Version classiqueVersion mobile

Circulation et territoire dans le monde indien contemporain

 | 
Véronique Dupont
, 
Frédéric Landy

Ouverture de nouveaux espaces : circulations transnationales

Les Gulf pockets du Kerala. Des territoires marqués par l’émigration internationale

Philippe Venier

Résumé

Depuis plus de trente ans, l’État du Kerala est le principal pôle de l’émigration indienne à destination du Moyen-Orient. Trois vagues migratoires se sont ainsi succédé en relation avec le développement économique et les politiques d’immigration des pays d’accueil.
À l’échelle de ce petit État il s’agit d’une émigration massive qui a engendré de profondes mutations socio-économiques. L’accroissement des flux migratoires au cours des deux dernières décennies a entraîné une plus grande diversification confessionnelle des expatriés. Les transferts financiers toujours plus importants, ont modifié le paysage économique en raison des changements de stratégies d’investissement des foyers de migrants.
Les transformations les plus significatives s’observent toutefois dans des espaces relativement circonscrits, localement qualifiées de Gulf pockets. Amélioration sensible de l’habitat et développement des activités de service – notamment dans les secteurs de l’éducation et de la santé – marquent ainsi plus fortement qu’ailleurs les paysages.

Texte intégral

Introduction

1Depuis le premier choc pétrolier de 1973-1974, les pays du Golfe arabo-persique constituent un des principaux espaces d’immigration dans le monde. D’abord originaires des pays arabo-musulmans, les flux de travailleurs immigrés se sont réorientés en faveur de l’Asie du Sud. Dans ce dispositif migratoire, l’Inde occupe une place prépondérante. Cependant, au sein même du sous-continent, l’État du Kerala apparaît comme un pôle d’émigration majeure vers le Moyen-Orient, et ce, sans commune mesure avec son poids démographique dans le pays. En effet, depuis plus de trente ans, ce petit État pourvoit près de la moitié des ressortissants indiens travaillant dans les pétromonarchies du Golfe.

2Loin de remettre en cause cette suprématie, ces dernières années ont vu s’accroître la mobilité internationale des Kéralais. Dans le contexte d’un nouvel appel de main-d’œuvre, des catégories de population jusqu’ici peu concernées par l’émigration entrent en scène, les stratégies de valorisation de l’expatriation se modifient et les clivages entre foyers de migrants et de non migrants s’accentuent.

3À l’échelle de l’État, l’inscription dans le temps et l’ampleur des dynamiques migratoires constituent un puissant facteur de transformations socio-économiques en relation avec la masse des flux financiers recueillie par l’ensemble des foyers de migrants. Ces profondes mutations s’inscrivent toutefois de façon différenciée sur le territoire kéralais. L’enracinement de la migration internationale dans quelques localités a produit certaines spécificités dans le paysage et en matière d’impacts socio-économiques.

4Cet article se propose d’appréhender la question des migrations internationales kéralaises et de leurs conséquences par le biais d’une approche géographique, privilégiant les traductions spatiales du fait migratoire dans le pays d’origine. Autrement dit, il s’agit de mettre en évidence les espaces de la migration et les processus de territorialisation du fait migratoire par la présentation et l’analyse d’une cartographie d’indicateurs révélatrice des transformations socio-économiques et spatiales à l’œuvre depuis les premières grandes vagues d’émigration vers le Moyen-Orient.

5Les données mobilisées dans cet article proviennent principalement de trois enquêtes statistiques sur l’émigration internationale au Kerala menées en 1998, 2003 et 2007 par le Centre for Development Studies de Thiruvananthapuram. L’analyse de ces données s’appuie également sur nos propres enquêtes quantitatives et qualitatives conduites en 1999 et 2000 auprès de 213 foyers de migrants dans les districts du sud du Kerala.

Les dimensions de l’émigration kéralaise dans le golfe arabo-persique

Un fort tropisme moyen-oriental

  • 1 Les pays du CCG se composent du Koweït, de l’Arabie Saoudite, de Bahrein, du Qatar, des Émirats Ara (...)

6Concernant l’émigration internationale, les statistiques du gouvernement fédéral indien ne dissocient pas les migrants selon leur État d’origine. Néanmoins, nombre d’études et d’enquêtes révèlent que les ressortissants du Kerala émigrés dans le Golfe constituent une proportion sans commune mesure avec le poids démographique de cet État dans l’Union (environ 3 % de la population totale en 2001). Ainsi, depuis plus de trente ans ces derniers représentent entre 40 % et 50 % des immigrés indiens résidants dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe (ccg1).

  • 2 Voir à ce sujet Zachariah, Mathew, Rajan (2004 et 2007).

7Par ailleurs, et contrairement aux autres États indiens, l’émigration internationale du Kerala s’oriente presque exclusivement vers le Golfe arabo-persique. En effet, des années 1970 aux années 1990, plus de neuf expatriés sur dix vivaient dans le Golfe. Cette proportion était encore de 89 % en 2004 et en 20072.

  • 3 Sources : ONU (2005), voir http://esa.un.org/migration/ et aussi Zachariah, Rajan (2007).

8Cette unicité directionnelle de l’émigration internationale des Kéralais s’évalue également dans les pays d’accueil. En 1996, l’Organisation pour les Migrations Internationales (omi) évaluait à 10 millions le nombre d’étrangers vivant dans le Golfe (omi 2000 : 118). Avec 1,3 million de ressortissants en 1998 (Zachariah, Mathew, Rajan : 1999) les Kéralais forment en effet une des plus importantes communautés immigrées. Des données plus récentes confirment cette prépondérance. Au milieu des années 2000, sur une population étrangère de 12,8 millions, 1,6 million, soit 12 %, étaient des Kéralais3. Autrement dit, depuis plus d’une décennie, un étranger sur huit qui réside dans le Golfe est originaire de ce petit État d’Inde du Sud.

L’émigration des kéralais et des Indiens au Moyen-orient

L’émigration des kéralais et des Indiens au Moyen-orient

NB: les doubles données des années 1979, 1981, 1983 et 1987 correspondent à des sources différentes.

Sources: Commerce Research Bureau, 1978. Gulati, Mody, 1983. Department of Economic and Statistics, Government of Kerala, 1983, 1987, 1994 et 1999. Gopinathan Nair, 1988. Prakash B.A., 2000. Zachariah, Mathew, Rajan, 1999, 2004 et 2007. http://indiandiaspora.nic.in, http://www.overseasindian.in/​2006/​aug/​gulf-index.shtml (données Inde 2001 et 2006).

Trois vagues migratoires en trente ans

9Le graphique ci-dessus révèle non seulement le poids du Kerala dans l’émigration indienne au Moyen-Orient mais également l’existence de trois vagues migratoires depuis le milieu des années 1970. Chacune d’elle est en relation directe avec les aléas économiques et géopolitiques du Moyen-Orient.

10La première est consécutive au choc pétrolier de 1973-1974. L’importante appréciation des cours du brut permet aux pétromonarchies de mettre en place d’ambitieux programmes de développement économique (infrastructures, construction, industries pétrochimiques). La faiblesse démographique de ces États nécessite alors de faire appel à une main-d’œuvre étrangère. Si une grande partie de cette population immigrée est originaire des pays arabes, les sud-asiatiques déjà présents dans la région vont être sollicités pour procurer la main-d’œuvre complémentaire.

