Version classiqueVersion mobile

Circulation et territoire dans le monde indien contemporain

 | 
Véronique Dupont
, 
Frédéric Landy

Logique économique des ménages et circulation dans le sous-continent indien

Entre villages du delta et HITEC City. Mobilité sociospatiale des Kamma d’Andhra Pradesh

Between the Delta Villages and HITEC City: Socio-spatial Mobility of the Kammas from Andhra Pradesh

Dalal Benbabaali

Résumé

Traditionnellement dominante dans le delta de la Krishna (Andhra côtier), la caste agraire des Kamma a progressivement étendu son aire d’influence par le biais de la migration. Les premières vagues migratoires datent de la période médiévale, lorsque certains membres de la caste se sont enrôlés comme soldats au service des dynasties régnantes. Les Kamma ont également participé à des mouvements de colonisation agricole sur le plateau du Deccan. Ils sont aujourd’hui présents non seulement dans les campagnes de l’Andhra Pradesh, du Karnataka et du Tamil Nadu, mais de plus en plus dans les villes, où ils occupent des positions importantes dans de nombreux domaines de la vie sociale, économique, culturelle et politique de ces régions. La mobilité spatiale des Kamma s’est accompagnée d’un mouvement d’ascension sociale sur plusieurs générations, la dernière comptant de nombreux ingénieurs travaillant à hitec City (Hyderabad) ou aux États-Unis. S’ils se sont détournés de l’agriculture, ces néo-urbains et Non-Resident Indians n’ont cependant pas abandonné leurs villages d’origine, où ils retournent fréquemment pour voir leur famille ou pour y investir. Cette circulation des hommes et du capital a permis aux Kamma de renforcer leur dominance dans leur territoire d’origine, tout en l’étendant à l’échelle de l’Andhra Pradesh, où leur prépondérance économique et politique leur confère un caractère hégémonique.

Texte intégral

  • 1 Le sigle « HITEC » signifie Hyderabad Information Technology and Engineering Consultancy.

1Le delta de la Krishna en Andhra côtier constitue le territoire traditionnel de la caste agraire des Kamma, dominante dans la région en termes de population et de propriété foncière. À l’époque médiévale, les membres de cette caste furent amenés à circuler au sein des royaumes de l’Inde du Sud dans lesquels ils exerçaient des fonctions militaires. En temps de paix, ils se consacraient au travail de la terre y faisant figure de pionniers en participant à des mouvements de colonisation agricole hors de leur région d’origine. Cette tendance se poursuivit à l’époque contemporaine, accompagnée d’importants mouvements migratoires vers les nouveaux périmètres irrigués mis en place après l’Indépendance. Parallèlement, les Kamma diversifièrent leurs activités et migrèrent vers les villes pour accéder à l’éducation, notamment à Hyderabad, lorsque celle-ci devint en 1956 la capitale du nouvel État télougou d’Andhra Pradesh. Cette mobilité spatiale se doubla d’une forte mobilité socioprofessionnelle sur plusieurs générations, la dernière comptant de nombreux diplômés d’écoles d’ingénieurs ou de commerce travaillant à hitec1 City (parc technologique de Hyderabad), ou aux États-Unis. Les migrants Kamma conservent cependant des liens forts avec leurs villages d’origine, où ils retournent fréquemment lorsqu’ils y ont laissé de la famille ou des biens fonciers, ce qui est souvent le cas. Certains réinvestissent une part de leurs revenus dans la terre, considérée comme une valeur sûre, notamment dans la zone prospère du delta.

2La notion de circulation, relative aux personnes comme aux biens, s’applique donc dans une large mesure aux trajectoires spatiales et aux stratégies économiques développées par les Kamma. Si les surplus agricoles dégagés dans la zone fertile et irriguée du delta leur ont permis d’entreprendre des activités commerciales et industrielles en ville, ou simplement de financer l’éducation de leurs enfants, ce transfert de capitaux ne s’est pas fait à sens unique. L’achat de terres agricoles constitue aujourd’hui un placement privilégié pour les néo-urbains Kamma, voire pour les nri (Non-Resident Indians), moins par intérêt pour l’agriculture que pour la valorisation rapide du foncier dans le delta. Toutefois, ces propriétaires sont de moins en moins présents physiquement pour s’occuper de leurs terres. La migration des Kamma s’est-elle traduite de ce fait par une perte d’influence en milieu rural, ou leur a-t-elle assuré au contraire une nouvelle forme de dominance, qu’il nous faudra définir, non plus seulement dans la région côtière, mais dans tout l’Andhra Pradesh ? Malgré leur faiblesse numérique à l’échelle de l’État (environ 5 % de la population), les Kamma occupent des positions importantes et sont surreprésentés dans de nombreux domaines de la vie sociale, économique, culturelle et politique de l’Andhra Pradesh. Depuis le début des années 1980, ils partagent alternativement le pouvoir avec les Reddy, autre caste dominante, très présente au sein du Parti du Congrès, tandis que les Kamma contrôlent largement le Telugu Desam Party. Ces nouvelles positions, bien qu’acquises hors de leurs villages d’origine, ne leur ont-elles pas permis d’y renforcer leur autorité traditionnelle ? Les stratégies migratoires des Kamma sont rarement définitives, et ne se mènent pas en tournant le dos à leur région d’origine. Elles relèvent davantage d’une logique d’expansion que d’abandon. Le caractère circulaire de la mobilité des Kamma permet donc d’envisager l’hypothèse d’une extension de leur aire d’influence plutôt qu’un simple déplacement de celle-ci. Si l’on définit le territoire comme un espace approprié, que ce soit d’un point de vue économique, politique ou simplement identitaire, celui des Kamma s’est considérablement élargi au cours des dernières décennies, leur dominance ne s’exerçant plus seulement à l’échelle villageoise ni même régionale, mais à l’échelle de l’État tout entier.

  • 2 6 mois en 2005, 6 mois en 2006, et un an en 2007.

3Nous concentrerons notre analyse sur l’Andhra Pradesh, même si un nombre important de Kamma a migré vers les États voisins du Karnataka et du Tamil Nadu. Nous n’approfondirons pas non plus l’étude des migrations internationales, un phénomène pourtant marquant au sein de la caste, notre objectif étant de délimiter un territoire continu et intégré sur lequel les Kamma exercent aujourd’hui une influence décisive, même si l’existence de ces réseaux interétatiques et internationaux les y aide sans doute. Pour cette raison, nous avons réalisé une double enquête, d’une part dans un village du delta de la Krishna encore largement dominé par les Kamma, d’autre part dans un quartier de Hyderabad situé près de hitec City, où se concentre une grande partie des migrants Kamma de la capitale. Nous avons enquêté en 2007 à l’aide d’un questionnaire auprès de 100 ménages ruraux et de 100 ménages urbains, les informations collectées concernant l’ensemble des membres de la famille, que ceux-ci habitent toujours ou non sous le même toit. Au total, nous avons donc recueilli des renseignements sur l’origine géographique, le lieu de résidence, le type de mariage, l’éducation, la profession, les revenus, les biens immobiliers, la participation sociale et politique de près d’un millier de Kamma. Cette étude quantitative est complétée par un travail de terrain de deux ans2 mené dans les régions de l’Andhra Pradesh où la présence Kamma est notoire, et par des entretiens avec les membres influents de la caste, ainsi que des castes rivales (Reddy et Kapu), ou dominées par les Kamma (Mala et Madiga, deux castes ex-intouchables). Après avoir analysé la manière dont le territoire des Kamma s’est progressivement étendu par le biais de la migration, nous présenterons dans une seconde partie les résultats de l’enquête quantitative. Enfin, nous verrons en quoi le caractère circulaire de la mobilité des Kamma a renforcé leur dominance en même temps qu’elle en a élargi l’échelle.

Le territoire traditionnel des Kamma et son expansion

Origine des Kamma et facteurs de migration

4Sous l’empire Chola, la région située au sud du fleuve Krishna en Andhra côtier était appelée kammanadu. Cette expression faisait référence à un territoire avant que ses habitants ne soient eux-mêmes désignés par le terme de Kamma, qui devint le nom d’une caste à partir du xe siècle, selon l’historien Chowdary (1954). Celui-ci cherche à prouver l’origine kshatriya de sa caste, qui appartient en réalité à la varna des Shudra. En effet, malgré son caractère martial à l’époque médiévale, il s’agit avant tout d’une caste d’agriculteurs. Après la chute de la dynastie Kakatiya en 1323, la majorité des Kamma abandonna les armes pour se consacrer exclusivement à l’agriculture, tandis que certains d’entre eux décidèrent de migrer pour s’enrôler comme soldats au service des empereurs de Vijayanagar. C’est dans le cadre de leurs fonctions militaires que ces Kamma furent amenés à migrer plus au sud encore, ce qui explique leur présence actuelle dans certaines régions du Tamil Nadu comme Madurai et Tirunelveli (Thurston 1909). Après la chute de Vijayanagar, l’agriculture redevint la principale activité des Kamma, que cela soit sur les terres fertiles du delta de la Krishna ou dans les régions plus méridionales où s’établirent les descendants de soldats. Entre 1600 et 1800 de nombreux pionniers Kamma participèrent à des mouvements de colonisation agricole hors de leur territoire d’origine. Certains furent chargés de collecter les taxes au profit des princes musulmans, qui leur attribuèrent la fonction de chowdari. Ce titre est largement utilisé aujourd’hui encore par les Kamma, qui s’en servent comme d’un signe de reconnaissance au sein de la caste.

