Version classiqueVersion mobile

Circulation et territoire dans le monde indien contemporain

 | 
Véronique Dupont
, 
Frédéric Landy

Ouverture de nouveaux espaces : circulations transnationales

Le territoire recentré1. L’Inde dans la circulation mondialisée de ses informaticiens

The Recentered Territory: India in the Globalized Circulation of its Software Professionals

Éric Leclerc

Résumé

La place de l’Inde dans l’économie mondiale a considérablement changé au cours des vingt dernières années. D’un pays en marge des échanges internationaux, elle est devenue un territoire en voie de mondialisation, et dans certains secteurs comme les nouvelles technologies de l’information et de la communication, un acteur incontournable. Les analyses de cette mutation ont porté principalement sur la politique de réformes internes entreprises à partir de 1991 par un ministre des Finances devenu depuis son actuel Premier ministre. Pourtant, le facteur humain a probablement été sous-estimé dans cette intégration du territoire aux réseaux mondiaux. L’étude du développement de l’industrie informatique indienne démontre le rôle majeur de la mobilité des hommes dans ce processus. Initiée entre l’Inde et les États-Unis, la circulation des informaticiens indiens s’est progressivement mondialisée en reproduisant et transformant le modèle du body shopping. Ce système international de mise à disposition de main-d’œuvre très qualifiée a transformé l’Inde en un centre mondial de production d’informaticiens grâce aux réseaux de migrants. Dans un second temps, les entreprises d’informatique et de nombreuses multinationales se sont implantées sur le territoire indien pour tirer profit de ces talents à la source. La part de la circulation des hommes dans la mondialisation du territoire indien doit donc être réévaluée et mise en perspective sur le temps long.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce titre fait directement référence à l’article de Metcalf (2005), Empire Recentred : India in the (...)
  • 2 Voir Landy & Dupont, « Introduction », ce volume.
  • 3 Source : 2006, MsC Malaysia impact Report 2005, Multimedia Development Corporation, Kuala Lumpur.

1Les analyses des circulations à l’échelle mondiale constatent une inégale libéralisation des échanges selon un gradient de mobilité qui place en haut de l’échelle les capitaux, puis les biens, et enfin les hommes. Ces derniers se heurtent à des obstacles sans cesse nouveaux, qu’il s’agisse de solutions techniques, des murs couverts des dernières découvertes en matière de télédétection que l’on peut voir le long de la frontière Mexique/États-Unis, ou encore de politiques migratoires plus sélectives. La victoire des « réseaux » contre les « territoires » semble donc bien fragile en matière de mobilité humaine2. La relation entre territoires et circulations doit être analysée dans toute sa complexité en prenant en considération la résilience des premiers et l’indéniable dynamisme des secondes. L’exemple de la circulation des informaticiens indiens va ici nous servir de fil conducteur pour reconsidérer la place du territoire indien dans l’espace mondial. Nous reprendrons ici au vol la thématique de l’impact des « nouvelles technologies » sur la circulation, en nous limitant aux hommes qui les produisent. Nous nous appuierons en partie sur les résultats d’enquêtes que nous avons menées à Kuala Lumpur lors d’un séjour de deux mois en 2005. En effet, cette nouvelle vague d’immigration indienne en Malaisie est encore quasi-exclusivement localisée dans la capitale où se concentrent les plus grands noms de l’informatique mondiale, Hewlett Packard, Sun Microsystem, Oracle, Lucent, Microsoft, Siemens ou Alcatel. Les principales entreprises indiennes, Tata Consulting Service (tcs), Wipro, Infosys, Hindustan Computers Limited sont aussi présentes (14 % du nombre total d’entreprises installées en Malaisie3). En utilisant leurs réseaux interpersonnels, nous avons pu réaliser une cinquantaine d’interviews auprès des informaticiens indiens constitués à l’époque de deux groupes d’âge : premièrement, de jeunes professionnels (autour de 28 ans) dotés du minimum d’expérience requise (3 ans) pour obtenir leur visa, et d’autre part un groupe plus âgé (autour de 35 ans) chargé des fonctions d’encadrement. L’exemple de la Malaisie doit cependant être replacé dans une circulation mondiale dont il ne constitue qu’une étape.

Le body shopping : du bilatéral au mondial

2Dans les années 1990, l’industrie informatique mondiale a souffert d’un manque de main-d’œuvre, particulièrement criant dans les pays de l’ocde, au premier rang desquels les États-Unis. Pour faire face à cette pénurie, ces pays vont faire appel à une immigration temporaire. La réserve de main-d’œuvre est trouvée principalement en Inde, la seule à pouvoir fournir des contingents de jeunes diplômés en informatique qui parlent anglais. Mais, au-delà de cette caractéristique linguistique souvent mise en avant pour rendre compte du succès de l’Inde dans ce domaine, il faut prendre en considération l’histoire des migrations entre l’Inde et les États-Unis sur une plus longue période. En effet, les facteurs linguistiques et quantitatifs (le nombre important de diplômés indiens produits par l’enseignement supérieur) ne traduisent un avantage comparatif du territoire que selon une interprétation économique classique, qui néglige la circulation des hommes. Les territoires ne sont pas des espaces clos dotés d’avantages soudain mis en lumière par une évolution de l’économie. Les atouts se construisent et s’entretiennent pour devenir des avantages décisifs comme nous le montre l’analyse des mouvements humains entre les États-Unis et l’Inde.