11La deuxième vague migratoire intervient juste après 1991. Le départ ou/et l’expulsion de centaines de milliers de travailleurs de pays arabes ayant « soutenu » l’Irak dans son invasion du Koweït (Palestiniens, Jordaniens, Yéménites), ainsi que le ralentissement des recrutements d’Asie du Sud-Est et de l’Est (fin des grands contrats bilatéraux), réorientent les politiques migratoires en faveur de l’Asie du Sud. Pour les Kéralais, c’est alors de nouveaux emplois qui s’offrent massivement, et cela d’autant plus facilement que les réseaux et les modalités de recrutement sont déjà en place depuis les années 1970 (Venier 2003).

  • 4 Et plus largement des autres États d’Asie du Sud, notamment le Pakistan, Sri Lanka, le Bangladesh e (...)

12Depuis le début de cette décennie, on assiste à un nouvel accroissement des flux migratoires en provenance du sous-continent indien4. Les événements de 2001 et 2003 (attentats du 11 Septembre et invasion de l’Irak) vont, en effet, faire des pétromonarchies du Golfe un pôle de relative stabilité politique et économique à l’échelle régionale. Parallèlement, l’augmentation des cours du brut et l’intensification des processus de mondialisation et de métropolisation génèrent une importante croissance économique, notamment dans le commerce international, l’industrie, les services et les activités immobilières.

  • 5 La notion de champ migratoire se définit comme l’ensemble des rapports qui se nouent entre les migr (...)
  • 6 Voir sur ce point Zachariah, Mathew, Rajan (1999, 2003, 2007).

13Ces trois vagues d’émigration forgent ainsi depuis plus de trente ans un champ migratoire spécifique5 où les mobilités internationales sont directement tributaires des vicissitudes économiques et géopolitiques à l’échelle régionale comme à l’échelle mondiale. Pour le Kerala, cette relation de dépendance à l’égard des politiques migratoires des pays du ccg s’illustre en premier lieu par l’importance des foyers incluant un migrant dans la population totale. L’enquête menée en 1998 par le centre for Development studies (cds) estimait à 1,3 million le nombre d’émigrés kéralais dans le Golfe et environ 6,3 millions de foyers dans l’État. Un simple rapport permet donc d’en déduire que 20,6 % des foyers du Kerala avaient un de leurs membres travaillant au Moyen-Orient. La même étude reconduite en 2007 établissait ce rapport à 25,8 %, soit plus d’un quart des foyers6.

Vers une plus grande diversification confessionnelle

14La diversité confessionnelle du Kerala est une des particularités de cet État de l’Inde. Les hindous représentent environ 56 % de la population et les musulmans et les chrétiens sont deux importantes minorités. Or, parmi les émigrants, la part de chaque groupe est sensiblement différente. En effet, jusqu’à une date très récente, les musulmans constituaient la majorité des émigrants.

Distribution confessionnelle des migrants du Golfe

Distribution confessionnelle des migrants du Golfe

Sources: P.R. Gopinathan Nair, vol. 3 1988: 12 – Zachariah K.C., Rajan I.S., 2007: 67, table 14.

15Sans entrer ici dans le détail, les liens historiques – d’ordre cultuel, culturel et commercial – existant depuis le viie siècle entre le sud de la péninsule indienne et le Moyen-Orient constituent une conjonction de facteurs d’émigration essentiels. Mais à cela s’ajoutent d’autres raisons socio-économiques plus contemporaines.

16La transition démographique, achevée en une vingtaine d’années au Kerala (1960-1980), s’est effectuée plus lentement dans la communauté musulmane. En d’autres termes, la proportion de jeunes en début de vie active y était plus importante, au moment même où les opportunités migratoires s’ouvraient dans le Golfe. Par ailleurs, le niveau d’éducation est globalement plus faible. Ainsi, nombre de jeunes quittent l’école assez tôt et acquièrent une expérience professionnelle en exerçant des « petits boulots » temporaires. Le marché des emplois pas ou peu qualifiés dans les pétromonarchies est donc apparu plus attractif pour les musulmans.

17Au-delà de cette différenciation confessionnelle, il convient de dissocier les deux autres communautés. En simplifiant, les chrétiens se divisent en deux groupes : ceux « des origines », c’est-à-dire constitués dès le premier siècle de notre ère, et ceux issus des basses castes hindoues converties par les Européens. D’où l’appellation respective de chrétiens syriens (de rite syriaque), qui disposent d’une situation socio-économique traditionnellement favorable, et de chrétiens latins (rattachés à Rome), qui occupent des positions plus modestes (à ce groupe s’ajoutent également les nombreuses églises protestantes).

18Pour la communauté hindoue, la diversité et la complexité du système des castes ne sont plus à démontrer ; en schématisant à l’extrême, trois niveaux se distinguent : les hautes castes représentées par les Nair (les Brahmanes sont peu nombreux au Kerala), les basses castes dominées en nombre par les Ezhava et les Intouchables/tribaux (Scheduled Castes [sc] /Scheduled Tribes [st]).

  • 7 Cette caste est le vivier électoral traditionnel des partis communistes kéralais qui gouvernent rég (...)

19Dans l’émigration internationale d’avant 1991, il s’agit essentiellement de chrétiens syriens et d’Ezhava. Les premiers ont une longue tradition migratoire qui remonte à la période coloniale (fonctionnaires de l’empire, notamment dans les compagnies pétrolières britanniques du Moyen-Orient). Quant aux seconds, ils constituent la caste la plus nombreuse au Kerala. Or, depuis l’Indépendance, les Ezhava ont été à la pointe des revendications sociales, économiques et politiques7. Il n’est alors pas étonnant que ceux vivants au cœur ou à proximité des espaces de migrations musulmanes et chrétiennes aient très tôt réagi face aux opportunités migratoires des années 1970.

20C’est à partir de la deuxième vague migratoire que le spectre confessionnel se modifie sensiblement. On constate en effet une nette diminution de la part relative des migrants musulmans dans l’émigration internationale. En revanche, les proportions de chrétiens syriens et d’Ezhava restent sensiblement identiques. D’autres communautés se sont donc inscrites de manière plus prégnante dans la nouvelle dynamique migratoire. Il s’agit tout d’abord des chrétiens latins. Socio-économiquement proches des très basses castes et des Intouchables, ce groupe a en effet pu améliorer son niveau de développement parallèlement aux nouvelles ouvertures migratoires des pays du Golfe dans les années 1990 et 2000. Il en va de même pour les Intouchables qui, bien que dorénavant présents parmi les migrants, restent peu nombreux et surtout sont encore très largement sous-représentés par rapport à leur place dans la population totale du Kerala. Dans le cas des Nair, leur « entrée » en migration depuis une quinzaine d’années s’apprécie principalement à l’aune des changements dans la dynamique migratoire interne à l’Inde. De fait, les opportunités de travail vers les autres États se sont peu à peu réduites. En outre, la persistance de taux de chômage élevés parmi les diplômés et le différentiel de salaires entre les pétromonarchies et la péninsule ont favorisé la mobilité internationale d’une communauté qui traditionnellement et culturellement, refusait de quitter la mère patrie. Autrement dit, l’attractivité financière du Golfe a été un des moteurs essentiels de cette diversification confessionnelle.

L’évolution de l’utilisation des transferts financiers

21À l’image des flux et des stocks de migrants internationaux, il n’existe pas de statistiques disponibles concernant les transferts par État. Néanmoins, au regard de la proportion de Kéralais dans l’émigration indienne vers le Moyen-Orient, on peut raisonnablement penser que 30 à 40 % des flux financiers sont rapatriés dans cet État.

  • 8 Valeurs en roupie courante. Voir Venier (2003) ; Zachariah, Rajan (2007).