5Sous l’Empire britannique, quatorze familles Kamma de zamindar obtinrent le contrôle de vastes domaines, tandis que l’immense majorité des membres de la caste travaillaient comme simples paysans-propriétaires et payaient directement leurs impôts au gouvernement, selon le système ryotwari qui prévalait en Andhra côtier. L’économie agraire de la région connut une forte croissance sous l’administration britannique grâce à la construction de deux grands barrages sur la Godaveri et la Krishna autour de 1850. La mise en place d’un vaste réseau de canaux dans le double delta facilita l’introduction de cultures commerciales fortement rémunératrices (canne à sucre, tabac, coton), parallèlement à la culture du riz. L’accès à l’irrigation autorisa les paysans à intensifier leurs pratiques agricoles et à produire d’importants surplus, que le développement des transports aida à commercialiser en favorisant l’acheminement vers les marchés urbains. La hausse des prix agricoles pendant les deux guerres mondiales permit aux propriétaires terriens de la région de s’enrichir considérablement et de diversifier leurs activités en investissant dans le commerce et l’industrie (rizeries, raffineries sucrières) les capitaux dégagés grâce à l’agriculture (Satyanarayana 1990).

6Les paysans aisés, majoritairement issus de la caste des Kamma, furent les principaux bénéficiaires de cette diversification économique en Andhra côtier. La mobilité professionnelle put d’abord agir seule comme facteur d’ascension sociale, mais très vite les possibilités d’investissement et d’emplois sur place se trouvèrent limitées. La mobilité spatiale s’avéra alors indispensable à la poursuite de cette ascension. Avant la formation de l’Andhra Pradesh, les villes petites et moyennes de la région du delta, alors en pleine croissance, furent les destinations privilégiées des Kamma. Après 1956, ces derniers commencèrent à migrer vers Hyderabad, la nouvelle capitale de l’État située dans la région intérieure du Telangana. Contrairement à l’Andhra côtier qui dépendait de la Présidence de Madras sous administration britannique, le Telangana resta jusqu’en 1948 sous le contrôle des Nizam, princes musulmans de Hyderabad, et ne bénéficia pas du même degré de développement socio-économique. C’est pourquoi les habitants du Telangana se sentirent menacés par l’arrivée, à Hyderabad, des migrants de la côte, plus avancés sur le plan éducatif, et donc plus à même de se saisir de nouvelles opportunités d’emploi.

  • 3 Une acre représente un peu moins d’un demi-hectare (1 acre = 0,4 ha).

7Parallèlement, dans les zones rurales du Telangana, la mise en place de projets hydrauliques à partir des années 1950 attira de nombreux agriculteurs de la zone deltaïque, acquis aux techniques de l’irrigation, conscients de ses bénéfices, et par conséquent désireux de participer à la mise en valeur de ces nouveaux périmètres. Particulièrement entreprenants et dynamiques, les Kamma formaient l’essentiel de ces vagues migratoires. Leur venue fut perçue comme un véritable processus de colonisation par les agriculteurs locaux, souvent contraints de leur céder des terres à bas prix. En vendant une acre3 de terre dans les plaines fertiles et irriguées de la côte, les Kamma pouvaient en acheter dix sur le plateau du Deccan semi-aride. Ils valorisaient ensuite ces exploitations grâce à l’arrivée de l’irrigation par canal, ou à l’installation de puits privés. Quand ils ne trouvaient pas de terres à acheter, ils les louaient à de petits propriétaires appauvris qui, selon un processus de « métayage inverse », s’endettaient auprès des riches tenanciers Kamma pratiquant l’usure, jusqu’à devoir leur céder la terre faute de pouvoir rembourser.

  • 4 Entretien avec le District Collector (préfet) de Bellary (Karnataka).

8Un fort sentiment « anti-andhra » se développa donc parmi les paysans locaux en zone rurale, ainsi que parmi les étudiants et les employés de Hyderabad, ce qui déboucha en 1969 sur le premier mouvement séparatiste du Telangana (Weiner 1978). Par ailleurs, au sein même de l’Andhra côtier, la migration des Kamma vers les zones semi-forestières du nord de la Godaveri se fit souvent au détriment des populations tribales. Poussés par la pression foncière dans la zone du delta, les Kamma n’hésitèrent pas à défricher les terres où vivaient ces tribus pour les mettre en culture (Rao 1986). Dans les districts frontaliers du Karnataka en revanche, l’arrivée des Kamma après la construction du barrage de la Tungabhadra a semble-t-il bénéficié aux agriculteurs locaux, qui auraient profité de leur savoir-faire en matière de riziculture, celle-ci ayant été introduite en même temps que l’irrigation4.

9À l’exception des quelques familles de zamindar, la majorité des agriculteurs Kamma, tenanciers, petits et moyens propriétaires, tira profit des réformes agraires. Au lendemain de l’Indépendance, une série de mesures permit de supprimer les intermédiaires, d’assurer aux fermiers et métayers une certaine sécurité de la tenure, et aux petits paysans le rassemblement de titres de propriété sur des parcelles dispersées. De nombreux Kamma parvinrent ainsi à accroître la taille de leurs exploitations. Dans le delta de la Krishna, certains propriétaires réussirent même à accumuler des terres jusqu’à posséder plusieurs centaines d’acres pour une même famille. Étant donné la pression démographique croissante et la rareté de la terre dans cette zone fertile et irriguée, le gouvernement dut prendre de nouvelles mesures pour limiter la taille des propriétés et fixa en 1973 un plafond foncier de 18 acres en zone irriguée. Aujourd’hui certaines familles Kamma expliquent avoir été poussées à la migration du fait de cette mesure qui ne leur permettait plus de prospérer sur place. En réalité, bien des propriétaires réussirent à contourner la loi en mettant certaines de leurs terres à des noms différents et en les distribuant aux membres de leur famille, proche ou éloignée.

10Les agriculteurs Kamma bénéficièrent également de la Révolution verte, introduite en Andhra côtier à la fin des années 1960. Cette zone deltaïque rassemblait les conditions agro-écologiques et socio-économiques nécessaires au succès des politiques de modernisation agricole. La nouvelle stratégie de développement agraire fondée sur l’utilisation de semences améliorées et d’engrais chimiques ne pouvait réussir sans irrigation, et sans une classe d’agriculteurs entreprenants, favorables à l’innovation, à même de tirer parti des politiques de crédit agricole. Ce furent donc les propriétaires fonciers dynamiques, membres de la caste dominante au niveau local, qui constituèrent la base socio-économique et politique de la Révolution verte. Les représentants de ce nouveau capitalisme agraire, souvent désignés par le terme « kulak », vinrent à former une classe de paysans riches dont l’appartenance de caste demeurait un élément essentiel de leur identité (Upadhya 1988). La caste constituait en effet un « capital social » pour ces paysans-entrepreneurs, dont une part croissante s’établit en ville, formant ainsi un réseau qui s’étendait à la fois en zones rurale et urbaine. Les propriétaires terriens ayant tiré profit de l’essor du commerce et de l’industrie pour se hisser au rang d’entrepreneurs et d’hommes d’affaires s’organisèrent en associations de caste dans les villes où ils s’implantèrent. Ces associations avaient commencé à se constituer depuis longtemps déjà (la première Kamma Mahajana Sabha fut fondée en 1910), mais leur rôle se modifia sensiblement. D’abord destinées à promouvoir l’éducation grâce la distribution de bourses et à la construction d’internats pour les jeunes Kamma issus de familles rurales, elles contribuèrent dans un premier temps à la mobilité spatiale et socio-économique des catégories défavorisées au sein de la caste. Considérée comme la clé de l’ascension sociale pour les enfants d’agriculteurs, l’éducation fut aussi un facteur essentiel de migration vers les villes. Très vite cependant, ces associations se limitèrent à fournir des contacts utiles aux hommes d’affaires fraîchement installés en ville, et à leur permettre de s’insérer dans des réseaux fondés sur la caste.

Répartition de la population Kamma

11L’association pan-indienne de la caste (All-India Kamma Sangham), basée à Bangalore, estime aujourd’hui la population Kamma à 12 millions au total : 4 millions en Andhra Pradesh, 4 millions au Tamil Nadu, 2 millions au Karnataka, 1 million dans le reste de l’Inde, et près d’un million à l’étranger (dont 200 000 aux États-Unis). La carte montre la distribution de la population Kamma en Andhra Pradesh. Les districts où la concentration Kamma est la plus forte sont situés autour du delta de la Krishna. S’y ajoute Khammam dans le Telangana, où de nombreux agriculteurs de la côte ont acheté des terres non irriguées, à proximité de leur région d’origine. Dans les districts du delta de la Godaveri, la proportion de Kamma est supérieure à la moyenne de l’État (5 %). Au Rayalaseema (région de l’A.P.), Anantapur et Chittoor comptent également une présence Kamma plus importante que la moyenne. Peu développés, ces deux districts ont connu une certaine valorisation agricole en raison des puits privés qui se sont multipliés avec l’arrivée des migrants de la côte. Dans l’essentiel du Telangana, la présence Kamma est marginale, sauf à Nizamabad en raison du barrage de Nizamsagar et du Sri Ram Project qui ont permis d’irriguer une grande partie des terres du district, et qui ont attiré de nombreux agriculteurs de la côte. La proportion de Kamma dans Hyderabad et sa région (Rangareddi) est sans doute plus importante aujourd’hui que ne le suggère la carte. Celle-ci repose en effet sur des statistiques de 1991, or ces dernières années ont été marquées par de nouvelles vagues de migration Kamma en direction de la capitale.