  • 4 Kanwal Rekhi revendit Excelan deux ans plus tard au géant des télécommunications Novell pour 250 mi (...)

3Depuis la fin des quotas états-uniens à l’encontre des Asiatiques en 1965 (nationality Act Amendments), des médecins puis des ingénieurs issus des plus prestigieuses institutions comme les indian institutes of Technology (IITs) rejoignent ce pays pour y achever leur formation. Ils sont entrés peu après sur le marché du travail américain grâce aux liens entre les réseaux d’universitaires et d’entrepreneurs. Au sein des entreprises américaines, ils ont bâti la solide réputation des Indiens en informatique, en raison de la qualité de leur travail. Cependant, nombre d’entre eux se sont heurtés à une discrimination qui leur fermait l’accès aux plus hauts postes à responsabilité. Certains ont choisi alors de devenir entrepreneur dans un secteur en pleine expansion, non sans difficulté. Au début des années 1980, dans la Silicon Valley, il fallut de nombreux mois à Kanwal Rekhi pour trouver les 2 millions de dollars de capital-risque nécessaires à la fondation d’Excelan, la première entreprise à commercialiser une solution standard pour mettre en réseau des ordinateurs (Ethernet et tcp/ip)4. L’explosion de la demande d’informaticiens induite par l’expansion mondiale des nouvelles technologies va être comblée par l’activité de « body-shopping » (affrètement de personnel). L’Inde a été le principal pays fournisseur de ces cyber-travailleurs, ironiquement dénommé « techno-coolies ». Heeks (1989 : 1) décrit cette pratique d’affrètement, dans les termes suivants : « C’est le processus par lequel les firmes occidentales envoient une liste de leurs besoins en personnel à des sociétés indiennes de logiciels, qui expédient alors les “personnes” outre-Atlantique pour travailler chez ce client ». Les entreprises informatiques indiennes réalisent leur production/contrat sur le site du client en y envoyant des groupes d’informaticiens, de quelques semaines à quelques mois. Elles gèrent le déplacement de ces travailleurs et assurent leur retour au pays à l’issue du contrat. Ce modèle économique a permis le décollage de l’industrie informatique indienne dont les exportations sont passées de 12 millions de dollars en 1982 à 4 milliards en 1990. Toutes les grandes entreprises indiennes – même certaines sociétés de matériel comme hindustan Computers Limited (hcl) – se sont converties à ce modèle. En 1988, 65 % des exportations indiennes de logiciels étaient réalisées par l’exportation de leur main-d’œuvre sur le site des entreprises américaines (Heeks 1996 : 80).

4L’interprétation mécanique d’un échange de main-d’œuvre entre deux territoires, l’un déficitaire, les États-Unis, et l’autre excédentaire, l’Inde, passe sous silence le processus de construction de ces échanges. Heeks ne relève pas le rôle central joué par les migrants installés antérieurement aux États-Unis dans la construction de ce nouveau modèle économique. Ils vont pourtant avoir un triple rôle dans l’expansion de l’affrètement de personnel. Ils ont tout d’abord établi la réputation des informaticiens indiens dans ce secteur en tant qu’employés et plus tard comme chefs d’entreprises. Vis-à-vis de leurs compatriotes, ils vont encourager la circulation en leur dévoilant les possibilités d’emploi aux États-Unis. Ils vont également les aider sur place en leur proposant des formations facilitant leur intégration dans les entreprises américaines. La participation des Indiens installés aux États-Unis s’accroît parallèlement à la croissance de ce marché qui nécessite des intermédiaires entre les entreprises américaines et indiennes. Amorcée de façon très informelle, la pratique d’affrètement de personnel s’institutionnalise avec la création d’entreprises de consultants qui s’occupent du placement des informaticiens indiens : on en compte près de 1 000 à l’apogée de cette période, en 2000.

