Véritable rente pour l’île, la convention semble être en sursis car l’Inde accepte de plus en plus difficilement d’être privée de recettes fiscales importantes. Il suffirait donc qu’elle remette en cause le traité pour qu’une grande partie de l’offshore mauricien s’écroule. Si elle n’a pas encore pris une telle mesure, c’est sans doute pour des considérations politiques visant à préserver ses bonnes relations avec Maurice. Celles-ci font actuellement l’objet de discussions : un Comprehensive Economic Corporation and Partnership Agrement (CECPA) est en cours de négociations depuis déjà plusieurs années et un nouveau Double Tax Avoidance Treaty (DTAT) protégeant l’Inde du blanchiment d’argent et de la fraude pourrait entrer en vigueur avant la fin de l’année 2013.

12Sous l’angle culturel, l’influence indienne demeure forte : de nombreux Mauriciens regardent les chaînes de télévision indiennes et écoutent les radios de ce pays tandis que des Indiens sans cesse plus nombreux se rendent en vacances ou en voyage de noces à Maurice dont ils apprécient la beauté des plages et l’absence d’insécurité. Ses atouts touristiques expliquent le tournage sur les plages de Maurice de nombreux films de Bollywood. Les relations religieuses sont également étroites puisque l’hindouisme est pratiqué par plus de la moitié de la population mauricienne. Même si on assiste à un processus inéluctable de transformations des cultes populaires en religion savante (Chazan-Gillig & Ramhota 2009), les grandes fêtent indiennes comme Divali (fête de la lumière) réunissent tous les hindous du pays. De son côté, la communauté tamoule a ses propres rites et fêtes dont la plus importante est Cavadi. Pour ce qui est des échanges universitaires, de nombreux jeunes Mauriciens sont formés dans des universités indiennes. En 1996, on a assisté à l’implantation à Belle Rive d’une école de médecine dirigée par une fondation privée indienne enregistrée : le SSR (Sir Seewoosagur Ramgoolam) Medical College fondé par le Indian Ocean Medical Institute Trust (IOMIT), sur un vaste terrain mis à la disposition de la fondation par l’État mauricien. Plus récemment, la politique officielle encourage des établissements étrangers à ouvrir des antennes, voire des campus, à Maurice. Elle a produit quelques résultats avec l’implantation d’entreprises multinationales dans le secteur de l’enseignement supérieur, à l’instar du campus abritant la JSS (Jagadguru Sri Shivarathreeshwara) Academy of Technical Education, dont l’institution mère se trouve à Mysore en Inde (Hookoomsing 2011).

13Enfin, se posent des enjeux militaires régionaux de plus en plus exacerbés. Petit archipel situé à plus de 1 000 kilomètres au nord de Maurice où vivent 300 personnes, l’île d’Agaléga (24 km2) serait convoitée par l’Inde pour en faire une base militaire en raison de sa situation géographique stratégique. En effet, celle-ci ne dispose pas de point d’ancrage dans cette partie de l’océan Indien contrairement aux États-Unis présents à Diego Garcia, de la France implantée à la Réunion et à Mayotte et de la Chine qui a des accords de coopération militaire avec les Seychelles. La rumeur d’une cession d’Agaléga ou d’une gestion indienne de l’île en échange d’un statu quo fiscal entre les deux pays a suscité de vives polémiques (2012) d’autant plus que ce n’était pas la première fois qu’un tel bruit se propageait : en 2006, la presse indienne avait déjà évoqué la possible négociation d’un bail à longue durée qui pourrait être accordé à l’Inde selon le modèle de Diego Garcia. L’information avait été également démentie à l’époque, mais selon les informations diffusées par Wikileaks l’Inde convoiterait des gisements de pétrole qui se trouveraient en pleine mer entre Agaléga et les Seychelles. Toujours du point de vue militaire, les deux pays sont liés depuis longtemps par des traités de défense sans cesse réactualisés : l’Inde contribue ainsi à la formation des militaires et des policiers mauriciens et à leur équipement et ses navires participent à la surveillance des eaux territoriales mauriciennes afin de lutter contre la pêche illégale. D’une manière plus générale, la Grande péninsule assure la protection de Maurice aux côtés de la France et de la Grande-Bretagne qui ont également signé avec elle des accords de défense. Aussi, contrairement à de nombreux États africains, Maurice a consacré une faible partie de son budget aux dépenses militaires, ce qui a été autant d’argent économisé en faveur d’investissements productifs et sociaux qui expliquent le succès du modèle mauricien. Enfin, l’Inde et Maurice ont établi un partenariat dans le cadre de la lutte contre la « piraterie » dans l’océan Indien.