Carte : Distribution de la population Kamma en Andhra Pradesh

Carte : Distribution de la population Kamma en Andhra Pradesh

Source : All-India Kamma Sangham, 1991

12Au Karnataka, le district frontalier de Bellary, bénéficiant de l’irrigation grâce au barrage construit sur la Tungabhadra, compte près d’un demi-million d’agriculteurs Kamma, tandis que la capitale Bangalore accueille de nombreux hommes d’affaires et ingénieurs de la caste. Au Tamil Nadu, sept districts comptaient plus de 500000 Kamma en 1991. Cette migration est ancienne, comme en témoigne le terme « Naidu » qui désigne les Kamma du Tamil Nadu (ce titre est également utilisé à Nellore et Chittoor en Andhra Pradesh). « Naidu » vient du télougou nayakudu qui signifie chef. Selon les historiens de la caste, les Naidu seraient les descendants des chefs de l’armée de Vijayanagar. À Coimbatore par exemple, les premières vagues de migration Kamma datent de la période médiévale, et sont vraisemblablement celles de soldats. Sous l’Empire britannique, ce sont essentiellement des paysans Kamma qui ont été attirés par les plantations de coton de la région de Coimbatore. De simples agriculteurs, certains s’érigèrent en marchands et industriels dans le secteur textile (Brisset 1995).

Contrôle territorial et autres éléments de dominance

  • 5 Les statistiques par caste n’étant plus disponibles dans les recensements post-indépendance, divers (...)

13La migration des Kamma et l’acquisition de biens fonciers hors de leur région d’origine leur ont permis de conquérir de nouveaux espaces, sans pour autant abandonner leur territoire traditionnel. Estimés à 20 % de la population du delta de la Krishna, ils continueraient d’en posséder plus de 80 % des terres5. Leur poids démographique relativement important à l’échelle régionale, ainsi que leur contrôle massif de la terre, sont deux critères fondamentaux qui entrent dans la définition de la caste dominante selon Srinivas (1987). Le critère du statut rituel est moins important, dans la mesure où la hiérarchie traditionnelle autorise une certaine mobilité en son sein. Au début du xxe siècle, des membres de la caste commencèrent à « sanscritiser » leurs pratiques et à se former aux rituels védiques (Chowdary 1954). Toutefois, c’est l’influence occidentale (« westernization »), autre vecteur de mobilité sociale selon Srinivas, qui a permis aux Kamma d’acquérir de nouveaux éléments de dominance, comme l’accès à l’éducation et aux professions libérales, jusqu’alors monopolisées par les Brahmanes. Les Kamma furent très actifs au sein du mouvement anti-Brahmane dans la Présidence de Madras à partir des années 1920, et ils réussirent à s’imposer progressivement dans les sphères éducatives et culturelles.

14La possession d’un ou plusieurs attributs de la dominance facilita l’acquisition des autres attributs. Le pouvoir politique à l’échelle de l’Andhra Pradesh était le dernier élément qui manquait aux Kamma pour rendre leur dominance décisive. Leur influence se limita pendant longtemps à l’échelle locale, puis régionale. Dans son étude de l’influence locale à Guntur, Frykenberg (1965) s’intéresse particulièrement aux chefs de village, dont un grand nombre était des Kamma. Leur autorité traditionnelle se transforma après l’Indépendance en pouvoir élu. Avec l’introduction du suffrage universel, l’importance numérique devint décisive, mais c’est surtout leur aptitude au patronage qui permit aux castes dominantes de se constituer des clientèles électorales (« vote banks ») parmi les castes dépendantes. Dans les années 1950, c’est grâce au soutien des castes intouchables Mala et Madiga, formant l’immense majorité des ouvriers agricoles de la région, que de nombreux propriétaires Kamma furent élus à la tête du Parti Communiste en Andhra (Harrison 1956). Leur choix de participer aux élections sous l’étiquette communiste était davantage motivé par la rivalité qui les opposait aux Reddy dominant le Congrès, que par des convictions idéologiques. Ils échouèrent cependant à s’imposer au sommet de l’État, conquis par le Parti du Congrès qui resta au pouvoir pendant près de trois décennies.

  • 6 Entretien avec un haut fonctionnaire Kamma de l’Indian Administrative Service (IAS), travaillant po (...)

15Ce n’est qu’en 1982 que fut créé le Telugu Desam Party (tdp) par N.T. Rama Rao ou ntr, un acteur multimillionnaire dont la popularité cinématographique fut un atout pour gagner les élections générales de 1983, faisant de lui le premier Chief Minister Kamma de l’Andhra Pradesh. Sa victoire électorale fut également facilitée par le soutien des médias, notamment du principal quotidien de langue télougou, Eenadu, dirigé par un Kamma. Si le tdp fit de la fierté télougoue le cœur de sa campagne contre le Congrès, dénoncé pour sa soumission face au pouvoir central, il fut cependant très vite identifié comme un « parti Kamma », notamment du fait des nombreux marchés publics offerts aux entrepreneurs de la caste. De 1995 à 2004, sous le « règne » de Chandrababu Naidu, gendre de ntr, certains investisseurs Kamma firent fortune dans la spéculation foncière grâce au projet de hitec City. La localisation de ce pôle de hautes technologies à Madhapur, à proximité des quartiers résidentiels de Kukatpally et Jubilee Hills où se concentre une grande partie de la population Kamma de la capitale, assura une importante valorisation du patrimoine immobilier des habitants de ces quartiers. Bénéficiant d’un patronage politique et d’un accès privilégié à l’information grâce au favoritisme de caste, les spéculateurs Kamma purent acquérir des terrains dans le parc technologique pour les revendre à prix d’or aux entreprises informatiques venues y installer leur siège6.

16Cette nouvelle forme de pouvoir politique et économique modifia la nature de la dominance Kamma en même temps qu’elle en élargit l’échelle. Aujourd’hui les Kamma contrôlent non seulement les villages du delta, mais exercent aussi une influence croissante à Hyderabad, centre du pouvoir de l’Andhra Pradesh. Au moyen d’une double enquête, dont les résultats sont présentés dans la section suivante, nous avons cherché à évaluer l’impact de la migration sur la position socio-économique des Kamma, et à comparer divers éléments de la dominance de caste en milieu rural et urbain.

Kamma des villes, Kamma des champs

Présentation de l’enquête

  • 7 Estimation du Kukatpally Kamma Sangham.
  • 8 Pour les très hauts revenus, nous avons enquêté dans le quartier chic de Vivekanand Colony (pavillo (...)

17L’enquête urbaine a été réalisée à Kukatpally, un quartier périphérique de Hyderabad situé à 4 km de hitec City, et l’enquête rurale à Godavarru, un village du district de la Krishna. Ces deux localités sont largement dominées par les Kamma en termes de population et d’influence. Kukatpally connaît la plus forte concentration de Kamma dans la capitale, près de la moitié de ses 400000 habitants étant issue de cette caste7. Sur les douze associations de la caste présentes à Hyderabad, l’association de Kukatpally (Kukatpally Kamma Sangham) composée 50000 adhérents, est celle qui compte le plus de membres. Les Kamma ont commencé à migrer vers Kukatpally dans les années 1960, lorsque cette localité était encore largement rurale et peu développée. Elle ne fut rattachée à la municipalité du Greater Hyderabad qu’en 2007. Kukatpally sert de quartier résidentiel aux employés travaillant à hitec City, notamment aux ingénieurs dont les hauts salaires ont contribué à l’explosion des prix de l’immobilier. Les principaux bénéficiaires de cette appréciation furent d’une part les propriétaires de biens immobiliers, d’autre part les hommes d’affaires travaillant dans le secteur de la construction. Or, 80 % des entrepreneurs de la Builders’Association de Kukatpally sont Kamma. La population étudiée occupe donc une position socio-économique privilégiée, même si elle se considère comme appartenant à la « middle class », par opposition aux Kamma du quartier huppé de Jubilee Hills qui forment très nettement l’« upper class » (vedettes de cinéma, hommes politiques, grands patrons). Nous avons choisi d’enquêter à Kukatpally car ce quartier abrite une population plus hétérogène que celle de Jubilee Hills, et par conséquent plus représentative de l’ensemble de la population Kamma de la capitale. Selon le critère des revenus (estimés en fonction du type d’habitat), nous avons tenté de diversifier au maximum l’échantillon des 100 ménages interviewés, en enquêtant dans des enclaves résidentielles de standing différent8.

1. Immeuble de Kukatpally Housing Board Colony.

2. Gated community de Nizampet Road avec temple privé.

3. Quartier pavillonnaire de Vivekanand Colony.

(Clichés D. Benbabaali, 2007)

  • 9 Ces informations nous ont été communiquées par le sous-préfet de district (Sub-Collector). Godavarr (...)

18L’enquête rurale a été réalisée dans le district de la Krishna, dont 40 % des Kamma de Kukatpally sont originaires. Le choix du village de Godavarru s’est fait selon deux critères : d’une part l’importance de la migration des Kamma issus de ce village, d’autre part la présence encore considérable de ces derniers9. Ces deux critères ne sont pas forcément contradictoires, car les Kamma migrent rarement par familles entières. Ils veillent généralement à ce qu’au moins un membre de la famille reste au village pour s’occuper des terres. Sur 950 foyers habitant le village de Godavarru, il reste aujourd’hui 200 familles Kamma, après le départ de 50 d’entre elles ayant migré dans leur totalité. Godavarru compte 3600 habitants, parmi lesquels les Kamma constituent le groupe le plus nombreux avec 700 membres, soit 20 % du total. Mais l’importance des Kamma à Godavarru réside moins dans leur nombre que dans leur contrôle de la terre. 55 % des propriétaires fonciers du village sont Kamma, et ils possèdent 85 % de la superficie cultivable. Nous avons interviewé 100 ménages Kamma sur les 200 habitant le village. L’échantillon comprend essentiellement les familles présentes au moment de l’enquête, sachant qu’un grand nombre de vieux parents vivant au village passent plusieurs mois de l’année chez leurs enfants installés en ville ou aux États-Unis. Godavarru est un village irrigué et prospère situé au cœur des terres fertiles du delta de la Krishna, à seulement 20 km de la métropole régionale de Vijayawada, comptant plus d’un million d’habitants. Les principales cultures sont le riz et la canne à sucre. Les revenus de l’agriculture sont relativement modestes, mais le prix de la terre a connu une hausse vertigineuse ces dernières années avec l’extension rapide de Vijayawada, le développement des infrastructures routières, les investissements de nri dans la région, et enfin la spéculation concernant la formation d’un État du Telangana indépendant, qui ferait probablement de Vijayawada la capitale de l’Andhra côtier. Aujourd’hui la richesse des propriétaires Kamma de Godavarru réside donc moins dans leurs revenus que dans la valeur de leur patrimoine foncier. L’enquête révèle cependant de fortes disparités au sein de la caste, en fonction du nombre d’acres possédées, mais aussi de la présence ou non dans la famille de membres installés en ville ou à l’étranger, dont les hauts revenus ont permis une amélioration visible du mode de vie de ceux restés au village. La première partie du questionnaire concerne donc la migration.

