Version classiqueVersion mobile

Construire les savoirs dans l’action

 | 
Marie-Claude Mahias

L’eau souterraine en Inde du Sud. Un savoir réservé aux nouveaux maîtres de l’eau ?

Groundwater in South India: Knowledge Exclusively Reserved for the New Water-Masters?

Olivia Aubriot

Résumé

Les forages donnent accès à une ressource complètement cachée – contrairement aux techniques anciennes, notamment les puits qui permettaient de visualiser l’eau disponible –, ce qui soulève de nombreuses questions à propos des savoirs développés sur cette « nouvelle » ressource par les agriculteurs. Ainsi, savoir ancestral, savoir empirique, terminologie vernaculaire vont ici être discutés au regard des nouvelles technologies utilisées, des nouveaux acteurs impliqués et surtout des enjeux socio-économiques induits. De fait, la quête pour l’eau souterraine est effrénée, pompes et forages ont transformé la relation de l’homme à son environnement ainsi que les relations des hommes entre eux. Plusieurs raisons sont alors avancées pour expliquer pourquoi l’eau, ressource si convoitée, est utilisée de façon non durable. L’une d’elles relève d’une conception inchangée de l’eau souterraine de la part des agriculteurs malgré le passage du puits au forage, d’où une pratique similaire d’utiliser l’eau jusqu’à épuisement ; une autre raison est liée à la notion de recharge des nappes ; une autre encore au savoir véhiculé par les personnes dominantes au village, ces nouveaux maîtres de l’eau, dont le statut social est justement assis par la maîtrise de l’accès à la ressource. L’article montre combien les savoirs sont encore mal établis, et comment la multiplicité des enjeux sociaux, économiques, politiques et environnementaux permet de remettre en doute la valeur des savoirs développés par certains.

Texte intégral

1L’eau souterraine est, par nature, cachée. Hormis les sources qui jaillissent d’elles-mêmes de terre, il faut, pour voir cette eau, creuser le sol et laisser le liquide venir occuper l’espace ainsi libéré. Cependant en agissant de la sorte, on ne voit pas non plus l’eau, en tant que ressource, dans ses conditions de stockage et de circulation. Il a été nécessaire de créer un aménagement afin de pouvoir la collecter (et la voir) et bien souvent de recourir aussi à des instruments d’exhaure pour l’élever de niveau et l’utiliser. Dans les régions arides comme le Gujarat, de magnifiques puits à escaliers, qui sont de véritables bâtisses à l’architecture complexe, permettent d’aller chercher l’eau à usage domestique jusqu’à 75 mètres de profondeur. De telles infrastructures n’existent pas dans la région étudiée, les alentours de Pondichéry en Inde du Sud, où les puits sont de simples cavités, creusées d’une quinzaine de mètres, aux parois maçonnées, et où seuls les forages autorisent l’accès à des profondeurs plus importantes.

2Si les puits permettent de voir – d’une certaine façon – la ressource, d’observer ses fluctuations de niveau et d’élaborer un savoir sur ses conditions de percolation, de stockage et d’épuisement, les forages, eux, délivrent miraculeusement une ressource, invisible à l’utilisateur dans sa totalité. Dès lors, il est légitime de se demander quels savoirs sont développés par les agriculteurs sur cette « nouvelle » ressource et son utilisation en irrigation ? Dans quelle mesure les savoirs ancestraux sont-ils encore applicables ? Sur quelles observations – base du savoir empirique – ou présomptions, les nouvelles connaissances se fondent-elles ? Par ailleurs, la mécanisation des techniques d’exhaure, dorénavant généralisée pour les puits et forages, permet de puiser de grandes quantités d’eau, voire de surexploiter les nappes dont le niveau baisse et implique un approfondissement des forages. Mais ce dispositif ne freine pas pour autant la quête effrénée de l’eau souterraine. Dans de telles conditions, comment les agriculteurs envisagent-ils la durabilité de la technique et de leurs pratiques d’irrigation ?

3Enfin, nous observerons que les nouvelles techniques d’irrigation (forages et pompes) ont transformé la relation de l’homme à la ressource, de l’homme à son environnement et les relations des hommes entre eux, puisque la propriété d’un puits est dorénavant un critère de distinction sociale et socio-économique important. De véritables « maîtres de l’eau », vendant l’eau de leur forage, ont de fait émergé dans les villages. Quand l’utilisation de l’eau est ainsi associée à une multiplicité d’enjeux sociaux, économiques, politiques et environnementaux, on peut alors se demander comment les savoirs ne seraient pas non plus actionnés par certains pour servir leurs propres intérêts.

  • 1 Le terme « tank », eri en tamoul, provient du portugais tanque (Adicéam 1966 : 301) et désigne les (...)

4L’étude a été menée de 2005 à 2008 dans la région de Pondichéry (dans le district du même nom, ainsi que dans celui voisin de Villupuram au Tamil Nadu). Les enquêtes ont été conduites essentiellement dans cinq villages (fig. 1), mais également dans d’autres hameaux de la région, en particulier auprès d’hommes mais aussi de quelques femmes parmi des agriculteurs propriétaires de puits et forages, des agriculteurs acheteurs d’eau, des ouvriers agricoles, des représentants de nouvelles associations d’usagers de l’eau des étangs-réservoirs saisonniers1 (tanks), ainsi que des foreurs et des ingénieurs de diverses institutions et disciplines.

Du puits au forage

Développement de l’irrigation par eau souterraine

  • 2 Tableau du nombre de puits et forages au Tamil Nadu (* d’après Adicéam ; ** d’après Season and Crop (...)

5Depuis des siècles l’eau souterraine est utilisée en Inde pour l’eau potable, les usages domestiques et l’irrigation. Existant vraisemblablement déjà à la période préhistorique, les puits sont attestés dans de nombreux textes, recevant par exemple quatorze noms différents dans le Nighantu, le lexique védique. La littérature tamoule du haut Moyen-Âge les mentionne aussi, et tous ces témoignages permettent d’affirmer que les puits sont anciens dans le paysage (Adicéam 1966 : 156-160). Les chartes Pallava du viie siècle rappellent que leur creusement était toutefois réglementé et ne pouvait être entrepris qu’avec l’autorisation des souverains – vraisemblablement pour régler leur répartition selon les nécessités et non pour en limiter le nombre. Les références multiples laissent donc supposer que les puits pour l’irrigation sont assez répandus depuis l’époque médiévale, bien qu’on ne puisse préciser leur rôle exact dans l’économie agricole de l’époque, ni leur importance par rapport aux autres sources d’irrigation (ibid. : 161). Durant la période coloniale, plusieurs mesures (prêts et avantages fiscaux) sont prises pour améliorer les puits, leurs rendements, et pour en construire de nouveaux, cette sollicitude provoquant un doublement du nombre de puits dans tout le pays tamoul au cours de la seconde moitié du xixe siècle2 (ibid. : 193-197). L’accroissement du nombre de puits se poursuit au xxe siècle, durant lequel un nouvel événement va révolutionner l’utilisation de l’eau souterraine : la mécanisation du pompage, avec tout d’abord l’apparition de pompes vapeur, puis diesel et plus tard électriques. Les diverses mesures de développement incitant à produire davantage grâce à l’irrigation (de 1943 à 1951, campagne « grow more food » ; programmes de subventions et de crédits pour l’acquisition de puits) expliquent que le rythme de développement des puits ne ralentit pas jusqu’à la veille de la Révolution verte, milieu des années 1960, bien que la priorité budgétaire du gouvernement aille aux grands ouvrages hydrauliques (ibid. : 203-206).

Fig. 1 : Carte géologique et type de puits.

6Une autre technique fait son apparition au cours de la période coloniale : le puits tubulaire ou forage, qui fut dans un premier temps implanté dans des nappes artésiennes, ce qui permettait d’extraire l’eau du sous-sol sous la pression naturelle de la nappe, sans avoir recours à une pompe. Le premier puits artésien a été creusé à Pondichéry, par une entreprise textile en 1877, et bientôt cette technique a été empruntée par les agriculteurs de la colonie française à des fins agricoles, copiée ensuite par leurs voisins dont les terres étaient administrées par les Britanniques. Mais jusqu’au milieu du xxe siècle, de telles infrastructures étaient très rares à l’échelle du Tamil Nadu (ibid. : 255-256 ; cf. note 2).