22Sans remonter à la première période migratoire où les flux financiers s’accroissent progressivement, un saut quantitatif s’opère au cours des années 1990. D’environ 20 milliards de roupies en 1992, les transferts des migrants du Golfe vers le seul Kerala s’élèvent à 60 milliards en 2000, puis 79 milliards en 2003 et 85 milliards en 20078.

  • 9 Plus précisément 25,5 % en 1998, 22 % en 2003 et 20 % en 2007. Source: Zachariah, Rajan (2007).

23Plus parlant que ces valeurs absolues, le rapport entre ces transferts et le pib de l’État permet d’appréhender plus finement l’importance du fait migratoire. Précisons cependant qu’il s’agit d’un simple rapport et non pas de la part des transferts dans le pib puisque ces derniers sont exclus (ce qui fausse la mesure des richesses par habitant au Kerala !…). Globalement, depuis le milieu des années 1990, les transferts du Golfe sont équivalents à 20 ou 25 % du pib de l’État9.

24Cette manne financière sert d’abord à couvrir les besoins de consommation courante des foyers de migrants. Mais la constitution d’une épargne est également un dessein prioritaire en vue d’investissements ultérieurs. De cette double fonction de l’argent du Golfe, usage immédiat et usage différé, découle une grande diversité de situations qui dépendent des salaires, des capacités de transferts, et bien sûr des conduites individuelles et familiales de chacun des foyers de migrants. Au-delà de la pluralité de ces conduites, les stratégies d’investissement se sont modifiées au cours des années 1990. Alors qu’auparavant l’épargne s’orientait principalement dans l’immobilier et le foncier, le domaine de l’éducation et le remboursement des dettes contractées pour émigrer deviennent les premiers secteurs de dépenses.

25Plusieurs raisons expliquent la diminution du volume des investissements consacrés à l’habitation. Les nouvelles vagues migratoires des années 1990 et 2000 voient surgir de nouveaux profils de migrants. Issus de catégories socio-économiques défavorisées, ces derniers partent fréquemment sur des contrats de travail à faible rémunération. Aux difficultés rencontrées dans le pays d’accueil s’ajoutent dorénavant des coûts de départ généralement exorbitants, qu’il faut d’abord rembourser avant d’épargner. Le laps de temps entre la première migration et la capacité financière de construire une maison est ainsi plus long qu’autrefois. Par ailleurs, le ralentissement de l’élan bâtisseur des migrants met en évidence un changement de mentalité dans la société kéralaise. Tout au long des années 1970 et 1980, le signe le plus ostentatoire de la réussite migratoire passait par la construction d’une très belle maison. C’est au début des années 1990, avec les premiers retours définitifs, que les choses commencent à changer. Les médias relatent l’existence d’ex-migrants en grande difficulté financière alors même qu’ils vivent dans de somptueuses demeures. Les ventes de propriétés sont alors de plus en plus nombreuses. L’opinion est ainsi plus avisée des risques encourus à trop privilégier les apparences de la réussite aux dépens d’un meilleur niveau de vie. Au cours de la même période, la hausse du coût des matériaux et de la main-d’œuvre allonge les temps de construction et oblige les migrants à être plus modestes.

26L’achat de terre est avant tout étroitement lié à l’acquisition d’un terrain à construire. Les mêmes raisons avancées pour expliquer le ralentissement du secteur de la construction sont à l’œuvre. La très forte hausse des valeurs foncières entre également en jeu. Elle s’ajoute en effet à la pression foncière croissante induite par l’accroissement naturel de la population pendant la période de transition démographique. Cette hausse des prix se traduit pour les migrants par une réduction des surfaces moyennes achetées.

27Au-delà des limites énoncées ci-dessus, la réduction des investissements fonciers et immobiliers met en évidence un changement de stratégies de la part des migrants. Depuis l’ouverture économique de l’Inde à partir de 1991, les banques proposent de nombreux produits financiers attractifs. Dorénavant, aux exonérations fiscales propres aux comptes des migrants, s’ajoutent d’autres avantages tels que les placements en actions, l’assurance-vie, les bons du Trésor et autres obligations. Enfin, les nouvelles motivations apparues chez certains migrants de seconde ou troisième génération mettent au jour des désirs plus marqués d’orienter leur épargne vers d’autres secteurs que le foncier.

  • 10 Ceci reflète d’ailleurs une tendance générale en Inde.

28Un des changements majeurs au cours des années 1990 a trait au domaine de l’éducation. Placé au troisième rang des investissements lors de la première vague migratoire, il passe depuis une dizaine d’années au premier plan avec, en moyenne, plus du tiers des montants épargnés qui lui sont destinés10. Cette priorité affichée s’explique par la volonté des foyers de migrants de donner à leurs enfants une formation scolaire entièrement dispensée en anglais dès le plus jeune âge. Tous les enfants de migrants ne se dirigent pas vers ces écoles après la troisième. Mais placer ses enfants dans un établissement anglophone dès la maternelle permet de se dissocier du reste de la population et d’imiter ainsi la classe aisée. L’entière maîtrise de l’anglais est en effet plus valorisante et plus valorisé que le malayalam.

29Si dans les années 1970 et 1980 l’affichage de la réussite socio-économique passait par le standing de la maison et la terre possédée, on peut dire que dorénavant le niveau de scolarisation, et peut-être plus encore le type d’établissement fréquenté, sont des signes supplémentaires et ostentatoires du succès de l’émigration. Cette volonté d’ascension sociale à travers la génération suivante s’inscrit par ailleurs dans une évolution des mentalités qui touche l’ensemble de la population kéralaise. La course aux diplômes, en particulier dans le domaine de la médecine, de l’informatique, de l’ingénierie ou de la gestion, est l’obsession des middle et upper classes. À un degré moindre, les classes plus modestes leur emboîtent le pas. Les foyers de migrants, par leurs capacités financières, disposent alors de plus d’avantages que les autres, à catégories sociales égales.

30La présentation des caractéristiques de l’émigration internationale démontre que depuis plusieurs décennies, la société kéralaise est fortement imprégnée par des dynamiques migratoires de grande ampleur et des effets financiers et socio-économiques majeurs. Quelles en sont les traductions spatiales ?

Les espaces migratoires : de la polarisation à la diffusion

31Si le Kerala est le premier État indien représenté dans l’émigration internationale de travail vers le Moyen-Orient, à l’intérieur même du territoire la distribution spatiale de l’origine des migrants est loin d’être homogène. Des espaces relativement circonscrits forment l’essentiel des foyers de départ à partir des années 1970. Les nouvelles vagues d’émigration des décennies suivantes s’appuient sur cette disposition géographique mais laissent apparaître une plus grande diffusion du phénomène migratoire.

Les foyers de départ des années 1970 : l’émergence des « Gulf pockets »

  • 11 Voir précisément Directorate of economics and statistics (1983), survey on Housing and employment ( (...)

32La première tentative de localisation de l’émigration internationale date d’une large enquête menée par les services d’études statistiques du gouvernement du Kerala en 1980. L’objet de ce travail était d’établir un état des lieux de la situation de l’habitat et de l’emploi dans tous les cantons et toutes les unités urbaines de l’État. La question de l’émigration, qu’elle soit interne ou internationale, était ainsi incluse dans l’enquête11.

33Bien que le nombre de migrants vers le Golfe soit très certainement sous-estimé, ce travail donne une image très précise de l’origine géographique des grands foyers d’émigration. Sa représentation cartographique met en évidence l’existence de quatre grandes régions de départ (carte 1). Connues par tous les Kéralais sous le nom de Gulf pockets, ces régions concentrent alors à elles seules l’essentiel des migrants.