4. Maison traditionnelle Kamma du village de Godavarru.

5. Maison neuve Kamma du village de Godavarru.

Mobilité spatiale

  • 10 Dans chaque famille enquêtée nous avons collecté des informations sur trois générations : grands-pa (...)

19Il est possible de distinguer quatre types de profils migratoires en fonction de la destination, celle-ci pouvant être une zone rurale, une ville d’Andhra Pradesh, une ville d’un État différent, ou un pays étranger. Dans 80 % des ménages interrogés à Godavarru, au moins un membre de la famille10 a migré vers l’une de ces quatre destinations. Les départs vers d’autres zones rurales (un quart des familles a au moins un membre concerné par ce type de migration) sont soit ceux d’agriculteurs cherchant à acquérir de nouvelles terres hors de leur région d’origine, soit de femmes s’installant dans le village de leur époux après leur mariage. Ce dernier cas est de plus en plus rare car les parents cherchent généralement à marier leurs filles au sein de familles déjà installées en ville. Plus de la moitié des ménages interrogés a au moins un membre ayant migré vers une ville d’Andhra Pradesh (Vijayawada et Hyderabad dans l’immense majorité des cas), et 15 % vers une ville d’un État différent (Chennai, Bangalore et Poona étant les principales destinations). 17 % des foyers interrogés ont de la famille à l’étranger (essentiellement aux États-Unis, mais également en Australie et dans les pays du Golfe). Cette proportion atteint le double parmi les ménages Kamma de Kukatpally, dont seulement 8 % ont de la famille dans des villes hors d’Andhra Pradesh. La migration vers des zones rurales est encore plus réduite, avec seulement 2 % des foyers concernés.

20La quasi-totalité des chefs de familles Kamma interrogés à Kukatpally ne sont pas originaires de Hyderabad : il s’agit de la première génération de migrants dans la capitale. Les deux tiers d’entre eux sont arrivés après 1983, date de la prise du pouvoir par le tdp. De nombreux informateurs expliquent avoir été encouragés par la présence au pouvoir d’un Chief Minister Kamma, perçue comme favorable à leur installation dans la capitale et à leur participation à de nouvelles activités économiques, notamment dans le secteur immobilier. 80 % des chefs de famille interrogés à Kukatpally sont originaires du delta de la Krishna (40 % du district de Guntur et 40 % du district de la Krishna), 12 % des autres districts d’Andhra côtier, 4 % de Khammam et 3 % d’Anantapur. Dans ces deux derniers cas, il s’agit de la seconde génération de migrants, leurs parents ayant quitté l’Andhra côtier pour d’autres régions, essentiellement à des fins agricoles. Pour la moitié des chefs de famille interrogés, les nouvelles opportunités d’emplois à Hyderabad sont le principal facteur de migration. 20 % d’entre eux déclarent être venus pour affaires, 10 % pour faire leurs études supérieures et 6 % pour l’éducation de leurs enfants. L’âge moyen de la migration est de 27 ans. Un tiers des chefs de famille explique le choix de Kukatpally comme lieu de résidence du fait des prix modérés à leur arrivée et de l’appréciation rapide de l’immobilier dans la localité. Un autre tiers explique ce choix du fait de la présence de parents éloignés ou de connaissances déjà installés à Kukatpally, destination privilégiée de ceux qui recherchent la « culture andhra » (par opposition à la culture locale hyderabadi ou du Telangana), expression qui devient parfois « culture Kamma » chez certains interlocuteurs. 20 % déclarent avoir élu domicile à Kukatpally simplement du fait de la proximité de leur lieu de travail. Les 13 % restant mettent en avant l’intérêt de leurs enfants lié à la forte concentration d’institutions éducatives privées dans la localité (celles-ci sont d’ailleurs possédées dans leur quasi-totalité par des Kamma).

21Les deux tiers des ménages interrogés à Kukatpally se rendent dans leur village d’origine plus d’une fois par an, et seulement 2 % n’y retournent jamais (car ils n’y ont ni famille, ni maison, ni terres). 45 % des chefs de famille circulent fréquemment hors d’Andhra Pradesh (pour rendre visite à des parents, pour affaires ou pour des pèlerinages religieux), 45 % rarement, et 10 % n’ont jamais quitté l’Andhra Pradesh. Parmi les ménages de Godavarru, 10 % des chefs de famille circulent fréquemment hors de l’État, 45 % rarement, et 45 % jamais. En ce qui concerne la mobilité internationale, un tiers des chefs de famille de Kukatpally est déjà allé à l’étranger, contre seulement 10 % à Godavarru. Parmi ces derniers, il s’agit essentiellement de rendre visite à leurs enfants. En revanche, parmi les chefs de famille de Kukatpally, plus d’un tiers s’est rendu à l’étranger à des fins professionnelles, 5 % à des fins touristiques, 5 % y ont fait des études, et 55 % sont allés rendre visite à leurs enfants.

Profils éducatifs

22À Godavarru, nous avons obtenu des informations sur le niveau d’études de 400 personnes au total (en comptant tous les membres ayant achevé leurs études parmi les 100 ménages interrogés). 3 % d’entre elles sont analphabètes, 18 % ont un niveau d’études primaires, 43 % ont suivi des études secondaires, et 36 % des études supérieures. À Kukatpally, sur les 445 personnes enquêtées, aucune n’est analphabète, 9 % ont un niveau primaire, 18 % secondaire et 73 % supérieur. On observe cependant un écart entre les deux sexes, et une progression considérable du niveau d’études de génération en génération. Les hommes ont un niveau d’études plus élevé que celui des femmes, mais les Kamma soignent également l’éducation de leurs filles : si seulement un quart d’entre elles sont allées à l’université parmi les familles de Godavarru (contre 46 % des hommes), 62 % d’entre elles ont fait des études supérieures parmi les familles installées à Hyderabad (contre 83 % des hommes). En effet, les femmes diplômées sont de plus en plus demandées en mariage par les jeunes Kamma vivant en milieu urbain. Environ un tiers d’entre elles possèdent un diplôme d’ingénieur, à Godavarru comme à Kukatpally, contre près de la moitié des hommes. Les études de commerce constituent généralement la deuxième préférence. Les diplômés de médecine, beaucoup plus rares, sont très recherchés comme gendres.

23La maîtrise de la langue anglaise est un bon indicateur du niveau d’instruction, et souligne encore une fois les variations liées au sexe et à l’âge. Parmi les familles interrogées à Kukatpally, tous les moins de vingt ans parlent l’anglais. La proportion d’anglophones est également élevée chez les deux sexes dans la tranche d’âge des 20-40 ans. Depuis une trentaine d’années, les institutions privées « English Medium », dont l’enseignement est totalement dispensé en anglais, connaissent en effet un succès croissant, notamment parmi les familles vivant en milieu urbain. Les familles rurales quant à elles n’hésitent pas à envoyer leurs enfants en internat dans ce type d’écoles lorsqu’elles en ont les moyens. 75 % des personnes enquêtées à Godavarru ont fait leurs études secondaires à Vijayawada ou à Hyderabad. Au niveau universitaire, plus d’un tiers a étudié hors d’Andhra Pradesh (11 % aux États-Unis). Cette mobilité à des fins éducatives semble même plus importante que celle des personnes issues des familles installées à Kukatpally (parmi ces dernières, seulement 7 % ont étudié aux États-Unis, sans doute parce que l’offre urbaine sur place est considérée comme suffisante). Il est intéressant de noter que les familles rurales de Godavarru sont celles qui dépensent le plus pour l’éducation supérieure de leurs enfants. Un quart des moins de 30 ans issus de ces familles a payé plus de 100000 roupies par an pour ses études universitaires (notamment à l’étranger), ce qui représente une somme considérable. Il semble en effet que les agriculteurs, même modestes, soient prêts à de plus grands sacrifices pour que leurs enfants puissent exercer une profession libérale, tandis que les hommes d’affaires savent que leurs enfants peuvent toujours reprendre l’affaire familiale avec ou sans diplôme d’ingénieur.

Réseaux matrimoniaux et structures familiales

24Parmi les familles interviewées à Godavarru, la totalité des mariages sont des mariages arrangés par les parents au sein de la caste. Sur les 360 personnes mariées issues des familles installées à Kukatpally, seulement trois ont fait un « mariage d’amour », l’une avec un membre de la même caste, l’autre avec un membre d’une caste différente mais de statut équivalent (Kapu) et la dernière, installée aux États-Unis, avec un Américain. Parmi les Kamma, les mariages consanguins (entre cousins ou entre oncle maternel et nièce) sont relativement fréquents, et s’expliquent traditionnellement par la volonté d’éviter la division de la propriété. Leur proportion est plus élevée parmi les familles de Godavarru (un quart des personnes mariées) que parmi celles de Kukatpally (20 %). Cette proportion tend cependant à diminuer de génération en génération. L’âge du mariage tend également à reculer avec l’allongement de la durée des études, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, notamment en milieu urbain.

  • 11 Les deux principales subdivisions endogames au sein de la caste sont les Pedda Kamma et les Cinna K (...)

