Version classiqueVersion mobile

Circulation et territoire dans le monde indien contemporain

 | 
Véronique Dupont
, 
Frédéric Landy

Ouverture de nouveaux espaces : circulations transnationales

Comment s’ouvrir les frontières du monde ? La migration des infirmières indiennes

Migration of Indian Nurses: a Way to Cross Borders

Marie Percot et Sreelekha Nair

Résumé

Presque toutes les jeunes femmes indiennes qui, aujourd’hui, optent pour la profession d’infirmière le font avec le but affiché d’émigrer : le diplôme d’infirmière est ainsi considéré comme un véritable passeport pour le monde, d’autant que de plus en plus de pays cherchent à les recruter. Le parcours migratoire des infirmières indiennes (dont presque toutes viennent du Kerala) s’est ainsi complexifié depuis ces dix dernières années : débutant par une migration interne vers les grandes métropoles indiennes, il débouche ensuite sur un séjour plus ou moins long dans le Golfe et se poursuit de plus en plus souvent en Occident où les jeunes infirmières pensent s’installer.
Pour cette nouvelle génération d’infirmières, la migration est certes en partie une nécessité économique, mais elle représente surtout une stratégie de vie : c’est une façon pour elles, en tant que femmes, de gagner en autonomie et en indépendance, une façon d’échapper à la pression sociale qui s’exerce dans leur propre pays et qu’elles ressentent comme trop pesante et comme trop éloignée de leurs aspirations.
L’objectif de cet article est de décrire et d’analyser ces stratégies migratoires, les changements induits par la migration dans leur statut en tant que femme et infirmière, ainsi que les réseaux féminins qui se sont mis en place au fil du temps. Un autre aspect pris en compte est l’émergence de « territoires » kéralais induits par la migration aussi bien dans des métropoles indiennes comme Delhi que dans certains pays du Golfe ou plus récemment dans quelques pays occidentaux.

Texte intégral

  • 1 Des Indiennes médecins émigrent aussi aux États-Unis ou au Royaume-Uni, mais il ne s’agit pas – jus (...)

1L’émigration des infirmières s’inscrit dans un mouvement général de féminisation des migrations internationales, résultat d’une globalisation de ce qu’il est convenu d’appeler le « secteur des soins à la personne ». En provenance d’Asie, essentiellement des Philippines, de Sri Lanka, d’Indonésie, des femmes quittent leur pays et leur famille pour exercer ces professions qui ne font plus recette dans les pays riches, telles que domestiques, baby-sitters, aides aux personnes âgées, etc. (Abella & Manolo 1995 ; Battistella 2001). Jusqu’à présent, les plus qualifiées de ces femmes sont pour l’essentiel les infirmières et sont pour beaucoup des indiennes1.

2Nous voudrions tenter, dans cet article, d’éclairer ce dernier cas, de montrer comment les jeunes Indiennes qui choisissent aujourd’hui cette profession s’inscrivent dans des stratégies familiales certes, mais plus sûrement individuelles qui les mènent à suivre un chemin migratoire initié dès le début de leurs études. En effet, on assiste aujourd’hui dans le cas indien à une migration étape par étape, à l’intérieur de l’inde tout d’abord, puis vers les pays du golfe Persique, et qui tend, de plus en plus, à s’achever en Occident. il ne s’agit pas d’un parcours linéaire, non plus que de parcours uniques : entrent en jeu le milieu familial, les opportunités d’embauche et les réseaux de connaissance, les aléas de contrats souvent précaires, les moyens financiers ou encore les étapes de la vie de ces femmes comme le mariage ou la maternité. Quoi qu’il en soit, devenir infirmière en inde aujourd’hui, c’est choisir d’une façon ou d’une autre de partir loin de chez soi, si ce n’est pour toujours, tout du moins pour de longues périodes de temps.

  • 2 Mais cela vaut sans doute pour tous les migrants. Au Kerala, un dicton affirme : « Gulfee once, Gul (...)

3Mais, ainsi que nous tenterons de le montrer dans ce texte, malgré la diversité des parcours individuels, ce sont de véritables routes migratoires qui se sont instituées au fil du temps pour les infirmières. Des routes que toutes les candidates à la migration connaissent désormais et dont elles mesurent les étapes (géographiques en particulier) à la différence des pionnières des années 1970. Le projet migratoire de ces femmes ne repose pas en effet sur une urgence économique qui obligerait à saisir la première opportunité venue ; il apparaît qu’il résulte plutôt d’une volonté féminine d’émancipation du milieu traditionnel kéralais (qu’il s’agisse de la famille au sens large ou même du voisinage) en même temps que d’une volonté d’ascension sociale. Si cette dernière aspiration est bien partagée par les familles de ces femmes, la première l’est beaucoup moins : il en résulte une relation complexe au territoire d’origine. Les liens avec le Kerala persistent bien, ainsi que nous le verrons, mais une distance s’établit néanmoins, y compris pour les anciennes migrantes revenues au pays2. Toutefois, les infirmières migrantes ne se « fondent » pas dans la société où elles émigrent. Dans chacun de ces lieux de migration, qu’il s’agisse des métropoles indiennes ou des différentes villes du Golfe (à Dubaï, Mascate, Koweït City…), le nombre important de Kéralais présents a abouti peu à peu à la formation sinon de quartiers malayali, du moins à des voisinages qui permettent une sociabilité de type diasporique.

4Cet article s’appuie sur des enquêtes de terrain menées par Sreelekha Nair à Delhi et par Marie Percot au Kerala et dans le Golfe (Émirats Arabes Unis et Oman).

5M. Percot a effectué trois terrains de trois mois en inde (au Kerala et à Bombay) et un terrain de six semaines en Oman ainsi qu’aux Émirats Arabes Unis entre 2001 et 2004. Elle a interrogé près de trois cents infirmières ou futures infirmières : à savoir près de deux cents infirmières actuellement émigrées dans le Golfe, une soixantaine d’infirmières ex-émigrées vivant, du moins pour un certain temps, au Kerala, et autant d’étudiantes en école d’infirmière du Kerala et de Bombay. Les entretiens ont été menés individuellement auprès de 72 de ces femmes, les autres ont été collectifs (jusqu’à cinq personnes lors d’une même entrevue). Des entretiens ont aussi été menés auprès de douze surveillantes générales d’hôpitaux (non indiennes) à Oman et aux Émirats, dix surveillantes générales (n’ayant jamais émigré) et quatre directeurs du personnel d’hôpitaux au Kerala, ainsi que quinze directrices d’écoles d’infirmière au Kerala et à Bombay. Elle a enfin été invitée, au Kerala, pour des périodes allant de deux à six jours, dans dix-sept familles d’étudiantes ou d’infirmières émigrées.

6S. Nair a mené depuis 2004 des entretiens auprès de 150 infirmières kéralaises travaillant à Delhi, dans le contexte d’une recherche intitulée Gender, Professional Status and Migration : a Study of Nurses from Kerala in Delhi. L’enquête s’est faite aussi bien dans des dispensaires, des hôpitaux de taille moyenne que dans des hôpitaux très spécialisés comptant jusqu’à 500 lits. S. Nair a utilisé pour une part des questionnaires fermés et d’autre part des entretiens de longue durée. L’âge de ses interlocutrices variait de 22 à 50 ans. Des médecins, d’autres employés des hôpitaux mais aussi des responsables de syndicats d’infirmières ont aussi été longuement interrogés.

  • 3 On peut estimer à près de 80 % les infirmières indiennes qui viennent du Kerala.
  • 4 Estimation pour 2003.

7Une spécificité s’affirme d’emblée sur le terrain : l’immense majorité des infirmières indiennes vient du Kerala3 où – au demeurant – se trouve un tiers des écoles formant à cette profession. 90 % des infirmières indiennes qui travaillent dans les pays du Golfe sont des Kéralaises. il n’existe pas de statistiques officielles, mais les estimations font état de 50 000 à 60 000 infirmières indiennes travaillant dans les pays du Golfe, estimation qui paraît réaliste si l’on tient compte de nos propres observations sur le terrain et du nombre d’infirmières par habitant dans les pays du Golfe4.

Origine, milieu social et contexte

  • 5 Nous ne développerons pas ici l’aspect féminin du métier d’infirmière que l’on retrouve dans le mon (...)
  • 6 D’après notre enquête, il s’agit pour 70 % de chrétiennes syriaques et de 30 % de catholiques romai (...)
  • 7 Dans un état où le taux de scolarisation des femmes est déjà remarquable : 87,7 % des femmes y sont (...)
  • 8 À la différence des Philippines, autre grand pays « exportateur » d’infirmières, où il semble qu’il (...)

8Il est difficile de comprendre toutes les raisons qui ont entraîné cette spécificité kéralaise du métier d’infirmière en inde5. On remarquera tout d’abord que près de 90 % des infirmières kéralaises sont chrétiennes6 (alors que les chrétiens ne représentent que 20 % de la population kéralaise totale). Le tabou lié à « l’impureté » du métier (puisqu’il induit des contacts permanents avec la souillure de corps malades) explique sans doute qu’il ait au départ rebuté les hindoues de caste ; inversement, selon l’orthodoxie hindoue, cette profession ne pouvait être exercée par des intouchables en raison justement du contact nécessaire avec le corps de patients de toute origine. La résistance des hindous et des musulmans du Kerala au travail des femmes hors du foyer, plus forte que celle des chrétiens, a certainement également joué un rôle, de même que le niveau d’éducation plus élevé des femmes chrétiennes et leur accès plus rapide à la formation supérieure7. On remarquera aussi qu’historiquement les premières infirmières en Inde furent des religieuses qui ont certainement choisi de recruter plutôt des coreligionnaires et qui ont su se poser en modèle. La référence constante des infirmières rencontrées lors de cette étude à Mère Teresa en est un signe. Et bien sûr, la forte minorité chrétienne du Kerala – près de 20 % de la population – en a fait un vivier privilégié de candidates à cette profession. Toutefois, dans le contexte indien, le métier d’infirmière a longtemps été tout à fait dévalorisé (Mohan 1985 ; Aravamudan 1976)8, donnant naissance à un cliché qui nous a été souvent rapporté selon lequel les infirmières kéralaises viendraient de familles trop pauvres pour offrir quelque autre avenir à leur fille, oubliant que pour devenir infirmière il faut au moins avoir pu suivre jusqu’au bout des études secondaires, puis continuer par trois années de formation donnée en anglais.