  • 3 Chiffres du département des Statistiques : Season and Crop Report Tamil Nadu, 2004- 2005 et Indiast (...)

7Avec les politiques de la Révolution verte (prêts bonifiés pour l’achat et l’installation de puits et forages, instauration d’un système bancaire qui facilite l’accès au crédit institutionnel, à l’électrification de la campagne, à l’électricité subventionnée) et d’autres politiques qui ont suivi telles que le programme de construction gratuite d’un million de puits pour les dalits et tribaux (Dorin & Landy, 2002 : 65, 66 et 74), toutes les techniques modernes ont vite été adoptées par les agriculteurs : puits et forages ont alors connu un développement véritablement spectaculaire. S’ils alimentaient en 1960 moins du tiers de la superficie irriguée du Tamil Nadu et de l’Inde, ils sont aujourd’hui la première source d’irrigation (53 % de la superficie (nette) irriguée du Tamil Nadu en 2004 et 61 % pour celle de l’Inde en 20003), la superficie irriguée par eau souterraine ayant été multipliée par 2,4 pendant cette période. Les forages ont pour cela bénéficié de l’avènement à la fin des années 1970 des pompes électriques submersibles, puissantes, qui permettent d’atteindre de grandes profondeurs (alors que les pompes centrifuges limitent les forages à 15-20 mètres) et de transporter l’eau sur plusieurs centaines de mètres.

Fig. 2 : Évolution des superficies irriguées (nettes) par type d’irrigation au Tamil Nadu

(d’après divers Season and Crop Reports, 2004-2005)

  • 4 La nappe phréatique se définit comme la nappe d’eau la plus rapprochée de la surface du sol, rechar (...)

8Si les forages sont souvent décrits comme la technique révolutionnaire de l’accès à l’eau, ils ne détrônent toutefois pas en nombre les puits, qui restent l’infrastructure principale pour accéder à l’eau souterraine en pays tamoul (fig.2). À ceci plusieurs raisons, d’ordre géologique, hydrogéologique et économique. Une forte dichotomie naturelle existe en effet dans l’accès à l’eau entre d’une part les zones rocheuses et d’autre part les zones sédimentaires et alluviales. Dans les zones rocheuses se trouvent de larges puits ouverts puisant dans la nappe phréatique4 et quelques forages puisant dans les anfractuosités de la roche. En revanche, dans les zones sédimentaires et alluviales les forages permettent d’accéder à différentes nappes aquifères, situées en dessous de la nappe phréatique et séparées par des couches argileuses plus ou moins imperméables (fig. 3). Toutefois, dans la zone sédimentaire ces couches aquifères sont profondes (100 à 200 mètres) et n’ont donc pu être exploitées de façon massive qu’à partir de l’utilisation des forages avec pompes submersibles à la fin des années 1970. Auparavant, la nappe phréatique était exploitée dans de larges puits.

Fig. 3 : Coupe géologique schématique et différents moyens de recharge des nappes (alluvium = alluvion ; clay = argile ; sandstone = gris ; limestone = calcaire).

  • 5 Nous préférons conserver le terme de puits tubé pour désigner les puits approfondis d’un tube (well (...)

9À l’échelle du Tamil Nadu, les zones rocheuses dominent ; les puits y sont donc plus nombreux. Dans la zone d’étude, les trois principaux types géologiques (rocheux, sédimentaire, alluvial) sont présents, facteurs explicatifs principaux des types de puits rencontrés (fig.1). Pour synthétiser, l’on observe qu’avant l’introduction des pompages mécaniques, et mis à part les forages dans les nappes artésiennes, les puits se caractérisaient dans la zone rocheuse et la zone sédimentaire par de larges dimensions (15 à 20 m de diamètre ou de côté, 12-15 m de profondeur), et en zone alluviale par de petites tailles de 2 m de diamètre maçonnés de briques ; dans les deux cas l’eau était retirée à l’aide d’une picotte manipulée manuellement ou à l’aide d’une traction animale. Puis, quand les pompes sont apparues, avec leur capacité d’action plus importante, les puits de la zone alluviale ont été surcreusés puis prolongés de tubes (fig. 4), les autres puits étant simplement équipés de pompes. Dès l’apparition des pompes submersibles, les forages profonds se sont multipliés : approfondissement des puits tubés5 et forages directs depuis le niveau du sol. Avec cette multiplication des pompages, les ressources se sont amoindries, les nappes se sont abaissées : en zone rocheuse, les puits ont été surcreusés de 5-7 mètres (ouvrir davantage est très coûteux et ne permet pas nécessairement d’accéder à une plus grande quantité d’eau) et des forages horizontaux (side bore) ont alors été creusés afin d’augmenter la surface de captation des puits ; en zone alluviale et sédimentaire, des forages plus profonds sont effectués, afin d’aller chercher une autre couche aquifère.

Fig. 4 : Schéma de l’évolution de la profondeur du puisage de l’eau souterraine.

Terminologie relative aux puits et forages

10Il apparaît clairement à travers ce bref descriptif que des propos tels que « on trouve ici des puits comme ceux que l’on trouve partout en Inde » n’ont pas de sens pour notre région d’étude. Certes, puits, forages et tubes sont maintenant très répandus dans le paysage indien mais souvent ces mots courants ne sont pas définis car ils paraissent trop communs. Beaucoup de personnes ne travaillant pas dans ce domaine peuvent se méprendre sur ce qu’ils voient. J’ai ainsi entendu un collègue français désigner par forage (borewell) un tube qui sortait d’un large puits, alors qu’il ne s’agissait que du tube relié à la pompe et qui permettait d’extraire l’eau de ce puits ! La technique du puits tubé a été tellement médiatisée, qu’une personne éduquée mais sans connaissance de terrain a tendance à désigner comme forage tubé (tubewel) tout tube sortant d’un puits ! Dorénavant, grâce à l’utilisation systématique des motopompes, l’eau atteint nécessairement la surface par l’intermédiaire d’un tuyau.

11Il faut préciser que la terminologie en usage pour désigner ces différents types de puits ne nous aide pas nécessairement à mieux cerner la situation. D’ordinaire, le vocabulaire vernaculaire permet de comprendre la classification indigène de l’environnement et des techniques. Ici, nous sommes confrontés à une nouvelle technique venue de l’extérieur, décrite dans des termes utilisant un mélange de vocabulaire anglais et tamoul. Or la plupart des agriculteurs ne parlent pas l’anglais : cela signifie-t-il qu’ils emploient des termes issus du vocabulaire des techniciens agricoles sans en comprendre les nuances ? Se sont-ils réapproprié ces termes en leur donnant leur propre sens ? L’étude tend à le faire penser et montre l’écart entre l’utilisation locale des termes et celle que l’on peut lire dans la littérature, qu’elle se rapporte à une classification scientifique ou administrative. Certes chacune de ces classifications a été établie avec des objectifs différents (Abé 1995), mais le fait que la langue anglaise soit utilisée invite à réfléchir à la façon dont les agriculteurs interprètent ces termes.

12Deux termes principaux sont employés par les paysans pour parler des puits et forages : le terme tamoul kenaru qui désigne le puits, la structure creusée ; le terme bore dès qu’un forage vertical est installé et un tuyau utilisé pour atteindre l’eau souterraine. Ainsi, qu’il s’agisse d’un forage tubé (tubewell) utilisé en zone alluviale et sédimentaire, d’un forage sans tube directement mis en place dans la roche de la zone rocheuse (borewell) ou d’un puits approfondi d’un tube (well cum bore), les agriculteurs parlent de bore. La plupart d’entre eux ne connaissent d’ailleurs pas les mots borewell et tubewell. Une certaine nuance cependant est à apporter : certains agriculteurs n’utilisent le mot bore que pour les puits dont la pompe est immergée (Cesselin 2001).