25Le choix du conjoint s’effectue dans un rayon relativement réduit, notamment à Godavarru, où 92 % des personnes mariées ont épousé une personne du même district. Même parmi les familles installées à Kukatpally, 70 % des personnes mariées ont un conjoint issu du même district, bien que dans la majorité des cas vivant à Hyderabad. En milieu urbain, le recours à des bureaux de mariage permet de déterminer les critères de choix du conjoint. De nombreux informateurs expliquent accorder de l’importance à l’origine géographique pour des raisons « culturelles » : les Kamma du delta de la Krishna sont par exemple réputés avoir une cuisine plus raffinée et un dialecte plus pur que ceux installés depuis longtemps dans le Rayalaseema ou le Telangana. La sous-caste11 a perdu de son importance et n’entre plus en considération dans le choix du conjoint, ce qui a permis d’unifier et d’homogénéiser l’ensemble de la caste. Les critères les plus importants aujourd’hui sont le niveau d’études, la profession, les revenus, les biens immobiliers, et le lieu de résidence. Les ingénieurs Kamma installés aux États-Unis sont les plus demandés et ceux qui reçoivent les dots les plus importantes, généralement en crores (dizaines de millions de roupies). La dot est une pratique très importante parmi les Kamma car elle leur permet de transmettre une partie de la propriété à leurs filles. Les terres données au moment du mariage restent généralement au nom de la femme.

26De plus en plus de jeunes mariés décident de vivre en famille nucléaire et quittent le foyer parental de l’époux, notamment lorsqu’ils décident de s’installer en ville ou à l’étranger. C’est pourquoi seulement 15 % des ménages interrogés à Godavarru comme à Kukatpally vivent en famille élargie (joint family). À Kukatpally, il s’agit en général de couples accueillant leurs vieux parents venus les rejoindre en ville pour accéder plus facilement aux soins de santé, ou pour s’occuper des petits-enfants. L’âge moyen des chefs de famille interrogés à Kukatpally est de 52 ans, contre 60 ans à Godavarru, où l’on note un net vieillissement de la population. Les Kamma ont précocement adopté les méthodes de planning familial par volonté d’éviter la division de la propriété. Le nombre d’enfants moyen est de 2 dans les familles interviewées à Godavarru, et de 1,9 à Kukatpally. Cette moyenne tend à diminuer de génération en génération. Le principal facteur invoqué pour expliquer la volonté de contrôler les naissances n’est plus aujourd’hui le maintien de la propriété foncière, mais l’importance de l’éducation des enfants et le coût de celle-ci.

Position socio-économique

27L’agriculture constitue l’activité principale de 40 % des hommes issus des familles de Godavarru, et 8 % continuent d’en vivre à Kukatpally (tabl. 1). Pour ces derniers, elle est davantage une source de revenus qu’une réelle activité, dans la mesure où les propriétaires absents louent généralement leurs terres à des métayers. Même parmi les propriétaires vivant au village, leur rôle se limite à superviser les opérations effectuées par les ouvriers agricoles, majoritairement issus des castes Mala et Madiga. Les Kamma quant à eux ne sont pratiquement jamais salariés agricoles. De même, le métayage ne constitue que très rarement leur activité principale, la plupart des métayers Kamma possédant leurs propres exploitations. La catégorie « ouvrier », extrêmement marginale, est représentée à Godavarru par des travailleurs manuels dans les raffineries sucrières et les rizeries, et à Kukatpally par des chauffeurs routiers. Parmi la population masculine issue des familles de Kukatpally, 30 % sont des hommes d’affaires (essentiellement dans le secteur de la construction), soit le double de la proportion observée à Godavarru, où le transport routier et la finance constituent les principaux secteurs. 8 % des hommes sont fonctionnaires parmi les familles de Godavarru, et le double parmi celles de Kukatpally. La fonction publique ne semble pas être une orientation privilégiée parmi les Kamma, qui d’une part ne bénéficient pas des quotas et d’autre part préfèrent travailler dans le privé pour des salaires plus élevés et pour éventuellement pouvoir émigrer. 45 % des hommes issus des familles de Kukatpally travaillent dans le secteur privé (dont la moitié en tant qu’ingénieurs), contre 28 % à Godavarru (dont plus d’un tiers d’ingénieurs). On trouve relativement peu de médecins dans les échantillons étudiés, alors que c’est une profession très prisée par les Kamma. Dans les années 1960, les premières vagues de migration de Kamma hautement qualifiés vers la Grande-Bretagne et les États-Unis étaient celles de diplômés de médecine, et non d’ingénieurs comme aujourd’hui. La plupart des hôpitaux et cliniques privés de Hyderabad et Vijayawada sont aux mains des Kamma. En réalité, ces derniers ne sont pas forcément médecins de profession, de même que les propriétaires d’institutions éducatives ne sont pas toujours issus des métiers de l’enseignement. En Andhra Pradesh, la santé et l’éducation « corporatisées » constituent en effet deux secteurs dominés par des hommes d’affaires Kamma, qui en ont fait un business florissant à partir des années 1980, bien avant que la libéralisation économique n’encourage le développement de ce type d’activités.

  • 12 Nous avons pu obtenir des renseignements sur la catégorie professionnelle de 198 hommes à Godavarru (...)

Tableau 1 : Catégorie professionnelle des hommes selon la génération (en %12)

Tableau 1 : Catégorie professionnelle des hommes selon la génération (en %12)

Source : enquête personnelle (2007).

  • 13 La profession indiquée pour les plus de 60 ans est celle exercée avant la retraite.

28Chez les hommes, la catégorie « sans profession » révèle la présence du chômage, marginale parmi les familles de Godavarru, et nulle parmi celles de Kukatpally. Au sein de la population féminine, il s’agit simplement de femmes au foyer, ce qui est le cas de 86 % d’entre elles à Godavarru, et de 63 % d’entre elles à Kukatpally (tabl. 2). Au village, les 4 % d’entre elles qui vivent de l’agriculture sont des veuves qui n’ont pas d’autres ressources que le loyer ou les revenus des terres dont elles ont hérité. À Kukatpally, les professions les plus courantes parmi les femmes actives sont les métiers de l’enseignement et de l’administration, dans le privé ou le public. On note cependant une importante mobilité sociale intergénérationnelle, que cela soit chez les femmes, ou chez les hommes. Alors que parmi les plus de 40 ans on ne trouve quasiment aucune femme ingénieur ou médecin, 15 % des 20-40 ans de Kukatpally sont ingénieurs, et 4 % médecins. En réalité, cette proportion est plus importante encore en ce qui concerne les diplômées de ces deux disciplines, mais celles-ci n’exercent pas forcément après le mariage. Le pourcentage de femmes au foyer diminue cependant de génération en génération. Chez les hommes, le changement le plus remarquable est le déclin de l’agriculture comme activité principale : deux tiers des plus de 60 ans13 à Godavarru contre seulement 8 % des 20-40 ans. Pour la génération intermédiaire, l’agriculture est encore importante à Godavarru, tandis qu’à Kukatpally la moitié des 40-60 ans sont hommes d’affaires. Parmi la jeune génération, le métier d’ingénieur est le plus fréquent (45 %), ce qui n’est pas étonnant dans cette localité située à proximité du parc informatique de hitec City.

  • 14 L’effectif total à Godavarru est de 200 et à Kukatpally de 208.

Tableau 2 : Catégorie professionnelle des femmes selon la génération (en %14)

Tableau 2 : Catégorie professionnelle des femmes selon la génération (en %14)

Source: enquête personnelle (2007).

  • 15 Sont prises en compte les sources de revenus principales et secondaires (location de terres ou de m (...)
  • 16lakh = 100 000 roupies.
  • 17crore = 10 millions de roupies.

29Si l’on compare les revenus annuels totaux des ménages15, les familles de Kukatpally gagnent nettement plus que celles de Godavarru (tabl. 3). Seulement 5 % de ces dernières gagnent plus de 5 lakhs16 par an (grâce à des activités non-agricoles), contre 53 % à Kukatpally. En termes de revenus, la population Kamma de Godavarru est plus homogène que celle de Kukatpally, dans la mesure où les revenus de l’agriculture ne sont jamais très élevés, tandis que ceux de la spéculation foncière à Hyderabad peuvent atteindre des sommets (un quart des familles interrogées à Kukatpally gagnent plusieurs dizaines de lakhs par an, et 2 % touchent des revenus annuels se chiffrant en crores17). En termes de propriété en revanche, non seulement la population Kamma de Godavarru est aussi bien lotie en moyenne que celle de Kukatpally, mais elle est tout aussi hétérogène (tabl. 4). 44 % des ménages de Godavarru possèdent des biens immobiliers d’une valeur supérieure à 1 crore, contre 54 % à Kukatpally. Le capital des familles de Godavarru réside essentiellement dans leurs terres agricoles, dont la valeur moyenne est de 20 lakhs par acre. Or les propriétaires fonciers du village possèdent en moyenne 10 acres par famille. À Kukatpally, parmi les 78 % de familles qui possèdent des terres agricoles, la superficie moyenne de celles-ci est également de 10 acres, mais situées dans des villages où la valeur du foncier n’est pas forcément aussi élevée qu’à Godavarru. La richesse de ces familles réside donc surtout dans leurs logements et terrains en ville. La totalité des ménages de Kukatpally est propriétaire d’un bien immobilier quel qu’il soit, contre 95 % à Godavarru. Il m’a été très difficile de trouver des Kamma pauvres à Kukatpally, et les quelques familles aux revenus modestes que j’ai interviewées se sont avérées être propriétaires d’un bien immobilier d’une valeur d’au moins 10 lakhs. Au village en revanche, près d’un quart des familles Kamma ne possèdent pas de terres agricoles et peuvent être considérées comme relativement pauvres, même lorsqu’elles sont propriétaires de leur logement, la valeur de celui-ci étant généralement faible en milieu rural.