5Conjointement à cette pénurie d’informaticiens dans les pays de l’ocde, on a assisté en Inde à la prolifération de nouvelles entreprises de formation telles que niit (national institute of information Technology) ou Aptech (photo 1). Ces entreprises privées de formation ont construit l’avantage comparatif indien dans le segment inférieur des compétences, en formant les programmeurs requis dans les pays développés. Alors que les premiers informaticiens indiens à s’installer aux États-Unis étaient issus des prestigieux iit, les techno-coolies des années 1980- 1990 sont les produits de cette formation de masse. L’analyse de ce premier modèle de body shopping souligne le rôle crucial joué par les réseaux de migrants dans le contrôle d’une des extrémités de cette chaîne internationale d’informaticiens. Au tournant du millénaire, un second modèle de body shopping va se mettre en place, dans lequel les réseaux de migrants vont acquérir un poids encore plus important en participant à tous les maillons de ce système mondial d’informaticiens.

1. Une succursale d’Aptech à Hyderabad, Andhra Pradesh.

(Cliché B. Loquet, 2001)

6Le second modèle identifié à partir du cas australien par Xiang (2007) correspond à une évolution induite par la mondialisation de l’économie de l’information. Dans le premier système mis en place aux États-Unis, les firmes de body shopping servaient d’intermédiaires entre les entreprises américaines manquant de main-d’œuvre et les entreprises indiennes recherchant des contrats, alors que dans le second modèle, les firmes de body shopping gèrent elles-mêmes la main-d’œuvre. L’entreprise (le fréteur) recrute des informaticiens indiens afin de les placer dans une autre entreprise (l’affréteur) à la recherche de main-d’œuvre pour un projet. Il s’agit d’agences intérimaires spécialisées dans le recrutement international d’informaticiens. À la différence d’une agence de placement, le fréteur gère l’employé pour le compte de l’affréteur. Celui-ci est payé par le fréteur qui en contrepartie prélève directement sur le contrat de l’employé son bénéfice.

7L’évolution du premier modèle de body shopping correspond à une demande de plus grandes flexibilité et mobilité de la main-d’œuvre par les entreprises informatiques dans leur mondialisation croissante. Les produits qu’elles fabriquent doivent être adaptés aux différents marchés nationaux. Ces entreprises multinationales ont dû accroître la mobilité des ingénieurs chargés de réaliser ces adaptations sur le site des clients. Par ailleurs, les très fortes variations d’activités dans le secteur informatique liées aux fluctuations boursières et aux continuelles restructurations de ces entreprises ont accru la flexibilité de la main-d’œuvre. Les entreprises y ont répondu par l’externalisation croissante de leurs activités. Le nouveau système de gestion des informaticiens repose donc sur deux caractéristiques : premièrement des réseaux hiérarchisés d’agents de placement et deuxièmement la mise en réserve d’une partie de la main-d’œuvre (Xiang 2007 : 5). Les entreprises informatiques ont recours à de grandes agences d’intérimaires, qui s’approvisionnent elles-mêmes auprès d’agences plus petites, créant ainsi une chaîne de recrutement contrôlée à la base par des fréteurs indiens. Ceux-ci assurent le recrutement en Inde, prennent en charge le transport et les procédures de visas des informaticiens. Pour faire face aux demandes urgentes des donneurs d’ordre, les fréteurs disposent toujours sur place d’une main-d’œuvre en surnombre, en attente d’un contrat, qui, selon l’expression consacrée des informaticiens, se trouve « sur le banc », en réserve, sans percevoir de salaire, et donc en situation précaire.

  • 5 S’inspirant du modèle des parcs scientifiques, le gouvernement malaisien a délimité en 1996 un corr (...)
  • 6 Lors de cette vague d’expulsion qui toucha les travailleurs indiens peu qualifiés, le gouvernement (...)
  • 7 Contrairement à la technique de « snowball sampling » définie par Goodman (1961 : 572-579), nous ne (...)

8Lors de nos propres recherches en Malaisie en 2005, nous avons pu constater que cette activité d’affrètement était pratiquée par des entreprises malaises enregistrées auprès du Multimédia Super Corridor, l’organisme chargé de propulser la Malaisie dans l’ère de l’économie de l’information5 (msc), mais aussi par des entreprises indiennes comme activité exclusive ou partielle (cas de hcl). Cette pratique n’est bien évidemment pas reconnue officiellement dans un pays qui lutte contre l’immigration illégale en procédant régulièrement à des expulsions massives y compris de travailleurs indiens comme en 20046. Aussi les enquêtes menées auprès des entreprises se sont révélées peu fructueuses, et nous avons dû recourir à des interviews directes avec les informaticiens indiens. La méthode de la « boule de neige »7 a été la plus efficace pour trouver les 48 immigrants temporaires de notre échantillon. À partir de quelques lieux où ils vivent comme le complexe immobilier de Palm Court dans le quartier de Brickfields (photo 2), nous avons utilisé les réseaux des migrants pour réaliser de proche en proche nos entrevues avec les informaticiens. Selon leurs estimations, le body shopping représente 80 % du recrutement international des informaticiens indiens. Bien que la réglementation des migrations de travail soit très stricte en Malaisie, ces entreprises bénéficient d’un environnement réglementaire assoupli, pour faire entrer les informaticiens. Ainsi, alors que théoriquement une entreprise enregistrée auprès du msc ne peut recruter qu’en fonction de ses besoins, dans la réalité, les agences d’intérim ou les entreprises qui pratiquent le body shopping emploient des informaticiens en surnombre, de façon à faire face aux demandes variables en services informatiques. Il leur suffit de présenter un plan d’expansion de leur entreprise pour obtenir les autorisations nécessaires. C’est la raison pour laquelle les grandes entreprises informatiques ou les entreprises multinationales implantées en Malaisie préfèrent recourir à cette main-d’œuvre car elles n’ont pas à gérer ces fluctuations d’activités, ni les procédures d’immigration.