9De fait, jusqu’à présent, les infirmières sont originaires d’un milieu social assez homogène : presque toutes celles que nous avons rencontrées (en Inde ou dans le Golfe) décrivent leur père comme agriculteur possédant environ un hectare de cultures commerciales, généralement aidé par un ou deux ouvriers agricoles. Le père exerce par ailleurs souvent, à temps partiel, un métier de bureau peu qualifié. Les mères sont presque systématiquement femmes au foyer parfois aidées d’une domestique, quelques-unes seulement nous ayant été présentées comme institutrices. La maison familiale des infirmières ou étudiantes que nous avons pu visiter au Kerala montre au demeurant un équipement typique de cette classe moyenne rurale ayant au moins les moyens d’accéder à certains biens de consommation tels que réfrigérateur, télévision-magnétoscope, motocyclette, salons à l’occidentale, etc. Cependant, les infirmières appartiennent clairement à la première génération qui, dans ces familles, a eu accès à l’enseignement supérieur, et l’objectif des parents – avant même l’apparition des opportunités migratoires – était bien que leurs filles puissent gagner leur vie. Aujourd’hui, grâce aux possibilités migratoires, c’est aussi une stratégie d’ascension sociale que les familles visent très consciemment.

  • 9 Nous avons comptabilisé 7 % d’hindoues et 3 % de musulmanes dans les 35 écoles visitées.

10Toutefois, la formation de leurs enfants reste un lourd investissement qui nécessite souvent le recours à des emprunts. Dans le cas de la formation d’infirmière en particulier, puisque si, jusqu’il y a vingt ans, la plupart d’entre elles étudiaient dans des écoles publiques qui offraient même un petit revenu dès la seconde année, la majorité doit aujourd’hui s’inscrire dans des écoles privées qui ont fleuri dès le développement de la filière migratoire, ce qui a accru de façon spectaculaire le nombre de candidates au métier. Ainsi depuis quinze ou vingt ans, c’est bien dans la migration de leurs filles que les parents investissent : ils en espèrent une partie des revenus futurs et, surtout, pensent à la possibilité de réduire la dot, étant donné non seulement les bons revenus d’une infirmière en migration mais aussi sa capacité future à faire émigrer son époux, voire d’autres membres de la belle-famille. Ainsi que le souligne Sheba George dans une étude sur les infirmières kéralaises travaillant aux États-Unis (George 2000), les infirmières sont devenues au Kerala des partis de choix. On commence d’ailleurs à remarquer une nette diminution du stigmate attaché à cette profession, et des jeunes filles hindoues (y compris de haute caste) ainsi que des jeunes musulmanes commencent à choisir cette voie avec le même objectif d’émigration que leurs consœurs chrétiennes9.

La première migration : de la famille à l’école puis vers les métropoles indiennes

11Le premier départ pour les jeunes candidates au métier d’infirmière se fait bien souvent dès leur entrée à l’école. Une sélection s’opère en effet en fonction des notes que les candidates ont obtenues à l’équivalent du baccalauréat. Pour les meilleures d’entre elles, le choix se porte sur les écoles d’infirmière les plus réputées du kerala, à savoir les écoles publiques (pour toutes les études supérieures en inde, ce sont les institutions gouvernementales qui sont les plus renommées) puis sur les écoles privées les plus cotées. On peut affirmer qu’ici se joue une distinction sociale. en effet, si le mérite personnel n’est pas absent de cette sélection, on ne peut néanmoins manquer de remarquer que les jeunes filles qui ont suivi leurs études secondaires dans des écoles privées – en particulier des écoles chrétiennes – ont certainement plus de chance d’être sélectionnées par les écoles d’infirmière les plus prisées (puisque jusqu’à l’équivalent du baccalauréat et à l’inverse des institutions d’études supérieures, ce sont les écoles privées – généralement assez coûteuses – qui sont considérées comme plus prestigieuses). La très forte compétition qui prévaut au Kerala entraîne cependant la majorité des candidates à postuler hors de leur région d’origine. Là encore s’affirme une hiérarchie entre les écoles : les écoles publiques de Delhi ou de bombay, attachées à un grand hôpital, laissent entrevoir un meilleur avenir professionnel que de plus petites écoles situées en Andhra Pradesh ou au Karnataka par exemple. Classiquement, les jeunes filles postulent à plusieurs écoles à la fois et le choix – si choix il y a – s’opère généralement sur quatre critères : la réputation de l’école, la présence éventuelle d’un membre de la famille sur place, le coût de la scolarité, et enfin la possibilité de se retrouver avec des camarades de l’école secondaire ou de son lieu d’origine.

12Dans la plupart des cas, les jeunes recrues (y compris au Kerala, puisque beaucoup d’entre elles viennent du milieu rural) quittent donc la famille pour étudier en ville et vivent dès lors au foyer de l’école. Cette première séparation d’avec les parents est généralement vécue comme joyeuse. Presque toutes les infirmières ou étudiantes rencontrées lors de cette recherche expriment le plaisir qu’elles ont – ou ont eu – de se retrouver entre filles du même âge, racontent les amitiés qu’elles nouent, la gaieté des soirées au foyer ou des repas pris en commun, quand bien même elles précisent les règles strictes destinées à les « protéger de l’extérieur » (horaires contraignants, sorties contrôlées, interdiction de présence masculine à l’intérieur du foyer, etc.). Toutes ressentent comme une sorte de bol d’air cette première coupure avec le milieu familial et villageois. Les anecdotes sont au demeurant nombreuses sur les petites libertés que cette vie autorise :

La première chose que j’ai faite en arrivant à l’école, ça a été de m’acheter des chaussures à talons et du vernis à ongles et puis des journaux de cinéma. Ce n’était pas avec de mauvaises idées, mais j’avais l’impression de faire pour la première fois quelque chose que je voulais moi. [Shobha, 22 ans]

À la maison, je suis l’aînée. Alors en plus de mes études, il fallait toujours faire quelque chose comme la cuisine ou m’occuper des plus petits. Je n’avais jamais de temps pour moi. Ici [à l’école d’infirmière], j’ai du temps pour moi, même s’il faut beaucoup étudier. On écoute de la musique. Je discute avec mes amies et on rit beaucoup. j’ai des correspondants dans plusieurs États à qui j’écris de longues lettres […] Parfois ma famille me manque, mais je me sens plus heureuse quand même. [Bindu, 19 ans]

13L’engagement rapide dans la vie professionnelle qu’induisent les stages à l’hôpital dès la première année d’études est aussi vécu comme une sorte d’entrée dans la vie adulte :

Très vite, on a des responsabilités. On doit être attentives avec des gens qui souffrent. Il n’y a pas que les examens comme dans d’autres études, il y a toute la partie pratique où nous n’avons pas le droit de nous tromper. [Letty, 21 ans]

14Ce passage estudiantin est sans doute le moment où se définissent plus précisément entre jeunes femmes les aspirations individuelles et les projets de vie, dans la mesure en particulier où elles testent alors leur capacité à vivre sans la tutelle constante des parents.

  • 10 Cette clause est quasiment systématique dans les écoles du Kerala.
  • 11 En particulier un grand nombre de malades par infirmière et un équipement souvent insuffisant aux d (...)

15Au terme de leurs trois années d’études, très peu d’entre elles reviennent habiter dans la famille. En effet, leur engagement avec l’école induit fréquemment, à la suite du diplôme, une période obligatoire de deux ans de travail dans l’hôpital auquel l’école est rattachée (une façon pour les hôpitaux de limiter le fort turn-over de personnel infirmier qui est une des conséquences de la migration massive des infirmières)10. Par ailleurs, s’il n’est pas si difficile pour elles de trouver un travail au Kerala, les salaires y sont particulièrement bas (parfois pas plus de 1 000 roupies pour une débutante) et les conditions de travail souvent très difficiles11, ce qui entraîne les jeunes diplômées à chercher, en un premier temps, un travail ailleurs en inde. La préférence va alors aux grandes métropoles. Les jeunes femmes y espèrent, certes, de meilleurs revenus, mais c’est aussi qu’elles recherchent déjà une voie plus personnelle et qu’opère sur elles l’attrait de la « grande ville ».

Une première migration interne

16C’est ainsi Delhi et Bombay qui leur semblent les plus attractives pour débuter leur carrière. On peut alors voir en œuvre les premiers effets des réseaux féminins constitués lors des études et plus largement de réseaux informels existant entre les infirmières. Dans la plupart des cas, ce n’est effectivement pas par le biais de petites annonces ou de recruteurs que la plupart d’entre elles trouvent un travail dans ces villes. La norme est plutôt de passer par l’intermédiaire d’une consœur (le plus souvent une ancienne camarade d’école ou une jeune femme de même région d’origine) déjà en poste dans un hôpital de la métropole visée, ou même de se rendre directement dans la métropole en question et de contacter ensuite des infirmières kéralaises inconnues en faisant appel à la solidarité professionnelle et ethnique pour se faire embaucher. Dans un cas comme dans l’autre, la jeune femme en quête d’emploi est en quelque sorte patronnée par une collègue déjà connue de ses supérieurs hiérarchiques et qui se pose alors comme une sorte de garant pour la nouvelle venue. Il faut aussi préciser que le chômage n’existe guère pour cette profession en inde et que cette stratégie est donc presque systématiquement rentable. Toutefois, les jeunes femmes ne se déplacent jamais sans un point de chute assuré : celui-ci peut être une amie d’école qui les hébergera en un premier temps ou un membre de la famille ou du voisinage familial, ce que l’existence d’une très forte diaspora kéralaise aussi bien à Delhi qu’à Bombay facilite amplement.

Dans le Vieux Delhi, tailleur fabricant des uniformes d’infirmière de tout style, y compris pour l’Arabie Saoudite.

Dans le Vieux Delhi, tailleur fabricant des uniformes d’infirmière de tout style, y compris pour l’Arabie Saoudite.

(Cliché F. Landy, février 2008)

17On notera donc ici un trait important : en quelque lieu que les infirmières étudient, puis bougent et travaillent en inde, elles continuent à vivre un entre-soi kéralais qui ne se démentira pas même lors de la migration dans le Golfe (Percot 2005). On peut, sans trop s’avancer, arguer que cet entre-soi est ce qui leur permet de s’aventurer assez sereinement dans une démarche migratoire : tel qu’elles le présentent, l’inconnu auquel elles sont confrontées qu’il s’agisse de la langue, de la pratique d’une métropole, de la fréquentation de gens d’autres cultures, est approché assez « en douceur » grâce au soutien, à l’aide ou simplement à la présence systématique de consœurs de la même origine sociale, ethnique et, le plus souvent, religieuse.

  • 12 Il n’existe pas à proprement parler de « quartier kéralais » à Delhi, mais des lieux de forte conce (...)
  • 13 Contraction de « Malayali ».