Tableau 3 : Répartition des revenus annuels totaux par ménage (%)

Tableau 3 : Répartition des revenus annuels totaux par ménage (%)

Source: enquête personnelle (2007).

Tableau 4 : Répartition des biens immobiliers par ménage (%)

Tableau 4 : Répartition des biens immobiliers par ménage (%)

Source : enquête personnelle (2007).

Participation sociale et politique

30La participation à des associations (professionnelles, religieuses, de caste), ou à des clubs, contribue à la création d’un capital social particulièrement recherché par les Kamma, dont la forte mobilité a été largement facilitée par leurs réseaux et connaissances. Plus de la moitié des familles de Kukatpally sont membres d’au moins une association, contre un quart à Godavarru. Les associations de caste n’existant pas en milieu rural, c’est parmi les familles de Hyderabad que l’on note la plus forte participation, près de la moitié d’entre elles comptant au moins un adhérent au sein du Kukatpally Kamma Sangham. Également absentes des villages, les associations de résidents (Resident Welfare Associations) occupent le second rang en termes de taux de participation parmi les familles de Kukatpally, puis les associations professionnelles (notamment la Kukatpally Builders’ Association). À Godavarru, les associations d’agriculteurs et d’irrigants sont celles qui recueillent le plus d’adhésions parmi les familles interrogées. Les clubs internationaux (Lion et Rotary) semblent plus populaires à Godavarru qu’à Kukatpally. Au village, quelques familles Kamma financent des temples, ce qui constitue un moyen traditionnel d’affirmer leur autorité et de renforcer leur prestige. Certaines participent par ailleurs à des activités philanthropiques par l’intermédiaire de trusts.

31La participation politique des Kamma est également élevée, que cela soit à Godavarru ou à Kukatpally. Un quart des chefs de familles interrogés à Hyderabad sont membres d’un parti, contre 20 % au village, où les trois-quarts se déclarent simplement sympathisants. Dans les deux localités, seulement 5 % disent ne pas avoir de préférence politique. Le tdp recueille un soutien largement majoritaire (80 %) parmi les Kamma de Kukatpally, alors qu’à Godavarru on observe une plus grande diversité d’affiliations politiques, la moitié des chefs de famille étant en faveur du tdp contre 30 % en faveur du Congrès, les autres se déclarant communistes. Cette division de l’opinion au sein d’une même caste s’explique par le phénomène factionaliste, particulièrement prégnant en milieu rural. À Godavarru, c’est par rivalité personnelle avec le leader local du tdp qu’un autre membre influent du parti a décidé de rejoindre le Congrès. Ces deux leaders Kamma se sont par la suite créé leur propre clientèle au sein de la caste. L’existence de factions à Godavarru ne se traduit cependant pas par des oppositions violentes, et la solidarité de caste prévaut sur les divisions internes en cas de conflits avec d’autres communautés. L’unité de la caste semble davantage menacée par les inégalités socio-économiques, le village étant dominé par une dizaine de familles Kamma extrêmement riches et influentes au niveau politique. Celles-ci ont toutes au moins un membre haut placé vivant à Vijayawada ou Hyderabad, et leurs enfants, installés aux États-Unis, contribuent à l’accroissement du patrimoine familial en investissant une partie de leurs revenus dans la terre ou dans l’embellissement de la maison villageoise. Le pouvoir et le prestige de ces quelques familles rejaillissent cependant sur l’ensemble des Kamma de Godavarru. De même, si la migration a accentué les différenciations internes à la caste, entre les Kamma installés en ville et ceux restés au village, ces derniers bénéficient directement ou indirectement des effets de la migration. Les investissements des néo-urbains ou des nri autour de Vijayawada contribuent en effet à la prospérité de la région et à l’accroissement des terres agricoles. Par ailleurs, les positions de pouvoir auxquelles certains Kamma ont pu accéder en quittant leurs villages élèvent le statut de l’ensemble de la caste. C’est pourquoi une caste est dite dominante même lorsque cette dominance n’est réellement exercée que par une élite au sein du groupe.

Circulation et dominance

Changement d’échelle de la dominance

  • 18 Plus nombreux que les Kamma, les Reddy forment par ailleurs un groupe très hétérogène, divisé en pl (...)

32La dominance des Kamma a longtemps été cantonnée à un espace réduit au sein de l’Andhra côtier, tandis que celle des Reddy s’exerçait plus largement sur le Telangana et le Rayalaseema. À une époque de fort cloisonnement territorial, où les communications étaient réduites, la concentration des Kamma dans le delta de la Krishna constituait sans doute un avantage, tandis que la dispersion des Reddy a pu retarder leur unification18. C’est seulement sous l’administration britannique, grâce au développement des transports et des communications, que les Reddy commencèrent à s’organiser en associations de caste. Au lendemain de l’Indépendance, les Reddy comme les Kamma avaient fortement intérêt à ce que soit créé un État télougou, où leur poids démographique et leur représentation au sein des instances du pouvoir seraient plus importants que dans la Présidence de Madras, dominée par les Tamouls. De manière générale, au moment de la réorganisation des États, les clivages linguistiques dissimulaient souvent des intérêts de caste. Le succès du Parti Communiste en Andhra aux élections de 1951 s’explique, selon Harrison (1956), par son soutien à la cause régionaliste télougoue, habilement manipulée par des leaders Kamma qui espéraient pouvoir former le gouvernement du nouvel État. En réalité, c’est au Parti du Congrès que fut attribué le crédit de l’unification des districts télougouphones au sein de l’Andhra Pradesh, et les Reddy en furent les principaux bénéficiaires (Reddy 1989).

33La dispersion progressive des Kamma sur l’ensemble du territoire télougou après la formation de l’Andhra Pradesh leur a permis d’étendre considérablement leur aire d’influence. La migration a joué en leur faveur pour s’assurer une base électorale dans un nombre important de circonscriptions. Là où ils se sont installés, ils ont acquis des biens fonciers, et ce contrôle de la terre les a aidés à se constituer des clientèles parmi les membres des castes dépendantes qu’ils employaient et à qui ils distribuaient leur patronage. À Hyderabad, ils ont été, par ailleurs, en position de concurrencer les populations moins avancées du Telangana pour accéder à l’éducation et aux emplois. Ces mouvements migratoires en provenance d’Andhra côtier ont abouti à une situation de « contrôle du centre par la périphérie » (Weiner 1978). Cette expression peut s’entendre à plusieurs niveaux. À l’échelle de l’État, elle fait référence à l’importance des positions acquises dans la région intérieure du Telangana par des populations originaires de la côte. À l’échelle locale, bien qu’installés à la périphérie des villes ou des villages où ils se sont établis, les migrants ont réussi à y exercer une influence souvent décisive. Cette situation peut s’observer à Hyderabad, où les populations locales, notamment musulmanes, occupent le centre historique de la ville, qui n’est plus aujourd’hui un centre décisionnel, tandis que les quartiers périphériques situés autour de hitec City, où de nombreux Kamma ont pris place, constituent le cœur de la nouvelle économie. De la même manière, au Karnataka, on trouve à la périphérie de certains villages de Bellary et Raichur des « camps Andhra » peuplés majoritairement de migrants Kamma, qui continuent de vivre dans des lotissements séparés au sein de l’espace résidentiel villageois, ce qui n’empêche pas leur parfaite intégration dans la vie publique de ces districts, où certains d’entre eux ont été élus membres de l’Assemblée Législative (mla). Toutefois, malgré la présence de députés Kamma au Karnataka et au Tamil Nadu, l’influence politique des membres immigrés de la caste dans ces États est limitée par leur statut de minorité linguistique. C’est pourquoi l’État, en tant qu’entité linguistiquement homogène, nous semble représenter le niveau d’extension territoriale le plus significatif pour l’expression de la dominance de caste.

  • 19 Entretiens avec des responsables des deux associations.

34La migration des Kamma hors de leur État, voire hors des frontières de l’Inde, ne semble pas affaiblir leur dominance en Andhra Pradesh, dans la mesure où les migrants, y compris les nri, conservent des liens forts avec leur région d’origine et continuent à faire prévaloir leur identité de caste où qu’ils soient. Aux États-Unis, lorsque fut fondée en 1977 la puissante Telugu Association of North America (tana), son nom laissait entendre que l’identité télougoue était le principal facteur de ralliement parmi les émigrés originaires d’Andhra Pradesh. Or il s’avéra très vite que l’association était entièrement dominée par les Kamma, qui en occupaient tous les postes clés. C’est par réaction que fut créée l’association concurrente America Telugu Association (ata), aujourd’hui dominée par les Reddy19. Les migrants Kamma, quelle que soit leur destination, maintiennent des relations de nature diverse avec leur région d’origine. Des relations sociales d’abord, puisqu’ils y retournent souvent pour rendre visite à leur famille, proche ou éloignée. À Godavarru, la fête de Sankranti (Pongal), qui célèbre la fin de la moisson, est l’occasion d’un retour massif des migrants au village. Même si les néo-urbains Kamma se sont détournés de l’agriculture, cette fête conserve pour eux une forte valeur sentimentale et symbolique. Les relations affectives des migrants avec leur région d’origine se traduisent parfois par des dons à l’école ou au temple du village. Ces actions philanthropiques ne sont pas toujours désintéressées dans la mesure où elles leur permettent d’afficher leur réussite économique et d’augmenter leur prestige, le nom des donateurs étant soigneusement inscrit là où l’argent est utilisé. Par ailleurs, leurs dons sont souvent sélectifs, comme en témoigne l’importance des fonds collectés par les associations de la caste. La Kukatpally Kamma Sangham a achevé en 2007 la construction d’une maison de retraite, essentiellement grâce à l’argent des nri, sans doute soucieux de l’avenir de leurs parents restés à Hyderabad. Ils n’hésitent pas non plus à envoyer directement de l’argent à leur famille restée au village pour financer par exemple l’installation de l’air conditionné dans leur maison. Mais l’essentiel de leurs investissements consiste en des placements judicieux permettant une importante valorisation de leur capital, tout en générant des revenus non taxés, comme c’est le cas dans l’agriculture. Les relations économiques entre espaces d’émigration et d’immigration se font donc à double sens.

