Version classiqueVersion mobile

La forme spectacle

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Jacques Cheyronnaud

III. Le spectacle à distance

Un spectacle à distance ? L’opéra à la télévision et au cinéma

Distant performances ? Opera on film and television

Emmanuel Pedler

Résumé

Les captations télévisuelles ou vidéographiques d’opéras livrent un éclairage réflexif précieux sur les fondements des pratiques lyriques en salle. Subissant de véritables épreuves de passage, ces captations reconstituent les situations et les contextes à partir desquels ces productions font et faisaient sens pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Une fois sortis du contexte de leur production située, ces opéras s’enrichissent le plus souvent de longs développements diégétiques destinés à les réimplanter, à les réinscrire dans un terreau culturel le plus familier aux spectateurs auxquels les films sont destinés. Le genre subit ainsi un double déracinement, temporel et situationnel. Son développement depuis le xviiie siècle, au plus près de mobilisations sociales souvent diversifiées, a constitué auprès des publics de salles un horizon d’attente façonné autour d’une culture vocale et narrative, fortement socialisée par des pratiques partagées. Dans la durée, ces cadres culturels se sont maintenus. Mais, jamais objectivés, explicités ou enseignés, ils sont restés étrangers à toute investigation littérale ou « objective ». Ils réapparaissent néanmoins dans l’exercice de traduction à partir duquel le cinéma ou la télévision « pensent » l’opéra pour l’implémenter dans de nouveaux contextes. Pour appréhender ces cadres et en dessiner les formes, on peut se demander comment les primo-spectacteurs – faisant la première fois l’expérience de l’opéra en salle – évaluent et prennent langue avec le genre, identifient ce en quoi il leur échappe. Déterminer le caractère insaisissable, hors de saison ou incongru des opéras du passé est ainsi un préalable à la description qui décline (1) l’opéra comme une forme cérémonielle et sociale, (2) l’opéra comme expérience d’une manière inaccoutumée de chanter, (3) l’opéra comme forme singulière et datée de faire récit.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une production lyrique capturée numériquement est-elle encore un opéra ? Parle-t-on de la même chose lorsque cette production est proposée sur scène ou à distance, ou lorsque sa taille varie du simple (La Voix humaine de Francis Poulenc) au décuple (pour la majorité des opéras romantiques et postromantiques) ? N’y a-t-il rien à dire des captations numériques ? Faut-il à l’inverse se focaliser exclusivement sur les performances scéniques, matrices originelles et authentiques du genre canonique ? En explorant les porosités entre les catégories de la performance et de la captation, nous tenterons de montrer la pertinence d’une vision continuiste des productions symboliques. Ce faisant, il apparaîtra que les captations télévisuelles ou vidéographiques livrent, contre toute attente, un éclairage réflexif précieux sur les fondements de la pratique lyrique et ne constituent pas la face pauvre et dévoyée de la manière dont l’opéra perdure aujourd’hui dans nos pratiques.

La littérature musico...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search