Version classiqueVersion mobile

Circulation et territoire dans le monde indien contemporain

 | 
Véronique Dupont
, 
Frédéric Landy

Ouverture de nouveaux espaces : circulations transnationales

La clôture des espaces résidentiels à Bangalore

Gating the Indian City. The Making of Gated Residential Spaces in Bangalore

Aurélie Varrel

Résumé

Les espaces urbains en Inde sont marqués par une ségrégation fonctionnelle et sociale croissante. Elle se traduit par un élargissement des échelles de la ségrégation entre les différents groupes socio-économiques dans la ville, de la micro-échelle à une méso-échelle, qui est celle de nouveaux territoires urbains à accès restreint d’initiative privée, destinés aux catégories aisées. Par-delà une vision générique de la mondialisation des « condominium » et des « gated community », cet article propose d’analyser à Bangalore, cinquième ville indienne, la complexité de la production de ces formes spatiales, en mettant l’accent sur les conditions locales de diffusion, de réception, et d’accommodation de ces nouveaux modes d’habiter, indicatrices de dynamiques qui traversent l’ensemble de la fabrique urbaine, spatiale et sociale. Après avoir resitué la clôture comme forme et comme processus dans l’histoire urbaine locale et analysé le développement local des espaces résidentiels à accès restreint, nous interrogerons la signification d’un tel choix résidentiel. Enfin nous verrons comment la circulation de l’enclave comme principe urbanistique a été intégrée par ceux qui produisent la ville : promoteurs immobiliers, urbanistes et architectes, ainsi que les acteurs de la gouvernance métropolitaine.

Texte intégral

  • 1 Il s’agit en fait des classes aisées qui ont au premier rang bénéficié de la libéralisation et de l (...)

1La fermeture et la privatisation de l’espace urbain, la production croissante de territoires à accès restreint, constituent des phénomènes relatifs aux classes citadines aisées observables à une échelle internationale, et qui ont pour corollaire idéologique la tentation de la sécession urbaine, sociale et politique (Davis 1991). À partir du cas de Bangalore, cet article propose d’examiner et d’analyser ces phénomènes dans le contexte indien. On constate en effet dans les villes indiennes une tendance croissante à la ségrégation fonctionnelle, entre espaces à vocation commerciale et à vocation résidentielle. Il en va de même pour la ségrégation sociale par un élargissement des échelles de la ségrégation dans la ville entre les différents groupes socio-économiques, de la micro-échelle à une méso-échelle, correspondant aux nouveaux quartiers exclusifs. Ce processus ségrégatif a pour corollaire la privatisation croissante des espaces urbains, dont l’incarnation extrême est le lancement par le groupe Sahara du projet commercial de villes privées « Sahara Cities », territoires urbains entièrement produits et gérés par un acteur privé. Sans être aussi frappant, un phénomène récent et massif mérite d’être interrogé : le développement de nouveaux types d’ensembles résidentiels fermés pour les « classes moyennes »1 dans l’ensemble des villes indiennes, dont les deux types principaux sont les « condominiums » et les lotissements à accès restreint.

2Les explications par la mondialisation et la circulation de modèles urbanistiques « occidentaux » s’imposant de façon univoque, omniprésents dans la littérature anglo-saxonne, gagnent à être remises en perspective par une approche localisée et privilégiant une lecture plus complexe de la circulation des idées, des hommes, et des façons dont ceux-ci mettent en espace la ville. Nous proposons Bangalore comme lieu d’observation, en raison de la rapidité des mutations tant démographiques qu’économiques survenues dans cette ville depuis l’Indépendance, et de sa taille plus modeste que celle des trois plus grandes métropoles indiennes, qui permet de mieux saisir les processus en cours. Nous proposons d’exhumer la complexité de la production de territoires urbains qu’une analyse trop rapide et surplombante qualifie en des termes génériques (« condominium », « gated community » ), tendant à masquer les conditions locales de diffusion, de réception, et d’accommodation de phénomènes plus généraux. Cette analyse qui restera centrée sur les espaces résidentiels destinés aux catégories aisées de la population urbaine propose de mettre au jour un certain nombre de dynamiques qui traversent l’ensemble de la fabrique urbaine, spatiale et sociale.

3Dans un premier temps, cet article s’efforcera de resituer la clôture comme forme et comme processus dans l’histoire urbaine locale, pour mieux cerner la part de continuités et d’innovations réelles dans le développement local des deux types principaux d’espaces résidentiels fermés – les condominiums et les lotissements à accès restreints – dont la réception sera analysée au travers de deux études de cas dans un second temps. Puis on s’attachera aux acteurs, les résidents de ces nouveaux espaces résidentiels, et au rôle que joue la circulation des individus pour expliquer ce « choix » résidentiel. Enfin nous verrons comment la circulation du concept de l’enclave comme principe urbanistique a été intégrée par ceux qui produisent la ville : promoteurs immobiliers, urbanistes et architectes, ainsi que les acteurs de la gouvernance.

Fabrique d’espaces résidentiels clos : perspectives historiques localisées

4Un certain nombre de travaux menés sur le phénomène de fermeture et de privatisation des espaces résidentiels ont mis en perspective, dans l’espace et dans le temps, l’apparition de la clôture et de la ségrégation par rapport à l’histoire locale de production du résidentiel. (Voir sur les villes européennes : parmi d’autres Frantz et al. 2005 ; sur les villes chinoises : Wu 2006 ; sur les villes chinoises et indiennes : King 2004 ; sur les villes latino-américaines : Capron, dir. 2006).

House culture et garden city : des références coloniales durables

  • 2 Source : census of india 2001. Series 30 – Karnataka, paper 2-2001. Provisional population totals. (...)

5L’espace bangaloréen est historiquement celui d’une ville véritablement dichotomique, partagée entre la ville indienne (city), organisée autour de son fort construit au xvie siècle (kote) et de ses fonctions productives et commerciales (Pettah), et la station militaire et civile (Civil and Military station) créée à partir d’une garnison (cantonment) établie en 1809 à quelques kilomètres à l’est du noyau urbain initial. Lors du recensement de 1941, huit ans avant la fusion des deux unités urbaines, on compte 248 334 habitants dans la city, 158 426 dans la C&M station2. Le Raj en avait fait la principale garnison du sud de l’Inde, ce qui avait eu pour conséquence l’arrivée massive de populations venues de l’extérieur du Mysore : les autorités encouragèrent la venue de Tamouls de la Présidence de Madras, toute proche, pour occuper les emplois de service nécessaires au bon fonctionnement de la C&M station, auxquels s’ajoutèrent des commerçants et artisans marathis, gujaratis et rajasthanis (Nair 2005 : 43-45). La station accueillit ainsi une population indigène assez différente de celle de Pettah, et le développement de l’ensemble de ce nouvel espace urbain fut soumis à l’influence britannique, au travers de l’application de modèles urbanistiques et architecturaux importés.

  • 3 Les fonctionnaires civils britanniques et leur famille étaient logés dans ces quartiers résidentiel (...)
  • 4 L’actuelle M.G. Road, large artère d’orientation est-ouest, sans doute l’avenue la plus connue de B (...)

6Les réalisations de référence sont les quartiers résidentiels coloniaux du cantonment et des civil lines3, organisés selon le principe du zonage fonctionnel et caractérisés par une recherche de l’espace et par la distance physique pour assurer la distance sociale (taille des parcelles ou compounds, largeur des rues, recours à la végétalisation de l’espace public et privé) (King 1984 ; Kaviraj 1997). Ce modèle s’incarne encore aujourd’hui dans les rues ombragées et calmes, dépourvues de commerces, bordées de bungalows entourés de vastes jardins, des environs de Parade Ground4. Deux déclinaisons de ce modèle ont été créées à l’initiative des Britanniques pour accueillir la population locale en croissance.