18Ainsi que nous l’avons constaté à Delhi, la sociabilité des jeunes infirmières se tisse effectivement presque exclusivement en milieu kéralais, la relation aux « autres » étant limitée aux relations professionnelles, qu’il s’agisse des médecins ou des patients. Si, à delhi, il s’agit au demeurant d’une sociabilité féminine, pour l’essentiel, s’agissant des plus jeunes tout au moins, celles-ci se joignent cependant au reste de la communauté kéralaise à diverses occasions : pour tout ce qui concerne la vie religieuse, au travers des diverses « paroisses »12 existant dans cette métropole indienne ou encore lors de la fête d’Onam, grande fête de l’année malayali qui rassemble l’ensemble des Kéralais quelle que soit leur religion. Les infirmières ont donc bien physiquement quitté leur pays d’origine, mais restent étroitement liées à leur communauté, et l’image de « Southies » ou de « Mallus »13, que ne manquent pas de leur renvoyer les habitants de Delhi venant du nord de l’Inde, renforce certainement ce sentiment. Elles sont nombreuses à faire état de ces qualificatifs qui englobent un ensemble de clichés se rapportant au physique (des gens de petite taille et à la peau sombre) ou encore à la langue ressentie comme imprononçable. Des clichés qui traduisent aussi une part de rejet face à la présence des indiens du Sud aussi bien à Delhi qu’à Bombay, présence souvent jugée trop massive par les Indiens du Nord. En retour, chez les indiens du Sud refont surface et s’affirment les références ethniques et linguistiques (Nair 2007). Si les infirmières kéralaises ne se posent aucun problème de légitimité, d’autant que faute d’autres candidates elles n’entrent pas sur un marché concurrentiel, elles sont constamment renvoyées à leur « étrangeté » qui apparaît d’emblée sur un point important : leur manque de maîtrise du hindi à leur arrivée, qui les handicape tant dans leurs relations aux médecins qu’aux patients. En Inde, à la différence des pays du Golfe, on s’attend à ce qu’elles parlent la langue vernaculaire de l’endroit où elles travaillent et là se marque fortement leur qualité d’émigrées. L’enquête de terrain révèle bien cet aspect :

Ils [les hindiphones] nous considèrent comme des indigentes qui n’ont pas les moyens de survivre chez nous. […] Ils nous regardent d’un mauvais œil, mais comme nous restons entre nous, cela n’a pas beaucoup d’importance. Mais je dois dire qu’ils ne sont pas tous comme ça. C’est le cas de ceux qui ne sont pas cultivés et n’ont pas l’habitude de voir des femmes sortir et travailler. […] L’attitude la pire est celle de certains patients, des patients qui sont riches mais sans aucune culture. Ils pensent qu’ils nous payent et que nous sommes donc leurs esclaves. [suma, 27 ans]

Au début, je n’osais pas aller faire une course toute seule. J’avais peur avec le peu de hindi que je parlais. je devais tout le temps faire appel à ma compagne de chambre pour m’aider. [Leela, 32 ans]

À l’hôpital, mes collègues m’ont beaucoup aidée. Elles m’ont appris les mots, m’ont fait répéter des phrases. si je ne comprenais pas un malade, elles intervenaient […]. Au bout d’un an, je me débrouillais très bien toute seule. Quand on doit parler tous les jours, ça vient vite. [Jane, 25 ans]

19Encore une fois, c’est l’hégémonie kéralaise sur le métier d’infirmière qui sert les jeunes migrantes en limitant les difficultés liées à l’inconnu. En ce sens, on peut parler de solidarité, même si elle ne joue guère collectivement, mais par le biais de relations individuelles, au coup par coup. Car il n’existe pas pour autant de vraie force organisée, force de revendication en particulier, et on observe une très faible participation syndicale, alors même que la tradition en est très forte au Kerala (Jeffrey 1993). On peut y voir une spécificité féminine : la « double journée » des femmes mariées et mères de famille laissant certes peu de place et de temps à l’engagement collectif et le manque d’assurance des plus jeunes n’entraînant guère à s’affirmer publiquement. Mais il nous semble que le fond de la question en est largement l’approche individualiste de leur carrière qu’ont la plupart des infirmières : les hôpitaux indiens sont, somme toute, pour la plupart d’entre elles, une étape avant une émigration plus lointaine ou un épisode entre deux migrations.

20Les infirmières interrogées à Delhi comme au Kerala expliquent tout d’abord le choix de leur profession non pas par la vocation mais par la nécessité de s’assurer un emploi, eu égard au fort taux de chômage que connaît le Kerala :

  • 14 Le B.A. équivaut au baccalauréat plus 3 années d’études, le M.A. au baccalauréat plus 5 années d’ét (...)

Tout le monde sait qu’il n’y a pas de travail au Kerala. On y croise partout des gens qui ont un bachelor of Arts ou un Master of Arts14 et qui sont toujours à la recherche d’un emploi. [Bindu, 26 ans]

21La possibilité de trouver un travail ailleurs apparaît alors systématiquement :

Étant d’une famille qui a tout juste assez de ressources pour survivre, il est nécessaire de pouvoir retomber sur ses pieds et de gagner sa propre subsistance. C’est ainsi que j’ai pensé à devenir infirmière […]. L’investissement nécessaire est possible [pour la famille] et si l’on accepte de bouger, on est sûr de trouver un travail. Il n’y a pas d’hôpital où que ce soit dans le monde où il n’y a pas d’infirmière malayali. Les Malayali sont partout dans le monde, tout comme les infirmières malayali. [Sindhu, 34 ans]

22On ne saurait minimiser la nécessité économique, mais on ne peut manquer non plus de souligner que ces discours très pragmatiques s’accompagnent toujours très vite d’autres paroles qui touchent, elles, plus spécifiquement au mode de vie qu’elles gagnent à se retrouver loin de la famille, paroles qui se faisaient déjà jour dès la période de leur formation. Il s’agit de l’indépendance conquise à vivre dans un nouvel espace social, à l’abri de l’inquiétude parentale pour leur réputation en tant que femmes :

Au Kerala, sans quelqu’un comme mon frère, mon père ou au moins ma mère, je ne pourrais aller nulle part. Mais ici, je vais toute seule au marché pour acheter des légumes ou autre chose. Je vais aussi avec mes amies rencontrer d’autres amies qui travaillent dans d’autres hôpitaux. Je reviens seule à huit ou neuf heures du soir et rien ne m’arrive. Mais si je faisais ça au Kerala, ce serait un scandale. Les voisins mettraient en doute ma moralité. Cela n’a pas d’importance si je suis bonne ou mauvaise. Je préfère être ici [à Delhi] que de rester chez moi. [Raji, 23 ans]

Mon père est si strict que je peux dire que je serais peut-être restée au Kerala s’il n’y était pas. Il ne m’autorisait jamais à rencontrer mes amies. Même si je voulais visiter des voisins, il demandait à ma mère de m’accompagner. [Shijy, 23 ans]

23La stratégie familiale qui les a parfois encouragées à envisager cette profession ou, tout du moins, n’y a pas mis de frein, aboutit finalement à une prise d’indépendance des jeunes femmes et à un rejet de leur assujettissement aux normes sociales en vigueur dans leur État d’origine.

24Néanmoins les conditions de travail dans les hôpitaux de Delhi, si elles sont réputées meilleures qu’au Kerala demeurent difficiles : les infirmières se plaignent du nombre trop important de patients par infirmière, du travail administratif contraignant et de salaires qui restent bas même s’ils sont supérieurs à ceux du Kerala. D’autre part, tous les hôpitaux ne respectent pas les engagements de départ, les renvoyant par exemple à des tâches subalternes d’aides-soignantes, ne payant pas les salaires promis, voire rompant les contrats parfois même sans préavis. Le séjour dans la métropole indienne n’est donc pas perçu comme la meilleure solution possible.

  • 15 IELTS: International English Language Testing system ; CGFNS : examen organisé par la Commission of (...)

25Deux ans d’expérience sont le minimum requis pour un recrutement par les hôpitaux du Golfe, or plus l’hôpital dans lequel cette expérience s’est déroulée est coté, plus les chances d’embauche dans le Golfe sont ouvertes. Au bout de quelques années, le passage par la métropole indienne a rempli son office : les jeunes infirmières sont plus sûres d’elles professionnellement, elles ont déjà affronté la vie seule, ont été capables de se débrouiller dans une nouvelle langue, avec un environnement nouveau et elles ont expérimenté concrètement les réseaux féminins sur lesquels elles peuvent compter. D’autre part, leur mariage ne saurait être repoussé trop d’années. Or, tant dans le but d’économiser pour leur dot qu’afin de contracter une alliance plus intéressante – sinon prestigieuse – pour leur milieu social, elles doivent prendre le parti de l’étranger. Deux options s’ouvrent à elles : les pays du Golfe et, de plus en plus, les pays occidentaux (anglophones en particulier) où la demande ne cesse de s’accroître. Pour ces derniers, il faut avoir eu le temps et les moyens financiers de passer les examens de langue, voire des équivalences de diplôme (IELTS, CGFNS)15 : l’option la plus simple et la moins chère reste donc l’émigration vers les pays du Golfe.

Publicité sur un immeuble de Kottayam (Kerala), 2004. (Cliché M. Percot)

(Cliché M. Percot)

26Pour franchir ce pas, travailler à Delhi ou à Bombay reste sans conteste un grand atout. Des infirmières réussissent à partir directement du Kerala par l’intermédiaire des nombreuses « agences de voyage » locales qui, moyennant ordinairement l’équivalent de trois mois de salaire, se chargent de leur trouver un contrat dans le Golfe. Mais les recrutements les plus intéressants se font dans les grandes villes. On y trouve en effet des agences plus importantes qui ont pignon sur rue et qui savent décrocher des contrats avec les plus grands hôpitaux du Golfe. Dans les grandes villes se pratiquent aussi des recrutements directs (où le futur employeur envoie depuis le Golfe des agents chargés de faire passer des tests aux candidates au départ). Cette dernière option est évidemment de loin la plus intéressante puisque, dans ce cas, on échappe d’une part à la commission de l’agence indienne et que, d’autre part, ce sont souvent des hôpitaux publics du Golfe qui recrutent de cette manière. Or, ils sont ceux qui offrent les meilleurs salaires et les meilleures conditions de travail, ce que toutes les infirmières savent très bien. Ce sont souvent des recrutements massifs : on nous a régulièrement parlé d’avions partant pour tel ou tel pays du Golfe et spécialement affrétés pour ces nouvelles recrues.