13Pour les paysans, on voit à travers cette terminologie (kenaru/bore) que l’important est avant tout le fait qu’un forage a été réalisé et que l’infrastructure possède une profondeur plus importante que le puits traditionnel. Si l’agriculteur veut donner davantage de précisions, ou parfois comme première façon de qualifier le puits, il utilise une autre terminologie relevant du moyen d’exhaure utilisé : yatham, erukavalai, suttukavalei, pour les anciens systèmes de puisage (picotte ou système à balancier manipulé manuellement, appareil utilisant une paire de bœufs, manège actionné par des bœufs) (Adicéam 1966 : 257-265), sada motor (moteur ordinaire) et nir motor (pompe immergée, le terme nir signifiant « eau »). Ces termes donnent indirectement une idée de la puissance de la technique d’exhaure de l’eau. Mais qu’il s’agisse du puits ou du moyen de puisage, la terminologie ne permet pas – excepté peut-être pour les puits ouverts – de saisir la réalité et les contraintes hydrogéologiques auxquelles est confronté l’agriculteur puisqu’un même type de puits (ou forage) peut se retrouver dans différentes formations géologiques, disposer de profondeurs de captage diverses et le sous-sol avoir des spécificités fort variées d’un endroit à un autre. En outre, forer plus profondément que la profondeur du puits traditionnel ne signifie pas nécessairement que le puits atteint des nappes souterraines différentes et plus productives. En bref, cette terminologie ne nous aide guère à comprendre les qualités productives ou les contraintes de fonctionnement de ces puits et forages, ni par voie de conséquence les pratiques d’irrigation. La même critique s’applique aux diverses terminologies administratives des puits, que nous ne développerons pas ici, et qui s’en tiennent aux caractéristiques physiques de ces infrastructures. Toutefois, la principale distinction utilisée dans les diverses classifications statistiques est similaire à celle des paysans, à savoir la dichotomie puits/forage.

14Comparée à la terminologie vernaculaire d’autrefois, celle actuellement d’usage chez les agriculteurs (et issue de l’anglais non maîtrisé) est relativement imprécise. Elle permet essentiellement de distinguer un puits d’un forage et éventuellement de préciser le type de moteur utilisé. Cette distinction puits/forage (kenaru/bore) renvoie avant tout à la différence entre structure traditionnelle – ou similaire, captant à l’intérieur de la nappe phréatique – et infrastructure moderne dont nous pouvons dire qu’elle est confrontée à des caractéristiques hydrogéologiques bien plus variées.

Une terminologie des terres qui n’est plus classificatoire

15L’utilisation massive des pompes et des forages a eu un effet notoire sur la perte de sens de certains termes, notamment ceux qui servent à nommer les différentes unités paysagères. C. Blanc-Pamard et P. Milleville (1985 : 107) ont montré que la classification paysanne permettait de « saisir comment les sociétés voient leur milieu » ; J. Smadja (2003 : 32) rappelle que nommer un espace est une façon de se l’approprier. Ainsi, comme dans toutes les sociétés rizicoles de tradition, la société tamoule disposait d’une terminologie qui reflétait une classification dichotomique de l’environnement fondée sur la présence ou non de riz humide (Abé 1995 : 22). Le terme nanjai désignait traditionnellement les rizières irriguées avec de l’eau de surface tandis que les punjai étaient les autres terres cultivées. Le premier signifie littéralement « bon champ », le second « champ médiocre ou inférieur » (ibid.). Une autre terminologie est employée par les agriculteurs : kalani veli (terrasse plane cultivée de riz) et kolli veli (autres champs), où l’on retrouve cette distinction fondée sur la présence du riz dans les champs, montrant par là même l’importance accordée au riz irrigué. Les Britanniques ont repris cette dichotomie des terres dans leur système de taxes foncières des terres cultivées : les terres humides (wet land) désignaient les terres irriguées, en l’occurrence des rizières, alimentées par un canal ou un étang saisonnier (tank), et les terres sèches (dry land) correspondaient aux autres terres, c’est-à-dire les terres pluviales – arrosées par la pluie uniquement – et les terres irriguées par des puits. Aujourd’hui encore, les catégories foncières administratives relèvent de la même classification, que ce soit pour la terminologie ou pour la délimitation géographique, restée inchangée. Ainsi toutes les terres cultivées des villages du district de Pondichéry sont classées, par l’administration foncière, en terres sèches et humides, alors que toutes (à 90 %) sont dorénavant irriguées avec de l’eau souterraine (et non plus de l’eau de surface) !

16En quoi cette distinction nanjai/punjai est-elle encore légitime ? Pourquoi les villageois l’utilisent-ils encore et que représente-t-elle ? Si elle ne permet plus de distinguer les rizières irriguées des autres terres – ce qui était à l’origine de cette terminologie –, ni même de distinguer les terres irriguées des terres pluviales, comme pourrait le laisser entendre l’utilisation des termes anglais wet et dry land dans la classification foncière, elle correspond quand même à une différence pédologique. Les punjai sont davantage sableux ou limoneux, tandis que les nanjai sont argileux, cultivés essentiellement de riz humide et de canne à sucre. La condition argileuse du sol est due à l’accumulation de sédiments apportés par les canaux depuis des siècles. D’ailleurs, quand les agriculteurs veulent transformer une terre punjai en rizière, en l’irriguant avec de l’eau souterraine, ils incorporent dans leur sol de l’argile provenant du tank. Comment dénommer alors ce type de parcelles ? « nanjai ki punjai, punjai ki nanjai », « ce sont à la fois des nanjai et des punjai, vous pouvez mettre des cultures nanjai aussi bien que des cultures punjai, il y a deux façons d’utiliser le sol » (irupadu manu).

17On voit ici apparaître une troisième utilisation de ces termes nanjai/punjai : celle associée aux cultures. Les cultures pouvant être cultivées dans des conditions pluviales sont considérées comme des cultures punjai alors que riz et canne à sucre qui nécessitent un apport d’eau supplémentaire sont des cultures nanjai. Mais ces termes restent ambigus en raison de la diversité des définitions qui leur sont attribuées, et sont à l’origine de discussions animées dès que l’on tente d’en préciser le sens. La majorité des personnes utilisent dorénavant pour les cultures aménagées dans les terres punjai les termes de cultures pluviales (manavari) et cultures irriguées (iravai, terme particulièrement utilisé pour la culture d’arachide, qui peut être soit pluviale pendant la mousson soit irriguée en deuxième saison).

18Là encore la terminologie vernaculaire afférente aux unités de paysage ne nous aide pas à saisir la relation de l’homme à son environnement en raison de l’évolution des techniques qui a modifié l’exploitation du milieu et avec elle, le rapport de l’homme à son environnement. Ce vocabulaire est devenu ambigu mais il est encore utilisé, sans doute en raison du changement technique récent et soudain qui n’a pas été suivi d’un changement lexical. Si les agriculteurs ont réussi à trouver des alternatives et à préciser s’il s’agissait d’employer ces termes nanjai/ punjai pour les terres ou les cultures, la terminologie administrative foncière est, quant à elle, complètement inappropriée à la réalité actuelle. Son analyse nous révèle une brutale transformation du milieu : quels savoirs sont développés à propos de cette nouvelle ressource, à l’origine de ces mutations ?

Quels savoirs liés au pompage ?

Sourciers et foreurs

  • 6 L’un des sourciers interrogés a découvert sa capacité dans un livre qui indiquait comment utiliser (...)
  • 7 Il serait intéressant d’analyser le savoir de ces sourciers, d’observer si les aspects divinatoires (...)

19Pour définir l’emplacement précis d’un puits ou forage, les agriculteurs font souvent appel à un sourcier qui utilise comme information l’oscillation d’un pendule ou la vibration d’un morceau de bois ou encore la rapidité de rotation d’une noix de coco6. Ils déterminent les lieux où l’eau est plus abondante, mais aussi la direction dans laquelle s’écoulent les flux d’eau souterraine7. « Il y a un flux dans cette direction, et un autre qui vient par là. Ici, à la jonction, on va trouver de l’eau » (cf. le film de Coste & Ploumpidis 2007). Ainsi, n’est-il pas rare d’entendre les paysans dire que des flux d’eau souterraine circulent à tel endroit et dans tel sens (dans la région alluviale étudiée, ce flux est orienté globalement d’ouest en est, dans le sens de la pente – qui se trouve être effectivement le sens d’inclinaison des couches aquifères). Mais ces flux ne correspondent pas à des rivières, à des masses d’eau uniformes comme dans le cas de l’eau de surface. On entend alors parler de uthu (spring en anglais) pour désigner ces flux. Mais ce terme est très répandu et très commun, recouvrant des définitions et représentations physiques qui ne sont pas uniformes. Ainsi en zone alluviale, le mel uthu (flux supérieur) est soit le flux d’eau productif que l’on ne trouve que dans certaines zones et s’écoulant dans une direction bien précise, soit plus globalement la nappe phréatique liée aux sols sableux qui permettent à l’eau de s’infiltrer. En zone rocheuse, le uthu est l’eau qui percole et remplit les puits : l’eau va occuper l’espace vide, circuler mais pas sous forme de flux et selon des chemins qui sont impossibles à déterminer.