2. Le complexe immobilier de Palm Court dans le quartier de Brickfields, Kuala Lumpur, Malaisie.

2. Le complexe immobilier de Palm Court dans le quartier de Brickfields, Kuala Lumpur, Malaisie.

(Cliché E. Leclerc, mai 2005)

  • 8 Nous avons éprouvé la force de ces réseaux lors de nos deux mois d’enquête, puisque nous les avons (...)

9Pour recruter en Inde, les agences d’intérim peuvent s’appuyer sur leur propre réseau de contacts ou faire appel à d’autres agences relais en Inde. Il est à noter que la dimension interpersonnelle dans le recrutement des informaticiens indiens en Malaisie nous a souvent été signalée par les interviewés eux-mêmes8. Les informaticiens sont souvent sollicités par l’entreprise pour trouver leur remplaçant lorsqu’ils quittent un poste. Lors de leur séjour au pays, entre deux projets, les informaticiens indiens se comportent en agents recruteurs dans leurs réseaux familiaux, leurs anciens réseaux professionnels ou dans les réseaux d’anciens élèves qui sont de puissants relais de l’information dans cette communauté professionnelle. S., jeune ingénieur logiciel de 26 ans, en Malaisie depuis un an (2005), est arrivé à Kuala Lumpur grâce à un ancien étudiant de l’université de Bharathidasan à Tiruchirappalli (Tamil Nadu). Alors qu’il travaillait depuis deux ans comme programmeur à Thanjavur, puis à Tiruchengodu, dans son État de naissance, un camarade de promotion employé en Malaisie l’a contacté pour qu’il le remplace. Deux mois après, il atterrissait à Kuala Lumpur alors que son ami partait pour Singapour trouver un autre emploi. Célibataire, S. envisage une émigration de 4 à 5 ans, mais il compte bien se marier avant ce terme et faire venir sa future épouse à l’étranger, à Singapour ou en Nouvelle-Zélande, deux de ses prochaines destinations.

  • 9 Source: enquêtes personnelles ; données portant sur un échantillon de 48 informaticiens.

10Ainsi des migrations en chaîne se mettent en place qui participent à l’organisation en parcours, et expliquent la concentration spatiale observée dans l’origine des migrants temporaires en Malaisie. La plupart sont originaires de l’Inde méridionale (70 %), et plus particulièrement des deux États d’Andhra Pradesh (deux tiers) et du Tamil Nadu (un tiers)9. Cette importante concentration spatiale des zones de départ est conforme au développement de l’informatique dans la partie méridionale de ce pays. Pourtant, à Kuala Lumpur durant notre terrain, il y avait très peu d’informaticiens originaires du Karnataka où se situe le pôle de développement le plus connu, Bangalore. Néanmoins, une partie des migrations relève à l’inverse d’initiatives personnelles, les informaticiens indiens tentant leur chance spontanément. Un de ces informaticiens nous a raconté sa première tentative infructueuse qui lui avait coûté environ 1 500 $ en 2003, moitié en billet d’avion, moitié en frais de séjour.

11Le système d’affrètement de personnel né aux États-Unis s’est donc transformé au début des années 2000 en un système mondialisé de recrutement et de circulation d’informaticiens. Dans cette nouvelle division internationale du travail, l’Inde s’est spécialisée dans la production d’informaticiens grâce aux réseaux de migrants qui ont servi d’intermédiaires aux États-Unis, puis de fréteurs de personnels sur les marchés émergents d’Asie du Sud-Est ou de l’Australie. Ces migrations et circulations ont grandement contribué à recentrer l’Inde dans l’espace mondial, par sa nouvelle place dans la division internationale du travail dans un premier temps, mais aussi en devenant un centre de production de logiciels et de services.

L’Inde recentrée

  • 10 Source NASSCOM (National Association of Software and Services Companies), The IT Industry in India  (...)