7La première a été conçue et réalisée par les Britanniques dans la dernière décennie du xixe siècle : ce sont des quartiers destinés à la bourgeoisie « indigène », localisés dans ce qui était alors la grande périphérie de l’agglomération duale (au sud : Chamrajpet, Basavanagudi ; au nord : Malleswaram, Seshadipuram). Le plan de ces quartiers est calqué sur celui des quartiers britanniques : trame viaire orthogonale et hiérarchisée (grid), squares, parcelles et routes spacieuses. La ségrégation entre castes et groupes religieux y est organisée, hautes castes, chrétiens et musulmans se voyant assigner des îlots différents ; elle a été planifiée par les urbanistes britanniques, comme en témoignent des plans d’aménagement d’époque (Nair 2005 : 52), puis accentuée par la volonté des hautes castes de se réserver ces quartiers vite perçus comme ceux du prestige et de la richesse. Architecturalement, ils sont composés de répliques des bungalows occupés par les militaires et fonctionnaires britanniques, en rupture donc avec les maisons mitoyennes ou à cour intérieure de Pettah.

  • 5 Il ne faut pas confondre le bazar de la ville indigène et le regimental bazar, créé pour satisfaire (...)

8La seconde déclinaison est incarnée par les « Indo-English towns », construites à partir des années 1920 dans la périphérie nord du cantonment, au-delà du bazar de la station5. Destinés à accueillir la petite classe moyenne émergente d’employés des administrations et de l’armée britannique constituée surtout de Tamouls et d’Anglo-indiens, ces quartiers sont une version plus économique et moins délibérément ségrégée de la première déclinaison, également appliqués selon les principes du grid (Nair 2005 : 50-56).

  • 6 Le terme de garden employé dans l’expression « garden city » est à comprendre dans son acception an (...)

9Les héritages de cette phase coloniale de production d’espaces résidentiels sont durables : division fonctionnelle entre le résidentiel et le commercial, reprises depuis par tous les règlements d’urbanisme (activités sédentaires tolérées seulement sur certains axes et carrefours) ; le bungalow, la maison individuelle non mitoyenne qui demeure l’idéal résidentiel local, ce qui est couramment évoqué dans le milieu immobilier local comme la « house culture » dominante à Bangalore (cf. infra) ; enfin l’image de garden city créée et popularisée par les Britanniques, qui demeure une représentation forte de Bangalore, faisant du paysage arboré, ombragé et verdoyant des quartiers résidentiels construits sous les Britanniques, un must6.

Des exceptions longtemps liées au pouvoir fédéral

  • 7 Voir précisément Burte & Krishnankutty 2006.

10Si le vocabulaire urbanistique de l’enclave est central pour comprendre l’urbanisme post-Indépendance à Delhi et à Mumbai7, les enclaves sont relativement rares à Bangalore jusqu’aux années 1990. Certes, durant l’ère nehruvienne ont été créés des « self contained townships », ensembles résidentiels associés aux grandes entreprises publiques du secteur industriel implantées à Bangalore par le pouvoir central : Indian Telephone Industries, Bharat Electronics Limited, Bharat Heavy Electricals Limited, Hindustan Machine Tools, Hindustan Aeronautics Limited. Il s’agit d’ensembles résidentiels planifiés, construits par l’entreprise, et proposant autour d’une trame viaire orthogonale, des maisons individuelles ou petits immeubles standards, où le type de logement est lié à l’appartenance et au rang hiérarchique occupé au sein de l’entreprise.

11Toutefois il s’agit d’expériences partielles, puisque seule une partie du personnel peut y loger. Par ailleurs la création des townships s’inscrit moins dans un projet urbanistique qu’économique : il ne s’agit pas tant de poursuivre et d’organiser la croissance urbaine, que d’assurer la disponibilité des personnels à proximité de l’entreprise et donc son bon fonctionnement, à l’heure de transformer Bangalore en pôle industriel méridional. D’ailleurs ces enclaves constituent des unités indépendantes de gouvernance urbaine et n’ont été rattachées administrativement à la municipalité de Bangalore que tardivement, dans les années 1980 (Nair 2005 : 140). Elles ont été longtemps perçues comme des entités à part, tant d’un point de vue fonctionnel qu’urbanistique et social, fruits de la volonté du pouvoir central.

12De ce point de vue, on peut les rattacher à deux autres ensembles plus anciens, les campus de type et d’époque britannique du National Institute of Mental Health And Neuro Science (nimhans) et de l’Indian Institute of Science (IISc). Dans ces deux lieux, fonction « productive » et fonction résidentielle sont localisées dans une même enclave, bien que dans des parties distinctes de ces espaces immenses de plusieurs dizaines d’hectares.

13Mais dans les deux cas de figure, la clôture reste sinon symbolique, du moins peu efficace. L’IISc est entouré d’un mur qui jusqu’aux années 1980 est peu élevé et aisé à enjamber. Les townships industriels ont certes un nombre limité d’accès carrossables et qui se marquent dans le paysage, mais ils ne sont pas même ceints entièrement par une clôture ou un mur, ce qui permet le développement d’extensions sauvages qui posent problème. Le nimhans est à part puisque, par vocation, c’est un lieu dont il est difficile de sortir.

14Modèle du campus britannique ou de la ville industrielle de type socialiste, dans les deux cas il s’agit d’importations de modèles exogènes, sous l’impulsion du pouvoir central, et qui restent des expérimentations ponctuelles dans le paysage urbain bangaloréen jusqu’aux années 1990.

Les premières formes de clôture dans les années 1980 en situation de frange urbaine

15Un type d’enclave nouveau apparaît à partir des années 1980, dans le double contexte de la croissance spatiale de la ville et du développement de la spéculation foncière et immobilière privée. Il s’agit d’une forme de transition entre l’auto-promotion immobilière, c’est-à-dire l’achat par un particulier d’un terrain à bâtir pour y construire un logement individuel, et les lotissements à accès restreint construits et gérés par des entreprises immobilières qui vont apparaître dans les années 1990. Durant cette période des années 1980 marquée par la hausse des prix du foncier, les particuliers désireux d’acheter tendent à se regrouper en association pour acquérir des parcelles agricoles en périphérie de la ville. Cette procédure déjà décrite ailleurs dans le cas de Delhi (Dupont 1997) introduit le recours à la clôture physique. Celle-ci joue un rôle immédiat et pragmatique : matérialiser l’achat du terrain en situation de frange urbaine, où les tensions sont fortes entre communautés villageoises, citadins et migrants (Ramachandran 1991 : 310-313), afin de prévenir tout risque d’occupation abusive ou d’empiétement (labour d’une partie de la parcelle, etc.). Cela correspond à une première étape dans la procédure administrative de conversion d’une parcelle à vocation agricole en terrain constructible.

16Les coopératives de propriétaires à l’initiative de ces projets sont constituées de particuliers souvent unis par des liens de parenté, de caste ou professionnels. Aussi reste-t-on dans une production artisanale d’espaces résidentiels : la parcelle achetée en commun est divisée en lots sur lesquels la construction de chaque maison se fait au rythme des finances des différents propriétaires et en fonction de leurs goûts propres, même lorsqu’il y a recours aux services d’un architecte ; le raccordement aux réseaux d’eau et d’électricité prend souvent des années. Ainsi voit-on apparaître des lotissements hétéroclites de quelques maisons au milieu de lots en friche, derrière des murs de parpaings ou de briques, dans des espaces souvent encore dominés par l’agriculture, aux marges de la ville, éléments parmi d’autres du paysage complexe et en évolution rapide des franges urbaines (Schenk 2001 : 113-133).

  • 8 Bien que Bangalore puisse s’enorgueillir de quelques immeubles de bureaux qui sont autant de jalons (...)

17Un même type de montage juridique prévaut à l’apparition des premiers immeubles collectifs résidentiels dans la ville8. Ils sont localisés dans les anciens quartiers résidentiels du cantonment, où les vastes compounds des bungalows appartenant aux grandes familles anglo-indiennes ont été progressivement divisés au fil des héritages. Ce démembrement a dégagé des parcelles bien situées pour une clientèle aisée. Il ne s’agit dans un premier temps que de petits immeubles résidentiels de qualité médiocre, devenus typiques du paysage urbain indien. Ce sont des projets de petite taille, les appartements étant destinés à être vendus ou loués à un public restreint de proches, et le projet d’ensemble est généralement initié par une personne qui s’improvise souvent dans le rôle de promoteur et de maître d’ouvrage (avec les conséquences désastreuses que l’on sait sur la qualité et le vieillissement de ces réalisations). Cette rupture majeure avec la house culture dominante marque, dans le paysage urbain, l’émergence de l’initiative privée à but commercial comme nouvel acteur de la production d’espace résidentiel à Bangalore. Toutefois le succès de ces immeubles est limité, et leur nombre demeure modeste dans les quartiers bourgeois du cantonment et de la périphérie jusqu’aux années 1990.

