Version classiqueVersion mobile

L’Inde des Lumières

 | 
Marie Fourcade
, 
Ines G. Županov

De l’émergence des discours sur l’Inde // Emerging discourses on India

William Robertson, entre l’Amérique et l’Inde. D’un nouveau monde sans histoire au berceau de la culture et du commerce1

William Robertson, between America and India : From a World without History to the Cradle of Culture and Commerce

Silvia Sebastiani

Résumé

L’Historical Disquisition concerning the Knowledge which the Ancients had of India (1791) constitue le point d’achèvement de la production historique de William Robertson, figure centrale des Lumières écossaises, Principal de l’Université d’Édimbourg, leader de l’Église presbytérienne et historiographe royal pour l’Écosse. De l’Écosse à l’Europe, et des Indes occidentales aux Indes orientales, tel est le parcours que trace son œuvre, esquissant un grand récit du développement des États-nations de l’Europe occidentale vers leur domination globale. L’objectif de cet article est de lire l’histoire de l’Inde proposée par Robertson à partir de sa reconstruction de l’Amérique, pour identifier les changements qu’il introduit en termes de méthode historique, de sources, ainsi que de propositions politiques, dans un moment d’expansion de la Grande-Bretagne en Inde et d’affirmation du premier orientalisme britannique.

Si l’Amérique apparaît à Robertson comme un monde sauvage et sans histoire, ne s’engageant sur la route du progrès qu’à partir de la conquête européenne, l’Historical Disquisition offre une image positive de la culture ancienne de l’Inde, et prend nettement position contre l’interventionnisme impérialiste de son époque. Loin d’être un exemple du despotisme oriental, le gouvernement indien doit être considéré comme une variation du système féodal, dans l’interprétation de Robertson. L’Inde représente un modèle d’empire très sophistiqué, fondé sur agriculture, manufacture et commerce. Le système des castes lui-même est vu comme un facteur positif, qui établit une nette distinction des rangs : à travers la division du travail et la subordination des groupes sociaux, il garantit une stabilité et une harmonie essentielles à toutes sociétés avancées.

Texte intégral

Un grand récit historique

  • 1 Je voudrais remercier Marie Fourcade et Ines G. Županov pour m’avoir encouragée à regarder davantag (...)
  • 2 La troisième institution écossaise à avoir conservé son autonomie est la justice, fondée plus sur l (...)
  • 3 Ces années vont de l’abandon, par Lord Bute, de ses fonctions de Premier ministre, à la fin de la g (...)
  • 4 Voir en particulier Sher 2000 et 2006.

1L’Historical Disquisition concerning the Knowledge which the Ancients had of India clôt, en 1791, le cycle des ouvrages historiques de William Robertson. Pendant deux décennies, entre 1762 et 1780, Robertson a dominé le monde religieux et éducatif écossais : il a été le leader de l’Église presbytérienne, et le moderator de l’assemblée générale en 1763-1764, ainsi que le principal de l’Université d’Édimbourg ; il restera, de 1763 jusqu’à sa mort en 1793, l’historiographe royal pour l’Écosse. En d’autres termes, il est au centre de deux des institutions clés des Lumières écossaises, l’Université et l’Église, restées autonomes après l’Union parlementaire avec l’Angleterre survenue en 17072. Cette période d’acmé de la vie intellectuelle écossaise correspond à un moment de crises pour l’Empire britannique, dont les théâtres se situent en Amérique, en Inde et en Irlande, et expliquent une présence politique faible en Écosse et un haut degré d’autonomie pour Robertson3. Son leadership a été considéré comme l’expression même des Lumières écossaises, identifiées avec la domination intellectuelle et politique des moderate literati d’Édimbourg, selon la définition désormais classique de Richard Sher (1985). L’historiographie récente a en outre montré que les ouvrages de Robertson acquièrent, dans cette même période, le statut de véritables best-sellers historiques. Non seulement ils sont immédiatement traduits dans les principales langues européennes, mais ils sont aussi constamment réédités dans le monde anglophone, incluant les États-Unis, jusqu’au moins le milieu du xixe siècle4. Robertson est en fait l’un des premiers historiens à pouvoir vivre de sa plume et il incarne, avec David Hume et Edward Gibbon, la triade de l’histoire britannique des Lumières.

  • 5 Robertson 1755 et 1788, Book VIII, 3 : 299 ; Voir Phillipson 1997 : 35-73 ; voir aussi Brown, 1996  (...)
  • 6 Meinecke 1972 : 193-198. Voir, parmi d’autres : Womersley 1986 : 497-506 ; O’Brien, 1993 : 53-63.

2Robertson ouvre le cycle de ses publications en 1755 avec un sermon sur The Situation of the World at the Time of Christ’s Appearance, texte dans lequel il soutient que le message chrétien se manifeste précisément quand le genre humain est prêt à le recevoir et à le diffuser : ce moment est celui où l’Empire romain est parvenu à réunir les différentes rives de la Méditerranée. Comme l’a à juste titre montré Nicholas Phillipson, Robertson expose, dans cet ouvrage, une conception qui sera ensuite mise en œuvre dans son travail proprement d’historien : celle-ci se caractérise en premier lieu par une vision providentialiste de l’histoire, entendue comme un constant progrès, qui inclut aussi la religion, dont le déploiement et le perfectionnement s’opèrent avec le progrès de la société elle-même. Une telle approche a pour conséquence une vision fortement critique vis-à-vis des sources et de l’histoire produites par les missionnaires, qui décrivent les sauvages – incapables, selon Robertson, de comprendre une religion sophistiquée telle que le christianisme – comme de potentiels chrétiens, aspect de son analyse qui sera pleinement développé, vingt ans plus tard, dans l’History of America5. La deuxième publication de Robertson est, en 1759, une histoire de l’Écosse, qui se présente comme une étude documentée, écrite à partir des sources romaines, par opposition aux « légendes » qui alimentent les récits de ses prédécesseurs (Robertson 1759, 1 : 1-2). La History of Scotland, qui se termine en 1603 avec l’union – heureuse, selon Robertson – des couronnes d’Écosse et d’Angleterre, est, comme l’a montré Colin Kidd, importante en tant qu’expression d’une idéologie modérée xhig-presbytérienne, et d’un patriotisme écossais à l’intérieur, plus vaste, de l’Union (Kidd 1994 : 191-198). Robertson est aussi l’auteur, en 1769, d’une histoire de l’Europe, pensée à partir de l’histoire du règne de Charles V, et introduite par A View of the Progress of Civil Society in Europe from the Subversion of the Roman Empire to the Beginning of the Sixteenth Century, qui abandonne la narration linéaire et chronologique pour privilégier les causes et les liens de causalité entre les événements, en délaissnt rois et héros au profit de l’étude du développement des sociétés humaines. Cette introduction, que Frederick Meinecke a identifiée comme l’une des sources de l’historicisme, a été plus généralement considérée par l’historiographie comme exemplaire de la nouvelle méthode historique des Lumières, écossaises en particulier6. En 1777 Robertson publie son histoire d’Amérique, suivie, quatorze ans plus tard, par l’histoire de l’Inde ancienne.

  • 7 Bayly 1983, 1988, 1989. Voir aussi Abbattista 2000 : 9-49, 2006 : 473-498.

3En d’autres termes, l’œuvre de Robertson trace un parcours de l’Écosse à l’Europe, des Indes occidentales aux Indes orientales, esquissant ainsi un grand récit de l’évolution des États-nations de l’Europe occidentale vers leur domination globale. Il construit son œuvre à partir de l’Écosse, c’est-à-dire une frange, au double plan économique et politique, de la monarchie composite britannique, elle-même mise au défi par les questions et problèmes issus de son nouveau statut de première puissance impériale. C’est notamment, à l’issue de la guerre de Sept Ans, que la Grande-Bretagne victorieuse, et dans son sillage, l’East India Company, s’engage sur le subcontinent indien, en s’affirmant militairement sur ce qui reste de l’Empire moghol et sur les territoires du Bengale, du Bihar et d’Orissa. Avec l’occupation militaire de l’Inde, est lancé le débat sur l’empire, sur le gouvernement impérial, et son corollaire sur la manière dont l’administration pourrait s’adapter aux différents contextes7. L’activité d’historien de Robertson se déploie précisément dans ces années, et les Lumières écossaises y atteignent leur apogée.

  • 8 Parmi une historiographie croissante, voir McLaren 2001 ; Travers 2007.
  • 9 Robertson 1791 : 268. La deuxième édition “with the author’s last corrections and additions” est pu (...)

4Cet article propose de lire l’histoire de l’Inde, reconstruite par Robertson, dans ce double contexte et à partir de sa vision de l’Amérique. Il cherche à identifier les changements, tant en termes de méthode historique que de vision politique, repérables à travers la comparaison entre ces deux parties de son œuvre. Cette opération historiographique est marquée du sceau de l’expansion de la Grande-Bretagne en Inde et de l’affirmation du premier orientalisme britannique8. Mon propos est d’analyser les enjeux, du point de vue de la construction comme de la conception de l’histoire universelle, du glissement de la perspective de Robertson de l’Écosse à l’Europe, puis de l’Amérique à l’Inde. Il s’inscrit dans le cadre d’une enquête générale sur l’écriture de l’histoire dans le monde atlantique, dont cet article ne peut que poser quelques jalons, à partir de l’œuvre de Robertson : de quelle manière l’Inde entre-t-elle dans sa conception progressive de l’histoire marquée par des stades successifs ? Quel est le rapport entre la représentation des Hindous et celle des peuples américains ? Et comment l’Inde se situe-t-elle vis-à-vis des sociétés européennes ? De quelle manière, enfin, la Grande Bretagne doit-elle se rapporter à l’Inde ? Une intervention en Inde ne prend-elle pas le risque de détruire la culture de ceux qui, aux dires des Anciens, étaient la « plus heureuse des races humaines » et que les observateurs modernes célèbrent pour leur équité, humanité et douceur9 ?