34Le premier de ces foyers de migration, à proximité de Thiruvananthapuram, est centré autour des petites villes de Chirayinkil et Varkala. Cette Gulf pocket s’étale sur une trentaine de kilomètres de long et sur une dizaine de kilomètres vers l’intérieur des terres. Seules les communes rurales proches du littoral possèdent de fortes concentrations de migrants dans leur population. Lorsqu’on s’éloigne de la côte, leur nombre diminue très rapidement. Cependant, si toute cette région est globalement qualifiée de Gulf pocket, à plus grande échelle il existe de grandes disparités spatiales. Certaines communes ont en effet des taux d’émigration très supérieurs aux autres. Il est impossible d’avoir des données chiffrées à cette échelle mais lorsque l’on interroge les acteurs locaux, tous connaissent précisément ces communes d’intense émigration. À plus grande échelle encore, on s’aperçoit qu’à l’intérieur même de ces entités administratives, quelques quartiers rassemblent près de 100 % de foyers de migrants.

35Il y a donc ici un jeu d’emboîtement d’échelles où les noyaux migratoires primordiaux sont disséminés dans l’espace communal. Les quartiers à proximité immédiate de ces noyaux ont alors des taux d’émigration décroissants mais néanmoins plus importants que les communes environnantes. Au niveau des cantons puis des taluk (subdivision administrative entre le canton et le département) le même processus s’opère.

36En remontant vers le nord, la deuxième Gulf pocket se situe autour des villes de Chengannur et de Tiruvalla. C’est ici le seul espace de forte émigration qui se situe nettement dans l’arrière-pays, à une vingtaine de kilomètres du littoral, dans l’espace collinaire annonçant le piémont de la chaîne des Ghâts. On retrouve ici la même disposition par noyaux migratoires évoquée ci-dessus avec cependant des taux d’émigration sensiblement identiques entre la population rurale et la population urbaine.

37La plus vaste et la plus importante région d’émigration vers le Golfe se situe en plein centre du Kerala, dans les départements de Thrissur et de Malappuram, à mi-chemin entre les villes de Kochi et de Kozhikode. Cette vaste Gulf pocket est connue de tous dans le pays, notamment celle du canton de Chavakkad, systématiquement cité comme exemple emblématique. Plus largement, c’est sur une centaine de kilomètres le long du littoral mais aussi plus profondément dans l’arrière-pays du département de Malappuram, que l’espace est marqué par le fait migratoire.

38En revanche, la quatrième et dernière région de forte émigration se répartit de manière plus diffuse dans la moitié nord du Malabar. Trois villes portuaires avec leurs communes voisines (Badagara, Kannur, et Payyannur) constituent les points d’ancrage essentiels de ces flux migratoires. Il est alors plus difficile d’apercevoir les mutations spatiales inhérentes aux conséquences des migrations puisque celles-ci se fondent dans le paysage urbain. Néanmoins, dans une région relativement moins développée que le reste du Kerala, il est toujours surprenant de déboucher çà et là dans un hameau qui par son bâti et sa concentration de commerces rappelle les Gulf pockets du sud de l’État.

  • 12 Comptoirs et forteresses principalement portugais, hollandais et anglais (dans l’ordre chronologiqu (...)
  • 13 Enclenchées à la fin du XIXe siècle, ces migrations vont surtout s’accroître dans l’entre-deux-guer (...)
  • 14 Le XIXe siècle au Malabar connaît d’incessantes révoltes de la part des musulmans. L’apothéose et l (...)

39Cette configuration spatiale trouve son origine dans un ensemble de facteurs historiques à la base des mouvements migratoires contemporains. De façon générale, les Gulf pockets littorales correspondent à des espaces de concentration de comptoirs européens installés depuis le xvie siècle12. Mais c’est au cours du xixe siècle que les premiers élans migratoires vont se localiser dans ces espaces. Dans la région de Chirayinkil-Varkala, ce sont les recrutements de main-d’œuvre pour les plantations d’hévéas de Birmanie et de Malaisie qui génèrent les premières migrations internationales13. Autour de Chengannur-Tiruvalla, il s’agit d’envois au Moyen-Orient (et en Afrique de l’Est) d’administrateurs chrétiens au service de la Couronne britannique (État comme grandes compagnies coloniales). L’émigration contemporaine est d’ailleurs ici majoritairement chrétienne. Pour la province du Malabar – sous contrôle direct des Anglais contrairement aux royaumes de Cochin et du Travancore – ce sont les relations cultuelles, culturelles et commerciales avec le Moyen-Orient qui se sont toujours maintenues en dépit du contrôle drastique des Anglais à l’égard des Mappilah14. Les futurs foyers de départ vers le Golfe correspondent ainsi approximativement aux lieux d’embarquement/débarquement clandestins d’hommes et de marchandises.

La diffusion spatiale de l’onde migratoire

  • 15 Voir sur ce point Zachariah., Mathew, Rajan (1999-2000).

40En 1998, les travaux d’économistes kéralais du centre for Development studies de Thiruvananthapuram (cds) produisirent une nouvelle enquête sur l’émigration internationale15. Menée dans plus de 10 000 foyers répartis sur l’ensemble du territoire, cette étude offrait ainsi, 18 ans après celle des services statistiques du gouvernement, une image précise de la répartition spatiale des migrants. Par rapport au travail réalisé en 1980, les données furent cependant moins finement spatialisées. La plus grande échelle se limitant aux taluks contrairement aux cantons dans l’étude précédente. Néanmoins, l’analyse diachronique de l’évolution des Gulf pockets demeure possible et révèle une importante diffusion spatiale de l’émigration.

41À partir de la région de Chirayinkil et Varkala, cette diffusion se propage aussi bien vers le sud que vers le nord. Les zones rurales et périurbaines autour de Trivandrum sont dorénavant fortement marquées par la migration. De plus, cette propagation se prolonge jusqu’à la frontière du Tamil Nadu. Vers le nord, on remarque la formation d’un continuum rattrapant la seconde Gulf pocket des années 1970. La dynamique d’extension spatiale de l’émigration dans cette région s’est essentiellement opérée de façon linéaire, parallèle à la côte, là où les densités de population sont les plus fortes. Toutes les communes littorales du district de Thiruvananthapuram sont maintenant devenues des foyers d’émigration importants. Au fur et à mesure que l’on s’éloigne en direction des espaces collinaires, cette intensité migratoire s’estompe.

42Dans la région de Chengannur et de Tiruvalla, la diffusion spatiale apparaît moins importante. Ici, on observe un phénomène de concentration des taux d’émigration par rapport à la population totale. Par ailleurs, contrairement à la première Gulf pocket, l’extension migratoire s’est faite plutôt en direction de la chaîne des Ghâts. Aujourd’hui, le district de Pathanamthitta, qui s’illustrait comme un important centre d’émigration interne, est devenu un nouveau foyer d’émigration internationale.

43C’est incontestablement au centre du Kerala que l’essor des départs vers le Golfe arabo-persique a été le plus spectaculaire. Les flux migratoires ont augmenté en valeur absolue comme en valeur relative avec une plus grande dispersion spatiale. Celle-ci s’est produite non seulement le long du littoral mais également à l’intérieur du territoire. Enfin, dans la moitié septentrionale du Malabar, la répartition de l’émigration est restée plus ou moins diffuse comme dans les années 1970, avec toutefois une augmentation sensible du nombre de migrants. Ici, la conservation du caractère littoral de l’émigration est prédominante.