L’arrivée de nouveaux espaces résidentiels fermés : Raheja Residency et Palm Meadows

Les condominiums : un modèle singapourien venu de Bombay

18Élément récent du paysage urbain indien, on peut définir le condominium comme un ensemble d’immeubles résidentiels construits par un même promoteur sur une parcelle, caractérisé par l’intégration d’un certain nombre d’équipements collectifs de loisirs et de services, dont l’utilisation est réservée aux résidents, l’exclusivité de cet accès étant garanti par un accès restreint à l’espace clos du condominium (Guillot 2001). Il est associé au plan architectural par des immeubles d’aspect massif, d’au moins cinq étages, aux façades ornées de balcons, dont le style est, soit relativement neutre, soit agrémentés de motifs architecturaux empruntés, d’origines diverses sinon discordantes.

  • 9 La construction de condominiums est contrôlée par l’État à Singapour, où elle constitue un outil de (...)

19Ce type d’espace résidentiel, élaboré et développé dans les années 1970-1980 en Asie du Sud-Est, en particulier dans les cités-États, s’implante en Inde d’abord dans les grandes villes du nord et de l’ouest du pays, en particulier à Bombay, où le premier condominium est construit par le groupe Ansal en 19829. Il est introduit à Bangalore dans les années 1990 par des promoteurs extérieurs, dont les grands groupes de Mumbai, Raheja et Ansal. Cela s’inscrit dans le contexte du gonflement d’une première bulle immobilière qui correspond au boom de l’électronique au début des années 1990, à l’origine de la réputation de Silicon Valley de la ville (Heitzman 2004 ; Holmström 1994).

20Arrêtons-nous sur deux condominiums de grande taille réalisés par ces promoteurs à cette époque : « Diamond District » construit par Ansal le long d’Airport Road, c’est-à-dire à l’est du cantonment et au sud du quartier chic d’Indira Nagar (photo 1), et « Raheja Residency », par le groupe éponyme, dans le sud du quartier méridional de Koramangala. Ces deux lieux d’implantation possèdent un certain nombre de caractéristiques communes : Indira Nagar et Koramangala sont les deux quartiers bourgeois qui se sont développés à partir des années 1960 au-delà de la demi-couronne péricentrale de terrains militaires qui entourent le cantonment. Indira Nagar incarne l’image de pensioners’ paradise de Bangalore, puisque ce quartier est né de l’arrivée de militaires de haut rang désireux de s’installer à Bangalore pour leur retraite. Le choix de ce site s’explique par sa localisation entre les espaces appartenant à la Défense et à l’usine de hal, qui y possédaient des terrains, lesquels furent facilement cédés à d’anciens hauts gradés. Par ailleurs ces deux quartiers ont massivement accueilli dans les années 1980- 1990 les multinationales et les entreprises liées au secteur informatique.

1. Diamond District, vue de l’intérieur de l’enclave.

1. Diamond District, vue de l’intérieur de l’enclave.

(cliché a. Varrel, juillet 2004)

  • 10 Cette diffusion discrète de petites entreprises de services informatiques, créées avec peu de moyen (...)

21Le terme proposé par Ivonne Audirac de « paysages de l’ère de l’information » (information age landscapes) semble caractériser les mutations paysagères en cours à Indira Nagar et Koramangala, où bourgeonnent les immeubles des entreprises it le long des principaux axes routiers, paysage de la nouvelle économie, et leur pendant résidentiel : les condominiums destinés à leurs salariés, sans oublier l’installation de start-ups dans des maisons particulières10 (Audirac 2003). Le lancement de ce nouveau « produit » à Bangalore était conçu par leurs promoteurs immobiliers comme des chevaux de Troie pour pénétrer le marché local, afin de profiter de l’effet de bulle et de la flambée des prix, mais il n’a en fait trouvé que difficilement et lentement une clientèle.

Raheja Residency : initialement un semi-échec

  • 11 L’ensemble des informations relatives à la commercialisation du condominium et aux choix stratégiqu (...)

22Le second condominium, Raheja Residency, par son architecture, les conditions de sa commercialisation, l’évolution de la composition de ses occupants, illustre la réception assez difficile de ce nouveau type d’espaces résidentiels à Bangalore. Les premiers plans datent de 1991, la construction des huit immeubles et des quelque huit cents appartements s’est étalée de 1996 à 1999, mais la vente des logements n’a pris fin qu’en 2001, à des prix divisés par deux par rapport à ceux de lancement. L’opération s’est donc soldée par une contre-performance pour le groupe Raheja : sa stratégie d’entrée sur le marché immobilier bangaloréen avec ce produit inédit a été un échec. Il s’est d’ailleurs abstenu de toute opération locale par la suite jusqu’en 200511.

  • 12 Entretien, I. Zachariah, architecte en charge du projet Raheja Residency (Bangalore, nov. 2004).
  • 13 Les appartements de trois et quatre chambres étaient initialement proposés à la vente au prix de de (...)

23Ce condominium (photo 2) offre un aspect très minéral, les bâtiments sont groupés autour d’une esplanade centrale peu végétalisée ; les abords donnant sur l’extérieur sont plus ombragés. L’architecture des bâtiments comme le plan d’ensemble ont été copiés sur des plans singapouriens fournis par Raheja à l’architecte local12. En dépit du positionnement économique et marketing du produit sur un créneau réservé à une clientèle aisée13, les équipements collectifs sont relativement pauvres : club correspondant initialement à quelques salles destinées à des réunions et activités organisées par l’association des résidents, parking au rez-de-chaussée, petite aire de jeux pour les enfants. L’ensemble est entouré d’un mur d’enceinte peu élevé et les trois accès sont (mollement) surveillés depuis des guérites de gardiennage. Aussi la valeur ajoutée de ce nouveau produit sur le marché immobilier apparaît-elle faible, dans une ville où le niveau de criminalité est très bas, et à proximité de plusieurs clubs classiques aux équipements sportifs de meilleure qualité. Par ailleurs, vivre en appartement va à l’encontre de la house culture évoquée plus haut, qui domine les modes d’habiter de la classe aisée locale, ce qui, rétrospectivement, semble être la raison principale des difficultés à vendre ces logements.

24Ce blocage initial montre la difficulté durable d’acclimatation d’un mode d’habiter, celui lié aux appartements et immeubles résidentiels, et l’erreur d’appréciation commise par les groupes immobiliers extérieurs, qui n’ont pas perçu la spécificité et l’inertie des pratiques résidentielles locales. La clôture et les garanties de sécurité qu’elle matérialise n’ont pas été considérées comme une valeur ajoutée suffisante, susceptible de contrebalancer la préférence pour les maisons.

25L’analyse des différents profils d’acheteurs, rapportée par l’interlocuteur de Raheja (voir note 11), est porteuse d’enseignements : les appartements ont finalement été vendus essentiellement à des personnes non originaires d’Inde du Sud, ou n’y résidant plus depuis un certain temps. Il s’agit, pour une part, de personnes venant de régions plus septentrionales de l’Inde (notamment la vague de familles aisées de Mumbai qui sont venues à Bangalore après les émeutes et affrontements inter-communautaires de 1992-1993) ; pour une autre part, il s’agit d’Indiens immigrés (non resident indians) qui souhaitaient réaliser un investissement à but locatif. Les quelques acquéreurs locaux initiaux semblent être des cadres supérieurs et dirigeants d’entreprises étrangères ou indiennes, qui avaient déjà vécu en appartement au cours de leur carrière, dans des grandes villes du nord et de l’ouest de l’Inde, ou à l’étranger. La circulation des individus semble donc constituer un facteur essentiel : le fait d’être un (ex-)migrant est corrélé au fait d’acquérir et/ou de vivre dans des enclaves et dans un appartement.

26Les projets et mises en chantier de condominiums ont repris et se sont multipliés à partir de 2002-2003, cette fois à l’initiative des grands groupes immobiliers locaux. Cette chronologie est la même pour une autre forme de territoires urbains fermés : les lotissements à accès restreint.