L’Inde de Robertson

5Dans l’Historical Disquisition, Robertson note comme un « fait » :

Les Indiens [“natives of India”] avaient non seulement été les plus précocement civilisés mais, de tous les peuples, ce sont eux qui firent les plus grands progrès dans la civilisation (ibid. : 259).

Cette déclaration contraste profondément avec ce qu’il avait écrit à propos des Indiens d’Amérique :

Dans certaines parties de l’Amérique, l’homme se présente sous un aspect si fruste qu’on ne peut observer aucun effet de son activité, et il semble presque impossible de découvrir les principes de compréhension qui devraient la gouverner. Comme les autres animaux, il n’a pas de demeure fixe ; il n’a pas construit d’habitat […] ; il n’a pris aucune mesure pour s’assurer un certain degré de subsistance ; il ne sème pas et ne cultive pas non plus ; mais il erre… (Robertson [1777] 1788).

  • 10 Ouvert en 1787, le procès – dont Robertson ne verra pas la fin – se terminera avec l’absolution de (...)
  • 11 Dirks 2006 ; Stern 2011. Sur Hastings administrateur civil de la province, voir Raj 1997 : 1153-118 (...)

6L’œuvre historique de Robertson est ainsi, à travers le raccourci du jeu des citations, rapportée à l’opposition entre la sauvagerie américaine et le raffinement indien, une opposition qui s’élabore dans les quatorze années qui séparent l’histoire américaine de celle de l’Inde ancienne, dont la publication intervient au beau milieu du procès qui suit la procédure d’impeachment prononcée contre le gouverneur général du Bengale, Warren Hastings10. Plus globalement, l’objet de l’accusation est la subversion de l’East Indian Company comme entreprise principalement commerciale en agent du gouvernement, bénéficiant d’une autorité et de pouvoirs non conformes à ses attributions11.

  • 12 Robertson 1791 : 273. Ce code devient une source importante de son histoire indienne.
  • 13 Marshall 1970 : 1-44 ; Brockington 1989 : 91-108 ; Rocher 1993 : 215-247. Voir aussi Cohn 1986 ; Ra (...)

7Fidèle au principe d’impartialité qu’il revendique comme une ligne de conduite politique et intellectuelle (Smitten 1985 ; 1992), Robertson ne prend pas position dans cette affaire. Il se situe en marge du procès et d’Edmund Burke, pour soutenir, dans son livre, la spécificité de la culture et des traditions politiques, juridiques et religieuses indiennes, totalement étrangères à celles des Britanniques et plus généralement de l’Occident chrétien. Hastings a, selon lui, le mérite d’avoir patronné la compilation du code des lois hindou, « la plus précieuse et la plus authentique des élucidations du gouvernement et des mœurs indiennes qui ait jamais été communiqué à l’Europe12 », et contribué à faire connaître la culture indienne, notamment à travers le soutien à la fondation de l’Asiatic Society of Bengal en 1784, sous la direction de William Jones et Charles Wilkins, les deux premiers savants britanniques à maîtriser le sanskrit13.

  • 14 Parmi les exceptions, voir l’important article de Jane Rendall, qui part de l’Historical Disquisiti (...)
  • 15 L’Historical Disquisition est d’abord tirée à 3000 exemplaires, comme l’History of America, ce qui (...)
  • 16 Sur la réception et traduction allemande, qui date de la même année que l’original (une traduction (...)
  • 17 Sur les raisons de la sous-estimation de l’Historical Disquisition, voir Brown 2009 : 289- 312. Dès (...)

8Il convient de souligner que, à l’exception de quelques rares articles14, l’historiographie a presque totalement ignoré cette partie de l’œuvre de Robertson, malgré le succès des ventes, des rééditions et des traductions15 : en Allemagne par exemple, la Disquisition est traduite par Georg Forster, le fameux « philosophe-voyageur », son contemporain, qui avait accompagné Cook dans la deuxième circumnavigation du globe, et dont A Voyage Round the World apparaît à Londres en 177716. Parmi les raisons d’un tel silence, on peut mentionner, en premier lieu, le fait que Robertson est presque isolé dans sa double critique de l’interventionnisme britannique en Inde et du « réveil évangélique » qui en accompagne le lancement. En second lieu, l’Historical Disquisition voit le jour dans un contexte de concurrence éditoriale : au même moment, se multiplient les récits plus informés des premiers orientalistes des sociétés savantes asiatiques, qui vont bien au-delà de ce qui pouvait être accessible à « des philosophes de l’Europe ». Du reste, Robertson lui-même puise directement dans ces recherches érudites. Au total, ce dernier ouvrage peut être qualifié de travail inabouti, soulevant d’importantes questions sur la théorie du progrès de l’histoire universelle17.

  • 18 Briant 2005 ; voir aussi Id. 2012 : chap. 6 et 12.

9Cependant, dans le sillage des études postcoloniales, du fait de l’accent mis sur le rôle central des empires dans la construction d’une culture et d’une politique écossaises, ainsi qu’en fonction d’un intérêt nouveau porté à l’écriture de l’histoire de Robertson (moins travaillé que d’autres figures des Lumières écossaises), l’Historical Disquisition a plus récemment attiré l’attention des historiens et des littéraires. Dans le volume collectif William Robertson and the Expansion of Empire, qui a relancé les études sur l’historien écossais, Geoffrey Carnall consacre un article à l’image de l’Inde dans la Disquisition de Robertson et dans le débat contemporain (Carnall 1997). Pierre Briant s’est intéressé à cet ouvrage dans son travail sur l’image d’Alexandre le Grand au siècle des Lumières : il montre notamment que Robertson ne met plus l’accent sur les campagnes militaires et sur l’héroïsme d’Alexandre, mais sur son rôle du « découvreur », d’« ouvreur de route », du « promoteur de l’accord et de l’harmonie entre les peuples ». D’après Briant, sous la plume de Robertson, le conquérant grec devient la figure clé à partir de laquelle on peut observer l’expansion impériale européenne dans le monde, le développement du commerce et des connaissances, ce qui en fait surtout un modèle pour l’Europe de ses contemporains18. Dans le même temps, László Kontler a remis ce texte au cœur du débat allemand sur la nouvelle science de l’homme (Kontler 2012). Enfin, selon l’interprétation de Stewart J. Brown, Robertson attribue une place centrale à l’hindouisme, vu comme religion tolérante, rationnelle et modérée, ce qui lui permet de poursuivre sa critique de l’entreprise missionnaire, dans un moment particulièrement actif de prosélytisme en Inde (Brown 2009).

Inde et Amérique : une confrontation

  • 19 À partir de la seconde édition en 1794, l’ordre des parties change : les « Notes and Illustrations  (...)

10La structure de l’Historical Disquisition est celle que Robertson avait déjà expérimentée avec son histoire européenne de Charles V et puis celle de l’Amérique. Le livre est articulé en trois parties distinctes : l’une « narrative », qui suit chronologiquement les échanges entre l’Europe et l’Inde, depuis les premières traces disponibles de cette histoire jusqu’au voyage, en 1498, de Vasco de Gama par le cap de Bonne-Espérance. La seconde partie est constituée par des « Notes and Illustrations », qui présentent de façon critique – et discutent les sources disponibles –, les classiques grecs ainsi que la littérature moderne de voyage, d’Anquetil-Duperron à Volney. Enfin, l’ouvrage se clôt sur un « Appendix », qui est consacré à une réflexion générale sur la civilisation indienne, de l’Antiquité au présent, et analyse les mœurs, les structures sociales, les codes, la philosophie, l’éthique, la science, la littérature, la religion des Hindous. Dans le Charles V, c’était l’introduction, « A View of the Progress of Civil Society in Europe », qui jouait ce rôle réflexif ; dans l’History of America, c’étaient les livres IV, sur les Indiens nord-américains, et VII, sur les royaumes du Mexique et du Pérou, qui remplissaient cette fonction. C’est surtout dans cette troisième partie que sont utilisés les écrits et traductions du groupe des administrateurs-savants britanniques de l’Asiatic Society of Bengal, présentés dès la préface comme totalement fiables19.

11Les débuts de l’histoire de l’Amérique et de l’Inde sont identiques et spéculaires. Toutes les deux s’ouvrent sur la narration de la fervente activité commerciale des Égyptiens et des Phéniciens, et sur le développement de la construction maritime et de la navigation dans l’Antiquité. Dans les deux cas, les juifs apparaissent comme asociaux et substantiellement non commerciaux, et donc privés de tout rôle actif dans un tel développement (Robertson 1791). Émerge ensuite une époque plus documentée, correspondant à l’arrivée des Perses en Inde, puis à l’expédition d’Alexandre le Grand. Mais, alors que, dans l’History of America, l’auteur passait immédiatement à la fin du xve et au début du xvie siècle, marqués par les voyages des puissances ibériques et la découverte, puis la conquête, de l’Amérique, dans l’Historical Disquisition l’arc chronologique est progressivement déployé sur l’Antiquité et le Moyen Âge. L’ancrage spatial est aussi, et par voie de conséquence, déplacé vers l’Orient, de la Méditerranée orientale, l’Afrique du Nord-Est à l’Asie centrale. Ce faisant, Robertson laisse au second plan les événements politiques, il abandonne la méthode même de la narration, pour se concentrer sur les relations commerciales, les innovations technologiques, voire cartographiques.

12Les mathématiques et la géographie sont mobilisées en vue de fournir un compte rendu détaillé de « la théorie et la pratique de la navigation parmi les Anciens », d’expliquer « avec une précision scientifique » la manière dont la longitude et la latitude étaient calculées et les cartes réalisées, car ces dernières sont considérées comme cruciales pour illustrer la Disquisition. C’est dans ce contexte que Robertson s’appuie sur les compétences de son collègue William Playfair, professeur de mathématiques à l’Université d’Édimbourg. Mais il dit aussi avoir décidé de s’occuper de cette histoire, après la lecture du Memoir of a Map of Hindoostan (1783) par James Rennell. Membre de la Royal Society, Surveyor-General des dominions, au Bengale, de l’East India Company, Rennell avait réalisé la première carte détaillée de ce territoire (Raj 2008). Robertson qualifie ce travail de « l’un des meilleurs traits de géographie qui soit jamais paru dans tous les temps et dans tous les âges » (Robertson 1791 : 1), et il le cite abondamment. La proximité forte entre histoire et géographie, ainsi que leur complémentarité, dont Robertson est particulièrement soucieux, est un élément que Rennell lui-même développe dans une lettre de félicitations envoyée à l’historien écossais :

  • 20 La lettre continue : “If historians would direct a proper person, skilled in the principles of geog (...)