Les Gulf pockets au cœur des transformations spatiales

44Dans les Gulf pockets l’identification du fait migratoire dans le paysage se traduit visuellement par une modification progressive de l’habitat, plus précisément de la qualité des habitations. L’arrivée dans un espace de forte émigration se ressent lorsque la fréquence de maisons modernes, « en dur », s’accentue. L’habitat traditionnel, en brique de latérite et en toit de tuiles mécaniques, n’apparaît que très rarement ; de même, les cases en panneaux de feuilles de cocotiers tressées disparaissent. D’autres indicateurs sont également perceptibles : à chaque croisement de routes de campagne, la présence de petites échoppes plus nombreuses que de coutume étonne. De plus, la nature même de ces commerces surprend quelque peu. Ici, un magasin de vêtements dernier cri proposant les toutes nouvelles créations de Bombay (Bombay fashion), là une pharmacie à la devanture très occidentale, un magasin d’électroménager ou bien une boutique d’alimentation remplie de produits de l’industrie agro-alimentaire vantés par la publicité télévisuelle du moment… Les banques aux annonces alléchantes (safe deposit, high interests) et quasiment toutes dotées de distributeur automatique, les agences de voyages et les bijouteries plus fréquentes aussi, en particulier en milieu rural. Les enseignes des boutiques sont par ailleurs souvent suggestives. Les mots comme gulf, Dubaï ou koweït sont par exemple accolés au nom du commerce (Gulf optical, Dubaï mechanics, etc.). Sur un autre registre, à densité de population et environnement égaux, les marchés sont mieux achalandés. Enfin, la présence d’espaces où se concentre un nombre important de taxis et de voitures individuelles est encore un élément significatif de l’existence d’une clientèle solvable dans un environnement proche.

L’amélioration de l’habitat

45En matière de transformation des paysages, le développement du secteur de la construction immobilière constitue localement une des principales signatures des effets de la première vague migratoire. Ce boom de la construction, ainsi qualifié par les Kéralais et directement associé au phénomène migratoire, s’est étalé sur une quinzaine d’années, de la fin des années 1970 jusqu’au milieu des années 1990. Tout au long de cette période, l’activité du bâtiment a soutenu la croissance du secteur secondaire, structurellement peu développé, à hauteur d’environ un tiers de sa valeur.

46Le premier indicateur illustrant clairement le fait migratoire a trait à la répartition des surfaces habitables les plus grandes en 1980, c’est-à-dire celles ayant une surface au sol de plus de 140 m2 (carte 2). Cette répartition correspond ici exactement à la localisation des gulf pockets. Ainsi, cinq ou six ans après le début de la première vague migratoire, la transformation spatiale par la qualité de l’habitat devient effective.

47L’autre paramètre disponible pour la même année concerne l’accès à l’électricité dans les foyers. Sur ce point la relation avec la migration est beaucoup plus nuancée. Globalement, la plupart des Gulf pockets s’illustrent encore parmi les régions les mieux loties. En revanche, les cantons littoraux du district de Malappuram restent largement sous-équipés alors qu’ils constituent des espaces d’émigration importants. Il en va de même pour l’essentiel du Malabar.

48Avec cet indicateur, l’existence d’une différence d’équipement entre la moitié sud et la moitié nord de l’État joue de façon plus prégnante que la surface habitable. Ainsi, bien que le boom de la construction s’ancre ostensiblement dans toutes les Gulf pockets, il ne se prolonge pas par une amélioration systématique des prestations annexes telles que l’électrification (en dépit d’un réseau d’électrification couvrant l’ensemble de l’État). Ce différentiel régional s’explique en partie par le fait que la majorité des migrants du Malabar – quasiment tous Mappilah – occupent des emplois non qualifiés ou peu qualifiés dans le Golfe, ce qui génère relativement peu de transferts financiers, tout au moins au cours des premières années d’expatriation. La marque de la réussite de la migration se limite donc bien souvent à la construction de vastes demeures, si possible situées dans un lieu visible par tous, sans qu’il soit possible de poursuivre l’investissement dans des éléments de fonctionnalité intérieure. Par conséquent, en ce qui touche ce critère de l’électrification des foyers – symbole concret de l’amélioration du cadre de vie et en un sens de l’entrée dans la modernité – le fait migratoire proprement dit n’entraîne, à ses débuts, que peu de changement dans l’écart de développement communément observé entre, d’une part, les anciens royaumes de Travancore et de Cochin et, d’autre part, le Malabar.

49Il faut attendre les nouvelles vagues migratoires des années 1990 et 2000 pour qu’un rééquilibrage régional s’opère en matière d’infrastructures immobilières. La diffusion spatiale de la migration a atténué les différences entre les Gulf pockets et les espaces peu concernés par l’expatriation. L’accroissement des retours définitifs a également joué un rôle important car ils s’accompagnent souvent d’une épargne conséquente qui autorise l’investissement immobilier. Plus massifs dans les deux vastes Gulf pockets du Malabar, ces retours ont soutenu plus fortement qu’ailleurs le secteur de la construction. Ainsi, ces nouvelles dynamiques migratoires ont fait émerger d’autres formes de marquages territoriaux que celles liées à l’habitat.

Une concentration de services

50Nous avons déjà décrit le paysage caractéristique d’une Gulf pocket avec sa concentration d’infrastructures relatives au secteur tertiaire. Si la densité des activités commerciales en est un trait spécifique, les services statistiques du gouvernement ne fournissent pas de données à ce sujet, tout au moins à une échelle qui ferait ressortir le fait migratoire dans sa dimension spatiale. Il en va tout autrement en ce qui concerne les infrastructures bancaires, scolaires et hospitalières. Ces trois aspects sont particulièrement intéressants dans la mesure où ils sont directement liés aux stratégies financières, économiques et familiales des migrants.

  • 16 Voir à ce sujet economic Review, 2000 [voir Biblio. : Government of Kerala].

51En ce qui concerne les établissements bancaires, le Kerala, avec une agence pour 10 000 habitants, se place au deuxième rang après le Panjab (9 000 habitants/ succursale) et avant le Karnataka (11 000 habitants/succursale)16. Eu égard à la relative atonie des secteurs productifs, notamment par rapport à ces deux États, cette position ne trouve sa justification qu’en raison de l’importance des transferts issus de l’émigration internationale.

52À plus grande échelle, ce rapport entre population et densification de la couverture bancaire met clairement en évidence les différenciations spatiales induites par le fait migratoire (carte 3). Les quatre Gulf pockets se distinguent nettement par un faible nombre de foyers par banque (cercles de petite taille). Ainsi, le nord du Kerala, la façade littorale des districts de Malappuram et de Thrissur, les districts de Palakkad, de Kottayam et de Pathanamthitta et, dans une moindre mesure, la région côtière du nord du district de Tiruvananthapuram disposent des plus fortes concentrations bancaires. Ailleurs, ce rapport est nettement moins favorable, notamment dans le district d’Ernakulam qui correspond pourtant au cœur industriel du Kerala. En outre, les zones d’expansion de la deuxième vague migratoire s’expriment clairement à travers la variation du nombre de foyers par banque entre 1984 et 1995.

53Cette relation établie entre l’implantation puis le développement des services bancaires et les espaces migratoires corrobore les nouvelles stratégies financières entreprises par les foyers de migrants. La généralisation de l’ouverture d’un compte bancaire dès la première migration, l’utilisation plus fréquente de celui-ci en compte courant par les femmes de migrants et les orientations de l’épargne vers des produits financiers expliquent en grande partie cette disposition géographique.