Palm Meadows : l’apparition des lotissements à accès restreint

  • 14 Le terme générique de « gated community » désigne une forme spatiale et un mode d’organisation d’un (...)

27Il faut également évoquer les lotissements clôturés de type « gated community »14 qui apparaissent à Bangalore durant la seconde moitié des années 1990, dans le contexte de la dépression du marché immobilier postérieur à la première bulle. Ce type d’enclave diffère des lotissements clos des années 1980 décrits précédemment, car il s’agit de maisons en lotissements mises sur le marché « clé en main » : l’ensemble est entièrement conçu, planifié et réalisé par un promoteur immobilier et une seule équipe d’architectes et de constructeurs. Le style des villas correspond généralement à un seul modèle architectural commun. Le lotissement est doté d’un certain nombre d’équipements collectifs, dont l’entretien et le fonctionnement sont assurés par le promoteur immobilier ou une filiale de sa société, et le fonctionnement est soumis à un certain nombre de règles collectives.

2. Raheja Residency, vue de l’intérieur de l’enclave.

(cliché a. Varrel, février 2009)

  • 15 Sources : entretien avec N. Venkataraman, architecte de Palm Meadows (oct. 2004) ; entretien avec M (...)
  • 16 Paradoxalement les gated communities étaient alors assez rares en Australie, en tout cas bien moins (...)

28Les projets initiaux sont localisés dans la grande périphérie alors encore rurale de Bangalore, à une trentaine de kilomètres du centre-ville, à la fois pour des raisons pratiques de disponibilité et de coût des terrains, mais également à proximité des deux grands parcs technologiques aménagés par le gouvernement : Electronic City, au sud de la ville, situé sur l’axe qui relie Bangalore au Tamil Nadu, créé en 1986, et l’International Technology Park (itpl), créé en 1997 à Whitefield dans la grande périphérie-est. C’est à 4 km au sud de l’itpl que se trouve Palm Meadows, le projet précurseur dont le succès fait référence. Il est lancé en 1995 par Adarsh Developers, petite société immobilière fondée par de grands propriétaires telougous, désireux de valoriser les vastes terrains qu’ils possèdent à l’est de la ville. En termes de stratégie, il s’agit à l’époque pour un petit promoteur local et un architecte de proposer un produit nouveau afin d’assurer leur survie en période de crise15. Pour attirer la clientèle dans ce lieu isolé et excentré, le promoteur et son architecte décident de développer un projet innovant et haut de gamme, dont l’idée, le modèle architectural et les plans sont inspirés par un voyage d’étude en Australie16.

  • 17 Celles-ci sont à présent disponibles sur le site web de Palm Meadows, qui a été rénové à l’automne  (...)

29Le projet initial d’un lotissement clos de cinq villas de « style méditerranéen » (photo 3) piétine avant de décoller vraiment à partir de 2000, grâce en grande partie à la proximité de l’itpl et des campus qui fleurissent alentour, leurs cadres dirigeants et expatriés composant une part importante des résidents. « Palm Meadows » compte à présent plus de cinq cents villas, ainsi qu’un club, pourvu d’équipements récréatifs et sportifs. Un certain nombre de « règles de vie » sont imposées par contrat aux résidents, propriétaires comme locataires, concernant des sujets aussi divers que la conduite et le stationnement des véhicules, les animaux de compagnie, la gestion des ordures, les travaux et modifications apportés aux villas, l’entretien des jardins privatifs, le comportement à adopter dans les parties communes et au club ; il est assorti d’un système graduel d’amendes17. L’accès se fait par une unique entrée monumentale sous protection ; l’ensemble est entouré de hauts murs surmontés de barbelés et surveillé par des gardiens ; le personnel de service, comme tous les visiteurs, doit être dûment autorisé à entrer, par un résident, et porter un badge. Le lotissement a réussi à avoir accès au réseau électrique du district, et possède sa propre station de pompage et de traitement des eaux.

  • 18 Les témoignages des premiers résidents, recueillis pour le site web communautaire, sont à ce titre (...)

30Le succès énorme de ce lotissement initialement situé pour ainsi dire « au milieu de nulle part »18 en fait la référence par rapport à laquelle se positionne la trentaine de projets existants ou en cours de réalisation. Il est le pionnier d’un créneau haut de gamme, certes restreint mais hautement lucratif, dans lequel la plupart des promoteurs locaux importants se sont engouffrés. Le modèle initié par Adarsh de gated communities est décliné désormais sous la forme de projets allant d’ensembles de petite taille (quelques dizaines de logements) à des lotissements de plusieurs centaines de logements, incluant des commerces et une école (comme « Prestige Ozone », dont la construction s’achève à Whitefield). L’ampleur mais aussi le caractère différé de ce succès à Bangalore renvoient aux conditions locales de la production d’espaces résidentiels.

3. Une impasse dans Palm Meadows.

3. Une impasse dans Palm Meadows.

(cliché A. Varrel, mai 2004)

31Il faut souligner le sentiment toujours largement répandu localement que l’immeuble, l’appartement relèvent de modes d’habiter et de pratiques culturelles importés d’ailleurs, exogènes par rapport aux pratiques et préférences locales en matière résidentielle. Au contraire, la gated community représente une production d’initiative locale de logements qui s’inscrivent en conformité avec la house culture dominante, pour une catégorie qui a les moyens d’y accéder. Le fait de vivre dans un complexe à accès restreint et théoriquement contrôlé, doté d’équipements à usage collectif, n’apparaît pas vraiment comme une rupture en soi, car il s’inscrit dans le prolongement historique de l’idéologie planificatrice, créatrice localement de territoires urbains autonomes autour de sites industriels liés au gouvernement central.

Un nouveau mode d’habiter dans la circulation et ses passeurs

32Cette implantation en deux temps correspond aussi chronologiquement au décollage économique de Bangalore et à son insertion dans les circuits de l’économie mondialisée, qui ont fait de la ville un pôle de circulation de populations à échelle nationale et internationale, une « gateway city » pour citer Binod Khadria (2004 : 5). L’apparition d’espaces résidentiels fermés correspond au développement de flux de populations aisées et très mobiles, initiatrices de nouveaux modes d’habiter.

Le rôle des non resident Indians : une fausse évidence à minorer

33On serait tenté de supposer que les NRIs jouent un rôle important dans le succès final de ces nouveaux types d’espaces résidentiels. La place qu’ils occupent en tant que clients sur le marché de l’immobilier résidentiel bangaloréen semble néanmoins quantitativement limitée : la dizaine de promoteurs immobiliers enquêtés en 2004-2005 estimait, de manière consensuelle, la proportion de NRIs, parmi la clientèle achetant des appartements, à 10 à 15 %. Une seule société a fourni des chiffres supérieurs, qui s’expliquent par son statut particulier : il s’agit de la filiale immobilière d’un groupe de btp indien très bien implanté dans le Golfe ; la situation spatiale et l’organisation particulière de cette entreprise mettaient donc la clientèle des NRIs du Golfe au cœur de sa stratégie de développement. Cette société étant de taille moyenne, son profil ne remet pas en cause l’estimation partagée par le reste des interlocuteurs. Ces chiffres incitent donc à la prudence par rapport à la place qui est accordée aux NRIs dans la publicité et le marketing immobilier. L’auteure se démarque sur ce point de ce que conclut A. D. King (2004 : 127-140) d’une analyse d’un corpus de publicités immobilières extraites du magazine india today, qui fait des NRIs un acteur central des évolutions récentes du marché immobilier et de l’architecture résidentielle en Inde. Nous soutenons plutôt l’hypothèse de la construction d’un « nri brand » , c’est-à-dire que nous y lisons plutôt une instrumentalisation de l’image des immigrés, devenue une sorte de label associé à des idées de qualité, de richesse, et d’exigence, et utilisée à des fins de marketing.

  • 19 À Palm Meadows, les villas vendues initialement entre quatre et huit millions de roupies atteignaie (...)

34Toutefois la part de la clientèle nri semble être beaucoup plus importante en ce qui concerne les lotissements à accès restreint, d’après des entretiens menés avec différents promoteurs proposant ce type de produit haut de gamme. À Palm Meadows, ils représenteraient 30 à 40 % des propriétaires d’après les chiffres fournis par le groupe Adarsh. Cela s’explique au moins par le prix très élevé des villas19, qui impose d’avoir, au moins, un temps touché des revenus de niveau occidental ; il semble également que ces achats soient souvent des investissements à but locatif.