Vous [êtes], à votre place, sur la grand-route de l’Histoire, alors que je reste sur la contre-allée de la Géographie… Le meilleur des historiens est le meilleur des géographes…20

  • 21 It is a cruel mortification, in searching for what is instructive in the history of past times, to (...)
  • 22 Robertson, Historical Disquisition, p. 173, où il se réfère explicitement à l’Abbé Raynal, comme “a (...)

13L’objectif de Robertson, tout au long de cette étude, est d’identifier ce qui peut être instructif pour le genre humain, à savoir la découverte des arts utiles, et surtout « les branches les plus profitables du commerce », et non pas les conquêtes qui ont désolé la terre21. L’histoire indienne s’arrête, comme le suggère le sous-titre du livre, aux Progress of Trade with the Country Prior to the Discovery of the Passage by the Cape of Good Hope. Le voyage de Vasco da Gama vers l’Inde en 1498 signe, dans la vision de Robertson, les débuts du monde moderne et marque un changement sans retour. Robertson, dans le sillage de Raynal, suggère que c’est précisément cette découverte qui a empêché l’assujettissement de l’Europe aux musulmans22.

14C’est sur ce point précis que les deux histoires de Robertson se séparent. L’histoire de l’Amérique est une histoire moderne, d’abord liée à l’histoire de l’expansion européenne. Celle de l’Inde est l’histoire de la plus ancienne civilisation existante, de laquelle les Grecs eux-mêmes ont dû apprendre. Ainsi, la mise en parallèle de ces deux débuts indique la distance qui se creuse entre Inde et Amérique, une distance qui devient abyssale dès lors que Robertson identifie en Orient le lieu où « la race humaine a commencé sa marche vers le perfectionnement », et, à partir de là, a conquis l’Ouest, selon une logique diffusionniste et héliodromique. En Asie, depuis l’Antiquité, les arts et les sciences se sont développés en même temps que l’élevage, l’agriculture, et le commerce. Ainsi, alors que l’Amérique est représentée comme une terre sauvage, vierge et sans histoire, simple réserve de métaux précieux et de produits naturels, sans pâturages, sans agriculture propre, sans industrie, sans activité commerciale, ni division du travail, l’Inde offre une image inversée.

  • 23 Parmi une ample bibliographie, je me limite à signaler l’étude pionnière de Gerbi ([1955] 1983).
  • 24 Robertson 1788, Book IV, 2 : 50ss. Voir, parmi d’autres : Meek 1976 ; Brown 1996 : 204- 222 ; Pococ (...)

15Fortement marquée par le débat européen des années 1770 sur le Nouveau Monde – de l’Histoire naturelle de Buffon aux Recherches philosophiques sur les Américains de Cornelius de Pauw puis à l’Histoire des Deux Indes de Raynal23 –, l’History of America décrit les Amérindiens comme une humanité par défaut, virtuellement incapable de dominer la nature, un monde immobile, que seule la conquête (providentielle) espagnole fait entrer dans l’histoire. Du Canada au cap Horn, Robertson réduit tous les peuples américains à une même condition, les peint avec les mêmes caractéristiques uniformes, au point d’inscrire leur immobilité culturelle et sociale dans leur « nature » de sauvages24. C’est pourquoi Dugald Stewart, après avoir loué l’éloquence de Robertson et son ambition à devenir un « historien de la nature », capable de tenir tête à Buffon lui-même, critique sa « partialité » vis-à-vis des systèmes de Buffon et de Pauw, qui sont désormais classés comme « préjugés des temps anciens ». Si – continue Stewart en 1796 – « notre connaissance de l’Amérique et de ses habitants originels » s’est considérablement accrue durant les vingt dernières années, ce qui peut justifier l’ignorance de Robertson en la matière, « la disposition qu’il a montrée à atténuer ou à cacher les énormités des Espagnols dans leur conquête de l’Amérique, est une faute plus profonde et plus grave » (Stewart 1802).

16Quand Robertson passe à l’Inde, il change de registre. Dans la description qu’il en propose dans la Disquisition, elle se présente comme un gouvernement complexe, régulier et stable, fondé sur sa capacité à se procurer les moyens de sa subsistance selon les modalités les plus avancées : une agriculture intensive, l’idéal de la pensée physiocratique, adossée à un travail artisanal très sophistiqué. C’est pour le raffinement de ses produits manufacturés, et non pour la recherche de métaux précieux, que les Européens ont pris la route de l’Orient. Selon Robertson, les Indiens avaient fait des « progrès considérables dans les arts tant utiles que raffinés », et ils étaient « habitués à avoir des échanges avec les étrangers, et bien au fait des avantages du commerce », un facteur fondamental de civilisation, de politesse et d’humanité (Robertson 1791 : 167). C’est pourquoi les Européens pouvaient maintenir des relations réciproquement profitables et de sympathie avec eux, et partager des intérêts communs. Dans le même temps, le fait que la distinction des rangs et la séparation des professions y fussent totalement établies était, selon Robertson, « l’une des preuves les plus certaines d’une société considérablement avancée dans son progrès » (ibid. : 258), par opposition radicale avec l’indépendance des sauvages.

17Robertson construit donc tout son argumentaire sur le contraste avec le Nouveau Monde : là où les Portugais, qui en premier visitèrent l’Asie, de Malabar à la Chine, n’avaient rencontré que des « nations hautement civilisées » avec lesquelles ils avaient immédiatement développé de fructueux rapports commerciaux, l’image qui s’était offerte aux Espagnols n’était que désolante, et il avait fallu au moins un demi-siècle pour qu’ils puissent bénéficier de la conquête (ibid. : 168).

La question des sources : documents écrits et informateurs

  • 25 De Certeau 1980, « Préface ». Mckenzie 1985 et 1986.

18L’historien Arnaldo Momigliano, comme on le sait, a lu la méthode historique de Robertson, mais aussi de David Hume et en particulier d’Edward Gibbon, comme la confluence de l’histoire « antiquaire » et de l’histoire philosophique, d’où est née l’historiographie moderne (Momigliano 1984). Le fait est que la fiabilité des sources constitue l’une des principales questions de Robertson, question sur laquelle il revient sans cesse. L’historien écossais lie étroitement la possibilité d’écrire l’histoire à la présence de documents écrits, jugés à partir de leur cohérence interne et par comparaison avec d’autres sources littéraires. En conséquence, il n’y a, selon lui, aucune histoire possible avant les documents écrits (Cañizares-Esguerra 2001, chap. 2). C’est l’arrivée des Européens qui introduit l’écriture dans le Nouveau Monde, et qui ouvre, donc, la possibilité, pour le continent américain, d’avoir une histoire. Dans le cadre du rapport de force impérial, une telle conception devient ainsi l’expression culturelle de l’expansion européenne vers des espaces et des peuples « sans histoire ». Parce que les Américains n’avaient pas connu une « véritable » forme d’écriture, l’histoire de l’Amérique pouvait alors être écrite par les Européens sur un tableau vierge25.

19Dans son histoire de l’Écosse et puis de l’Europe – comme Hume dans son histoire de l’Angleterre et Gibbon dans son histoire de la Rome ancienne –, Robertson avait précisément distingué l’histoire documentée d’une histoire « avant l’écriture », qui appartenait au domaine de la fable. C’est précisément ce point de vue qui est réaffirmé dans sa Disquisition indienne :

La période de l’histoire authentique est extrêmement limitée. […] Si nous poussons nos enquêtes sur un quelconque point en deçà du moment où commence l’histoire écrite, nous entrons alors dans la région de la conjecture, de la fable et de l’incertain (Robertson 1791 : 1-2).

20Une telle conception produit donc un nouveau type d’opposition entre Amérique et Inde : à l’inverse de l’Amérique, l’Inde devient un laboratoire d’historicité, comme en atteste l’essor d’un nouvel âge de l’orientalisme, de type professionnel et institutionnel. L’étude du sanscrit et la maîtrise des documents et sources les plus anciens – rendues possibles par le patronage de Hastings et développées à travers une méthode scientifique par des orientalistes savants – placee l’Inde à un niveau très différent de l’Amérique. Cependant, Robertson reste sceptique quant à la fiabilité des sources hindoues, notamment à propos de leur prétention, ridicule selon lui, à faire remonter l’antiquité indienne à plusieurs millions d’années :

Leur chronologie […] est si largement extravagante, qu’elle ne mérite aucune discussion sérieuse. Nous devons donc attendre qu’une information plus certaine soit accessible sur l’histoire ancienne de l’Inde : celle qui est fournie par les premiers récits de ce pays, qui peuvent être considérés comme authentiques, récits écrits par les Grecs qui ont servi sous Alexandre le Grand (ibid. : 263).

21Ce que cette dernière citation assume est le fait que l’Inde et l’Europe partagent les mêmes sources, directement issues de l’Antiquité classique, et donc, le même degré de certitude historique. En ce sens, l’historien de l’Europe et celui de l’Inde partagent la même méthode historique.

  • 26 La publication de la traduction en anglais de la Storia Antica del Messico (1780-1781), par l’Écoss (...)

22Mais, ceci posé, je voudrais suggérer, en forçant quelque peu la lecture, que ce qui permet à Robertson de prendre au sérieux les sources hindoues, malgré sa méfiance à leur égard, n’est autre que la légitimation et le crédit que leur confère l’approche scientifique par l’Asiatic Society. La question de la fiabilité des sources se déplace donc de manière subreptice, de la nature de la source elle-même au statut de son analyse, et sa validité ne tient pas tant à ce qu’elle est qu’à ce que son historien décide qu’elle peut être. Dans cette posture se joue aussi l’opposition, toujours plus radicale, avec l’histoire américaine, en particulier parce que celle-ci est écrite par les missionnaires : c’est le cas de la Storia antica del Messico du jésuite créole Francisco Xavier Clavijero, objet des attaques de Robertson, à l’occasion de la parution de la cinquième et dernière édition de l’History of America, en 178826. Ce qui est rejeté dans ce cas est précisément la validité d’une analyse historique qui ne repose pas sur une méthode scientifique, selon Robertson, et qui est liée au statut de missionnaire de Clavijero. C’est sur ce point que l’attitude profondément anti-missionnaire de l’historien écossais, hostilité qui est présente dès son sermon de 1755, trouve sa justification épistémologique.