  • 8 Le PWD (Public Work Department) en charge des infrastructures hydrauliques mène des études pour déf (...)

20À l’échelle d’un village (quelle que soit la géologie), une grande variabilité de disponibilité de l’eau souterraine est ainsi souvent mentionnée (fig. 5), et certaines zones sont privilégiées car elles bénéficient dans leur sous-sol de flux d’eau importants. C’est en raison de cette diversité locale et de la spécificité spatiale de l’hydrogéologie que les agriculteurs font appel à des sourciers pour déterminer l’emplacement de leur puits ou forage8.

21Toutefois les experts incontournables, car intervenant dans le creusement de tout forage, sont les puisatiers, qui recourent soit à des techniques manuelles, soit à des machines. Ils utilisent des foreuses actionnées manuellement (pour des profondeurs inférieures à 30-40 m) ou mécaniquement. Au regard de la texture du sol retirée lors de l’excavation, ils conseillent les propriétaires sur la profondeur du forage puisque le retrait de terre sableuse laisse supposer l’existence d’une couche aquifère. Quant aux propriétaires de forage en zone alluviale et sédimentaire, de par leur présence lors des travaux de forage et de l’observation du sol extrait, ils connaissent très bien la lithologie à l’emplacement de leur puits (fig. 5). La connaissance est particulièrement précise pour ceux qui ont effectué un forage manuel car, d’une part, l’extraction de la terre du sous-sol est plus lente et, d’autre part, les puisatiers de tels forages sont très attentifs à la structure du sol qu’ils extraient. Dans le cas de forage mécanique utilisé pour creuser plus en profondeur, les premières dizaines de mètres de sous-sol ne sont pas observées avec précision.

  • 9 Il est important de noter qu’une augmentation de la profondeur de forage de 40 m par exemple ne sig (...)
  • 10 Rappelons que le district de Pondichéry a été le premier, à la fin du XIXe siècle, à tenter de tels (...)

22Les propriétaires de forages en zone alluviale ou sédimentaire savent donc clairement que l’eau est disponible par couche, au niveau d’un sous-sol sableux, et que si le niveau de l’eau dans une couche aquifère baisse au point de rendre la source peu productive, voire de la tarir, il faut aller trouver une couche aquifère plus profonde pour obtenir davantage d’eau9. Dans la zone alluviale de l’arrière-pays de Pondichéry, les propriétaires de forages expliquent que deux ou trois niveaux principaux (le terme anglais layer est même parfois utilisé) existent dans leur village. Il est assez difficile de saisir si ce savoir est celui accumulé par l’expérience de nombreuses années de forages10 – ce qui ne serait pas surprenant – ou celui véhiculé par des programmes de sensibilisation au problème de la gestion de l’eau souterraine comme ceux organisés par le trpp (Tank Rehabilitation Project Pondicherry), ou les deux cumulés, les informations livrées dans de tels programmes pouvant conforter les agriculteurs dans leurs savoirs locaux et leur donner une dimension plus régionale.

Fig. 5 : Lithologie, niveau d’eau et profondeur du moteur dans les forages dans un village de la zone alluviale

d’après des entretiens auprès des propriétaires de forage.

23Par ailleurs, il existe souvent un grand décalage de savoirs entre d’une part les propriétaires de bores, et d’autre part les acheteurs d’eau ou même les ouvriers agricoles, qui sont bien souvent ceux qui actionnent les pompes. Nombreux parmi ces derniers sont ceux qui ne connaissent pas la profondeur du forage ou de positionnement du moteur, ni même les profondeurs des aquifères. Ils avancent parfois des chiffres impressionnants, supérieurs aux profondeurs des forages trouvés dans le village. Cette exagération dans les chiffres et cette représentation mentale de profondeurs importantes de la part de personnes aux ressources réduites est le reflet, à la fois de la frénésie des gros propriétaires à placer en profondeur leur forage – profondeur qui ne correspond pas dans les villages étudiés à celles de l’eau puisée mais permet davantage d’asseoir le statut social du propriétaire de forage (cf. Aubriot 2011) –, et de la préoccupation collective à voir le niveau des nappes baisser obligeant à aller chercher l’eau plus avant, même si la profondeur à laquelle l’eau est actuellement puisée n’est pas connue par tous.

Profondeur de la nappe

  • 11 Niveau de pression de l’eau dans les nappes souterraines.

24Certes la lithologie est indispensable pour savoir à quelle profondeur placer les filtres à travers lesquels l’eau de la couche aquifère pénètre dans le forage. Mais en quoi ce savoir sur la lithologie aide-t-il les agriculteurs à connaître la profondeur de la nappe et à décider de celle de l’installation de leur moteur submersible ? Car, les nappes confinées peuvent avoir un niveau piézométrique11 plus élevé que le niveau de la couche sableuse, donnant un niveau d’eau dans le forage au-dessus de la zone des filtres. Les agriculteurs le savent, puisque le moteur nécessairement immergé est dans ces cas-là placé au-dessus de cette zone. Ils parlent de pression de l’eau pour expliquer que le niveau d’eau est plus haut que le niveau de la couche sableuse à cet endroit, mais le modèle explicatif que les agriculteurs ont de ce phénomène n’est pas évident à saisir.

25Comment le niveau d’eau est-il donc estimé ? Comment les agriculteurs le connaissent-ils systématiquement alors qu’il serait soumis à fluctuations ? Une mesure précise de ce niveau est prise à deux occasions : la première a lieu quand le propriétaire considère que son forage ne produit pas assez et se demande quel est le niveau de l’eau et à quelle distance descendre le moteur. Il prend alors une corde pour mesurer cette profondeur. La seconde se présente lors de réparations qui nécessitent de retirer les tubes du forage. Le décompte des tubes retirés – chacun de 10 pieds de long – jusqu’au repère fourni par la trace d’humidité permet un calcul du niveau.

26Les autres procédés de mesure du niveau d’eau reposent sur des estimations, qui s’appuient elles-mêmes sur des procédés déductifs hypothétiques à partir d’observations empiriques. L’une de ces estimations est relative à la pression de l’eau à la sortie du tuyau, exprimée soit par la longueur du jet à la sortie du tuyau (moitié, pleine longueur de jet), soit par son épaisseur mimée en regroupant plus ou moins les doigts de la main par leur extrémité. Or cette évaluation renseigne davantage sur le rendement de l’aquifère ou de la pompe que sur le niveau de la nappe. L’autre méthode est une extrapolation à partir de la profondeur mesurée dans des forages voisins. Or, nous l’avons vu, les propriétaires de forages sont les premiers à expliquer qu’une grande hétérogénéité géographique de la disponibilité de l’eau peut exister, même entre deux sites localisés à faible distance l’un de l’autre.

27Les fluctuations de niveau d’eau annoncées par les agriculteurs entre les niveaux avant et après la saison des pluies ou au cours des années, bien qu’exposées avec une assurance qui n’invite pas à douter du résultat, sont à considérer avec précaution dans la mesure où les agriculteurs ne mesurent pas systématiquement ce niveau et l’évaluent davantage selon des méthodes qui peuvent paraître douteuses (et que je n’ai pas pu tester).