12Longtemps restée à l’écart de la globalisation, l’Inde au travers de son industrie informatique se fait une place dans l’économie mondiale. Si sa part dans le commerce mondial demeure modeste (0,8 % en 2003 contre 8,8 % pour la Chine), les échanges internationaux participent à une part croissante de la richesse créée. Les exportations représentent 34 % du pib en 2004 contre seulement 17 % en 1990. L’industrie des technologies de l’information a largement contribué à ce nouveau positionnement de l’Inde car elle représente aujourd’hui 5,5 % du pib avec des revenus générés à 75 % par les exportations ($ 30 milliards en 2007)10.

13En effet, à partir du milieu des années 1980 commence une nouvelle phase d’externalisation internationale : c’est le tournant des délocalisations, avec le nouveau modèle économique des centres de développement extérieurs (overseas development Centre). Les premiers ont été créés à Bangalore par Texas instrument et general Electric en 1984-1985. Il a fallu une décennie pour que cette tendance s’affirme, alors que l’ancien modèle du body shopping continuait parallèlement. Pandey et al. (2004 : 11) décrivent ainsi cette évolution : « Il faut remarquer que le passage au nouveau modèle d’économie a été progressif, car même après l’envoi de programmeurs indiens aux États-Unis, les bénéfices étaient assez importants ; aussi de nombreuses sociétés informatiques ont-elles continué à suivre l’ancien modèle, et ont envoyé leurs programmeurs aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada ». En conséquence la part du travail sur site diminue : il ne représente plus que 43 % des exportations en 2003. Le nouveau modèle de délocalisation est apparu lorsqu’il a fallu régler le problème du « bug de l’an 2000 ». L’adaptation des programmes des ordinateurs au nouveau millénaire impliquait la réécriture de nombreuses lignes de code informatique, une tâche peu qualifiée mais très intensive en travail. Devant l’impossibilité de déplacer de nombreux programmeurs sur site, ce sont les programmes qui ont été dépêchés dans des entreprises indiennes pour être modifiés, en délocalisant l’activité.

14Dans cette nouvelle phase, les réseaux de migrants ont également joué un rôle important pour deux raisons. Premièrement, il était plus commode pour les entreprises multinationales d’envoyer des employés d’origine indienne pour gérer ces centres de développement extérieurs, afin d’aplanir les difficultés locales. Pour dialoguer avec la bureaucratie à divers niveaux et faire face aux infrastructures incomplètes et/ou défaillantes, les firmes multinationales avaient, en effet, besoin de leur patrimoine culturel et de leurs compétences linguistiques. Les membres de la diaspora aux postes de direction de ces entreprises ont également joué un rôle crucial pour convaincre leurs collègues américains de s’engager dans cette aventure (Sahay et al. 2003). Deuxièmement, les pionniers de la première phase qui avaient à ce moment-là obtenu d’énormes succès dans la Silicon Valley ont commencé à investir leur temps et leur argent dans l’ouverture d’entreprises en Inde. Par le biais d’associations comme tie, The Indus Entrepreneurs (Lal 2006 : 79) ou sipa, Silicon Valley Indian Professional Association (Saxenian 2000), ils ont aidé les nouveaux entrepreneurs indiens de l’informatique par leurs conseils. Grâce à leurs contacts dans la Silicon Valley, ils les ont aussi aidés à trouver des capitaux. Une étude récente de leur participation dans le capital-risque à Bangalore montre que près de 50 % des nouvelles firmes indiennes ont reçu des fonds de la diaspora (Upadhya 2004). La ville a servi de « corridor » pour le retour d’un grand nombre de professionnels des ti indiens depuis l’étranger (Khadria 2004 ; Khadria & Leclerc 2006).

  • 11 Terminologie française pour la prestation de services à distance.
  • 12 Source : Boillot 2006 : 86.

15Très rapidement, l’Inde acquiert une place centrale dans ce dispositif mondial, et devient une destination privilégiée pour la délocalisation de la production de logiciels et d’infogérance11 avec 24 % du marché mondial en 2002 (Upadhya 2004). Dans le domaine très lucratif des services aux entreprises, sa part est même de 67 % du marché mondial délocalisé12. Après les fonctions de centres d’appel qui ne requièrent que des compétences linguistiques, ce sont aujourd’hui les services sans contact direct avec la clientèle qui sont concernés dans leur ensemble. Le développement atteint même les activités de création. D’après une étude de l’Administrative Staff College of India, plus de 77 multinationales ont installé des Centres de Recherche et Développement en Inde. Alors que l’Inde ne se distingue pas par sa production d’ordinateurs, elle attire des laboratoires spécialisés dans la conception de puces électroniques. Parmi les grands noms de l’informatique présents en Inde, on peut citer ibm (70 chercheurs à New Delhi), Microsoft (250 chercheurs à Hyderabad pour 700 aux États-Unis) ou encore des industries traditionnelles qui y ont délocalisé leur composante de technologie de l’information comme General Motors (cnetnews.com 2004).

