Version classiqueVersion mobile

La forme spectacle

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

III. Le spectacle à distance

L’iconoclastie entre critique et spectacle

Iconoclasm: A combination between criticism and performance

Gaspard Salatko

Résumé

Qu’est-ce qui se joue de « spectaculaire » dans la relation aux images ? Pour envisager cette question, cet article mobilise et articule deux enquêtes complémentaires. D’une part, un ensemble d’affaires liées au domaine de l’art contemporain, dont certaines productions sont référées au christianisme. Et d’autre part, un ensemble de scandales impliquant des activistes féministes, empruntant les codes artistiques du happening et détournant les ressources du christianisme afin de véhiculer leur propre message. À enquêter ainsi sur les coulisses de l’outrage, j’en viendrai à saisir l’acte iconoclaste comme un geste certes critique, mais formulable uniquement parce qu’il est adossé à une configuration où le « spectateur », distant, est assigné à prendre position vis-à-vis de la scène qu’il contemple.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce que les images ont de spectaculaire

Depuis plus de trente ans, les interrogations portant sur les images, sur les modalités de leurs usages et de leur confection, se déploient au croisement de plusieurs traditions de recherche. Dans l’héritage des travaux précurseurs d’Aby Warburg, l’anthropologie1 comme la philosophie de l’expérience visuelle2 établissent que les processus de connaissance et de reconnaissance des images ne se réduisent pas au paradigme du tableau. De leur côté, l’anthropologie historique ou l’histoire de la sensibilité montrent comment le christianisme recourt à un vaste ensemble d’images3 et d’objets4 dont l’usage, voire l’absence d’usage, est réglé selon des jeux complexes de prescriptions et d’interdits. Ces approches font écho aux préoccupations d’Ernst Gombrich qui soulignait la nécessité de clarifier « les potentialités de l’image dans la communication5 ». Elles permettent de penser à nouveau frais la question de l’assertivité des images moyennant un renonc...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search