Pomper sans limites

28La mécanisation du pompage a modifié les quantités d’eau extraites et a provoqué un changement de référence. Autrefois lors de l’utilisation des mécanismes d’exhaure utilisant la force humaine ou animale, le rendement de ces mécanismes était calculé par les paysans en pillaiyar ou centaines de baquet, représentant la capacité de contenance du récipient qui servait à soulever l’eau. Les volumes d’eau ainsi extraits étaient estimés, bien que le pillaiyar ne puisse être considéré comme une unité de mesure fixe, la contenance du baquet étant variable, nous précise Adicéam (1966 : 260). Ces moyens étaient en outre utilisés avec des puits ouverts, qui permettent d’observer les fluctuations de niveaux d’eau et d’en déduire la quantité d’eau disponible. Aujourd’hui encore, les propriétaires de puits observent la différence de niveaux d’eau lors du pompage et le temps nécessaire à la recharge du puits. À partir de ces observations, ils évaluent la durée de pompage possible ainsi que la superficie irrigable quand l’eau disponible diminue, notamment en saison sèche. Ainsi dans le cas des puits ouverts, la notion de volume d’eau utilisable est présente bien que non quantifiée.

29En revanche, dans le cas des forages, la notion de volume d’eau utilisé a disparu. Les agriculteurs dénombrent leurs heures de pompage, particulièrement bien connues lors de contrat de vente d’eau à base horaire. Ils peuvent préciser si la pompe produit ou non à pleine capacité selon la méthode décrite ci-dessus pour estimer la puissance du débit. Cette méthode empirique est développée par chaque agriculteur afin d’adapter ses horaires d’irrigation au débit de sa pompe : si à puissance maximale une parcelle est irriguée en 1 heure, à puissance moitié moindre l’irrigation sera de 2 heures. Mais cette méthode n’est liée à aucune mesure de la quantité d’eau pompée et ne peut donner d’indications sur de telles quantités, puisque le débit peut varier d’une pompe à l’autre, en fonction de différents facteurs : puissance de la pompe, profondeur, rendement de l’aquifère à cet endroit.

30Avec le recours aux pompes mécaniques et aux forages, on ne mesure plus le volume d’eau utilisé. Seule la durée de pompage sert de référence, ce qui ne détermine pas un volume d’eau délivré, puisque le débit de la pompe est variable selon les caractéristiques du forage. Les agriculteurs ne savent donc pas combien d’eau ils utilisent avec leur forage, alors que les puits ouverts et l’utilisation de picottes donnent/donnaient une estimation du volume d’eau dépensé. Pour l’irrigation par tank (étang-réservoir saisonnier), la quantité d’eau utilisée n’est pas forcément connue, mais la possibilité de voir la ressource disponible dans l’étang permettait autrefois de mettre en place un système d’allocation de l’eau afin de la partager. Si des durées d’irrigation sont utilisées en irrigation gravitaire collective, elles le sont par rapport à un partage de débit et/ou un volume d’eau disponible et visible. Une estimation du débit distribuée à chacun est effectuée et les durées en sont déduites. En revanche, dans le cas de l’irrigation par forage, cette notion de partage de la ressource n’existe pas, ni celle de quantité d’eau utilisée.

  • 12 Ce qui représente respectivement un total de 12 et 18 millions de litres d’eau par hectare, pour un (...)

31Même si le nombre d’heures de pompage requis pour irriguer un champ peut être évalué, ce n’est pas de cette façon qu’un propriétaire de pompe donne ses ordres à l’homme qu’il emploie pour l’irrigation de ses parcelles. Généralement, il demande à ce que l’eau arrive aux quatre coins de la parcelle, mais il peut aussi préciser, notamment pour le riz, la hauteur d’eau à obtenir, exprimée en pouces ou en part de hauteur de diguette (les diguettes mesurant un pied). Excepté pour le riz où des hauteurs d’eau sont mentionnées, il n’y a donc plus de mesure de la quantité d’eau d’irrigation. Cette absence de quantification peut être un frein à une meilleure gestion de l’eau souterraine, car les données relatives à l’augmentation de l’efficience de l’irrigation sont exprimées par les scientifiques en hauteur d’eau ou en volume (tel volume pour telle superficie). Les ingénieurs du département de l’agriculture par exemple, qui raisonnent également par rapport aux quantités d’eau totales à appliquer, donnent comme conseil 1200 mm pour 5 mois de cultures de riz et 1800 mm pour irriguer la canne à sucre pendant un an12. Mais ces chiffres ne représentent rien pour les agriculteurs, qui certes écoutent les ingénieurs mais ne comprennent pas toujours concrètement ce que cela signifie. Les ingénieurs demandent alors aux agriculteurs de réduire les fréquences des irrigations et de réduire le niveau d’eau dans les rizières (hauteur d’une brique seulement). « Nous ne pouvons pas suivre à la lettre les instructions des ingénieurs. Nous comprenons qu’ils nous demandent de réduire la quantité d’eau à appliquer. Quelques-uns essaient un peu, mais ils ne suivent pas complètement les instructions », nous explique un agriculteur ayant reçu moult formations à ce sujet, et ne respectant pas lui-même les instructions bien que conscient du problème de la baisse des nappes.

Utilisation non durable des forages : comment l’expliquer ?

Consommer l’eau jusqu’à épuisement

32À l’absence de décompte de l’eau employée s’ajoute une très faible limitation officielle de l’utilisation de l’eau. Au Tamil Nadu, les horaires de fourniture de l’électricité sont la principale limite à un pompage continu. Certains réussissent tout de même à contourner cette contrainte, en se servant d’un dispositif qui permet de faire fonctionner la pompe avec de l’électricité biphasée, et non triphasée, la seule à avoir des plages horaires. Quelques régulations indirectes de l’utilisation de l’eau souterraine existent toutefois : limitation du nombre de nouvelles connexions électriques, subventions à l’irrigation au goutte à goutte, promotion de cultures autres que le riz en pleine saison sèche et subventions aux agriculteurs pour ce faire (cas de Pondichéry depuis 2006), promotion des nouvelles techniques culturales consommant moins d’eau (cas du sri, System of Rice Intensification, depuis 2004). Mais l’irrigation par eau souterraine reste une activité soutenue par les gouvernements, l’électricité à des fins agricoles étant gratuite.

33Malgré ces efforts gouvernementaux, les changements de comportement sont pour l’instant minimes. Les caractéristiques environnementales locales restent donc les principaux éléments qui limitent l’extraction de cette ressource gérée par des millions d’individus indépendants. Certaines de ces contraintes ont été créées par l’homme, telle la baisse du niveau des nappes, d’autres sont liées aux caractéristiques hydrogéologiques – qui peuvent en outre être accentuées par l’action anthropique – comme la faible capacité de stockage de l’eau en zone rocheuse et l’inégalité spatiale du potentiel des aquifères.

34Si aucune contrainte ne survient et que la quantité d’eau puisée excède les besoins du propriétaire, un marché informel se met en place. Ce procédé permet certes l’accès à l’eau pour un plus grand nombre de personnes, mais favorise en même temps l’utilisation massive de l’eau souterraine et par voie de conséquence la baisse du niveau des nappes. Par ailleurs, ce marché reste très inégalitaire dans le processus de négociation et dans la qualité du « service » : les vendeurs imposent le tarif, parfois les cultures à effectuer (celles qui sont les plus rentables pour eux) et ne délivrent pas forcément l’eau au moment souhaité. Tant que les agriculteurs peuvent forer plus profondément, ils le font et les plus riches vont même atteindre des profondeurs dont ils n’exploitent pas toujours le potentiel : ils forent par sécurité à grande profondeur mais filtres et moteurs sont situés bien au-dessus. En outre, dès que des contraintes physiques limitant l’exploitation de la nappe surgissent, telles que la baisse du niveau d’eau ou la baisse de rendement de l’aquifère, les acheteurs d’eau se voient rapidement exclus du marché, le prix de l’eau augmente, tandis que le propriétaire de la pompe ne réduit pas spécialement sa propre consommation de la ressource si précieuse. Il ne modifie guère non plus ses pratiques d’irrigation ou ses cultures. Il faut que la baisse de rendement de l’aquifère ait été observée plusieurs années de suite, pour que certains commencent à modifier leurs cultures.