La circulation des individus : un facteur clé du succès différé des enclaves

  • 20 Nous nous basons ici sur un volet consacré aux parcours et choix résidentiels, dans le cadre d’entr (...)
  • 21 Une réponse assez typique d’un Indien du Sud est fournie par l’extrait d’entretien suivant : « We h (...)

35Bangalore assurait le tiers des exportations indiennes de services informatiques d’après l’organisme d’État des Software Technology Parks of India en 2005 (Karnataka it directory 2005), chiffre stable depuis le début de la décennie. Le boom des entreprises bangaloréennes de services informatiques dans la perspective du « bug de l’an 2000 », puis le développement d’activités de sous-traitance à haute valeur ajoutée, puis l’implantation de filiales de multinationales du secteur des hautes technologies, ont eu entre autres conséquences sociales de développer un groupe de salariés très qualifiés, disposant d’un pouvoir d’achat élevé. Ce sont souvent de nouveaux venus à Bangalore, qu’il s’agisse de migrants en provenance d’autres États ou d’ex-NRIs de retour de l’étranger (Khadria 2004). Cet afflux a entraîné une congestion de la demande de logements haut de gamme dans le parc immobilier déjà existant, essentiellement constitué de maisons individuelles ou d’appartements situés dans les immeubles isolés du centre-ville. C’est la saturation du marché locatif, et à l’achat, de maisons individuelles dans les quartiers bourgeois traditionnels qui a poussé cette nouvelle clientèle vers les condominiums. En effet, des entretiens menés avec des résidents, portant sur leurs choix résidentiels, montrent que vivre là n’est souvent qu’un choix par défaut, faute de pouvoir louer ou acheter une maison dans un quartier « convenable » ( « decent » )20. Il faut ici souligner une différence dans l’attitude par rapport à cette question entre les personnes qui viennent de Delhi ou Bombay, habituées à ce mode d’habiter, et les Indiens du Sud, qui en général soulignent le caractère contraint de ce choix, et tiennent à le présenter comme une étape transitoire21. Les condominiums constituent donc une solution à court terme à cette situation de pénurie de l’offre. Nous analyserons plus loin comment la clôture permet par ailleurs de pallier le problème du standing du quartier.

  • 22 Sources : Ananya Wagh, journaliste spécialisée dans l’immobilier (sept. 2004) ; Indira Sharma, dire (...)

36Le succès récent des condominiums en particulier correspond en fait à une solution de remplacement, à un second choix pour un certain nombre de résidents. Cela a pour conséquence de modifier en retour la façon dont est perçu le fait de vivre dans ces immeubles : les condominiums sont désormais associés à la réussite économique de leurs occupants et à une certaine idée de la modernité urbaine, puisqu’ils constituent une grande partie du parc immobilier neuf accessible aux nouvelles classes aisées. Cela les rend attractifs pour la frange plus jeune des employés des secteurs prospères de la « nouvelle économie », qui investissent massivement, une fois mariés, dans l’achat d’appartements basiques situés dans ces ensembles, pour s’y loger et/ou réaliser un investissement immobilier22.

Carte de Bangalore

Carte de Bangalore

L’enclave : créer l’entre-soi pour une clientèle largement non locale

37Un certain nombre d’entretiens tant avec des résidents qu’avec des professionnels du secteur immobilier, ainsi que des observations personnelles, tendent à montrer que l’accès aux logements dans les quartiers « chics » traditionnels de Bangalore est verrouillé par une promotion immobilière qui est encore de type artisanal sinon familial. À cette échelle locale, les pressions sociales peuvent s’exercer et opérer une sélection des futurs occupants en fonction de critères d’origine géographique, d’appartenance religieuse et de caste, d’affiliation à des réseaux de connaissances qui se portent garants du futur occupant. Un grand nombre des salariés récents des grandes entreprises du secteur des hautes technologies dispose certes de hauts niveaux de revenus, mais pas de ce capital social ancré localement. Les logements relevant du secteur privé marchand constituent donc une alternative pour eux, face à ces blocages relevant de l’accessibilité sociale.

38Pour autant, cette clientèle a également un certain nombre d’exigences quant au quartier et au lieu où ils vont vivre, sur le plan du prestige et des interactions potentielles. L’enclave résidentielle de ce point de vue satisfait à ces exigences. La clôture crée une certaine exclusivité du lieu, garante d’un relatif prestige de l’adresse, même si celui-ci ne se trouve pas à une échelle plus grande dans un quartier identifié comme bourgeois ; c’est là un fait analysé ailleurs qu’en Inde (Blakely & Snyder 1997 ; Caldeira 2000). On s’assure ainsi de vivre dans un voisinage « convenable », garanti à la fois par les portes et les gardiens et par le montant des loyers et des charges collectives relatives à l’entretien de l’enclave et des équipements.

39Vivre dans une enclave résidentielle offre également un certain nombre de solutions et raccourcis aux problèmes d’installation et d’intégration pour des arrivants non originaires du Karnataka, comme l’ont montré entretiens et observation participante.

40C’est moins au premier chef une question de sécurité que de confort : l’enclave borne les interactions non désirées, mais difficilement évitables, dans une maison située dans une rue résidentielle, avec les multiples vendeurs et autres employés faisant du porte-à-porte tout au long de la journée. L’enclave permet de les limiter, puisqu’elle restreint l’entrée aux personnes ayant au minimum décliné leur identité et leur destination à l’entrée. De plus, la résidence est généralement en relation avec des artisans, ouvriers attitrés, auxquels est fait appel en cas de besoin, ce qui décharge les résidents du souci de trouver quelqu’un en cas de problème, de communiquer avec lui (puisque l’on passe pour cela par l’intermédiaire d’un concierge qui traduit et négocie).

41Par ailleurs, le brassage relatif de résidents d’origines diverses au sein des enclaves apparaît comme une qualité, au contraire de ce qui a été décrit plus haut concernant les quartiers traditionnels. En effet l’enclave joue le rôle d’interface sociale, en offrant la possibilité d’entrer facilement et rapidement en relation, au sein de la résidence, avec des personnes partageant des niveaux d’éducation, de revenus et des styles de vie a priori assez proches (« like-minded people »), et avec lesquelles il est facile de communiquer grâce à l’usage généralisé de l’anglais ou du hindi. Vivre dans une enclave pallie ainsi plusieurs problèmes pour les néo-arrivants : l’isolement, notamment des épouses sans emploi ; la méconnaissance des langues locales (tamoul ou kannada) ; l’accès à un certain nombre d’informations d’ordre pratique ; la socialisation des enfants, rapidement intégrés dans une enclave où l’on n’hésite pas à les laisser aller jouer dehors puisque les gardiens veillent à ce qu’ils ne sortent pas. L’enclave constitue ainsi un lieu de « l’entre-soi », entre des actifs travaillant souvent dans les quelques mêmes entreprises pour la plupart liées au secteur des hautes technologies (« the industry » ), et qui ont en commun l’expérience du déracinement. C’est un microcosme de familles, presque exclusivement de nationalité indienne mais aux origines diverses (ce qui est désigné par l’adjectif récurrent « cosmopolitan » ), cultivant une relative occidentalisation, et jouissant d’un confort matériel certain.

42Ainsi se mettent en place dans ces enclaves de nouveaux modes d’entre-soi, qui tiennent à distance à la fois les difficultés de la mégapole et les spécificités de Bangalore, pour une clientèle largement venue de l’extérieur, en quête d’un lieu de résidence permettant de développer une sociabilité minimale de proximité. L’enclave constitue un lieu de résidence tout autant qu’un lieu-ressource, pour des familles parfois assez mobiles, au gré des aléas de la carrière des époux, soumise aux changements rapides que connaît l’économie indienne et mondiale. Dès lors, c’est moins le caractère que l’interchangeabilité des lieux, de leur fonctionnement et de leurs paysages qui compte, car elle facilite l’adaptation parfois fréquemment répétée à de nouveaux espaces de vie. L’enclave résidentielle en ceci correspond au campus d’entreprise, aux centres commerciaux climatisés, aux écoles privées des enfants.