  • 13 Source : enquêtes personnelles, données portant sur les réponses de36 informaticiens à cette questi (...)

16Mais l’Inde acquiert également une place centrale dans la circulation mondiale des informaticiens dont elle fournit un large contingent. Lors de nos recherches en Malaisie nous avons constaté que pour 90 % des informaticiens indiens, c’était leur première expatriation. Afin d’analyser leur projet migratoire, nous leur avons également demandé ce qu’ils souhaiteraient faire à la fin de leur séjour. 75 % désirent poursuivre leur migration vers d’autres pays, avec pour destinations finales les pays anglo-saxons les plus développés, et en première place les États-Unis13. La Malaisie est donc pour de nombreux informaticiens indiens la porte d’entrée sur un marché du travail mondialisé et hiérarchisé. Entre les logiques des entreprises multinationales et des politiques migratoires des États, intervient ici une stratégie individuelle qui couple mobilité géographique et avancement dans la carrière. Une première expérience professionnelle est indispensable pour entrer en Malaisie, de la même façon que plusieurs expériences internationales permettront d’accéder aux États-Unis. On voit se dessiner une hiérarchie des destinations qui correspond aux différentes étapes d’un mouvement migratoire qui doit s’achever aux États-Unis ou, à part égale au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande. D’autres études sur les informaticiens indiens ont mis en évidence des mouvements du Canada vers les États-Unis (Stackhouse 2000), ou d’Australie vers l’Amérique du Nord (Xiang 2004). Cependant, depuis les attentats du 11 septembre et le renforcement du contrôle de l’immigration, ces deux dernières destinations sont en nette diminution. Ces stratégies individuelles s’exercent très rarement de façon indépendante. Si un informaticien veut changer de pays et poursuivre sa carrière dans une autre entreprise, il dépend des réseaux d’agents recruteurs des entreprises d’affrètement de personnel, le body shopping, qui institutionnalisent ces mouvements.

17Les firmes d’affrètement de personnel ne se contentent pas seulement de placer les informaticiens qu’elles ont recrutés, elles adaptent aussi leur main-d’œuvre au marché en rapide évolution. Elles assurent souvent la fonction de formation soit dans le pays où elles sont implantées, soit en Inde. Xiang (2007) cite l’exemple d’entreprises de body shopping implantées en Australie qui font venir des formateurs selon un circuit analogue à leurs autres employés, pour compléter les connaissances de ces derniers, mais aussi ajouter cette compétence à leur activité. En plus d’un coût salarial inférieur, ces formateurs ont des connaissances variées et à la pointe des derniers développements. Lorsque les instituts de formation privés indiens se sont développés, ils ont réussi à former rapidement et en grande quantité des programmeurs pour Microsoft. En contrepartie, le géant de l’informatique a passé des accords avec ces entreprises de formation comme le niit (National Institute of Information Technology) pour leur fournir les dernières versions de leurs logiciels. Cette relation privilégiée a été étendue depuis à/par ? d’autres entreprises comme Oracle ou citrix. L’Inde est devenu ainsi un centre de niveau mondial pour la formation d’informaticiens. Les personnels affrétés profitent de leurs retours réguliers au pays pour entretenir leur capital de savoir en mettant à jour leurs connaissances par des compléments de formation. Parfois, ce sont leurs employeurs qui passent un contrat avec un institut de formation pour assurer cette mise à niveau.

18Les migrations temporaires des informaticiens en Malaisie sont donc différentes des migrations des travailleurs indiens du Golfe car l’échelle des mouvements n’est pas bipolaire, avec un pays émetteur et un pays receveur, mais multipolaire et hiérarchique, privilégiant les « villes globales » (Sassen 2001. Cependant, les étapes du parcours ne sont pas figées, car l’évolution des situations économiques ou des politiques migratoires peuvent réorienter les flux. Après le raid dans le complexe immobilier de Palm Court à Kuala Lumpur en mars 2003, effectué par les services de l’immigration malais qui brutalisèrent 300 informaticiens, le pays est devenu moins attractif pour ces derniers. En outre, ces mouvements sont organisés par des entreprises qui exploitent les dérogations aux politiques migratoires des pays en mal de main-d’œuvre hautement qualifiée. Accompagnant les restrictions des politiques d’immigration définitive des pays industriels, le système du body shopping exploite les brèches autorisées par ces législations en faveur des mobilités temporaires. C’est cette conjonction entre une flexibilité de l’emploi souhaitée par les entreprises et l’institutionnalisation des migrations à travers le système du body shopping qui donne de la longévité à ces parcours migratoires. On peut donc lire ces migrations multipolaires comme un système mondial structuré par l’affrètement de personnel dont l’Inde constitue le centre (Xiang 2007).