35Malgré la détérioration de la disponibilité et de l’accès à l’eau souterraine – phénomène que tout le monde observe – les irrigants de la région étudiée, qu’ils soient propriétaires de forage, vendeurs ou acheteurs d’eau, ne cherchent pas à préserver la ressource. Ils n’ont pas comme objectif premier, dans leur mode d’utilisation de l’eau souterraine, d’employer le moins d’eau possible, c’est-à-dire d’économiser la ressource afin de la préserver pour un usage futur. La tendance consisterait davantage à utiliser l’eau tant qu’elle est disponible, à creuser plus profondément si possible ou à vendre moins d’eau aux voisins sans pour autant changer soi-même de pratiques culturales (quelques changements commencent toutefois à s’observer, dans certaines situations). Un raisonnement à court terme est alors exprimé : « Pourquoi penser à demain ? C’est aujourd’hui que l’on a besoin d’eau », certains précisant d’ailleurs que leurs enfants étudieront et ne cultiveront donc pas la terre. Réponse quelque peu égoïste laissant ainsi entendre que d’autres personnes auront à gérer ces problèmes et non pas eux ou leur propre descendance.

36Cette pratique d’utiliser l’eau tant qu’elle est disponible, sans nécessairement l’économiser, trouverait racine dans la façon dont les agriculteurs se servaient jusqu’à présent de l’eau souterraine (des puits) ou de surface (eau de pluie, de ruissellement, ou eau déviée de rivière, stockée dans les étangs-réservoirs saisonniers), comme l’a judicieusement remarqué O. Lefebvre (2006 : 95) : « les agriculteurs ont toujours consommé les stocks jusqu’à leur épuisement annuel et cyclique. Ainsi l’eau des puits ouverts et des tanks était utilisée jusqu’à ce que ces structures soient à sec. Les agriculteurs n’ont donc pas l’habitude de procéder à une gestion interannuelle des stocks d’eau mais ont au contraire l’habitude d’utiliser toute l’eau disponible ». Lors du passage à l’irrigation par forage, les agriculteurs n’ont donc pas fondamentalement modifié cette pratique d’hyperconsommation de l’eau ni même changé leur perception de l’eau souterraine. De même que la fourniture d’eau par forage en saison sèche depuis plus de vingt ans a donné l’impression d’une ressource inépuisable, de même la possibilité de forer plus profondément en zone alluviale pour chercher une autre couche aquifère laisse l’illusion que de l’eau est encore disponible. Bien que le niveau des nappes baisse et que celles-ci soient moins productives, les irrigants n’ont pas encore modifié leurs pratiques d’utilisation de l’eau. Serait-ce lié à leur perception du stockage de l’eau dans le sous-sol ?

Accuser le ciel sec ou quelle notion de la recharge des nappes ?

37Quand on demande pourquoi le niveau des nappes baisse, la première réponse avancée par les agriculteurs est systématiquement le « ciel sec » : le manque de pluies.

38Il est vrai que l’analyse des pluies montre que le nombre d’années sèches a augmenté au cours de ces vingt-cinq dernières années (Lefebvre 2006 : 50-51), même si globalement la moyenne annuelle n’a pas changé à l’échelle du demi-siècle. La sensation de manque de pluies peut ainsi s’expliquer.

39Il est par ailleurs connu de tous que la fluctuation du niveau de l’eau dans les puits (alimentés par la nappe phréatique) est directement liée à l’alternance entre saison des pluies et saison sèche, la recharge se faisant avec les pluies. Ainsi, un savoir ancien et partagé par toutes les classes socio-économiques de la population est indéniable :

  1. La nappe phréatique se recharge avec les eaux de surface (eaux de pluie y compris) ; l’eau s’infiltre dans le sol par les mares, étangs (tanks), réservoirs de temple, par les rivières et canaux et par les champs irrigués et terres imprégnées d’eau de pluie.

  2. La nappe phréatique représente un lieu de stockage de l’eau, la réserve diminuant progressivement après la saison des pluies pour être à nouveau rechargée pendant la saison des pluies suivante.

  3. C’est cette eau, infiltrée, qui va remplir les puits. Les pluies ont donc un effet direct sur la recharge de la nappe phréatique, phénomène bien connu. Mais qu’en est-il des eaux plus profondes ?

40Les discours relatifs au fonctionnement des couches aquifères plus profondes sont beaucoup plus variés voire contradictoires au sein d’un même village – ce qui n’est pas très étonnant au regard de la nette différence de connaissance sur l’existence même de ces nappes. Il n’y a donc pas, contrairement à ce qui concerne la nappe phréatique, de savoir collectif commun et homogène. Certes un discours unique ne peut être valable pour toutes les zones de notre étude, une grande diversité de situations s’y retrouvant illustrée. Le discours le plus radical concerne la perception des nappes profondes comme des « eaux naturelles » (par opposition à la nappe phréatique qui s’assèche régulièrement) dont la quantité ne peut diminuer. J’ai entendu ce discours à plusieurs reprises, mais il m’a littéralement choquée quand il fut celui d’un assistant de puisatier, personne jouant un rôle non négligeable dans la diffusion de telles idées. Questionné sur la cohérence de cette vision quant au fait que le niveau des nappes baisse, il éluda la question et expliqua que les propriétaires de forages creusent profondément (à plus de 100 mètres) uniquement pour des raisons de sécurité. De tels discours ne peuvent inciter à ménager l’utilisation de la ressource et poussent au contraire les propriétaires à forer profondément.

41Les propriétaires de forages tiennent des discours qui intègrent davantage le phénomène de la baisse générale du niveau des nappes de la région. Ils ont pour argument principal la nécessité de positionner le moteur et de forer toujours plus profondément depuis vingt-cinq ans. Parmi eux, certains pensent que de telles nappes ne sont pas rechargeables, car les couches d’argile entre les couches sableuses empêchent l’eau de s’infiltrer, et elle ne peut donc pas atteindre de grandes profondeurs ; d’autres pensent qu’elles le sont car leur niveau fluctue, tout comme la nappe phréatique, l’eau s’écoulant progressivement vers le fond.

42L’idée n’est pas de valider ou de remettre en cause ces propos, car la recharge des nappes souterraines est un phénomène délicat à mesurer et ne peut être l’objet d’une simple vérification empirique. Ce qui nous intéresse est davantage de relier ces discours à celui du ciel sec. Pour ceux qui pensent que les nappes profondes se rechargent par les pluies, accuser le ciel sec fait sens. En revanche, pour les autres, une certaine incohérence des propos se profile entre d’une part l’accusation du manque de pluies et d’autre part les pratiques d’irrigation de ces hommes, qui souvent abusent de la ressource. Si j’avance l’hypothèse, au cours de l’entretien, que les pluies ne sont peut-être pas les seules responsables, qu’il y a également une augmentation de l’extraction de la quantité d’eau liée à l’accroissement du nombre de puits et forages, j’obtiens alors trois types de réactions :

  • un déni total de cette hypothèse. L’absence de pluies est la principale raison de la baisse du niveau des nappes. Les personnes répondant ainsi sont souvent pauvres ou de moyens modestes, peu éduquées. Elles ajoutent alors que si quelqu’un extrait des quantités importantes d’eau du sol dans la région, c’est le Gouvernement lui-même avec la Neyveli Lignite Corporation (nlc). Cette centrale thermique qui fournit de l’électricité à l’Inde du Sud, a effectivement besoin de pomper de vastes quantités d’eau pour éviter l’inondation des mines, l’eau étant distribuée aux agriculteurs dont les exploitations sont situées en aval. La nlc devient le bouc émissaire, et avec le « ciel sec » la source de tous les maux.

    • 13 Ce type de propos peut en outre être conforté lors de rencontres avec des ingénieurs hydrogéologues (...)

    une acceptation de cet argument, mais la faute est également rejetée sur la nlc13 ;

  • une acceptation complète de l’argument, avec un certain pessimisme lié au manque de prise de conscience par les autres agriculteurs de la nécessité de modifier les pratiques.