  • 27 Bayly 1997. Bayly enracine les savoirs orientalistes au sein d’un ensemble de procédés et de moyens (...)
  • 28 Robertson, Historical Disquisition, 1791, p. vii : “I am fully aware of the disadvantage under whic (...)
  • 29 C’est grâce à eux que “the present age is the first furnished with sufficient evidence upon which t (...)
  • 30 Voir en particulier Smitten 1997 : 50-53.

23Un autre aspect du débat sur la question des sources, et ce n’est que l’autre face du point développé ci-dessus, est celui des informateurs et des réseaux d’information mobilisés par Robertson : les principaux instruments de production des informations nécessaires à l’écriture de l’histoire de l’Inde sont fournis par les sociétés savantes27. Robertson se présente lui-même comme étant « parfaitement conscient des contraintes sous lesquelles [il] a travaillé en s’engageant à décrire des contrées desquelles [il] n’avait aucune connaissance locale28 ». C’est pourquoi il adresse des questionnaires à ses correspondants informateurs, des « gentlemen qui ont occupé d’importantes positions, civiles et militaires, en Inde », comme il les définit lui-même, et qui « sont à présent en train de développer des recherches scientifiques et littéraires avec passion et succès » (ibid. : 310). Les correspondants sont les administrateurs militaires de l’East India Company ; mais ce sont d’abord et avant tout les premiers orientalistes29. La famille même de Robertson est partie prenante de la « Scottish Connection » avec l’Inde, puisque deux de ses fils, James and David, servaient comme officiers de l’armée en Inde30.

  • 31 Duckworth 1987. Voir aussi Pugliese 2010.

24Robertson avait déjà inauguré, dans l’History of America, cette forme de travail collectif pour la collecte des sources : un réseau de correspondants/ informateurs qui avaient vécu en Amérique, composé de membres de l’Ohio Company de la Virginie, de diplomates comme Lord Grantham, le duc d’Almodovar, ou le marquis de Pombal, jusqu’à Campomanes lui-même, ou au cosmographe Cosme Bueno, auxquels il adresse une série de questionnaires, portant sur la nature et la société des Indiens d’Amérique, leur aspect physique, leurs mœurs, leurs traditions. Il y ajoute aussi des questions sur la situation politique et administrative des colonies, les impôts que les Indiens doivent payer, la situation du clergé. On a cependant noté, et en premier lieu Mark Duckworth, que ces matériaux ont peu fait autorité dans le travail de Robertson, qui les ignore dès lors qu’ils entrent en contradiction avec d’autres sources écrites, qu’il considère comme plus fiables31. Ces sources ont donc un rôle marginal de confirmation dans l’History of America.

25Dans l’Historical Disquisition, au contraire, les références aux témoins/informateurs sont plus systématiques et récurrentes. Le système de la preuve, dans cette dernière œuvre de Robertson, est donc profondément renouvelé : il combine une philosophie de l’histoire fondée sur la supériorité des sociétés dotées d’écriture, avec une méthode historique inventée et mise en œuvre par des sociétés savantes, c’est-à-dire des sociétés qui ont assigné à certains des leurs, sur la double base de leurs compétences et de leur statut social, la tâche de produire des informations et de les organiser dans un système écrit des connaissances, pour le plus grand bénéfice de ces sociétés.

Immobilisme asiatique : despotisme ou féodalisme ?

  • 32 Selon la définition d’Adam Smith dans ses Lectures on Jurisprudence (Smith 1978 : 14- 16). Parmi la (...)

26Saisies dans un même regard, les histoires de l’Amérique et de l’Inde présentent une anomalie par rapport au schéma de l’histoire progressive écossaise et de la théorie des quatre stades caractérisée par les étapes successives de la chasse, du pâturage, de l’agriculture et du commerce32. Asie et Amérique défient cette théorie, car elles incarnent deux types différents d’immobilisme : les Amérindiens sont rivés à un état sauvage et incapables de progresser ; l’Inde est très avancée en termes de civilisation mais totalement figée. Là où le commerce a constitué, pour l’Europe, un facteur de dynamisme, lui ouvrant la voie de la modernité, le paradoxe indien peut se résumer en ces termes : il s’agit d’une société commerciale mais statique.

Les mœurs, les costumes et même les vêtements du peuple sont presque aussi constants et immuables que l’aspect de la nature elle-même (Robertson 1791 : 20).

27Ancienneté, stabilité, permanence sont les mots clés de la description de l’Inde. C’est de cette lecture que naît la possibilité d’identifier l’Inde moderne à l’Inde ancienne, et d’utiliser les sources grecques pour rendre compte des phénomènes du xviiie siècle. Robertson trouve, pour étayer son raisonnement, une référence utile dans l’Esprit de Lois de Montesquieu, et notamment dans le chapitre premier du livre XXI, consacré aux relations entre « lois et commerce », qui s’achève sur les remarques suivantes :

  • 33 Montesquieu, De l’Esprit des lois (1748), livre XXI, chap. 1, in Œuvres complètes de Montesquieu 19 (...)

Les auteurs anciens qui nous ont parlé des Indes, nous les dépeignent telles que nous les voyons aujourd’hui, quant à la police, aux manières & aux mœurs. Les Indes ont été, les Indes seront ce qu’elles sont à présent ; & dans tous les temps, ceux qui négocieront aux Indes, y porteront de l’argent, & n’en rapporteront pas33.

  • 34 Ibid., Livre XVI, chap. 10. Voir l’article de Minuti, ce volume, ainsi que celui de Rubiés sur Fran (...)

28Depuis l’Europe, antique comme moderne, or et argent coulent vers l’Inde en échange de marchandises. C’est précisément le caractère récurrent de l’inégalité de l’échange avec l’Occident qui démontre l’immobilité du monde indien. Ces remarques constituent la conclusion d’un chapitre dans lequel Montesquieu observe que le commerce est généralement source de dynamisme et conduit à de grandes révolutions : l’Inde faisait exception, en restant statique à cause de son climat torride, qui avait fixé « pour jamais sa nature » (ibid. : 467). Plus généralement, les causes physiques deviennent, dans la réflexion de Montesquieu, la principale explication du despotisme oriental caractérisant l’Asie. Bien que l’Inde soit géographiquement divisée en un « nombre infini d’îles », qui ont constitué une « infinité de petits États », elle n’échappe pas non plus à cette catégorie. Au contraire, elle est même prise comme exemple du plus violent des despotismes, celui dans lequel toute la terre n’est entre les mains que d’un seul propriétaire : le souverain34.

  • 35 Robertson affirme que “the spirit and principles seem to have operated in the New World in the same (...)
  • 36 Smith 1976, Book III, chap. 4 : 284-285. Sur ce passage crucial, voir la fine lecture de Hont : 200 (...)

29Si Montesquieu avait fourni à Robertson les principaux concepts et termes à partir desquels penser l’histoire américaine, aussi bien celle des peuples de l’Amérique du Nord, chasseurs et donc « sauvages », que celle des deux grands empires du Mexique et du Pérou, situés dans la zone torride, et donc despotiques35, dans son histoire de l’Inde, en revanche, l’historien écossais prend ses distances vis-à-vis du philosophe français. Dans la lignée des Lumières écossaises, Robertson s’écarte de Montesquieu sur la base d’un rejet des causes climatiques comme facteur premier de l’explication historique. Il reprend certes l’argument de l’immobilité indienne, mais elle perd, sous sa plume, sa connotation négative. Le commerce, en Inde, est un facteur de stabilité, de continuité, de sécurité. Il y joue un rôle opposé à celui qui a été le sien en Europe où il a conduit à la dissolution du système féodal : « une révolution de la plus haute importance pour le bonheur public », qu’Adam Smith avait décrite avec précision dans le troisième livre de la Wealth of Nations36.

  • 37 Sur la catégorie de despotisme oriental, voir Venturi 1963 : 133-142 ; Krause 2001 : 231-271 ; Rubi (...)
  • 38 Montesquieu, l’Esprit des Lois, Livre XXX, chap. 1. Voir Minuti 1994 : 82.

30Une telle divergence d’approche avec Montesquieu conduit Robertson à détacher radicalement l’immobilisme indien de la définition du despotisme oriental auquel il est associé dans l’Esprit des lois37. Dans son analyse, l’Inde n’est pas despotique du tout, et la caste supérieure des brahmanes constitue un puissant élément de contrôle du pouvoir du souverain. Le fait que le souverain soit le seul propriétaire des terres du royaume repose sur la comparaison entre le système politique indien et ce qu’était le système européen au temps du féodalisme. Ici encore, l’argument est à lire comme une critique de l’Esprit des lois : Montesquieu avait fait du système féodal un des fondements de l’exceptionnalisme européen, nourri par l’esprit de liberté qui animait les peuples barbares qui avaient envahi l’Empire romain. Dans cette lignée, il avait construit l’épisode féodal comme un « événement arrivé une fois dans le monde, et qui n’arrivera peut-être jamais plus38 ».

  • 39 Millar 2006 : 224-228. Il s’agit du texte de la IVe édition de l’ouvrage, publié en 1806, mai qui s (...)