14Au plan géopolitique et économique, l’Inde n’apprécie guère la récente percée de la Chine à Maurice, leur rivalité politique et diplomatique dans l’océan Indien, véritable trait d’union entre l’Afrique et l’Asie, s’est considérablement accentuée alors que l’Inde entend continuer à vouloir en faire sa chasse gardée.

Maurice et la Chine : des liens qui se raffermissent

  • 9 Sur une population chinoise forte de quelque 30 000 âmes, soit presque 3 % de la population totale, (...)

15À l’afflux d’immigrés indiens au xixe et au début du xxe siècle s’ajouta une immigration, certes beaucoup plus réduite, de populations chinoises venues des provinces du Sud (région de Canton)9. La population chinoise s’accrut sensiblement entre 1840 et 1850 en raison des turbulences politiques et socio-économiques locales mais le nombre d’immigrants installés dans la colonie restait très marginal : 585 en 1850, 1 500 en 1860 et 3 500 vers le début du xxe siècle (Ly Tio Fane 1985). En 1952, on dénombrait plus de 10 000 personnes d’origine chinoise à Maurice. Actuellement, les Sino-Mauriciens repésentent environ 3 % de la population totale, soit 30 000 personnes.

  • 10 En 1901, on recensait 2 858 commerçants chinois pour une communauté de 3 515 âmes (Ly Tio Fane-Pine (...)

16Les premiers immigrants investirent le commerce de détail en fournissant aux laboureurs indiens des denrées alimentaires et des produits manufacturés tout en assurant une fonction de banque par le biais du crédit. En 1908, ils se regroupèrent au sein de la chambre de commerce chinoise qui aida la communauté à développer ses affaires. En même temps, elle fut une plate-forme de communication avec le gouvernement qui la chargea de l’enregistrement des nouveaux immigrants venus de Chine, les flux s’intensifiant durant les années vingt10. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Colonial Office la sollicita pour organiser le rationnement alimentaire par l’entremise des boutiques chinoises éparpillées sur l’ensemble de l’île y compris à Rodrigues où quelques familles s’installèrent au début du xxe siècle aux côtés de commerçants indo-musulmans.

  • 11 Des joint ventures étaient ainsi établis entre investisseurs asiatiques et Sino-Mauriciens.

17Si leurs aînés ont débuté dans le commerce de détail, les générations sino-mauriciennes suivantes ont très vite diversifié leur activité vers d’autres secteurs. Ils ont ainsi joué un rôle important dans le développement de l’industrie nationale, notamment le Dr Lim Fat professeur à l’université de Maurice mais aussi homme d’affaires : celui-ci apparaît comme un des pionniers de la zone franche manufacturière. Celle-ci marqua le début de la diversification de l’économie mauricienne et lui permit de réduire sa dépendance à l’égard de la monoculture sucrière. Lim Fat qui s’inspira des modèles de Taïwan (zone de Kaoshiung), de Singapour, de Hongkong et de Malaisie parvint à faire venir des industriels hongkongais et singapouriens attirés par les facilités offertes par la zone franche qui leur permettait de pénétrer le marché européen en profitant de l’Accord multifibres (absence de quotas d’importation). Lui-même et sa famille montèrent une des premières usines avec un partenaire de Hongkong. Il fut suivi, d’une part, par d’autres Sino-Mauriciens (Sir Jean Ah Chuen, etc.) aux contacts desquels les investisseurs chinois ne se sentaient pas étrangers puisqu’ils partageaient les mêmes coutumes, culture et parfois langue (Bräutigam, 2003)11 et, d’autre part, par des Franco-Mauriciens et des Indo-Mauriciens musulmans qui figurent parmi les principaux hommes d’affaires de l’île. Grâce à cette zone franche, Maurice était un des rares pays du Sud à avoir résolu le problème du chômage, celle-ci avec à sa tête les entreprises textiles étant devenue le principal employeur de l’île avec plus de 90 000 salariés en 2000. Depuis l’abolition de l’Accord multifibres (janvier 2005), les firmes textiles de Hongkong et de Singapour ont presque toutes fermé leurs portes n’ayant plus intérêt à se délocaliser à Maurice pour pénétrer le marché européen. Au contraire, la CMT (Compagnie mauricienne des textiles) aux mains de Sino-Mauriciens s’efforce de poursuivre son activité en montant en gamme pour se soustraire à la concurrence asiatique. Aujourd’hui, les Sino-Mauriciens qui constituent après les Franco-Mauriciens le second groupe d’affaires national contrôlent une vingtaine d’entreprises commerciales et industrielles qui figurent parmi les cent premières de l’île de par leur chiffre d’affaires. Comme les Franco-Mauriciens, leur poids économique dépasse largement leur poids démographique et Maurice est un des rares pays africains à disposer d’une petite communauté d’origine chinoise économiquement influente : celle-ci a su renouer des liens avec l’ancienne mère patrie pour développer ses affaires et contribuer ainsi au développement de leur pays qui a été facilité par des politiques publiques volontaristes.