35La migration des Kamma ne relève pas d’une logique d’abandon ou de fuite, mais s’inscrit au contraire dans d’une logique d’expansion, à la fois spatiale et économique. Dans la région prospère du delta, l’agriculture leur a servi de tremplin vers d’autres activités plutôt que de repoussoir. Le mouvement des Kamma s’est effectué en grande partie vers des régions moins développées, qu’ils pensaient pouvoir valoriser grâce à leur savoir-faire et à leur esprit d’entreprise. Autrement dit, les « pull factors » sont plus importants que les « push factors » pour expliquer le départ des Kamma de leurs villages, même si certains se plaignent aujourd’hui de la non-rentabilité de l’agriculture comme facteur de migration vers les villes. La baisse des subventions agricoles et la libéralisation économique ont effectivement contribué à rendre l’agriculture moins rémunératrice ces dernières années, surtout en comparaison de l’évolution des salaires urbains. Mais comme l’a montré notre enquête, par rapport aux familles Kamma restées au village, celles vivant à Hyderabad ne sont mieux placées qu’en termes de revenus, et non forcément en termes de patrimoine foncier. Le développement continu de Vijayawada et de son arrière-pays rural a en effet contribué à l’enrichissement des propriétaires de la région. La prospérité du delta explique aussi pourquoi les migrants qui en sont originaires ne s’en sont jamais vraiment détournés, et continuent d’y investir. Cette circulation de la richesse Kamma a permis aux migrants de la caste de garder un pied dans leurs villages et d’éviter que leur mobilité ne s’y traduise par une perte d’influence. Même s’ils sont physiquement moins présents dans leur région d’origine, leurs réseaux de relations, minutieusement tissés entre zones rurales et urbaines, garantissent le maintien de leur dominance au niveau local, alors même qu’ils l’exercent désormais à l’échelle pan-régionale de l’Andhra Pradesh. En changeant d’échelle, la dominance des Kamma a également changé de nature.

6. Immeuble de l’Association de caste, Amirpet, Hyderabad.

Changement de nature de la dominance

  • 20 Entretien avec Maharadhi Tripuraneni, écrivain et petit-fils de Tripuraneni Ramaswamy Chowdary, fon (...)
  • 21 Entretien avec Ramo Ji Rao, directeur du journal Eenadu et de la chaîne ETV.

36Dans le contexte villageois, le contrôle de la terre est l’attribut essentiel de la dominance, dans la mesure où il garantit la mise en œuvre des relations de patronage et de dépendance. En milieu urbain, le pouvoir de la caste dominante ne repose pas nécessairement sur la possession du sol, même s’il s’avère dans le cas des Kamma que le contrôle du foncier dans un but spéculatif continue de jouer un rôle majeur dans leur prospérité économique, si ce n’est dans leur influence politique. Plus essentiellement, cette influence repose sur les positions de « commandement » acquises dans certains secteurs clés tels que l’éducation, la culture, les médias, les hautes technologies – autant de secteurs où les Kamma sont aujourd’hui surreprésentés. Cette nouvelle forme de dominance présente un caractère hégémonique, dans la mesure où il ne s’agit plus uniquement d’une suprématie de type matériel, mais d’une prééminence socioculturelle, voire idéologique. Le concept d’hégémonie a été utilisé par Gramsci dans le contexte de la classe dirigeante, qui non seulement domine les forces matérielles de production, mais cherche à répliquer cette domination au niveau des idées (Femia 1975). Dans le contexte des castes, le terme d’hégémonie a été longtemps réservé aux Brahmanes, qui avaient le monopole du savoir traditionnel védique et pouvaient par conséquent contrôler idéologiquement la société par le biais de la religion. Occupant le sommet de la hiérarchie rituelle, ils ont pu facilement acquérir des biens matériels, notamment des terres sous forme de dons. Sous l’Empire britannique, ils ont été les premiers à migrer vers les villes pour accéder à l’éducation occidentale de langue anglaise, d’où leur surreprésentation dans l’administration et les professions libérales, jusqu’à ce que les castes intermédiaires non-Brahmanes commencent à s’organiser pour contrer cette domination. Les Kamma ont pris très tôt conscience de l’importance de l’éducation comme facteur d’ascension sociale et ont bientôt été en position de concurrencer les Brahmanes dans le domaine de la culture. La production culturelle de langue télougoue compte en effet de nombreux écrivains, cinéastes, poètes et journalistes Kamma. Dans la première moitié du xxe siècle, la pensée véhiculée par ces auteurs était essentiellement progressiste et avait une visée sociale20. Aujourd’hui l’idéologie dominante au sein de la caste est largement d’inspiration néo-libérale, et le régime de Chandrababu Naidu a permis de l’imposer au plus haut niveau de l’État. La mainmise des Kamma sur les médias a également facilité la diffusion de cette idéologie21.

37L’hégémonie des Kamma en Andhra Pradesh a favorisé le renforcement de leur dominance traditionnelle en milieu rural. Selon Srinivasulu (2002 : 35) :

Le pouvoir politique ajouté au pouvoir économique a créé une certaine arrogance chez les Kamma, qui les a conduits à ne plus tolérer aucune forme de résistance de la part des castes inférieures, notamment des travailleurs agricoles dalit.

  • 22 Le terme « dalit », qui signifie « opprimé », est le nom militant que se sont donné les castes into (...)
  • 23 Entretien avec Katti Padma Rao, fondateur de la Dalit Mahasabha.

38En Andhra Pradesh, le mouvement dalit22 a réellement pris forme en 1985, à la suite du massacre de Karamchedu perpétré par des Kamma. Ce village prospère du district de Prakasam est entièrement dominé par les Kamma qui forment 40 % de sa population et possèdent plus de 80 % des terres. Les Mala et Madiga quant à eux constituent l’essentiel de la main-d’œuvre agricole du village. Après la création du tdp en 1982, les propriétaires Kamma ont cherché à transformer la dépendance économique de ces travailleurs en loyauté politique. Mais les Mala et les Madiga sont restés fidèles au Parti du Congrès pour lequel ils ont voté en 1983. Leur refus d’appliquer les consignes électorales données par leurs employeurs Kamma a été interprété par ces derniers comme un signe de rébellion qu’ils ont décidé de punir à la première occasion. Celle-ci s’est présentée en juillet 1985, lorsque des villageois Madiga ont protesté ouvertement contre un jeune Kamma qui lavait son buffle dans l’étang qui leur servait de source d’eau potable. Cette querelle a servi de prétexte à la communauté Kamma du village pour organiser des représailles massives contre les Madiga. Plusieurs centaines de Kamma armés de barres de fer et autres instruments agricoles ont attaqué le quartier Madiga. L’expédition punitive a fait six morts et plusieurs dizaines de blessés parmi les hommes, et au moins trois femmes ont été violées (Srinivasulu 2002). Les survivants, soutenus par les autres castes intouchables, ont décidé de se mobiliser et de former une Dalit Mahasabha (« grande assemblée des opprimés ») pour demander réparation. Mais la proximité des auteurs du massacre avec certains membres du tdp au pouvoir au sein du gouvernement de ntr a permis à un grand nombre d’entre eux d’échapper à la justice23.

39Cette collusion des élites politiques urbaines avec les membres de leur caste vivant en milieu rural crée chez ces derniers un sentiment d’impunité qui les encourage à utiliser tous les moyens pour maintenir leur domination, y compris la violence. On assiste donc à une évolution paradoxale de la dominance de caste qui semble d’une part de plus en plus immatérielle, sophistiquée, de l’ordre des idées, et d’autre part parfois purement liée à la force brute. Cette contradiction s’explique sans doute par le fait que l’idéologie des dominants rencontre une résistance croissante auprès de ceux qu’elle cherche à dominer. La prise de conscience et l’affirmation dalit constituent une menace à l’hégémonie des Kamma, dont le recours à la violence témoigne davantage de leur insécurité que de leur contrôle.

Conclusion

40La mobilité sociospatiale des Kamma s’inscrit souvent dans une stratégie de domination. Que ce soit comme « colons » agricoles dans le Telangana, comme spéculateurs fonciers à Vijayawada ou comme représentants de la nouvelle économie à hitec City, les migrants du delta ont réussi à s’imposer sur de nouveaux territoires et dans des secteurs d’activité inédits. Mais la migration des Kamma n’est jamais vraiment un « départ » de leurs villages d’origine, où ils prennent soin de conserver leur patrimoine foncier, voire de l’accroître, barrant ainsi la route à toute possibilité de relève. Alors qu’eux-mêmes avaient bénéficié du vide créé par la migration des Brahmanes vers les villes en rachetant leurs terres, ce processus circulatoire de renouvellement des élites en milieu rural semble s’être arrêté au niveau des castes intermédiaires et ne se poursuit plus aujourd’hui en faveur des basses castes. Quand bien même les propriétaires émigrés décideraient de vendre leurs terres, celles-ci ont atteint aujourd’hui une valeur telle qu’aucun petit paysan n’a les moyens de les acheter. Dans la région du delta, les nouveaux acquéreurs sont majoritairement des néo-urbains qui ne s’intéressent plus à l’agriculture, mais qui investissent dans la terre dans un but purement spéculatif, contribuant ainsi à l’augmentation artificielle des prix. Les propriétaires refusent de vendre au cours officiel fixé par le gouvernement lorsque celui-ci cherche à acquérir des terrains au profit des catégories défavorisées, et ils disposent de suffisamment de contacts dans les milieux de l’administration et de la politique pour empêcher que leurs terres soient saisies en vertu du Land Acquisition Act.