31Robertson, au contraire, identifie l’ordre féodal à une condition universelle du développement historique des sociétés humaines, tout comme l’avait fait John Millar, ancien élève de Smith et professeur de droit à l’Université de Glasgow, dans son Origins of the Distinctions of Ranks, paru en 1771. Dans le cadre d’un « progrès naturel des gouvernements », le féodalisme est décrit comme caractéristique de toutes sociétés rudimentaires, dont la typologie est repérable en différents temps et lieux. Millar le reconnaît dans les relations entre les Moghols et leurs vassaux locaux, les rajahs ; dans le système de la milice caractéristique de l’Hindoustan ; dans la politique des royaumes du Pegu et du Malay, qui présentent les mêmes « mœurs, coutumes, et préjugés des anciens habitants du nord de l’Europe ». Il étend cette catégorie à l’Empire ottoman, à l’ancienne Perse, et même à l’Afrique, dans les royaumes du Congo, de l’Angola et du Bénin. Sans s’imiter les unes les autres, les sociétés suivent un même chemin de la sauvagerie à la civilisation, qui produit « naturellement » mœurs et costumes similaires, selon une conception partagée avec Robertson39.

32La question du féodalisme n’est pas nouvelle chez Robertson. Il l’avait soulevée dans l’introduction de son Charles V, où il la considère comme une étape décisive de la construction de l’Europe moderne. Il la définit comme une institution « singulière », fondée sur une nouvelle division de la propriété, qui donne lieu à de nouveaux principes et à de nouvelles mœurs. Malgré le fait que « les nations barbares qui l’ont créé, se sont installées sur des nouveaux territoires, en des moments différents, venant de différentes contrées, parlant des langues différentes et obéissant à chefs différents », le système féodal et les lois avaient été établis de la même manière, avec peu de variations dans toute l’Europe. Cette « uniformité frappante », qui avait conduit certains auteurs à penser que toutes ces nations formaient, à l’origine, un même peuple, devait au contraire être entendue comme relevant d’un « même état de société et mœurs » des peuples qui avaient envahi l’Empire romain. En élargissant le regard de l’Europe au monde, Robertson démontre que le féodalisme n’est pas une spécificité européenne, mais peut réapparaître dans des situations similaires : le système féodal devient alors une étape dans le processus de développement universel de l’humanité (Robertson 1782 : 15).

  • 40 Voltaire, Fragments historiques sur l’Inde et sur le général Lally (1773)… : 1877-1885 (Reprint Nen (...)

33Sur ce point, Robertson rejoint Voltaire, qui avait affirmé l’universalité du système féodal comme forme caractéristique des gouvernements barbares, en plusieurs endroits de son œuvre : dans son Commentaires sur l’Esprit des Lois, dans l’introduction à l’Histoire de l’Empire de Russie sous Pierre le Grand, ainsi que dans l’Essai sur les mœurs. Dans ses Fragments historiques sur l’Inde, qui, comme pour Robertson, constitue la dernière des œuvres historiques de Voltaire, datée de 1773, il soutient que, depuis l’époque de Gengis Khan, le gouvernement moghol était féodal, et similaire, en tous points, avec celui des anciens Germains et des autres peuples de l’Europe40. Voltaire, qui avait précédé Robertson dans son cheminement d’historien de l’échelle nationale, à celle de l’Europe, et enfin à celle du globe, constitue la référence majeure à propos du Moyen-Âge, dans l’introduction à Charles V. Robertson y suit à la lettre de nombreux passages de l’Essai sur les mœurs, dont il reconnaît le génie et l’utilité. Mais, il reproche à Voltaire son manque de rigueur philologique, lacune fondamentale aux yeux d’un historien moderne :

  • 41 Robertson continue : “If he had, at the same time, mentioned the books which relate these particula (...)

Puisqu’il suit rarement l’exemple des historiens modernes qui citent les auteurs dont ils tirent leurs informations, je ne pouvais pas proprement me référer à son autorité pour confirmer des faits douteux ou inconnus. Cependant, dans ces recherches, je l’ai souvent suivi comme un guide éclairant41.

34Robertson se sépare cependant du philosophe français de manière bien plus radicale en réduisant tous les peuples barbares au même type de rapports féodaux, Voltaire, quant à lui, les condamnait et les rejetait tous ensemble parmi les barbares. Robertson, au contraire, n’attribue aucune connotation négative au féodalisme : c’était, pour l’Europe, une étape décisive du développement des États-nations ; en Inde, il garantit la stabilité et une forme assez unique d’équilibre du pouvoir.

Système des castes et modernité

35L’institution qui a assuré à l’Inde sa stabilité, depuis les temps les plus anciens, est le système des castes, considéré, dans l’Historical Disquisition, comme l’« article fondamental » du système politique indien. C’est lui qui a fait de l’Inde une société moderne à part entière, et c’est la raison pour laquelle Robertson l’évalue positivement. À travers une division nette du travail, qui a créé une forte distinction des rangs et la subordination des groupes sociaux, il a garanti une stabilité et une harmonie essentielles dans les sociétés avancées, ainsi qu’une productivité impressionnante.

  • 42 Montesquieu, De l’Esprit des lois, livre XXIV, chap. 22 ; voir aussi livre XIX, chap. 9.

36De nouveau, la distance avec l’Esprit des Lois est importante, puisque Montesquieu avait porté un jugement négatif sur ce système, le considérant comme asocial et terrible pour les femmes. Non seulement il établissait une opposition radicale avec les notions européennes d’honneur et de rang, mais la question des castes l’engageait dans une réflexion générale sur les buts politiques et sociaux des religions, qui devraient encourager la sympathie et la compassion parmi les êtres humains et non pas générer l’aversion pour les autres hommes42.

  • 43 Dow 1768-1772. Voir Marshall 1970 : 27, 39 ; King 1999.

37Robertson, quant à lui, tend à souligner la rationalité de l’hindouisme, sur la base de l’autorité des orientalistes comme Alexander Dow43. Selon l’interprétation qu’en a proposée Stuart Brown, sa conception de l’hindouisme comme religion monothéiste et tolérante doit être lue dans la lignée de sa position plus générale de tête de file du parti des modérés au sein de l’Église écossaise (Brown 2009). En conséquence, la stabilité sociale et les distinctions de rang – résultats, en Europe, d’un cheminement long et progressif vers la centralisation du pouvoir –, avaient été acquises en Inde, depuis l’antiquité la plus reculée, précisément grâce à ce système. Par les castes, le meilleur ordre social est préservé :

La situation de chaque individu est fixée de manière inaltérable ; sa destinée est irrévocable ; et son chemin de vie est tracé, un chemin dont il ne doit jamais s’écarter (Robertson 1791 : 259).

38La conséquence économique est immédiate : la stabilité des rangs et des fonctions assure la très haute qualité des manufactures. Robertson considère que l’Indien consacre sa vie à une opération spécifique, ce qui lui permet d’atteindre une « réalisation exquise de son travail », que les machines européennes les plus sophistiquées ne peuvent pas égaler. Robertson admet que le système des castes limite l’émergence de talents exceptionnels parmi les classes sociales et confine « aux fonctions d’une caste inférieure, des talents faits pour briller dans une plus haute sphère ». L’argument peut choquer un lecteur britannique, car il prend le risque d’enchaîner les classes sociales les plus basses à leur état misérable. Cependant, « les règles du gouvernement civil sont faites pour le commun et non pour l’extraordinaire, pour le plus grand nombre et non pour quelques-uns ». L’idée de répondre à l’ordinaire plutôt qu’à l’extraordinaire, à la majorité plutôt qu’à l’exception, est un point fort du raisonnement : l’exception ne peut pas être la matière du législateur ; et pour la majorité, l’ordre et la stabilité sont essentiels. Le système des castes est donc parfaitement adapté aux besoins d’une société commerciale (ibid.). On rejoint ici l’analyse de Nicholas Phillipson, qui a souligné l’importance de la subordination des groupes sociaux dans l’analyse sociale et historique de Robertson (Phillipson 1997 : 72).

39Si le système de castes a assuré à l’Inde sa stabilité immémoriale, la subordination des groupes sociaux est nécessaire à l’ordre et à l’harmonie de toutes nations avancées. Le lien avec les nouvelles problématiques sociales imposées par la Révolution industrielle en Grande-Bretagne ne peut échapper. On est donc invité à regarder sous un jour nouveau la lecture de Robertson sur le système des castes, alors qu’il observe l’émergence de la nouvelle classe ouvrière à Édimbourg et Glasgow. Le développement d’un système de subordination sociale devient, pour lui, un élément essentiel de modernité.

  • 44 “The History of Subordination” est le titre employé dans l’édition de 1767 de l’Essay on the Histor (...)

40Il n’est pas le seul à y réfléchir. L’ouvrage de Millar, comme on l’a vu, avait pour titre l’Origin of the Distinction of Ranks, soulignant ainsi que le progrès humain est un cheminement de l’uniformité et de l’égalité des sauvages à la différence des rangs dans les sociétés civiles : en d’autres termes, la diversité humaine devenait un résultat de l’histoire (Berry 1997 ; Carey 2006). Adam Ferguson, professeur de philosophie morale à Édimbourg, consacrait, quant à lui, une section entière de son Essay on the History of Civil Society (1767) à l’« History of Subordination », où il soulignait le développement de l’autorité politique en parallèle avec la distinction des rangs44. Pour lui, la subordination est le résultat positif des processus historiques et la meilleure garantie de l’ordre politique. Pour reprendre ses mots, « une forme de subordination est nécessaire aux hommes autant qu’à la société elle-même ; et cela, non seulement pour atteindre les objectifs du gouvernement, mais aussi pour respecter un ordre établi par nature » (Fergusson 1966 : 64). La subordination est donc nécessaire à l’avancement des sociétés, parce qu’elle est inscrite, pour Ferguson comme pour Robertson, dans la nature humaine.

41C’est ici qu’apparaît un dernier élément de l’analyse que je ne ferai qu’esquisser dans le cadre de cet article : la question de la subordination porte en elle la question de l’empire, dès lors que l’on passe de la subordination d’un groupe social à un autre au sein d’une même nation ou d’un même peuple, à celle d’un peuple à un autre. Cette problématique est d’autant moins indifférente qu’elle a pour contexte, comme on l’a vu à plusieurs reprises, l’extension de l’impérialisme britannique sur l’Inde.