27Encore une fois, si les jeunes femmes suivent une stratégie individuelle, elles le font rarement de façon solitaire. le réseau féminin joue là aussi : que ce soit pour la diffusion de l’information ou pour se présenter aux épreuves de recrutement, sans qu’apparaisse a priori de logique de concurrence :

C’est une collègue de l’hôpital qui a vu l’annonce de recrutement et qui l’a dit à toutes les filles. [Les recruteurs venus du Golfe] avaient loué une salle dans un hôtel pour une journée et il fallait se présenter avec son C.V. je m’y suis rendue avec trois collègues et, par hasard, j’y ai retrouvé deux filles qui avaient fait leurs études avec moi au Tamil Nadu […] On a passé les tests. Il y avait des questions techniques et ils vérifiaient aussi notre niveau d’anglais. Quatre d’entre nous ont été retenues et nous sommes parties ensemble trois mois plus tard.
[Beejee, 26 ans, travaillant dans un hôpital gouvernemental à Mascate après deux ans d’expérience à Bombay].

Le pas vers le Golfe

  • 16 Surnom des émigrés indiens dans le Golfe.

28Les jeunes femmes qui partent aujourd’hui pour les pays du Golfe savent largement ce qui les y attend. Plus de trente ans d’émigration d’infirmières du Kerala dans ces pays ont donné le temps aux candidates actuelles de se nourrir de renseignements de toutes sortes. On ne peut au demeurant qu’être frappé du peu de décalage existant entre la réalité (celle du moins que nous avons pu entrevoir lors de notre enquête aux Émirats et en Oman) et le récit qui en est fait au Kerala par les migrantes ou anciennes migrantes. Alors qu’un dicton kéralais veut que l’on ne demande jamais à un Gulfee16 quel métier il y pratique mais seulement combien il gagne (sous-entendant que les migrants sont prêts à y exercer des métiers qui les feraient déchoir socialement dans leur propre pays), il en va différemment pour les infirmières, peut-être justement parce que tout le monde sait qu’elles y exercent bien le métier auquel elles ont été formées. Les préjugés qui parfois courent encore sur elles touchent plutôt à leur position de femme émigrant seule. Un chauffeur de taxi de kottayam suggère ainsi :

On se demande ce qu’elles font quand elles ont fini le travail. Parce qu’elles sont toutes seules là-bas, alors c’est facile pour elles de gagner plus en traînant dans les rues, si vous voyez ce que je veux dire…

29Lors d’un séminaire dans une université indienne, un groupe d’étudiants nous demande confirmation du harcèlement sexuel dont elles seraient censées faire l’objet dans les hôpitaux du Golfe. Dans les deux cas, c’est bien le rapport à la sexualité de femmes hors contrôle ou hors protection masculine qui est questionné. Mais les infirmières entre elles ne semblent ni enjoliver, ni noircir le tableau de leur vie en migration. Elles en pointent les avantages et en racontent les écueils.

  • 17 Dans les hôpitaux du Golfe que nous avons visités, ce sont les Philippines qui sont les plus nombre (...)

30La première génération de migrantes – à la fin des années 1970 et jusque vers le milieu des années 1980 – décrit une vie particulièrement austère. À cette époque, leur vie était strictement cantonnée aux limites de l’hôpital puisque toutes étaient alors logées dans des foyers situés sur le même lieu. les premières femmes qui sont parties étaient toutes mariées et presque toutes mères. Elles sont cependant parties seules, laissant presque toujours leurs enfants à la garde de la belle-famille. Au départ, toutes n’envisageaient la migration que comme une période réduite dans le temps (deux ou trois ans), destinée à amasser quelques économies qui permettraient d’améliorer le sort de la famille dès leur retour en inde. À l’époque, elles n’avaient pas choisi leur métier dans le but d’émigrer, mais le recrutement des pays du Golfe s’est offert à elles comme une opportunité inattendue. Les parents et beaux-parents n’avaient pas non plus encore entrevu le passeport qu’elles pouvaient représenter pour une migration d’autres membres de la famille et n’attendaient rien d’autre d’elles qu’elles envoient le plus d’argent possible. Beaucoup d’infirmières ont effectué des séjours successifs dans le Golfe, souvent poussées par la belle-famille. Elles se plaignent de la difficulté qu’elles avaient à vivre loin de leurs enfants, dans des pays où elles n’avaient d’autre vie sociale que la fréquentation, au foyer, de leurs consœurs kéralaises ou philippines17. Elles parlent de cette époque comme d’une vie faite de travail difficile (avec des patients qui n’avaient encore aucune connaissance de l’hôpital et s’effrayaient de chaque geste technique, à la différence des patients indiens), d’une petite part de plaisir au foyer lors des fréquentes réunions de prières, par exemple, ou de quelques fêtes organisées surtout par leurs collègues philippines, mais d’une vie faite surtout d’ennui et d’attente : attente des lettres, attente des vacances, attente de la fin du contrat.

  • 18 Seuls les hommes ont, dans les pays du Golfe, le droit de faire jouer le regroupement familial.
  • 19 À l’exception de l’Arabie Saoudite, cas particulier sur lequel nous reviendrons.

31Ce n’est qu’à partir du milieu des années 1980, et dans la foulée du développement massif de l’émigration kéralaise vers les pays du Golfe, qu’elles sont devenues la tête de pont d’une migration familiale, à commencer par leur époux. La vie des infirmières migrantes a alors bien changé. De plus en plus d’entre elles ont commencé à vivre « en ville » avec leur mari. pour peu que la situation le permette (des revenus suffisants, un travail dans la même ville, un moyen de garde…), de plus en plus de couples ont aussi fait venir leurs enfants18. Au fil de l’établissement d’une diaspora kéralaise dans de nombreuses villes du Golfe (Dubaï, Mascate, Koweït City…), c’est aussi une vraie vie sociale qu’elles ont pu acquérir : il était devenu possible de se retrouver entre amis, de faire ses courses dans des magasins kéralais, de se réunir dans des paroisses kéralaises19, de célébrer les fêtes traditionnelles, de voir des films indiens, d’avoir la presse kéralaise… Même les infirmières qui vivaient encore en célibataire dans les foyers avaient désormais des occasions de sortir pour rejoindre des compatriotes.

32En 1994, une étude montre en effet que sur les presque quatre millions d’Indiens travaillant dans le golfe, 1,3 million sont d’origine kéralaise (Zachariah et al. 2002 : 17). Dix ans plus tard, une nouvelle étude estime à 1,8 million cette même population (Zachariah & Rajan 2004 : 12) alors même que l’on pensait à une diminution des migrants en raison des tentatives diverses d’indigénisation de la main-d’œuvre et du ralentissement dans le développement des infrastructures ou du bâtiment. De fait, les Kéralais sont bien en train de s’établir dans le Golfe, malgré le statut encore précaire que fait peser sur eux le système du khafil – sponsor – qui rend tout immigrant dépendant d’un citoyen de l’état d’accueil, que ce dernier soit patron ou associé (Battegay 2002 : 113). Cela n’a pas empêché l’essor d’une classe d’entrepreneurs kéralais dans le bâtiment mais surtout dans les services (Venier 2003). Et quel que soit le discours des états du Golfe – et quand bien même la naturalisation est toujours impossible pour les immigrants – on voit bien apparaître un phénomène d’installation : en témoigne par exemple le cas de l’Émirat d’Ajman qui autorise depuis 2005 l’achat par des étrangers de terrains destinés à construire des entreprises et même une maison particulière à côté de l’entreprise. La logique de ségrégation des étrangers reste indubitablement en vigueur, mais d’une certaine manière elle ne fait que renforcer la logique de diaspora. Les kéralais savent tous que bien des leurs vivent depuis longtemps dans les différents pays du Golfe et que certains même y prospèrent. On pourrait presque avancer qu’ils se sont d’une certaine façon « approprié » certains de ces territoires : en bien des manières, Dubaï et Mascate, par exemple, sont désormais considérées comme de véritables métropoles kéralaises. Une carte des lignes aériennes montrerait bien la diversité des liaisons et la fréquence des vols entre le Kerala et les pays du Golfe, plus grande que celles liant le Kerala aux différentes villes indiennes.

  • 20 Les infirmières peuvent gagner dans le Golfe jusqu’à quinze fois plus que ce qu’elles gagnent en In (...)
  • 21 Remerciements à Philippe Venier pour cette information.

33Pour les nombreux hommes Kéralais qui souhaitent franchir la mer d’Arabie, une épouse infirmière est un atout certain : pour ceux qui n’ont pas de moyen direct de partir, elle leur fournira d’abord l’accès au visa ; son salaire non négligeable20 permettra d’y vivre assez confortablement tout en économisant ; enfin, celles qui travaillent dans des hôpitaux gouvernementaux ont accès à des prêts qui peuvent financer le démarrage d’une petite entreprise sur place21.

34À la suite du développement de la communauté kéralaise dans le Golfe, on a assisté à un changement dans les plans migratoires des infirmières : le retour au pays n’est plus l’objectif à court terme. Et l’on voit bien que le séjour soit se prolonge, soit se répète après quelque temps passé au Kerala. De nombreuses femmes parlent ainsi positivement de la vie qu’elles mènent dans le Golfe, comme d’une vie plus agréable que celle qu’elles avaient en Inde et en particulier au Kerala. Pour l’essentiel, elles y voient deux grands avantages. Tout d’abord d’être loin de la pression sociale et familiale (celle de la belle-famille tout particulièrement) ; d’autre part, elles apprécient le cosmopolitisme des villes du Golfe, non pas tant en ce qu’il consiste en un brassage des cultures, qui n’existe pas, mais en ce qu’il apporte d’anonymat et de liberté :

  • 22 Quartier indien (et largement kéralais) de Mascate.

Ici, on ne fait pas les choses par obligation. […] La plupart du temps, avec mon mari on fait les courses à ruwi22, mais parfois on va au centre commercial Carrefour et c’est un autre monde. […] Pour la paroisse aussi, on peut choisir : pour la messe, je vais à la paroisse St-Paul-et-St-Pierre, mais autrement j’ai plutôt choisi le groupe de prière que nous avons mis sur pied avec d’autres infirmières de mon hôpital et qui est dirigé par un autre prêtre. [Pax, 36 ans]

  • 23 Un churidar est un costume originaire du nord de l’Inde, constitué d’une longue tunique et d’un pan (...)