18Du point de vue diplomatique, les relations entre les deux États qui remontent officiellement au 15 avril 1972 ont toujours été très cordiales. Maurice a rapidement reconnu la Chine communiste de Mao Tsé-Toung tout en ménageant Taïwan (les Sino-Mauriciens étaient partagés sur la question). Quatre ans après l’indépendance, Sir Seewoosagur Ramgoolam effectua une première visite officielle en Chine qui se concrétisa par l’ouverture d’ambassades à Pékin et à Port Louis. La Chine a toujours été reconnaissante de cette politique (One China Policy adoptée en 1972) et a, en retour, apporté aide et assistance à Maurice en réalisant de nombreuses infrastructures comme le stade d’Anjalay de Belle Vue (2003) ou l’extension de l’hôpital de Flacq (Grégoire, Hookoomsing & Lemoine 2011). De même, Pékin comme les autorités indiennes a toujours soutenu, auprès des organisations internationales, Maurice dans sa démarche dénonçant une décolonisation inachevée à propos de l’archipel des Chagos : Port Louis en réclame en vain la restitution à l’ancienne puissance coloniale britannique et aux États-Unis qui opposent un veto étant donné l’importance militaire de Diego Garcia (Grégoire 2010).

  • 12 Il s’était rendu aux Seychelles deux ans plus tôt, manifestant par là son réel intérêt pour la régi (...)

19Depuis le milieu des années 2000, les liens s’intensifient : la Chine s’intéresse de plus en plus au continent africain en renforçant ses relations politiques, économiques et culturelles avec ses partenaires africains auxquels elle ne cesse d’accroître son aide (annulation de dettes, crédits préférentiels, etc.) tout en y accentuant ses investissements. Dans ce contexte, le partenariat sino-mauricien prend une nouvelle envergure et permet à la Chine de satisfaire ses visées expansionnistes dans l’océan Indien (Jauze 2012) : Maurice a été choisi pour servir de passerelle aux échanges sino-africains et le projet de développement intégré de Jin Fei à Riche-Terre (construction du complexe industriel, commercial et technologique) fut validé, en juillet 2007, lors de la visite officielle du Premier ministre Navin Ramgoolam à Pékin. En février 2009, le président Hu Jintao se rendit à Maurice au terme d’un périple qui l’avait auparavant conduit au Mali, au Sénégal et en Tanzanie12. Pour les Mauriciens, ce fut un geste politique fort, peu d’États africains pouvant se targuer d’une telle visite. L’événement montre l’importance que la Chine accorde à Maurice pourtant dépourvue de matières premières, mais qui présente un intérêt géopolitique bien réel dans son approche du marché africain : c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a été choisie parmi les trois premiers pays d’Afrique avec la Zambie et le Nigeria pour accueillir une zone de coopération économique et commerciale (ZCEC), qui doit permettre à la Chine de pénétrer le marché africain via Maurice et les accords qu’elle a signés avec plusieurs pays ainsi que les organisations supranationales dont elle est membre, la SADC (South African Development communauty) et la COMESA (Common Market for Eastern and Southern Africa). La visite du président chinois a aussi donné lieu à un prêt sans intérêts de 200 millions de roupies ainsi qu’à la mise en œuvre du projet Jin Fei dont le coût est estimé à 750 millions de dollars. Sa première phase porte sur la mise en place d’infrastructures industrielles et commerciales, de deux hôtels, d’un centre international de conférences, etc. Sa deuxième phase portera sur la construction d’un centre de coopération technologique sino-africain, d’un hôpital, d’une école promouvant l’enseignement en anglais et en chinois et une zone dite « récréative et touristique ». Le projet Jin Fei devrait créer à terme 42 000 emplois. Il s’agit donc d’un projet très important pour Maurice qui souhaite continuer à diversifier ses partenaires économiques. Toutefois, celui-ci a pris beaucoup de retard puisque seulement 10 acres ont été aménagées en cinq ans sur les 522 prévues. Les terrains ont été sous-loués à quatre sociétés chinoises à savoir la Mauri-China Freezone Development Limited de Hong Kong pour les activités dans le domaine des logistiques et de la distribution avec des facilités d’entreposage, la Goldox Limited chinoise pour des travaux de génie, la Fujian Shengli engagée dans la restauration et la Business Line du Moyen-Orient spécialisée dans le commerce des équipements lourds à travers le monde. En outre, Jin Fei est en négociation avec plusieurs groupes d’affaires internationaux pour la signature d’un mémorandum en vue de leur installation à Riche-Terre. Répondant à une interpellation du député du parti d’opposition MMM Joe Lesjongard, le vice-Premier ministre et ministre des Finances Xavier-Luc Duval a dressé, en décembre 2012, un quasi-échec de ce projet qui devait servir de hub économique pour la Chine. Toutefois, il a précisé qu’il faisait l’objet d’une relance en concertation avec les autorités chinoises et qu’il n’était par conséquent pas abandonné d’autant plus que le gouvernement mauricien a déjà investi dans la zone économique de Riche-Terre 267,4 millions de roupies dans des infrastructures, dont 90 millions dans la construction de routes, 80 millions dans les réseaux d’assainissement et 94,9 millions pour des travaux d’adduction d’eau.