43Plusieurs éléments ressortent de ces propos : tout d’abord une différence de savoirs sur l’eau forée, certains attribuant aux nappes profondes le même fonctionnement que celui de la nappe phréatique. Dès lors, les pluies très irrégulières sont perçues comme la principale raison de la baisse du niveau des nappes. D’autres sont conscients que le processus de recharge est différent, sans doute plus complexe et parfois inexistant, mais la quête effrénée généralisée ne les fait pas changer de pratiques d’irrigation. Lucides sur leur action participative à la baisse des nappes, leur discours est empreint d’un certain fatalisme. Par ailleurs, l’absence de circulation d’information scientifique sur le fonctionnement des nappes et le cycle de l’eau est la porte ouverte à toutes sortes d’interprétations. Ainsi, les discours locaux ne peuvent pas être invalidés ou confirmés facilement.

44Accuser le ciel sec est une façon de s’en prendre à un phénomène naturel et de ne pas remettre en cause l’action anthropique qui s’est accélérée ces trente dernières années. Même si cette action est reconnue, les irrigants se sentent démunis pour changer les pratiques face au contexte social qui incite à la course pour l’eau et non à une réduction des consommations.

Quand le discours sur la recharge des nappes est approprié à des fins personnelles

45Il est difficile de savoir si ces conceptions du fonctionnement des nappes profondes sont le fait de réflexions liées à des observations empiriques, avec les limites que l’on en a montrées, ou si elles ont été influencées par des facteurs extérieurs, notamment les programmes de recharge des nappes mis en place à travers tout le pays. Cette notion de recharge des nappes est devenue un thème très commun depuis quelques années du fait de ces programmes. Or un phénomène récurrent dans la région de Pondichéry et qui l’est beaucoup moins dans le Tamil Nadu voisin, nous laisse à penser que ces programmes ne sont pas sans effet sur ces discours des agriculteurs liés à la recharge des nappes par les étangs (tanks). En effet, dans le district de Pondichéry, la majorité des tanks n’est plus utilisée pour l’irrigation depuis une trentaine d’années, seule l’eau souterraine alimente les champs. En outre, la surface de la plupart de ces étangs a été empiétée et mise en culture (Prabhakar 2007). Un projet de réhabilitation de ces tanks a été mené depuis 1999 afin de les remettre en usage et de rendre les agriculteurs moins dépendants de l’eau souterraine. Or ces tanks ne sont toujours pas utilisés pour l’irrigation aujourd’hui, et les membres des associations d’irrigants créées pour les gérer tiennent tous le même discours, stipulant qu’il est plus utile de laisser l’eau dans le tank plutôt que de l’utiliser pour l’irrigation. Le raisonnement est le suivant : l’eau s’infiltre progressivement pendant les 4 à 6 mois de stockage (ou seulement 2 à 3 mois selon les tanks) et recharge les nappes, exploitables encore quelque temps ; en revanche, si l’eau du tank est utilisée pour l’irrigation gravitaire, elle n’est disponible que 2 à 3 mois (ou 1 à 2), soit une durée bien moindre que dans le scénario précédent. En outre, beaucoup d’eau est perdue par évaporation et transport dans les canaux.

46Or, préserver l’eau pour la recharge des nappes est, d’après moi, un argument mis en avant par une certaine partie de la population qui y trouve son intérêt – en l’occurrence les propriétaires de forages – et auquel il est difficile pour d’autres villageois de s’opposer étant donné le contexte global de politiques prônant la recharge des nappes, l’absence de données scientifiques et un savoir sur les nappes demeurant essentiellement l’apanage des propriétaires de forages. Les éléments qui me laissent à penser cela sont de trois ordres : premièrement dans la plaine alluviale hors de Pondichéry où les projets de réhabilitation ne sont pas encore implantés, l’idée n’est pas communément diffusée ; deuxièmement, lors de discussions approfondies à propos du processus de recharge, il n’a pas été rare de se heurter à des incohérences ; troisièmement, nombreux sont les forages dans les nappes profondes dans le district de Pondichéry. Parler de stockage de l’eau dans les tanks pour le bienfait des puits signifie que les tanks devraient être actifs dans le processus de recharge de ces nappes profondes, point qui n’est pas accepté par tous comme nous l’avons vu. Et pourtant, les membres des associations de Pondichéry estiment que tel est le cas. La complexité des phénomènes réside dans le fait que certaines nappes, profondes en un endroit, peuvent affleurer à d’autres et s’y recharger, cas de villages de la zone (information personnelle de l’hydrogéologue du projet trpp). Ainsi, les fluctuations observées par les villageois, ne sont pas le fait d’une recharge locale, liée au tank, mais d’un phénomène qui prend place en un autre endroit.

47Ces différents éléments nous font penser que le discours des agriculteurs sur la recharge des nappes profondes par les tanks est un discours approprié et véhiculé par les propriétaires de forages qui vendent l’eau souterraine et n’ont donc aucun intérêt à ce que les autres agriculteurs utilisent l’eau du tank, gratuite. Les acheteurs d’eau expliquent effectivement qu’ils préféreraient utiliser l’eau du tank, mais comme son approvisionnement n’est pas assuré, ils ne veulent pas prendre le risque de manquer d’eau et de ne plus pouvoir en acheter auprès des propriétaires de forages qui pourraient aisément leur en refuser la vente. Les acheteurs d’eau n’insistent donc pas pour se servir de l’eau du tank. Les membres d’une association reprennent l’argument que personne n’a souhaité utiliser l’eau du tank quand la proposition en a été faite pour montrer que les villageois n’ont pas envie d’irriguer avec l’eau du tank, mais ils passent sous silence le fait implicite que les propriétaires de forages peuvent aisément s’accorder pour ne pas leur vendre l’eau s’ils en ont besoin ! Ce discours sur le bienfait des tanks dans la recharge des nappes est en outre imprégné de la « propagande » actuelle des politiques de recharge des nappes qui mettent l’accent sur les diverses techniques existantes, la nécessité de stocker le maximum d’eau dans le sol et qui n’insistent guère sur la nécessité conjointe de réduire l’utilisation de l’eau souterraine. Le terme save water est certes employé, mais davantage dans sa signification de sauvegarde de l’eau que dans celle de minimiser son utilisation. La formule de « tank as a bank » renforce également cette idée de stockage.

48On voit ici comment les propriétaires de forages, qui sont les agriculteurs les plus aisés et l’élite villageoise, se sont positionnés dans les associations d’irrigants afin de prendre des décisions à propos du tank pour l’ensemble des agriculteurs, et orienter ces décisions en leur faveur, puisqu’ainsi les personnes n’ayant pas de puits doivent leur acheter de l’eau. Ils profitent dans ce processus du peu de connaissance sur les eaux profondes de la plupart des personnes pour véhiculer un savoir qui repose sur des éléments peu vérifiables. Ils trouvent de plus dans les politiques actuelles de recharge des nappes un contexte favorable à leur discours. L’absence d’information scientifique ou de vulgarisation sur le fonctionnement des nappes souterraines, couplée à la complexité des phénomènes hydrogéologiques, empêche tout mouvement protestataire de prendre place. Enfin, l’assurance avec laquelle sont tenus les propos relatifs au rôle des tanks dans cette recharge des nappes ne facilite pas les discussions et ne permet pas à d’autres points de vue de s’exprimer.

Conclusion

49Les forages ont transformé le rapport de l’homme à son milieu de façon tellement brutale et si soudaine que la terminologie est encore imprécise et les savoirs apparentés à cette « nouvelle » ressource (eau profonde) très variés et parfois incohérents. Or l’interaction entre ces savoirs et l’utilisation de l’eau est manifestement liée à de multiples éléments d’ordre social et socio-économique. Ainsi dans certaines situations, le savoir est orienté par les intérêts personnels des propriétaires de forages, en l’occurrence la vente d’eau souterraine. Ils sont par ailleurs les mieux placés pour parler de cette ressource puisqu’ils l’extraient du sous-sol. En retour, l’utilisation de cette eau est affectée par un savoir encore mal établi, qui a tendance à emprunter les conceptions développées dans les savoirs traditionnels relatifs à la nappe phréatique. Or nous avons vu que la situation est complexe, que l’observation empirique seule ne permet pas de la comprendre, le processus dépassant l’échelle locale. L’absence d’information scientifique laisse dans ce contexte libre cours à diverses interprétations, et à des pratiques (aussi bien pour l’eau de surface que pour l’eau souterraine) orientées par le savoir des « dominants », ceux-là mêmes dont l’eau souterraine aide à asseoir le statut social : les propriétaires de forages, les maîtres de cette ressource devenue primordiale dans l’agriculture indienne.