Les acteurs d’un nouveau mode de production de la ville

Rôle de l’émergence d’un secteur immobilier privé local

43Le développement d’espaces résidentiels fermés est intimement lié au développement du secteur économique privé local de la promotion immobilière, qui s’est structuré assez tardivement à Bangalore, dans le courant des années 1980- 1990, et a été frappé de plein fouet par l’éclatement de la première bulle en 1995. Cette crise a porté un coup d’arrêt aux projets importants jusqu’à 1999, dont on a décrit les effets plus haut : elle a « épuré » le secteur des entrepreneurs les moins solides, ceux qui l’ont provoquée par des projets trop risqués et financés essentiellement sur fonds privés, imposant une rentabilité rapide, et en a écarté les promoteurs extérieurs. Si l’apparition d’ensembles résidentiels fermés à Bangalore a été le fait de promoteurs extérieurs, la consolidation de cette tendance est donc en revanche liée aux promoteurs locaux : Adarsh, Prestige, Sobha pour les lotissements, et l’ensemble des promoteurs pour les condominiums, dont les groupes de premier rang comme Prestige et Brigade.

44La professionnalisation du secteur a également rendu possible la réalisation et la commercialisation de ces projets haut de gamme de grande ampleur, grâce à des campagnes de marketing sophistiquées : développement de sites web présentant les projets à grand renfort de photos, vidéos, et permettant de poser une option en ligne sur un logement ; publication de magazines spécialisés luxueux ; diffusion de brochures promotionnelles mensuelles distribuées gratuitement dans un certain nombre de lieux ciblés (campus des grandes entreprises du secteur des services, certains restaurants, certaines agences bancaires) ; organisation de foires immobilières. La réussite de la transplantation de ces formes architecturales et urbaines d’origine exogène est donc fortement liée au développement local d’un secteur privé et professionnel de la promotion immobilière, qui a su leur trouver une clientèle sur le marché local.

Garantie de rentabilité de l’investissement immobilier en contexte métropolitain

  • 23 Source : SCE-Creocean, la société de conseil en urbanisme lauréate de l’élaboration du Master Plan (...)
  • 24 Pour témoin la lenteur de l’élaboration du nouveau Schéma directeur d’aménagement métropolitain de (...)

45La clôture constitue tout d’abord un élément de stabilité dans un contexte de forte fluctuation des statuts fonciers : elle sécurise matériellement l’appropriation du foncier. Il faut ici rappeler les chiffres de la croissance démographique des trente dernières années, durant lesquelles la population est passée d’un peu plus de 2 millions d’habitants au recensement de 1971 à près de 7 millions, d’après des estimations faites à partir d’images satellitaires en 200423. Cette croissance s’appuie spatialement sur les pôles secondaires périphériques des it parks, ce qui explique la relative facilité pour les promoteurs à disposer de terrains de plusieurs hectares nécessaires au développement de tels projets. Or l’expansion urbaine s’est accompagnée de nombreux changements et revirements des plans d’occupation des sols, de litiges avec les différentes administrations et scandales sur le statut des terres24. Ainsi Palm Meadows jusqu’en 2006 était classé « terrain agricole » et se trouvait donc sous la menace constante d’une éviction forcée des habitants et de la destruction des constructions, car le promoteur n’avait pas réglé, ou pu régler, les frais de conversion du statut du terrain avant que celui-ci ne prenne de la valeur.

  • 25 Nous rejoignons ici des analyses développées notamment au sujet des gated communities américaines ( (...)

46Par ailleurs la clôture permet de s’assurer de l’évolution des terrains avoisinant une parcelle, puisque dans une gated community, les propriétaires disposent de garanties sur l’entretien et le mode d’occupation des environs immédiats de leur maison/appartement. Contrairement à ce qui peut être observé assez couramment dans les quartiers résidentiels classiques en Inde, aucun terrain dans une gated community ne peut demeurer vacant ou être squatté puisque tous sont viabilisés et construits par le promoteur au même rythme et selon des plans similaires. C’est une garantie de stabilité de la valeur des terrains et bâtiments dans l’enclave, et donc de l’investissement initial25.

47Cette garantie est renforcée par l’autonomie de nombreuses enclaves vis-à-vis des réseaux techniques, et de leurs insuffisances ; elles possèdent en effet souvent leurs propres infrastructures : station de pompage, unités électrogènes imposantes. C’est un élément majeur de diffusion de ce type d’espaces résidentiels : l’enclave constitue au final une réponse aux graves carences en matière d’infrastructures de Bangalore, ce qui explique le développement de ces « quartiers intégrés » compris dans le tissu urbain continu. On est ainsi tenté de lire, dans la genèse de ce nouveau type de territoires urbains, une fragmentation des métropoles indiennes, se développant sous une forme morcelée, en territoires conçus pour être fonctionnellement autonomes.

L’enclave, outil d’urbanisme d’initiative privée au cœur d’une gouvernance urbaine complexe

  • 26 Nous reprenons ici une grille de lecture proposée par King (2004 : 141-160) et Dupont (2001).

48Cette hypothèse est confortée par le dernier type de produits apparu sur le marché, à savoir les projets d’enclaves de grande taille comptant plusieurs centaines voire milliers d’unités résidentielles, sous des formes diverses, où seraient également présents des équipements à vocation non résidentielle (immeubles de bureaux, équipements scolaires). On constate la volonté de passer d’enclaves résidentielles/cités-dortoirs à des territoires aux fonctions mixtes, fragments d’espace urbain planifiés, réalisés, gérés par le secteur privé. Ce type de projets est la dernière offre en date des promoteurs les plus importants de Bangalore, et une analyse rapide des noms donnés à ces enclaves fait sens26 : Brigade gateway, Brigade Metropolis ou sobha suburbia. Ces noms font référence à la modernité urbaine mais aussi à l’idéologie anti-urbaine (gateway, suburbia) qui a joué un rôle clé dans le développement de l’urbanisme d’enclave en Amérique du Nord (Blakely et al. 1997). Ce registre rejoint celui de la « garden city », largement employé pour promouvoir ces enclaves au plan du marketing, en exploitant le thème de la garden city perdue (victime de la pollution, de la croissance urbaine) et recréée dans ces nouvelles enclaves. Il n’est pas anodin de ce point de vue que le nouveau grand lotissement fermé en cours de construction à Whitefield se nomme « (Prestige) Ozone ».

  • 27 LEFÈVRE (2006) montre la séduction exercée par ces idées sur les urbanistes et la classe politique (...)
  • 28 La Bangalore Agenda Task Force fut mise en place par S.M. Krishna, chief Minister (Congrès) du Karn (...)

49Or, le recours à ces registres sémantiques coïncide, dans les milieux locaux de l’immobilier, de l’architecture et de l’urbanisme, et de la politique, avec un discours de plus en plus répandu en faveur d’un urbanisme d’enclave et laissé à l’initiative privée. Cette perspective est présentée comme la seule issue pour parer au risque de naufrage de la ville étouffée par sa croissance, par le manque de moyens financiers et par l’absence de volonté politique27. Les expériences de gouvernance tentées à Bangalore, notamment au travers de la Bangalore Agenda Task Force de 1999 à 200428, ont permis une percolation de ces idées dans ces différents milieux. Ainsi est encouragée la tendance actuelle au désengagement croissant des pouvoirs publics de la production et de la gestion des espaces urbains. Rappelons pour conclure que Dharam Singh, qui était alors chief Minister de l’État du Karnataka, a proposé officiellement en novembre 2005 que Bangalore obtienne le même statut administratif et territorial que Delhi, afin que sa gestion soit transférée au gouvernement central, et que la classe politique régionale, soumise aux pressions du secteur privé de l’économie et des grands patrons de Bangalore, puisse se consacrer sereinement à la gestion du reste de l’État.

Conclusion

50Cet article s’est attaché à resituer la clôture et l’enclave, tendances fortes de la production récente de l’espace urbain, par rapport à l’histoire et au paysage urbain bangaloréen, où ils sont des éléments rares et ponctuels jusqu’aux années 1980. La genèse de nouveaux territoires urbains sous le signe de la fermeture, abordée ici sous l’angle du résidentiel haut de gamme, s’insère dans des dynamiques économiques, sociales et politiques, locales et exogènes, aux rythmes discordants, qui expliquent ses balbutiements initiaux. L’entrée par la notion de circulation permet d’apercevoir de façon dynamique et complexe l’évolution des conditions de réception de ce nouveau type de territoire urbain. Elle permet en outre de souligner le rôle de la circulation de migrants internes qui jouent le rôle de passeurs de nouveaux modes d’habiter, et de réévaluer le rôle des NRIs, acteurs trop facilement convoqués.