20La Chine dota récemment la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) de nouveaux locaux dans le complexe de Réduit et effectua un don de 150 millions de roupies destiné à l’extension et à la modernisation de l’aéroport international de Plaisance : le nouveau terminal a été inauguré le 12 mars 2013 et sera prochainement opérationnel. Par ailleurs, les Chinois ont investi dans le port franc où ils constituent la principale source d’importations. Enfin, la Chine participe activement à l’installation de réseaux de tout-à-l’égout et a même fait venir un contingent important d’ingénieurs, de contremaîtres et d’ouvriers à cet effet. La République populaire de Chine se présente en effet comme le principal pays donateur à Maurice devant la France. Dans ce contexte, le partenariat sino-mauricien ne paraît pas déséquilibré : Maurice profite de sa coopération avec la Chine et fait figure de cas original puisque le pays ne dispose pas des matières premières habituellement convoitées par la Chine en Afrique : ici, celle-ci ne peut être accusée de piller les ressources naturelles et apparaît plutôt comme un investisseur aisé et un partenaire d’affaires.

21Du point de vue économique, Maurice enregistre comme avec l’Inde un très gros déséquilibre dans ses échanges commerciaux : ses importations s’élevaient à 20,78 milliards de roupies en 2011 contre 14,908 milliards en 2009 tandis que ses exportations se chiffraient à 183 millions de roupies seulement (la Chine était le troisième partenaire commercial de Maurice en 2011 après l’Inde et la France). Par ailleurs les deux pays sont liés par une série de traités : en 1996, ils ont signé un Investment Promotion and Protection Agrement Cooperation Treaty auquel a été ajouté en 2004 un avenant comptant pas moins de huit nouveaux accords de coopération. En 2007, soit après 35 ans de relations diplomatiques, a été conclu un Economic and Technical Coopération Agreement. Enfin, un traité fiscal de non-double imposition et de prévention du blanchiment d’argent lie les deux pays.