Au Kerala, si une femme mariée ne porte pas le sari, elle est mal jugée. Mais ici, je ne porte que des churidar23 et personne ne me fait de remarques. On peut vivre de façon plus moderne. On n’a pas les mêmes relations avec les gens. On n’a pas à faire attention aux voisins et aux commérages. [Maryam, 32 ans]

Tous les week-ends, on se retrouve avec des couples d’amis et on s’amuse entre nous. S’il y avait la famille ce ne serait pas pareil. Au Kerala, c’est la famille qui compte en premier, surtout pour une femme. Là-bas, les hommes se retrouvent entre eux dehors et les femmes restent à la maison. [Jenny, 32 ans]

35Il subsiste toutefois des sujets de plainte qui tiennent au statut des étrangers – et notamment des indiens. Toutes se plaignent d’abord du peu de considération dont elles sont l’objet de la part des autochtones :

Ils sont racistes envers les Indiens, ils nous considèrent comme des esclaves tout juste bons à travailler, alors qu’eux, ils sont tout à fait incultes et sont incapables de faire les choses par eux-mêmes. Ce sont les étrangers qui ont tout construit ici et qui continuent à tout faire marcher. S’ils n’avaient pas eu la chance d’avoir du pétrole, ils en seraient toujours à marcher derrière leurs chameaux,

remarque Rosy, 35 ans qui vit à Mascate avec son époux et ses deux enfants.

  • 24 À l’hôpital, seule l’administration est indigène. Médecins et surveillantes générales sont aussi de (...)

36Cette façon de présenter les choses nous a été moult fois répétée. On notera qu’elle n’induit en aucune manière une dévalorisation de soi, puisque le mépris pour les autochtones est systématique, ce que traduit bien d’ailleurs le terme de « bédouins » par lequel elles les désignent souvent. Il n’en reste pas moins qu’elles se sentent à leur merci administrativement24 et légalement puisque leur séjour est entièrement lié au contrat qu’elles ont avec l’hôpital qui les a fait venir d’Inde – du moins tant que leur époux n’est pas lui-même installé et en possession d’un permis de travail.

  • 25 C’est ainsi que la relation avec les infirmières philippines est souvent perçue en termes de concur (...)
  • 26 Le kafil, généralement traduit par « sponsor » en anglais est, dans les pays du Golfe, la personne (...)

37Le contrat peut aller d’un à trois ans. Il est généralement renouvelé, sauf pour des raisons qui, selon elles, n’ont rien à voir avec la qualité de leur travail : une grossesse, un chef qui les prend en grippe, une politique qui favoriserait l’embauche d’infirmières d’autre nationalité ou d’une autre religion25, etc. Lors de notre enquête dans le Golfe nous avons rencontré des femmes qui travaillaient parfois depuis plus de vingt ans dans le même hôpital et n’avons croisé qu’un seul cas d’une femme ayant dû démissionner parce qu’elle était enceinte avant les deux ans que prévoyait son contrat initial. Il n’empêche que le sentiment de précarité reste très fort. Il est à l’évidence lié tout d’abord à la législation actuelle concernant les immigrés et à la non-intégration à la société locale – qui n’est au demeurant souhaitée ni d’un côté ni de l’autre (Longva 1997). Ainsi, à l’exception des infirmières arrivées les premières dans les années 1970, aucune ne parle l’arabe – c’est avec anglais qu’elles fonctionnent à l’hôpital – et seules deux parmi toutes celles que nous avons vues ont pénétré dans une maison indigène (à l’occasion d’un mariage). Pas de naturalisation possible, un séjour totalement lié au contrat de travail, une grande difficulté à obtenir des visas pour des enfants majeurs, la dépendance envers le kafil26 pour les époux : autant de raisons qui, paradoxalement, étant donné le développement de fait de la diaspora kéralaise, alimentent l’idée pour les infirmières que l’on ne peut raisonnablement s’établir dans le Golfe : à un moment ou à un autre, il faudra bien rentrer au pays ou partir ailleurs.

38Un autre élément fondamental pour ces femmes est la façon dont elles doivent y vivre leur maternité ; une maternité « à temps partiel » selon leur propre expression. Rien ne s’oppose théoriquement à la présence auprès d’elles de leurs enfants si l’époux les a rejointes en migration, puisque leurs revenus autorisent alors le regroupement familial et qu’aujourd’hui de nombreuses écoles indiennes permettent leur scolarisation exactement de la même façon qu’au pays. Mais parce qu’il est difficile de trouver des possibilités de garde pour les plus jeunes, que le coût d’un appartement plus grand, et de la scolarité, grève la capacité d’épargne ou encore que les époux ne travaillent pas dans la même ville, les infirmières sont bien souvent contraintes de laisser leurs enfants au Kerala, du moins pour de longues périodes. Les enfants, selon les moyens des parents, vivent ainsi alternativement de l’un ou l’autre côté de la mer d’Arabie et, quoi qu’il en soit, sont renvoyés au Kerala dès leur adolescence. Les couples interrogés jugent tous que leur éducation y sera meilleure, mais aussi qu’il est bon qu’ils ne perdent pas le contact avec leur pays d’origine. Si ces femmes s’accommodent de la situation, jugeant que c’est le prix de l’ambition pour leur propre futur et pour celui de leurs enfants, il n’en reste pas moins qu’elles souffrent de cette séparation alimentant une relation complexe à la belle-famille qui prend soin le plus souvent de leurs enfants : si elles en ont bien besoin pour accomplir leur projet migratoire, elles oscillent entre un sentiment de dette et un sentiment de jalousie face à ces belles-sœurs ou belles-mères (femmes au foyer) qui captent – selon elles – l’affection de leur progéniture.

  • 27 Avertissements ou même retenues de salaire.

39Il existe, enfin, une hiérarchie entre les pays du Golfe qui tient compte à la fois de la qualité de vie et des salaires perçus : au sommet se trouvent les Émirats (avec Dubaï particulièrement), puis le Koweït, Oman (ou plus précisément Mascate), Bahrein et le Qatar. En dernier viennent le Yémen – considéré comme un pays sous-développé – et, surtout, l’Arabie Saoudite. Le commentaire des infirmières concernant ce dernier pays est unanime : « C’est comme la prison ». C’est à la fois en tant que femmes et en tant que chrétiennes qu’elles souffrent d’y travailler. Lorsqu’elles y vivent en célibataire, elles sont strictement cantonnées au foyer de l’hôpital. Toutes racontent qu’elles ne peuvent sortir que rarement, de façon minutée, et seulement pour faire quelques courses, toujours en groupe, voilées et accompagnées d’un gardien. Les récits font état de brimades27 pour avoir eu quelque retard à sortir d’une boutique, pour avoir dit quelques mots à l’intérieur de l’hôpital à un compatriote mâle. Les infirmières souffrent aussi de l’interdiction de rencontrer un parent masculin lui-même émigré en Arabie Saoudite, quand bien même ce serait un frère ou un père. En outre, l’interdiction de la pratique d’une autre religion que l’islam est ressentie comme une grande frustration : là encore, les récits concordent sur les réunions clandestines dans une chambre pour prier ou chanter ensemble des cantiques (mais à voix basse), sur la façon dont on doit cacher la petite croix que l’on porte au cou, sur les fouilles à l’aéroport à la recherche de Bible ou de cassettes religieuses. Même lorsque les infirmières vivent « en ville » avec leur époux, leur vie reste difficile. Ainsi que le remarque Dina, 36 ans, qui vit à Jeddah depuis dix ans :

Pouvez-vous imaginer avoir à attendre son mari pour faire quoi que ce soit ? On ne peut pas aller soi-même chercher les enfants à l’école, on ne peut pas aller à la boutique d’à côté pour acheter quelque chose qu’on a oublié pour le repas, on ne peut pas aller voir une amie malade. […] C’est impossible d’avoir une vraie vie sociale ici parce qu’on n’a pas de liberté.

40On rapporte aussi la différence de traitement entre immigrants :

Les Américains, eux, ont le droit d’avoir une église. Pourquoi pas nous ?

ou encore la façon dont on se sent à la merci des autochtones :

Mon mari a eu un accrochage en voiture avec un Saoudien. Celui-ci avait grillé un feu rouge, mais il n’a pas voulu le reconnaître et c’est lui que la police a cru. On aurait pu faire un procès, mais pourquoi ? Des indiens ici ne risquent pas de gagner ! [Lethika, 43 ans]

41Dans la mesure du possible, les infirmières cherchent donc à « échapper » à l’Arabie Saoudite. Il est ainsi fréquent qu’après un premier contrat de deux ou trois ans dans ce pays, elles reviennent en Inde le temps de retrouver du travail dans un pays plus enviable dans le Golfe ou – aujourd’hui – en Occident : la fonction de tremplin du premier contrat étant alors consciemment perçue et exprimée.

Revenir, repartir, partir plus loin ?

  • 28 Nous avons rencontré un seul cas où cette clause n’a pas été respectée : trois jeunes filles, qui é (...)

42Quel que soit le temps que les infirmières passent dans le Golfe et quelle qu’y soit leur situation familiale, le lien avec le Kerala reste très fort. Alors que les plus pauvres des émigrants ne peuvent se permettre de revenir qu’après des années de travail, les infirmières effectuent au pays des séjours réguliers. Par contrat, toutes ont droit à un mois de vacances et souvent à un billet d’avion par an28. Beaucoup choisissent de rentrer pour Noël ou pour Pâques afin de passer les fêtes en famille. Cependant, le prix du voyage étant à leur portée, d’autres circonstances occasionnent aussi un retour au pays : il peut s’agir d’un deuil, d’un mariage ou encore de la visite à un parent malade. La maternité demeure une raison majeure de retour : il est rare que les femmes choisissent d’accoucher dans le Golfe ; la plupart du temps, elles reviennent au Kerala chez leurs propres parents, respectant bien en cela la tradition indienne. les contrats ne prévoient pas de congés de maternité, mais autorisent généralement un congé sans solde d’un mois ou deux, au bout duquel elles reprennent le travail, laissant presque toujours le nouveau-né au Kerala, dans la belle-famille puisqu’il est difficile de trouver des crèches dans le golfe et qu’il est très difficile d’y faire venir une domestique qui pourrait prendre soin de l’enfant. Dès lors, les liens se resserrent encore :

Avant avec mon mari on téléphonait trois ou quatre fois par mois [à la famille]. Mais maintenant qu’il y a le bébé, je téléphone presque tous les jours pour qu’il entende la voix de sa mère et que je ne devienne pas une inconnue pour lui. Et les autres [c’est-à-dire les membres de la belle-famille] me donnent des nouvelles de tout le monde. ils racontent ce qui se passe. On est au courant de tout ce qui se passe là-bas. [Beemole, 30 ans, mère d’un enfant de huit mois]

  • 29 Sauf à trouver un poste de cadre comme surveillante générale ou comme professeur dans une école d’i (...)