51Loin d’être anecdotique, l’offre de logements dans des enclaves pour les catégories aisées de la population constitue de nouvelles références sociales et culturelles. Celles-ci se diffusent auprès des classes moyennes, sous des formes correspondant à une gamme de prix plus accessibles. Aussi ce phénomène mérite-t-il attention par l’impact qu’il peut avoir sur l’ensemble de la fabrique urbaine à terme.

52La conversion des urbanistes, voire de certains acteurs politiques locaux, au vocabulaire de l’enclave, à la privatisation de la production urbaine, à l’idéologie de la sécession territoriale, correspond aux difficultés de la croissance spatiale mal prise en compte depuis des décennies à Bangalore et dans les mégapoles indiennes en général. Les nouvelles façons de produire de l’espace urbain apparaissent comme des échappatoires face à la faillite de la gouvernance, dans un contexte local où les forces économiques et les conceptions dont elles sont porteuses semblent prendre le pas sur le politique, quand elles ne font pas alliance avec lui (Benjamin 2001). L’ensemble de ces éléments pose à terme la question des impacts sur le fonctionnement des villes indiennes, de la fermeture et de la privatisation croissante de la production de l’urbain, qui rencontre l’inscription plus mondiale que locale de la vie de certaines catégories de citadins.

Bibliographie

Bibliographie

Arabindoo, P. (2006), « Neighbourhood transformations in peri-urban Chennai », in V. Dupont, N. Sridharan, eds., Peri-Urban Dynamics : Case Studies in Chennai, Hyderabad and Mumbai. New Delhi, CSH (« Occasional Paper » 17), pp. 17-54.

Aranya, R. (2003), Spatial Disparity in the Globalizing City : Case of the “Silicon Plateau” Emerging in Bangalore, India. [Communication at Wider Conference on Spatial inequality in Asia, Tokyo, 28-29 /03/2003]. Disponible en ligne: www.wider.unu.edu/conference/conference-2003-1//conference-2003-1-papers.htm, consulté le 11 août 2004.

Assayag, J. (2005), « En quête de classe moyenne » , in Id., La Mondialisation vue d’ailleurs. Paris, Le Seuil, pp. 129-176.

Audirac, I. (2003), « Information-age landscapes outside the developed world: Bangalore, India and Guadalajara, Mexico », Journal of the american Planning association, 69 (1), pp. 16-32.

Benjamin, S. & Bhuvaneshvari, R. (2001), Urban Governance, Partnership and Poverty. Democracy, Inclusive Governance and Poverty in Bangalore. University of Birmingham, Chronic Poverty Research Center, School of Public Policy. Disponible en ligne : www.idd.bham.ac.uk/research/urban-governance, consulté le 10 nov. 2002.

Billard, G. & Madoré, F. (2004), « Fortress Australia », Urbanisme, 337, pp. 56-60.

Blakely, E. & Snyder, M.G. (1997), Fortress America. Gated cities in the United States. Washington, DC, Brookings Institute.

Burte, H. & Krishnankutty, M. (2006), « On the edge : planning, describing and imagining the seaside edge of Mumbai », in V. Dupont & N. Sridharan, eds., Peri-Urban Dynamics : Case Studies in Chennai, Hyderabad and Mumbai, New Delhi, (« CSH Occasional Paper » 17), pp. 87-109.

Caldeira, T. (2000), City of Walls. Berkeley, University of California Press.

Capron, G., dir. (2006), Quand la ville se ferme. Quartiers résidentiels sécurisés. Paris, Bréal.

Davis, M. (2000), City of Quartz. Los Angeles, capitale du futur. Paris, La Découverte. [Éd. orig. 1990].

Deshpande, S. (2003), « The centrality of the middle class » , in S. Deshpande, Contemporary India. a Sociological View. Delhi, Penguin books, pp. 125-150.

Dupont, V. (2001), « Les nouveaux quartiers “chics” des environs de Delhi. Langage publicitaire et réalités périurbaines », in H. Riviere D’Arc, ed., Nommer les nouveaux territoires urbains. Paris, Unesco, pp. 39-62.

Dupont, V., Dureau, F. (1997), Pratiques résidentielles et impact sur les dynamiques et la segmentation de grandes métropoles. Étude des formes de mobilité spatiale des populations de Bogota et de Delhi. [Rapport final]. Bordeaux / New Delhi, CNRS/ ORSTOM.

Frantz, K., Glasze, G., Webster, C., eds. (2005), Private Neighbourhoods : A Global Survey. Londres, Routledge.

Fuller, C.J. (2006), « Narasimhan, H., Engineering colleges, “exposure” and IT professionals in Tamil Nadu » Economic and Political Weekly, 21 janv., pp. 121-150.

Guillot, X. (2001), « Technique, Habitat et Mondialisation. Le cas des condominiums à Singapour ». Thèse de doctorat en architecture, Université Paris VIII.

Heitzman, J. (2004), Network City. Planning the Information Society in Bangalore. Delhi, Oxford University Press.

Holmström, M. (1994), Bangalore as an Industrial District, Flexible Specialisation in a Labour-Surplus Economy ? Pondichéry, Institut français de Pondichéry (« Pondy Papers in Social Sciences » 14).

Kaviraj, S. (1997), « Filth and the public sphere : concepts and practices about space in Calcutta », Public culture, 10 (1), pp. 83-113.

Khadria, B. (2004), Migration of Highly Skilled Indians : Case Studies of it and Health Professionals. Paris, O CDE, Science, (« Technology and Industry Working Paper » 6).

King, A. D. (1984), The Bungalow : The Production of a Global Culture. Londres, Routledge.

King, A. D. (1990), Urbanism, Colonialism and the World Economy. Cultural and Spatial Foundations of the World Urban System. Londres, Routledge.

King, A. D. (2004), Spaces of Global Cultures. Architecture Urbanism Identity. Londres, Routledge.

Lang, J. (2002), A Concise History of Modern Architecture in India. Delhi, Permanent Black.

Le Goix, R. (2004), « Quartiers fermés, intérêts particuliers », Urbanisme, 337, pp. 37-39.

Lefèvre, B. (2006), « La ville de Bangalore face à ses ambitions mondialistes », Eurorient, 23, pp. 29-48.

Nair, J. (2005), The Promise of the Metropolis. Bangalore’s Twentieth Century. Delhi, OUP.

Nair, J. (2000), « Singapore is not Bangalore’s destiny », EPW, 29 avril. Disponible en ligne : www.epw.org.in, consulté le 5 mars 2003.

Ramachandran, R. (1991), Urbanization and Urban Systems in India. Delhi, OUP.

Rao, V.L.S.P. & Tewari, V. K. (1979), the Structure of an Indian Metropolis : A Study of Bangalore. New Delhi, Allied Publishers.

Schenk, H. (2001), Living in India’s Slums. A Case Study of Bangalore. Delhi, Manohar.

Wu, F. (2006), « Rediscovering the “gate” under market transition : from work-unit compounds to commodity housing enclaves », in R. Atkinson, S. Blandy, eds., Gated Communities. Londres, Routledge, pp. 47-66.

Notes

1 Il s’agit en fait des classes aisées qui ont au premier rang bénéficié de la libéralisation et de l’ouverture économique du pays (les cadres en particulier) ; toutefois les personnes rencontrées se désignent comme « middle class ». Pour une analyse problématisée de la difficile entreprise de définition de ce que peut être la classe moyenne en Inde, et la place centrale qu’elle accapare sur le plan des représentations sociales, voir Despandhe 2003 ; Assayag 2005.

2 Source : census of india 2001. Series 30 – Karnataka, paper 2-2001. Provisional population totals. rural and urban distribution of population, p. 20.