22Leurs relations culturelles sont évidemment moins étroites qu’avec l’Inde. Elles sont symbolisées par la présence dans la capitale mauricienne d’un centre culturel chinois depuis juillet 1988. Ce centre reçoit régulièrement la visite des troupes d’artistes chinois et surtout lors des grandes occasions comme la fête du Printemps, décrétée jour férié. Du point de vue linguistique, la création d’un institut Confucius a pour objectif d’encourager la diffusion de la langue chinoise. Des programmes quotidiens en mandarin sont diffusés à la radio nationale alors que la chaîne de télévision chinoise CCTV (Central China Television) est diffusée sur une base quotidienne en mandarin et cantonnais parmi un bouquet de six chaînes digitales par la télévision mauricienne. Enfin, récemment (juillet 2013), un accord sur l’exemption mutuelle de visas prévoit la dispense de l’obligation de visa pour un maximum de 30 jours pour les citoyens mauriciens en visite en Chine et inversement. Cet assouplissement des formalités consulaires vise à accroître les échanges entre les deux pays tout comme l’établissement d’une liaison aérienne directe Maurice-Beijing (1er juillet 2013) : Maurice veut en effet se promouvoir comme une destination de vacances. Aussi, la compagnie Air Mauritius propose désormais neuf vols hebdomadaires à destination de la Chine (y compris Hong Kong). Selon le Central Statistics Office (CSO), le nombre de touristes chinois qui se sont rendus à Maurice est passé de 7 609 personnes en 2010 à 41 913 en 2013 : il a donc été multiplié par plus de cinq en trois ans et se rapproche du nombre de visiteurs indiens qui augmente beaucoup moins vite (49 779 en 2010, 57 255 en 2013). Cette même année 2012, le nombre d’Indiens qui s’étaient rendus à Maurice à des fins touristiques était de près de 55 200 personnes soit plus du double, mais la Chine refait rapidement son retard. Elle pourrait être aidée en cela par la mise en service prochaine d’une liaison aérienne Chine-Maurice-Maldives pour inciter les 200 000 Chinois qui se rendent chaque année en vacances aux Maldives à faire étape à Maurice. Enfin, du point de vue universitaire, la Chine offre une dizaine de bourses d’études annuelles à des étudiants mauriciens.

***

23Face à cette percée chinoise où les intérêts politiques et économiques sont habilement mélangés, l’Inde a exprimé sa crainte de voir son influence traditionnelle supplantée par celle de sa rivale et a fait part au gouvernement mauricien de son souhait de le voir modérer son ouverture vers cette dernière : Maurice constitue en effet une pièce essentielle de son dispositif dans l’océan Indien. New Dehli n’apprécie donc pas que Pékin puisse y bénéficier d’un pied-à-terre portuaire qui pourrait éventuellement servir à ses navires de guerre. Aussi, les autorités indiennes n’ont pas manqué de rappeler le rôle de leur pays dans le Global Business (ex-offshore), les TICs et l’approvisionnement de Maurice en de nombreux produits à commencer par l’énergie (pétrole) : le gouvernement mauricien a sans doute entendu le message. Afin de réagir au projet Jin Fei, un groupe privé indien a voulu se lancer dans le secteur immobilier en proposant un important projet d’aménagements aux Salines, zone située près du Caudan à Port Louis. Ce projet appelé Neotown devait concurrencer l’initiative chinoise, mais comme elle, il demeure à l’état de lettre morte.

  • 13 Les premiers grands sommets Chine/ Afrique et Inde/Afrique se sont tenus à Pékin en 2006 et à New D (...)

24Pays émergents qui disposent d’un potentiel économique considérable, l’Inde et la Chine entendent donc renforcer leurs présences respectives dans l’océan Indien et voient en Maurice un tremplin idéal pour s’ouvrir de nouveaux marchés en Afrique australe et orientale. L’île est devenue un enjeu de leur rivalité, celle-ci s’étendant à l’ensemble du continent noir13 (où elles disposent, chacune, de diasporas) ainsi qu’à certaines régions de l’Himalaya où ces deux puissances ont une frontière commune. Si la Chine insiste sur le fait que ces projets sont commerciaux, l’Inde reste très méfiante, n’entendant pas laisser sa rivale prendre le contrôle des grandes voies maritimes qui traversent l’océan Indien. La situation créée par le développement de la piraterie au large de la Corne de l’Afrique et dans la mer d’Arabie peut lui permettre de reprendre la main et d’éviter un encerclement chinois car elle doit protéger ses navires de commerce et peut-être aussi ceux de ses alliés.