54Plus largement, l’expérience migratoire renforce indéniablement ce mode de gestion institutionnelle des revenus. Les ex-migrants, qu’ils rentrent après un court séjour dans le Golfe ou après une longue migration, maintiennent ce dispositif. Les membres de la famille du migrant ouvrent également des comptes pour percevoir éventuellement des versements de ce dernier. Ainsi, la très grande majorité des catégories socio-économiques concernées de près ou de loin par l’émigration a des liens avec la banque. Par extension, c’est-à-dire par imitation et désir de modernité, le reste de la population non migrante tend à procéder de même. On assiste donc à une banalisation de la possession d’un compte bancaire.

  • 17 Cette moyenne pour l’ensemble du Kerala prend également en compte les villes qui, à l’exception des (...)

55Premier secteur de dépense de l’épargne issue des transferts à la fin des années 1990, le domaine de l’éducation constitue dorénavant une des valorisations socio-économiques privilégiées par les foyers de migrants. La cartographie des établissements et de l’évolution des taux de scolarisation dans le privé à grande échelle n’a de sens que parce que le poids démographique des cantons et des unités urbaines est suffisamment important pour qu’il y ait plusieurs collèges et lycées. Toujours peuplée de plus de 100 000 habitants, chacune de ces entités administratives accueille en moyenne 14 à 15 collèges et 12 à 13 lycées17. Cette densité d’institutions éducatives permet ainsi aux familles d’envoyer leur(s) enfant(s) à proximité de leur lieu de résidence.

56L’évolution des taux de scolarisation dans l’enseignement privé au cours des années 1990 (carte 4) montre que les espaces d’accroissement les plus importants concernent ainsi les zones littorales des districts de Malappuram et de Thrissur, les hauteurs de Pathanamthitta et les cantons au nord de Tiruvananthapuram, ce qui correspond clairement aux Gulf pockets (même si toutes ne partent pas d’un niveau identique). Seule la région d’émigration du nord du Malabar ne connaît pas d’augmentation significative (mais les taux étaient déjà très élevés dans les années 1980). Si les stratégies des foyers de migrants du centre et du sud du Kerala ne font que renforcer les caractéristiques préexistantes, celles de Malappuram et de Tiruvananthapuram apparaissent en revanche novatrices. En d’autres termes, les capacités financières des migrants sont directement à l’origine du développement des établissements privés.

  • 18 Le nombre de collèges et lycées confondus a plus que doublé entre 1985 et 1992 (+ 121 %). De 1992 à (...)
  • 19 Les migrants mappilah de la première vague migratoire ont surtout privilégié les filières professio (...)

57À ce sujet, l’évolution du nombre d’établissements privés non subventionnés est un autre indicateur illustrant les changements en cours. Depuis le milieu des années 1980, ces établissements autonomes se sont rapidement multipliés face à la demande spécifique et très solvable des foyers de migrants18. La variation du nombre d’établissements entre 1984 et 1995 révèle indéniablement le rôle joué par l’émigration (carte 4). Toutefois, on peut constater que c’est dans les deux Gulf pockets du sud que les ouvertures sont les plus nombreuses. Le moindre enthousiasme19, ou plus justement les moindres potentialités financières des migrants mappilah, expliquent sans doute que celles du Malabar soient moins densément couvertes par ces institutions.

58À l’heure actuelle, le matériel statistique à grande échelle est encore inexistant pour pouvoir affirmer que cette multiplication des établissements privés non subventionnés privilégie toujours les espaces concernés par l’émigration. Quoi qu’il en soit, la lente substitution des établissements publics et privés subventionnés au profit de ces institutions autonomes requérant d’importantes capacités financières se poursuit. La migration, en provoquant un élargissement sans précédent de la demande en ce domaine, a joué et joue encore un rôle fondamental dans la transformation des structures éducatives au Kerala (Buisson 2007).

59Au même titre que la sphère éducative, le système de santé du Kerala a fortement été influencé par le fait migratoire. La solvabilité des foyers de migrants leur a non seulement permis d’accéder plus aisément à ces services mais a également modifié la demande dans le sens d’une consommation accrue de médicaments, d’examens et de diagnostics divers. Les données précises sur ces demandes sont cependant inexistantes. Néanmoins, une première approche sur ces comportements des migrants peut être appréhendée à travers l’étude de Zachariah, Mathew et Rajan (2000), portant sur les choix dans le domaine de la santé entre les foyers concernés par l’émigration et ceux qui ne le sont pas.

60Tandis que les institutions privées sont sollicitées dans deux tiers des cas par les foyers de migrants (67,6 %), seul un peu plus d’un tiers des non-migrants s’y rendent (37,3 %). Les capacités financières évoquées ci-dessus jouent ici pleinement leur rôle. La moyenne annuelle du budget de santé est presque deux fois plus importante pour les uns que pour les autres (2 395 roupies contre 1 279 roupies, valeur en 2000).

  • 20 Si la corrélation spatiale se révèle efficiente dans le cas de l’évolution des structures hospitali (...)

61L’analyse cartographique des statistiques disponibles à l’échelle des cantons et des unités urbaines confirme ces orientations dues à la migration20. On constate alors qu’au milieu des années 1990 il existe une répartition assez homogène des hôpitaux sur le territoire.

62En ce qui concerne la variation du nombre d’établissements médicaux entre 1984 et 1995, la relative uniformité, à l’instant évoquée, s’estompe. En effet, plusieurs régions se distinguent très nettement par une augmentation sensible du nombre d’hôpitaux. Ces régions sont toutes situées à proximité immédiate des espaces d’intense émigration. Cependant, pour les Gulf pockets, deux évolutions différentes apparaissent. Dans la moitié sud, peu d’ouvertures se sont produites depuis le milieu des années 1980. En revanche, au Malabar, l’apparition de nouveaux établissements correspond plus spécifiquement au cœur des Gulf pockets. Autrement dit, la densification du dispositif hospitalier, dynamisée par la demande des migrants, intervient de façon plus tardive au Malabar que dans les Gulf pockets méridionales.

63Au-delà de cette différenciation régionale, le fait migratoire impose indéniablement sa marque dans la construction d’un maillage plus dense d’infrastructures de santé. Le développement de ce secteur économique, engagé depuis deux décennies, va inéluctablement se poursuivre dans les années à venir. D’une part, d’un point de vue « mécanique », en raison de l’augmentation de l’espérance de vie associée au terme de la transition démographique, et, d’autre part, parce que la migration va maintenir une forte demande. En effet, l’accélération des retours définitifs depuis le milieu des années 1990 a pour conséquence d’accroître le nombre de personnes arrivées en fin de vie professionnelle et dotées d’une grande solvabilité. Parallèlement, les nouveaux migrants des années 2000 utilisent une part plus importante de leurs revenus pour la consommation de services de santé (pour eux-mêmes comme pour leurs parents), privilégiant, comme les ex-migrants, les établissements privés.

Conclusion

64Les analyses cartographiques révèlent incontestablement l’importance et l’inscription du fait migratoire dans l’espace. Les Gulf pockets et leurs zones d’extension sont, en effet, des lieux où la transformation du territoire a le plus évolué au cours des trois dernières décennies.

65En ce qui concerne l’habitat, on constate un progrès sensible de la qualité du bâti et des prestations intérieures pour les foyers de migrants. Même si l’aspect extérieur est moins perçu comme un signe ostentatoire d’une ascension socio-économique qu’auparavant, la recherche d’un meilleur standing s’est généralisée. Les foyers de migrants veulent l’électricité, le tout-à-l’égout ou des fosses septiques, l’adduction d’eau potable, le téléphone.