43Mais, de façon qui pourrait paraître paradoxale puisque les infirmières retournent dès que possible au pays, la question du retour définitif semble de moins en moins d’actualité. Les plus âgées (ayant aujourd’hui plus de 50 ans) émigraient bien dans cette optique, que leur mari les ait ou non suivies en migration. Les objectifs étaient bien définis : épargner assez pour se faire construire une maison au pays – presque toujours tout proche de la belle-famille –, avoir suffisamment d’argent pour l’éducation supérieure des enfants, enfin permettre au mari de lancer une petite entreprise ; l’infirmière cessait alors elle-même de travailler29, marquant ainsi l’ascension sociale réalisée. Pour accomplir cela, plusieurs séjours dans le Golfe, ou une longue période de migration, s’avéraient nécessaires : parmi les femmes de cette génération que nous avons rencontrées au Kerala, la moyenne du séjour dans le Golfe est de sept ans, en un ou plusieurs épisodes migratoires. Cependant, si l’on observe bien des cas de réussite, on trouve aussi des exemples d’échec notable : ils sont le plus souvent dus à des déboires dans les affaires de l’époux, entrepreneur inexpérimenté qui peine à gérer la petite société qu’il a lancée, fréquemment victime d’escroquerie d’éventuels associés (aux dires des ex-migrantes) ou à des revers de la vie tels qu’un accident du mari, une maladie coûteuse d’un membre de la famille, un divorce, etc. D’autre part, nombre de ces ex-migrantes – y compris celles qui ont « réussi » – ont bien du mal à se réadapter à la vie sociale du Kerala, et plus particulièrement aux relations à l’intérieur de la famille élargie. On pourrait dire qu’elles ressentent désormais leur pays comme trop provincial : elles citent, pêle-mêle, l’omniprésence et la mesquinerie des commérages, l’inexistence de grandes surfaces ou de « magasins modernes », le manque de distraction, voire l’insalubrité du climat ! Clairement leur inactivité professionnelle – qui s’affichait pourtant comme un objectif – leur pèse vite. Confrontées dès lors au seul milieu familial, elles en supportent difficilement les contraintes : ayant le sentiment très marqué d’avoir contribué pour une large part, en ayant fait l’effort de la migration, à l’économie familiale, elles acceptent mal de se comporter ensuite en belle-fille traditionnelle, cantonnée à l’espace domestique, se pliant à sa hiérarchie ainsi qu’à sa logique de redistribution. C’est donc une image très mitigée du retour au pays que donnent les anciennes migrantes plus âgées aux infirmières plus jeunes déjà émigrées ou candidates à la migration. Ces dernières remarquent bien que la migration n’est pas une parenthèse sans conséquence et elles ne se contentent plus de devenir celle qui pendant quelque temps apportera plus de moyens financiers à l’ensemble de la famille : « Je ne veux pas travailler toute ma vie pour entretenir toute une pléthore d’oncles, de tantes et de cousins, pour payer la dot de Unetelle ou les études de Untel » explique ainsi Alice, 32 ans, qui s’apprête à quitter Dubaï, où elle a séjourné pendant six ans, pour aller avec son époux et ses deux enfants aux États-Unis où elle a obtenu un contrat. Objectivement, à défaut d’avoir les moyens ou la force de changer les normes sociales qui régissent la vie familiale au Kerala, c’est la migration qui s’offre comme solution. C’est bien ainsi qu’il faut comprendre le véritable engouement des jeunes femmes kéralaises pour ce métier, ce que confirment toutes les principales d’école qui s’inquiètent d’une perte de la « vraie » vocation. Et l’engouement des jeunes hommes pour ces jeunes infirmières ! Ces dernières savent très bien qu’elles « y gagnent » en trouvant un mari plus qualifié que ce que les infirmières pouvaient espérer il y a quinze ou vingt ans et, que d’autre part, celui-ci poursuivant aussi un but migratoire, elles échapperont au sort tout tracé pour une jeune femme dans une famille traditionnelle. Les mariages restent certes arrangés par des familles qui y voient chacune leur intérêt, mais le jeune couple, lui, a des ambitions beaucoup plus individualistes qui se traduisent par une réticence croissant avec le temps passé en migration à partager les fruits du labeur. Leur logique est celle de la famille nucléaire avec une forte volonté d’ascension sociale : il leur faut donc économiser le plus possible. Et il semble bien que ce soit les jeunes femmes qui soient alors le moteur ou du moins les gardiennes de cette stratégie :

Mon mari est généreux. Quand sa famille lui demande [quelque chose], il dirait toujours oui. Mais moi je lui répète toujours : notre priorité, c’est les enfants, tu ne peux pas donner comme ça ! […] Jamais je n’ai rien dit quand c’était pour son père ou sa mère. Les parents, on leur doit le respect et c’est normal de les aider, mais il faut faire attention parce que les économies ça part plus vite que ça ne rentre et si on ne veut pas perdre nos objectifs, il faut être très sérieux,

  • 30 Essentiellement les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Irlande, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Au (...)

44Dit ainsi pax, 36 ans, qui travaille à Mascate, a ses deux enfants avec elle et pense partir en famille au Royaume-Uni ou à défaut en Irlande. Comme plusieurs autres infirmières, elle affirme avoir accès aux comptes bancaires et avoir son mot à dire sur leur gestion. Comme d’autres de ses collègues, elle plaisante cependant sur la « susceptibilité » des hommes lorsque leur épouse gagne plus qu’eux, susceptibilité qu’il faut selon elles respecter au moins dans leur façon de présenter les choses aux autres : de fait, plusieurs de ces maris parlent du salaire de leur femme comme représentant « les économies », leur propre salaire étant dès lors celui qui ferait vivre la famille. Notons ici que si l’on ne perçoit pas de révolution dans les rôles à l’intérieur du couple ou de la famille nucléaire comme le remarque S. M. George (2005), ce sont bien les jeunes femmes qui ont néanmoins en main le destin de la famille. en effet, le projet migratoire ne s’achève plus aujourd’hui dans le Golfe : une destination plus prestigieuse s’est ouverte ces dernières années avec le recrutement massif d’infirmières par de nombreux pays occidentaux30. Le rêve de la Green Card passe dès lors par le métier d’infirmière, comme en témoignent les panneaux publicitaires au Kerala qui font de la publicité pour les cours formant aux diplômes nécessaires, avec force bannières étoilées ou de statues de la liberté… Des infirmières kéralaises ont assurément été embauchées dès la fin des années 1960 aux États-Unis (ibid.) ou en Grande-Bretagne, mais elles étaient peu nombreuses comme d’ailleurs les Kéralais en général (en 2004, encore moins de 10 % des migrants kéralais se trouvaient dans des pays occidentaux, rappellent Zachariah & Rajan 2004 : 12) : il s’agissait jusqu’à présent plus d’opportunités individuelles que d’un mouvement massif. Mais désormais, les besoins en infirmières pour les pays occidentaux pourraient se compter par dizaines de milliers, voire par centaines de milliers (Kingma 2005 : 25). L’Occident n’est donc pas un fantasme pour les infirmières. Et, à la différence du Golfe, il est perçu comme un endroit où l’on peut s’établir et, plus même, comme un endroit où il est enviable de s’établir :

Ici [dans le Golfe], on travaille et on économise avec l’idée de rentrer chez nous un jour pour vivre enfin notre vie. Mais si on peut partir en Occident, c’est différent, parce qu’on peut s’y installer vraiment si on veut. Les enfants peuvent y grandir et aller dans de bonnes universités, on peut prendre la nationalité, on peut acheter une maison, se faire une nouvelle vie,

  • 31 Non Resident Indians.
  • 32 Nombre d’écoles indiennes du Golfe dispensent aujourd’hui des cours de malayalam.

45Précise Janet, 37 ans, qui travaille à Mascate, prépare les diplômes nécessaires pour les États-Unis, et suit aussi des cours de français au centre culturel franco-omanais pour gagner quelques points pour une émigration éventuelle au Canada. Se basant sur ce qu’elles savent de l’expérience de la majorité des NRIS31 travaillant dans les pays occidentaux, les infirmières considèrent très pragmatiquement qu’une émigration dans ces pays est, sinon une rupture définitive, tout au moins un éloignement à très long terme de leur pays d’origine. Elles savent aussi pertinemment que si leurs enfants y grandissent, il existera un décalage entre leur propre culture et celle de leur progéniture et que l’expérience montre qu’il n’y a guère de chance qu’ils retournent un jour en inde. D’autant que les enfants ne pourront y être aussi scolarisés en malayalam, ce à quoi les infirmières travaillant dans le Golfe attachent pourtant une importance très spéciale32. Elles évoquent enfin les questions d’intégration ou d’acculturation, questions qui ne se posent quasiment pas dans le Golfe. En effet, d’une part, il n’y a pas dans les pays occidentaux la même ségrégation que dans les pays du Golfe et, d’autre part, la présence kéralaise n’y est pas encore assez nombreuse pour que l’on puisse réellement parler de diaspora. S. M. George (2005) montre certes, dans le cas des États-Unis, que les Kéralais arrivent à se retrouver autour de l’église tout particulièrement, mais il ne nous paraît pas que l’on puisse jusqu’à présent comparer ces regroupements ponctuels à la vie sociale kéralaise des métropoles du Golfe. Professionnellement aussi, les infirmières kéralaises ne se retrouvent pas – jusqu’à présent tout au moins – en majorité dans les hôpitaux occidentaux comme c’est le cas dans le Golfe. Quelques infirmières avec lesquelles nous avons gardé un contact par courrier électronique et qui sont passées du Golfe aux États-Unis ou à l’Irlande nous confirment ce fait :

Tout est très beau ici, écrit Dina qui se retrouve dans une petite ville du Connecticut, et mes collègues sont gentilles […] Nous sommes seulement trois femmes du Kerala. Nous avons demandé à partager la même cuisine au foyer, comme cela nous pouvons nous relayer pour les repas. Avant, je partageais la cuisine avec des Philippines. Ce sont des femmes très gaies et très gentilles, mais je n’aimais pas l’odeur de leur nourriture. C’est normal, on préfère toujours l’odeur de sa propre nourriture […] Dans deux mois, Nirmal et Joël [son mari qui se trouve encore à Abu Dhabi et son fils de deux ans qui est au Kerala] vont me rejoindre. Il faut que je trouve bientôt un appartement. Ils ont parlé de m’aider à l’hôpital, mais je ne sais pas comment cela va se passer parce que les loyers sont très chers ici.

46Benny qui se retrouve près de Dublin note :

Les enfants sont les seuls indiens dans leur école mais personne ne leur a rien dit à ce propos et ils aiment bien être ici. C’est aussi qu’ils sont heureux de vivre avec leur père et moi […] J’ai quelques collègues du Kerala et une qui vient du Panjab. nous nous sommes dit qu’il faudrait s’inviter mais nous n’avons pas encore trouvé le temps de le faire.