25Dans une conjoncture mondiale marquée par la persistance de la crise économique en Europe, Maurice se tourne vers l’Asie qui, plus que le vieux continent et l’Afrique, présente un dynamisme qui peut avoir un effet d’entraînement sur son économie. C’est ainsi que l’île pourra continuer de surmonter son isolement et élargir son espace commercial en se situant dans le droit fil de son histoire qui en a fait autrefois une étape entre l’Europe et l’Asie et à présent l’Asie et l’Afrique. Les autorités mauriciennes doivent agir avec tact afin de ne pas froisser les uns et les autres notamment l’Inde qui dispose de puissants moyens de pression à travers le traité fiscal qui lie les deux pays. Les traités que Maurice a signés avec l’Inde et la Chine semblent à la mesure des ambitions et des enjeux que l’une et l’autre entretiennent dans la région et le monde. En même temps, ils soulignent les grandes ambitions du micro-État perdu au beau milieu de l’océan Indien : le petit poucet ne veut pas se faire manger par les ogres asiatiques et poursuit par conséquent sa politique qui a toujours consisté à ménager les uns et les autres : la Chine, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, l’Inde et l’Afrique du Sud sont autant de partenaires à la disposition de Maurice qui a toujours pris soin de ne pas mettre ses œufs dans le même panier.

Bibliographie

Bibliographie

Ancharaz, V. D. (2008), « David against Goliath : Mauritius Facing Up to China », Paper no SSC_07, African Economic Research Consortium (AERC).

Ancharaz, V. D. (2009), « Mauritius : Benefiting from China Rise », The China Monitor 39, pp. 4-9.

Bräutigam, D. (2003), « Close Encouterts : Chinese Business Networks as Industrial Catalysts in Sub-Saharan Africas », African Affairs, 102, pp. 447-467.

Brewster, D. & Rai, R. (2013), « Operation Lal Dora : India’s aborted military intervention in Mauritius », Asian Security, 9 (1), pp. 62-74.

Chan Low, J. (2008), « Vie politique et élections générales de 1948 à 2005 », in J.- M. Jauze, ed., L’île Maurice face à ses défis, Paris, L’Harmattan/Université de la Réunion, pp. 65-76.

Chateau, T. (2004), « Le Grand livre des entrepreneurs de Maurice », L’Écho Austral.

Chazan-Gillig, S. & Ramhota, P. (2009), L’Hindouisme mauricien dans la mondialisation. Cultes populaires indiens et religion savante, Marseille, IRD/Paris, Karthala/ Moka, Mahatma Gandhi Institute.

Central Statistics Office (CSO), 2012.

De L’Estrac, J.-C. (2005), Mauriciens, enfants de mille races, t. II : La période anglaise, Vacoas, Éditions Le Printemps.

Desai, N. (2008), The Travails of the Indian Mauritius Tax Treaty & the Road Ahead, in 20 Years of Global Financial Services in Mauritius, Port Louis, Association of Trust & Management Companies, Souvenir Book.

Dimou, M. (2008), « De la zone franche au district textile : chronique de la “success story” de l’industrialisation mauricienne », in J.-M. Jauze, ed., L’Île Maurice face à ses nouveaux défis, Paris, Université de la Réunion/L’Harmattan, pp. 193-203.

Dinan, P., (2005), La République de Maurice en marche 1980-2030. Rétrospective et perspectives, Rose-Hill, P. Dinan éditeur.

Grégoire, E. (2005), « L’île Maurice dans l’œil du cyclone », in J. Lombard, E. Mesclier et S. Velut, eds., La Mondialisation côté Sud, acteurs et territoires, Paris, IRDENS, pp. 25-141.

Grégoire, E. (2006), « La migration des emplois à l’île Maurice : la filière textile et les NTIC », Autrepart, 37, pp. 53-72.

Grégoire, E. (2010), « Des îles Britanniques de l’océan Indien disputées : Diego Garcia et l’archipel des Chagos », Hérodote, 137, pp. 185-193.

Grégoire, E., Hookoomsing, V. & Lemoine, G. (2011), Maurice : de l’île sucrière à l’île des savoirs, Vacoas, Éditions Le Printemps/AUF/IFM/IRD.

Hawabhay, K. (2008), « Mauritius… it’s more than just sea, sand ans sun… it’s also Global Funds ! », in 20 Years of Global Financial Services in Mauritius, Port Louis, Association of Trust & Management Companies, Souvenir Book.