66Plus largement, c’est-à-dire à l’échelle de l’État, trente ans d’intense émigration internationale ont produit une amélioration sensible de la qualité de l’habitat. En effet, dans le contexte historique et sociopolitique du Kerala (alphabétisation généralisée, politisation importante, puissance des syndicats, etc.) les populations non concernées par la migration ont continuellement fait pression sur les pouvoirs publics afin qu’ils agissent pour combler la différence de standing occasionnée par les capacités financières des migrants. Le développement du secteur de la construction soutenu par ces derniers a ainsi redéfini les valeurs de références et élevé les normes minimales acceptables dans ce domaine pour l’ensemble de la population.

67Le secteur des services est sans aucun doute celui qui connaît la plus importante évolution et qui modifie le plus les paysages dans les espaces d’émigration. Au-delà de la multiplication des banques, le nombre de nouveaux établissements d’éducation et de santé s’est accru plus rapidement dans et autour des Gulf pockets.

68Le développement de ces institutions privées témoigne de l’existence d’un marché en plein essor, soutenu par la demande de services nouveaux, spécialisés, plus modernes et performants. Cela crée ou tout au moins accentue, les clivages entre ceux qui ont accès à ces services et ceux qui ne peuvent s’y rendre. Si les systèmes de santé et d’éducation à deux vitesses sont une composante de la société kéralaise (et plus largement indienne), indépendamment du fait migratoire, ce dernier tend néanmoins à creuser les écarts existants en raison de la différence de solvabilité entre migrants et non migrants.

69Pris dans leur ensemble, les effets de la migration se sont matérialisés à partir des années 1990. Même si des transformations notables pouvaient être constatées la décennie précédente, le processus de territorialisation du fait migratoire à travers l’aménagement des espaces et la densification des activités économiques s’est généralisé dans un contexte d’accroissement des mobilités, faites de nouveaux départs en migration, de va-et-vient et de retours temporaires.

70Il en résulte plusieurs effets. Tout d’abord, l’analyse spatiale du fait migratoire à travers la représentation cartographique de plusieurs indicateurs témoigne d’un processus de rééquilibrage régional en faveur du Malabar. Que ce soit en termes de qualité de l’habitat, de couverture hospitalière ou d’infrastructures d’enseignement, cette province s’est considérablement transformée. Ensuite, la migration tend à uniformiser les espaces ruraux et urbains. Cette uniformisation, déjà à l’œuvre de par les caractéristiques historiques, environnementales et surtout démographiques de l’État, s’opère également d’un point de vue économique. Puisque les migrants et ex-migrants restent dans leur localité et génèrent, par leur solvabilité et leurs demandes, une densification d’infrastructures et de services, le fait migratoire est source de réduction de l’exode rural et de stabilisation de la population urbaine en valeur absolue comme en valeur relative. De surcroît, le dynamisme économique des Gulf pockets fait émerger de nouvelles centralités, de nouveaux pôles de la modernité en milieu rural. Enfin, la migration a favorisé l’émergence d’une classe moyenne et d’une société de consommation au Kerala. Concernant en premier lieu les millions de foyers de migrants, des répercussions plus larges sont à noter par le biais des redistributions de richesse aux populations qui ne sont pas ou très peu représentées dans la migration. Le boom de la construction a en effet entraîné une augmentation continuelle des salaires dans le bâtiment depuis trente ans. Ces corps de métiers ont alors servi de référence indiciaire pour tous les autres emplois, et ce, jusque dans l’agriculture. À la forte demande des foyers de migrants et à la raréfaction de la main-d’œuvre en raison des départs vers le Golfe s’est en effet ajoutée la puissance des syndicats. Autrement dit, c’est la conjonction du fait migratoire et d’un contexte revendicatif important qui a permis une élévation généralisée des salaires supérieure à l’inflation. Les ouvriers n’ont pas été les seuls à bénéficier d’un meilleur pouvoir d’achat. Les emplois, dans le secteur des services stimulé par les investissements des migrants, ont connu la même évolution. Dans un sens, l’émigration internationale a eu tendance à réduire les inégalités socio-économiques ; les migrants étant pour la plupart issus de milieux relativement modestes, l’accroissement des départs s’accompagnant d’un élargissement socio-communautaire a permis à toute une partie de la population d’accéder à un niveau de vie qu’il aurait été impossible d’atteindre sans s’expatrier. Néanmoins, de nouveaux clivages sont apparus. Les catégories sociales les plus pauvres, classiquement peu concernées par l’émigration, sont maintenant de plus en plus exclues du processus migratoire en raison de la spéculation croissante sur les visas et les contrats de travail. Elles subissent donc plus durement l’amélioration générale du niveau de vie induit. Un mécanisme de double exclusion s’est mis en place : l’inaccessibilité au marché de l’emploi du Moyen-Orient et la paupérisation relative dans leur pays d’origine. L’émigration internationale au Kerala crée donc une réelle fragilité sociale et une indéniable dépendance à l’égard des politiques d’immigration des États du Golfe arabo-persique.

Bibliographie

Bibliographie

Appleyard, R. (1990), « Migration and development : myths and reality », International Migration Review, XXIII (3), pp. 486-505.

Assayag, J. (1997), « Passeurs de frontières, poseurs de barrières. Chrétiens et Musulmans en Inde », « Puruṣārtha », 19 : Altérité et identité. Islam et christianisme en Inde. Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 25-70.

Bayly, C.A. (1988), the New Cambridge History of India,T. II, Vol. 1 : Indian Society and the Making of the British Empire. Cambridge, Cambridge University Press.

Blion, R. (2001), Économies et transferts migratoires, révélateurs des contradictions entre politiques et pratiques migratoires. D’un Voyage à l’autre. Des voix de l’immigration pour un développement pluriel. Paris, Karthala, pp. 95-114.

Buisson, A. (2007), « Alphabétisation et Éducation au Kérala, Inde ». Thèse de géographie, Université d’Aix-Marseille I.

Commerce Research Bureau (1978), « Emigration, Inward Remittances and Economic Growth of Kerala. Report of a Survey ». Bombay, N.K.M. International House.

Daum, C. (2000), « Liens entre migration et développement : des points de repère », Migrations société, 12 (67), pp. 51-52.

George, K.K. (1993), Limits to Kerala Model of Development. Trivandrum, Centre For Development Studies (« Monograph series »).

Government Of Kerala :

- (1983), Directorate of Economics and Statistics, survey on Housing and employment, 1980, Trivandrum.

- (1987), Department of Economics and Statistics, Report of the survey on the utilization of Gulf Remittances in kerala, Thiruvananthapuram.

- (1994), Department of Economics and Statistics, Report on Migration survey. 1992- 1993, Thiruvananthapuram.

- Department of Economics and Statistics, economic Review, 1986, 1993, 1999, 2000 et 2007.

Guengant, J.-P. (1996), « Migrations internationales et développement : les nouveaux paradigmes », Revue européenne des Migrations Internationales, 12 (2), pp. 107-121.

Krishna Iyer, A.L.K. (1909), the Tribes and Castes of Cochin, Vol. I, II, III. New Delhi, Cosmos Publication [éd. 1981, I, II, III].

Kurien, A. P. (1994), « Non-economic bases of economic behaviour : the consumption, investment and exchange patterns of three emigrant communities in Kerala, India », Development and Change, 25 (1004), pp. 757-783.