47Il n’empêche que les infirmières sont impatientes de « faire le pas de l’Occident ». Il entre incontestablement en jeu dans cette volonté une part de pression sociale : il est difficile effectivement de passer les frontières des pays occidentaux, et cet acte est considéré comme une sorte de privilège, comme un symbole de réussite en soi. Ne pas saisir l’opportunité de le faire serait donc assez incompréhensible en inde en général, mais à plus forte raison au Kerala qui a désormais une vraie culture de la migration. À pouvoir potentiellement rejoindre l’Occident, les infirmières ont aussi gagné en prestige et elles entendent en jouer.

  • 33 Communication lors du colloque « Women and Migration in Asia », Delhi, Delhi University, 10-13 déc. (...)

48Si les salaires sont bien meilleurs en Occident que dans le Golfe (trois à quatre fois supérieurs), toutes les infirmières sont néanmoins conscientes que la vie y est beaucoup plus chère. La capacité d’épargne y est donc plus limitée. Quand elles font le pas de quitter le Golfe pour un pays occidental, c’est donc bien un style de vie qu’elles choisissent. Plusieurs d’entre elles nous ont fait part de leur sentiment d’être plus proches des Occidentaux que des Arabes. C. Osella33 suggère qu’à l’inverse, nombre d’émigrants kéralais musulmans seraient assez réticents à partir pour l’Occident, considérant que l’on trouve dans les pays du Golfe des valeurs plus proches des leurs. Dans le cas des infirmières, il ne nous semble pas que la dimension religieuse, le christianisme, joue un rôle dans ce sentiment de proximité : il est plutôt basé sur des clichés concernant la liberté, la modernité, « une bonne organisation de la société » (sic !), le respect de l’ordre, la société d’abondance, la présence dans ces pays de la plupart des stars connues mondialement, des universités les plus prestigieuses… Se retrouver en Occident, c’est aussi l’impression de vivre là « où les choses se passent », contrairement au Kerala « où il ne se passe jamais rien ». C’est enfin, et surtout, vivre avec son mari et ses enfants, sans interférence ou supervision familiale, avec des papiers (carte de séjour, voire plus tard nationalité) qui permettent de penser à un avenir à long terme.

  • 34 Nous avons ainsi rencontré de nombreuses femmes ex-migrantes ou entre deux migrations dans les écol (...)

49Pour atteindre l’Occident, il faut cependant avoir déjà accumulé un certain capital et avoir la capacité de passer les tests obligatoires, ce qui implique aussi du temps. Il est à parier que de plus en plus de jeunes femmes tenteront de partir directement pour des pays occidentaux, pour peu que leur famille arrive à réunir l’argent nécessaire, mais jusqu’à présent, la plupart d’entre elles commencent par émigrer dans un pays du Golfe pour acquérir de l’expérience, économiser pour leur dot, puis, une fois mariées, se mettent à suivre des cours pour obtenir l’IELTS et le CGFNS (voir note 15). Certaines d’entre elles, après quelques années passées dans le Golfe, profitent d’une maternité pour rentrer au pays et y restent le temps de préparer et de passer ces examens34. D’autres qui estimaient fini leur temps de migration s’inscrivent aux cours pour profiter aussi de l’opportunité occidentale. Beaucoup d’infirmières rentrent donc pour mieux partir…

50Comme dans le cas de la première migration interne, puis de la migration dans le Golfe, les réseaux féminins jouent pour faire circuler l’information concernant les possibilités d’embauche en Occident, qu’il s’agisse des meilleures écoles pour passer les examens (celles qui ont le meilleur taux de réussite), ou encore des agences qui recrutent. Cependant, les embauches ne sont pas aussi groupées que pour le Golfe (on ne nous a pas parlé d’avions spécialement affrétés…), la sélection est plus difficile, et l’on a donc peu de chances de se retrouver dans le même hôpital que des connaissances, aux États-Unis ou en Australie par exemple. On peut cependant remarquer l’assurance avec laquelle ces femmes envisagent leur départ :

Pourquoi aurais-je peur ? J’ai travaillé deux ans à Bombay, deux ans dans un hôpital rural en Arabie Saoudite, cinq ans à Abu Dhabi. je sais ce que c’est un pays étranger […] Je suis rentrée depuis deux ans [au Kerala], mais qu’est-ce que je fais ici ? Rien. Mes enfants sont encore jeunes et je trouve que c’est mieux de partir maintenant [explique Cecila, 35 ans, qui vise le Canada, et qui ajoute, comme beaucoup d’autres infirmières] : Des Malayali, il y en a partout.

Conclusion

  • 35 Nair comme Ezhava sont deux castes hindoues du Kerala. les premiers sont considérés comme une haute (...)

51Dans une école préparant aux examens nécessaires à l’émigration vers l’Occident, nous avons vu exposée une carte du monde sur laquelle chaque destination potentielle pour les candidates à la migration était figurée d’une punaise de couleur et reliée par un fil au Kerala. Le message était simple : le monde entier est ouvert aux infirmières. Les familles l’ont bien compris qui encouragent leurs filles à choisir cette voie, des familles de plus en plus diverses : ainsi d’une jeune Naïr dont le père est servant dans un grand temple de Trivandrum ou bien de ce tireur de rickshaw Ezhava35 dont l’aînée, déjà infirmière et déjà dans le Golfe, finance en partie les études d’infirmière de ses deux jeunes sœurs. Les belles-familles aussi se saisissent de l’opportunité d’avoir une bru qui puisse ouvrir la voie de la migration et les jeunes infirmières y gagnent des époux nettement plus diplômés que leurs consœurs plus âgées. On peut donc sans risque affirmer que l’éventail social des familles qui acceptent que leurs filles deviennent infirmières est en train de s’ouvrir.

52Tant que les jeunes femmes, seules d’abord, puis avec leur mari, vivent dans un pays du Golfe, le lien avec le Kerala reste fort. Le jeune couple a d’ailleurs besoin de la famille élargie dès qu’il a des enfants et la famille élargie réclame alors son dû aux émigrants. Les échanges sont constants, qu’il s’agisse des allers-retours des migrants, de leurs enfants, des échanges de cadeaux, de l’envoi d’argent, de coups de téléphone, etc. Mais ce lien se distend lorsque les infirmières rejoignent un pays occidental : la famille nucléaire y étant systématiquement reconstituée, le retour est moins fréquent et les cadeaux aussi. Dans ce mouvement migratoire qui a commencé au moment de leurs études, on voit bien que les infirmières ne cessent, en quelque sorte, de s’éloigner de leur propre pays. Il ne s’agit pas seulement de kilomètres (encore que le prix du voyage puisse jouer un certain rôle), mais bien plutôt de manières de vivre. Depuis le premier pas – l’école d’infirmière loin du domicile des parents –, en passant par l’étape de la métropole indienne, puis par le Golfe et enfin l’Occident, c’est à chaque fois un pas vers plus d’autonomie qu’accomplissent les infirmières, bien persuadées que l’on a plus d’influence sur un mari seul que sur l’ensemble de la belle-famille.

53Étant donné la forte présence kéralaise dans les pays du Golfe et la forte ségrégation qui y prévaut, le premier pas hors des frontières de l’Inde se fait finalement en douceur : avec près de deux millions d’émigrants kéralais, ces pays sont ressentis comme une sorte d’extension du Kerala, comme une région où il est relativement facile d’aller travailler et, à coup sûr, de gagner plus d’argent. Comme une région aussi d’où l’on revient toujours : on y voit les émigrants comme « entre-deux » quel que soit le temps qu’ils y passent.

54De nombreux Kéralais sont encore candidats à la migration dans le Golfe, mais ce qui fait rêver, c’est l’Occident. Ce n’est qu’en 2005 que le gouvernement indien a attribué aux émigrants dans le golfe le statut de nris ; jusqu’alors ils n’étaient que des Gulfees : il existait une claire hiérarchie entre les premiers (vivant en Occident) et les seconds. La reconnaissance du statut de NRIs n’a pas toutefois révolutionné cette hiérarchie : au Kerala, l’ascension sociale réalisée se manifeste aussi par le pays dans lequel on a réussi à émigrer. Les infirmières candidates à la migration vers l’Europe, l’Amérique du Nord ou l’Australie sont portées par cette logique. Il y a encore deux ou trois ans, les petites annonces matrimoniales précisaient régulièrement : « cherche de préférence infirmière travaillant dans le Golfe », aujourd’hui, elles demandent de plus en plus : « infirmière ayant réussi l’IELTS et le CGFNS ».

  • 36 Les auteures de cet article remercient vivement la Fondation de la MSH (Paris) et l’Indian Council (...)

55Étant donné la demande internationale, on ne voit guère de raison pour laquelle la migration des infirmières indiennes irait diminuant, du moins à moyen terme. En plus de trente ans, les voies migratoires se sont multipliées pour elles, plus encore que pour le reste de leurs compatriotes. C’est ainsi qu’en Occident, elles se retrouvent souvent en position de pionnières comme l’étaient leurs consœurs dans les pays du Golfe dans les années 1970. Beaucoup d’entre elles ont vécu ou vivent le développement de l’organisation communautaire en migration et participent dès l’origine aux nouvelles sociabilités malayali ainsi mises en place. En tant que femmes apportant la majeure contribution aux revenus du couple et ayant souvent initié la migration de leur conjoint, elles ne sont pas sans pouvoir sur la redéfinition du type de liens et de relations avec leur pays d’origine. De la même manière, ce sont leurs propres opportunités professionnelles qui définissent les étapes migratoires, et le, ou les, temps de la migration36.

Bibliographie

Bibliographie

Abella, M., Manolo, I. (1995), « Asian labour migration : past, present and future », ASEAN Economic Bulletin, 12 (2), PP. 125-138.

Aravamudan, G. (1976), « Nurses and nuns from Kerala », in D. Jain, ed., Indian Women. New Delhi, Government of India, PP. 261-270.

Battegay, A. (2002), « Postface : l’ordre urbain de Dubaï, ville-émirat du Golfe arabo-persique », Monde Arabe Contemporain, Cahiers de Recherche du GREMMO. NO spécial, Lyon, PP. 107-116.

Battistella, G. (2001), « Migration 2000 in asia : a year in review », Asian Migrant, 14 (1), PP. 5-20.

Davison, M. (1993), « Philippine Nurses, Voices of Struggle and Determination ». Berkeley, University of California, Thèse de doctorat, non publiée.

George, S. M. (2000), « “Dirty nurses” and “men who play”: gender and class in transnational migration », in M. Burawoy, ed., Global Ethnography : Forces, Connections and Imaginations in a Post-modern World. Berkeley, University of California Press, PP. 144-174.