Hookoomsing, V. (2011), « L’enseignement supérieur mauricien : un système hybride et évolutif », in Maurice : de l’île sucrière à l’île des savoirs, Vacoas, Éditions Le Printemps/AUF/IFM/IRD, pp. 313-336.

Jauze, J.-M., ed. (2008), L’île Maurice face à ses nouveaux défis, Paris, Université de la Réunion/L’Harmattan.

Jauze, J.-M. (2012), « Maurice, petit pays, grandes ambitions, revue Cybergeo », European Journal of Geography, Espaces, Sociétés, Territoires, document 628 mis en ligne le 21 décembre 2012 (http://cybergeo.revues.org/2560).

Ly Tio Fane, H. (1985), Chineses Diaspora in the Western Indian Ocean, Rose-Hill, Éditions de l’Océan Indien.

Ly Tio Fane-Pineo, H. & Lim Fat, E. (2008), From Alien to Citizen : The Integration of the Chinese in Mauritius, Rose-Hill, Éditions de l’Océan Indien.

Raine, S. (2009), « Sino-Mauritian Relations : The Geopolitical Perspective », The China Monitor 39, pp. 10-12.

Toussaint, A. (1972), Histoire des îles Mascareignes, Paris, Berger-Levrault.

Notes

1 Trois ans (1965) avant l’indépendance, les Britanniques détachèrent l’archipel des Chagos de la future république de Maurice pour le rattacher aux Bristish Indian Ocean Territories (BIOT) afin de le conserver dans leur giron et d’en louer l’île principale (Diego Garcia) aux États-Unis qui en ont fait leur principale base militaire dans l’océan Indien.

2 Avec l’archipel des Seychelles et le Cameroun, la république de Maurice est le seul pays à être à la fois membre du Commonwealth et de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

3 Près de dix mille soldats indiens faisaient partie des troupes anglaises qui chassèrent en 1810 la France de l’île pour mettre fin à la « piraterie » dont étaient victimes les navires marchands britanniques.

4 Cette immigration qui prit fin au début du xxe siècle explique que la population d’origine indienne était majoritaire dans l’île dès 1860 (Toussaint 1972).

5 40 roupies valent environ 1 €.

6 L’Inde a accordé un prêt important pour édifier la première cybertour d’Ébène (Grégoire 2006).

7 Leurs établissements séduisent surtout la clientèle touristique indienne (44000 personnes en 2008, 55 200 en 2012).

8 Les CDI font que les entreprises ne peuvent être imposées à la fois dans leur pays d’origine et dans celui où elles investissent.

9 Sur une population chinoise forte de quelque 30 000 âmes, soit presque 3 % de la population totale, quatre cinquièmes des Sino-Mauriciens sont d’origine Hakka, tandis que ceux d’origine cantonaise représentent l’autre cinquième. Aujourd’hui on fait peu de différence entre Sino-Mauriciens Hakkas et Cantonais.

10 En 1901, on recensait 2 858 commerçants chinois pour une communauté de 3 515 âmes (Ly Tio Fane-Pineo & Lim Fat 2008).

11 Des joint ventures étaient ainsi établis entre investisseurs asiatiques et Sino-Mauriciens.

12 Il s’était rendu aux Seychelles deux ans plus tôt, manifestant par là son réel intérêt pour la région.

13 Les premiers grands sommets Chine/ Afrique et Inde/Afrique se sont tenus à Pékin en 2006 et à New Delhi deux ans plus tard.

Auteur

Docteur en géographie habilité, il est directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et membre de l’Unité-mixte de recherche PRODIG (UMR CNRS/IRD/Université de Paris 1). Ses travaux portent sur les territoires de la mondialisation en Afrique sahélo-saharienne (Mali et Niger) et dans l’océan Indien (Maurice).
Publications
– 2007 (en collab. avec H. Théry), « L’Ogre et le Petit Poucet. Le Brésil et l’île Maurice dans le négoce mondial du sucre », L’Espace géographique, 36 (3), pp. 267-282.
– 2010 « Des îles britanniques de l’océan Indien disputées. Diego Garcia et l’archipel des Chagos », Hérodote, 137, pp. 185-193.
– 2011 (en collab. avec V. Hookoomsingh & G. Lemoine), Maurice : de l’île sucrière à l’île des savoirs, Vacoas, Éditions Le Printemps/AUF/IFM/IRD, « Prix spécial FFA-Turgot 2011 » de la francophonie.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search