Bibliographie

Bibliographie

A, Y. (1995), Terres à riz en Asie. Essai de typologie, Paris, Masson.

Adicéam, E. (1966), La Géographie de l’irrigation au Tamil Nadu, Paris, École française d’Extrême-Orient.

Aubriot, O., ed. (2011), Tank and Well Irrigation in Crisis : Spatial, Environmental and Social Issues ? Cases in Puducherry and Villupuram Districts (South India), New Delhi, Concept Publishing Co.

Blanc-Pamard, C. & Milleville, P. (1985), « Pratiques paysannes, perception du milieu et système agraire », in À travers champs, agronomes et géographes. Dynamiques des systèmes agraires, Paris, ORSTOM (« Colloques et Séminaires »), pp. 101-138.

Cesselin, F. (2001), « Irrigation par tank et motopompes à Tiruvenainallur au Tamil Nadu : compétition ou complémentarité de techniques ? », Mémoire du Master de sciences DAT (Développement agricole tropical) du CNEARC, Montpellier.

Coste, N. & Ploumpidis, N. (2007), Bittersweet Water. Irrigation Practices and Modern Challenges in South India/Eaux douces, Eaux amères/Thaneer : inippum kacappum. [DVD trilingue. Co-auteurs : K. Anupama, O. Aubriot, Y. Gunnell], Pondichéry, Institut français de Pondichéry (« Publications Hors Série » 5).

Dorin, B. & Landy, F. (2002), Agriculture et alimentation de l’Inde. Les vertes années (1947-2001), Paris, INRA Éditions.

FAO (2003), Groundwater Management : The Search for Practical Approaches, Rome, FAO (« Water reports » 25). http://www.fao.org/ DOCREP/005/Y4502E/Y4502E00.htm.

Gale, I., Neumann, I., Calow, R. & Moench, M. (2002), « The Effectiveness of Artificial Recharge of Groundwater : a Review », Rep. No CR/02/108N, Keyworth, Nottingham British Geological Survey.

Government of Tamil Nadu (2006), Season and Crop Report Tamil Nadu, 2004- 2005, Chennai, Department of Economics and Statistics.

Lefebvre, O. (2006), « Dynamiques de gestion de l’eau dans un contexte de surexploitation des eaux souterraines. La région de Pondichéry et de Villupuram au Tamil Nadu, Inde du Sud », Mémoire du Master de sciences DAT (Développement agricole tropical) du CNEARC, Montpellier.

Prabhakar, P.I. (2007), « The Illegal Practice of Cultivation in Irrigation Tanks : an Approach to Legal Pluralism through Actors’Narratives », in C. Eberhart, ed., Land, Law and Natural Resources Management Comparative Perspectives (Land : lessons and stakes), Pondichéry, Institut français de Pondichéry, pp. 465-496.

Season and Crop Report Tamil Nadu, 2004-2005, voir Gov. of Tamil Nadu.

Smadja, J., ed. (2003), Histoire et devenir des paysages en Himalaya. Représentations des milieux et gestion des ressources au Népal et au Ladakh, Paris, CNRS Éditions (« Espaces et Milieux »).

Notes

1 Le terme « tank », eri en tamoul, provient du portugais tanque (Adicéam 1966 : 301) et désigne les étangs-réservoirs semi-endigués, de faible profondeur qui accumulent pendant quelques mois l’eau de pluie, de ruissellement et parfois celle déviée de rivière. Cette eau est distribuée aux rizières par simple gravité à travers vannes et canaux d’irrigation, et les tanks représentent une technique séculaire d’irrigation collective villageoise qui a façonné le paysage de l’Inde du Sud de ses 159000 infrastructures.

2 Tableau du nombre de puits et forages au Tamil Nadu (* d’après Adicéam ; ** d’après Season and Crop Report, 2004-2005).

Image 100000000000019E000000A2D21690E3BF52F89A.jpg

3 Chiffres du département des Statistiques : Season and Crop Report Tamil Nadu, 2004- 2005 et Indiastat.com (2007).

4 La nappe phréatique se définit comme la nappe d’eau la plus rapprochée de la surface du sol, rechargée par les pluies et eaux de surface.

5 Nous préférons conserver le terme de puits tubé pour désigner les puits approfondis d’un tube (well-cum-bore en anglais) et le terme de forage pour le trou entièrement aménagé d’un tube et désigné par « tubewell » en anglais (et souvent traduit par puits tubé).

6 L’un des sourciers interrogés a découvert sa capacité dans un livre qui indiquait comment utiliser la noix de coco à ces fins divinatoires.

7 Il serait intéressant d’analyser le savoir de ces sourciers, d’observer si les aspects divinatoires reposent sur des données empiriques ou relèvent du domaine surnaturel, sur des préceptes écrits ou transmis uniquement par oral et si ces phénomènes sont expliqués ou non.

8 Le PWD (Public Work Department) en charge des infrastructures hydrauliques mène des études pour définir les meilleurs endroits, mais les agriculteurs utilisent très rarement ces services.

9 Il est important de noter qu’une augmentation de la profondeur de forage de 40 m par exemple ne signifie pas nécessairement que le niveau de l’eau a chuté de 40 m : une nappe a pu être asséchée et il a fallu creuser plus profondément pour trouver une autre nappe productive. La baisse du niveau de l’eau souterraine ne doit donc pas être considérée comme un phénomène linéaire et continu dans l’espace.

10 Rappelons que le district de Pondichéry a été le premier, à la fin du XIXe siècle, à tenter de tels équipements dans les nappes artésiennes et qu’en 1902, plus de 500 forages existaient déjà d’après Chatterton (Adicéam 1966 : 256). Sinon, cela fait tout de même plus de 25 ans que les pompes submersibles sont utilisées pour atteindre les nappes profondes non artésiennes.

11 Niveau de pression de l’eau dans les nappes souterraines.

12 Ce qui représente respectivement un total de 12 et 18 millions de litres d’eau par hectare, pour une production de 3 tonnes de paddy et 100 de canne (donnant 10 t de sucre). Soit 4000 litres d’eau pour produire 1 kg de paddy ou encore 5300 litres par kg de riz (1 kg de paddy donne environ 750 g de riz) et 1800 litres par kg de sucre.

13 Ce type de propos peut en outre être conforté lors de rencontres avec des ingénieurs hydrogéologues menant des études de terrain pour vérifier le niveau hydrostatique des aquifères de la région – comme il nous a été donné l’occasion d’en rencontrer au Sud du district de Pondichéry, soit à 40 km de la centrale à vol d’oiseau –, sans pour autant que les résultats soient rendus publics.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Carte géologique et type de puits.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/22166/img-1.png
Fichier image/png, 356k
Légende Fig. 2 : Évolution des superficies irriguées (nettes) par type d’irrigation au Tamil Nadu
Crédits (d’après divers Season and Crop Reports, 2004-2005)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/22166/img-2.png
Fichier image/png, 39k
Légende Fig. 3 : Coupe géologique schématique et différents moyens de recharge des nappes (alluvium = alluvion ; clay = argile ; sandstone = gris ; limestone = calcaire).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/22166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 4 : Schéma de l’évolution de la profondeur du puisage de l’eau souterraine.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/22166/img-4.png
Fichier image/png, 110k
Légende Fig. 5 : Lithologie, niveau d’eau et profondeur du moteur dans les forages dans un village de la zone alluviale
Crédits d’après des entretiens auprès des propriétaires de forage.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/22166/img-5.png
Fichier image/png, 110k

Auteur

Agro-ethnologue au Centre d’études himalayennes, CNRS (UPR 299), détachée à l’Institut français de Pondichéry durant 3 ans, elle est spécialisée dans la gestion de l’eau paysanne et ses logiques sous-jacentes. Elle a mené des recherches sur l’irrigation traditionnelle au Népal, sur la notion de droits d’eau, la compétition entre irrigation traditionnelle collective et irrigation individuelle moderne en Inde du Sud et enfin sur l’évolution des pratiques de gestion de l’eau dans la plaine du Térai népalais, dans des contextes sociaux et environnementaux (changement climatique) en mouvement.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search