3 Les fonctionnaires civils britanniques et leur famille étaient logés dans ces quartiers résidentiels civils (civil lines), spatialement distincts des quartiers résidentiels destinés aux familles des officiers britanniques, qui étaient situés dans la garnison même. Cette distinction entre la partie militaire et la partie civile des implantations urbaines britanniques, et par conséquent par l’existence de deux sous-ensembles résidentiels, est rappelée chez King (1990 : 19).

4 L’actuelle M.G. Road, large artère d’orientation est-ouest, sans doute l’avenue la plus connue de Bangalore.

5 Il ne faut pas confondre le bazar de la ville indigène et le regimental bazar, créé pour satisfaire aux besoins de la population de la C&M station, qui évitait de devoir se rendre dans la ville indienne, dont l’accès était par ailleurs interdit aux soldats de la garnison.

6 Le terme de garden employé dans l’expression « garden city » est à comprendre dans son acception anglaise et coloniale, c’est-à-dire en rupture avec les jardins traditionnels à vocation vivrière qui ont constitué jusqu’après l’Indépendance un élément organique de la trame urbaine de Bangalore. Voir à ce sujet Srinivas (2004 : 44-48).

7 Voir précisément Burte & Krishnankutty 2006.

8 Bien que Bangalore puisse s’enorgueillir de quelques immeubles de bureaux qui sont autant de jalons de l’architecture moderne en Inde (Public Utility Building, Visvesvarya Centre), leur construction ne débute que dans les années 1973-1974 (Lang 2002).

9 La construction de condominiums est contrôlée par l’État à Singapour, où elle constitue un outil de la politique publique de logement et d’aménagement du territoire. Sa transformation en produit commercial haut de gamme par le secteur privé en Inde enrichit l’argumentaire développé par Janaki Nair visant à montrer les limites du slogan « Bangalore is the new singapore » lancé en 1999 par le gouvernement (Congrès) de S.M. Krishna qui a dirigé le Karnataka jusqu’en 2004 (NAIR 2000).

10 Cette diffusion discrète de petites entreprises de services informatiques, créées avec peu de moyens et installées dans des maisons particulières, est source de vives tensions de voisinage dans ces quartiers huppés, entre les riverains qui se plaignent de cette invasion illégale d’activités économiques dans des rues résidentielles dont elles sont théoriquement exclues, et les salariés de ces entreprises.

11 L’ensemble des informations relatives à la commercialisation du condominium et aux choix stratégiques du groupe Raheja a été rapporté par un membre de l’équipe commerciale de l’époque, aujourd’hui directeur commercial d’un autre groupe immobilier de Bangalore, lors de deux entretiens, en novembre et décembre 2004. Ces entretiens sont corroborés par les informations recueillies par ailleurs auprès de différents acteurs du secteur de l’immobilier et de l’architecture.

12 Entretien, I. Zachariah, architecte en charge du projet Raheja Residency (Bangalore, nov. 2004).

13 Les appartements de trois et quatre chambres étaient initialement proposés à la vente au prix de deux millions de roupies en 1998-1999.

14 Le terme générique de « gated community » désigne une forme spatiale et un mode d’organisation d’un espace clos précis dont la diffusion internationale est largement documentée (entre autres : Frantz et al., eds., 2005). Il a été proposé pour l’Inde par KING (2004 : 108-109). Il n’est pas utilisé localement mais accepté et repris sans difficulté par mes interlocuteurs, aussi bien les résidents que les professionnels de l’immobilier.

15 Sources : entretien avec N. Venkataraman, architecte de Palm Meadows (oct. 2004) ; entretien avec M. Natesh directeur commercial d’Adarsh (déc. 2004).

16 Paradoxalement les gated communities étaient alors assez rares en Australie, en tout cas bien moins courantes que dans d’autres pays neufs. Par ailleurs elles y sont assez mal perçues par les médias, qui les dénoncent comme s’inscrivant en rupture par rapport aux valeurs égalitaires censées être au cœur de la société australienne (Billard 2004).

17 Celles-ci sont à présent disponibles sur le site web de Palm Meadows, qui a été rénové à l’automne 2006 pour favoriser le fonctionnement en « e-communauté » de l’ensemble des résidents : http://palmmeadows.pbwiki.com. À titre d’exemples, extraits du règlement concernant l’entretien des jardins privatifs : les haies ne doivent pas dépasser 75 cm de hauteur, la façade principale des villas ne doit pas être dissimulée par des haies ou par des arbres, et il existe une liste des variétés d’arbres et de fleurs autorisés, toutes règles visant à conserver au lotissement son unité paysagère.

18 Les témoignages des premiers résidents, recueillis pour le site web communautaire, sont à ce titre éloquents.

19 À Palm Meadows, les villas vendues initialement entre quatre et huit millions de roupies atteignaient des prix compris entre sept et vingt millions fin 2004. Le loyer mensuel d’une villa de modèle standard s’élevait à la même date au minimum à 40 000 roupies, prix qui variait en fonction du client : il pouvait atteindre le double pour une grande entreprise louant afin de loger un cadre expatrié (entretiens, 2004-2005).

20 Nous nous basons ici sur un volet consacré aux parcours et choix résidentiels, dans le cadre d’entretiens plus généraux ; plus précisément une vingtaine de ces entretiens, menés avec des personnes résidant dans des condominiums à Bangalore en 2004.

21 Une réponse assez typique d’un Indien du Sud est fournie par l’extrait d’entretien suivant : « We have a flat in raheja residency, i hate this, it’s full of north indians like in all those apartments complexes. i definitely don’t want to stay there, we are looking for a house to buy here in Bangalore. ». L’enquêté, S., 31 ans à l’époque, originaire de Madras et de retour d’un séjour de 7 ans aux USA, est ingénieur de recherche dans le centre de R&D d’une grande multinationale de l’électronique.

22 Sources : Ananya Wagh, journaliste spécialisée dans l’immobilier (sept. 2004) ; Indira Sharma, directrice du marketing du groupe Brigade (juil. 2004).

23 Source : SCE-Creocean, la société de conseil en urbanisme lauréate de l’élaboration du Master Plan de Bangalore.

24 Pour témoin la lenteur de l’élaboration du nouveau Schéma directeur d’aménagement métropolitain de Bangalore, le comprehensive development Plan, initié en 2002, et ses multiples moutures ; il a finalement été approuvé fin 2007.

25 Nous rejoignons ici des analyses développées notamment au sujet des gated communities américaines (Le Goix 2004).

26 Nous reprenons ici une grille de lecture proposée par King (2004 : 141-160) et Dupont (2001).

27 LEFÈVRE (2006) montre la séduction exercée par ces idées sur les urbanistes et la classe politique locale au travers de l’étude des deux propositions concurrentes présentées pour le nouveau Master Plan de Bangalore.

28 La Bangalore Agenda Task Force fut mise en place par S.M. Krishna, chief Minister (Congrès) du Karnataka, avec pour objectif d’être un groupe de réflexion consultatif réunissant les administrations gérant cette ville, et un ensemble de représentants de la société civile, des grandes entreprises locales, d’architectes et d’urbanistes. Cette expérience inédite de partenariat public-privé visait à développer une approche de la gestion urbaine davantage tournée vers les citadins et leurs besoins. Cette expérience très médiatisée a été critiquée pour ses maigres résultats, et n’a pas été reconduite après l’alternance politique qu’a connue le Karnataka en 2004.

Table des illustrations

Titre 1. Diamond District, vue de l’intérieur de l’enclave.
Crédits (cliché a. Varrel, juillet 2004)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende 2. Raheja Residency, vue de l’intérieur de l’enclave.
Crédits (cliché a. Varrel, février 2009)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre 3. Une impasse dans Palm Meadows.
Crédits (cliché A. Varrel, mai 2004)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21992/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Carte de Bangalore
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21992/img-4.png
Fichier image/png, 299k

Auteur

Docteure en géographie, affiliée en tant que telle au Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS/CNRS), sa recherche doctorale, menée au sein de l’équipe Migrinter (UMR 6588, CNRS –Université de Poitiers), a porté sur les phénomènes de retour et de circulation parmi les migrants indiens à haut niveau de compétences employés dans le secteur des hautes technologies à Bangalore. Cela l’a amenée à étudier leur espace de vie, notamment leurs pratiques résidentielles, et ce qu’elles donnent à comprendre des dynamiques de production à l’œuvre dans les métropoles indiennes.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search