Conclusion

19Ce système n’est pas nouveau : on peut en lire les prémisses dans l’analyse par Metcalf (2005) des migrations de main-d’œuvre du xixe siècle. Dans son article « L’Empire recentré : l’Inde dans l’océan indien », cet auteur propose une relecture des relations de dépendance entre la colonie (l’Inde) et sa métropole (le Royaume-Uni) en considérant cette première non plus comme une périphérie, mais comme un centre à partir duquel rayonnent les hommes, les biens et les idées. La colonisation britannique se réalise autour de l’océan Indien par la mobilisation du territoire indien dont le colonisateur s’est assuré le contrôle. La circulation des hommes mais aussi des idées qu’ils transportent avec eux, se fait à partir de l’Inde en direction de l’Afrique de l’Est, de l’Asie du Sud-Est et jusqu’aux côtes chinoises. Dans cette phase ancienne de la mondialisation, l’Inde est donc au centre de l’entreprise impérialiste britannique dans l’océan Indien. Dans la phase actuelle (voir carte), nous retrouvons une situation similaire avec d’autres acteurs, le rôle du Royaume-Uni étant ici tenu par les États-Unis, nouveau centre économique mondial. Mais les hommes qui circulent sont à nouveau indiens, et c’est vrai ici aussi bien des travailleurs peu qualifiés du Golfe (Rahman 2001 ; Jain, 2003 ; Zachariah et al. 2003) que des « cerveaux » que nous avons étudiés dans cette contribution. L’échelle n’est par contre plus la même. Metcalf insiste dans son article sur la dimension océanique, évoquant à la manière de Braudel (1949) à propos de la Méditerranée, un modèle géopolitique classique opposant foyers continentaux (heartland) et couronne maritime (rimland). Aujourd’hui, l’échelle des réseaux et des circulations des migrants indiens est mondiale. Mais la conséquence pour le territoire indien est la même. Ce sont les circulations qui redonnent à l’Inde une position centrale. Circulations d’hommes, de biens, pour certains immatériels (programmes et services informatiques), et très certainement, d’idées.

L’expansion des réseaux migratoires indiens (xvie-xxie siècle)

L’expansion des réseaux migratoires indiens (xvie-xxie siècle)

Bibliographie

Bibliographie

Aneesh, A. (2000), Rethinking Migration : High-Skilled Labour Flows from india to the United states. San Diego, University of California, Centre for Comparative Immigration Studies.

Arora, A. et al. (1999), The Indian Software Services Industry. Pittsburgh, Carnegie Mellon University, Heinz School.

Boillot, J.-J. (2006), L’Économie de l’Inde. Paris, La Découverte.

Braudel, F. (1949), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II. Paris, Armand Colin.

Chakravartty, P. (2000), The Emigration of High-Skilled Indian Workers to the United States : Flexible Citizenship and India’s information Economy. San Diego, University of California, Centre for Comparative Immigration Studies.

Dossani, R. (2005), Origins and Growth of the software Industry in india. Stanford, Shorenstein Asia-Pacific Research Center.

Frauenheim, E. (2004), « Tech professionals group wary of offshoring », CNET News.com.

Goodman, L.A. (1961), « Snowball Sampling », Annals of Mathematical statistics, 20, pp. 572-579.

Heeks, R. (1989), New Technology and the International Division of Labour : A Case Study of the Indian Software Industry. Edimbourg, Development Policy and Practice Research Group.

Heeks, R. (1996), India’s Software Industry : State Policy, Liberalisation, and Industrial Development. Delhi, Sage.

Jain, P. C. (2003), « Culture and economy in an “incipient” diaspora. Indians in the Persian Gulf region », in B. Parekh et al., eds., Culture and Economy in the indian diaspora. Londres, Routledge, pp. 102-122.

Kapur, D., & Mchale, J. (2005), Give Us your Best and Brightest : The Global Hunt for Talent and its Impact on the Developing World. Washington, DC, Center for Global Development.

Khadria, B. (2004), Migration of highly skilled indians : Case studies of iT and health. Paris, Organisation for Economic Co-operation and Development.

Khadria, B. & Leclerc, É. (2006), « Exode des emplois contre exode des cerveaux, les deux faces d’une même pièce ? », Autrepart (37), pp. 37-51.

Lal, B. V. et al. (2006), The Encyclopedia of the Indian Diaspora. Honolulu, University of Hawaii Press.

Leclerc, É. (2007), « La Malaisie, une première étape dans la circulation planétaire des informaticiens indiens », in C. Audebert & E. Ma Mung, eds., Les nouveaux territoires migratoires : entre logiques globales et dynamiques locales. Bilbao, Université de Bilbao, HumanitarianNet, pp. 217-320.

Leclerc, É. & Meyer, J.-B. (2007), « Knowledge diasporas for development: a shrinking space for scepticism », Asian Population studies, 3 (2), pp. 153-158.

Metcalf, T. R. (2005), Forging the Raj : Essays on British india in the Heyday of Empire. New Delhi, Oxford University Press.