42La tutelle européenne est justifiée dans le cas de l’Amérique sauvage, et c’est la raison pour laquelle Robertson fait l’éloge de la conquête espagnole, par opposition aux philosophes français, fervents diffuseurs de la leyenda negra. Mais, dans le cas de l’Inde civilisée, cette tutelle n’a pas lieu d’être. C’est la logique même de la théorie des stades qui l’invite à considérer et à soutenir deux types distincts de politiques impériales. Alors que l’Amérique immobile n’a commencé à progresser qu’après l’arrivée des Européens, l’intervention européenne en Inde risque de produire l’écroulement de la plus ancienne des cultures du monde. C’est pourquoi, dans la dernière partie de son « Appendice », Robertson dénonce l’arrogance européenne vis-à-vis des autres peuples, et lance une condamnation définitive de l’intervention britannique en Inde, sans renoncer à son espoir d’influencer la politique impériale :

  • 45 Robertson 1791 : 335-356. On reproduit la dernière phrase de la version originale pour laisser aux (...)

Malheureusement pour l’espèce humaine, dans toutes les parties du globe où le peuple de l’Europe a imposé sa domination, il a trouvé des habitants non seulement à un stade de société et de perfectionnement très inférieur au sien, mais aussi avec des complexions et des modes de vie différents. […] En Afrique et en Amérique, la différence est si frappante que, dans la fierté de leur supériorité, les Européens se sont crus autorisés à réduire les indigènes de ce premier continent à l’esclavage, et ceux de l’autre à l’extermination. Même en Inde, bien qu’elle fût très en avance par rapport aux deux autres parties du globe en termes de perfectionnement, la couleur de ses habitants, leur apparence efféminée, leur esprit non guerrier, la sauvage extravagance de leur religion et de leurs cérémonies, ainsi que beaucoup d’autres circonstances, ont confirmé les Européens dans l’opinion de leur propre prééminence au point qu’ils les ont toujours regardés et traités comme une race inférieure d’hommes. Combien il serait heureux que quelqu’une des quatre nations européennes, qui ont successivement acquis de vastes territoires et un grand pouvoir en Inde, puisse s’excuser d’avoir agi de cette manière45.

43En dernier ressort, la question impériale va s’agréger à la question raciale dans l’analyse de Robertson. Le fait que les différences physiques entre Européens, Américains, Africains et Indiens apparaissent à la fin du livre ne me semble pas signe de leur marginalité ou de leur caractère secondaire. Il explicite, plutôt, le double registre sur lequel se déploie le discours de Robertson : celui de la hiérarchisation des sociétés, fondée à la fois sur des différences de civilisation et de physique ; celui de la condamnation d’une intervention impérialiste dans une société avancée comme l’Inde.

Bibliographie

Bibliographie

Sources

Burke, E. (1991), Writings and Speeches, Vol. VI : India : The Launching of the Hastings Impeachment 1786-1788, ed. P.J. Marshall, Oxford, Clarendon Press.

Clavijero, F. X. (1787), History of Mexico (1780-1781), tr. Ch. Cullen, Londres, G.G. J. & J. Robinson.

Dow, A. (1768-1772), The History of Hindostan from the Earliest Account of Time to the Death of Akbar, translated from the Persian of Muhummud Casim Ferishta of Delhi ; together with a Dissertation concerning the Religion and Philosophy of the Brahmins, with an Appendix, Containing the History of the Mogul Empire from its Decline in the Reign of Muhummud Shaw, to the Present Times, 3 vols., Londres, T. Becket & P.A. De Hondt.

Ferguson, A. (1966), An Essay on the History of Civil Society, ed. D. Forbes, Édimbourgh UP.

Logan, J. A (1787), Dissertation on the Governments, Manners, and Spirit, of Asia, Londres, J. Murray/Édimbourg, W. Creek (reprint Bristol, Thoemmes Press, 1995, avec une introduction de R.B. Sher).

Millar, J. (2006), The Origin of the Distinction of Ranks : Or, An Enquiry into the Circumstances Which Give Rise to Influence and Authority, in the Different Members of Society, ed. A. Garrett, Indianapolis, Liberty Fund.

Montesquieu (1748), De l’Esprit des lois, in Œuvres complètes de Montesquieu, éd. A. Masson, Paris, Nagel, 1950.

Robertson, W. (1755), The Situation of the World at the Time of Christ’s Appearance, and its Connexion with the Success of his Religion, considered, Édimbourg, Hamilton & Balfour.

Robertson, W. (1759), The History of Scotland, Londres, A. Millar, 2 vol.

Robertson, W. ([1769] 1782), The History of the Reign of the Emperor Charles V. With a View of the Progress of Civil Society in Europe from the Subversion of the Roman Empire to the Beginning of the Sixteenth Century, Londres, W. Strahan.

Robertson, W. ([1777] 1788), The History of America, ed., Londres, W. Strahan, 3 vol.

Robertson, W. (1791), An Historical Disquisition concerning the knowledge which the Ancients had of India, Londres, A. Strahan & T. Cadell, Édimbourg, E. Balfour.

Smith, A. (1976), An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, eds. R.H. Campbell & A.S. Skinner, Oxford, Clarendon Press.

Smith, A. (1978), Lectures on Jurisprudence, eds. R. L. Meek, D. D. Raphael & P.G. Stein, Oxford, Oxford University Press.

Stewart, D. (1802), Account of the Life and Writings of William Robertson… Read before the Royal Society of Edinburgh (1796), Londres, A. Strahan.

The Trial of Warren Hastings, Esq. Late Governor-General of Bengal, Before the High Court of Parliament in Westminster-Hall, on an Impeachment by the Commons of Great-Britain, for High Crimes and Misdemeanours… including… the speeches at length of Messrs. Burke, Fox, Grey, Anstruther, Adam, Pelham, and of R.B. Sheridan on summing up the evidence on the above charges, Londres, S. Bladon, 1788.

Voltaire (1963), Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756), ed. R. Pomeau, Paris, Garnier frères, 2 vol.

Voltaire, Fragments historiques sur l’Inde et sur le général Lally (1773), in Œuvres complètes, ed. L. Moland, 52 vol., Paris, Garnier frères, 1877-1885 (reprint Nendeln, Liechtenstein, Kraus Reprint, 1967), vol. XXIX.

Études

Abbattista, G. (2000), « Imperium e libertas : repubblicanesimo e ideologia imperiale all’alba dell’espansione europea in Asia, 1650-1780 », Studi settecenteschi, 20, pp. 9-49.

Abbattista, G. (2006), « Empire, Liberty and the Rule of Difference : Anglo-French Debates on British Colonialism in Asia at the End of the 18th Century », European Review of History, 13 (3), pp. 473-498.

Bayly, Ch. (1983), Rulers, Townsmen and Bazaars : North Indian Society in the Age of British Expansion, 1780-1870, Cambridge, Cambridge University Press.

Bayly, Ch. (1988), Indian Society and the Making of the British Empire, Cambridge, CUP.

Bayly, Ch (1989), Imperial Meridian : The British Empire and the World, 1780-1830, Londres-New York, Longman.

Bayly, Ch. (1997), Empire and Information : Intelligence Gathering and Social Communication in India, 1780 1870, Cambridge, CUP.

Berry, Ch. (1997), The Social Theory of the Scottish Enlightenment, Édimbourg, Edinburgh UP.

Brading, D. A. (1991), The First America : The Spanish Monarchy, Creole Patriots and the Liberal State, 1492-1867, Cambridge, CUP.

Briant, P. (2005), « Alexander the Great and the Enlightenment : William Robertson (1721-1793), the Empire and the Road to India », Cromohs, 10, pp. 1-9.

Briant, P. (2012), Alexandre des Lumières. Fragments d’histoire européenne, Paris, Gallimard.

Brockington, J. L. (1989), « Warren Hastings and Orientalism », in G. Carnall & C. Nicholson, eds., The Impeachment of Warren Hastings : Papers from a Bicentenary Commemoration, Édimbourg, Edinburgh UP, pp. 91-108.

Brown, S. J. (1996), « An Eighteenth-Century Historian on the Amerindians : Culture, Colonialism and Christianity in William Robertson’s History of America », Studies in World Christianity, 2, pp. 204-222.

Brown, S. J. (1997), « William Robertson (1721-1793) and the Scottish Enlightenment », in S. J. Brown, ed., William Robertson and the Expansion of Empire, Cambridge, CUP, pp. 7-35.

Brown, S., ed. (1997), William Robertson and the Expansion of Empire, Cambridge, CUP.

Brown, S. (2009), « William Robertson, Early Orientalism and the Historical Disquisition on India of 1791 », The Scottish Historical Review, LXXXVIII, 2 (226), pp. 289-312.

Cañizares-Esguerra, J. (2001), How to Write the History of the New World. Histories, Epis-temologies, and Identities in the Eighteenth-Century Atlantic World, Stanford, Stanford University Press.

Carey, D. (2006), Locke, Shaftesbury, and Hutcheson : Contesting Diversity in the Enlightenment and Beyond, Cambridge, CUP.

Carnall, G. (1997), « Robertson and Contemporary Images of India », in S. J. Brown, ed., William Robertson and the Expansion of Empire, Cambridge, CUP, pp. 210-230.

Carnall, G. & Nicholson, C. eds. (1989), The Impeachment of Warren Hastings : Papers from a Bicentenary Commemoration, Édimbourg, Edinburgh UP.

Certeau, M. de (1980), L’Écriture de l’histoire, Paris, Christian Bourgois. 2e éd.

Cohn, B. S. (1986), Colonialism and its Forms of Knowledge, Princeton, Princeton University Press.

Dirks, N. B. (2006), The Scandal of Empire : India and the Creation of Imperial Britain, Cambridge, Mass., Belknap Press.

Dodson, M. S. (2007), Orientalism, Empire, and National Culture : India, 1770-1880, Basingstoke & New York, Palgrave Macmillan.

Duckworth, M. (1987), « An Eighteenth-Century Questionnaire : William Robertson on the Indians », Eighteenth-Century Life, 11 (1), pp. 36-49.

Gerbi, A. (1983), La Disputa del Nuovo Mondo : storia di una polemica. 1750-1900 (1955), Milan, R. Ricciardi.