George, S. M. (2005), When Women Come First. Gender and Class in Transnational Migration. Berkeley, UCP.

Jeffrey, R. (1993), Politics, Women and Well-Being : How Kerala Became a Model. New Delhi, Oxford University Press.

Kingma, M. (2005), Nurses on the Move : Migration and the Global Health Care Economy. New York, Cornell University Press.

Longva, AHN NGA (1997), Walls Built on Sand. Migration, Exclusion and Society in Kuwait. Oxford, Westview Press.

Mohan, N. S. (1985), Status of Nurses in India. New Delhi, Uppal Publishing House.

Nair, S. (2007), « Rethinking citizenship, community and rights : the case of Malayali nurses from Kerala in Delhi », Indian Journal of Gender Studies, 14 (1), PP. 137-156.

Percot, M. (2005), « Les infirmières indiennes émigrées dans le Golfe : de l’opportunité à la stratégie », IN Revue Européenne des Migrations Internationales, 21 (1) : Femmes, genre, migration et mobilités, s. dir. C. Catarino, M. Morokvasic et M.-A. Hily, PP. 29-54.

Percot, M. (2006), « Indian nurses in the Gulf : from job opportunity to life strategy », in A. Agrawal, ed., Migrant Women and Work. NEW DELHI, THOUSAND OAKS/ LONDRES, Sage Publication, PP. 155-176.

Raghuram, P. (2004), « The difference that skills make : gender, family migration strategies and regulated labour market », Journal of Ethnic and Migration Studies, 30 (2), PP. 303-321.

Théau, B. & Venier, P. (2001), Kérala : la force de l’ambition. Poitiers, Orcade.

Venier, P. (2003,) « Travail dans le Golfe persique et développement au Kerala. Les migrants internationaux, des acteurs au cœur des enjeux sociaux et territoriaux ». Université de Poitiers, thèse de doctorat, non publiée.

Visvanathan, S. (1993), The Christians of Kerala. History, Belief and Ritual among the Yacoba. New Delhi, OUP.

Zachariah, K.C., Kannan, K.P., Rajan, S.I. (2002), Kerala’s Gulf Connection. CDS Studies on International Labour. Migration from Kerala State in India. Trivandrum, Centre for Development Studies.

Zachariah, K.C., Rajan, S.I. (2004), Gulf Revisited. Trivandrum, Centre for Development Studies (« Working paper » 363).

Notes

1 Des Indiennes médecins émigrent aussi aux États-Unis ou au Royaume-Uni, mais il ne s’agit pas – jusqu’à présent tout du moins – d’un mouvement de masse (Raghuram 2004).

2 Mais cela vaut sans doute pour tous les migrants. Au Kerala, un dicton affirme : « Gulfee once, Gulfee forever » soit « Celui qui a été une fois migrant dans le Golfe, reste un migrant pour toujours » (90 % des migrants internationaux du Kerala émigrent dans les pays du Golfe).

3 On peut estimer à près de 80 % les infirmières indiennes qui viennent du Kerala.

4 Estimation pour 2003.

5 Nous ne développerons pas ici l’aspect féminin du métier d’infirmière que l’on retrouve dans le monde entier et pour lequel nous ne voyons pas de spécificité indienne (Percot 2006).

6 D’après notre enquête, il s’agit pour 70 % de chrétiennes syriaques et de 30 % de catholiques romaines (pour plus de détails sur les chrétiens du Kerala, cf. par exemple Visvanathan 1993)

7 Dans un état où le taux de scolarisation des femmes est déjà remarquable : 87,7 % des femmes y sont alphabétisées contre 53,7 % pour l’ensemble de l’inde (source : Census 2001).

8 À la différence des Philippines, autre grand pays « exportateur » d’infirmières, où il semble qu’il soit au contraire très valorisé (Davison 1993)

9 Nous avons comptabilisé 7 % d’hindoues et 3 % de musulmanes dans les 35 écoles visitées.

10 Cette clause est quasiment systématique dans les écoles du Kerala.

11 En particulier un grand nombre de malades par infirmière et un équipement souvent insuffisant aux dires des infirmières.

12 Il n’existe pas à proprement parler de « quartier kéralais » à Delhi, mais des lieux de forte concentration kéralaise où l’on trouvera aussi bien des commerces que des églises fréquentées uniquement par des Kéralais (où, pour ces dernières, le culte est en particulier célébré en malayalam). Les églises rassemblent à la fois sur la base du voisinage et sur celle du lieu d’origine au Kerala. la question se complexifie toutefois en raison des nombreuses différences de culte à l’intérieur même de l’église chrétienne kéralaise (syriaque jacobite, orthodoxe, catholique romaine…) qui n’autorisent pas une adéquation totale entre voisinage et paroissiens.

13 Contraction de « Malayali ».

14 Le B.A. équivaut au baccalauréat plus 3 années d’études, le M.A. au baccalauréat plus 5 années d’études.

15 IELTS: International English Language Testing system ; CGFNS : examen organisé par la Commission of Graduates of Foreign Nursing Schools (organisme américain). Le premier diplôme est nécessaire pour émigrer dans les pays occidentaux anglophones. Le second est exigé pour travailler comme infirmière aux USA.

16 Surnom des émigrés indiens dans le Golfe.

17 Dans les hôpitaux du Golfe que nous avons visités, ce sont les Philippines qui sont les plus nombreuses après les infirmières indiennes.

18 Seuls les hommes ont, dans les pays du Golfe, le droit de faire jouer le regroupement familial.

19 À l’exception de l’Arabie Saoudite, cas particulier sur lequel nous reviendrons.

20 Les infirmières peuvent gagner dans le Golfe jusqu’à quinze fois plus que ce qu’elles gagnent en Inde, soit fréquemment des salaires entre 30 000 et 40 000 roupies, alors qu’un simple ouvrier ne gagnera que trois à quatre fois plus que dans son propre pays.

21 Remerciements à Philippe Venier pour cette information.

22 Quartier indien (et largement kéralais) de Mascate.

23 Un churidar est un costume originaire du nord de l’Inde, constitué d’une longue tunique et d’un pantalon et qui est désormais aussi porté dans le sud par les jeunes femmes ou les femmes les moins traditionnelles (le costume plus traditionnel du Kerala étant le sari).

24 À l’hôpital, seule l’administration est indigène. Médecins et surveillantes générales sont aussi des étrangers dans leur immense majorité. Avec les patients, les infirmières entretiennent une relation essentiellement technique puisque la plupart d’entre elles ne parlent pas l’arabe : « Avec les patients, le langage du corps est suffisant » commentent-elles.

25 C’est ainsi que la relation avec les infirmières philippines est souvent perçue en termes de concurrence. Revient aussi souvent le sentiment qu’à tout moment, les États du Golfe pourraient préférer faire appel à des infirmières musulmanes.

26 Le kafil, généralement traduit par « sponsor » en anglais est, dans les pays du Golfe, la personne qui, ayant la nationalité emirati, saoudienne, omanaise, etc., « patronne » le migrant : il peut s’agir de l’employeur ou de son associé dans le cas d’une entreprise. Sans kafil, on ne peut travailler ou faire des affaires dans les pays du Golfe. le kafil est officiellement responsable devant la loi des faits et gestes du migrant.

27 Avertissements ou même retenues de salaire.

28 Nous avons rencontré un seul cas où cette clause n’a pas été respectée : trois jeunes filles, qui étaient parties pour le même hôpital en Arabie Saoudite, nous ont ainsi raconté que l’ensemble des infirmières indiennes de leur hôpital avait été jusqu’à la grève pour obtenir leur droit aux vacances pourtant spécifié dans leur contrat, sans pour autant gagner. Toutes trois étaient rentrées à la fin de leurs trois années de contrat et cherchaient activement un engagement pour un autre pays.

29 Sauf à trouver un poste de cadre comme surveillante générale ou comme professeur dans une école d’infirmière, ou encore de retrouver un poste dans un hôpital public indien dont les salaires sont beaucoup plus élevés. Il est à noter que les hôpitaux du Kerala, afin de pouvoir conserver des infirmières expérimentées, autorisent jusqu’à quinze ans de congé sans solde (par périodes de cinq ans maximum).

30 Essentiellement les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Irlande, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Australie et, dans une moindre mesure, l’Allemagne, la Suisse et l’Italie.

31 Non Resident Indians.

32 Nombre d’écoles indiennes du Golfe dispensent aujourd’hui des cours de malayalam.

33 Communication lors du colloque « Women and Migration in Asia », Delhi, Delhi University, 10-13 déc. 2003.

34 Nous avons ainsi rencontré de nombreuses femmes ex-migrantes ou entre deux migrations dans les écoles préparant à ces examens qui se multiplient partout au Kerala. On trouve aussi de telles écoles dans les principales métropoles des pays du Golfe.

35 Nair comme Ezhava sont deux castes hindoues du Kerala. les premiers sont considérés comme une haute caste à l’inverse des seconds.

36 Les auteures de cet article remercient vivement la Fondation de la MSH (Paris) et l’Indian Council of Social Science Research (New Delhi), pour avoir favorisé leur collaboration mutuelle pour l’écriture de cet article en septembre-novembre 2005. Nous exprimons notre gratitude au directeur d’alors du programme franco-indien MSH, Gilles Tarabout, pour ses encouragements et pour ses conseils portant sur la mouture actuelle de cette contribution.

Table des illustrations

Titre Dans le Vieux Delhi, tailleur fabricant des uniformes d’infirmière de tout style, y compris pour l’Arabie Saoudite.
Crédits (Cliché F. Landy, février 2008)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Publicité sur un immeuble de Kottayam (Kerala), 2004. (Cliché M. Percot)
Crédits (Cliché M. Percot)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

Auteurs

Membre du Laboratoire d’Anthropologie Urbaine (UPR 34 CNRS), ses recherches s’inscrivent dans les champs de l’anthropologie du travail et de l’anthropologie de la migration. Dans cette étude sur la migration des infirmières malayali, elle s’est plus particulièrement intéressée aux aspects genrés de la migration.

Fellow at the Centre for Women’s Development Studies, New Delhi, she got her Ph.D.degree from Jawaharlal Nehru University, New Delhi in 2004 on women engineers, their education and work in the context of a public sector organization in the state of Kerala. Her Post-Doctoral research (2007-2008) was on migrant working women of Asian origin in France under Hermes (Fondation MSH, Paris) fellowship and was attached to Genre, Travail et Mobilités, Paris, and Migrations Internationales, Espaces et Sociétés, Poitiers. She is at present working on a manuscript based on the project « Gender, Status and Migration of Malayali Nurses in Delhi ».

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search