Pandey, A., Aggarwal, A., Devane, R. et al. (2004), India’s Transformation to Knowledge-Based Economy – Evolving Role of the Indian Diaspora, Evalueserve, India, Polices and Perspectives. ILO/EU, Asian Programme on the Gouvernance of Labour Migration.

Rahman, A. (2001), Indian Labour Migration to the Gulf : A Socio-Economic Analysis, New Delhi, Rajat Publications (1re éd.).

Sahay, S. et al. (2003), Global IT Outsourcing : Software Development Across Borders. Cambridge, UK/New York, Cambridge University Press.

Sassen, S. (2001), The Global City : New York, London, Tokyo. Princeton, NJ, Princeton University Press (2e éd.).

Saxenian, A. L. (2000), Brain Drain or Brain Circulation ? The Silicon Valley-Asia Connection. Harvard, Harvard University, Asia Center (« Modern Asia Series »).

Singhal, A. & Rogers, E.M. (2001), India’s Communication Revolution : From Bullock Carts to Cyber Marts. New Delhi, Sage.

Stackhouse, J. (2000), « Brain dead : why Canada just doesn’t cut it anymore for the world’s best and brightest ? », The globe and Mail, Toronto.

Upadhya, C. (2004), « A new transnational capitalist class ? Capital flows, business networks and entrepreneurs in the Indian software industry », Economical and Political Weekly, XXXIX (48), pp. 5141-5151.

Xiang, B. (2004), « Indian information technology professionals’ world system », in B. S. A. Yeoh & K. Willis, eds., state/nation/Transnation : Perspectives on Transnationalism in the Asia-Pacific. New York, Routledge, pp.161-178.

Xiang, B. (2007), Global « Body Shopping » : An Indian Labor System in the Information Technology Industry. Princeton, NJ, Princeton University Press.

Zachariah, K. C. et al., eds. (2003), Dynamics of Migration in Kerala : Dimensions, Differentials and Consequences. Hyderabad, Orient Longman.

Notes

1 Ce titre fait directement référence à l’article de Metcalf (2005), Empire Recentred : India in the Indian Ocean, republié in Id. (2005 : 282-299) Forging the Raj : Essays on British India in the Heyday of Empire, voir Biblio.

2 Voir Landy & Dupont, « Introduction », ce volume.

3 Source : 2006, MsC Malaysia impact Report 2005, Multimedia Development Corporation, Kuala Lumpur.

4 Kanwal Rekhi revendit Excelan deux ans plus tard au géant des télécommunications Novell pour 250 millions de dollars (Singhal & Rogers 2001 : 157).

5 S’inspirant du modèle des parcs scientifiques, le gouvernement malaisien a délimité en 1996 un corridor large de 15 km, et long de 50 km, s étendant des tours Petronas au cœur de Kuala Lumpur à Cyberjaya, une cité de l’informatique située en regard de la nouvelle capitale politique Putrajaya, pour concentrer les investissements dans les nouvelles technologies.

6 Lors de cette vague d’expulsion qui toucha les travailleurs indiens peu qualifiés, le gouvernement indien a dû émettre 16 000 certificats d’urgence pour leur permettre de retourner en Inde.

7 Contrairement à la technique de « snowball sampling » définie par Goodman (1961 : 572-579), nous ne sommes pas partis d’un échantillon particulier, mais lorsqu’une chaîne de relations interpersonnelles s’interrompait, nous relancions la démarche à partir d’un nouveau groupe.

8 Nous avons éprouvé la force de ces réseaux lors de nos deux mois d’enquête, puisque nous les avons utilisés pour constituer notre échantillon.

9 Source: enquêtes personnelles ; données portant sur un échantillon de 48 informaticiens.

10 Source NASSCOM (National Association of Software and Services Companies), The IT Industry in India : Strategic Review, rapport annuel de la chambre de commerce de l’industrie des technologies de l’information indienne.

11 Terminologie française pour la prestation de services à distance.

12 Source : Boillot 2006 : 86.

13 Source : enquêtes personnelles, données portant sur les réponses de36 informaticiens à cette question.

Table des illustrations

Légende 1. Une succursale d’Aptech à Hyderabad, Andhra Pradesh.
Crédits (Cliché B. Loquet, 2001)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre 2. Le complexe immobilier de Palm Court dans le quartier de Brickfields, Kuala Lumpur, Malaisie.
Crédits (Cliché E. Leclerc, mai 2005)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre L’expansion des réseaux migratoires indiens (xvie-xxie siècle)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21982/img-3.png
Fichier image/png, 465k

Auteur

Géographe, maître de conférences à l’université de Rouen, membre du Laboratoire Ailleurs (E.A. 2534), ses recherches portent sur le rôle de la diaspora indienne dans le processus de mondialisation.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search