Hont, I. (2009), « Adam Smith’s History of Law and Government as Political Theory », in R. Bourke & R. Geuss, eds., Political Judgement. Essays for John Dunn, Cambridge, CUP, pp. 131-171.

Kidd, C. (1994), Subverting Scotland’s Past : Scottish Whig Historians and the Creation of an Anglo-British Identity 1689-1830, Cambridge, CUP.

Kidd, C. (2008), Union and Unionisms : Political Thought in Scotland, 1500-2000, Cambridge, CUP.

King, R. (1999), « Orientalism and the modern myth of “Hinduism” », Numen, vol. 46, n. 2, pp. 146-185.

Kontler, L. (2001), « William Robertson and his German Audience on European and non-European Civilisations », The Scottish Historical Review, LXXX, 1 (209), pp. 63-89.

Kontler, L. (2012), « Mankind and Its Histories : William Robertson, Georg Forster and a Late Eighteenth-Century German Debate », Intellectual History Review, pp. 1-19.

Krause, S. (2001), « Despotism in The Spirit of Laws », in D.W. Carrithers, M.A. Mosher & Paul A. Rahe, eds., Montesquieu’s Science of Politics : Essays on The Spirit of Laws, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, pp. 231-271.

Marschall, P. J. (1965), The Impeachment of Warren, Oxford, Oxford UP.

Marschall, P. J. (1970), The British Discovery of Hinduism in the Eighteenth Century, Cambridge, CUP.

Mckenzie, D. F. (1985), Oral Culture, Literacy and Print in Early New Zealand. The Treaty of Waitangi, Wellington, Victoria UP.

Mckenzie, D. F. (1986), Bibliography and the Sociology of Texts, Londres, The British Library.

Mackillop, A., & O’Siochru, M., eds. (2009), Forging the State : European State Formation and the Anglo-Scottish Union of 1707, Dundee, Dundee UP.

McLaren, M. (2001), British India and British Scotland, 1780-1830 : Career Building, Empire Building, and a Scottish School of Thought on Indian Governance, Akron, University of Akron Press.

Meek, R. L. (1976), Social Science and Ignoble Savage, Cambridge, CUP.

Meinecke, F. (1972), Historism : The Rise of a New Historical Outlook [1936], Londres, Routledge.

Minuti, R. (1994), Oriente barbarico e storiografia settecentesca. Rappresentazioni della storia dei Tartari nella cultura francese del XVIII secolo, Venise, Marsilio.

Momigliano, A. (1984), « Storia antica e antiquaria », « Il contributo di Gibbon al metodo storico » et « Preludio Settecentesco a Gibbon », in Id., Sui fondamenti della storia antica, Turin, Einaudi, pp. 3-45, 294-311 et 312-327.

Murr, S. (1983), « Les conditions d’émergence du discours sur l’Inde au Siècle des Lumières », « Puruṣārtha », 7 : Inde et littératures, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 233- 284.

Muthu, S. (2003), Enlightenment against Empire, Princeton, Princeton University Press.

O’Brien, K. (1993), « Between Enlightenment and Stadial History : William Robertson on the History of Europe », British Journal for Eighteenth-Century Studies, 16, pp. 53-63.

O’Brien, K. (1997), Narratives of Enlightenment : Cosmopolitan History from Voltaire to Gibbon, Cambridge, CUP.

O’Brien, K. (2000) Society and Sentiment : Genres of Historical Writing in Britain, 1740-1820, Princeton, PUP.

Phillips, M. S. (2000), Society and Sentiment : Genres of Historical Writing in Britain, 1740- 1820, Princeton, PUP.

Phillipson, N. (1997), « Providence and Progress : An Introduction to the Historical Thought of William Robertson », in S.J. Brown, ed., William Robertson and the Expansion of Empire, Cambridge, CUP, pp. 35-73.

Pitts, J. (2005), A Turn of Empire : The Rise of Imperial Liberalism in Britain and France, Princeton & Oxford, PUP.

Pocock, J. G. A. (1999), Barbarism and Religion, vol. II : Narratives of Civil Government, Cambridge, CUP.

Pocock, J.G.A. (2005), Barbarism and Religion, vol. IV : Barbarians, Savages and Empires, Cambridge, CUP.

Powell, A. A. (2010), Scottish Orientalists and India : The Muir Brothers, Religion, Education and Empire, Rochester, N.Y., Boydell Press.

Pugliese, I. (2010), « Le Métier d’historien during the Enlightenment : William Robertson and the writing of the History of America », PhD diss., European University Institute.

Raj, K. (1997), « La construction de l’empire de la géographie. L’odyssée des arpenteurs de Sa Très Gracieuse Majesté, la reine Victoria, en Asie centrale », Annales. Histoire, Sciences sociales, 52 (5), pp. 1153-1180.

Raj, K. (2006), Relocating Modern Science. Circulation and the Construction of Scientific Knowledge in South Asia and Europe, Delhi, Permanent Black.

Raj, K. (2008), « Régler les différends, gérer les différences : dynamiques urbaines et savantes à Calcutta au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55 (2), pp. 70-100.

Rendall, J. (1982), « Scottish Orientalism : From Robertson to James Mill », The Historical Journal, (25) 1, pp. 43-69.

Robertson, J., ed. (1995), A Union for Empire. Political Thought and the Union of 1707, Cambridge, CUP.

Rocher, R. (1993), « British Orientalism in the Eighteenth Century : The Dialectics of Knowledge and Government », in C. Breckenridge & P. van der Veer, eds., Orientalism and the Postcolonial Predicament : Perspectives on South Asia, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, pp. 215-247.

Rubiés, J. P. (2005), « Oriental Despotism and European Orientalism : Botero to Montesquieu », The Journal of Early Modern History, 9, pp. 109-180.

Sebastiani, S. (2008), I limiti del progresso. Razza e genere nell’Illuminismo scozzese, Bologne, Il Mulino.

Sebastiani, S. (2011), « Las escrituras de la historia del Nuevo Mundo : Clavijero y Robertson en el contexto de la Ilustración europea », Historia y Grafía, 37, pp. 203-236.

Sebastiani, S. (2012), « L’Amérique des Lumières et la hiérarchie des races. Disputes sur l’écriture de l’histoire dans l’Encyclopaedia Britannica (1768-1788) », Annales HSS, 67, pp. 327-361.

Sher, R. B. (1985), Church and University in the Scottish Enlightenment. The Moderate Literati of Edinburgh, Édimbourg, Edinburgh UP.

Sher, R. B. (2000), « The Book in the Scottish Enlightenment », in R. L. Emerson, R.B. Sher, Stephen Brown & Paul Wood, eds., The Culture of the Book in the Scottish Enlightenment, Toronto, Thomas Fisher Rare Book Library-University of Toronto, pp. 40-60.

Sher, R. B. (2006), The Enlightenment and the Book. Scottish Authors and their Publishers in Eighteenth-Century Britain, Ireland, and America, Chicago-Londres, University of Chicago Press.

Smitten, J. R. (1985), « Impartiality in Robertson’s History of America », Eighteenth-Century Studies, 19, pp. 56-77.

Smitten, J. (1992), « The Shaping of Moderation : William Robertson and Arminianism », Studies in Eighteenth-Century Culture, 22, pp. 281-300.

Smitten, J. (1997), « Robertson’s Letters and the Life of Writing », in S. J. Brown, ed., William Robertson and the Expansion of Empire, Cambridge, CUP, pp. 36-54.

Stern, Ph.J. (2011), The Company-State : Corporate Sovereignty and the Early Modern Foundation of the British Empire in India, New York-Oxford, OUP.

Travers, R. (2007), Ideology and Empire in Eighteenth-Century India : The British in Bengal, Cambridge, CUP.

Venturi, F. (1963), « Oriental Despotism », Journal of the History of Ideas, 24, pp. 133-142.

Womersley, D. J. (1986), « The Historical Writings of William Robertson », Journal of the History of Ideas, 47, pp. 497-506.

Notes

1 Je voudrais remercier Marie Fourcade et Ines G. Županov pour m’avoir encouragée à regarder davantage l’Orient, ce qui m’a permis de voir différemment l’œuvre historique entière de William Robertson, ainsi que, pour leurs commentaires, les participants au colloque international sur l’Inde des Lumières qu’elles ont organisé en mai 2011 à l’EHESS. Ma profonde gratitude va aussi à Richard Bourke, Catherine Bouchey, Antoine Lilti et Antonella Romano pour leur fine lecture et observations précieuses.

2 La troisième institution écossaise à avoir conservé son autonomie est la justice, fondée plus sur le droit romain que sur le Common Law. Sur l’Union anglo-écossaise, voir : Robertson 1995 ; Kidd 2008 ; Mackillop & O’Siochru 2009.

3 Ces années vont de l’abandon, par Lord Bute, de ses fonctions de Premier ministre, à la fin de la guerre de Sept Ans, au moment de l’ascension politique de Henry Dundas, au début des années 1780. Voir Brown 1997.

4 Voir en particulier Sher 2000 et 2006.

5 Robertson 1755 et 1788, Book VIII, 3 : 299 ; Voir Phillipson 1997 : 35-73 ; voir aussi Brown, 1996 : 204-222.

6 Meinecke 1972 : 193-198. Voir, parmi d’autres : Womersley 1986 : 497-506 ; O’Brien, 1993 : 53-63.

7 Bayly 1983, 1988, 1989. Voir aussi Abbattista 2000 : 9-49, 2006 : 473-498.

8 Parmi une historiographie croissante, voir McLaren 2001 ; Travers 2007.

9 Robertson 1791 : 268. La deuxième édition “with the author’s last corrections and additions” est publiée par Strahan en 1794, mais elle présente des changements mineurs, ce qui m’a fait choisir de citer la première édition, qui est la seule à apparaître du vivant de Robertson. J’ai aussi préféré traduire moi-même les citations plutôt que d’utiliser la traduction, plutôt libre, du xviiie siècle (Recherches historiques sur la connaissance que les anciens avoient de L’Inde…, Paris, Buison, 1792) – ce qu’aurait demandé un autre type de travail sur la réception, qui allait au-delà des propos de cet article.