Miller, R. E. (1976), Mappila Muslims of Kerala : A Study in Islamic Trends. Madras, Orient Longman [éd. 1992].

Nair, Gopinathan, P.R. (1988), « Asian Migration to the Arab World : Migration from Kerala (India) ». 3 vol. Trivandrum, Centre for Development Studies (CDS) (« Working paper »).

Organisation Internationale pour les Migrations (2000), État de la migration dans le monde en 2000. New York, Organisation des Nations Unies, Organisation Internationale pour les Migrations.

Osella, F. & Osella, C. (1999), « From transience to immanence : consumption, life-cycle and social mobility in Kerala, South India », Modern Asian studies, 33 (4), pp. 989-1020.

Tinker, H. (1974), A New System of Slavery. the Export of Indian Labour Overseas. 1830-1920. Londres, Oxford University Press.

Venier, P. (2003), « Travail dans le Golfe persique et développement au Kérala. Les migrants internationaux, des acteurs au cœur des enjeux sociaux et territoriaux », Thèse de Doctorat de Géographie, Université de Poitiers.

Zachariah, K.C., Mathew, E.T., Rajan, I.S. (1999), Migration in Kerala State, India : Dimensions, Determinants and Consequences, Vol. I, Trivandrum, CDS-IDPAD, («Working paper »).

Zachariah, K.C., Mathew, E.T., Rajan, I.S. (2000), Migration in Kerala State, India : Dimensions, Determinants and Consequences, Vol. II, Trivandrum, CDS-IDPAD, ( «Working paper »).

Zachariah, K.C., Mathew, E.T., Rajan, I.S. (2003), Dynamics of Migration in Kerala. Dimensions, Differentials and Consequences. New Delhi, Orient Longman.

Zachariah, K.C., Rajan, I.S. (2004), Economic Consequences of Emigration in Kerala. Emigration and Unemployment, Working Paper I : Economic Consequences of Gulf Migration in South Asia, Case studies of Kerala and Sri lanka. Thiruvananthapuram, CDS, New Delhi/South Asian Network of Economic Institute.

Zachariah, K.C., Rajan, I.S. (2007), Migration, Remittances and Employment. Short-Term Trends and Long-Term Implications. Thiruvananthapuram, CD S. (« Working paper » 395) (www.cds.edu).

Sources internet

http://indiandiaspora.nic.in

http://www.overseasindian.in/2006/aug/gulf-index.shtml

http://esa.un.org/migration/

Notes

1 Les pays du CCG se composent du Koweït, de l’Arabie Saoudite, de Bahrein, du Qatar, des Émirats Arabes Unis et d’Oman.

2 Voir à ce sujet Zachariah, Mathew, Rajan (2004 et 2007).

3 Sources : ONU (2005), voir http://esa.un.org/migration/ et aussi Zachariah, Rajan (2007).

4 Et plus largement des autres États d’Asie du Sud, notamment le Pakistan, Sri Lanka, le Bangladesh et dans une moindre mesure le Népal.

5 La notion de champ migratoire se définit comme l’ensemble des rapports qui se nouent entre les migrants et les espaces pratiqués, qu’il s’agisse de lieux de départ, d’arrivée, d’implantation ou d’installation mais aussi des lieux de passage, de transit. La spécificité se comprend ici dans le sens où – contrairement aux autres grands champs migratoires du monde – il s’agit d’une émigration internationale de travail, intrinsèquement temporaire et contractuelle.

6 Voir sur ce point Zachariah, Mathew, Rajan (1999, 2003, 2007).

7 Cette caste est le vivier électoral traditionnel des partis communistes kéralais qui gouvernent régulièrement et par alternance depuis la création de l’État en 1956.

8 Valeurs en roupie courante. Voir Venier (2003) ; Zachariah, Rajan (2007).

9 Plus précisément 25,5 % en 1998, 22 % en 2003 et 20 % en 2007. Source: Zachariah, Rajan (2007).

10 Ceci reflète d’ailleurs une tendance générale en Inde.

11 Voir précisément Directorate of economics and statistics (1983), survey on Housing and employment (1980). [voir Biblio. : Government of Kerala].

12 Comptoirs et forteresses principalement portugais, hollandais et anglais (dans l’ordre chronologique), mais également danois et français.

13 Enclenchées à la fin du XIXe siècle, ces migrations vont surtout s’accroître dans l’entre-deux-guerres. Les premiers migrants du Golfe, dans les années 1960, sont pour la plupart issus de familles de migrants du sud-est asiatique.

14 Le XIXe siècle au Malabar connaît d’incessantes révoltes de la part des musulmans. L’apothéose et la fin de ces soulèvements se passent en 1921 avec la célèbre Mappilah rebellion (les Mappilah étant les musulmans du Kerala).

15 Voir sur ce point Zachariah., Mathew, Rajan (1999-2000).

16 Voir à ce sujet economic Review, 2000 [voir Biblio. : Government of Kerala].

17 Cette moyenne pour l’ensemble du Kerala prend également en compte les villes qui, à l’exception des trois plus grandes, ont moins d’établissements que les cantons « ruraux » [economic Review, 2000, voir Biblio. : Government of Kerala].

18 Le nombre de collèges et lycées confondus a plus que doublé entre 1985 et 1992 (+ 121 %). De 1992 à 2000 le taux de croissance était de 56 % (de 222 établissements à 348) et de 2000 à 2007 encore de 66 % (579 établissements en 2007) ; [sources : economic Review, 1986, 1993, 2000 et 2007, voir Biblio. : Government of Kerala].

19 Les migrants mappilah de la première vague migratoire ont surtout privilégié les filières professionnelles pour leurs enfants, ce qui leur a facilité l’accès aux emplois techniques du Golfe dans les années 1990.

20 Si la corrélation spatiale se révèle efficiente dans le cas de l’évolution des structures hospitalières, elle reste néanmoins à relativiser par rapport notamment aux autres indicateurs du secteur tertiaire évoqués précédemment. Car la proximité géographique est ici moins importante que pour les services bancaires et éducatifs puisque les problèmes de santé nécessitant une hospitalisation sont de loin moins fréquents. La distance entre foyers de migration et hôpitaux peut donc être relativement grande dans la mesure où le réseau et les moyens de transport sont aisés.

Table des illustrations

Titre L’émigration des kéralais et des Indiens au Moyen-orient
Légende NB: les doubles données des années 1979, 1981, 1983 et 1987 correspondent à des sources différentes.
Crédits Sources: Commerce Research Bureau, 1978. Gulati, Mody, 1983. Department of Economic and Statistics, Government of Kerala, 1983, 1987, 1994 et 1999. Gopinathan Nair, 1988. Prakash B.A., 2000. Zachariah, Mathew, Rajan, 1999, 2004 et 2007. http://indiandiaspora.nic.in, http://www.overseasindian.in/​2006/​aug/​gulf-index.shtml (données Inde 2001 et 2006).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21972/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Distribution confessionnelle des migrants du Golfe
Crédits Sources: P.R. Gopinathan Nair, vol. 3 1988: 12 – Zachariah K.C., Rajan I.S., 2007: 67, table 14.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21972/img-2.png
Fichier image/png, 30k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21972/img-3.png
Fichier image/png, 212k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21972/img-4.png
Fichier image/png, 268k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21972/img-5.png
Fichier image/png, 274k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21972/img-6.png
Fichier image/png, 540k

Auteur

Agrégé de géographie, maître de conférences, Migrinter (UMR 6588), Université de Poitiers. Ses principales recherches portent sur les migrations internationales en Inde et dans le Golfe arabo-persique.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search