41Cette prise en main de l’appareil économique et de l’appareil d’État confère à la dominance Kamma un caractère hégémonique. Lorsque le tdp était au pouvoir, cette hégémonie semblait totale, mais avec le retour du Congrès en 2004, les Kamma doivent de nouveau composer avec l’influence de la caste rivale des Reddy. C’est pourquoi il est utile de distinguer différents niveaux de dominance en fonction de l’extension territoriale sur laquelle elle s’exerce. À l’échelle pan-régionale de l’Andhra Pradesh, les Kamma et les Reddy se partagent la dominance. À l’échelle macro-régionale, les rivalités existent également mais varient en fonction de la région : la migration des Kamma dans le Telangana et le Rayalaseema y a dépossédé les Reddy de l’exclusivité de leur dominance, tandis qu’en Andhra côtier, les Kamma doivent compter avec la dominance Kapu sur le delta de la Godaveri. En revanche, à l’échelle micro-régionale du delta de la Krishna, et en son sein à l’échelle locale du village, les Kamma ont longtemps joui d’une dominance incontestée, jusqu’à la naissance du mouvement dalit. Toutefois, ce mouvement est encore trop faible pour pouvoir modifier le rapport de force. Étant donné la difficulté pour les paysans dalit d’accéder à la terre, les Kamma ne sont pas menacés en tant que classe possédante. Tout au plus peuvent-ils craindre que l’accès croissant des dalit à l’éducation et aux métiers urbains ne leur fasse perdre une main-d’œuvre abondante, bon marché et docile. Or de l’insoumission peut naître le déclin de la dominance.

Bibliographie

Bibliographie

Brisset, E. (1995), « Organisation sociale et culture économique de la communauté Naidu à Coimbatore ». Mémoire de maîtrise de sociologie, Paris, Université de Paris 10-Nanterre.

Chowdary, K.B. (1954), A Brief History of the Kammas. Guntur, Sangam Jagarlamudi, chez l’Auteur.

Femia, J. (1975), « Hegemony and consciousness in the thought of Antonio Gramsci », Political Studies, XXIII (1), pp. 29-48.

Frykenberg, R.E. (1965), Guntur District 1788-1848. A History of Local Influence and Central Authority in South India. Oxford, Oxford Clarendon Press.

Harrison, S. (1956), « Caste and the Andhra communists », American Political Science Review, 50 (2), pp. 378-404.

Rao, M.S.A. (1986), « Peasant-farmer colonization, development and deprivation in tribal Andhra », in M.S.A. Rao, ed., Studies in migration. Delhi, Manohar, pp. 205-239.

Reddy, G.R. (1989), « The politics of accommodation. Caste, class and dominance in Andhra Pradesh », in F.R. Frankel & M.S.A. Rao, eds., Dominance and State Power in Modern India. Decline of a Social Order. Delhi, Oxford University Press, vol. 1, pp. 265-321.

Satyanarayana, A. (1990), Andhra Peasants under British Rule. Agrarian Relations and The Rural Economy 1900-1940. Delhi, Manohar.

Srinivas, M.N. (1987), The Dominant Caste and Other Essays. Delhi, OUP.

Srinivasulu, K. (2002), Caste, Class and Social Articulation in Andhra Pradesh : Mapping Differential Regional Trajectories. Londres, Overseas Development Institute (« Working Paper » 179).

Thurston, E. (1909), Castes and Tribes of Southern India. Madras, Government Press.

Upadhya, C. (1988), « The farmer-capitalists of coastal Andhra Pradesh », Economic and Political Weekly, XXIII (27), pp. 1376-1382, et XXIII (28), pp. 1433-1442.

Weiner, M. (1978), Sons of the Soil. Migration and Ethnic Conflict in India. Delhi, OUP.

Notes

1 Le sigle « HITEC » signifie Hyderabad Information Technology and Engineering Consultancy.

2 6 mois en 2005, 6 mois en 2006, et un an en 2007.

3 Une acre représente un peu moins d’un demi-hectare (1 acre = 0,4 ha).

4 Entretien avec le District Collector (préfet) de Bellary (Karnataka).

5 Les statistiques par caste n’étant plus disponibles dans les recensements post-indépendance, diverses sources (officielles et non officielles) nous permettent cependant de proposer ces estimations, reposant sur des entretiens avec plusieurs Revenue Officers (chargés de l’administration fiscale) des districts de Guntur et Krishna, ainsi qu’avec des responsables des associations de caste locales.

6 Entretien avec un haut fonctionnaire Kamma de l’Indian Administrative Service (IAS), travaillant pour le gouvernement de l’Andhra Pradesh.

7 Estimation du Kukatpally Kamma Sangham.

8 Pour les très hauts revenus, nous avons enquêté dans le quartier chic de Vivekanand Colony (pavillons individuels à plusieurs étages) ; pour les hauts revenus, dans une gated community de Nizampet Road (immeubles de standing organisés en « communauté fermée » avec sécurité à l’entrée) ; et pour les revenus moyens, dans la « colonie » de KPHB (KukatPally Housing Board), dont les terrains à prix modérés sont attribués par un office public sur critères de revenus.

9 Ces informations nous ont été communiquées par le sous-préfet de district (Sub-Collector). Godavarru a attiré également notre attention par son surnom de « NRI village », utilisé par la population locale en raison du grand nombre d’émigrés issus de ce village et installés aux États-Unis.

10 Dans chaque famille enquêtée nous avons collecté des informations sur trois générations : grands-parents, parents, enfants.

11 Les deux principales subdivisions endogames au sein de la caste sont les Pedda Kamma et les Cinna Kamma. En télougou, pedda signifie « grand » et fait référence à la position élevée des ancêtres d’une section minoritaire de la caste (chefs militaires, zamindar), cinna signifie « petit » et désigne la majorité des membres de la caste, dont les ancêtres étaient de simples paysans (Chowdary 1954).

12 Nous avons pu obtenir des renseignements sur la catégorie professionnelle de 198 hommes à Godavarru et 202 hommes à Kukatpally. L’effectif total étant plus ou moins égal à 200 dans chacun des cas, nous avons préféré présenter nos résultats sous forme de pourcentages afin de faciliter la comparaison.

13 La profession indiquée pour les plus de 60 ans est celle exercée avant la retraite.

14 L’effectif total à Godavarru est de 200 et à Kukatpally de 208.

15 Sont prises en compte les sources de revenus principales et secondaires (location de terres ou de maisons) de tous les membres vivant sous un même toit. Sont exclus les salaires des enfants mariés vivant en famille nucléaire, ainsi que ceux des NRI, dont les revenus en dollars viendraient enfler artificiellement les chiffres. Il faut toutefois savoir que nombre d’entre eux envoient une partie de leur salaire à leur famille.

16lakh = 100 000 roupies.

17crore = 10 millions de roupies.

18 Plus nombreux que les Kamma, les Reddy forment par ailleurs un groupe très hétérogène, divisé en plusieurs sous-castes endogames. Selon un proverbe télougou, « il y a autant de Reddy que de variétés de paddy » (« Vadlu enni rakamulu, Redlu anni rakamulu »).

19 Entretiens avec des responsables des deux associations.

20 Entretien avec Maharadhi Tripuraneni, écrivain et petit-fils de Tripuraneni Ramaswamy Chowdary, fondateur du mouvement rationaliste en Andhra. Selon Maharadhi, l’exemple de la production cinématographique Kamma est significatif de l’évolution de l’idéologie dominante au sein de la caste. Aujourd’hui les films télougous dirigés et produits par les Kamma sont dépourvus de tout contenu social et se contentent de « dépeindre la violence à l’état brut ».

21 Entretien avec Ramo Ji Rao, directeur du journal Eenadu et de la chaîne ETV.

22 Le terme « dalit », qui signifie « opprimé », est le nom militant que se sont donné les castes intouchables.

23 Entretien avec Katti Padma Rao, fondateur de la Dalit Mahasabha.

Table des illustrations

Titre Carte : Distribution de la population Kamma en Andhra Pradesh
Crédits Source : All-India Kamma Sangham, 1991
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-1.png
Fichier image/png, 250k
Légende 1. Immeuble de Kukatpally Housing Board Colony.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende 2. Gated community de Nizampet Road avec temple privé.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende 3. Quartier pavillonnaire de Vivekanand Colony.
Crédits (Clichés D. Benbabaali, 2007)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 4. Maison traditionnelle Kamma du village de Godavarru.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende 5. Maison neuve Kamma du village de Godavarru.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 1 : Catégorie professionnelle des hommes selon la génération (en %12)
Crédits Source : enquête personnelle (2007).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-7.png
Fichier image/png, 89k
Titre Tableau 2 : Catégorie professionnelle des femmes selon la génération (en %14)
Crédits Source: enquête personnelle (2007).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-8.png
Fichier image/png, 85k
Titre Tableau 3 : Répartition des revenus annuels totaux par ménage (%)
Crédits Source: enquête personnelle (2007).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-9.png
Fichier image/png, 34k
Titre Tableau 4 : Répartition des biens immobiliers par ménage (%)
Crédits Source : enquête personnelle (2007).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-10.png
Fichier image/png, 83k
Légende 6. Immeuble de l’Association de caste, Amirpet, Hyderabad.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/21912/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

Agrégée de géographie, doctorante au laboratoire Gecko, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, elle est actuellement affiliée au Centre de Sciences Humaines de New Delhi. Sa thèse porte sur le rapport entre caste dominante et territoire, à partir de l’étude des Kamma d’Andhra Pradesh. Elle a travaillé également sur les élites de l’administration indienne.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search