10 Ouvert en 1787, le procès – dont Robertson ne verra pas la fin – se terminera avec l’absolution de Hastings en 1795, malgré les attaques virulentes de Richard Sheridan, Charles James Fox, Sir Philip Francis et surtout Edmund Burke : The Trial of Warren Hastings, Esq. Late Governor-General of Bengal, Before the High Court of Parliament in Westminster-Hall, on an Impeachment by the Commons of Great-Britain, for High Crimes and Misdemeanours…, Londres, S. Bladon, 1788 ; Burke 1991. Voir Marschall 1965 ; Carnall & Nicholson 1989 ; sur la politique impériale britannique : Pitts 2005 : chap. 3.

11 Dirks 2006 ; Stern 2011. Sur Hastings administrateur civil de la province, voir Raj 1997 : 1153-1180, en particulier 1166.

12 Robertson 1791 : 273. Ce code devient une source importante de son histoire indienne.

13 Marshall 1970 : 1-44 ; Brockington 1989 : 91-108 ; Rocher 1993 : 215-247. Voir aussi Cohn 1986 ; Raj 2006.

14 Parmi les exceptions, voir l’important article de Jane Rendall, qui part de l’Historical Disquisition de Robertson pour se concentrer sur les premiers orientalistes écossais (Rendall 1982 : 43-69).

15 L’Historical Disquisition est d’abord tirée à 3000 exemplaires, comme l’History of America, ce qui représente l’un des plus gros triages écossais du xviiie siècle. Voir Sher 2006 : 86-87.

16 Sur la réception et traduction allemande, qui date de la même année que l’original (une traduction française suivra en 1792), voir Kontler 2001.

17 Sur les raisons de la sous-estimation de l’Historical Disquisition, voir Brown 2009 : 289- 312. Dès sa biographie de Roberston, qui date de 1796, Dugald Stewart considérait ce texte comme mineur 1802 : 135. Voir, en outre, Dodson 2007 : 1-6.

18 Briant 2005 ; voir aussi Id. 2012 : chap. 6 et 12.

19 À partir de la seconde édition en 1794, l’ordre des parties change : les « Notes and Illustrations » figurent à la fin de l’ouvrage, et incluent les notes de l’Appendice, qui est alors replacé en deuxième position.

20 La lettre continue : “If historians would direct a proper person, skilled in the principles of geography, to embody (as I may say) their ideas for them, the historian would find himself better served, than by relying on those who may properly be styled map-makers. For after all, whence does the geographer derive his materials but from the labours of the historian ?” Rennell à Robertson, 2 juillet 1791, in Stewart 1802 : 276-267.

21 It is a cruel mortification, in searching for what is instructive in the history of past times, to find that the exploits of conquerors who have desolated the earth, and the freaks of tyrants who have rendered nations unhappy, are recorded with minute, and often disgusting accuracy, while the discovery of useful arts, and the progress of the most beneficial branches of commerce, are passed over in silence, and suffered to sink into oblivion.” Robertson, Historical Disquisition, p. 47. Sur la méthode historique dans les Lumières britanniques, voir Phillips 2000 ; voir aussi O’Brien 1997.

22 Robertson, Historical Disquisition, p. 173, où il se réfère explicitement à l’Abbé Raynal, comme “an Author, whose ingenuity has illustrated, and whose eloquence has adorned the History of the Settlements and Commerce of Modern Nations in the East and West Indies”. La rhétorique anti-impérialiste de l’Histoire des deux Indes est très présente dans l’attaque de Robertson contre l’intervention britannique en Inde. Voir Murr 1983 : 233-284 ; Muthu 2003.

23 Parmi une ample bibliographie, je me limite à signaler l’étude pionnière de Gerbi ([1955] 1983).

24 Robertson 1788, Book IV, 2 : 50ss. Voir, parmi d’autres : Meek 1976 ; Brown 1996 : 204- 222 ; Pocock Barbarism and Religion, vol. II : Narratives of Civil Government, 1999 : 316-328 ; vol. IV : Barbarians, Savages and Empires, 2005 : 181-204 ; Sebastiani 2008 : chap. 3.

25 De Certeau 1980, « Préface ». Mckenzie 1985 et 1986.

26 La publication de la traduction en anglais de la Storia Antica del Messico (1780-1781), par l’Écossais Charles Cullen, sort à Londres, chez Robinson, en 1787. Sur le débat entre Robertson et Clavijero et la question des sources, voir Cañizares-Esguerra 2001 : 234-249 ; Brading 1991 : 422-64 ; Pocock 2005 : 205-26 ; Sebastiani 2011 ; Id. 2012.

27 Bayly 1997. Bayly enracine les savoirs orientalistes au sein d’un ensemble de procédés et de moyens mis en œuvre par les Britanniques pour établir leur nomination, via un système performant d’intelligence et d’information.

28 Robertson, Historical Disquisition, 1791, p. vii : “I am fully aware of the disadvantage under which I laboured in undertaking to describe countries of which I had not any local knowledge.”

29 C’est grâce à eux que “the present age is the first furnished with sufficient evidence upon which to found a decisive judgment” sur l’avancement des “fine and useful arts” ainsi que de “progress in science” (ibid. : 270-311) et notes. Sur les sources orientalistes mobilisées par Robertson, voir Brown 2009.

30 Voir en particulier Smitten 1997 : 50-53.

31 Duckworth 1987. Voir aussi Pugliese 2010.

32 Selon la définition d’Adam Smith dans ses Lectures on Jurisprudence (Smith 1978 : 14- 16). Parmi la riche historiographie sur la théorie stadiale écossaise, je me limite ici à renvoyer à l’étude pionnière de Meek 1976.

33 Montesquieu, De l’Esprit des lois (1748), livre XXI, chap. 1, in Œuvres complètes de Montesquieu 1950, vol. I : 468. Sur l’usage des sources anciennes chez Montesquieu et Robertson, voir Briant 2012 : chap. 4, 6, 10-12.

34 Ibid., Livre XVI, chap. 10. Voir l’article de Minuti, ce volume, ainsi que celui de Rubiés sur François Bernier, source de Montesquieu.

35 Robertson affirme que “the spirit and principles seem to have operated in the New World in the same manner, as in the ancient”, et confirme la thèse de Montesquieu du despotisme des empires de Mexique et Pérou : Robertson 1788, Book VII, 3 : 170 ; Montesquieu, De l’Esprit des lois, livre XVII, chap. 2, 523-524. Voir Sebastiani 2008, chap. 2 et 3.

36 Smith 1976, Book III, chap. 4 : 284-285. Sur ce passage crucial, voir la fine lecture de Hont : 2009 .

37 Sur la catégorie de despotisme oriental, voir Venturi 1963 : 133-142 ; Krause 2001 : 231-271 ; Rubiés 2005 : 109-180. La théorie du despotisme oriental était poussée jusqu’à ses plus extrêmes conséquences par l’écossais John Logan, adversaire direct de Robertson, dans une des descriptions les plus négatives de l’Inde que les Lumières aient jamais produites, et qui s’accordait parfaitement avec la promotion d’une politique agressive de la part du gouvernement britannique : Logan 1787 (repr. 1995, avec une Introduction de R. Sher).

38 Montesquieu, l’Esprit des Lois, Livre XXX, chap. 1. Voir Minuti 1994 : 82.

39 Millar 2006 : 224-228. Il s’agit du texte de la IVe édition de l’ouvrage, publié en 1806, mai qui se stabilise pleinement à partir de la IIIe édition de 1779.

40 Voltaire, Fragments historiques sur l’Inde et sur le général Lally (1773)… : 1877-1885 (Reprint Nendeln, Liechtenstein : Kraus Reprint, 1967), vol. XXIX ; Id., Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756)… voir surtout le début et la fin de l’Essai ; Minuti 1994 : 115-123.

41 Robertson continue : “If he had, at the same time, mentioned the books which relate these particulars, a great part of my labour would have been unnecessary, and many of his readers, who now consider him only as an entertaining and lively writer, would find that he is a learned and well-informed historian.” Robertson 1782 : 477-478.

42 Montesquieu, De l’Esprit des lois, livre XXIV, chap. 22 ; voir aussi livre XIX, chap. 9.

43 Dow 1768-1772. Voir Marshall 1970 : 27, 39 ; King 1999.

44 “The History of Subordination” est le titre employé dans l’édition de 1767 de l’Essay on the History of Civil Society : il est ensuite changé pour “The History of Political Establishments”.

45 Robertson 1791 : 335-356. On reproduit la dernière phrase de la version originale pour laisser aux lecteurs la possibilité d’offrir une autre traduction : “Happy would it be if any of the four European nations, who have, successively, acquired extensive territories and power in India, could altogether vindicate itself from having acted in this manner”. La conclusion, emphatique, du raisonnement, et de l’Appendice, est : “If I might presume to hope that the description which I have given of the manners and institutions of the people of India could contribute in the smallest degree […] to render their character more respectable, and their condition more happy, I shall close my literary labours with the satisfaction of thinking that I have not lived or written in vain.”

Auteur

Historienne, maître de conférence à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris et membre du Centre de recherche historique/Groupe d’étude sur les historiographies modernes, ses recherches portent sur l’histoire des Lumières (à partir du cas écossais), les mondes atlantiques et les écritures de l’histoire, la question du genre et des races à l’époque moderne.
Publications
– 2005 « “Race”, Women and Progress in the Scottish Enlightenment », in S. Knott & B. Taylor, eds., Women, Gender and the Enlightenment, Londres/New York, Palgrave Macmillan, pp. 75-96.
– 2012 « L’Amérique des Lumières et la hiérarchie des races. Disputes sur l’écriture de l’histoire dans l’Encyclopaedia Britannica (1768-1788) », Annales HSS, 67, (2), pp. 327-361.
– 2013 The Scottish Enlightenment. Race, Gender and the Limits of Progress, New York, Palgrave Macmillan, traduction et édition révisées de I limiti del progresso. Razza e genere nell’Illuminismo scozzese, Bologne, Il Mulino, 2008.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search